« le temps est venu d’empêcher la destruction de l’Europe »

Posted by on mars 19, 2016

Source: https://www.youtube.com/watch?v=r2bBI3FwoSY

« L’erreur fondamentale de l’Union européenne réside d’après nous dans la croyance absurde selon laquelle en reniant son identité et son histoire, remplacées par un universalisme droit-de-l’hommiste abstrait, elle sera respectée par les autres civilisations.
C’est oublier que cet universalisme des droits de l’homme* est considéré comme éminemment « occidental » puis combattu pour cette raison par l’universalisme concurrent de l’islam et l’anti-universalisme de l’Asie. De ce fait, lorsque l’Europe croit être appréciée par les autres civilisations en se présentant comme le continent du « dialogue des civilisations » et comme un espace « tolérant » dénué de toute appartenance ethnoculturelle et religieuse, il s’agit premièrement d’un mensonge, puisque les nations Européennes ont un fort passé et de fortes racines spirituelles et culturelles, et deuxièmement d’un aveu de faiblesse et d’autoreniement qui ne peut que susciter le mépris de la part des autres. Car celui qui se renie soi-même est rarement respecté en retour. »

note par rapport à la vidéo: il faut être aussi réaliste, les plus gros racistes ce sont ces individus du moyen-orient, envers les Européens, mais surtout entre-eux, les Afghans détestent les Arabes, les Arabes détestent les Turcs, les Turcs les Kurdes, les Kurdes les Arabes, ils détestent tous les Africains (et les africains entre-eux), etc. la plupart des crimes sont de ces migrants les uns envers les autres, mais pas que évidemment, il y a eu des centaines de cas dramatiques (sans parler des attaques terroristes, c’est autre chose ça).
note2: avec chrome (et même firefox) il peut y avoir un problème avec le lecteur vidéo. ça fonctionne bien avec microsoft edge.
note3: cet article est un brouillon où je pose mes idées, désolé pour les fautes, le léger chaos ou la mauvaise qualité des « explications » (de mon point de vue encore en cours de construction).

*Droits de l’homme individualistes évidemment. Enfin, plutôt droits des impérialistes mondialiste, des lobbies/groupes de pression, de l’oligarchie, des parasites, des puissances financières & médiatiques inter/supra-nationales, de l’hyperclasse, que « de l’homme ». Cette idéologie et ces « valeurs » droits-de-l’hommistes mondialistes sont profondément racistes, rejetant tous les peuples, cultures et nations. On ne peut pas être à la fois antiraciste, et pro-individualisme en rejetant les peuples libres et les frontières. La secte mondialiste est profondément pleine de contradictions.

« L’eurasisme est une vision du monde qui se base sur la multipolarité. Nous rejetons l’universalisme du modèle occidental, protestons contre le racisme culturel européen et affirmons la pluralité des civilisations et des cultures. Pour nous, les droits de l’homme, la démocratie libérale, le libéralisme économique et le capitalisme sont seulement des valeurs occidentales ; en aucun cas des valeurs universelles. »

*De cet occident sous contrôle et totalement décadent évidemment.
Tout individu et peuple doivent incarner en eux-même une expression de l’universel, et laisser les autres tranquilles, mais agir quand même dans l’harmonie du monde quand nécessaire, sans ingérence, et surtout par l’exemple d’ordre. Tout peuple et individu sain est à portée universelle (se diriger et agir dans/vers celle-ci), mais être « ouvert » à l’universel ne veut pas dire être ouvert à tout, où dans les limites jusqu’à ce que cela ne le soit plus. Ces mondialistes s’approprient des choses universelles (symboles, lois, valeurs, etc.) mais ils ne font que les pervertir, et les transforme en une forme de propagande publicitaire. Et nous interdisent d’avoir et d’incarner notre propre universalité. Ils ne veulent pas que l’on soit une expression de l’universel, ils veulent que l’on soit une réduction de leur vision de l’universel à eux.
En parlant de l’europe (UE), voir le plan kalergi (1; 2). Le plan hooton est aussi intéressant à connaitre même si c’était pourtant un tout autre contexte.

Le cosmopolitisme et le mondialisme n’ont rien d’humaniste, ce sont justes des mouvements pour individus animés par le profit ou leur intérêt particulier (souvent purement matériels-éphémères) sur le plan mondial, voulant profiter des avantages de toutes les nations et de leurs cultures, sans aucune morale, en nous donnant des excuses/raisons enjolivés (et prétendument pour notre bien à tous).
Ce qui unit réellement les peuples c’est la même direction d’essayer d’être la meilleure version d’eux-mêmes, chacune avec ses spécificités, ayant le droit d’êtres eux-mêmes, à l’image de la nature. L’égalité n’existe pas sur le plan du concret, là est la peur, mais c’est le témoin de l’égalité spirituelle, l’on est tous égaux dans notre potentiel spirituel/ »vertical », dans chaque plateau/horizontal « d’élévation », et au sein de chaque expression du vivant, de chaque unité réelle. L’égalité n’est qu’un produit (le produit de l’unité spirituelle et d’un réel bien commun), ce n’est pas une cause. Ils veulent une égalité « universelle » qui empêche toute liberté et toute ascendance. Il ne faut pas que l’égalité devienne fausse et quelque chose de fermé, souvent quand ces gens nous parlent d’égalité universelle ils parlent en réalité de dictature universelle (tous égaux dans l’esclavage?), car elle est réduite sur des termes réducteurs et sur un plan limité. C’est une fausse égalité (et faussée car obligatoire/imposé) qui n’est que la soumission des individus les uns aux autres, et inévitablement à l’élite illégitime qui prétend représenté tout ce système artificiel et inversé, et l’idéologie de toujours plus de droits individualistes de « l’ouverture » (plutôt repli) vers le bas et le matérialisme, qui décompose tout lien commun réel. « L’égalité » ça se donne lorsqu’il y a un bien commun, et ça ne rejette pas l’ordre et la séparation/différence, ça ne se demande pas, sinon ce n’est que de la soumission passive. Les valeurs morales sont ascendantes, pas descendantes ni horizontales/imposées (elles peuvent l’être, mais lorsque l’on ne veut pas être constructif). Plus l’on est connecté au vertical, plus on l’est à l’horizontal (son plan de conscience, et l’unité de groupe), mais il s’agit de plateaux justement, et le but n’est pas de se réduire à un ou de croire que l’unité se réduit à la rétractation de tout, au lieu de l’unicité dans l’expansion/créativité. L’égalité n’existe pas, le vrai terme est harmonie. Si l’on veut l’égalité sur le plan matériel, il faut soit tuer tout le monde, soit réduire tout le monde en esclavage (dans une cage dorée ou non), car l’égalité vraie c’est la liberté de tout, le libre arbitre, c’est la seule égalité qui existe.
La question n’est pas la supériorité, mais si oui ou non, l’on est destructif envers les autres, et si l’on est prêt à en accepter la réaction inévitable. Et la supériorité (ou l’intelligence) elle-même n’a rien à voir avec la domination, ou l’opportunisme de réseaux.

Nos élites sont des gens qui s’accaparent des concepts et symboles universels pour soumettre les autres, de misérables individus. Et nous habituer progressivement à vivre dans un environnement et un contexte biaisé sous de fausses bonnes excuses et promesses, mélanger à du positivisme abstrait, et une fausse ascendance.
Sinon (en dehors des plateaux de consciences qui sont eux aussi multiples (même sur « un seul »)) je parle d’horizontal en tant que représentation présente de l’unité des différents peuples et formes de vie, car évidemment même cela ne se réduit pas à l’aspect « horizontal » ou matériel (seul les individus réducteurs le font), car rien ne vient de nulle part, c’est une perpétuelle descendance-ascendance et continuité.
L’ouverture « horizontale » doit être basée sur une projection/conscience « verticale »/spirituelle, un idéal ou état commun (par ex), le plan « horizontal »/matériel/extérieur seul n’est que perte, une argile à remodeler de l’intérieur (spirituel commun). La matière est éphémère, tout comme le lien à l’autre (ces deux choses peuvent être nommer « l’horizontal »), seule notre continuité authentique/commune (transcendance temporelle) est la preuve de la légitimité et de la force immatérielle qui nous lie plus profondément et nous gouverne. Sinon pour revenir à l’ouverture: c’est surtout comprendre l’ordre des choses et de la création, pas d’imposer quelque chose en prétendant que c’est la seule ouverture possible. Se sentir connecté à l’autre c’est en soi-même, depuis son propre peuple envers l’autre (à l’image de la nature encore une fois), sinon ce n’est que de la superficialité ou du nihilisme.
Quand ces individus malsains n’arrivent pas à détruire directement, ils s’approprient et retournent/détournent/pervertissent de l’intérieur les choses (ou les rendent à l’abstrait/néant), comme notre ouverture au monde (et matérielle) à nous les Européens. Le plus important pouvoir c’est le pouvoir de l’esprit, de la propagande idéologique, des médias, etc. tout le reste (argent etc.) sont des outils et des excuses. « L’abstrait-néant » qui rejette le réel ou toute création intrinsèque n’est pas la même chose que « l’abstrait-esprit » qui embrasse ce qui est et qui a vocation à Être en soi, libre en soi et du Tout. L’abstrait et le subtil ne sont pas la même chose.
On peut être matérialiste mais quand même reconnaître le fonctionnement et l’ordre/harmonie des choses, ce sont les matérialistes destructeurs et nihilistes les plus dangereux. La matière est la ou les forces et énergies se rejoignent, soit positives soit négative/perverties, tout dépend du contexte et de l’endroit de base d’où et vers où l’on projette ces énergies.
Et par rapport à l’égalité au niveau des sexes, il ne peut pas y en avoir une s’ils sont séparés, dans ce cas il y aura toujours l’un ou l’autre qui dominera, seule l’union des deux permet l’égalité, mais vu que l’élite mondialiste ne veut pas l’unité, mais détruire les peuples (et la famille qui en est la base), leur égalité n’est qu’une arnaque, encore plus vu que les deux ont des rôles/énergies/ »directions » uniques différentes (mais communes), ils ne veulent qu’une égalité par le bas, tous soumis au chaos et au système d’esprit matérialiste, d’individus unis dans leurs droits de parasité l’autre et de la division individualiste. Et puis, même deux individus de même sexe ne sont pas égaux, alors.. l’égalité n’existe pas, l’unité et le bien commun qui pousse les choses vers le haut oui. Et puis, l’univers n’est pas figé, tout est en mouvement permanent (même les soi-disante constantes (gravité, vitesse de la lumière, etc.) ne le sont pas), à l’intérieur et à l’extérieur, c’est une compétition positive pour le renforcement, la compétition négative (anti-compétition purement destructrice) n’est que le fruit des idéologies de l’homme. Essayer de produire du pseudo-infini avec le fini/produit fini ou le figé, mène obligatoirement au mensonge. L’égalité se donne afin de créer, mais l’égalité ne peut pas l’être par défaut, par envie ou par idéologie, elle doit être à la fois volontaire, mais surtout, réelle (sur le plan spirituel et matériel) et cohérente. Au niveau des sexes elle doit l’être pour l’union complète/spirituelle entre deux individus, mais en termes généraux, elle n’existe pas.

Et par rapport aux peuples, l’égalité c’est surtout d’être libre chacun chez soi libre d’être soi-même, et sans essayer d’imposer à ses voisins  (ou aux autres individus de son propre peuple) des millions d’étrangers ou une idéologie artificielle coupée du réel qui fait fi des aspirations des autres, de l’harmonie du monde et des lois naturelles, seules qui permettent de former un lien sain, pas forcé, ni de la pleurniche, ni le nihilisme, le renie de soi ou de tout, ou du chaos (ou de le propager par positivisme neuneu qui n’aide au final personne, ou de vouloir faire le travail des autres à leur place). Leur égalité des peuples c‘est qu’ils soient tous dans le même enclos forcé, et une égalité par le bas qui revient à ce que ce qui est légitime ait à se soumettre à des forces extérieures, pour tout égalisé/réduire au plus bas. Peu importe que tout soit égal ou pas, tout est différent, et en forçant l’égalisation de tout, c’est de l’esclavage rendu obligatoire au nom des autres, l’horizontal/l’unité en tant que fin en soi, devenant non plus une aspiration, mais quelque chose que l’on cherche à travers l’autre, ou de manière forcée (réduire l’unité à soi). Ils veulent nous faire croire qu’il faudrait se libérer de tout comme fin en soi (ce qui ne mène qu’à l’esclavage), y compris de toute créativité (tout comme leur idéologie d’unité en tant que fin en soi, au prix de tout renier), pour rejoindre leur vision de tout et rien à la fois, unique et libre dans la stérilité, le renie de tout ou le parasitage, pour nous faire rejoindre leur vision du monde qui est la seule bonne évidemment, et qui est au-dessus de l’universel lui-même.
De plus pour finir sur ce sujet, dans une société/civilisation moderne (emplie de spécialisation, de bureaucratie, etc.), qui requiert une classe d’élite et une classe d’imbéciles/esclaves, il n’y aura jamais d’égalité. L’on ne peut avoir une égalité que dans un système ancestral/tribal (pas dans le sens commun admis/ »noirci ») (ou une civilisation radicalement différente/à l’opposé), où tout le monde apprend plus ou moins les mêmes compétences, et la même culture/mythologie/spiritualité/etc. et où la faiblesse, la stupidité, l’autocentrisme hédoniste, le nihilisme et la décadence n’ont pas leur place (sans confort moderne). S’ils veulent s’autodétruire, qu’ils ne l’imposent pas aux autres. S’ils croient aux fausses promesses et aux mensonges de l’élite malade, c’est pas de notre faute.
L’équité est un concept déjà bien plus intelligent que l’égalité, bien qu’ayant lui aussi ses failles/limites.
Ils nous parlent d’égalité pour détruire/déconstruire le lien au sein des peuples, des individus, des sexes, pour le remplacer par la pleurniche/rétractation et les quotas, pour rendre cette égalité devenue impossible/inversée au matérialisme et au nivellement par le bas. Il y en a marre de ces idéologies descendantes qui en plus sont verrouillées pour empêcher toute régénération.
Je parle de chaos mais en réalité c’est un chaos organisé de stagnation maintenu en vie à coup de stimulation qu’ils nous imposent, ce qui est encore pire.
L’idéologie de déconstruction de toutes les créations et de tous les peuples ne sert personne et l’unité du nombre en tant comme fin en soi ou en tant que poids mort tous unis par le factice, n’a rien de plus grand, ni de subtil/d’esprit, c’est juste du superficiel qui n’amène que la confusion, l’étouffement de l’esprit et le chaos. « Tout déconstruire pour tout reconstruire mieux », magnifique mauvaise excuse pour leur volonté destructrice. L’unité universelle on la trouve à travers soi en premier lieu, et à l’extérieur à notre image, dans le respect du tout.

note: je critique des groupes d’individus malsains mais évidemment c’est uniquement dans un but de comprendre que c’est de notre faute et qu’il faut simplement prendre une autre route.

Il ne faut pas se créer par contraste à un groupe malsain, mais lui être supérieur/en être libéré, la connaissance des actions destructrices sont universelles, mais l’on ne combat pas un ennemi abstrait universel, l’on prend toutes ces forces et connaissances en soi (abstraites, concrètes, créatrices, destructrices) pour être complet, pas pour créer de l’unité à travers la division ou de la projection.
Et non, le mensonge ne permet pas de se connecter à une vérité supérieure, mis à part par contraste oui, mais comme toutes choses, chacun peut l’avoir en soi et l’exprimer différemment.
L’ordre universel n’est pas que l’un incarne le « méchant » et l’autre le « gentil », c’est l’équilibre de toutes les forces en soi, pour être le tout, et y être libre (ou en être libéré) à la fois.
Ce sont des gens qui s’approprient la connaissance universelle pour les pervertir. Des vérités universelles mélangées à des mensonges (et à eux-mêmes), à se les approprier tout en s’en servant pour détruire ses ennemies qu’ils déshumanisent (prétendre qu’ils n’ont aucun « esprit » et aucun universalisme).
L’on peut trouver la vérité partout, tout comme le mensonge.

C’est pour moi que j’écris tout cela (en premier lieu), et donc pour tous les autres.

Tout ce qu’ils nous proposent c’est une vision de l’unité abstraite qui rejette les unités existantes, le réel lui-même pour nous proposer rien d’autre comme excuse que « ils ne peuvent pas s’unir entres-eux de toute façon, c’est la seule solution! », et proposer à la place l’individualisme, l’indifférence, la consommation ou le mélange de tout (et des peuples) comme solution, ou d’accepter l’immigration de masse par positivisme abstrait (sans même parlé de propagande au mélange*, plutôt à voir comme leur solution à cette même immigration, qui a pour base première des traîtres dans nos gouvernements qui veulent détruire l’ordre du monde, et l’harmonie entre les individus et peuples, harmonie qui nécessite la conscience de l’ordre des choses et de soi-même, défendre sa part dans celui-ci, pour y amener un potentiel infini, sans se réduire par défaut au monde, ou le réduire à soi, ce qui n’amène aucun bénéfice à celui-ci). *Et même sans promotion de mélange, du renie, de la non-existence des choses etc.. faire cohabiter plusieurs peuples dans le même espace, sans aucune cohérence avec la globalité du monde, quand ces même individus ont 50 pays pour eux, ils n’ont rien à faire ici, pour l’harmonie du monde et le respect des autres, encore moins quand ils refusent que le peuple de souche ait droit à son auto-determination chez lui.
On peut être ouvert de façon réelle à l’universel, mais on ne vient pas de nulle part, et l’on n’est pas censé aller nulle part non plus. Pour être ouvert à l’universel il faut d’abord être ouvert en soi, et sans besoin d’idéologique. On ne peut pas être tout et rien à la fois, ni de venir de partout et nulle part en même temps. L’immigration à sens unique uniquement vers l’europe, n’a aucune bonne justification, ni l’immigration permanente de tout le monde partout (on ne peut pas mélanger la terre partout en même temps) tout en ayant aucun projet constructif (pour l’exemple), avec en plus l’individualisme de renie à coté, tout en ayant aucun objectif de créer quelque chose, donc de donner une forme aux choses, du peuple lui-même jusqu’à son espace de vie, idéaux etc..
Si on n’accepte pas l’état du monde et que l’on veut forcer quelque chose sur les autres, faut pas étonner d’être détesté. Et non, préserver son existence chez soi ce n’est pas forcé quelque chose sur les autres, à moins que notre existence même soit un problème pour eux.
C’est bien la compétition au sein du peuple, mais amener la compétition de façon radicale en faisant venir des étrangers pour détruire directement, ou par la subversion, ou en causant de la division, ce n’est pas vraiment quelque chose de positif. Le but c’est de créer des conditions saines pour le futur, et pour les individus qui n’ont d’intérêt individuel que leur intérêt commun, non matérialiste ni de mélange sans intérêt. Se sacrifier pour des immigrés qui se tuent tous les uns les autres chez eux, qui ne connaissent que la domination ou la soumission, c’est un sacrifice inutile. Encore, de mélanger des peuples similaires, japonais et européens par ex, ça semble pas poser trop de problèmes, même si ce n’est pas idéal, car ce sont des individus avec une aspiration supérieure naturelle et une façon devoir le monde similaire, ouverte sur le plan matériel, et qui croient en eux-mêmes, sur le plan individuel non réducteur en tout cas. D’autres peuples, on ne partage rien, et le mélange ne pourra jamais être égal et harmonique, ne provoquera que la division. Mais bien en entendu le mélange peu importe qu’il peut fonctionner ou non, ne doit pas être une fin en soi, sinon cela revient à se réduire à quelque chose, une dépendance extérieure, et nous coupe de nous-même, en tant qu’individu, et en tant qu’unité/peuple, les racines communes/corps commun de l’individu. Si l’on ne s’unit pas au travers de nos ancêtres, pour notre descendance vivante, l’on s’unit pour rien, et l’on ne va nulle part, l’on ne peut rien créer de transcendant (réellement). L’unité c’est à travers le temps, avec sa propre source, et avec le tout présent, mais sans direction, sans passé, déraciné dans le présent, l’on ne va nulle part, ou l’on ne créera rien de fort et de transcendant, esclaves de la matière.
L’unité d’individus qui aiment leur propres racines, leur propre monde, leur propre peuple/tribu, à l’inverse de ces individus qui détestent tout et prétendent faire de l’inclusivité, car ils n’ont plus rien d’autre et aucun projet constructif, juste de tout renier et maintenir un lien vide dans la déconstruction (et/ou dans la séparation de l’aspect masculin, féminin, esprit, matière, etc). Tout projet constructif est dans l’ascendance, rejoindre une source et une conscience d’être semblable, pas de vouloir imposer sa propre vision du monde unique aux autres, ni de la passivité universelle, ça ce n’est valable qu’un temps, et au final l’on devra choisir de prendre part (ou pas) dans quelque chose de concret. Renforcer l’unique, l’individu, ce n’est pas d’imposer une idéologie unique, mais de créer/renforcer un lien commun/création enraciné (en nous).
Ils nous vendent une unité pseudo-universelle impossible d’individus n’ayant rien en commun* (qu’ils soient d’un même peuple ou non**), au lieu de renforcer les liens communs et d’accepter ce qui est libre et différent de soi, et donc promouvoir quelque chose de réellement universel. *rien de (ni projet constructif) concret sauf une vision/idéologie de l’unité universelle impossible qui empêche toute réalisation et liberté/auto-détermination au sein des peuples. La seule chose que l’on a en commun c’est le modèle universel que chaque forme d’esprit est différente, la manifestation vivante d’une âme universelle, et sa propre source/racines, d’accepter ce qui est, renforcer ce paradigme et ce qui renforce les unités pour un bien universel.
**l’esprit n’est pas séparé de la matière/corps, et inversement. rejeter l’autre ou une partie de soi artificiellement, ne rend pas l’autre chose que l’on « rejoint » (souvent tout aussi artificielle) plus « réelle ».
note: quand je parle d’esprit je parle de quelque chose de profond, pas seulement de l’intellect qui est plutôt matériel, et secondaire (ou même un produit). de la même façon que l’individu ne se réduit pas à ses pensées, ni l’esprit à un langage humain (qui n’en est qu’une manifestation « superficielle »/secondaire). L’on n’est pas ses pensées (encore moins en mots « humains »), l’on est ce qu’il y a derrière.

On dit que la génétique/épigénétique/etc. n’ont aucun intérêt, mais c’est bien cela qui fait la différence, l’esprit certes peut être au dessus, mais la base de l’individu, son code vivant, construit sur des millénaires (grâce à l’esprit et l’unité d’individus), c’est cela, tout comme toute forme de vie (oui, je m’oppose à la réduction de l’humanité à elle-même ce qui la détruira), l’esprit est supérieur à la matière, mais il peut en devenir esclave, ou être esclave sur le plan spirituel. Certains peuples ne sont pas capables de transcender l’aspect génétique* tout en l’acceptant et donc en acceptant les autres, améliorant leurs propres conditions, et leur propre unité au fil des générations, à l’inverse ils sont plutôt coincés dans l’horizontalisme décadent (à la même image de l’idéologie de mélange entre peuple comme fin en soi) mais la au sein de leur propre peuple en s’entre-tuant entres eux pour rien, par manque d’unité « horizontale » sur le plan matériel, par manque de conscience d’unité au-delà du monde immédiat, et ils respectent encore moins donc les autres peuples. Ils n’ont pas cette volonté, et peu importe qu’on les amène ici pour le leur faire comprendre, ils se rattacheront toujours à leur origine, leur peuple vivant déjà ailleurs, et la seule façon de les aider, c’est la-bas. Eux ne se renieront jamais dans ce nihilisme d’au-renie ou du mélange de disparition, ou comme nous de l’isolation sur sa propre terre (oui, on ne peut pas vivre dans les nuages). Ils se tuent entre eux chez eux certes, mais c’est pas pour autant qu’ils vont renier ce qu’ils sont pour autant (surtout s’ils ont une religion, déjà leur culture ou plus ou moins conscience de groupe/communauté, et à propos de la religion, qu’elle se prétende universelle ou non, c’est pas seulement la religion qui vient ici, il y a l’élément biologique avec, accepter ou refuser leur religion, n’est pas le problème).
Ils prétendent être « anti »-« race-istes » mais essayent simplement de se donner une supériorité morale en catégorisant les autres, pour justifier la haine et l’immigration de masse chez les européens. Et ces mêmes personnes qui se servent de leur origine « génétique » (ou de celle des autres) pour justifier la haine des européens (et un projet politique) tout en prétendant que « tout est pareil », ce sont des hypocrites. Sinon ils prétendent ne penser qu’en termes d’individus, que tout est pareil etc. sauf quand il s’agit de promouvoir l’immigration de masse vers l’europe (faut être « ouvert » parce qu’on est « les méchants » etc.), de cracher sur les européens, ou de jouer la carte de la victimisation.
*l’on peut le transcender via la conscience universelle, mais toutes les formes de vie ont leurs propres limitations, et la première étant de ne pas être toutes en même temps, bien qu’on partage un lien/connexion commune grâce à la nature, et notre existence propre. l’esprit passe à travers la matière et le corps, il progresse et prend forme en même temps que celui-ci, les deux ne sont pas séparés. refuser le corps, c’est refuser l’esprit. et l’on peut être un « individualiste » spirituel, qui ne rejette pas le corps, et ses racines, même sans s’intéresser à ses semblables, mais si réellement sain et spirituel/élevé/transcendant, encore moins de vouloir les détruire. Et puis on ne peut pas avoir de transcendance quand on a un blocage sur le plan matériel, surtout d’une partie de soi.
On a besoin de matérialisme (pas dans son sens moderne et décadent actuel) et d’individualisme, mais pour le bien de notre peuple, qu’il se retrouve (et nous-même), pas qu’il se perde dans le matérialisme abstrait qui ne va nulle part et ne croit en rien, diriger nulle part.
Ils veulent créer une humanité qui se croit au-dessus de la nature (qu’eux-mêmes détestent car non-contrôlable), une humanité de faibles (par cette même pensée ignorante) couper de l’universel et de la création, renfermer sur elle-même, comme ça ils pourront être eux-mêmes au-dessus de cette humanité. Ceux qui se pensent eux-mêmes au-dessus de la nature, son esprit, les animaux, etc. surtout sur le plan de l’âme/esprit, sont des individus faibles.
Rejeter artificiellement/idéologiquement la différence ne rendra pas la chose plus vraie dans le réel. Chaque peuple est différent, et le mélange surtout déséquilibré ne fera qu’en disparaître un. Et cette idéologie de renie artificiel ne marchera que pour les semblables, car entre les différents peuples même en rejetant sa spécificité par rejet total nihiliste, il y en aura toujours malgré tout. Après ils vont dire que c’est qu’au niveau individualiste, mais il y a des traits comportementaux et de vision profonde des choses que l’on ne rejette pas si facilement, à moins de devenir des robots vides pilotés de l’extérieur (et même la, toute forme implique une spécificité, esprit ou non).
Unir l’humanité à travers un ennemi commun, que ce soit les européens ou la nature elle-même, peu importe, leur idéologie reste la même, créer une humanité unique sans rien d’unique, d’individus sans rien en commun, de façon commune. On ne se libère pas de l’autre en le reniant ou en devenant un nihiliste.
Cette universalité (et vision universelle) qui transcende le plan matériel doit être au sein d’une création, de notre peuple, pour l’ouvrir à lui-même (et envers tout le reste), mais si elle en sort (du peuple) elle ne veut plus rien dire, se perd elle-même ainsi que son universalité, devenu descendante et non plus ascendante. Leur idéologie abstraite universaliste nous promet tout et rien mais ne nous libère en rien ni de rien, et nous rend au final esclave de nous-mêmes, et d’eux. L’on devrait rejeter notre propre « ascendance »/existence au nom des autres ou du nihilisme. Sans ascendance il n’y a pas de descendance (manifestation d’esprit), et séparé les deux au sein des peuples c’est le schéma domination-soumission, détruire son âme, pas de l’unité. La seule « hiérarchisation » qu’il devrait y avoir c’est dans le but de la transformer en unité ascendante.

Il y a aussi ceux qui se sentent victimes de tout, de leur “race”*, de leur sexe, de tout (et aussi ceux qui s’inventent ou non des identités imaginaires); et qui veulent imposer aux autres qu’ils fassent pareil, et créer de l’artificiel dans un monde/système tout aussi artificiel, comme solution. L’unité de rétractation/soumission les uns aux autres, dans une pyramide inversée. Ils nous font la promotion de liberté de tout et de rien, d’être des identités imaginaires, etc. pendant qu’à côté ils nous enlèvent toutes les vraies libertés. Le pire c’est que ces gens n’ont pas besoin de l’état pour valider leurs identités imaginaires, ou leurs communautés, mais ils le font quand même, pour pouvoir s’opposer aux autres qu’ils présentent comme leurs ennemies. Ils ne veulent même pas le conflit d’idées (quand on peut appeler ça des idées) (accepter le conflit étant une preuve de liberté et d’authenticité d’ailleurs), ils veulent dominer ceux qui ne pensent pas comme eux, les soumettre, au nom de leur vision auto-centriste, de la tolérance, etc. donc maintenant aspirer à la liberté réelle, c’est de l’intolérance. Et encore, sans immigration de masse à côté ce serait pas aussi destructeur, mais l’un justifie/permet l’autre. Ils ont le droit de renier les peuples et de croire en rien, mais si c’est pour croire en l’immigrationnisme c’est pas la peine.
Des gens qui s’inventent des identités imaginaires, dans l’individualisme extrême pour se sentir spécial ou avoir de l’attention dans ce monde qui rejette et banni tout lien spirituel et création concrète. L’ascendance depuis le plan matériel n’est pas dans le matérialisme d’auto-centrisme, c’est dans une aspiration créatrice sur le plan matériel, ces gens-là deviennent souvent passivement ou activement soumis à l’élite cosmopolite déracinée de domination actuelle.
Comme si la solution à tout c’était le renie et le repli individualiste « d’ouverture » stérile qui ne mène à rien ou de rejet de l’autre ou du réel (identités imaginaires). Et comme si (sexes etc.) les empêchaient de faire quoi que ce soit ou que de les renier amenait quelque chose de plus (ou plus « d’universel »). L’on n’est pas obligé de s’attacher à ce monde moderne décadent ou de créer du factice ou de l’auto-centrisme stérile qui n’a rien à proposer en retour que toujours plus de revendications. L’universel est universel en lui-même, on n’est pas limité par quoi que ce soit mis à part quand on veut embêter les autres ou que l’on est trop replié sur quelque chose de réducteur pour récolter ou rendre quoi que ce soit de créatif. On n’est pas obligé de rentrer dans cette société capitaliste ou communiste décadente d’individualistes et de trouver comme solution la soumission assumée stérile, le factice ou la pleurniche. On peut faire ce qu’on veut, tant qu’on respecte l’autre et que l’on ne fait pas de revendications stupides et réductrices.
*et que les « méchants » seraient ceux qui voudraient leur imposer une « race » (jusqu’à la nature et l’univers lui-même évidemment), alors que personne n’impose rien du tout, mais eux n’ont pas non plus à nous imposer leur idéologie de renie très ridicule non plus. Leur idéologie victimaire est à la fois politique, ainsi que pour diviser mais « unir » contre un ennemi désigné, les « pauvres victimes » contre les « gros méchants », dans une vision réductrice des choses.
La police de la pensée, le politiquement correct ne servent qu’à biaisé le débat dans le sens des élites, et de la victimisation permanente, ou la diabolisation de toute opposition, de toute liberté des peuples d’Europe.
Toute personne qui ne veut pas que son pays soit colonisé ou qu’on renie son existence même, est traité par ces victimes autoproclamées (et politisées) (ou par ces défenseurs de tout et de rien), de racistes, xénophobes etc. alors que si on faisait pareil dans leurs pays, ils appelleraient à la décolonisation et au meurtre, comme ils le font en afrique du sud d’ailleurs, et bien d’autres pays.
Ils justifient le fait qu’il y ait 20% d’étrangers en France (ça prouve à quel point on est de méchants racistes xénophobes!, d’avoir accepter autant d’étrangers hein), pour demander plus d’immigration et de pouvoir au sein de nos pays, belle preuve d’intégration. Ils en ont rien à foutre des peuples d’europe. S’ils étaient réellement intégrés ils défendraient le peuple qui les accueille, et non pas leur origine ni le communautarisme. Mais bon, les individus de mêmes racines se rapprocheront toujours plus de leurs semblables au final (qu’ils soient « intégrés » ou non), les étrangers même nés sur notre sol c’est pareil, et c’est très naturel. Mais cela devient un problème quand la politique n’a aucune direction concrète. Il y en a qui respectent notre propre peuple et savent qu’on ne peut pas faire sa loi partout, mais bon, il y en a de moins en moins et ils ont toujours été une minorité. Certains autres se prétendent intégrés, mais ont d’évidents conflits d’intérêts, même au sein de ce système qui représente personne, pour dire… Refuser de s’intégrer n’implique pas de devenir obligatoirement des éléments subversifs (que l’on croit être supérieur ou non, ce n’est pas le bon schéma/exemple/façon dans tous les cas, et une preuve de faiblesse et de dépendance).
Le « vivre ensemble » n’est pas pour faire vivre les français entres eux (ou avec les autres européens), mais pour faire vivre les français avec le moyen-orient/l’Afrique, en France (le moyen-orient se transportant en France/Europe évidemment, pour eux la diversité et « l’ouverture » ça se réduit à l’immigration (je dirais plutôt prostitution), et d’aider les africains pareils, pour eux ça se limite à en faire venir quelques millions pour se donner bonne conscience; que ce soit ces élites idéologiques ou ces mêmes étrangers, ils n’en ont aussi rien à foutre de leur pays d’origine et des africains, tout ce qui les intéressent c’est de détruire les peuples d’Europe, ou son intérêt personnel, et de maintenir le reste dans la misère). Toujours la même vision de leur universalisme en tant qu’idéologie de développement arrêter (ou renie, pareil), nous européens ne pouvons rien construire si ce n’est qu’avec (en faisant venir) toute la planète chez nous (sans droit à l’auto-determination), et au final n’aider personne, ni les peuples/pays de ces gens que l’on fait venir ici et que ces mêmes mondialistes détruisent.
Ils veulent nous faire croire que de défendre notre existence ce serait de l’intolérance pour les autres, ou que c’est « pas bien » au nom de leur vision de « l’égalité » « universelle » (enfin, plutôt au nom de l’élite illégitime qui domine dans tout ce chaos). En quoi c’est de l’égalité d’interdire aux Européens de l’avoir? l’égalité d’être libre chez eux? et en quoi c’est de l’égalité d’avoir à se soumettre à n’importe qui qui viendrait et prétendrait vouloir faire sa loi ou imposer une idéologie, ou nous imposer d’accepter toute la misère du monde sans réellement la corriger? ou de rabaisser tout le monde au même niveau?
Même au sein d’un même peuple non divisé par l’immigration cette fausse égalité de rétractation (ou d’idéologies de développement/construction/continuité arrêter), et de loi du plus faible (sur le plan de l’esprit) est mauvaise (surtout quand il n’a aucune limite et ne sert pas les intérêts de son peuple), empêche tout développement futur, et ne sert qu’une petite élite. La vraie égalité et unité sociale sont constructives et non pas de tout rendre à une centralisation déconnectée du peuple, qui le phagocyte au lieu de lui donner vie, et qui étouffe l’individu en le réduisant au plus bas ou à la pensée unique.
La loi du plus sain/ »fort » c’est pas la domination, ça c’est la loi du plus faible, la loi du plus sain c’est d’être le plus fort pour défendre l’honneur, la morale, ses semblables, et à travers tout cela l’ordre/harmonie universelle.
L’ égalité c’est de traité l’autre comme on le voudrait de soi-même. Imposer la soumission égalitaire ou le renie, n’est pas de l’égalité. Le renie ou le phagocytage des choses ou du réel n’amènera que le néant. L’on doit être capable de vaincre le néant, pas de le devenir. Ou être capable de l’avoir en soi, et d’y survivre à travers, que notre unité et peuple survive à travers. Faire le vide (pour se « remplir »/connecté à des énergies supérieures/subtiles) ou lâcher prise de ce qui nous est néfaste/inutile, n’est pas la même chose que le néant ou ce que je viens de décrire.
L’élite est responsable elle-même de toutes la non-égalité (peu importe le système, même qui prétend se baser sur l’égalité), ils sont donc obligé de la réduire au plus bas ou sur des plans idéologique, car de toute façon l’égalité cela n’existera jamais, sauf de différents peuples homogènes ayant leurs propres spécificités naturelles où chacun apprend les mêmes choses et où les plus faibles ne survivent pas (sélection naturelle), mais la plupart de ces individus sont contre la nature, et pour la civilisation et la spécialisation, il y aura donc jamais d’égalité, et l’écart des inégalité ne pourra que s’agrandir, il faut l’accepter. Toute civilisation fonctionne sur l’endoctrinement des plus faibles (ou d’en créer ou d’en faire venir), l’inégalité est la base de toute civilisation, sinon on n’en aurait même pas besoin.

Ces « européens » (être « blanc », ne suffit pas pour être européen, même si un européen est naturellement « blanc » (conséquence géographique)) qui s’associent avec des étrangers pour créer un pseudo groupe de suprémacistes internationalistes, qui se croient supérieurs à tous les autres, pour faire leur loi, et réduire/renfermer l’humanité à/sur elle-même, la renfermé, (n’ont rien d’européen). Et tout ça au nom de valeurs de tolérance, ils sont bien marrants, la seule dictature ce sont eux qui l’incarnent. Ils veulent que l’on soit tous pareil, tout interchangeable, tous égaux, tous esclaves, et voila, paix universelle, c’est beau non? ce sont des gens qui se prennent pour la seule incarnation possible de l’universel, à la limite ils ont le droit, mais nous aussi (dans un sens constructif évidemment, pas de rejet justement contrairement à eux).
S’ils nous imposaient pas l’immigration de masse on ne serait pas obliger de nous défendre, en tant que peuple, et donc forcément aussi notre forme/existence matérielle (on est pas un pseudo-peuple qui ne possède rien en commun sauf un intérêt à embêter/dominer les autres), un peuple ça se réduit pas à une couleur de peau, et une « race » encore moins d’ailleurs. Il y en a marre de ces consanguins idéologiques de l’esprit qui se prennent pour les représentants de l’humanité toute entière et qui veulent faire leur loi aux autres. Des individus n’ayant rien en commun, mais tous pareils dans la superficialité, l’indifférence, l’éphémère et la pensée unique (car n’existe qu’à travers le factice), cherchant un bien commun extérieur par intérêt individualiste hédoniste et à travers la haine/séparation artificielle de ce qui ne pense pas comme eux. L’homogénéisation dans la pensée unique, « tous les mêmes » mais n’ayant rien en commun. Une unité forcée qui n’est pas en soi mais qui se cherche dans la copie/mimique artificielle. Ils veulent l’individualisme qui se soumet à leur système, mais pas l’individualité, tout comme ils n’aiment pas les différents peuples libres d’eux-mêmes.
L’unité d’esprit/sur le plan de l’esprit ne veut pas dire tous penser pareil, mais avoir un esprit et âme profonde commune, dans l’individualité et (qui permet) la multiplicité. Capable d’exister sans opposition d’idéologie unique qui rejette l’autre (et l’autre unique). L’idéologie unique n’est pas vraiment unique, elle ne fait que rejeter l’autre expression unique et multiple. Des idéologies uniques d’individus qui sont plus intéressées par faire du prosélytisme aux autres que de s’occuper d’eux-mêmes et/ou d’incarner le bon exemple.
Des gens qui pensent tous pareil mais qui n’ont aucun projet constructif (la rétractation et renie/rejet/soumission de tout n’est pas de la construction), qui se croient le centre du monde et qui détestent tout ce qui ne se soumet pas à leur idée de la justice sociale, la dictature de la bêtise, du renie et de la haine de ses semblables en tant que supériorité morale, et de l’auto-soumission à tout comme nouvelle grandeur universelle et « ouverture » à l’autre. Préférer la faiblesse pour ne pas donner le sentiment d’être supérieur à l’autre, ou pour ne pas « faire du mal » à la différence de l’autre (idéologie victimaire), dans une unité obligatoire/forcée. Il faudrait que l’on se soumette à tout et à rien, et renier notre existence ou toute construction au nom de tout et de rien. L’on ne peut pas exister car l’existence elle même est un potentiel conflit à éradiquer, et donc il faut disparaître par passivité, dans l’indistinction. Aucun équilibre et entente possible.
Dans un monde rempli de communautarisme ou de collectivisme abstrait ou purement matérialiste (qui n’apporte rien de profond (ni rien à terme) à l’individu d’ailleurs, tout comme l’individualisme primaire), l’individualisme en tant que peuple c’est du suicide.
rappel: L’ennemi n’est pas l’autre peuple, car on défend tous les peuples, l’ennemi ce sont les individus qui ne respectent pas les peuples, que ces individus soient des européens en Europe, ou des étrangers en Europe, et pareil pour toutes les régions du monde. La terre est grande, chaque peuple devrait avoir son évolution propre, sans besoin de système extérieur, d’ingérence, ou d’envahir un autre peuple. Ce qui ne fait qu’empêcher notre évolution commune. Refusons l’auto-domestication déjà bien avancée, et refusons la transformation des humains en esclaves (tel des loups en chiens).
« C’est ok d’être européen », « non, vous n’êtes que des êtres humains », soumettez-vous, voila le fond de leur pensée. Ils s’approprient l’humanité à laquelle ils nous réduisent.

« La France aux français » ça choque certains, apparemment c’est de l’exclusion? parce que l’inclusion de ces gens est par rapport aux non-français/européens? ils sont ouvert en premier à travers « l’horizontalité », l’autre, plutôt que l’horizontalité/de leurs semblables? on aurait l’interdiction d’être ouvert en premier lieu en soi-même ou de l’amalgamer avec l’idéologie nihiliste ou de passivité obligatoire? est-ce que l’Afrique aux africains ou l’Asie pour les asiatiques ça les choqueraient? bah non c’est bien ça, c’est positif, et même de l’anti-colonialisme! mais en Europe c’est de l’anti-« ouverture ».
On ne peut pas être ouvert au monde ni aux autres si l’on n’est rien soi-même (sur le plan individuel ou plus grand/peuple). Il n’y en a pas un peuple/ethnie/ »race » de supérieure à l’autre, en dehors du respect de l’autre et/ou de là où vit l’autre, juste des différences. Et pour les imbéciles qui critiquent par rapport au QI certains peuples, ce n’est pas parce qu’on a le même QI, que d’un seul coup l’on devient du même peuple/ethnie/ »race ». Ou que l’on a plus de QI que l’on est moins destructif. On ne peut pas être tout et rien en même temps, sinon l’on ne représente rien mis à part la stagnation ou le néant informe qui propage sa bêtise nocive à tous les autres.
C’est bien ça l’idéologie d’ouverture mondialiste, le néant et la soumission qu’ils confondent avec inclusion. Et puis même si tout était pareil, on est quand même une tribu, des êtres vivants/biologiques, en quoi l’on devrait se laisser remplacer par d’autres, les autres sont mieux que nous? Car oui tout ce qui se continue/perpétue dans ce monde ce sont des unités manifestées, des unités d’individus, en quoi les étrangers seraient mieux que nous, sur notre propre terre? pourquoi devrait-on disparaître, pour les bénéfices de qui?
Les étrangers qui respectent le peuple Français/Européen en France/Europe (et s’opposent donc à l’immigration de masse), ou ceux qui ont totalement abandonné la culture, l’esprit et la religion de leurs origine pour devenir des français, dans le corps (en tant qu’aspiration) et l’esprit, ils peuvent rester (corps je parle aux Français eux-mêmes, pas à un système ou république abstraite qui déteste elle-même les Français et/ou les renie). Les gaucho-mondialistes qui veulent faire venir toute l’Afrique ou le proche orient en Europe, qui détestent les français, ou qui veulent promouvoir l’idéologie nihiliste tout est pareil les peuples n’existent pas ou pousser les peuples à se battre entres-eux (tout en prétendant le contraire), qu’ils émigrent ailleurs. Ils comprennent même pas qu’en promouvant l’immigration ils font le jeu des élites*, et des élites économiques qui pour eux les individus et les peuples ne sont que des esclaves potentiels, des moyens pour leurs fins, et qu’ils se servent d’eux et des immigrés comme outils pour détruire l’Europe et faire perdurer leur système, tout en détournant l’attention de qui est responsable des problèmes dans les pays de ces derniers (et d’ici). L’immigration n’est qu’un symptôme.
Et puis qui sont ces gens de ces cercle fermés de l’élite idéologique actuelle, et bancaire, médiatique ou des célébrités pro-système actuel (et fabriqués/validés (et dépendants) par/(de) celui-ci) qui pensent tous pareils et qui se croient le centre de l’univers et qui veulent nous imposer leurs idées génocidaires et sataniques?. Et non, croire en la liberté des peuples d’être libres chez eux n’est pas de penser tous pareil, c’est à l’inverse ce qui donne un potentiel illimité (et libre) car l’on est uni par la racine, l’on peut évoluer comme l’on veut, pas par une dictature de la pensée. Et non mélanger les racines n’est pas une solution, sinon rien ne poussera, et cela reviendrait à dire qu’il y aurait un problème avec les nôtres, et que l’on devrait cesser d’exister. En réalité les membres de cette idéologie cosmopolite abstraite ce qu’ils détestent c’est que dans toute notion de racines, de manière plus grande cela représente une forme de liberté en soi, une possession, et une notion d’ascendance, d’un potentiel qui libère d’une certaine façon de l’horizontalité/uniformisation sans distinction de nivellement par le bas de leur idéologie générale en tout cas, et de leur domination.
*car sinon ils iraient les aider réellement et donc dans leur pays, mais ils ne peuvent pas vu que ceux qui les font venir ici sont les mêmes qui y font les guerres et qui veulent affaiblir l’europe.
ps: je défends la nature et les peuples, cela n’est pas dans le domaine de l’idéologique qui serait une nécessité artificielle, et si idéologie il y a, elle a pour vocation à ne plus l’être comme finalité.
Ils veulent utiliser la grande diversité des peuples d’Europe dans un but de nous divisé (« on est déjà tous différents en europe », ou « on tous mélangés à l’échelle mondiale » (peut être à 5%)), pour imposer encore plus de mélange idéologique sans limite, et justifier/imposer à la place une diversité faussée réduite à la pensée unique et l’immigration de masse à sens unique vers l’europe. Ils veulent nous faire croire qu’il nous manquerait quelque chose, ou que l’on ne pourrait pas se sentir connecté au monde sans ces fausses idéologies universalistes repliées sur elles-mêmes. On a différentes cultures (bien qu’avec une forte similarité), mais on a les mêmes racines matérielles et le même esprit profond.
On fait partie de la diversité de la nature, pas de la diversité réduite à l’humanité qui rejette la nature (la réelle diversité) et donc la sienne (ainsi que sa propre diversité), surtout si c’est pour la réduire à sortir les peuples de leurs environnements/régions diverses.
Ils prétendent promouvoir l’antiracisme en nous imposant l’immigration, et tout en même temps prétendre que l’ennemi serait l’immigrant (par cette promotion d’antiracisme**, comme si c’était ça la question), alors que ce sont eux, l’ennemi, destructeurs des peuples. **et parce qu’on voit bien que ce sont les mêmes derrière les nationalistes anti-immigration mais basés sur la haine, pas la logique, et qui ne critiquent pas les vrais responsables non plus (tant qu’il y aura ces débiles nationalistes qui ont la haine du mauvais ennemi (et qui espèrent gagner contre la terre entière, comme le vrai ennemi), cela donnera une excuse à ce vrai ennemi de l’élite illégitime, de nous envahir de toujours plus d’immigration, et d’attiser la haine contre nous). Sans même parler de ces néo-« nationalistes » qui pour eux seule l’idéologie (et/ou « l’intégration ») compte, l’immigration de masse, le peuple, etc. l’ordre du monde ils s’en fichent, ils ne défendent que la coquille vide soumise au système international, ils sont prêts à donner la nationalité à la terre entière, des « nationalistes » mondialistes. Et la nation n’est que l’extension-création du peuple, la nation n’est pas au-dessus de celui-ci.
Capitalisme (surtout international spéculatif), communisme ou autre, ce sont les mêmes idéologies déracinés d’exploitation du vivant et de la nature,et qui en plus osent se prétendre des modèles universels, alors qu’ils sont anti-universels et fermés, et veulent réécrire l’humanité toute entière et les autres à leur image. Ce même « esprit » spéculatif omniprésent maintenant, qui croit qu’il permet de plus grandes choses, ou une sensation d’illimiter, mais qui ne fait qu’exploiter et réduire la qualité/affaiblir l’existant.
**² À la fois ils disent « muh ce n’est pas bien d’être raciste », mais de l’autre côté personne n’a le droit d’avoir d’autodétermination ou de légitimité en dehors de leur élite de pouvoir et de système abstrait déconnecté des peuples, mal fonctionnel et oppressif pour tous, donc forcement il y aura des luttes horizontales entre les peuples, hôte-légitime, et les autres qui ne respectent rien (à qui l’on promet tout et rien (d’une autre façon)), et l’on fait tous le jeu de ces élites. Le but n’est pas de s’unifier dans l’incohérence, le déracinement, ou l’idéologie individualiste, nihiliste ou cosmopolite, cela ne sera qu’un appel qui ramènera tous ces parasites au pouvoir, par manque d’ordre et d’unité intérieure. C’est ce faux anti-racisme et toutes ces fausses valeurs inversées qui permettent le pouvoir de cette élite malfaisante.

Ils attaquent l’Europe prioritairement car on est les seuls à pouvoir défaire leur monstruosité, et car cette même monstruosité est construite chez nous, qu’ils se servent de nous pour leur hégémonie mondiale, car on leur donne leur pouvoir et légitimité, et c’est à nous de la leur reprendre.
Ils se prétendent antiracistes comme s’ils étaient eux-mêmes au-dessus de tous les peuples/ »races » (en réduisant un peuple à une « race » en tant que quelque chose d’arrêté dans une inversion accusatoire), et que dans un sens tous les peuples leur appartiennent, ou qu’ils en sont les représentants, ils veulent renfermer l’humanité sur elle-même tout en se prétendant au-dessus de celle-ci. Mais apparemment ils sont incapables de vivre sans embêter les autres. Et puis ces mêmes élites fictives qui nous font la propagande du multimélange eux par contre dans leur petit cercle ne se mélangent pas aux peuples. Ils font la promotion pour tous de cette vision de l’élitisme, mais cela ne peut que servir une petite minorité, ou de futurs esclaves d’élites pour représenté tout ce système malfaisant.
Des individus qui croient donc que pour être antiraciste (et avoir la supériorité morale) il faut renier les « races »/peuples, et donc s’unir forcément avec des étrangers (ou s’en servir pour le « prouver ») de façon biaisée dans le renie (et/ou contre le méchant désigné) pour le prouver et le manifester.
L’autre problème c’est que c’est gens la prétendent représenter la diversité toute entière (en nous en faisant la propagande de manière abstraite et superficielle, et en la réduisant à l’humain), et pas la diversité elle-même, ils ne font que tout pervertir et détruire cette même diversité. La seule diversité au sein de leur idée du monde c’est de groupes ou individus qui se battent dans des plans abstraits déconnectés ridicules pour savoir qui représentera tous les autres, de quelque chose qui ne prendra jamais forme (ni en eux-mêmes, ni de ceux qu’ils cherchent à dominer) mais qui perpétuellement étouffe ces autres. Ce ne sont pas des idéologies ascendantes. Ils prétendent défendre toutes les « races » mais les divisent en même temps entre-elles vu qu’ils les placent tout en bas et/ou prétendent les représenter toutes, le désert de l’esprit mis tout en haut. Mais au fond ils prétendent représenté tous les individus de façon séparée/divisée à eux-mêmes et à leur peuple (pour qu’il n’y ait aucun individu qui représente le peuple réel ou l’ordre naturel au pouvoir). Pour eux ce n’est qu’une question de qui est au pouvoir et de qui domine – (idéologies purement descendantes envers tous les autres (quand on se domine et se connecte soi-même au Tout, on n’a pas besoin de cela/de ce genre de volontés descendantes pour se sentir « puissant »)) – ou font semblant que c’est pas le cas, nous l’on veut juste l’ordre et la liberté d’autodetermination ou chacun est libre chez lui dans le respect mutuel de l’autre. Au lieu du chaos de tout le monde qui veut faire sa loi partout, dans une vision déracinée et de prédation permanente. La promotion de tous les groupes de soi-disant opprimés contre les soi-disant oppresseurs (qui ne sont même pas ceux qui ont le pouvoir en vérité), sont eux aussi une fausse opposition (celle que veut le marxisme culturel), et au final personne n’a le pouvoir sauf certains, et il n’y a aucune hiérarchie ascendante bénéfique à tous (qui relie tout le monde avec le bon exemple et le légitime en haut qui pousse les choses vers cela ou en tout cas la cohabitation harmonique), seulement le chaos organisé (qui est organisé et que l’on organise). Il faut arrêter de combattre les faux combats futiles qui nous épuisent pour rien et nourrissent l’ennemi qui n’a pour but que de s’opposer pour épuiser.
Et quand ces cosmopolites pro-immigration antipeuples (« nouvelle race supérieure d’esprit abstrait ») qui ont le pouvoir depuis des « dizaines d’années » (pour être gentil) se voient menacés, d’un coup ils prétendent incarné la résistance et les victimes défenseurs de tout (et essayent de ramener les idiots utiles à leur cause), mais ils ne font que défendre leur vision du monde où ils sont tout en haut, et les autres tout en bas*. Vraies victimes contre fausses victimes, ou victimes créées par le système dirigées contre un « ennemi » désigné, et le diviser pour régner. L’on a le droit de se sentir victime, mais si c’est pour devenir des bourreaux ou soumettre les autres à ses revendications, et agir sans cohérence, ce n’est pas la peine de se prétendre victime. Et le but n’est pas de baser son identité première sur l’idéologie-victime, cela n’a aucun intérêt.
Les vrais opprimés ne seraient pas encouragés par le système. Et les vrais opprimés n’ont en général pas le droit de se plaindre.
Et encore, si c’était réellement cosmopolite, ce ne serait pas à sens unique ni pour rester de façon permanente dans le pays des autres ou leur imposer sa politique personnelle, et puis tout le monde ne peut pas émigrer dans le pays de tous les autres en même temps. Et en plus de tout cela, c’est du « cosmopolitisme » de renie et de haine des peuples. Et qui se fait dans le centre des peuples, au lieu d’aux frontières et de centres d’échanges. L’on peut avoir l’esprit cosmopolite tout en défendant sa propre terre et son propre peuple, au lieu du néant.
Tout le monde ne peut pas être un cosmopolite, encore moins membre d’un réseau international. Leur vision de l’élitisme déconnecté des peuples mais qui n’existe pas sans eux, sans les parasiter, est ridicule. Ils font la promotion du chacun pour soi, ou bien cela est la conséquence logique, pour justifier leur élitisme qui se croit au-dessus de tous les peuples mais qui ne sert au final l’intérêt de personne.
Ils se prétendent défenseurs des victimes (et essayent d’en créer pour les ramener à leur idéologie politique**) pour mieux justifier leur propre tendance oppressive. Qui nous disent au fond que tout ce s’opposerait à leur idéologie serait forcement des gens qui veulent le retour de l’oppression des autres, alors que c’est exactement l’inverse, nous libéré pour nous libéré des conflits qu’ils nous causent avec leur nihilisme obligatoire à sens unique et de pousser les individus les uns contre les autres. Ils vont jusqu’à créer des individus qui se sentent victimes de la simple existence des autres. Pour justifier leur propagande de renie ou d’individualisme réducteur et du tout est pareil. Et puis même si tout était pareil (dans le sens de « race » (ce qui est faux mais bon, pour l’explication)) sur le plan matériel, on n’a pas les mêmes racines, on a tous des âmes différentes (que ce soit sur le plan individuel, et donc commun) (et le but n’est pas que tout soit pareil non plus, ce serait de l’esclavage), on se rattache à ceux qui nous ressemblent sur un plan de l’esprit, avec lesquels l’on partage un lien ancestral, que l’on soit tous pareil en dehors de nos racines spécifiques ou non, et le but n’est pas que sur le plan matériel l’on ne soit que des robots inertes individualistes évitant d’exister par évitement d’un potentiel conflit, ce serait une inversion des choses. L’universel est universel en lui-même et on l’a en soi, pas en phagocytant les autres, toute forme de vie n’est peut-être liée par une seule source commune (difficile à imaginer dans ce vaste univers mais bon), mais toutes sont différentes avec leurs propres sources primordiales.
Ils prétendent aussi que le monde serait seulement une « construction sociale » (en la dépouillant de toute notion d’esprit ou de transcendance/profondeur), mais évidemment ils acceptent que leur vision du social et du monde à eux, et réduite à la déconstruction, la soumission à tout par passivité « inclusive » ou refus de tout. Toute construction pour eux est une oppression, il faudrait donc déconstruire de façon permanente et faire de l’inclusivité abstraite comme fin en soi. Ce sont eux qui nous divisent avec leurs idéologies artificielles.
Ils prétendent que l’endoctrination serait de redonner de l’espoir et de l’unité à ce dont on croit, notre peuple (dans ce cas), et que l’anti-endoctrination serait de faire de l’immigration de masse, du mondialisme, et du renie de soi (bah oui c’est ce qu’ils proposent dans le concret, en dehors de toute leurs bêtises et fausses idées).
*dans un monde sain, si hiérarchisation il doit y avoir, c’est chacun chez soi, en laissant les autres libres, sans fausse centralisation ou de tout réduire à une seule région qui phagocyte tout, ou de se servir des étrangers pour justifier la destruction du centre/peuple des autres, ni utilisé de la fausse égalité liée à cette fausse hiérarchisation d’inclusion-domination, au lieu de séparation/liberté.
**par exemple ils prétendent défendre les minorités, les communautés séparés, les homosexuels, etc. (dans un immonde amalgame) mais quand on regarde de plus prêt ils ne font que défendre leur idéologie mondialiste et de destruction de l’Europe, ils ne défendent jamais les minorités ou autres en tant que tel par exemple, mais toujours en liant cela à une forme de politisation, et d’opposition, et à une élite autoproclamée. Ils ne veulent pas l’unité, ils veulent maintenir et entretenir ce chaos. Certaines identités individualistes ou séparées d’une logique d’unité créatrice et de continuité, ou réduites à des goûts ou hobbies individuels ont tendance à ne pas être en faveurs des peuples, mais cela n’explique en rien cette politisation pour les transformer en destructeurs des peuples, ou que l’on devrait se soumettre à toutes les revendications et choses au nom d’une égalité réductrice et impossible de soumission à toujours plus de tout et de rien, ou se soumettre à la passivité. Si l’on individualise la sexualité/les sexes, ou renie les choses, cela n’amène pas plus d’universalité, ni d’ouverture, la réduction à soi ou des choses à elles-mêmes n’est pas de l’ouverture universelle, l’ouverture c’est accepter l’ordre du monde (dans le sens de lois (ascendantes), de conséquences, et de libre arbitre), et les autres y compris ses semblables. Le problème ce sont surtout ces identités-revendications d’individualistes autocentrés ou séparés qui se prétendent au-dessus des peuples via la « transcendance » individualiste réductrice, ou d’un sexe unique (ou de réduire le sexe à lui même de façon stérile non rendu à l’autre et au lien transcendant), ou « d’identités séparées de tout mais qui n’acceptent pas le tout ». Ils nous font la promotion des identités repliées sur elles-mêmes qui ne sont pas un problème pour l’élite et le système anti-peuple.
De l’esclavagisme au nom des droits des autres qui refusent les peuples, et des communautés séparés qui n’ont aucun intérêt créatif mis à part l’auto-centrisme et s’opposer aux autres tout en jouant les victimes autoproclamées imaginaires contre un ennemi qui n’existe pas (ou en se servant de mensonges/diabolisation) alors qu’ils sont eux-mêmes les représentants des bourreaux.
L’on met tout en haut le positif, le constructif, l’ordre constructif/ascendant, le beau, l’unité réelle (ou qui a vocation à Être/l’être ou a renaître/retrouver/régénérer), l’harmonique, l’honneur, la force, la santé etc. après si d’autres veulent faire l’inverse ils ont le droit, mais on ne mettra pas leur hédonisme ou leurs énergies descendantes (dans son sens réductif/destructif, pas de « guide »/exemple (qui nécessite la fonction première ascendante)), tout en haut.

Ils prétendent aussi maintenant comme excuse pour cette destruction de l’Europe, cette haine des « blancs »/européens, qu’en fait ce qu’ils détestent ce sont les « mâles blancs »² (leurs mots) (dont l’élite y projette tous ses maux et la responsabilité de tout leur chaos), et qu’ils défendent toutes les femmes*, enfin, de façon abstraite et surtout si elles se soumettent à l’idéologie mondialiste. ²À moins qu’ils se soient reconvertis en « femmes » pro-mondialisme évidemment). Toute leur propagande « égalitaire » n’est qu’une idéologie de profonde déconstruction et de division. *Mais bon, dans le fond ce qu’ils détestent le plus ce sont les femmes, mères/matrices des peuples et de la connaissance-conscience-esprit sacré de ceux-la (l’aspect spirituel, et ascendant, féminin), l’esprit plutôt sauvage/libre de la nature, qu’ils ne peuvent pas contrôler, ainsi que la mystique du vivant, de la naissance de l’esprit. Ils veulent détruire les Européens en rendant stérile spirituellement les femmes. Sans féminité il n’y a pas de masculinité (et inversement), les féministes anti-féminité pour lutter contre les hommes ne servent les intérêts de personne, sauf du chaos. C’est un faux féminisme de séparation et d’auto centrisme « d’indépendance » mais de soumission et dépendance au système, nécessaire car elles ne représentent rien d’autre d’autre de toute façon (vu qu’elles ne le veulent pas, ou tout et rien à la fois).
Un monde « ouvert » où les sexes doivent se soumettre entre-eux et envers l’idéologie factice, ou qui n’existeraient pas, où les races ne sont que des couleurs de peau ou n’existent pas non plus***, et où défendre son espace d’existence (oui, encore une fois on ne peut pas encore vivre dans les nuages) c’est de l’anti-ouverture, mais émigré ailleurs ou se soumettre à l’immigration c’est de l’ouverture. note: Pour ces gens un étranger ne peuvent être que ouvert, par esprit de conquête ou d’intégration (fausse ou réelle), et nous l’on ne peut donc être que fermé. L’on a pas le droit d’être ouvert en nous-même, cela doit forcément être via l’immigration, car pour eux l’on existe même pas, l’on n’est pas une expression de l’universalité du vivant, et il nous manquerait quelque chose (je vais trop loin? je ne vais que là où toute cette farce mène). Et ils veulent à côté nous enchaîner en nous réduisant au plus bas, et au matérialisme réducteur, ou l’abstrait sans forme, l’individualisme, etc. pour nous faire accepter notre destruction, pour faire en sorte qu’elle se passe bien, qu’on reste passif. ps: certains critiquent le matérialisme mais sans s’attaquer aux causes ou leurs contextes, et qui même parfois les défendent.
note: ils prétendent que ce n’est pas bien de défendre sa terre (son peuple), mais eux considèrent que toute la terre est à eux.
Les autochtones paisibles ce sont automatiquement les méchants, et les prédateurs opportunistes nomades² les gentils. Et puis même si l’on croit en la loi du plus fort, cela ne change en rien la mauvaise foi extrême de ces gens qui se prennent pour « Dieu ». ²le nomadisme des chasseurs-cueilleurs n’a aucun rapport avec celui dont je parle ici, qui n’était pas dans le territoire des autres peuples ni de prédation.
Ceux qui croient en l’abstrait matérialiste nihiliste et qui diabolisent les notions de « races » et promeuvent le « tout est pareil », etc., ne changent en rien le monde, l’on n’est pas obligé de se réduire à leur vision du monde et à leur vision à eux de ces notions, l’on peut avoir une communauté ou un peuple sur le plan matériel malgré ces « mots »/notions diabolisées. Et puis l’élite elle-même nous dit qu’ils acceptent les communautés, mais bon évidemment sauf si elles sont enracinées/cohérentes et ne se soumettent pas au système cosmopolite et à l’élite autoproclamée. Faire venir des déracinés ou créer des déracinés en Europe pour justifier leur idéologie de domination anti-peuples, avec de fausses promesses « on va tous être unis tous les mêmes de cette façon ».
La seule solution est de boycotter leur système et le laisser mourir.
L’excuse qu’il n’y a que les blancs qui sont méchants et qui n’ont pas le droit à avoir une communauté est une échappatoire, au final personne n’a le droit de s’opposer à l’élite et ses actions locales mais surtout internationales. Dans le fond ils diabolisent les notions de races pour interdire toute liberté, toute création et toute manifestation d’esprit et d’unité, sauf la leur, et leur domination non pas d’eux-mêmes ou du monde, mais des autres. Ils nous vendent de la fausse liberté pour nous enlever la vraie.
***les races et les sexes n’existent pas, mais ce qui est pire, c’est si l’on est/s’identifie « blanc »/européen et hétérosexuel apparemment mais bon quand il s’agit d’étrangers ou des « noirs » par ex (black lives matter, etc. ou pour faire de la propagande²) c’est bien on les laisse, vu que ce sont des « victimes » par défaut comme n’importe qu’elle minorité (même les minorités inventés) de toute façon. Leur égalité est une égalité via la pleurniche, et pas universelle mais réduite à l’Europe, et qui fait des « majorités » forcément l’anti-égalité, et la minorité forcément pro-égalité, une égalité de quotas, de tous les peuples du monde en Europe, vu que l’Europe est une terre vierge**** qui n’a jamais eu de peuple apparemment. L’on peut s’identifier à ce que l’on veut (encore mieux si c’est ce que l’on n’est pas (stérilité de l’esprit)) vu que toute identités de peuples ou de sexes biologique est une forme de victimisation ou n’existeraient pas (seraient fictives d’après eux, une totale inversion), donc si l’on s’identifie hétérosexuel pour eux c’est un choix, et une volonté d’être « méchant » par défaut (si l’on est « blanc »). Ces gens se placent dans le néant confortable et ne veulent faire partir de rien, sauf l’inclusivité permanente vu qu’ils n’ont rien à proposer d’autre.
À propos de l’appartenance à un peuple-pays (ou continent européen) ils vont nous dire que n’importe qui peut l’être, avec le matérialisme abstrait, suffit de se déplacer jusque la et pouf d’un coup on est européen. Pareil pour l’intégration, on ne demande rien en échange, aucune expectations/attentes, suffit d’accepter ces gouvernants qui ne représentent personne sauf eux-mêmes ou l’idéologie en place et c’est bon, on est intégré, encore plus si l’on aime pas les méchants autochtones (qui ne sont pas déracinés de l’esprit) qui sont forcément méchants vu qu’ils ne veulent pas que l’on se serve d’eux et de leurs pays pour des guerres dans d’autres pays pour ensuite avoir à prendre par millions des étrangers ce qui nous détruira, encore plus vu qu’ils sont utilisés pour la propagande anti-européens.
****Une terre vierge, « libre » (« land of the free ») (pour qui au final?) mais l’Europe n’est pas les usa (un pays de colons), et même si c’était le cas, le but n’est pas de se soumettre aux vents et marées et de ne rien créer, et d’être esclave d’un système qui représente rien et demande renie et soumission.
En interdisant le concept d’unité enracinée (constructive-ascendante), de « tribus »/peuple/ »race », l’on se réduit à l’imaginaire, aux sexes de façon réductrice, à l’individualisme hédoniste, et l’on est soumis à tout par défaut, ou une idéologie unique comme nouvelle religion, le « tout est pareil ».
²ils nous font la propagande (films, tv, etc.) de « tout est pareil » et de la « diversité » des couleurs de peau d’individus « racialisés » (leurs mots) (comme si nous non?) pseudo-intégrés mais surtout au système abstrait déraciné, un peu aussi à leurs propres peuples/racines (ou à un culte déraciné d’ailleurs) (ou parfois juste quand il s’agit de l’utiliser dans l’idéologie victimaire), et un peu aussi au peuple autochtone, mais qui n’ont au fond aucune conscience de peuple réellement, et qui prétendent ne pas s’intéresser/être au-dessus du concept de « races » (d’unité enracinée) qu’ils réduisent à des couleurs de peau pour justifier qu’ils font partie de notre pays (mais toujours du système abstrait et sa vision apparemment), et comme si l’on se réduisait nous-même à une couleur de peau, et que l’on réduirait la « race » à elle-même, non pas comme de notre famille spirituelle ici-bas, et que cela impliquerait forcément de détester l’autre alors qu’au contraire ce sont les idéologies abstraites comme celles-ci qui ont la haine de tous les peuples libres et non-contrôlables (tout comme la nature). On ne critique pas des individus, mais une propagande politique qui détruit notre peuple, et un contexte***** qui impose le renie de soi. Ils ne mettent jamais en scène des peuples croyant en eux-même, leur propre passé et construction multimillénaire, leur âme profonde, acceptant leurs différences et celle des autres, vivants en harmonie, non, toujours l’idéologie du mélange ou de l’individualisme qui rejette la différence ou toute construction saine, ou qui met des étiquettes les gentils contre les méchants, et en rejetant/reniant l’ordre des choses et/ou la légitimité/liberté des uns en se servant des autres. Ou font de l’appropriation culturelle ou de la propagande du mélange (et du « virtue signalling » en général) sur un plan culturel comme si c’était séparé des peuples (et leur esprit profond) qui l’ont produit. de la subversion par le bas, et de la réécriture par le haut/culture (bien que la culture soit normalement en dessous de l’esprit du peuple qui l’a produit, qui serait plutôt le centre qui produit le tout).
Ils nous font la propagande de la diversité, comme si elle ne serait pas sans eux, comme si c’était à eux de la proposer/diriger, au lieu que chacun fasse sa création libre chez lui parmi les siens, au lieu de forcer à l’idéologie du mélange ridicule en permanence, mais ils ne peuvent pas, vu qu’ils ont détruit et exploitent tous les pays/peuples. Ils ne veulent pas aider ou proposer quelque chose de créatif au peuple, qui les renforcent tous à l’échelle mondiale, juste de le/les laisser ruminer dans la décadence provoquée par leur chaos et politique, d’individualistes qui ne vont nulle part, et maintenant en incluant tous les peuples, ils se prétendent être les représentants de tout, une élite séparée du peuple relié aux individualistes seulement en incarnant à eux seul l’idéologie unique qui représenterait tout cela, mais qui est en réalité un double standard.
Tout ne fait qu’Un, mais eux le veulent dans la superficialité, pas dans l’âme, et la différence qui accepte l’autre malgré tout, et qui n’a pas besoin de faire de la propagande d’auto-renie nihiliste.
Certains qui représentent cette idéologie mondialiste jouent les victimes, mais en même temps, ce qu’ils se prétendent être eux-mêmes c’est ce même « tout et rien », c’est une forme de subversion, ou la subversion universelle de l’idéologie abstraite, l’on devrait se soumettre aux revendications vides ou qui n’ont aucun but en elles-mêmes.
Des idéologies extérieures superficielles (et d’esprit superficiel) compatibles pour tous, mais qui refuse ce qui s’y refuse, et qui forment une armée de zombies.
*****ce ne sont pas vraiment les « mélangés » ou ceux qui se mélangent le problème², ou qui croient en cette solution, c’est d’en faire la propagande et de réécrire le monde à travers ça, ou de se servir de cette idéologie pour opprimer les autres (pareil pour l’idéologie antiraciste ou de la pleurniche à la xénophobie et la demande de toujours plus d’immigration alors qu’au fond ils en ont rien à foutre des étrangers sauf de comme outil (cette élite)). ²ils ne sont qu’une minorité, et qui ne croient plus en leurs propres peuples de toute façon, ils auraient été « destructifs »²² d’une autre façon dans tous les cas, c’est juste ce que ce contexte artificiel a permis. ²²depuis ce point de vue, pas en général (tant qu’ils gardent une optique d’harmonie et de ne pas imposer ou de croire supérieure son idéologie qui dans ce cas nécessite de réécrire tout par le spectre d’appel extérieur, du mélange, respecter l’ordre et l’unité des autres en gros, très basique et je dis rien de spécial je sais, mais tout se perd).

Le but n’est pas de sauvegarder la « génétique », une  « race »mais le meilleur de celle-ci, et de toutes, d’individus qui se respectent eux-mêmes et les autres et comprennent ce qu’implique l’existence, pour pouvoir avoir une harmonie globale plus forte, chaque individu sachant qui il est et sa spécificité sur le plan matériel, il peut être ouvert au monde plus facilement, qu’avec le chaos de la confusion sans horizon ni passé, ni rien en commun avec rien. Si on ne se comprend pas soi-même (son être individuel matériel (sur ce plan matériel), et commun), son but et sa part dans cet univers, prendre part à une création spirituelle dans la matière, l’on sera soit un destructeur, soit soumis à tout et à rien. Si l’on ne veut être rien soi-même, ou que l’on se croit tout en même temps, ou sur un plan abstrait, l’on ne peut pas être connecté aux autres non plus (autre que ce soit autre individu ou peuple), mis à part dans la domination ou la soumission. Et ne pas se croire tout et rien à la fois, n’implique pas de se réduire à « quelque chose » de purement matériel, se croire tout et rien donne l’apparence d’un potentiel, mais qui est totalement stérile, l’on ne peut être qu’une expression de l’universel lui-même dans tous les cas.
Ce que l’on est et ce que tous les individus doivent aspirer c’est de manifester son essence/esprit (individuel pour lui-même et donc le commun) de l’au-delà de ce monde (plus grand que lui-même), d’une façon complète, et donc libre de tout (en lui-même-commun, et de l’autre), de créer ou perpétuer (de par une/sa source) quelque chose qui nous lie et qui transcende le temps, de part elle-même, sur ce « bas-monde » (prendre part de manière ascendante/harmonique).
Eux nous proposent leur idéologie du tout et du rien à la recherche perpétuelle extérieure, qui rejette sa propre source et construction multigénérationnelle, qui cherche à se créer avec les enfants des autres, et seulement en europe en y transférant l’Afrique ou bientôt ET l’extraterrestre (donc quelque chose qui s’interdit de se créer de par lui-même (de part cette même pensée)), et de l’idéologie du manque que l’on comble à l’extérieur (que ce soit sur le plan spirituel, ou hédoniste, ou consumériste). Ou le droit de tout et de rien, tous les droits individuels, sauf si de manière plus grande ça sort de leur système.
Et puis peu importe si l’on mélange tout, cela ne changera en rien les problèmes déjà présents, et problèmes qui seront toujours là, cela en rajoutera, et de la division, déjà qu’en ce moment ils se battent par rapport aux marques de téléphones, entre les sexes, aux idéologies fictives déconnecté des peuples, aux pantins que l’on va mettre au gouvernement qui n’aura aucun pouvoir, etc.
Sinon ils nous disent, « on est déjà tous mélangé », « tout est pareil », comme si c’était une raison de faire venir toute la terre ou tout le tiers monde ici, pour ensuite à avoir à justifié l’idéologie de métissage de manière artificielle/idéologique pour éviter que l’on défende notre existence (positivisme mortifère), pour combler/donner une fausse solution à cette politique destructrice. « Tout est pareil », comme si tout devait aspirer à l’être? c’est ça la direction que l’on doit avoir pour le futur? s’unir non pas malgré la différence vers l’avant, mais vers la dissolution des peuples entre eux pour former une seule bouillie divisée en elle-même d’individus sans âmes n’ayant rien en commun sur aucun plan, ni même biologique?
Et même si « tout était déjà tout pareil » (dans le réel ou même l’abstrait dans le sens spirituel, rien n’est pareil, ni les individus ni les peuples), le but serait quand même d’avoir le contexte d’unir les individus sans devoir les soumettre à des forces extérieures, dans un contexte sain, sans des forces extérieures qui leur disent ce qu’ils doivent être, surtout si c’est pour leur faire la propagande du renie. Ils nous sortent aussi cette raison (tout est pareil ou égal), comme si cela justifie de faire venir le chaos et l’absence totale de cohésion/unité profonde et transcendante des peuples d’ailleurs (surtout sans idéologie unique de soumission), ici. ou de justifier cela par la théorie de la carence en unité qui doit se corriger en leur donnant la nôtre, faire venir toute la planète ici. Si tout est pareil, alors il n’y a aucune raison de ne pas nous aider nous-mêmes en premier lieu, cela n’aide pas les autres « tous pareil » à amener le (ou créer du) chaos ici, il faudrait au moins (en suivant leur logique) qu’il reste un endroit où il y en ait pas.
Mais bon leur vision du tout est pareil pour eux c’est: « tout est pareil et donc s’il n’y a plus de « blancs »/européens, ça change rien » ». Et vu que tout est pareil, à quoi bon défendre quoi que ce soit? on nous impose le chaos, et on nous dit qu’il faudrait rien faire en cas que ce la produise plus de chaos, et au final il n’y aura jamais d’ordre.
Et même si l’on ne pense qu’en termes d’individus séparés tous différents (individualisme) mais tous pareil (« tous humains »/ »les peuples n’existent pas » (ou n’auraient pas pour vocation à l’être (« la différence c’est mauvais et raciste »))), en quoi c’est bénéfique de faire de l’immigration de masse? si « tout est déjà pareil » (je joue le jeux de leur bêtise) pourquoi ne pas faire au mieux avec ce que l’on a déjà? déjà que c’est pas parfait? et pourquoi l’on ne pourrait rien construire à partir de ce que l’on choisit nous? que ce soit tout aussi abstrait comme leur idéologie stupide, ou réel?.
Ces gens la veulent nous réduire à une « race » pour renier notre esprit et l’esprit de notre peuple (et notre existence ancestrale (tout ce qui existe vient de quelque part), soit en amalgamant-réduisant « race » avec couleur de peau pour dire qu’elles n’existent pas, soit pour cumuler tous ces mensonges et nous emmener à l’épuisement et cette idéologie du « tout est pareil » anti-esprit. Ils réduisent les peuples à des « races » (et les « races » elles-mêmes à des couleurs ou à une description arrêtée) pour pouvoir justifier leur renie.
Si l’on remplace les Européens par d’autres peuples ce n’est pas grave, vu que de toute façon les Européens n’existent pas pour eux, c’est juste des individus séparés remplaçant d’autres individus séparés, tout est interchangeable, et éphémère. Et tout cela orchestré par une centralisation qui sert d’arbitre envers toute cette égalisation/individualisation des choses (et qui l’enforce), comme souverain unique.
Et même s’il n’y aurait que les individus séparés qui comptent, cela n’explique toujours pas pourquoi on devrait accepter l’immigration, envahir ou remplacer des individus par d’autres.
Pour eux il n’y a que les individus qui comptent, mais les individus déjà habitant l’Europe feront comment pour exister en tant qu’individus sur la durée s’ils sont remplacés par des individus d’ailleurs? peu importe que l’on se renie ou non (pareil pour les autres pareils), ou que tout est pareil ou non.
Ils disent qu’il faut pas juger les autres sur des « couleurs de peau », mais ils jugent ceux qui défendent leur propre peuple de « racistes », ou de gens « bêtes ».
On ne déteste pas les autres, on se sent juste mieux lorsque l’on fait partie d’un même monde avec une direction, un futur commun, aimer ses semblables avec qui l’on partage une histoire et des racines communes c’est tout naturel, et cela n’implique pas de détesté les autres formes de vies pacifiques aux alentours, mais il faut qu’il y ait une cohérence avec l’état du monde et des choses.
Pour ces gens donc si les « blancs » envahissent l’afrique, on ne devrait pas les juger vu que ce n’est qu’une couleur de peau? on peut génocider un » peuple/ »race » entière mais c’est ok vu qu’il ne s’agit que de 1 + 1 + 1 individus séparés, non? et puisque tout n’est juste que de la couleur de peau et que nous sommes tous pareils de toute façon pour eux, pas de problème non? « nous sommes tous des robots interchangeables de toute façon ».
Donc voila, on déteste les envahisseurs individuellement ou collectivement? peu importe qu’on soit tous pareils ou pas, ou voir même de la même « race » qui nous agresseraient. Renier l’agression ou ‘même la promouvoir ou l’accepter avec l’idéologie bisounours), ne la rend pas plus fausse.
La couleur de peau cela montre juste une origine, et même si en dehors de ça on serait tous pareil (ce qui n’est pas le cas (et puis une même « race » peut avoir plusieurs peuples de couleurs différentes)), une « race » va au delà d’une couleur qui est plutôt quelque chose de secondaire à celle-ci, chacun vit avec ses semblables dans ses propres régions, produire le chaos pour des débilités idéologiques ou défaitistes, ou que l’on ne pourrait pas fonctionner sans ce chaos ou tout mélangé, ou qu’il nous manquerait quelque chose, ou que l’on ne pourrait pas aider les autres chez eux, c’est très stupide. Pour eux toute création est insignifiante, les peuples sont insignifiants, seul le système ou l’idéologie importe. Evidemment ils vont essayer de faire de l’inversion accusatoire et dire qu’il n’y a que les individus qui comptent et que c’est uniquement cela qui est « signifiant », mais la réduction forcée à l’individualisme c’est la chose la plus intolérable qu’il soit. Et puis on ne peut pas passer sa vie à s’occuper des choix des autres ou de croire que tout est pareil, cela n’aurait aucun sens.
Les individus ne sont pas séparés de tout, ils font partie volontairement ou non de quelque chose, et les individualistes ils ont le droit, mais qu’ils restent à ce niveau la, et n’imposent pas leurs idéologies et ce choix personnel aux autres, sinon s’ils s’allient à une vision des choses d’unité individualiste abstraite et qui n’a pas pour vocation à changer d’état, ils doivent être jugés eux aussi comme un groupe comme les autres. et s’ils aiment tant les étrangers que cela, pourquoi ne pas émigrer comme ils le proposent aux autres?
Et non, notre simple existence et défendre ce n’est pas d’imposer quoi que ce soit, ce sont ceux qui ont un problème avec notre existence qui agissent de façons agressives.

En quoi on se connectera plus à l’universel en se reniant soi même (ou une partie de soi)? l’univers/l’universel est universel en lui-même, tout ne fait déjà qu’un dans le sens ou l’on fait tous partie du même environnement universel, l’unité universelle c’est en soi et une conscience en soi.
L’on peut être tous connecté sur le plan de la matière et de l’esprit, mais on est tous une expression différente de l’esprit universel (pas du tout dans le sens d’unique ou de purement extérieur). « Tout est matière, tout est esprit ».
Un « peuple » est une création/manifestation de l’esprit (mais pas que), et que ce soit sur le plan matériel ou spirituel, notre essence individuelle et commune se manifeste sur tous les plans. Que ce soit dans le passé ou dans « l’au-delà » du simple plan matériel-réducteur, c’est pareil sur tous les plans on ne peut pas être tout et rien à la fois et l’esprit ne rejoint pas la matière de façon incohérente.
Rejoindre une autre expression d’esprit, nous fera rejoindre celle-ci sur le plan matériel, et inversement (matière/corps/racines manifeste/crée l’esprit de manière spécifique). Croire que l’on peut rejoindre une forme d’esprit sans que cela soit manifesté avec le temps sous une forme matérielle/dénuée de tout aspect « racine », est ridicule.

L’on n’existe pas individuellement, même sur le plan biologique l’on ne peut exister/naître que d’un père et d’une mère. Et cette création de l’individu par la famille évolue en lien du peuple-« racine », et aussi dans un lien universel/ »mondial », « fraternel ».
Même dans leur projet diabolique d’enlever le père et la mère et de les remplacer par un ordinateur pour créer la vie, c’est quand même quelque chose d’au dessus de l’individualité, un ordinateur ou un scientifique, un système commun, qui créera cet individu, il ne sera jamais libre totalement/individuellement (comme ce que ces individualistes veulent/prétendre vouloir, qui voient le lien du peuple comme quelque chose d’oppressif, par émotion induite par propagande mensongère ou non (et par opposition embrassent l’idéologie mondialiste évidemment)).

note: Et même si tout était égal, cela ne change en rien que tout est différent.
note2: on est tous humains oui, mais on aide l’autre humain en le renforçant lui-même pas avec des idéologies réductrices nihilistes décadentes ou en les déracinant, on les aide chez eux, et on fait une différence qui permet d’aider l’autre réellement, pas de juste se donner bonne conscience avec de l’inclusion abstraite de renie (pur ou dans le sens de soumission).
note3: l’idéologie du mélange et accepter la différence sont des choses radicalement opposées. tout comme la tolérance et refuser la différence. il faut faire attention à leur propagande et idéologies remplie de mots positifs, mais qui totalement fermés sur elles-mêmes qui refusent toute direction intrinsèque (et l’esprit des/dans les choses) et naturelle.
Ceux que nous font la propagande du tout et pareil, de l’unité forcée, et du rejet de la différence ou de l’existence/liberté intrinsèque des peuples, sont ceux à la source de la division de l’humanité, et des conflits.

Ils nous disent que chacun est libre de son choix, de sa culture, religion, etc. (en déconnectant tout cela de leurs peuples**, alors qu’ils en sont les producteurs (c’est l’arbre qui fait le fruit)), mais si ça continue comme cela il n’y aura plus grand choix, et on fera comment pour choisir nous les européens si on est plus la? et si on nous l’interdit tout court?
Et puis bon, en soumettant au même niveau de fausse égalité (au lieu d’une égalité de respect mutuel) sans auto-détermination plusieurs peuples-cultures, l’on ne peut qu’amener un combat horizontal, ou le nihilisme individualiste, ou la lutte communautaire d’une échelle de pouvoir faussée, ou de faire la propagande du métissage comme fausse solution à ce symptôme (aucune auto-détermination/liberté).
Ils veulent tout enfermer dans un enclos pour forcer son auto-soumission, ou justifier l’enclos par le mélange, qui eux-mêmes justifient l’existence de l’élite illégitime.
**est-ce que leur projet de tout rendre au néant, et de s’unir en tant que coquille vide ou dans l’indifférence c’est la meilleure solution? et à quoi va servir cette coquille vide si l’on est plus la encore une fois? ou soumis à un système extérieur? et avec quoi on va la remplir et la perpétuer? de nous-même ou à travers l’immigration perpétuelle?
Ils nous disent que c’est de l’égalité blabla mais au final ce sera quand même la loi du plus sain, si l’on s’enferme dans sa bulle idéologique, le reste du monde ne va pas faire de même.
C’est donc la loi du plus sain (pas la loi du plus « fort » dans les termes mondialistes de gros méchants autochtones), au niveau des individus, et par extension des peuples, mais si ces individus n’ont plus d’unité profonde, plus de conscience d’eux-mêmes ou de leur part dans l’universalité du monde, de leur être, ils disparaîtront aux profit d’autres peuples (unités d’individus) plus résistants (peu importe que l’on reste dans sa bulle idéologique « égalité, « muh tout est pareil », nianiania »), et il ne restera plus rien de leur mémoire/existence dans le concret, ou plus qu’un chuchotement dans le néant, ou une histoire des imbéciles qui ont disparu volontairement en croyant que c’était pour le bénéfice du monde, et un rajout dans la liste des victoires que ces prédateurs mondialistes noteront dans leurs livres/fêtes, à coté de tous les autres peuples qu’ils auront exploité et détruits à travers les âges pour leur bénéfice. Mais bon, on est pas comme tous les peuples.
J’exagère le problème, mais c’est pour voir que cela mène nulle part toutes ces histoires.

Rendre la culture, le produit du peuple au néant c’est une chose (en croyant que l’on crée de l’universalité), mais rendre le peuple lui-même (qui est la réelle incarnation de l’universalité) au néant du tout est pareil, ou au matérialisme, c’est autre chose. L’universel il est déjà là, tout ce qu’on peut faire c’est être des expressions de celui-ci. Les gens qui nous vendent des formes d’universalité séparée ou réduite au prisme de l’individualisme sont des imbéciles.
Il faut mettre les accomplissements de l’individu tout en haut, mais si ce n’est pas rendu/pour construire quelque chose de réel et spirituel, de réduit à cet individualisme et au mondialisme du chacun pour soi (ou de tout et rien, ou d’un système purement d’argent), il n’a aucun intérêt, qu’un potentiel qui ne sert qu’un système extérieur et personne au final. Si l’on vénère que les accomplissement individuels et pas un idéal/construction commune concrète et pas fictive ou irréalisable/stupide (« désillusions rationalisés ») ou qui fait de l’ingérence chez les autres, l’on dégénère inévitablement.
Nourrir une idée sans limite qui n’a aucun vocation créatrice réelle et aucun retour sur le plan du vivant ne fait qu’épuiser la plus importante des ressources, la vie. La plus forte/grande diversité est à l’intérieur des peuples/d’un même peuple, créer nouvelles branche du même arbre, d’un projet constructif, pas de disparaître à l’extérieur ou à l’individualisme primaire.
Et ce n’est pas parce qu’on partage un aspect technique de notre culture qui va servir aux autres peuples (pour réellement aider l’autre on le libère lui-même/chez lui), qu’il faut renier notre peuple (ou que notre culture (et donc peuple) appartient/est soumis à tous), ou même prendre un élément de la culture de l’autre (d’un peuple semblable, non réduit à une idéologie unique), et cela ne justifie en aucun cas l’immigration de masse, l’on doit échanger sur un plan sain, pas réducteur.
La culture est le produit du peuple, de ses racines, qui changent elles aussi, mais de l’intérieur, à travers les cycles, si elle y survit (à l’environnement extérieur, ou en y existant en harmonie). Un peuple n’est pas sa culture, ce n’est que le produit, cela va bien au delà de ça, et c’est bien plus profond que les racines (ou « race » (même si c’est un terme arrêter et donc faux), ce pour quoi j’utilise racines)), c’est quelque chose qui nous lie sur un plan absolu (sur tous les plans), et cela se manifeste dans un corps/ »génétique »/racines commune forcément, tout comme tout le monde du vivant/nature, on parle la de dizaines de millénaires.
Rendre le peuple, ou sa culture, au néant (en la séparant de ces mêmes peuples), n’est pas créé de l’universalité, c’est le peuple lui même qui incarne l’universalité, et le séparé de son produit, ou de lui-même directement, par rejet de ses racines, c’est une grosse erreur et un mensonge. Ils séparent culture et peuple comme excuse pour éviter l’intégration-au ou renier-le peuple, ou pour justifier le « tout est pareil », c’est un pur mensonge. L’intégration et assimilation sont quelque chose d’artificiel, qui n’est possible tant que la chose à laquelle s’intégrer est toujours présente. Certains s’intègrent à la culture, mais pas réellement au peuple, et la détruisent par cette superficialité, ou s’en servent pour réécrire par la « culture » qu’ils ont perverti le peuple lui-même.
Un peuple (ou tous) peut transformer totalement sa culture, ce qu’il est, vider cette culture présente, mais si c’est pour recréer quelque chose de supérieur (manifester une plus haute expression/être de ce même-peuple), et quelque chose d’harmonique, qui le renforce, ou les renforcent tous (les peuples), que chacun soi libre et ait conscience de lui-même, si c’est pour promouvoir le chaos ce n’est pas la peine.
Plus rien n’a d’importance pour eux, ni le peuple ni la culture/religion, tout est interchangeable, un africain ou un bouddhiste qui vient en Europe il est tout autant européen que l’européen, voir même plus, l’Europe serait une terre vierge apparemment, à l’opposé de tout le reste du monde, tout le monde peut y venir faire des revendications et y prendre le pouvoir, enfin, c’est ce qu’on dit, mais seule une petite élite séparée qui se prétend représentante de toute cette prostitution (qui se confond avec « ouverture ») y restera.

Chaque peuple influence ou partage avec les autres, mais est-ce que cela justifie une propagande politique pour au lieu de l’échange, vouloir tout réduire en un? (par le bas), tout déconstruire, au lieu de renforcer l’existant? et puis, on ne peut influencer positivement les autres que si ce que l’on incarne, est réel, conscient de lui-même, et aspire à créer, si c’est abstrait ou idéologique, cela n’a aucune influence positive, mis à part de créer des conflits/séparations, qui s’étoufferont inévitablement au final.
Oui la nature et toute forme de vie, et l’univers, vient de la même source, et tout est interconnecté, mais est-ce que cela justifie de détruire une partie de cette universalité, ou de la nature, dans ce cas, les européens avec de la propagande? « soumettez vous à notre universalité on est tous pareil, pas la peine de défendre votre existence ». Leur vision de l’anti-racisme à sens unique, qui n’a pas pour but de préserver les peuples mais d’en soumettre un, n’est pas neutre, ni égalitaire non plus (même si ce terme est devenu complètement sans aucun sens grâce à eux), ils se croient supérieurs aux autres car ils se disent « anti-racistes », mais ils ne sont qu’anti-européens, ils ne défendent qu’une idéologie, pas les peuples/ »races », et encore moins toutes. Ce sont les mêmes qui poussent à la « diversité » mais qui en réalité veulent la détruire, ou la réduire à un point de vue local (et basé sur l’humain seulement), au lieu d’universel. L’humanité et la vie sont diverses à l’échelle universelle, rétracter/phagocyter cette diversité sur une localité, dans ce cas l’europe, n’amènera pas la diversité, mais la détruira, et créera des conflits.
Et la transcendance c’est vertical/en soi, pas de vouloir être ce que l’on n’est pas dans le phagocytage.

Il ne faut pas tomber dans la racialisation des conflits aux seins des pays européens, car même si le but c’est de préservé notre continuité/existence terrestre de nous-même (et par extension de notre peuple), et de retrouver notre autodétermination/destiné, c’est pas non plus pour tomber dans le jeu des élites qui veulent cette racialisation des conflits pour non seulement permettre la continuation cette immigration de masse, mais d’éviter une « lutte des races/peuples » verticale (libéré tous les peuples), de comprendre qui est réellement à l’origines des problèmes (diviser pour régner, avec le chaos du terrorisme et la promotions de troubles identitaires/décadence morale (qui déconstruit l’unité profonde des peuples)), au sein des pays d’Europe, et ailleurs, et de comprendre qu’on est que des outils pour leur empire mondial (nwo, ou gouvernance mondiale, peu importe), qu’ils s’en fichent de nous tous, qu’on soit des débiles de gauchistes, ou des débiles de nationalistes* extrémistes**, tout ce qui nous divise est bon pour eux, et peu importe qui gagne à la fin, si ce n’est pas quelque chose de suffisamment fort/auto-dépendant (sur tous les plans) ou validé par le peuple lui-même, ils resteront quand même au pouvoir. La solution n’est pas non plus de nous unir dans une alternative qui mène à la même chose (une centralisation déraciné/qui ne représente pas le peuple ou l’ordre/harmonie entre les peuples), ou en acceptant l’auto-renie mutuel de tout, une unité toute aussi fausse et incohérente que leur système, qui ne serait que le reflet d’un défaitisme profond du vivant, et nous rendrait trop faible collectivement pour nous libérer réellement.
*Comme je le dis plus bas dans l’article, je ne pense pas que le nationalisme soit une bonne chose, je défend tous les peuples d’europe, mais par extension tous les autres.
**Les plus extrémistes ce sont ceux qui veulent nous imposer un point de vue neutre, vide, et qu’il faudrait se soumettre à tout ce qui peut bien se passer, sans avoir le droit d’agir.
L’extrême gauche vs extrême droite (ou gauche vs droite), communisme vs capitaliste, ce ne sont pas des extrêmes, ce sont deux forces complémentaires artificiellement biaisés et séparées vers un auto-conflit stérile, et les deux mènent au même résultat (et les deux/tous sont dirigées par la même élite), tout comme l’alt-right et l’alt-left (pour but de nous maintenir passif avec de faux espoirs, des alternatives de la même chose), ce sont des idéologies perverties basées sur la séparation, de forces naturellement/normalement complémentaires qui devraient être associées (j’en parle plus bas).
Et puis, certains se prétendent neutres, mais en réalité ne le sont pas du tout. Et les autres qui se prétendre anti-si anti-ça, n’amènent rien, si on veut créer quelque chose tout en laissant les autres en paix, on est pro-quelque chose. Enfin encore une fois, ils se prétendent anti-si anti-ça pour s’opposer, mais derrières ils veulent leur idéologie, pas pour eux, mais pour l’imposer aux autres (donc à l’échelle mondiale). Ils veulent remplacer l’esprit et ce que sont les autres, ils n’ont aucune vocation à construire eux-mêmes quoi que ce soit. Ces gens la usent de la violence, comme fin en soi, pour empêcher les autres de quelque chose, les soumettre, pas pour créer autre chose ou défendre quelque chose de réel, ils défendent des idéologies, des modèles économiques, mais aucune construction spirituelle, ni de peuple réellement, vu que leur forme d’universalité se croit au dessus de tout, alors qu’en réalité elle est tout en bas. Ils disent qu’ils utilisent la violence, ou la liberté d’expression sélective, l’humanisme sélectif, pour empêcher la violence, et protéger la liberté d’expression, ou parce qu’il ne faut pas laisser aux « méchants » des libertés, ce sont des malades mentaux. Toute leur universalité n’en est même pas une, car tout le monde n’y a pas droit, il faut se soumettre à leur vision des choses à eux.

Quand dès le début on part d’une position ou prétention d’être biaisé, qui se dit universelle, mais réduite (et de rétractation) sur le plan matériel, surtout sans limite, cela ne peut pas être neutre. Quand on se prétend tout et rien à la fois, et représentant de toute l’humanité, car ils croient que leur forme d’unité entre les peuples (en y rajoutant d’autres formes identités fictives ou réductrices pour feindre la diversité d’unités réelles qu’ils détruisent) est la seule valable, cela ne provoque (car au fond c’est ce qu’ils veulent) l’interdiction de toute auto-détermination des individus et peuples par volonté de fausse égalité, par peur qu’un soit plus fort (plus uni), ou par volonté de mélanger plusieurs peuples sur la même localité, ou parce que « l’anti-racisme » c’est de renier les « races »/peuples, ou que chaque individu (ou peuple) de base sur le plan de la « race » (et donc n’importe qui) n’ait pas le droit de l’accepter, ou de créer ou perpétuer quoi que ce soit si elles sont semblables, on devrait être tous pareils, sans différences, au nom d’on ne sait trop quoi. On a seulement le droit de créer ou de s’unir, si c’est à travers la soumission les uns aux autres, dans un système artificiel. Par opposition dans le modèle de la nature, tout le monde sait qui il est, personne n’a besoin de parler de termes de « races » ou quoi que ce soit, chaque peuple a conscience de lui même et sait que tout le vivant est multiple et diverse, et que le but n’est pas de s’imposer ou de se renier, ou de forcer au nihilisme.
Ces mondialistes (ce sont tous les mêmes, malgré certaines fausses oppositions) s’unissent dans la réduction au néant, ou du tout est pareil, ou sous une forme de pensée unique, et ils n’ont pour autre but qu’une humanité qui se renferme sur elle-même, et le chaos de l’immigration permanente pour justifier leur idéologie que tout est pareil (et de soumissions des peuples), renforcer la cause du problème originel en prétendant que c’est la solution. Ils ne font pas de différence, mais dans la volonté d’imposer leur idéologie, pas de respect de la différence. À force de pousser au « tout est pareil », se croire au-dessus de tout, pousser au « on est tout et rien en même temps », au final ils sont ne rien, et en plus dépendant des autres (par volonté de « prosélytisme », remplacer l’esprit (et racines) des autres, et car leur identité est basée sur le contraste de celle des autres, ou le fictif, pas de créer quoi que ce soit encore une fois). Ils ne veulent ni créer (d’unité), ni même mélanger quoi que ce soit en réalité, ce ne sont que différentes excuses pour le même résultat, la destruction des peuples d’Europe, car toute leur idéologie est à sens unique, et purement localisée, pour nous soumettre à « l’universel », nous y laisser disparaître. Et même sans cette alternative nihiliste du même projet, forcer la « cohabitation » de plusieurs peuples en imposant un système extérieur déconnecté qui se prend pour Dieu à réguler le tout, c’est tout aussi mauvais et ne fonctionnera jamais. Je ne fais que parler des différentes facettes de la même maladie.
Ils ne veulent pas la paix, la cohabitation paisible, le respect de l’ordre des choses, du peuple hôte, ils veulent le chaos, le cosmopolitisme version prédatrice, et un système et un pouvoir tout aussi déconnecté de la terre et du peuple qu’il occupe. Les étrangers qui respectent le peuple hôte (et eux-mêmes), et de l’ordre de chaque pays du monde (la liberté sur son propre sol face aux prédateurs cosmopolites), et la vérité, ils les détestent tout autant que nous les européens.
Voila au final il faut faire la différence entre les idéologies matérielles et spirituelles universelles, et celles qui se prétendent de la sorte, mais qui n’ont pour but que de s’accaparer ou soumettre les autres.

On ne peut pas être tout et rien, ni être rien, mais on est une expression du tout, on a forcément une forme commune dans ce bas monde, avec un esprit et âme commune, qui renforce l’esprit et l’âme individuelle. Cela nous transporte dans quelque chose de plus grand, où l’on n’est pas un petit individu, on est une part de tous les autres qui nous ont précédés, et quelque chose de commun (et semblable sur le plan du vivant), une âme collective, quelque chose qui transcende le temps, ce n’est pas seulement manifesté sur le plan biologique, mais sur le plan de la conscience, et métaphysique.
La vie est par nature différente, sur tous les plans, et sur des formes petites ou grandes, accepter cela nous libère, contrairement à ce que ces gens nous disent. Tout ne fait deja qu’Un, retrouver l’unité c’est un état de conscience, et se forme dans l’ordre universel et grandit de l’intérieur, pas avec l’idéologie abstraite de mettre à zéro les différences.
On ne vient pas de nulle part, et on ne peut pas non plus l’imposer aux autres. L’esprit supérieur est séparé dans un sens de la matière, mais il n’existe pas sans, ou n’a aucun but. Le but est de retrouver, de manifester et renforcer ce qui permet un lien profond spirituel sur le plan matériel, donc une unité des deux.
La terre n’est pas qu’une réalité virtuelle où le but est le plaisir hédoniste.

L’antiracisme et l’égalité* obligatoire ne sont que des outils pour l’élite de contrôler les peuples, avec le diviser pour régner, ou la soumission commune au même système qui n’a aucun intérêt pour les peuples, ou en réduisant les individus à l’abstrait, ou à l’hédonisme individualiste, et à l’interchangeabilité indifférenciée d’individus sans racines et sans passé dans un environnement/contexte artificiel. Et en réalité ils ne sont pas anti-racistes, ils sont anti-peuples/ »races ». Réduire l’humanité à elle-même ou à un modèle économique, surtout sans limite (se prétendre universel mais dans un état arrêté/purement horizontal), ne peut pas être constructif, cela ne peut être que de rétractation, prétendre défendre quelque chose en la réduisant à elle-même ne peut que la détruire, tout comme la dictature communiste dans le passé, sauf que maintenant capitalisme (qui est tout autant une saleté, surtout international et spéculatif) et ce neocommunisme proimmigration (avant le communisme était totalement anti-immigration mais tout aussi destructeur), convergent vers la même chose. Ce sont les capitalistes qui veulent les migrants pour combler leurs pillage et système malfonctionnel, pas les peuples d’europe. Pareil pour le communisme, qui a détruit le lien réel entre individus et qui veulent le combler avec des artifices et par toujours de marche en avant de leurs mensonges, plutôt que d’accepter l’erreur.
Le libéralisme par ex est une forme de convergence de ces deux idéologies perverties, sans limites et sans formes, et donc matérialistes. La seule chose de sans limite c’est le potentiel du peuple, des racines de l’arbre, du spirituel/ascendance-continuité vivante, leurs idéologies uniques ne sont que des idéologies abstraites-matérialistes déracinées descendantes/de déconstruction et d’exploitation, cela n’amène rien d’illimité, réellement, elles exploitent, remplacent, jusqu’à ce que tout soit consumé, elles recherchent le nombre, de créer un agglomérat de zombies contrôlables épurés de toute transcendance, d’autodétermination et de spiritualité par l’élite parasite, jusqu’à épuisement des ressources de la planète, et de l’humanité en tant que ressource pour ce système ridicule et abstrait.
Notre bien commun c’est notre peuple, pas une « classe » ou l’argent, qui n’est qu’un outil secondaire. Contrairement à tous ces groupes qui ne pensent qu’en termes de classes et de pouvoir, ce n’est pas notre but.
Sinon sur le plan matériel (en accordance avec leur idéologie abstraite sans limite) ils veulent faire de l’illimité avec la diversité des peuples (ou des identités imaginaires pour faire semblant qu’il y en ait une dans leur vision), réduire les expressions de l’illimité (peuples) à elles/eux-mêmes, pour les unir dans leur système, mais cela détruit toute diversité authentique inévitablement, et c’est une totale inversion, l’illimité c’est depuis l’intérieur de l’individu, ou d’un peuple, d’une unité/direction concrète, cela ne réduit pas le multiple en un (ni ne les déconnecte de leur propre Un/source/origine).
Tout déconstruire pour reconstruire c’est valable au niveau des racines, pas en les rejetant, ou en enlevant toute liberté réelle de potentiel. Leurs idéologies sans source qui veut remplacer celle des peuples eux-mêmes, ne sont qu’une réduction à un produit, à l’horizontalisme sans passé/direction ni futur, sauf de nourrir un système dont l’humanité y serait le produit, du multimélange et consumation par rejet de tout, pour au final rien amener de nouveau, qu’une fragmentation de l’existant.
note: l’on voit bien que les individus-peuples de ces anciens pays communistes n’en veulent pas de leur idéologie mondialiste déraciné qui s’en fiche du/des peuples, ils savent ce que c’est la dictature, ils l’ont vécu.
L’antiracisme sert à diviser les peuples entre eux, qu’ils se blâment les uns les autres², pour que l’on ne se rende pas compte de qui est le réel ennemi à la source des problèmes (locaux et mondiaux), et qu’il ne puisse y avoir dans l’élite que des gens qui ne représentent personne. ²ou que l’on nous impose un intermédiaire-« arbitre » déconnecté du peuple avec de l’antiracisme abstrait (et d’égalité obligatoire réduite à l’individualisme-robot soumis à lui-même et au tout) comme fin en soi, et qui veut toujours plus d’immigrationnisme pour le nourrir. Qu’aucun peuple n’ait le droit à l’autodétermination au nom des autres, et surtout au nom de l’élite qui prétend représenté toute l’humanité, tous les étrangers, tous les hommes, toutes les femmes, etc. et qui si l’on s’attaque à l’immigration on s’attaquerait à l’étranger, et donc à cette élite, un amalgame immonde, alors qu’en réalité l’on ne s’en prend qu’à cette élite qui se joue de notre destruction et de notre épuisement avec ces luttes horizontales, et de la confusion, pour mieux dominer. Attiser les conflits avec le faux antiracisme à sens unique et des minorités et étrangers victimes par défaut (peut dans leurs propres pays oui, mais de qui? des usa et de leurs alliés moyen-orientaux non?), imposer la dictature avec la menace d’utiliser/politiser ces étrangers et ces autres groupes déracinés ou pro-mondialistes pour créer une guerre civile.
À la base (l’antiracisme) c’est le bâton que l’on brandit dès qu’un Européen réclame son auto-détermination ou d’avoir le droit de défendre son point de vue et son existence (tout comme toutes les autres idéologies victimaires où l’on désigne comme solution la destruction de l’Europe), mais cela à évoluer depuis, les mauvaises excuses changent elles aussi.
Leur antiracisme est je pense (théorie personnelle) aussi là pour justifier la haine de certains « blancs »/européens, envers d’autres Européens, et via leur élitisme de domination de l’humanité, justifier l’esclavagisme des siens, vu que pour eux rien n’existe, des « blancs » (&co) qui « esclavagisent » d’autres « blancs », et toute l’humanité, c’est de l’antiracisme. Pour individualiser les individus et la « race », déconstruire le peuple.
Et puis ce n’est pas parce que l’on n’aimerait pas un peuple spécifique qu’ils nommeraient « race » (ou d’une secte ou groupe qui se prétendrait une « race »), qu’on le serait envers toutes, ce serait totalement stupide.

L’ennemi n’est pas l’égalitarisme mais toujours la même idéologie abstraite qui pervertit tout. On ne peut pas avoir un peuple sans une connaissance spirituelle de l’égalitarisme. Sans égalitarisme, toute hiérarchie est déconnectée de son peuple qui s’en libérera inévitablement, et puis on finit avec la dégénérescence et chacun pour soi (capitalisme). Le communisme est l’égalitarisme de rétractation, parce que tout autant abstrait, non pas basé sur la base, la racine du peuple, le peuple lui-même producteur « d’argent », mais « l’argent » lui-même, c’est un faux égalitarisme, basé sur l’abstrait ou le matérialisme réducteur horizontal.
Toute la dégénérescence moderne c’est pas leur fausse idéologie égalitaire, c’est surtout par l’hédonisme et l’idéologie stérile d’une vision d’un état de développement arrêté du monde et des humains, de l’humanité qu’ils réduisent à elle-même, tout cela qui mène au désespoir, au nihilisme et que rien n’ a d’importance, ils appellent cela l’égalité, mais ce n’est pas le cas.
/
ps: C’est le rattachement à l’esprit de ses racines et au commun le plus important, l’esprit supérieur souhaite participer à une création commune sur le plan matériel, y prendre forme, le produit mélangé doit se rattacher à quelque chose au dessus de l’individualisme primaire (dans un monde sain), le mélange minime naturel aux frontières n’est pas le plus nocif (car souvent les « frontières » sont proches de la même source (dans le cas actuel, pas du tout)), mais s’il dépasse ce que le corps et l’âme-esprit d’un peuple peut assimilé sans se perdre/disparaître (sa création/être), il sera dissous et remplacé par ce qui lui est plus fort tout simplement, il n’y aura rien de nouveau. Mais bon, il est clair que l’intégration et l’assimilation sont des concepts dépassées (et le métissage encore plus, quand j’en parle c’est uniquement pour montrer la bêtise de leur propagande), toutes les constructions des peuples sont détruites, ainsi que les nations dont les peuples n’ont plus aucun pouvoir, il ne reste plus que les racines profondes des individus et des peuples. Et avec tous ces conflits causés par cette immigration idéologique violente et massive, c’est encore plus évident (que c’est trop tard pour tous ces concepts), de plus nous n’avons pas à demander aux autres d’être autre chose qu’eux-mêmes, ou de se renier. Une cohabitation avec le peuple légitime qui reprend sa liberté et propose un respect mutuel est la seule solution, pas via un intermédiaire qui n’a aucun intérêt d’harmonie ni de stabiliser les choses, et sans aucune vision globale d’harmonie, qui préfère le chaos local et mondial pour échapper à la justice de leur bêtise destructrice. Il faut absolument tendre la main aux minorités, mais une main ferme, qui ne propage pas la confusion et la faiblesse (et le chaos).

Par rapport aux métis c’est la même aspiration d’harmonie, qu’ils se rattachent à leurs racines, leurs semblables, à une âme, dans la cohérence, et dans le respect de l’autre, si c’est pour sombrer dans l’individualisme réducteur (ou le matérialisme), le mondialisme réducteur, la haine du peuple autochtone ou l’immigrationnisme c’est pas la peine, ce serait plus cohérent d’aller ailleurs, de construire quelque chose ailleurs² au lieu d’essayer de détruire l’autre, cet autre que l’on n’aime pas et que l’on ne souhaite pas s’y intégrer (mais bon tout le monde est partout chez lui, surtout chez les « méchants européens » hein?).
Les individus font partie d’un même monde interconnecté, d’un même corps-esprit (sans l’un il n’y a pas l’autre), d’une « résonance morphique » (et/ou récepteur qui capte les mêmes fréquences. un réceptacle qui permet aux esprits depuis le corps de capter les mêmes fréquences de façon intérieure). Dans le cas d’un métissage, il restera quelque chose de l’individu premier (lui-même faisant partie d’un monde/peuple interconnecté), mais si ce métissage se coupe artificiellement/au niveau de l’esprit ou physiquement du peuple premier, il n’en restera plus rien (ou de l’un des deux), surtout si ce métissage élimine/dissous avec le temps cet individu premier, et son extension-« monde » (et ses propres ancêtres), si le recoupement (et l’histoire/mémoire physique (reflet du spirituel)) rejoint quelque chose d’autre, ou que l’un absorbe/remplace l’autre. L’individu ne fait qu’ajouter un peu à ce qu’il a hérité, si au final la « direction » choisi sort de son centre, de son peuple, ça disparaît, ou rejoint un autre « centre ». Ce qui fait nous-même c’est toute cette accumulation, le cercle, les racines/ »race », la base, la partie individuelle est très petite et y liée, si elle sort de cette base, de son cercle de corps et d’esprit elle disparaîtra encore plus (en partie ou totalement).
L’esprit sans le corps, sans manifestation matérielle, n’existe pas, n’a pas d’Être. Pas de prendre pour acquis l’existant ou l’abandonner avec ou non de fausses désilutions impossibles « rationalisés », mais de prendre et lui donner forme, l’améliorer. Tout ce qui ne prend pas ou ne cherche pas de « forme » spécifique n’existe pas, que ce soit sur le plan individuel ou commun. L’esprit transcende la matière dans le fait qu’il existe à travers celle ci et qu’il a pour but de l’améliorer et de se dépasser. L’esprit et la matière ne sont pas séparés, et au final l’on nourrit une chose ou une autre, l’on n’est libéré que dans la créativité, qui peut être sur un plan spirituel ou même individuel, mais qui se manifestera inévitablement, ou restera stérile. De l’esprit créatif ou de l’esprit qui se laisse aller sans direction. Les individus tout comme les groupes/peuples/ethnies/tribus/ »races » (peu importe, la diversité du vivant si l’on veut) ne peuvent pas être tout et rien en même temps. ps: Encore une fois la matière n’est qu’une manifestation de l’esprit, rejeter la matière n’est pas forcément spirituel. Chaque peuples/ethnies (et individus) sont différents et ont leurs spécificités, façon d’être, « âme, etc. c’est indéniable, construite avec le temps et d’une volonté ascendante/créative commune, tout le reste ne laisse aucune traces réelles dans le corps et « l’âme ».
²quelque chose de concret, ou sinon disparaître et ne rien laisser de soi-même en donnant de soi-même dans un projet sans limite abstrait nihiliste sans « forme » et individualiste ou de multichaosmélange permanent où il ne restera rien (sauf un produit artificiel d’un esprit tout aussi fictif) ni de libre en lui-même (n’ayant plus son être et passé/direction/construction propre (de manière idéologique et/ou « concrète »). Ici-bas, c’est quoi qui fait l’esprit individuel? ou lui permet de se retrouver ou de prendre forme, d’accomplir son potentiel? le matérialisme? l’idéologie anti-« forme » anti-création au nom d’une création extérieure qui demande soumission ou au nom de celle des autres?

L’existence des mélangés en aucun cas ne prouve que les non-mélangés seraient inférieurs ou même égaux (dans le sens d’égalisation active), ou auraient une existence moins légitime. Les mélangés sont autre chose, ou en choisissent une, pas pour eux, mais pour cette chose, sinon ce n’est pas créatif/positif. Ils choisiront leur unité d’esprit qu’ils veulent, mais nous on a déjà la notre, et leur choix ne doit pas se faire en détruisant les autres. Ils auront peut être des traits superficiels des deux, mais sur le plan de l’esprit profond et d’une création ne peut pas rejoindre ce qui ne lui ressemble pas (sur un plan non-superficiel). Rendre les choses à l’unité et au Un en soi fera forcément ressortir le potentiel créatif de rejoindre ce qui nous correspond. Si leur direction implique de briser l’unité du peuple, de promouvoir toujours plus de chaos et de rien créer d’autre ou de rien rejoindre de créatif, aucun intérêt. C’est à ces individus-là de prouver qu’ils veulent faire partie de notre unité-peuple, ou sinon d’autre chose, tant que c’est dans le respect, et s’il n’y a pas de respect et qu’ils rejettent/renient les autres (peu importe que ces autres soient incarnés par un peuple ou non) ou qu’ils sombrent dans l’idéologie nihiliste du « tout et rien » (et/ou du système/intermédiaire déconnecté), ces gens la doivent être tout logiquement considéré comme un groupe ou individu séparé, ils ne représentent pas l’humanité toute entière.
On peut avoir sur le plan individuel une vision universelle et être relié à et au tout mais sur le plan de la création et du lien profond de l’âme l’on est connecté de manière plus profonde avec ceux de la même matrice/matérielle d’esprit que nous. Cette expression plus grande de la source qui nous connecte de manière plus forte à la source primordiale (et les plans immatériels) et qui nous permet d’exister. L’esprit et l’âme individuelle n’existent qu’à travers sa forme/matrice physique et né dans/depuis une « forme » et âme commune (ou spécifique en tout cas). Sur le plan de la création de l’être individuel, et commun, l’on ne peut pas être tout et rien. Il faut des individus forts avec un être individuel universel, reliés par un corps commun, choisissant de participer à une création transcendante sur tous les plans.
On a le droit de vouloir créer quelque chose avec nos semblables, et pas les autres, c’est comme cela. L’esprit individuel est universel mais au final et dans l’absolu il choisit de rejoindre et « nourrir » spirituellement sur le plan matériel ce qui lui ressemble. Son individualité est universelle mais elle est « traduite »/exprimée au travers de la « personnalité » commune, de l’esprit de sa « forme » et des forces universelles qui l’ont créé, au-delà des simples individualités la composant. L’on est relié sur le plan de l’âme à travers la matière « et les forces imbriquées en synergie sur tous les plans. »
L’âme commune c’est le lien entre individus, et leur création commune, la « race »/peuple, à travers le temps, leur unité, l’on est attiré ou pas à cette âme de groupe, si l’on sent son individualité de connecter à cette aspiration et ce lien d’esprit; à la création, à l’âme et esprit des autres individus/du peuple. L’individu produit l’âme commune, et est le produit de cette « âme ». L’esprit et l’âme individuelle n’a pas de « forme » ni d’être avant de rejoindre la matière, n’est juste potentiel infini. Les âmes (et l’esprit) des différents « groupes » tout comme tout le plan du vivant sont différents, tout comme les individualités qui les composent. L’on ne peut pas être tout à la fois, ou sinon n’être rien ou le produit des autres.

L’esprit de nos racines, notre esprit commun immortel qui prend forme dans la matière, qui nous connecte tous de manière plus profonde. Se reconnecter à l’esprit, c’est à notre esprit individuel et commun à travers la même matrice spirituelle (dans la matière).
Les « dieux », l’esprit de nos racines, c’est nous (l’individu, mais aussi plus que l’individu), dans notre état « immortel » (et à travers cette création dans la matière, ou ce qu’il devient/ »redevient »), *,  de l’esprit qui crée/se manifeste et survit à la matière. La notion de « Dieu » c’est à la fois extérieur et intérieur; extérieur car pas tous arrivent à se reconnecter à leur essence profonde, c’est une aspiration à manifester un état (et son état) « supérieur » (dans son sens spirituel) dans ce simple monde.
*cela correspond aussi aux forces universelles, que l’on porte en nous, à notre image (et que l’on fait naître/manifeste/crée). La « matière » capte/manifeste l’esprit.
Encore une fois: Les « dieux »/ »Dieu » sont la manifestation d’esprit du « peuple »; de l’esprit à travers la matière. L’on devient cette expression, à travers notre propre esprit, « l’esprit universel », et la matrice qu’est la matière (et quand on la porte à l’esprit). L’individu/l’esprit individuel retrouve son soi transcendant à travers cette manifestation/création d’esprit (ou en essayant de se retrouver à travers la matière, il devient cette expression/émanation supérieure de cette expression matérielle d’esprit), en lui-même premièrement, pour choisir ensuite ou non de rejoindre une « création ».

Le peuple/ethnie/ »race » n’est qu’une manifestation de l’univers², à la fois le produit et ce qui permet un lien plus profond entre les esprits/âmes individuelles, qui fait partie de leur individualité (non perdu au néant). ²de la matière spiritualisé, produit de l’âme de ceux qui nous ont précédés, l’individu est donc l’ancêtre, son esprit (l’esprit de ses racines), l’esprit individuel n’existe pas sans l’esprit du corps/sans le corps, et ses forces créatrices. L’esprit individuel « immortel » n’a de vie et d’être qu’à travers la matière, de ne faire qu’Un sur ce plan la, de participer à une création, et un être commun. L’on devient cette expression d’esprit, et son esprit individuel se trouve/retrouve/crée à travers celui-ci, depuis son potentiel infini, y rajoute son universalité/potentiel d’esprit propre. L’esprit se crée dans la matière, et la matière crée/manifeste l’esprit. L’esprit fait qu’un avec le corps/matière, qui font corps avec un esprit supérieur. C’est la résonance du corps le plus important, et ce qui manifeste l’esprit.
L’esprit individuel ne fait qu’incorporer une forme d’esprit, et y rajouter le sien, en tant que potentiel infini, et nourrir (ou non) la flamme. L’esprit individuel a ses propres spécificités en tant que potentiel infini, il n’est pas du tout en conflit avec l’esprit de ses racines matérielles-spirituelles, les deux sont synergiques, les mêmes, et différents à la fois, l’un créant l’autre, à la fois ce qui fait l’individu et est un plus à l’individu (en tant que base créatrice et d’être) et ce qui nous connecte à quelque chose de supérieur et y compris à nous-même. Le but étant faire qu’un en soi sur tous les plans, qui nous connecte à notre soi immatériel universel, et à quelque chose de plus grand, une création commune d’esprit à travers la matière, ou avoir cette aspiration en soi au moins, prendre les énergies du monde et de sa source en soi, et y créer-rejoindre un être transcendant. L’individu seul n’a aucun moyen d’exprimer sa source d’esprit/son individualité immatérielle. L’esprit et les esprits se rejoignent et se créent/retrouvent/trouvent dans la création, dans une même création, un même esprit, une même aspiration d’être, un même lien transcendant immatériel. Sans aspiration à créer dans la matière et à se reconnecter à son esprit immatériel/supérieur, quelque chose de transcendant et qui nous relie sur un plan profond et intemporel (faire qu’un en soi, participer à une création/être, se séparer du tout et du rien pour y participer et y être connecté), son esprit individuel se perd, ou n’a pas d’existence réelle, suit le mouvement, comme dans cette société d’individualistes matérialistes.
L’esprit individuel aspire (normalement) à laisser quelque chose, son esprit profond, non réduit à la matière, ou qui y infuse son corps spirituel/immatériel/potentiel supérieur, une « aura », dans l’aura du corps matériel-spirituel du « peuple », renforcer l’unité d’âme. L’esprit se forme lui même à travers la matière et l’esprit du corps, de ses semblables, et de ses ancêtres. Et il n’a de lien en lui-même que s’il ne fait qu’un avec son être matériel, sa forme, ou une forme et une aspiration-manifestation supérieure libre en elle-même du tout et envers le tout, transcendante; faire qu’un avec le lien d’esprit de ses racines, être libéré et y être libéré tout en le devenant/permettant d’y participer dans l’âme.
L’on a pas à perdre notre unité profonde au nom des autres, et si les autres veulent faire partie de notre centre, c’est à eux de le prouver, ou d’accepter la différence et existence de l’autre, pas l’inverse. On vit dans un monde de multiples création/peuples/ »races », et l’on rejoint notre « tribu »(ce que ce terme décrit) en définitive, l’on nourrit quelque chose de créatif qui a un avenir concret.
Ce n’est pas parce qu’il y a des peuples sans conscience d’unité profonde, d’individualistes réducteurs, que l’on doit faire pareil. Tout a un esprit et une âme différente, toute forme de vie, et l’individu ici-bas devrait avoir pour but de vivre à l’image de l’immatériel, une famille matérielle-spirituelle, d’exister en devenant/participant à quelque chose dans cet univers, un lien enraciné, au lieu de se fondre au tout ou d’y disparaître, on ne peut pas être tout et rien, ni avoir de lien à l’autre et au tout si l’on est rien soi-même, si l’on a pas d’âme, l’on ne sera connecté à l’autre que sur un plan superficiel ou faussé. L’individu sans le peuple, sans identité n’est rien, n’est pas connecté réellement au reste du vivant, du monde, et est soumis au tout, et renforce un paradigme du chaos, de la confusion, de l’individu perdu à lui-même, à toute création et lien transcendant. Cette identité c’est à la fois ce qui fait l’individu et ce qu’il possède en plus, accepter cette spécificité, cette âme/création/direction commune, nous libère, permet de renforcer l’ordre universel, les énergies en soi, et globales, ascendantes. On ne peut pas prétendre être ce qu’on n’est pas, ce que l’on n’a pas en soi et phagocyter les autres de cette façon, chaque création matérielle et spirituelle sont propres à chacun.

Même si au niveau matériel on serait tous pareil ou que ça n’a pas d’influence, on est tous différents au niveau de l’esprit, chaque peuple a sa propre unité et spécificité sur ce plan-là. Tout comme la matière est multiple, tout autant l’est l’esprit. Mais l’esprit se manifestera toujours d’une façon ou d’une autre, et fait évoluer sa base/corps physique. On ne peut pas être tout et rien à la fois. ou bien être dissous dans le tout et le rien universel, ou perdu ou soumis à l’universel, et les autres feront ce que nous sommes à notre place, peu importe nos aspirations individuelles et communes, et peu importe ce que nous sommes réellement. N’existe que ce qui ceux qui croient en eux-même, sur tous les plans. Et si l’esprit se perd, il faut le retrouver depuis la matière, à l’esprit universel, soi-même, à notre image, dans une vision pure qui ne s’attarde pas sur l’inutile ou l’erreur. Peu importe ce que l’on fait, on ne peut pas tout rendre pareil, le but étant de construire malgré la différence et en aimant ce que nous sommes, tant que le plan individuel que commun, et envers ceux qui nous sont différents. Je le précise car encore une fois malgré tous leurs mensonges, leur but est de tout dissoudre et de créer des zombies soumis/dépendants nihilistes. Ils ont le droit, mais on a le droit nous aussi de ne pas s’attarder sur ceux qui nourrissent un esprit et une âme différente de la notre, peu importe ce qu’ils sont.
Le spirituel universel c’est comme le soleil (universel, ou l’esprit universel) rayonne, mais sur toute forme de vie, sans les détruire ou les dissoudre. Tout « dieu » unique devrait être à cette image, et non pas de se prendre seule représentation de « dieu »/l’univers et renier à tous les autres cet aspect la. Chaque peuple et forme de vie possède son propre « soleil » évidemment.
ps: On ne peut pas juger l’individu à l’avance certes, mais l’individu n’est pas supérieur aux peuples, et cela ne veut pas dire que l’on doit se renier soi-même juste en cas, ou par rapport à ce que l’autre serait, ou de ce qu’il se considère lui-même (vu qu’en plus d’après eux on peut tout être selon ses envies du jour, et tout est interchangeable), mais apparemment cette vision du monde est devenu obligatoire pour tous en europe vu que personne n’a le droit d’être libre de part ce système qui représente rien. En haut des valeurs il devrait y avoir les peuples qui croient en eux-même et qui aspirent à construire, l’unité, et en bas ceux qui font ce qu’ils veulent mais qui n’essayent pas de tout déconstruire ou subvertir depuis leur propre particularité. Et sinon, oui la surpopulation mondiale est un problème, mais la solution n’est pas de se soumettre aux conséquences.

Et si mélange il doit y avoir cela ne doit pas être comme fin en soi (ou renier l’existence supérieure/spirituelle/libre de ce qui ne l’est pas) mais pour créer quelque chose de spécifique (y compris si c’est dans un amalgame de plusieurs choses) libre en elle-même (et sans embêter ou faire du prosélytisme aux autres du coup), ***, pas de vouloir mélanger l’univers de façon éternelle et de tout chercher/phagocyter à l’extérieur, ce n’est pas un projet, c’est plutôt un cancer qui ne produira rien du tout de spécifique (mais bon dans le réel évidemment personne ne croit en leur idéologie nihiliste je ne fais qu’aller au bout de ce qu’ils nous vendent). Et espérer que les autres individus (déjà présents ou que l’on fait venir d’ailleurs) se rattachent à cette idéologie nihiliste qui ne va nulle part mis à part le phagocytage et le vide-vidage universel est encore plus ridicule. Et créer autre chose (sans parler de création-amalgame/mélange) c’est pareil, c’est pas pour prétendre que c’est pour tout le monde sans distinctions mais donc abstrait/vide en lui-même qui ne fait que phagocyter/parasiter sans rien créer au final sauf de l’individualisme et de l’indifférence. Si c’était pour tout le monde, cela ne se le prétendrait pas (surtout qui prétend représenté tous les autres mais de façon extérieure qui ne représente personne au final) mais respecterait les autres et ajouterait au tout en n’étant pas un troue noir vide d’inclusivité-parasitage. Si l’on représente tous les autres c’est dans le paradigme de la nature, un environnement multiple à l’échelle de la planète que l’on partage tous, et l’expression et âme supérieures différentes de tous les peuples qui se renforcent entres-elles de part leur existence. La non-existence généralisée n’amènera rien, ni la paix (une mauvaise excuse pour justifier leur projet destructif), ni l’unité. Et encore une fois l’unité qu’ils veulent c’est celle de l’esprit superficiel dans l’indifférence et indistinction de l’autre, du nombre d’individus en tant que poids mort et tous unis malgré les uns des autres et dans la confusion sans direction, sauf celle d’une promesse lointaine qui demande de tout sacrifier sans regarder où elle mène ni de son action et résultat concret (et spirituel) à l’échelle de planète. L’on peut trouver toute la positivité du monde dans n’importe quel contexte, même très négatif, mais est-ce que cela vaut le coup de se réduire à cela tellement l’on est devenu inconsistant?
Les individus sont attirés par ce qu’ils sont, s’ils ne sont pas attirés par leur propre semblables d’essence/racines-esprit, c’est parce qu’ils ne l’ont pas en eux tout simplement, et ce n’est pas forcément une mauvaise chose du coup. Mais ils n’ont aucun droit d’imposer aux autres ce qu’ils sont (même si c’est « ce qu’ils ne sont pas ») et leur direction/chemin propre, ni une idéologie qui implique une soumission démographique, ni de l’esprit abstrait de rejet qui refuse l’esprit subtil rattaché au concret, et tout ça même sans parler de mélange. Et puis, en parlant de leur idéologie multimélange, un autre problème c’est qu’ils mettent cela en tant que finalité qui ne va nulle part, tout en haut des valeurs² (ainsi que le déracinement), et pas à l’échelle mondiale, mais l’imposer là ou cette élite veut jouer aux « Dieu » autoproclamés, ils sont obligés d’en faire de la propagande, et de faire des quotas, tellement leur idéologie est artificielle et déconnectée de la nature et des processus naturels des peuples. Toute leur idéologie est le produit de la guerre, passé, et présente dans des régions extraeuropéenne.
On ne peut pas mettre le mélange tout en haut des valeurs, ce serait un renie de tout (et « les mélangés » devraient avoir l’aspiration de créer/de ne plus l’être ou rejoindre une unité encore une fois). L’aspiration c’est l’unité, qui n’a pour validité que son existence manifestée sur tous les plans. Pareil pour l’étranger que l’on accueille dans notre centre/peuple/terre, on ne peut pas les mettre tout en haut ou égaux (forme de renie et de mensonge), mais il faut les considérer comme égaux en tant qu’autre peuple et égaux de respect mutuel. Ce que l’on doit mettre tout en haut c’est l’unité, l’ordre et la légitimité, la séparation de construction séparé dans une optique ascendante, qui permettent l’harmonie et en retour l’unité saine.
Personne ne vient de nulle part ni n’est pareil, chaque peuple/ »grande multiple tribus d’un même peuple » possède une spécificité et des racines « génétiques » et spirituelles, un « mélangé » c’est pareil, il n’est pas au-dessus de ceux qui l’ont produit à l’origine, et s’il veut l’être, il doit s’en libérer et construire autre chose, ou rejoindre quelque chose qui aspire à l’unité profonde. Si l’on n’accepte pas l’aspect matériel, l’on ne peut pas produire/rejoindre/manifester du spirituel, ni aucun lien réel/transcendant. La seule façon d’être relié à l’autre (son semblable ou l’Autre) c’est d’accepter la différence matérielle et spirituelle d’ici-bas, et des lois de la nature, et de l’aspiration ascendante et non pas chaotique. Les lois universelles et de la nature ne sont pas des règles fixes, mais des lois harmonique, du chaos vers l’harmonie.
On est ce que l’on est, l’on retrouve l’âme de nos ancêtres et leur énergie, car toute création émet une résonance (et/ou résonance morphique) et est en résonance avec la matière et l’esprit qui l’a créé, dans notre cas l’Europe, et malgré toute fragmentation ou disharmonie, cela nous pousse à activer si on l’a suffisamment en soi, cette mémoire et cet esprit/âme ancestrale. Le néant du renie total ou partiel, encore une fois n’amène rien de nouveau, juste un mélange/amalgame partiel plus faible couper plus ou moins ou non d’un lien/direction transcendance/verticale/spirituelle, ou une nouvelle création si l’on en a la capacité/volonté spirituelle. L’on peut croire en l’esprit universel et en toute chose, sans rejeter l’esprit de son propre peuple, l’on ne peut pas être tout et rien à la fois, l’on ne peut que créer-perpétuer, créer, ou faire disparaître, ce sont les lois ici-bas. Et si l’on souhaite être un individualiste (et de ne prendre part ou pas), la base est de respecter le souhait, ce qu’est ou ce que veut construire/se rattacher/perpétuer l’autre. Ce n’est pas parce que les autres de notre propre peuple se renient eux-mêmes que l’on doit faire pareil, le côté matériel est important, mais l’esprit et sa direction choisi c’est le plus important, s’il part de sa base (ou même de son esprit), pour la rendre au néant, il n’est pas un semblable. Il ne faut pas se connecter à ce qui n’est pas bon, il faut faire attention lorsque l’on se connecte aux énergies/essence des choses.
²et qu’être contre (alors qu’en réalité on n’est que contre la cause, le contexte, et l’immigration de masse (et que dans tous les cas personne ne s’y soumet à leur idéologie débile)) ce serait forcément être anti-métis/individus, anti-mélange, ou vouloir être oppressif, alors que c’est totalement faux, on critique un contexte et la conséquence, cette vision du monde, pas même la conséquence directe, les individus/produits de cette propagande, l’on critique la cause, et le contexte. Et puis quoi, l’on devrait renier son propre peuple-tribu au nom de l’existence des mélangés ou des autres (encore une fois) ? chacun est libre, le trouble identitaire et de direction de certains n’a pas à s’étendre aux autres ou être corriger dans le nihilisme.
On se sent bien plus connecté à l’autre peuple/ »race »/individus quand on ne se renie pas soi même (et l’on se connecte à une vérité que l’autre possède aussi), bien plus que lorsque l’on est dans le néant ou le nihilisme qui réduit tout à l’individualisme séparé réducteur affaibli, qui rejette toute force/essence supérieure, ou qui ne la/les nourrit pas, dans ce cas l’on ne se connecte qu’a une partie limité de l’autre, rejette une partie de lui, et même le parasite, ayant en nous même un manque.
Si l’on ne partage pas le même paradigme ou que l’on rejette l’aspect matériel à travers duquel l’esprit se manifeste l’on ne peut pas avoir de lien réel à l’autre. L’esprit individualiste qui rejette l’aspect racine hors de toute notion mensongère, fausse, abstraite-nihiliste ou destructrice, est déconnecté de tout intrinsèquement.
C’est la seule façon d’avoir un lien sain malgré la différence nécessaire à la vie, l’âme et l’existence, sans la rejeter, ni l’autre ni soi-même. Chacun fait partie de son propre monde, et l’on ajoute au tout, et l’on est relié par ce même paradigme de la nature. Encore une fois le but n’est pas que tout soit pareil, le but est de créer, pas de détruire ni la passivité/stagnation.
Le simple fait de dire tout le monde peut être n’importe quoi et s’intégré à ce qu’il veut de manière interchangeable par « inclusivité » nous empêche d’être quoi que ce soit au final, et de nous soumettre à tout et rien.  Il faut renouveler et améliorer le peuple, pas se réduire à ce qu’il est déjà, ou sombrer dans l’élitisme version chacun pour soi inévitable de leur idéologie anti-ascendance, et anti-unité enracinée, l’esclavage au nom d’une idéologie sans limite qui se prétend représentante de toute l’humanité.
Par ex (ce qui est la même chose que ce mondialisme « universaliste »): sans la christianisation de l’Afrique (et sans christianisme tout court), l’on n’aurait pas déraciné les Africains ainsi que nous-même, ni créé un faux lien abstrait, et l’on n’aurait pas d’immigration (sans les guerres « mondialistes » dans ces régions non plus (envahit le monde, invite le monde, toujours pareil)). Et si l’islam en tant qu’autre idéologie déracinée n’existait pas non plus. Il n’y a pas besoin d’idéologies de la sorte pour créer une unité mondiale et universelle plus grande. Ni de coloniser un autre continent/région où il y a déjà des habitants, et si on veut (prétend) aider les autres, c’est donc en étant le bon exemple, pas de propager le défaitisme de l’idéologie unique ou abstraite comme substitue à l’unité réelle. Tout mettre à l’abstrait, au néant, pour être « ouvert » mais au final tout est perdu et l’on aide personne. Avant l’islamisation et la christianisation de l’Afrique il n’y avait pas de problèmes de déracinement des individus, d’individualisme primaire, de perte de la conscience commune (de peuple), ni d’idéologies cosmopolites « universalistes » parasitaires de prédation/domination.
***mais bon dans la nature, cela se fait naturellement, aux frontières, pour créer quelque chose avec les deux centres amalgamés non-détruits ce qui le rend possible****, et donc cela se crée sans détruire les deux autres, ou sinon cela se mélange sans rien détruire ni créer mais pour rejoindre un centre. note: l’esprit du peuple est lié à sa terre de création-naissance même s’il survit/transcende la distance. le mélange naturel qui forme quelque chose de nouveau naturellement, de choses déjà plus ou moins semblables/compatibles, pas basé sur l’idéologie de renie ou sans limite ni direction ni des artifices.
****Et même dans ce cas tout métissage n’est pas réussi et est souvent dissous, il ne l’est (réussi) que lorsque naturel aux frontières, avec le temps, et en gardant son âme, pas avec la passivité ou le renie de soi improductif (encore plus s’il s’agit de mélanger deux choses) ni l’idéologie abstraite. Eux ne veulent que la reproduction du néant et l’individualisme sans forme et d’amalgamer des choses totalement opposées sans rien en commun de manière purement destructrice et à l’encontre de toute cohérence et qui est rejeter tout naturellement. et un métissage réussit comme le peuple le peuple russe par ex, 80% européen et 20% asiatique, ils les détestent et veulent les détruire quand même. enfin ça n’a aucune cohérence de toute façon leur idéologie, d’un côté ils nous disent qu’on est déjà tous mélangés (ah bon?), et de l’autre ils impliquent que ce ne serait pas assez. mais bon évidemment cette idéologie métisseuse n’est qu’une excuse/solution à un symptôme (perte d’unité et conscience spirituelle), l’immigration de masse illégale, artificielle et idéologique, et de la volonté d’échapper au chaos et à la volonté destructrice que l’on nous soumet, par la fuite.
Ce sont les centres, les peuples existant en eux-mêmes, la source, le départ et la finalité inévitable, il est évident que leur projet est fait purement artificiellement et à sens unique vers l’europe, et n’est pas fait pour unir, mais pour diviser, et réduire, à l’individualisme etc. et détruire l’Europe. On ne peut pas réécrire tous les peuples par le spectre/prisme du mélange et l’idéologie nihiliste (mais qui croit au mélange par contre), cela ne produit que de la confusion et de l’indifférence de l’autre auquel l’on ne partage rien à l’intérieur, tout est à refaire.
Les métis sont plus fragile/sensible à leur idéologie anti-peuple déraciné mondialiste, et ils ont besoin d’agents fabriqués pour leur système, voila pourquoi ils les préfèrent. Ces idéologies uniques nihilistes ou abstraites que ce soit le mondialisme ou d’autres, sont basés sur et pour des peuples ayant perdu leur unité, mélangés ou autres, l’on n’a pas besoin de cette solution à un problème que l’on n’a pas en Europe. Et non, on ne peut pas être/venir de partout en même temps encore une fois, ni que cela deviennent un objectif, qui serait totalement ridicule d’ailleurs, et qui est totalement impossible techniquement même avec le mélange-dissolution, l’un des éléments mélangés émergera toujours au-dessus du mélange (même si de façon confuse, ou de faire disparaître l’un), et on peut pas mélangé tout le monde en même temps et au même ratio permanent au fil des générations, c’est un trouble inutile et qui reviendrait à dire qu’il y aurait un manque ou un problème avec ce qui est non-mélangé (et réduire l’esprit et les individus à cette idéologie extérieure-artificielle), ce qui est une totale inversion des choses, et du nihilisme primaire. Mais encore une fois tout cela n’est qu’une fausse solution/excuse au problème/contexte qu’ils nous imposent, j’essaye juste de monter à quel point tout cela est ridicule.

L’aspect matériel « racial » est une manifestation de l’Esprit², et de ce qu’on produit l’unité et l’esprit d’individus, suffisamment forts pour transcender le temps*, l’esprit est au dessus de la matière, mais pour créer quelque chose de fort (reflet de quelque chose de plus grand) qui les dépassent et de se transcender eux-même, pas de se réduire à un produit purement matériel déconnecté de toute manifestation supérieure qui est ce qui nous libère via ce renouvellement ascendant, sur ce plan matériel. Qui cherche à se créer lui même dans le concret, et pas de dominer ou remplacer l’esprit des autres via l’abstrait ou la subversion qui ne produit que des esclaves sans esprit déporté/déconnecté ailleurs. ²L’on ne produit pas du matériel comme fin en soi, mais pour y perpétuer-manifester le spirituel (grâce à une base d’esprit à travers la matière, son corps, une matrice spirituelle sur le plan matériel qui fait naître les esprits (libres et unis dans un Être commun)).
*Et car le temps est une illusion, nous sommes nos ancêtres. (« on est tous pareil », c’est plutôt dans ce sens la, verticalement, pas horizontalement, ça ce n’est que secondaire).
L’esprit individualiste ne mène à rien seul (bien qu’il soit la base de tout et du potentiel spirituel), ou qu’il recherche son intérêt particulier ou s’associent à ceux qui ont le même intérêt éphémère, il ne peut que se réduire au produit des autres, surtout s’il essaye d’imposer lui-même cette vision du monde réductrice, il se perdra lui-même. Des égoïstes qui rejettent la construction passée qui leur a été légué, un lien transcendant, qui renforce et ajoute au tout, qui préfèrent le matérialisme, consommer l’existant dans l’hédonisme et ne participer à aucune construction transcendante. Ils n’ont aucun droit d’imposer aux autres cette perversion, ce sont (pas tous) des gens qui n’ont plus rien à donner et qui sont bloqués mais confortablement dans un système fermé/arrêté qui n’a plus rien d’autre à faire que du prosélytisme et la « morale » (virtue signalling) de renie et de rétractation mondiale abstraite aux autres.
Rien créer dans le corps (aucune matrice spirituelle), aucun don de soi ascendant, juste profité des bénéfices de chaque peuples, consommer, perdre son âme et la connexion à la « source universelle » de l’esprit et des expressions du vivant, et se réduire soi même et le futur à un produit purement matériel sans source, trouble. N’avoir aucune « matrice » en soi, se soumettre à la matrice des autres et de l’universel lui-même (ou plutôt d’un faux universel) au lieu d’en être une expression.
L’aspect de « race »/ »tribus »/peuple c’est la base, une manifestation première de la création, de la diversification vers l’avant, de l’intérieur, au sein d’un être semblable qui se grandit. Qui à l’inverse de l’idéologie unique abstraite « infini »/sans limite et sans forme qui consume, rétracte ou réduit le tout horizontalement (car elle ne le sera jamais (sans limite) et n’a aucun point de contact avec le concret), ou qui se prétend fini mais ne cherche qu’à remplacer l’autre, qui ne peut que se produire elle-même ou se baser sur du fini (parasiter l’autre) et ne pourra jamais former aucune source mis à part prétendre l’être (de façon séparée) elle-même pour tous; est unique depuis ses racines, sa source (concrète et immatérielle/transcendante en elle-même), qui ne peut qu’être ascendante, même si l’on souhaite en créer une autre (sur ce même plan). Notre aspiration à l’infini c’est de nous y connecter pour créer quelque chose de transcendant ici-bas, pas de s’accaparer le monde matériel et les autres de manière infinie.
L’infini et la vérité universelle on les partagent tous, mais chacun l’applique selon le « spectre »/prisme de ses propres spécificités.
note: on ne détruit pas l’idéologie unique faussement universelle en y devenant sa diversité, mais en construisant autre chose à côté, et d’un tout autre paradigme.
note2: L’on peut avoir cette notion du « néant »: quelque chose qui nous dépasse, dans le néant (corps spirituel universel) remplit d’esprit, pas du néant de l’esprit.

Si une idéologie « unique » n’est pas à partir du concret, ou que l’esprit ne provient d’une source à la fois (en elle-même) concrète et immatérielle/transcendante, elle ne peut que produire ou se baser sur du fini, n’avoir aucun contact avec le concret ni pour but final de créer une source, et finir par se détruire elle-même.

L’esprit individuel n’a pas pour vocation de rester inerte ou universel-spectateur, et quand il agira dans le monde ce dont il y sera attirer et rejoindra/incorporera sera de la spécificité qui lui ressemble.
Et même en lui-même sa façon de se manifesté est traduite par son récepteur matériel. Cette spécificité est universelle en elle, l’esprit est lié au tout mais sur n’importe quel plan rien ne peut être pareil, que ce soit individuel ou commun matériel ou immatériel. Et l’âme qui s’incarne ou réincarne (si l’on y croit ou non ça change rien pour l’explication) ne le fait pas pour être spectatrice et ne prendre part à rien. Et même si tout était pareil on ne peut pas non plus venir de partout en même temps et son être physique est ce qui nous donne vie, et celui qui restera à travers le temps incorporera forcément une spécificité matérielle.
L’esprit nous permet d’être connecté au tout mais si l’on veut croire que tout est pareil, il faut rester sur ce plan de l’esprit qui rejette toute forme et source, et ne rien manifester/perpétuer, aucune source sur le plan matériel, car inévitablement l’on créera des spécificités et une âme commune depuis le plan matériel.
L’esprit nous permet d’être connecté au tout mais il n’a pas pour vocation de ne faire parti d’aucune création concrète (et d’aucune source commune sur ce plan matériel). Et le fait que l’on vive à cote d’autres sources-expressions ne devrait pas l’empêcher d’être lui-même, ni de propager la confusion et la non-direction/être. L’esprit met du temps à se connecter/manifester totalement/pleinement au corps (que l’on croit que l’esprit crée le corps ou inversement c’est pareil, et les deux sont justes** (l’esprit né et prend forme ou se retrouve à travers la matière)), si sur le plan du corps/matériel on ne fait pas qu’un avec soi même, qu’il y a la confusion, que l’on a pas une direction et un Être intrinsèque (et commun (pareil pour la direction donc)), l’esprit supérieur éternel ne s’y synchronisera jamais totalement, ou ne naîtra jamais totalement, il sera soumis à l’esprit et direction des autre, qui dans notre cas nous font des fausses promesses  irréalisables que l’on pourrait tout avoir et tout être, mais qu’eux seuls récolteront. L’on est tous des expressions et liés à l’universel (et l’universel est universel en lui-même et déjà présent en lui-même), il n’y a aucun manque à combler artificiellement, ni de fausses solutions purement extérieures (à des problèmes qu’ils ont eux-mêmes inventés), le même que celui qui nous dit que la solution aux conflits c’est de tous renier nos spécificités/Êtres pour rejoindre leur vision superficielle de l’unité universelle qui n’amène que l’indifférence de l’autre inévitables du « tout est pareil » et de leurs autres idéologies mensongères.
L’esprit permet d’être connecté à tout et toute forme vivante, de tout comprendre, mais ça ne change en rien que tout ne vient pas de la même source et que tout est forcément diffèrent, et c’est ce qui permet de choisir ce dont on veut faire partie, l’on ne peut pas se rattacher en définitive à tout à la fois c’est un mensonge, au final l’on ne fait que perpétuer quelque chose a son échelle reflet de quelque chose de plus grand, que ce soit quelque chose de réel qui ajoute au tout ou un mensonge universel qui ne mène nulle part ou nous fera disparaître.
Chaque esprit d’essence universelle est différent, sur le plan individuel et d’aspiration commune, et tout esprit individuel se construit aussi lui-même avec ceux autour de lui, qui lui est semblable (ou offre ce potentiel), il n’y a que le mensonge universel qui nous fait croire que l’on est obligé de renier ce que l’on est au nom de la différence ou non-différence obligatoire de l’autre.
Et justifier le but de « créer » quelque chose d’universel mais de réduit à l’horizontal-matériel qui rejette l’esprit universel libre et des multiples créations via le mélange permanent (ou des mensonges de passivité universaliste) ne fait au final que tout réduire/déconnecté/déconstruire (les choses en elles-mêmes), car de toute façon l’esprit est universel, mais il aspire à créer ici-bas, un esprit commun plus grand, et mélanger les produits/créations des esprits, n’amène en rien quelque chose de plus grand ni qui ne sert l’esprit.
Mais en définitive, au final, l’on choisit toujours ses semblables d’esprit (avec forcement donc une forme/récepteur commun), peu importe que l’on ait une vision du monde universelle, c’est la simple logique, l’on est attiré par ce qui permet une connexion plus profonde et qui nous reviens, sur tous les plans, à partir du moment où l’esprit choisit de se projeter dans la matière. Ceux qui croient en ces mensonges universels, sont en général stériles de l’esprit, et ne prennent pas eux-mêmes réellement part sur le plan du vivant*.

Sans le récepteur, l’esprit ne peut pas venir dans ce monde, et si l’âme se réincarne ou s’incarne (que l’on y croit ou non encore une fois ne change en rien l’explication) ou tout simplement souhaite exister de manière transcendante, ce n’est pas pour ne rien laisser d’elle ni ne rien retrouver qui est libre (de lui-même) et possède une source/projet/être constructif spécifique qui lui donne cette même liberté (et liberté de ne pas être soumis à la dictature/mensonge universaliste). C’est à travers le plan matériel que l’on crée ou retrouve l’esprit, qu’on l’élève, pour qu’il se rejoigne lui-même (la plus haute expression de lui-même) et non pas le néant et l’abstrait nihiliste qui renie tout pouvoir créatif libre de l’esprit. Le corps n’est pas qu’un personnage dans un jeu, c’est ce qui nous donne un caractère, ce qui fait vivre et émerger l’âme.
On est la totalité, l’accumulation de l’esprit de tous ceux qui nous ont précédés et leur mémoire que l’on porte en soi, d’une résonance commune, à l’image de l’esprit universel, nous lui donnons une forme, une âme, un être.
L’esprit ça se transmet et on l’a en soi, de part sa forme liée à son esprit universel transcendant, et son esprit universel individuel, qui n’a pas de forme mais un attachement, et aspire à en incarné une, et de rejoindre une unité spirituelle, une direction, une aspiration, pas le chaos permanent sans forme et sans limite. Ça se transmet mais l’on ne peut pas rejoindre une âme et une énergie, « façon d’être », si on l’a pas en soi, si l’on vient pas d’elle, l’on ne peut que jouer un rôle. C’est une maladie ça de croire que les autres sont pareil que soi, ont la même âme et conscience, on en a tous une, comme tout le plan du vivant, c’est certain, la n’est pas la question, la question c’est de vouloir tout uniformiser/détruire.
Ce n’est pas parce qu’ils nous imposent l’immigration de masse et la réduction de l’humain à lui-même (et du tout est pareil), que depuis notre propre vision universelle, l’on devrait rejeter ce que nous sommes et notre propre source (ou toute notion à vocation créatrice), l’esprit se perpétue dans la matière et sur le plan matériel tout prend racine et source, chaque individu (et peuple) vient de sa propre source, celui qui survit au final, c’est celui qui croit en lui-même et sa création. L’on ne peut pas venir de partout en même temps ni aller partout en même temps. Et même si l’on réduit l’individu et le peuple sur un plan abstrait ou purement en dehors de ce plan matériel-vivant, que sur ce plan la tout soit pareil ou que l’on ait une famille spirituelle (ou immatérielle/ »immortelle ») à l’image de celle terrestre (qui est censée l’être/la devenir), cela ne change en rien que le but n’est pas la non-existence-continuité. Ceux qui veulent nous faire quitter notre famille matérielle (tribus d’un même peuple) pour rejoindre leur idée universaliste dans l’abstrait fictif ne nous font pas rejoindre nous-même dans l’universel, mais leur propre universel à eux.
Chaque création possède son propre esprit commun, l’esprit est peut-être universel mais sans forme il n’est pas esprit, juste potentiel infini sans existence/conscience, et l’on ne peut exprimer ce potentiel infini que dans la création, et l’on ne peut pas dans l’absolu être la création des autres (ni aspirer à cela si l’on souhaite être libre). L’esprit n’a pas pour but d’être le rien universel.
*Et si l’on veut être tout et rien à la fois sur ce plan matériel tout ce que l’on peut faire c’est un amalgame ou une autre création, et cela n’implique/n’autorise en rien d’embêter les autres avec sa propre idéologie/vision réductrice du monde et de l’univers, l’unité spirituelle n’est pas une fin en soi, soit on l’a en soi, soit elle est réelle, soit pas, et remplacer l’esprit des autres n’est pas du spirituel, toute chose grandit de l’intérieur ou est détruite par quelque chose de plus fort, tout simplement.

« On est tous des humains on est tous les mêmes » dit de façon vide et/ou réductrice est stupide, surtout que c’est valable pour toute forme de vie, l’esprit universel ne se réduit pas à l’humain. Refuser la différence (« faut pas faire de différence ») dans un but de renie nihiliste ou politique, n’est pas de la tolérance, et l’on n’incarne pas le bon exemple pour l’autre non plus, on le parasite même, si lui aussi aspire à Être (et être différent (ou ne veut pas)) de cette idéologie pseudo-universaliste stupide qui vend à sens unique à celui qui s’y soumet (l’Europe actuellement) que l’on ne pourrait pas être nous même en cas que les autres se considèrent potentiellement comme nous-mêmes eux aussi (sur un plan fictif, réel ou nihiliste de cette idéologie antipeuple actuelle) (et vu que pour eux tout est pareil de toute façon) (oui ils sont schizophrènes). C’est évident que c’est malsain de juger l’autre ou ce qu’il serait à l’avance, mais de refuser ou d’amalgamer cela à l’idéologie nihiliste l’est encore plus. Ceux qui croient à l’idéologie nihiliste de tout et de rien finiront toujours par disparaître dans ce tout et rien universel et n’existent pas dans le réel, ou sont hors-jeu. Quand on voit un étranger on devrait voir un autre peuple, une autre âme de groupe, par respect, tous les peuples et individus ne se renient pas comme nous. Réduire l’autre à l’individualisme nihiliste forcé est une insulte. Et c’est un parasitage de tout rendre à son petit individu et de ne croire en rien.

**(et pour en revenir au mélange) C’est le corps qui manifeste l’Esprit d’une certaine façon (ou il se retrouve lui même dans cette création) et l’Esprit lui peut choisir ou non de l’améliorer (le corps, et lui-même) et perpétuer de l’intérieur et/ou de créer une autre branche ailleurs ou de chercher ailleurs, mélange ou non, qui dans ce dernier cas créera un amalgame qui possédera les deux tendances plus ou moins (ou l’une des deux, dans la plupart des cas), ou bien rien tout comme celui qui rejette toute ascendance création d’esprit peu importe ce qu’il est. <-
Sans la matière l’Esprit n’a pas d’existence, n’est que potentiel neutre sans forme, il retrouve dans la matière sa/une forme précédente ou celle qu’il choisit de participer (pour ceux qui croient en cette séparation).  La matière est à la fois le produit de l’esprit de ceux qui l’ont incorporé et ce qui produit manifeste l’esprit lui-même. Corps et esprit peuvent être séparés pour que l’un améliore l’autre mais en définitive ils ne le sont pas, et l’on est lié aux forces spirituelles et à l’esprit et à nos « esprits immortels » (ou esprit tout court, selon les croyances, c’est pareil) à travers la matière. Même si le corps matériel ne serait qu’une porte pour l’esprit, l’esprit universel est traduit d’une certaine façon et ne vient à l’existence qu’à travers celui-ci. Et encore une fois, la manifestation d’esprit ne peut être que spécifique bien qu’une expression universelle, et l’on ne peut pas être celle des autres, ni avoir la forme matérielle ou l’esprit de tous les autres sans Être nous-même, encore moins sans tout détruire, ni partout à la fois, l’univers est universel en lui-même, tout est déjà interrelié, on ne fait que participer à tout cela (et y être connecté à travers soi), ou pas/disparaître.
Et même si l’on transcende totalement la matière pour être connecter au tout, on ne la transcende qu’à travers celle-ci et le but n’est pas de rejoindre les royaumes de « l’esprit immortel » ou des morts dans la vie, mais de créer et perpétuer cet esprit immortel dans la vie/création et dans « la forme ».
À travers la matière, le peuple, ses ancêtres, l’esprit individuel rejoint un esprit supérieur, une famille spirituelle, d’un projet créatif (ainsi que son propre esprit), on l’on cherche à le créé/recréé, dans un lien enraciné commun en nous-mêmes (manifestation sur le plan matériel), de façon ascendante et constructive, et pas via la prédation abstraite qui ne sera toujours que limité et dépendant des autres. Et si son propre esprit ne ressent aucune connexion avec l’âme du peuple, ben on peut toujours aller ailleurs, l’ascendance n’est pas la subversion ou le parasitage*. Il y aura toujours des gens pour exploiter une faille ou une faiblesse, ou empêcher notre libération, c’est la loi ici-bas. Mais la loi et la fonction de ces choses, c’est de lutter contre.
*L’esprit se crée lui-même sur le plan matériel, l’on peut créer un lien avec ce que l’on veut, mais les autres aussi. L’aspect « racine » est à la fois une création d’esprit d’individus et de forces supérieures, et ce qui fait naître ou renaître l’esprit.
L’esprit est connecté au tout, mais en définitive le retour au soi dans la création et aux processus créatifs nous font rejoindre ce qui nous est semblable, que ce soit sur un plan spirituel (constructif), ou hédoniste.
On vit dans un monde sans magie et sans enchantement, de ne faire qu’Un en soi-même et de façon commune sur un plan transcendant et « mystique », d’être capable même dans l’ombre, la nuit spirituelle, de capter la lumière, l’esprit des étoiles, du monde, de la nature, de notre peuple, nos ancêtres etc. d’être un rêveur dans son sens de voir dans la profondeur des choses, ce que l’on peut accomplir lorsque l’on base notre unité et l’esprit supérieur à travers la matière, nos racines profondes communes et une projection/manifestation dans le concret.

->Et si le mélange dissous l’un des produits de l’esprit, cette unité d’esprit manifesté de ceux qui l’avaient construit (et reflet de forces supérieures), et leur produit/création/existence, disparaîtra par l’autre (expression de l’Esprit), car encore une fois tout est matière et esprit en soi, manifester cette unité de corps et d’esprit (âme) dans la matière via la religion (réelle/enraciner, de l’âme du peuple) ne sera jamais qu’en résonance profonde qu’avec ses créateurs (qui sont eux-mêmes leur première création), car tout est spécifique à chacun, bien qu’en tant qu’expression de l’universel, et si l’on croit en la réincarnation*** (encore une fois ne change absolument en rien l’explication), l’esprit retrouve sa forme et donc lui-même dans la matière, ou bien dans le cas d’un « nouvel esprit » (ou que l’on ne croit pas en la survie/réincarnation de l’esprit (et c’est encore plus justifier dans ce cas****)), cet esprit né et prend forme dans la matière, son but est censé être créatif (que l’esprit connaisse préalablement sa forme ou pas), que ce soit vers autre chose ou non, pas de vouloir détruire. Mais bon, ce qui est purement destructif est en général stérile et ne construira rien.
La forme matérielle est aussi ce qui permet de nous connecté entre semblables à ces forces immatérielles, de puis le plan du corps, et l’esprit, le même qui permet à ce même esprit d’être connecté au tout.
Que l’on rejette le corps ou l’esprit du corps, l’on rejette son propre esprit universel, ou dans tous les cas toute création. Sans la matière, sans le corps, il n’y a pas d’esprit, ou bien il y est, mais sur un plan immatériel, ce qui ne change en rien le fait qu’il a pour but d’Être, grâce à la matière, et de faire partie d’une création spirituelle, pas fictive ou qui demande de sacrifier sa création pour de fausses promesses ou promesses lointaines ou dans « l’au-delà », ce qui renie son existence, et liberté.
L’esprit universel a pour but de créer ici-bas, et quoi de mieux que d’utiliser/régénérer le meilleur de l’existant et des perpétuer-accumuler les énergies d’unités sur tous les plans déjà présentes qui renforcent tous les individus sur un plan plus profond. L’ADN lui-même est de la matière (et mémoire) spiritualisée.
***je parle de cela aussi parce que certains utilisent ces notions spirituelles pour les détourner.
Le problème de ces gens c’est qu’ils amalgament le mélange en tant qu’idéologie, mensonge (prétendre qu’être contre serait renier l’esprit, l’autre et l’universel alors que c’est l’inverse) et vérité (l’esprit est au-dessus de la matière).
****si l’on ne croit pas en la survie de l’esprit, la famille terrestre/ses semblables et le peuple deviennent les choses les plus précieuses et sacrés, et encore plus si l’on croit en la survit de l’esprit. Et l’accepter ne nous enchaîne pas, cela nous libère, et libère notre propre universalité et notre potentiel créatif, cela n’empêche pas du tout d’être connecté aux autres peuples, au contraire, ça permet de l’être sans conflits inutiles ni de confusion. Eux et leurs idéologies nihilistes ou uniques abstraites prétendent que dans cette vision c’est l’inverse évidemment, le sacré c’est dans le renie des racines matérielles qui sont l’ennemi et rejoindre leur vision des choses à eux évidemment. Et si ils croient en la survit de l’esprit, l’ennemi c’est toujours les racines matérielles, mais pour rejoindre leur « famille » « spirituelle » (hiérarchisé évidemment) qui rejette celle et la spiritualité des autres. La promotion de l’hédonisme individualiste de ne croire en rien ou que l’on s’en fiche des conséquences que seul le présent compte dans une vision de déconstruction de cette notion, n’est pas mieux non plus, c’est une échappatoire et consommer ce qui nous a été donner, et nous enchaînera au final.

Tout cela peut paraître ridicule et simpliste au fond mais je pense que c’est nécessaire de le rappeler.

Ceux qui veulent nous détruire sont des négateurs de l’esprit, et veulent nous enchaîner par des mensonges, l’esprit abstrait faussement universel (autoproclamé supérieur) qui nous coupe de nous-mêmes, de l’autre et du tout, ou nous réduit au matérialisme hédoniste réducteur, ou le matérialisme abstrait nihiliste-universel. L’esprit est supérieur à la matière mais s’il la rejette et ne se crée pas lui-même à travers celle-ci, il en devient l’inférieur ou un produit des autres (ce qu’ils veulent), ou n’y participe pas, ou devient un destructeur.

Dire que le corps, la « race » n’est qu’un réceptacle interchangeable, qu’un personnage que l’on contrôle avec l’esprit, c’est réduire le spirituel à l’individualisme, ou renier l’esprit lui-même (ou son pouvoir créatif, et libre). Toute construction matérielle-spirituelle doit avoir une logique, une source, une volonté d’en créer une au moins, l’esprit qui se libère lui-même, si l’on place la source dans l’abstrait seulement ou dans le mensonge matériel, l’on ne va nulle part, et l’on est esclave en soi-même, et des autres.
On peut rejeter son peuple ou tous les peuples, mais l’on n’a pas le droit de prétendre que sa vision du monde abstraite est la seule valable, car elle-même ne fait que partie de la diversité des manifestations de l’esprit, et elle-même peut être manifestée de différentes façons (en elle-même) comme on peut le voir aujourd’hui, que ce soit sur le plan de l’idéologie abstraite ou du matérialisme abstrait. Tous sont anti-esprit.

L’aspect primordial de l’âme, c’est le corps avec lequel il est en synergie/résonance, avec lequel il se réincarne (ou rejoint/s’incarne), qui façonne sa famille spirituelle, et son peuple/âme éternelle qu’il rejoint ou peut rejoindre dans ce monde, si la mémoire, son être et son empreinte spirituelle n’est pas abîmée. Si l’on croit en cette version abstraite de la nature et de l’esprit, c’est parce qu’au fond on ne croit plus vraiment en rien, on ne sert que notre individualité, de la spiritualité hédoniste.

Il n’ y a pas de hiérarchie dans les « royaumes spirituel », juste des degrés supérieurs de conscience, et les niveaux supérieurs n’interfèrent pas dans le progrès des autres, la domination est une forme pervertie de hiérarchie, une forme prédatrice (idéologie unique descendante*), qui est l’opposé total de toute spiritualité ou de définition de « Dieu ».

Nous n’avons aucune autorité sur notre monde, nous en faisons simplement partie, ceux qui croient autrement sont ceux qui ont été habituer à vivre dans un environnement vide.
*l’idéologie spirituelle descendante est à l’image de la nature, renforce l’existant, propose pas aux individus et peuples de se renier ou de rejoindre quelque chose d’extérieur à eux-même et à toute manifestation/spiritualisation concrète. Le but dans cette vie, est dans cette vie, que l’on croit ou non dans l’abstrait ou d’un autre monde, et dans ce cas, ce but est encore plus renforcé.

Le seul test est celui de la nature & des dures lois de l’univers, qui testent notre esprit, et que seul le plus grand sera capable de survivre et de participer à ce monde, de créer, de perpétuer ou de recréer de nouvelles tribus/ »races », au-dessus de toutes saletés abstraites auto-limitantes et renfermées comme nous avons aujourd’hui, qui ne sont qu’un remède curatif qui prévient notre chute, et la chute des individus perdus et sans direction que cette civilisation moderne aime tant, mais cette chute devient de plus en plus inévitable. Et si on disparaît et ben.. c’est que l’on aura été trop faibles.
/

Si on défend notre peuple, notre futur et l’endroit où nous vivons ce n’est pas une question de supériorité comme ces manipulateurs essayent de dévier, mais une question d’harmonie/coexistence et de logique universelle, et que chaque peuple vit dans sa propre région (ou au moins avec son autodétermination), eux veulent forcer au chaos organisé (ou réduire le modèle mondial chaque peuple de chaque continent à l’Europe et prétendre que c’est une terre vierge et que les Européens n’existent pas), et les idéologies contre nature. Promouvoir l’immigration n’est pas de l’antiracisme ni de l’anti-supériorité, c’est être un idiot utile. L’immigration est un outil qui sert les intérêts des capitalistes et des mondialistes, et est totalement anti-sociale. Les droits individuels n’ont rien à voir avec l’immigration.
Les mêmes qui font l’immigration, le faux antiracisme, la propagande du renie, et qui nous poussent les uns contre les autres sur tous les plans (ou en tout cas nous mettent en compétitions les uns contre les autres, au service de personne sauf de cette élite), ou la marchandisation jusqu’à y perdre son âme et détruire les siens. Leur but n’est pas la cohabitation des peuples, c’est soit ces luttes horizontales, soit transformer les individus en agents passifs ou non du mondialisme de renie de tout.
*Et puis il n’y a rien d’égal à être soumis par une élite malfaisante à se renier. Et pour ne rien proposer en retour qu’un système de remplacement, de remplacement du spirituel par du matériel et de l’abstrait, de la vérité pour du factice, de l’humain par l’humain, l’homme par la femme, la femme par l’homme, le rien par le rien ou le tout, ou le tout par le rien, et de l’humain par la consommation.
« aucune race n’est supérieure à une autre », peut être, et dans tous les cas on n’a pas le droit de juger c’est certain, mais on fait comment lorsque l’on est envahit, on est obliger de se soumettre parce que les races sont différentes mais égales? (ou sinon parce qu’elles n’existeraient pas mais seraient égales et pareilles quand même dans tous les cas? (association du « racisme » et de « l’antiracisme »)).

Les droits de l’homme mondialistes et l’individualisme « libertaire » sont profondément anti-humains et amoraux. Tout comme l’immigration est anti-sociale. Des donneurs de leçons qui devraient commencer par eux-mêmes et regarder la où mène ce qu’ils nous proposent.
« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? » « Les pays sont des hôtels », et donc les individus-peuples des employés. Voilà qui résume l’idéologie de l’élite sortie tout droit des bas-fonds, actuelle.
Bientôt ils vont interdire aux spermatozoïdes de se faire la course car ce n’est pas assez « égalitaire » et ils vont rendre l’insémination artificielle et les quotas artificiels obligatoire.

Et qu’ils nous disent pas que c’est nous qui sommes obsédés par l’immigration, ce sont ces gens la qui nous l’imposent idéologiquement, et qui accusent les autres d’êtres des xénophobes tout en prônant cette immigration sans limite et sans forme, et tout un projet idéologique qui n’existe qu’à travers le besoin immigrationnel. Leur recherche de victimes et de la victimisation comme fin en soi, des prolétaires de substitution car les vrais évidemment ils ont compris que l’immigration est totalement à l’opposé de leurs intérêts (remplacer la main d’oeuvre par du pas cher dans un monde qui ne croit plus en rien), ne prouve qu’ils ne sont que des agents destructeurs idiots utiles du système. Et non seulement cela, mais ils veulent maintenant détruire ces mêmes prolétaires en mettant la barre tellement bas, que ces derniers seraient des privilégiés.
Enfin ces gens la ne pensent qu’en termes d’argent ou de victimisation-racialisation, moi je pense que la séparation des peuples est ce qui permettra de retrouver une harmonie, au lieu de forcer un lien artificiel dans un système tout aussi artificiel et déraciné qui nous impose de nous réduire au plus bas, à la disparition ou de ne pas relever la tête pour éviter les conflits, la lâcheté/soumission obligatoire et la dictature de la pensée. Et sinon oui être libre chez soi sans ingérence devrait être un privilège pour tous les peuples.
Il est évident que la question de l’immigration est prioritaire pour eux sur l’ordre du monde, l’intérêt et l’existence des peuples, et prioritaire même sur l’économique (mais bon ça c’est normal, sauf que eux, pour les mauvaises raisons, et car dans le fond ils font le jeu des capitalistes, et du chaos organisé des mondialistes).
Et puis où mène cette préférence étrangère mal-orientée de soumission? et pourquoi ces immigrationnistes n’envoient pas directement leur argent ou ne vont pas aider ces gens dans leurs pays? ah non c’est vrai, vu qu’il y a déjà des millions de chômeurs en Europe la meilleure solution est de faire venir toute l’Afrique ici pour les « aider ».
Dans un monde sain l’économie est un outil et le serviteur du peuple, pas l’inverse, ni même un marché chaotique sans but sauf lui-même qui réécrit l’humanité selon ses intérêts. Mais bon, même dans leur monde malsain où l’on base tout sur l’économique, leur idéologie n’a aucun sens et ne fonctionne pas, sauf pour rendre toujours plus pauvre les pauvres évidemment.
On défend notre existence et l’ordre du monde, on ne défend pas l’économie, ça ce n’est que secondaire. Ces pseudos-humanistes qui voudraient nous faire croire que l’on refuse l’immigration parce que l’on serait défavorisé sont aussi des débiles, ce sont les mêmes que ces nihilistes réducteurs. Ils réorientent souvent les problèmes liés à l’immigration sur des sujets économiques ou la menace fasciste, alors que les seuls fascistes ce sont eux*. Des esclaves assumés/autoproclamés qui blâment les autres esclaves, qui jouent la victimisation pour prétendre incarner une opposition au système, des prétendus révolutionnaires qui auraient un projet ascendant, mais ils sont le système lui-même, ils le rejoignent, un faux bas vers un faux haut, et la seule chose envers laquelle ils sont subversif, ce sont les peuples et l’harmonie naturelle, tout ce chaos est nécessaire au système pour se maintenir, ainsi que ces esclaves assumés qui ne s’attaquent pas au fond du problème, et qui n’ont aucune autre direction que la rétractation d’ouverture abstraite, le nihilisme et l’immigrationnisme sans limite, exactement ce que le système veut, un environnement qui justifie l’existence d’une centralisation ou d’une élite tout aussi abstraite et sans aucun sens.
Ils prétendent combattre le fascisme mais ils ne font que servir à créer des luttes inutiles contre un ennemi imaginaire, ou amalgamer l’extrême avec les vrais défenseurs de la liberté des peuples. Ils préfèrent perpétuer le chaos, empêcher toute cohabitation et toute entente. Au final tout ce qu’ils font c’est servir les intérêts de l’élite, ils n’ont aucun projet concret ni positif, purement destructif. Au nom de l’antifascisme on peut tout justifier de nos jours, même le fascisme apparemment.
Ces mondialistes pro-immigration et pro-« anti-racisme » sont les mêmes qui envahissent et font des guerres au moyen orient, cause première de l’immigration (enfin sans parler des réseaux obscurs de passeurs et de migrants qui ne viennent pour la plupart pas de régions en guerres). Ils ne font venir que des hédonistes traîtres à leur propre pays/peuple et souvent des gens violents ou des terroristes.
« Envahit le monde, invite le monde. » On ne peut évidemment pas aider les gens dans leur pays, vu que ceux qui détruisent les pays de ces étrangers (en envoyant les ong « humanistes » nettoyer ou masquer les dégâts plus profond ou les responsables) sont les mêmes qui poussent à l’immigration de masse et aux idéologies nihilistes de renie.
Ils s’en foutent de détruire le peuple français ou n’importe quel peuple, ils ont juste besoin des peuples pour qu’ils se soumettent par fausses luttes futiles/descendantes purement destructrices sans vainqueurs réels, ou par épuisement/renie/réduction/déconstruction ou comme outils pour leur empire mondial. Ils font des guerres soi-disant humanitaires, mais c’est que pour leur intérêt qui n’est pas celui des peuples, surtout quand ils détruisent (et/ou soumettent/renient) le/les peuple qui sont déjà sous leurs contrôles. Surtout quand ces guerres sont la cause de ces flux migratoires, ils s’en foutent des Européens, ils ne servent que des intérêts extérieurs. Ils sont incapables de créer quelque chose sans détruire, et ils croient que seul leur projet est acceptable et « universel »/ »ouvert », et que l’on devrait s’y soumettre. Ils ont le droit de croire en la loi du plus fort, mais nous aussi, ou du moins de ne pas être obliger de se soumettre à un Empire décadent qui ressemble à rien en plus, c’est un des plus laids et mauvais empire de toute l’histoire (à l’image de ses maîtres), bien que puissant grâce aux moutons (enfin, plus maintenant, sa chute est annoncé).
*Qui nous parlent d’un complot fasciste (ou la peur d’une « menace » (pour qui?)) qui voudrait gouverner le monde alors que l’élite qui représente ces idéologies mondialistes possède déjà le monde avec leurs banques et leur médias ainsi que ce pouvoir de pression idéologique supranationale. Des gens qui décrivent les autres, prétendent mieux connaitre l’autre que ces autres eux-mêmes, et parlent à leur place pour les insulter avec des mensonges, et tout voir de façon négative. Ils crient au fascisme car ils considèrent que la terre entière est à eux, à leur vision propre du monde, et que tout le monde est partout chez lui, surtout les autres (+ renie du peuple autochtone), et les banquiers mondialistes en réalité. Enfin bon.. l’inversion accusatoire est leur passe-temps favori.

« La race n’a et n’ont pas d’importance » (ou bien « tout est pareil et c’est obligatoire »), « donc on peut faire de l’immigration illimité et remplacer les européens de souches, vu que de toute façon la race ça n’a pas d’importance, et si ils se défendent c’est forcément parce qu’ils sont raciste donc raison de plus de les remplacer ». Voila en gros l’idéologie actuelle. Ils nous vendent aussi que l’immigration ou notre disparition amènera plus d’universalisme, mais de quelle façon? transférer l’Afrique en Europe cela va amener de l’universalisme? tout dissoudre va amener plus de diversité et d’universalisme? ces gens la incarnent la bêtise universelle ça c’est possible. En quoi rejeter ses racines et son peuple, faire de l’immigration de masse et tout mélanger qu’en Europe amène de l’universalisme? cela n’est pas un ajout, mais une réduction, et une auto-disparition, physique, mais elle l’est déjà sur le plan spirituel (pas pour nous tous heureusement) donc cela ne fait que suivre le chemin.

La question n’est pas de se sentir supérieur à un individu à cause d’une couleur de peau ni de réduire un peuple race à une couleur de peau et de la jeter au néant, déjà parce que l’autre individu n’est pas un individu isolé nihiliste individualiste comme eux, il a son peuple et sa religion (et déjà qu’ils se tuent entre eux quand même ça donne pas bon espoir), la solution n’est pas de tout rejeter au tout est pareil, et encore une fois ce serait une aspiration diabolique, mais le problème est que si l’on est obligé de se soumettre à tout et à rien par égalitarisme abstrait on a donc plus le droit à l’existence et l’interdiction de la défendre (« race ») revient à être soumis à tout, et au niveau de l’intégration* il n’y aurait plus rien vers lequel s’intégrer ni cohabiter pour les autres peuples si on s’auto-renie, et que l’on sombre dans le culte de la mort comme on le voit partout avec ces idéologies mortifères.

*Bien que l’intégration (et encore plus l’assimilation) pour moi soit des choses totalement artificielle dépendante d’une centralisation moderne politique anti-naturelle.
Ils veulent la loi du nombre (en tant qu’unité « d’esprit »/idéologique qui n’accepte aucun autre/différence), ils rejettent donc inévitablement la valeur de l’âme, et de la personnalité dans l’humain, et toute liberté réelle, ainsi parce qu’en plus ils diabolisent le concept de racines, de peuple, de « race » (ce qui nous retire tout prémisse d’existence), des lois de la nature, ce qui nous contraint à la non-existence, ou à se réduire à un produit matériel, ou économique, l’on a plus rien d’humain, plus rien de vivant. Ils veulent que l’on rejette notre passé, et toute continuité des peuples, disant que c’est quelque chose de détestable, pour se réduire au chaos d’une vision d’un état arrêté du monde, qui mélange l’existant pour créer un golem sans âme et « remodelable » à souhait. Les peuples « purs »**, la nature et ce qui est donc libre, sont leurs plus grands ennemis.
**dans le sens qui savent qui ils sont sur un plan transcendant, semblables réellement et sans besoin de pensée unique, et qui produit de vrais êtres humains libres, et qui donc ont la conscience nécessaire pour respecter les autres.

Une « race » c’est métaphysique, une manifestation matérielle de l’essence spirituelle, de l’univers, une manifestation d’unité sur tous les plans sinon elle n’aurait pas survécu à l’épreuve du temps. Des temples spirituels et matériels en mémoire de nos ancêtres**, y compris notre corps, et en tant que connexion à un esprit supérieur qui nous dépasse*, que l’on devient-redevient soi-même, dans une forme concrète éternelle, un lien sacré suffisamment fort pour survivre et faire corps à la matière, et qui nous permet de nous donner nous-même à nous-même.
Chaque peuple a une résonance et essence différente, une façon d’être/âme qui permet un lien plus profond envers l’universel, quand on ne le rejette pas et qu’on ne rejette pas ce que la nature a produit.
*et d’une force qui dépasse le Tout, dont nos ancêtres eux-mêmes étaient la manifestation. L’esprit et les énergies immatérielles liés à nos racines, la force universelle qui nous a créer, cette accumulation d’unité et d’être, cette force universelle qui maintient son âme en vie, son archétype/esprit immortel, sa famille et matrice spirituelle/immatérielle, et ses racines, c’est la chose la plus primordiale de notre essence ici-bas. Si l’on a foi en rien, quel est l’intérêt?
On est tous une manifestation de la source, mais chaque expression du vivant est un condensé de cet esprit universel, une âme, une personnalité, transmise via ses « racines », et ici-bas sous une forme commune. Accepter les choses comme elles sont et les améliorer/transformer est ce qui permet la liberté et l’universalité de l’individu (et de le renforcer), au lieu d’être soumis à celui-ci (universel), ou par rejet, ou d’être un zombie sans âme ou un parasite qui se prend pour « Dieu ».
**l’esprit « supérieur » et immatériel de nos ancêtres communs, de notre peuple, de soi-même, d’une totalité supérieure épurée, éternelle, pas de quelques individus ni d’un égo matériel. D’un esprit universel qui coule à travers nous, dont notre individualité s’y retrouve pour s’y renforcer/libérer, qui est libre en elle-même, de la somme de notre aspiration créatrice commune et de rejoindre les plans subtils (ce qui le permet), à travers le temps. Une mémoire matérielle-spirituelle et continuité commune, pas comme fin en soi, mais en tant que connexion et un être supérieur transcendant.

Parenthèse sur un sujet annexe:
Ils ont transformé la science (qu’ils n’ont pas inventé/découvert eux-mêmes, important de le précisé) en nouvelle religion (même au niveau de l’histoire et de la recherche génétique, tout est empli de la même idéologie, j’en parle plus bas ou dans l’autre partie de l’article).
En se moment ils ont trouvé un nouveau messie, le voyage sur d’autres planètes. Il est possible que dans le futur lointain ce soit possible (on ne peut pas à cause des radiations et d’une technologie trop faible, ni d’autre planète habitable en vue), mais, même le fait de pouvoir aller sur une autre planète, ce n’est pas pour détruire celle la (et la désertifier), la jeter, et en prendre une autre, ça c’est l’idéologie consumériste et marchande, utiliser et jeter, tout comme ils le font avec les peuples. Tout comme les idéologies de la pensée unique du passé, ils nous vendent un messie déconnecté du réel, ou la promesse d’une vie meilleure ailleurs, ou après la mort, car ce sont ces connards qui transforment la vie sur terre en enfer. Hollywood est la pour vendre la chose (la rendre réelle d’une façon), comme pour tout le reste.
Et si le prix pour aller sur d’autres planètes c’est de détruire celle-là, ou de transformer l’humanité en robots, je vois pas l’intérêt. Et s’il y a de la vie sur notre planète, il y en aura forcément sur d’autres aussi, il n’y a pas besoin d’aller les coloniser, on devrait se focaliser sur notre propre travail, préserver celle-là, et la nature. Mais bon, les parasites ne sont jamais capables de se contenter d’eux-mêmes (et de grandir d’eux-mêmes), ils ont besoin de la colonisation des autres (ou de leur propre espace, pour prendre l’exemple de l’Europe d’aujourd’hui). Et puis, à quoi ça sert d’aller sur d’autres planètes si notre propre peuple n’existe plus, si c’est pour emmener une humanité qui ne ressemble à rien en conflit permanent en elle-même, pour perpétuer le chaos, ou y emmener ces banquiers mondialistes qui n’ont aucun respect pour le vivant sur, ce n’est pas la peine.
Enfin comme d’hab, des gens qui s’approprient des termes comme « science » pour se donner du pouvoir ou faire de la propagande mais qui n’ont rien de scientifique et sont plutôt anti-science qu’autre chose. Enfin toujours les mêmes qui inversent et salissent et renient le réel. Normal quand on refuse la réalité et qu’on veut faire imposer sa propre vision aux autres, et qu’on sort du paradigme constructif/ascendant de respect des choses.

Parenthèse 2:

Et non ce ne sont pas des étrangers qui ont reconstruit ou défendu la France (ps: je ne suis même pas un nationaliste mais bon), pour la reconstruction cela s’approche des 3%, et la défense de la France 5%, et c’était un travail, cela ne veut pas non plus dire que leur peuple est au dessus du notre, ou que l’immigration ou les réparations doivent être infinie.
Et si on veut parler de colonialisme, l’on pourrait aussi parler de la colonisation de l’espagne pendant 800 ans, des siècles de raid et de prise d’esclaves, si on veut parler des méfaits des uns, il faut l’accepter pour les autres aussi.
Et si on veut parler encore plus de colonialisme, c’était des « socialo* »-« protomondialistes » qui l’on voulu, mais la évidemment c’est tous les européens les coupables, même les suédois et les suisses (pour l’exemple) qui n’y ont pas pris part, tout le monde doit se soumettre.
*je refuse que l’on appelle ces gens la de socialistes, le vrai socialisme il est ascendant et défend le modèle de la nature, pas l’abstrait dans le mauvais sens du terme. Le socialisme international est un anti-socialisme, comme si c’était à nous de nous occuper des autres et leur imposer notre propre vision du monde.
qui sont passé du « c’est le devoir des races supérieures d’éduquer les inférieures » (jules ferry) à « toutes les races sont pareilles, égales, ou n’existent pas, et il faut éduquer tous les individus au mondialisme ». égales surtout en europe, et plus l’on est une minorité, plus l’on est égal aux autres évidemment, et plus les autres doivent se soumettre et se renier (surtout si ce sont des autochtones, cosmopolitisme prédateur: pas de découverte temporaire et de respects des peuples). « il faut aimer l’autre comme soi même », surtout si ce sont des envahisseurs qui viennent chez nous, ceux dans d’autres pays on s’en fiche évidemment, ni ceux qui y font des guerres (ou sinon on joue les idiots utiles en demandant cette immigration).

note: j’utilise le terme mondialisme car c’est l’appellation actuelle de ce projet destructeur, ce n’est qu’un mot, le sujet ne se réduit pas à ça.

Quoi qu’il advienne, il faut savoir où est le réel ennemi, d’abord soi-même/sa faiblesse, et ensuite ceux qui font du double discours/deux poids deux mesures, ce sont les ennemies de toute vie et de toute intelligence.
L’existence de notre peuple est non négociable (je dirais même non-« marchandable »). Si ça pose problème à certains, ils sont le problème, et leur propre ennemi.

Je n’ai même pas besoin de parler de ces médias (médiats) qui font semblant d’être différents mais qui sont tous plus ou moins soumis à la même idéologie. Des gens qui comme les autres communautés mondialistes prétendent vouloir rééduquer le peuple, en prétendant être neutre tout en occultant toute opposition au cosmopolitisme mondialiste ou au discours dominant, et qui prétendent lutter contre les amalgames tout en amalgamant les individus qui défendent leur liberté et leurs peuples, avec « fascisme »/ »racisme ». Ou en prétendant par paternalisme abstrait déconnecté et machiavélique, que si l’on veut défendre notre peuple et l’ordre du monde c’est parce que l’on n’a pas assez de QI. Des gens qui se donnent eux-mêmes une supériorité dans l’abstrait et qui détestent tout ce qui lui est réellement supérieur, y compris les forces immatérielles et subtiles, ou même sur le plan matériel (qu’ils se prétendent au-dessus comme fin en soi, comme si c’était par défaut de la supériorité). La seule supériorité qu’ils auront, c’est si l’on écoute leurs bêtises.

Des tribunaux qui jugent les délits d’opinion, l’école qui endoctrine dans la bêtise mondialiste et la culpabilisation, les individus qui chassent les propos délictuels et se dénoncent les uns les autres telle une nouvelle chasse aux sorcières, etc. Cette civilisation est morte, et ce n’est pas plus mal, ne nourrissons plus le monstre.

—-

fin du premier résumé.

—-

Le lien à l’autre n’a pas forcément à être dans le schéma domination-soumission contrairement à ce que les mondialistes avec leurs amalgames ridicules veulent nous le faire croire (mais c’est ce qu’ils sont eux ironiquement), ni de détester l’autre. Mais évidemment ils amalgament cette idéologie de la victimisation et du schéma domination-soumission avec leur idéologie que tout le monde est chez lui partout (surtout les banquiers au final mais bon), et que donc personne n’a le droit d’avoir d’autodétermination, que l’on devrait tous se soumettre à un pouvoir extérieur qui « égalise » (réduit tout au plus bas) tous les peuples vivants sur un même territoire, peu importe que ce soit totalement incohérent ou pas. Pour qu’au final le pouvoir ne revienne pas à quelque chose de vivant, un peuple, mais un système extérieur. Que des étrangers en petit nombres vivent dans un autre pays n’est pas du tout un problème, mais le fait de les politiser pour attiser les haines, détruire le peuple hôte ou leur enlever le droit à la liberté et l’auto-determination, si. Tout le monde ne peut pas avoir du pouvoir partout, se croire le centre du monde, il faut respecter les peuples où ils sont, ou sinon assumer son projet destructeur, et assumer les conséquences, au lieu d’être hypocrite.

Le spirituel c’est pour moi surtout le lien à soi et commun libérateur universel, qui ne se réduit pas à la matière sans la rejeter, les énergies subtiles.
L’esprit n’est pas « Dieu » car le plan matériel en fait partie aussi, car sans celui-ci il n’y a pas d’horizontal ni de manifestation de l’esprit. Le plan de l’esprit seul (vertical) qui rejette l’horizontal (la création) par volonté dominatrice, ou qui s’y réduit en tant que cause, ne peut faire que détruire, et exprimer l’esprit destructeur, qui étouffe la vie, qui ne fait pas de distinction dans la consumation. Le vertical en tant que continuité d’amélioration et de spirituel, et l’horizontal en tant qu’unité sur le plan matériel (le vertical universel et l’horizontal universel unissent le tout, tout le vivant et chaque expression de la nature ne sont que des expressions à l’image de celui-ci). Le vrai vertical ne peut être que spirituel, ou d’ordre matériel à l’image du spirituel, ascendant, jamais de domination, seulement en tant que canal au service du peuple. Nos aspirations et notre unité (à nous-mêmes et commune (et environnement/terre)) ne devraient pas être controlé par un pouvoir « vertical » qui nous y coupe (de notre liberté et aspirations supérieures communes, et en tant que continuité créatrice). Le bien commun réduit à l’horizontal ne peut que s’auto-effondré, sans aspiration supérieure/constructive (ou de renforcement-continuité) intrinsèque commune qui le relie sur un plan subtil ou absolu-universel. Notre être collectif ne peut être que subtil/métaphysique, si réduit à l’horizontal-matériel seul il se coupe de sa source de et son être. L’horizontal seul (ou le commun matériel en tant que fin en soi) amène des individus qui se soumettent plus facilement à la matière, au pouvoir de l’homme et au monde extérieur chaotique, et ils ne recherchent plus l’infinité*, et la liberté/ordre inconditionnel de l’universel/ »Dieu ». ps: Je ne parle jamais de « Dieu » dans sa « définition » monothéiste. L’on peut voir l’universel et Dieu à travers l’extérieur, la nature, mais l’on a pour objectif d’y prendre part, pas de se réduire/soumettre à quelque chose d’extérieur. ps2: Il n’y a pas d’intérieur ni d’extérieur, l’on fait partie du tout, et notre être profond n’a pas besoin de ces concepts, (intérieur et extérieur), l’on s’en sert uniquement sur ce plan terrestre, pour expliquer le monde de la « création », et ce qui détruit et divise. *infini/illimité par opposition à se qui se croit fini (donc non-vivant) et qui sombre dans le matérialisme et la domination. l’immatériel n’est pas la mort, même si l’âme la transcende. seuls les cultes artificiels qui ont peur de leur mort (de leur être en rejet du spirituel et des lois universelles dans leur existence matérielle) réfutent l’immatériel dans son sens positif. ps: l’âme transcende la mort sur le plan individuel, mais l’être commun, l’unité immatérielle, elle est soumise à l’épreuve du plan matériel, dans le concret.
Il faut être notre propre soleil/centre qui irradie « sans dépendances extérieures » et qui laisse transpasser la source de vie. Tout part du centre, l’on doit incarner toutes les forces, que ce soit ce que l’on appelle vertical, horizontal, etc. la direction verticale veut aussi dire une direction de renforcement, mais ce renforcement est aussi horizontal (le produit), j’utilise ces définitions pour mettre les forces en perspective.
Je parle « d’esprit » car c’est plus simple pour décrire les choses. Je n’ai pas envie d’être en permanence dans les explications techniques (même si je le fais quand même), pour décrire mon point de vue.
Le spirituel c’est surtout la libération de l’esprit de la domination matérielle (ou spirituelle-satanique), des idéologies d’hommes et du mensonge. note: j’utilise le mot « satan » dans sa définition courante (pas même monothéiste), je n’ai aucune idée si en dehors de ça il s’agit d’une projection (-inversion) de la part de l’élite illégitime, et de ces histoires qu’en sanskrit sat- veut dire vérité, ce ne sont que des mots après-tout, la compréhension est le plus important.
Il y a la domination en (et de) soi-même par rapport au monde extérieur*, et la volonté de soumettre (la définition communément admise de « domination ») pour se placer artificiellement en « haut », les deux sont différents (l’un est basé sur soi, l’autre uniquement sur l’autre (de façon négative, l’inverse/positif n’étant pas d’accepter la soumission hein)). La solution contre la domination-soumission n’est pas de se réduire à l’horizontal, plus « d’égalité » (surtout de nivellement par le bas), mais l’ordre et l’aspiration libératrice/supérieure.
*sinon par ex l’on peut dominer quelque chose en la domptant (« dompter le courant »), sans la détruire, exister/être « au-dessus de », frontalement/horizontalement en la détruisant ce n’est plus trop de la domination. Mais il y a aussi quelque chose d’honnête dans la destruction, les mondialistes & co veulent soumettre, subvertir, étouffer le spirituel, parasiter, et nous réduire au plus bas, nous détruire sur le plan de l’âme et sur le plan de la conscience/être physique et ancestral/intemporel, tout en prétendant le contraire, par derrière, avec la « fausse lumière ». Tout fait partie de la nature, même ces forces destructrices, mais il ne faut pas être maintenu dans leur illusion (plan de conscience) pour autant. Ils se disent les plus forts, mais sont incapables de nous vaincre honnêtement, ils sont les plus forts des idéologies stériles ça c’est sur (peut être pas en nombre, mais un virus n’est pas vraiment l’incarnation de la force).
On va me dire que vu que ce monde matériel est limité, le plus fort « domine » (domine positivement c’est une chose, soumettre une autre), mais justement c’est une lutte permanente, eux nous disent que l’on est obligé de se soumettre et de tous s’unifier sous leur règne, mais pourquoi on ne ferait pas pareil nous? ou pourquoi ne pas tout simplement retrouver l’ordre matériel et naturel ou tout le monde est libre et garde son auto-détermination?. Ils vont nous dire que c’est nous qui ne voudraient pas sacrifier notre ego pour rentrer dans leur système/ »unité », mais on peut dire exactement la même chose d’eux envers l’ordre naturel, et cette fois de manière légitime. quelle genre de chose serait cette idéologie qui nous imposerait l’abandon de ce que l’on est? quel genre d’unité serait une chose pareille? vu que tout est la même chose sur chaque plan, même sur le plan individuel l’on n’a pas le droit d’être libre pour eux. Parce qu’on n’est pas capable de s’unir autrement? et pourquoi faire venir en masse des gens en conflits dans leurs pays d’origine si aider à l’unité était leur intérêt?
Tout individu et peuple doit aspirer à être à l’image de « dieu »/de l’universel (devenir une « lumière » (pour l’explication)). Mais si c’est au prix que les autres ne l’aient pas (cette « lumière ») ou qui rejette toute compétition (que l’autre possède la même chose) c’est donc totalement faux.

Enfin tout ça est évident et très basique, on revient toujours au même, mais bon, l’essentiel se perd apparemment.

Le côté individuel doit être vertical depuis le plan matériel (recherche de la plus haute expression de soi-même spirituelle-matérielle), et l’horizontal/commun/unique (et multiple<-) sur le plan spirituel (->multiple pour chaque spécificités matérielles au sein du peuple, et des forces multiples universelles*, et diriger vers les cycles infinis). Chaque peuple ayant son expression différente de l’infini/universel/multiple. Le plan matériel/horizontal doit être spiritualisé, et le plan spirituel/vertical doit être matérialisé. L’unique ne doit pas être vertical, mais horizontal; le multiple est dans l’unique sur le plan matériel, l’unique dans l’horizontal sur le plan spirituel (pour porter le lien matériel au spirituel, ou à la continuité/descendance-ascendance, que cela nous revienne).
L’idéologie unique monothéiste est une volonté de se séparé artificiellement de l’ordre naturel, du vrai unique en tant que totalité en rejetant l’expression multiple**, et de la loi du plus sain que toute forme de vie partage. Le vertical et le spirituel ne sont donc pas seulement uniques, mais de potentiels infinis/multiples, l’on doit être une expression de la totalité. Le spirituel c’est l’unité universelle « immatérielle », sur le plan de l’esprit, et qui transcende le temps et la mort matérielle. Unité spirituelle verticale dans le sens d’un monde commun immatériel, connecter avec nos âmes individuelles mais possédant une essence supérieure/impersonnelle commune qui se manifeste/survie dans la matière. Les principes spirituels, de forces universelles, de la magie du monde, les royaumes des morts (pas dans son sens unique monothéiste) et des ancêtres ainsi que l’horizon (ou plutôt vision) « cosmique » sont nécessaires à toute unité réelle, qui incorpore l’universel lui-même, sa grandeur, « irréductrice ». Par contre l’unité ne doit jamais être une fin en soi, elle doit être réelle encore une fois.
Le vertical c’est être lié à l’unité, faire qu’un avec soi même et avec l’universel, ne pas être divisé/confus sur le plan matériel et être indépendant de la matière, aussi via l’unité immatérielle commune sur le plan de celle-ci, capable de réelle transcendance (pas d’une transcendance de la transcendance vers la dégénérescence). Pour certains individus tout peut être transcendé, la nature et les lois du vivant sont un frein? pas grave on va les détruire quand même (par ex).
Remettre les choses au vertical (ou à une expression de Dieu, des forces supérieures universelles), c’est surtout pour ne pas réduire les choses à son petit soi et au matérialisme (ouverture d’esprit vers le haut/infini, et non pas matériel/fini/petit/fragmenté), et que cela bénéficie au bien commun, et car tout et toutes les lois/choses (créatives ou destructrices) sont les mêmes sur chaque plan, matériels ou immatériels, du dense/superficiel au subtil/profond, l’on ne peut faire que rendre les choses au plus élevé, pour se rendre nous-mêmes à celles-ci. Savoir séparé/libéré son esprit de la matière dense sert à ça aussi (pas pour rejeter la matière, au contraire). Tout ce que l’on peut faire c’est mettre les choses simples/spirituelles/créatrices/concrètes du monde matériel « en haut » (pas dans le sens au néant abstrait hein), car les mêmes choses s’appliquent sur chaque plans, juste à des niveaux/fréquences/niveau de conscience et d’unité plus ou moins supérieures/universelles. On les met en haut pour renforcer ces forces et qu’elles nous reviennent de  manières plus fortes.
Nous les européens on a toujours été réussi à s’unir sur plan matériel (sans esprit abstrait/idéologie unique), capable d’organisation, et capable de se connecter, de créer et de manifester les forces supérieures universelles, spirituelles, sur le plan matériel, justement parce que l’on a réussi à porter notre lien matériel sur un plan subtil (et inversement). On essaye de pervertir cet aspect pour promouvoir le matérialisme.
*l’on peut incarner toutes ces forces en soi, mais la séparation permet l’ordre et de les exprimer de façon plus forte, et dans la multiplicité-unités de celles-ci dans un bien commun. la séparation saine est horizontale, pas verticale, car chaque unité horizontale possède déjà sa verticalité intrinsèque (normalement) (qu’ils veulent remplacer avec les idéologies pour les détruire ou subvertir) (verticalité ascendante, pas de soumission, pareil pour la fausse horizontalité d’ouverture incohérente à ses dépens (l’horizontal universel est à forme multiple, chaque expression horizontale d’unité sur un plateau matériel est comme une bulle/monde/étoile dans un vaste réseau interconnecté, quand certains essayent pas de tout détruire avec du faux horizontal ou du faux vertical)). la simple idée de « Dieu » vertical, séparé de nous, est une totale inversion, qui justifie toutes les transgressions. alors que le fait de prendre « Dieu »/l’universel en nous, d’être à son image (unité créatrice) (encore une fois à l’image de la nature), c’est pas du tout la même chose.
**pour faire plus simple à propos des idéologies uniques: l’islam c’est « Dieu »/eux vs les infidèles, les chrétiens c’est « Dieu »/eux vs « païens*** »/gens à laver le cerveau, les juifs c’est eux vs les gentils, et le mondialisme c’est eux contre les méchants autochtones et les méchants « intolérants » (c’est un peu la version matérialiste de l’idéologie unique). Je note cependant qu’il y a quelques des tendances parmi les monothéismes certains à tendance à l’expansion/domination/conversion par la force, et d’autres a tendance à l’accaparement/soumettre/prédation/rétractation, et un autre qui est plus équilibré entre les deux, mais bon dans le fond ils sont tous la même chose.
Par opposition la nature c’est chacun est ce qu’il est, et agit au mieux dans le respect de l’harmonie et de l’ordre du monde (chaque chose a sa place) (et le chaos en tant que tel n’existe pas, seul le mystère de la multiplicité et de la lutte pour la vie est présent). Ils détestent (je parle là de l’élite tout en haut, pas des moutons perdus) la nature et l’ordre naturel, car c’est pur et magnifique, et surtout parce que c’est plus grand et plus fort qu’eux le sont, et qu’ils ne peuvent pas la contrôler.
***description/mot qui ne veut rien dire en lui-même mais que l’on utilise quand même (c’est un peu la même définition que « gentils » (par opposition), mais les chrétiens eux voulaient laver le cerveau aux non-chrétiens qu’ils ont nommés païens (les européens)). quand je parle de paganisme je parle donc du traditionnel, du naturel, il ne s’agit pas de faire du larping « païen » (ni retrouver exactement la même expression du Larping dans le sens de revenir exactement à la même version du passé, alors que le contexte change évolue, même si l’essence profonde reste la même, mais plutôt de commencer à retrouver une direction saine, vers cela. Et quand je parle du paganisme je parle du paganisme indo-européen.

note sur le paganisme: tous les mythes païens sont subjectifs, les Dieu et déesses ne sont « que » des idéaux (c’est bien plus que ça, mais pas abstrait), qui servent à l’individu, et l’esprit du peuple. La symbolique solaire païenne n’est pas du tout un « Dieu » unique/fermé qui s’accapare le tout. Le vrai universel ou « Dieu », c’est la totalité, les différentes forces qui sont présente dans toute chose.
Il ne faut pas non plus croire tous les mensonges sur le paganisme, comme les prétendues superstitions, avec la sauge, certaines plantes dans les murs etc., alors que dans les faits c’était des plantes qui contenaient des éléments qui éliminés les virus, faisaient partir les rongeurs etc.
Toute la mythologie païenne est faite pour se retrouver soi-même, à propos de la réincarnation (pas du tout dans le sens monothéiste encore une fois, plutôt dans le sens de mettre au monde l’esprit (un peu comme la maïeutique, mais en plus profond)), et de l’unité supérieure du peuple* (seule qui permet à l’individu de se trouver/retrouver via sa famille spirituelle, à travers la terre/matière, en dehors de tout chaos et de toute incohérence artificielle). C’est de la que nous vient toute notre ouverture d’esprit qui transcende tout, mais tous les individus et peuples n’ont pas cette capacité, ni le respect de l’autre dans cette vision universelle qu’ils ne comprennent pas.
*qui va bien au delà de la simple « culture ».
note2: Tous les saints et fêtes chrétiennes sont païennes, c’est quelque chose d’important à savoir. Le catholicisme c’était 90% de paganisme, les fêtes, saints, symboles, l’art, musique, etc. le protestantisme c’est du catholicisme où l’on a enlevé tous les éléments européens/païens. les pays non-protestants ont gardé le catholicisme, il n’est pas totalement mort, mais les autres ont totalement abandonné toute forme de christianisme, tout logiquement. je ne dis pas cela pour retourner au catholicisme hein, ce serait totalement stupide, nous n’avons pas besoins d’idéologies unique ni d’un mensonge qui phagocyte notre vraie individualité collective, et notre vraie « religion ».
Les soi-disantes morales du christianisme n’ont rien de chrétiennes, elles sont païennes, fidélité, honnêteté, honneur, « gentillesse », etc. la famille, pareil, les chrétiens d’origine étaient anti-famille matérielle (remettaient tout purement y compris cette notion au purement abstrait, et demandait le renie de la famille matérielle, séparé pour eux du spirituel).
Il faut rejeter le christianisme, mais pas ce qu’il s’est accaparé de notre propre « religion ». Rejeter le christianisme, pour tomber dans l’immoralité, n’est pas de l’anti-christianisme, c’est nous rejeter nous-même et notre propre « religion » ancestrale.

Les religions du désert, les idéologies unique monothéistes, reviennent toutes fondamentalement à la croyance suprémaciste selon laquelle la Bible (juive/chrétienne, ou islamique (un dérivé)) est la source de la moralité et de l’origine des hommes (et de tous les peuples de chaque continent).
« Le plus drôle dans le fait de revenir en arrière à partir d’un résultat final, c’est que vous avez tous les moments de l’histoire à utiliser comme référence pour faire correspondre vos conclusions prédéterminées. »
Il faut arrêter de penser à travers le point de vue des autres sur le monde ou sur nous-mêmes. Et ce n’est pas parce qu’à un moment une partie des différents peuples se sont rencontré dans le désert que le point de départ de l’humanité se situe dans ce désert, surtout que tous les cultes qu’ils ont inventé sont souvent des plagiats rendus à des idéologies uniques (de gens mélangés ou non et qui se croient les représentants de l’humanité toute entière et au dessus de tous les peuples/ »races »). Des gens qui croient en un « Dieu » qui est au-dessus de la nature et ne pense qu’à travers les humains qui en sont retirés (de cette nature), sans diversité, ou qui forcent sa destruction ou sa liberté d’être à travers le fait de prétendre qu’ils sont tous égaux, un « Père »/Dieu universel n’est qu’un criminel jaloux, vengeur et meurtrier, au final. Des gens qui ont besoin d’un ennemi désigné (ou n’exister/être uni que par opposition) ou d’un Dieu abstrait (qui rejette la nature, les peuples/ »races »/etc. ou font du prosélytisme pour tout s’accaparer) et unique pour justifier leur existence non-naturelle prédatrice d’unité dans l’individualisme réducteur d’individus n’ayant rien en commun réellement.
La domination (et ses idéologies liées) permet aux peuples et individu faibles de renforcer leur connexion en eux-mêmes (et envers l’extérieur) de cette façon, mais ce n’est pas nécessaire, les forces ascendantes nous libèrent, et n’impliquent pas le renie ou la dissolution (ou inclusivité abstraite de renie faussement universelle). Quand c’est purement descendant ou ascendant depuis ou vers un accaparement horizontal, ça ne peut pas être positif, toute chose est ou n’est pas, et grandit de l’intérieur, via une résonance commune que l’on fait naître/renaître (ou disparaître).
Des cultes uniques qui réduisent Dieu à l’humanité seulement, pour s’accaparer cette humanité. Les humains font partie de la nature, toute chose vivante fait partie de Dieu, aucun Dieu du désert n’a de suprématie sur l’humanité.
Le paganisme c’est que chaque peuple ait sa propre expression universelle, sans se prétendre représentant de tout et de rien à la fois, ni de l’humanité toute entière. L’universel est universel en lui-même, il n’a pas besoin d’intermédiaire, l’on est tous déjà des expressions de celui-ci.
Tout ne fait qu’Un, mais l’on a pas besoin d’un dieu unique qui se prétend l’intermédiaire de ce Un (dont toute vie en est qu’une expression), qui tente de s’accaparer et se prétendre représentant de tous les autres. C’est peut être utile pour les peuples sans racines et sans rien en commun, mais l’on a pas besoin d’une solution pareille (qui ne devrait qu’être temporaire) à un problème que l’on a pas en europe. Et ce n’est pas parce qu’on dit ou découvre une vérité universelle, que l’on représente à soi seul tout l’universel ou que l’on est le seul « fils de Dieu » ou qu’à travers cette individualité, tout doit être rendu à l’individualisme.

La verticalité/spiritualité est censée manifester l’unité universelle du peuple, avec des principes universels mais rendu à l’âme du peuple, pas purement abstraits, car l’universel est déjà universel en lui même pour tous, et l’on peut avoir la compréhension de ses lois, mais chaque forme de vie exprime ces mêmes lois sous une forme et un Être différent.
Il ne faut jamais perdre sa verticalité, son aspiration et essence propre (et commune) supérieure, ne faire qu’un en soi, ne pas avoir de doutes. L’on remet les énergies au vertical pour ne pas les épuiser et nourrir une création plus grande, immatérielle et commune. Le « dieu » (notion « verticale) du peuple n’est que l’accumulation des énergies, présentes et passées, et son esprit immortel, ainsi que des ancêtres, et un être universel qui dépasse et renforce aussi tout cela.

ps: Le christianisme et le communisme sont très proches, une vision déracinée déconnectée du peuple, qui cherche à mobiliser de prétendues victimes/esclaves pour son propre intérêt, et faire du prosélytisme à tous ceux qui n’acceptent pas cette vision prétendument universelle du monde, mais qui ne l’est pas.
Leur vision abstraite de l’unité universelle n’est même pas spirituelle, elle se focalise sur le petit esprit matériel, les émotions/sentiments, etc. cela n’est pas l’Âme. La métaphysique, l’ontologie, ce dont parle le shintoïsme, c’est plus proche du spirituel que leur vision abstraite des choses.

De façon imagée: Toute unité qui ne comporte pas une indépendance*, une inconditionnalité et un être « télépathique » (sans besoins de mots sur le plan matériel) et spirituel commun/intrinsèque, est fausse. Les semblables d’une unité se comprennent naturellement (leur essence profonde), et les « semblables » en rapport avec l’unité universelle qu’ils portent en eux/expriment aussi (tout le monde du vivant), il n’y a que les membres des cultes des enculés mondialistes (et leur source fictive) qui ont des problèmes avec les notions d’unité pour croire qu’il s’agit que d’un nombre ou d’une réduction matérielle.
Chaque part de la création, chaque forme vivante, renforce le tout, le renie, le nihilisme ou la dissolution n’amène rien de meilleur, seulement un futur chaos à corriger (intérieur, et non plus extérieur).
*en elle-même envers l’universel, car les individus au sein de cette unité (ou dans un groupe d’individus) doivent s’unir pour qu’elle existe cette indépendance, bien que l’individu en lui-même peut être indépendant envers l’universel, sur le plan matériel/vivant ce n’est qu’à travers l’unité qu’il peut le manifester, sinon il est soumis aux volontés des autres, s’il n’y a pas un équilibre des forces ou l’harmonie. l’idéologie unique n’est pas mieux, vu qu’elle rend dépendant totalement des autres et  d’une élite, au lieu de nous rendre indépendant les uns les autres, directement, et envers/aux yeux de l’universel (vertical réel) si l’on en a la force/légitimité (que seule l’unité réelle peut produire, intrinsèquement).
Donc en réalité on est plutôt dépendant de soi-même pour s’ouvrir aux autres (dans une volonté constructive/non-vide) plutôt que de l’autre à soi-même (même si c’est le cas ensuite lorsqu’il y a cohérence et lien commun réel), mais dans ce cas l’on attire naturellement ce qui sera de même niveau/semblable, sans négativité. Après on va dire que sans une forme de propagande (forme de séparation) l’on ne peut pas fonctionner dans ce monde matériel, oui c’est ça le problème, et c’est pourquoi ce monde ne tiendra pas, et la seule propagande acceptable ce sera le retour à la nature, car c’est la source, et qu’il n’y a pas plus simple (dans le bon sens) et pur/harmonique.

Encore à propos des idéologies dominantes actuellement qui sont dérivés de idéologie unique:
C’est une forme d’esprit fictif qui veut s’imposer voir même remplacer celui des autres (peu importe la façon). Et qui demande le sacrifice de l’unité réelle, et du modèle de la nature/famille/tribus, pour la rejoindre*.
Il faut être unit dans le renforcement de chacun (du multiple) avec un réel esprit commun à l’image de l’universel a la fois unique et multiple, tel le lien d’unité entre chaque tribus (extension de la famille sur le plan immatériel) d’un même peuple, un modèle universel et un idéal, une direction que l’on a choisi ensemble, d’où et vers l’on a tiré cette flèche à travers le temps, pour former notre être commun « multidimensionnel » et multigénérationnel, qui ne fait qu’un aux yeux de l’universel de façon inconditionnelle, une source unique suffisamment forte pour se maintenir à travers le multiple et renforcer le tout. Et multiple dans le sens qui recherche le modèle universel et un idéal à travers l’incorporation/unité des énergies universelles, de la dualité**, de la non-dualité etc. et du potentiel infini qu’incarne cette forme d’unité accompli à travers le monde matériel.
L’esprit fictif unique n’est qu’une pâle copie des forces universelles et de l’unité qui les réduit à la vénération de la matière (son propre reflet sur le plan matériel) et de chaque petit soi, qui ne fait aucun sacrifice mais qui sacrifie l’autre, qui est dépendant de celui-ci, et qui est donc condamné à être éphémère ou à du prosélytisme permanent/désertification (qui demande soit soumission, soit de le rejoindre dans la disparition). Prendre l’universel en soi pour « être à son image » ce n’est pas réduire l’universel -et donc par la suite inévitablement les autres- à soi (ce qui affaibli/réduit le tout/chacun). L’unité réelle n’a pas besoin d’outils réducteurs matérialistes ni de se réduire a l’idéologie unique (ou à la réduction à soi). L’idéologie unique peut servir un temps, pour unir ce qui ne l’est pas dans le réel, mais au bout d’un moment il faut retrouver son centre au lieu de croire qu’il est dans la propagation permanente, d’un modèle qui se croit universel mais qui n’est qu’une petite part réductrice de celui-ci, une pale copie, du modèle individuel qui se prend pour le centre du monde, au lieu d’être son propre centre qui rejoint et renforce un bien commun. L’ouverture c’est à l’image de l’universel, envers celui-ci, le grandissement intérieur (individuel et commun) et le respect de l’autre (qui est lui aussi une expression de cet universel), pas le prosélytisme ou la propagande mondialiste. L’extension de l’individuel, le commun, c’est le modèle de la famille, pas le modèle de toujours plus d’unique, et l’unique en tant qu’unité c’est le modèle de la famille (des forces multiple au sein d’un bien/idéal commun), c’est quelque chose qui crée en lui-même (possède le pouvoir de création) (qui se propage et grandit de l’intérieur, tout en renforçant le modèle universel et donc les autres), pas qui cherche à s’accaparer les autres. On a peut-être l’impression que je sors du sujet mais c’est important de le rappeler.
* « abandonnez votre famille terrestre, venez rejoindre notre multimélange autocentré abstrait unique de domination de la matière/à travers le matérialisme ». ça donne envie au premier abord, mais toute unité de la sorte ne peut être que faible et éphémère encore une fois, même cela est une fausse promesse, cela ne sert les intérêts que de ceux qui en sont à la tête, c’est une unité qui n’unit pas, sauf de manière dématérialisée/refuse l’unité matérielle elle-même (et qui inévitablement soumet les individus à la matière, pour le bénéfice matériel de son élite, piloter un troupeau à distance via l’abstrait). au final cela ne reflète que le défaitisme radical de la vie (évidemment ils prétendent le contraire, que de ne pas se prendre pour le centre du monde c’est un défaitisme). ils veulent nous faire croire que l’on ne peut pas avoir de bénéfice des uns sans malheur des autres, est-ce vrai? et même si c’était vrai, accepteraient-ils que ça leur arrive à eux? et si l’on veut des bénéfices sans rien donner, en parasitant, et qu’il reste plus rien à parasiter au final que tout est mort, on fait comment?
Leur vision de l’individu est mauvaise car l’individu ne sert personne ni ses semblables (sur un plan constructif de conscience, ou sur le plan matériel), mais un système sans aucun contact avec le réel, qui appelle à l’autocentrisme et à la soumission² à des maîtres autoproclamés (qui gardent bien toute leur soi-disante « lumière » et « supériorité » pour eux). ²ou dépendance extérieure à un système.
+
**Sinon pour l’exemple de la dualité ou des deux aspects ascendant/descendant et des fonction des forces opposés-complémentaires (sexes) (pour l’exemple sur ce plan-la, c’est plus facile), le monothéisme (ou en tout cas la forme actuelle, qui rend cela sur un plan matérialiste mais totalement nihiliste) est très toxique car lorsqu’il ne rejette pas le réel et l’existence de l’univers lui-même (et ses forces) il se base sur l’union directe de ces deux énergies… les deux sur le plan de l’individuel (qui se prend pour le Un), mais qui ne peuvent être que séparés, ou en tout cas pas uni réellement (mais coincés/en opposition en Un ou amalgamés-etouffés et rendu au néant, donc sans possibilités de les unir), individu qui remplace le Un/ »Dieu » (l’unité des deux) (au lieu du sacrifice du petit soi, acceptation de n’être pas complet sans l’universel/l’autre, pour l’union universelle (ou en tout cas de n’être pas complet sur le plan matériel)), c’une totale perversion de ce qu’est « Dieu »/l’universel et le Un, c’est se prendre pour « Dieu », de manière totalement inversée, autocentré depuis le plan abstrait satanique vers le matériel, et cela implique aussi de réduire l’universel à soi (purement destructif). L’on doit avoir une union directe (ou un modèle ascendant/constructif dans une langue par exemple, d’union) des deux mais qui renforcent les deux (pareil pour les autres forces), et l’on récolte le produit commun de cette union (de cette projection d’énergie constructive), pour les parties liés et vers l’avant, dirigée vers un bénéfice et création plus grande, commune. « Dieu » représente l’union de la totalité, les différentes forces qui sont présentes dans toute chose, mais ces forces peuvent être exprimées de façons multiples, tout comme elles le sont elles-mêmes, sinon elles n’existeraient pas, nous non plus, le but n’est pas de les étouffer ou de les renier.
Le but est d’unir les forces universelles en Un tout en renforçant chacune, pas les amalgamés de façon séparé ce qui les affaiblit ou les dissout, ni de les rendre au néant. Chaque unité forte incarne chacune de ces forces/éléments universels en elle-même, à sa façon, pour incarner une seule force/unité comme produit commun. La justice, la sagesse, la guerre, l’électricité/technologie, l’eau, le feu, les sexes, etc. sont des forces.
Eux veulent unir par le bas dans un amalgame stérile/autocentré/faible les produits de l’union de ces forces (et/ou/donc les peuples) qu’ils pourront soumettre (ils ne veulent  rien créer de nouveau ni ne le peuvent avec cette idéologie), ou bien ils séparent les forces de leur unité (entres individus et peuples), de la division (de l’unité famille traditionnelle/naturelle) pour les rediriger comme ils veulent (vers leur système à eux, ou tout simplement les rendre stérile), via la division/réduction dans leur individualité (des individus, des sexes, etc. jusqu’au néant qui lui est totalement hors-jeu de toute façon, il n’y a même pas à le soumettre, et il se propage et détruit tout seul)). note: Sur le plan matériel (enfin, l’unité sur le plan spirituel inclus aussi ces « fonctions des forces ») l’homme est 80% homme et 20% femme et inversement, l’on ne fait que combler la partie manquante à l’autre et renforcer le courant et chacune de ces deux fonctions de projection-manifestation/unité des multiples forces (retour-renforcement unique), l’âme (du peuple, et de l’individu) elle possède déjà l’unité des deux, ou sa somme. Et pour aller encore plus loin: au fond même leurs organes sexuels sont les mêmes, c’est juste que l’un est diriger vers l’intérieur, et l’autre vers l’extérieur (tout est pareil, forme, testicules et ovaires, etc., comme un miroir qui serait à l’intérieur/spirituel (les sexes sont une manifestation de forces* supérieures capables de produire/manifester toutes les autres)), mais ce n’est pas une raison pour éliminer ces deux aspects d’une même force, sinon l’on se coupe du Tout (ou d’une partie de celui-ci, ce qui est un mensonge). Et puis même si on les élimine, que ce soit par inversion ou amalgame ou mensonge, on finit toujours par incarné l’une de ces forces (de façon perverti/inversé ou non), mis à part a se résoudre au néant, mais dans ce cas la on est hors-jeu encore une fois. Je précise que bien que ces énergies soient uniques et universelles en elles-mêmes, chacune peut être exprimé de façon multiple, tout comme l’unité des deux (l’unité de chacune en elles-mêmes ne peut se faire qu’avec un projet commun, liant les deux, pas un renfermement). Seule la créativité (valable pour tous les plans) nous libère.
*et la sexualité/énergies des sexes, cela a pour but de manifester le spirituel, le créatif/constructif, pas la rétractation (ou rejet/inversion/etc.) qui étouffe le tout. se soumettre au matérialisme et à l’hédonisme en se réduisant à l’aspect matériel du sexe (sans ouverture réelle à l’universel et à l’autre/autres « forces » sur un plan d’unification), ou en le rejetant (sa forme sexuelle ou l’autre), ou en sombrant dans le repli sur soi (ou le nihilisme) sur ce plan-la, ou la prédation (ou le schéma domination-soumission), sans aucun lien harmonique, replier dans la consommation, n’est pas une forme d’ouverture, c’est se mettre soi-même des chaines, sur un plan subtil, à travers la matière. les sexes ne sont pas une fin en soi, encore moins sur le plan de la sexualité, mais ont pour but une harmonie/unité des forces et leurs renforcements mutuels, pas à travers la consumation, l’inversion, le repli/séparation-négative ou la domination-soumission. consumation/consommation hédoniste sexuelle, repli sur soi profond, à l’opposé des processus constructifs.
Ces deux forces sont unies au sein d’un individu, mais de façon verticale, l’une domine l’autre, pour se projeter de façon unique/égale à l’horizontal, permettre un lien de renforcement/vertical/unique commun des deux. Ces deux forces sont unis/liés en toutes choses, mais présentes séparément, sur les plans matériel et spirituel. Sans cela, pas de lien de renforcement (créatif en dehors de l’individualité) et entre individus (et pas de création). L’on se retrouve et manifeste soi-même (sur le plan de l’âme et de l’esprit sur un plan supérieur/immatériel) de façon complète à travers cette projection de force unique qui nous revient et attire cette complémentarité (de l’Unique). L’on peut partir de l’unité des deux en soi et envers le Tout, mais elle ne tiendra que si l’on a une direction d’Être sur le plan de l’âme commune.

Plus l’on est connecté à l’universel/Tout plus l’on renforce son énergie (en soi) et sa connexion à l’autre et le potentiel commun. Vénéré extérieurement une forme d’énergie ou d’une force (n’importe laquelle en général) comme un « Dieu » unique est une grosse bêtise, encore plus un amalgame extériorisé des « Deux » (ou de n’importe qu’elles forces, alors qu’elles sont infinis), ou un modèle abstrait qui n’est pas universel en lui-même, qui souhaite remodeler l’autre à son image ou dans sa propre sphère. Prendre tout le multiple et le simplifier en un (ou en faux Deux, gentils contre les gros méchants), n’est pas un progrès, car peu importe la volonté, le réel lui ne changera pas, et car chacun peu exprimé son propre Un.
Avoir un modèle propre et concret pour son peuple (reflet supérieur) de lui-même, s’il est réellement ouvert et universel, fonctionnera naturellement, mais dans le cas du mondialisme, c’est même encore pire que l’idéologie unique abstraite de domination de tout, la c’est une idéologie/modèle de pure soumission à la matière, sans même aucune unité à travers la prédation ou l’expansion comme certaines idéologies uniques, la ce n’est que rétractation et renie d’auto-dissolution/destruction. On pourrait avoir une idéologie de la sorte pour notre propre peuple, pour notre propre intérêt même si aux dépens de l’autre (il faut surtout pas rentrer dans leur jeux et faire pareil, je dis ça comme ça), mais non, on se soumet totalement car on veut à la fois avoir le monothéisme matérialiste mondialiste autocentré, et être passif en même temps, être ouvert mais par appel du vide seulement (ou remplir un vide, spirituel ou existentiel, ou d’absence d’horizon). Les idéologies uniques actuelles ressemblent aux unités naturelles dans l’apparence, mais dans le fond elles sont en opposition avec celles-ci de façon intrinsèque, car fini et abstraite sans but concret ou depuis le concret, aucune ascendance envers l’universel (au-delà de l’idéologie qui le remplace, et remplace le réel libre arbitre absolu), en totale séparation, la est le problème. C’est peut-être quelque chose de positif à la base, mais cela ne peut pas se prétendre universel à tous, cela ne l’est qu’aux peuples qui en ont besoin, et qui l’acceptent surtout, la version mondialiste ne fait qu’exploiter et remplacer spirituellement et même physiquement la cohésion des Européens, par étouffement total de leur essence et unité, rejetant leur propre histoire, qui naturellement la rejette.
Ils nous présentent une forme de produit fini sur le plan abstrait (donc littéralement fini*/mort qui empêche le multiple matériel et donc le potentiel infini), et nous demandent de nous soumettre à cela en tant que modèle (dont ils sont les représentants). Ils extériorisent ce que l’on devrait avoir comme vocation intérieure et libre (ou d’unité naturelle/non-idéologique/extériorisé), pour récolter le fruit de nos énergies ascendantes. Le simple fait d’être soumis à un regard/mot-étiquette extérieur, d’une définition-forme ou non-forme extérieure sur ce genre de choses, si y est sensible, affecte notre propre image/regard (de nous-même et du monde), et cela remodèle notre réalité, et vu que tout n’est que projection de conscience, voila.. L’idéologie unique, qu’il inclut le modèle familial traditionnel ou non, s’il le sort du peuple lui-même, de son idéal et de sa spécificité/unicité, il est mauvais.
*Fini mais l’inverse n’est pas de vouloir faire de l’infini artificiel en amalgamant tout le multiple matériel, ce qui le détruirait, c’est ça leur vision de l’infini à eux, pas de partir du multiple pour aspirer à créer un produit fini/unique commun, donc pas fini en soi, qui progresse vers l’avant, une aspiration constructive, pas fini d’avance/unique abstraite/extériorisé au peuple (et à tous les peuples).
Tout cela peut ressembler à de la hiérarchie ou domination basique, mais cela va plus loin.

Si on souhaite amalgamés les forces (communes à tout le vivant, ou forces en tant qu’expression/unité à travers celles-ci) mais à l’horizontal, et pas aux yeux de l’universel, cela les renferment donc en eux-mêmes, n’ayant plus une direction (en eux-mêmes) d’unité/verticalité, cette unité est retrouver à travers les autres pour l’élite, et pour les moutons soumis, à travers cette élite artificielle (lien de séparation (pas à l’image d’un guide qui donne la liberté à chacun de faire ce qu’il veut non)) mais qui se prétend représentant de tout et de rien. Si au lieu de prendre le modèle multiple, des forces multiples, pour les unir en nous-même (sur le plan individuel, qui nous connecte à l’autre et aux énergies semblables, pour manifesté l’unité réelle et donc aussi le multiple (en petit à l’image et vers un  modèle du plus grand (peuples), qui se renforcent toutes entres-elles)), avoir la conscience de l’interconnexion du monde, et participer à sa part de façon constructive, et qu’à la place on veux le prendre aux autres, ou l’avoir à travers les autres (en incarnant le néant inclusif de tout sans rien à avoir donner qui respecte l’ordre des choses et tous les différents peuples), et qui veut consumer tout le multiple et réduire toutes les forces en une pour tout s’accaparer sans rien faire (le produit des unités des autres), sans y prendre part, et sans réellement avoir ces forces en soi vu que de toute façon elles seront en oppositions, car non manifestés, car renfermés.
En gros il essaye d’unifier sans unifier, pour son propre bénéfice (qui ne bénéficie qu’à celui qui est le plus autocentré, dans une pyramide inversé). Si on pouvait déjà tout avoir sur le plan individuel (ces deux forces et les autres) l’on serait Dieu, et l’on n’aurait pas besoin de l’autre pour exister, et on n’existerait même pas sur le plan matériel puisqu’il n’aurait aucune raison d’exister, ni d’unité pour retrouver le Un/ »Dieu ». Réduire l’univers à soi-même et l’individualisme cela va plus loin que cette histoire de sexe (et cela touche toutes les autres forces), le sexe n’est qu’un produit matériel, de forces supérieures, qui possèdent peut être ces mêmes fonctions, cela est l’esprit/le Un immatériel de l’individu qui choisit de ne pas participé aux principes créatifs. Quand je parle d’idéologie stérile cela va plus loin que le sexe encore une fois, de la même manière, c’est le reflet de quelque chose de supérieur, vu que tout ne fait qu’Un, mais eux c’est dans la destruction/déconstruction, tout simplement.
Se croire tout à la fois (ou les deux) ou imposer le néant pour avoir le résultat de l’unité mais sans ce qu’il faut pour la produire (don de soi). Ils sont quelque chose qui représente une part de l’univers, mais vide, une coquille.
Cette forme de repli unique (énergie individuelle (ou amalgame stérile/renfermé qui se prend pour « Dieu »/Un)) porté tout en haut, ou le rejet de la réalité du soi reflet de l’universel, c’est s’imposer aux autres. Quand l’énergie descendante n’a pas de socle sain ou quelle n’est pas rendu à l’universel (qui implique le lien horizontal donc) elle s’affaibli ou s’inverse (au lieu de l’unité qui permet/retrouve l’ascendance), et devient inévitablement dépendante de l’extérieur, y étant soumis, alors que ce n’est qu’un produit. Et à partir du moment on l’on extériorise et donc fini-renferme les choses (se croire fini en soi/seul, faux unique) ou les deux (qui n’incarne pas l’harmonie en lui-même et entre en opposition avec les autres unités d’un modèle d’unité non-séparée, à l’intérieur), l’on ne peut que soit rester dans l’opposition ou la non-création, ou sombrer dans l’individualisme primaire, voir l’inversion (qui consume notre propre énergie) ou le néant, un individus(aliste) qui est en premier lieu soumis à lui même par rejet d’une partie de celui-ci, et donc de l’universel, et est par la suite soumis aux autres par besoin extérieur/manque intérieur (ou d’une volonté de faire comme à soi-même, soumettre/consumer « l’énergie » des autres (lien malsain/unité-séparé/amalgamé, ou de dépendance malsaine)), mettre au monde son erreur, en le projetant à l’extérieur, vu qu’à l’intérieur il n’a rien de créatif en lui-même), au lieu de créer de lui-même, en acceptant l’universel. C’est un rejet de l’universel par mensonge et refus de soi qui réduit l’universel et l’extérieur a soi au lieu de s’y connecter et d’y participer depuis l’intérieur, l’acceptation du Tout, et de rejoindre ce qui est harmonique.
L’élite fictive va même jusqu’à nous faire croire que l’erreur ou le problème c’est pas un choix, qu’il faut l’accepter, en nous disant qu’ils vont nous aider évidemment, et qu’ils ont beaucoup de compassion! (je parle pas non plus de l’ignorance bienveillante mais qui n’aide en rien). Le positivisme abstrait est un des fléaux qui permet à ces gens de faire ce qu’ils veulent.
Il y a aussi ceux qui font du positivisme abstrait dans « l’autre sens », qui se disent très ouverts, « aiment tout le monde », défendent des bonnes choses en apparence, se prétendent « universels », mais par contre nous donnent par contraste un « méchant » désigné, qui seraient soi-disant contre tout et rien à la fois.

Si l’univers est universel en lui-même, tout est un choix, les meurtriers ou les autres déviants ne sont pas des pauvres victimes, et ce qui est positif est aussi un choix, l’on n’est pas soumis au monde, ni obliger de se soumettre à une maladie.

Le but de cette confusion, c’est de remplacer le modèle de la famille, de la nature, le père et la mère devenant un modèle abstrait (ou dominateur), ou amalgamé, ou sous un modèle/image unique/séparés ou sans l’autre (qui nous fait reproduire ce modèle, ou un modèle amalgamé unique extériorisé dont il faut tous se soumettre), sur un plan idéologique où eux sont les représentants, et nous les enfants dans leur cage.
De façon imagée (je ne soutient pas forcément ce modèle), ils veulent tuer le père, et la mère, couper la tête du roi, et détruire les racines (et matrice) du peuple, pour les remplacer par quelque chose d’extérieur, de déconnecté du monde des vivants, pour le remplacer par de l’abstrait et du fictif.
Et non l’inverse n’est pas le culte de la fertilité (d’ailleurs un vrai culte de ce genre, n’est pas pour le nombre, mais la qualité), et le combat n’est pas celui des cultes de la fertilité, contre les anti-fertilité, c’est celui des peuples libres qui refusent tous ces groupes et fausses oppositions prétendument universelles qui se croient au-dessus de tout, alors qu’ils sont tellement stériles qu’en réalité ils sont en dessous de tout, mais nous embêtent par pur intérêt malsain. Et si le monde est surpeuplé, pourquoi on nous fait la propagande de l’infertilité qu’en Europe? (en plus de l’immigration).
Parenthèse: Les groupes « anti-fertilité »* ou pro-repli sur soi sexuel des gens (comme nouvelle forme d’universalisme) qui au nom de leur « identité », veulent pousser à la déconstruction des peuples. La est tout le problème, après, tout le monde fait ce qu’il veut, tant qu’on empiète pas sur les autres.
*pour faire simple, c’est une maladie bien plus profonde, et spirituelle. car on peut très bien être un individualiste ou « autocentré », ou même ne vouloir rien laisser à sa mort, mais être spirituel, ou même agir pour le bénéfice des autres, en incarnant un exemple sain, pas de l’hypersexualisation (encore plus si réductrice/autocentré sur ce point) ou en étant biaisé via la politisation des choses.
On peut être autocentré si c’est pour prendre le meilleur de l’universel et en soi, pour le donner aux autres, pas pour demander de l’attention non-constructive ou forcer une idéologie abstraite ou matérialiste/réductrice, qui rejette ce que sont les autres.
Le monothéisme souhaite remplacer la notion de peuples, d’ancêtres, de père et de mère réelle avec leur abstrait faussement universel mais en réalité renfermé, et aussi avec la stérilisation de l’esprit, via la promotion de l’hédonisme. Pour unir les choses dans leurs idéologies arrêtés « différentes » mais toutes les mêmes, couper les choses de leurs racines, de leur direction et de leur être.

Mais aussi de transformer la femme en soumise au système/idéologie qui déteste le peuple réel (et le système remplaçant son rôle) dont elle en devient l’émissaire, soumise-active en essayant de faire pareil envers les autres (ou blâmant les hommes pour leur propre échec d’être des femmes); et l’homme en femme soumise au système, et pareil, en jouant les victimes ou les prostitués hypersexualisés féminisées ou inversé pour demander aux autres de se soumettre aussi, ou qui blâme les femmes pour leur échec d’être des hommes. Lien d’homme à homme et d’homme à femme et inversement, totalement perverti, qui se dominent ou « predatent » ou soumettent entres-eux (et au sein du même), via l’inversion, au lieu de se renforcés entres-eux.
Ils se réduisent à leur sexe tout en abandonnant leur rôle, ou au néant, parce que ce monde n’a aucun sens aussi, et que l’hédonisme/individualisme ou faire comme l’élite et parasiter les peuples, devient la seule direction. Le repli sur soi sexuel même si c’est pas positif en soi, c’est pas grave s’il y a autre chose à coté, et qu’on essaye pas de s’opposer aux autres. Mais qu’elle soit hétérosexuelle ou non, la perversion sexuelle est à bannir, surtout en place publique.
Et encore, si c’était un système qui voulait soumettre un seul peuple lui-même ce ne serait pas trop grave, mais là, le système (vu que mondial) essaye de propager ce chaos partout, et surtout en plus de faire venir des millions d’étrangers au sein de ce peuple pour le remplacer physiquement, sur le plan matériel, pour empêcher toute régénération à la racine, renforcer le chaos, là est le plus gros problème, tout est fait pour leur projet politique, ils s’en foutent des gens, ou d’aider les « pauvres homosexuels » ou autres, ou lutter contre « l’intolérance » (ceux qui rejoignent ces inepties de lutte contre le vent ou « les méchants » pour se donner bonne conscience c’est autre chose), tout ça c’est juste pour promouvoir leur projet politique, tout en maintenant les problèmes qui justifient leurs fausses solutions.
Ce qu’ils veulent c’est des individus et peuples séparés « unis »/soumis dans le même système unique/enclos, et des forces par ex de la justice, police etc. qui maintiennent l’ordre malgré tout, bien qu’ils les détestent eux aussi.
Ces gens la détestent tout (parce qu’ils se détestent eux-mêmes au fond? ou servent une élite qui nous détestent tous?), mais veulent tout unir par le bas, le matérialisme, pour essayer de faire naître quelque chose en amalgamant des produits réduits à eux-mêmes ou au rejet (de soi et donc de l’autre)/néant (sexes qui ne sont que le produits/reflet matériel de quelque chose de transcendant/spirituel/universel, et pour l’exemple une justice n’est qu’un outil pour la survie/ordre d’un peuple, etc. mais la comme fin en soi).
Les sexes ne sont que des manifestations supérieures de forces universelles au sein des peuples, déconstruire les sexes déconstruit le peuple, mais l’on peut croire et défendre le peuple (et l’existence de tous les peuples) même en reniant l’existence des sexes, même si dans les faits c’est stérile et n’aidera en rien aucun peuple, mais bon, juste pour montrer la bêtise de leur idéologie, de mêler troubles identitaires et politique. Mais il est aussi vrai que ceux qui ont tendance à croire en la non-existence des sexes, ne croient généralement en rien du tout d’autre, mis à part l’hédonisme.

Ils nous font littéralement de la propagande pour revenir à l’état de l’univers où tout faisait qu’Un (quand rien n’existait) mais en amalgamant le tout sur le plan matériel (peuples, sexes, etc.) mais vu que c’est un mensonge (et qu’un produit), et que cela ne provoque que l’inverse sur le plan spirituel et réel, au final cela ne produit que la division-séparation, et de l’auto-consumation, et renforce ceux qui ne croient pas en cette bêtise (ou qui s’y soumettent pas eux-mêmes, en tout cas mondialement (eux-mêmes envers tout le reste)).

Le monothéisme c’est avec un modèle de famille extérieur ou unique, ou faux artificiel ou amalgamé, « tous la même origine abstraite dans les nuages », etc. qui unit le peuple via le mensonge, et abstrait, via la séparation (ou qu’il s’autoproclame peuple différent de tous les autres (pas dans le bon sens, mais séparé de tout le reste, de la nature, maintenir dans cette illusion, pour ne pas former un peuple concret à l’image des autres (formes de vies (« l’homme est supérieur à la nature »))), et donc séparé de la famille traditionnelle et de l’ordre/harmonie naturelle), qui ne permettra pas de former une grande famille, un peuple libre de lui-même, pour toujours dépendant du système mensonger. L’unique doit toujours être associé au multiple et à l’âme/prisme du peuple, s’il se prétend seul représentant de l’universel via la domination ou d’inclusion abstraite il sera toujours soumis à l’extérieur. Avoir un aspect spirituel Unique « tout en haut » c’est la base, mais il faut aussi les autres principes nécessaires, et ascendants et « mystiques » (expression matérielle-subtile de l’esprit / corps spirituel).
Et pour le mondialisme c’est pareil mais « modernisé », « les français ou les Européens ne sont pas un peuple/il y en a jamais eu/ils ne peuvent pas être unis au nom de *** », « on est tous africains », avec toute cette fausse science orientée vers le révisionnisme historique ou le mensonge, « les sexes ça n’existe pas », « on peut choisir d’être tout et rien à la fois » (pas dans le sens positif pour être un bénéfice pour le tout en acceptant les choses ce qui libère ce potentiel et ne nous rend pas coincé par une fausse unité ou les autres (ou d’avoir à leur imposer quelque chose, surtout d’extérieur qui demande le renie du réel ou de choix/liberté de perpétuer ce qu’ils veulent), mais de réducteur à soi (ce qui cause tout cela)), etc. Ils veulent un paradigme où l’on est tous soumis les uns aux autres, dans un système fermé sans descendance réelle dans le concret, qui rend cela inévitable. Car oui toute forme de vie (l’univers, les planètes, la nature, etc) provient de la même source, mais le but de la vie n’est pas de forcé un système artificiel sur le plan matériel pour unir artificiellement et horizontalement toute la diversité du vivant, et empêcher toute liberté. Si l’on ne s’unit pas vers l’avant (en soi et envers tous les peuples/diversité) (et en prenant cette source en soi au lieu d’à travers une élite qui en réalité nous prend à nous notre connexion/potentiel à celle-ci), dans cette course multiple vers le renforcement, et le renforcement des unités depuis l’intérieur (pas à travers le prosélytisme envers d’autres peuples qui ont déjà leur spiritualité), l’on ne peut que tout détruire ou tout fausser, ou créer des esclaves.
Le but c’est de remplacer le modèle de la descendance, de l’ancêtre, de notre source, pour la remplacer par leur vision à eux, remplacer le concret et l’esprit du peuple par de l’abstrait, pour réécrire l’histoire et l’humanité comme eux le veulent, même si c’est un mensonge qui refuse le réel. On est le résultat d’une construction multigénérationnelle, quelque chose qui transcende le tout, un seul corps, lorsque c’est fort, sain et pur (surtout au niveau de l’unité profonde/spirituelle, et tribale dans son sens positif), non mélangé par le bas, en rétractant la source pour la faire revenir à un état chaotique, plus faible (via l’horizontalité qui renie la création, et le vivant, la verticalité créatrice, qui ne se réduit pas à l’horizontalité pour s’y perdre, mais pour perpétuer le créatif et l’harmonie, pour être un bénéfice au monde/Tout).
Ils veulent un modèle extériorisé non pas vers un modèle cohérent d’unité-continuité en lien avec le monde concret, lié au peuple, mais un modèle qui se prétend seul maître infini de tout, mais qui ne fait que parasiter le tout, qui coupe les individus de leur descendance-ascendance, pour les emmener vers leur horizontalité coupée de tout, qui ne produit que des gens unis entre eux dans un système éphémère et réducteur à lui-même, sans projet d’unité-continuité réelle lié dans un idéal commun, car maintenu dans une horizontalité dirigé vers une ascendance fictive en échange d’une croyance qu’il faudrait sacrifier notre unité réelle, pour pouvoir avoir une unité plus grande, alors que tout l’est déjà, et qu’ils ne veulent que la remplacer, Dieu, nos pères/ancêtres, et notre libre arbitre en tant qu’individu, et peuple.
L’élite veut détruire l’horizontalité/unité matérielle des peuples (qui existe par reflet de leur verticalité, descendance-création) pour la remplacer par leur amalgame sans passé ni descendance-ascendance/direction créatrice, rien de commun, un horizontal mort, un amalgame purement réduit à lui-même dans la confusion les uns des autres sur le plan stérile du matérialisme, ou de l’abstrait/faux spirituel à son image.
La notion de descendance cela devrait être dans la continuité, pas dans une idéologie séparée qui se continue à travers tout l’existant présent (ou qui domine), empêchant la source de couler de façon pure et diverse (essayant de se prendre pour Dieu, et négation de l’état manifesté de l’univers). Et l’ascendance ce serait donc dans un idéal commun vers l’avant, pas quelque chose de fermer qui nous maintiennent coincé (les uns les autres, et de toute création/liberté, harmonique, qui permet la différence dans l’acceptation réelle, pas faussée).
La descendance devrait être l’ancêtre-continuité sans couper la source (ou horizontalité séparé/amalgame/faire revenir en arrière), et l’ascendance la spiritualité. Et non pas la descendance la spiritualité*, et ascendance matérialisme.
*qui cherche à remplacer la famille spirituelle du peuple qui naturellement est à retrouver/produire via la loi de la conscience harmonique/du plus fort-honorable capable d’être uni au Tout, et donc à lui-même en premier.

L’on pourrait réussir à unir toutes les forces en soi et vers l’extérieur, mais cela reviendrait à rejeter le monde du vivant, éliminé tout aspect vertical/ascendant/descendant des forces, tout réduire à l’horizontal radical mais sur le plan matériel cela ne peut mener qu’à la dissolution de tout (se dissoudre à tout pour le faire qu’Un, mais au néant), détruisant toute forme de vie (ou plutôt dans leur but réel, de tout s’accaparer/dominer, tout le plan horizontal/multiple avec un esprit dominateur capable d’horizontalité ultime, être tout à la fois, comprendre/ »parler » (dans le sens de l’âme) et être capable de dominer tous les peuples en même temps, de se fondre totalement dans l’horizontal/le Tout (accomplir son projet par transcendance horizontale, à travers le Tout lui-même, via l’esprit), cela va plus loin que le simple prosélytisme, c’est être capable de remplacer l’œil (dans le sens quantique) de « Dieu », l’observateur qui remodèle la réalité et l’autre par simple regard, sans besoin de verticalité ni d’horizontalité réelle donc (en gros une enculerie subtile, mais au delà de la simple idéologie unique mais avec la même base)).
Si on le fait sur un plan spirituel, en se fondant totalement dans l’universel, sans agir, en observant, à travers la contemplation (sur un plan spirituel), pas en faisant chier le monde, c’est autre chose. Pour avoir l’unité au tout, il faut aussi maintenir l’ordre des choses, car l’on peut contempler l’unité, ou avoir cette conscience d’unité universelle, mais à moins de vouloir contempler le chaos, il va falloir redescendre sur terre et ramener l’ordre du monde, et le respect, en montrant le bon exemple.
Pour avoir la force de tout unir de façon radicale sur ce plan horizontal unique de manière artificielle il faut tout détruire², sur le plan de l’humain, pareil, car dans l’absolu tout est déjà uni/lié, il faut juste avoir ce niveau de conscience pour l’être, il n’y a pas besoin de forcer quoi que ce soit, et l’on ne peut aider l’autre que par l’exemple d’unité, pas un chaos ou un multimélange autocentré (sans direction saine, pas vouer à l’unité réelle). ²et car c’est impossible, on ne peut pas être partout pareil en même temps à travers la planète et l’univers, il y aura forcement des peuples/ethnies et races différentes avec le temps, eux tout ce qu’ils veulent c’est propager leur chaos humain pour avoir leur unification factice et obligatoire.
Quand on ne recherche pas l’unité, ni l’unité pour créer, quel est l’intérêt? cette idéologie de l’individu-roi c’est le culte de la mort. Qu’il existe ou non une après-vie, le but n’est pas de l’apporter ici, et si but il y a, c’est de donner la vie et la renforcer, pas de la rendre à la mort. L’équilibre se fait sur le plan matériel à ce niveau-là, pas dans des idéologies artificielles qui essayent de remplacer l’universel.
La force « d’amour » (inclusivité non rendu à soi-même (lorsque réelle)) nous lie tous peu importe les choses, c’est la seule force qui incarne le tout (en Un), mais cela vient de l’intérieur, cela ne se force pas à l’extérieur, encore une fois. Leur force à eux c’est la peur, son opposé (qui n’est pas la « haine »), tout unir dans la rétractation/dissolution, on a besoin de ces deux forces, c’est une lutte pour l’équilibre encore une fois.

La créativité implique un don de soi à l’universel (vertical et horizontal, ascendant et descendant dans leurs aspects positif de préférence) (du petit soi pour retrouver son soi supérieur), eux ils attendent que l’univers se donne à eux. Oui l’idéologie unique c’est de l’individualisme porté au plus « haut », mais pas dans son aspect positif d’ouverture qui accepte la séparation des forces et la multiplicité afin d’avoir une unité harmonique, tout en renforçant la diversité réelle. Le monothéisme sert à remettre son unité à une idéologie, au lieu de réellement à l’autre, et de former une unité profonde sur le plan matériel, mais l’unité matérielle qui n’a pas pour but de renforcer celle-ci (et donc faire rejoindre les énergies semblables pour les renforcer et perpétuer) est aussi une idéologie unique pervertie car elle rejette le réel et le multiple pour tout s’accaparer.
Donc voila, unir les énergies et expressions universelles en un Un-ique séparé* (qui représenterait toutes les forces en Un), est une totale inversion et une négation de l’univers (car pour avoir le Un il faut toutes les forces séparés, que l’on peut avoir en soi jusqu’à un certain point, mais de façon complète uniquement à travers l’unité). Peut être que les « Deux » et toutes les forces sont en Un sur un plan immatériel, absolu, sur le plan de « l’âme » (individuelle), mais sur le plan du vivant, ce n’est pas le cas, l’on doit jouer son rôle et l’on a aussi besoin de l’autre pour l’unité/créer, et puis le but n’est pas d’amener le royaume des « morts » sur le monde des vivants, c’est de donner vie à « l’âme » sur le monde des vivants. L’on peut avoir cette compréhension de Un (sa vision non-manifesté), mais pour l’atteindre (tout en étant vivant en tout cas), cela passe par l’unité et la compréhension du Un manifesté, et non pas l’individualisme.
Dans le bon sens on recherche l’unité universelle en soi (prendre l’universel en soi**), et l’on rejoint ce qui permet de le manifesté, son harmonie, sa multiplicité et ses lois ascendantes, sur ce plan limité/matériel il y a la dualité (et les autres forces séparées dans cet univers manifesté), qui elle-même permet la non-dualité. Si on l’accepte pas (la séparation des forces et de/des expressions multiple (qui nous oblige au commun et à nous connecter à l’universel et qui permet l’unité)) et que l’on veut tout avoir en Un (déjà en soi/renfermé) l’on ne peut être que destructeur.
Ils nous disent que c’est comme cela que l’on a l’indépendance radicale, mais cela nous rend totalement dépendant au contraire, de forces « obscures » (de gros enculés manipulateurs, qui au fond nous font du: « fais ce que je dis et pas ce que je fais » (même s’il y a toujours un lien de ressemblance/reflet avec ce qu’ils nous proposent), créer leur saloperie pour en profiter dans l’ombre par-derrière).
*pareil pour le plan individuel, c’est un faux Un, car l’individuel fait partie du multiple et ne peut pas en être séparé artificiellement (réduire le Un à son individualité).
*²ou extériorisé/fini dans l’abstrait (non-spirituel qui rejette le naturel (libre manifestation)) et dont il faudrait s’y soumettre, peu importe sa propre expression et aspiration (concrète/réelle de la chose).
**prendre le monde et l’universel en soi, pour l’exprimer, et participé à son histoire, sa vie, ses aspects positifs et négatifs, pas pour prendre/parasité l’histoire et l’être des autres. enfin toujours pareil, c’est la loi du plus sain, le « parasite » ne fait que mettre en lumière une faille, une faiblesse, notre but c’est de la corriger, et de nous renforcer, nous et notre unité (et dans ce sens il est notre plus grand allié, même si cela nécessite une période de souffrance).

note pour ci-dessus: encore une fois il faut faire attention avec ce qu’ils nous imposent, car souvent ils ne se l’imposent pas à eux mêmes, vu qu’eux ou l’élite se place elle-même dans leur vision du Un, sa bulle qui se prétend l’univers et qui rejette tout le reste en nous imposant leurs idéologies mortifères qui nous exploites et détruisent, soit que l’ont s’unissent par contraste/par soumission (encore une fois chaque idéologie unique possède sa pratique, plus ou moins séparé des individus qu’elle veut soumettre).
Sinon une autre version: ils veulent tout détruire, en espérant que quelque chose se passe et que toute l’humanité soit unifiée, c’est peut-être possible, mais à quel prix, encore une fois il faudrait détruire l’humanité entière, forcer un métissage d’un petit nombre de tous les peuples restants jusqu’à avoir un amalgame tout gris, ou sinon une cohabitation forcée qui mène à ce même amalgame gris mais sur le plan spirituel (unités se maintenant par le chaos/luttes), le maintenir dans un enclos, et empêcher qu’il se rediversifie/libère (sur un plan total spirituel, donc sans maîtres humains qui se prennent pour Dieu). le nouveau jardin d’Eden peut être? (enclos faussement dorée qui enferme le potentiel de « Dieu »). (idée qui vient de me passer par la tête: Adam = atome/matière, Eve = éveil/spirituel ?).
Et pour unir toute chose, même à travers la cohabitation dans un même espace (si on ne veut pas tout fusionner), il faut trouver une unité/verticalité propre à chacune (que chacune trouve la sienne naturellement), et cela ne peut se faire qu’à travers le modèle de la nature, d’harmonie et d’acceptation inconditionnelle/universelle de la différence, il n’y aurait donc pas besoin de tout ce bordel. Mais bon ils le justifient en disant que ça que ce soit forcé extérieurement, l’humanité continuera à s’entre-tuer, mais à ce que je vois, c’est leur idéologie actuelle qui va provoquer cela. Des pompiers pyromanes.
Note: il peut y en avoir qui aiment le chaos certes, mais pourquoi ne pourrait-on pas sauver notre peuple malgré le chaos? (qu’il soit à l’intérieur ou l’extérieur).

Mais il est vrai que par toute leur volonté de détruire et d’unifié par le bas, ils permettent d’éliminer la « faiblesse », ou de la réduire au plus bas, la séparer du « fort » (dans une idéologie/système unique séparé pas vraiment positif mais bon), bien que ce « bas » tente de remonter de son fossé en tirant les autres dedans, et qu’à côté ils font tout pour nous empêcher de relever la tête totalement.
Par leur diabolisme, inévitablement, ils amènent son opposé, la lumière. Je ne voudrais pas la valider le schéma luciférien, mais bon, c’est un fait, mais il ne faudra pas permettre à ce diabolisme continué, mais ce n’est pas à son niveau abstrait et unique que cela se fera, mais avec une conscience universelle et multiple, pour justement pour sortir de leur schéma/paradigme, et donc de cette idée de Lucifer, qui crée un problème pour porter la lumière mais en récolter les fruits de la façon que lui souhaite (une idéologie unique ultime, peu être par un retour à la nature à la base, mais très vite subverti au bon moment, pour aspirer toute cette ascendance dans un but qui leur appartient).
Lucifer cela peut aussi être l’illusion, dans l’allégorie de la caverne (ombre, objet et lumière), pour nous maintenir dans l’illusion, et que l’on perde notre propre lumière, nous empêcher de nous retourner. On verra bien, et puis bon sans méchants il n’y a pas de gentils (je rigole hein, comme déjà dit cela serait une autre idéologie unique, une bêtise immense, d’opposer un prétendu gentil unique, contre un méchant unique, mais c’est un mensonge (et puis les deux, l’ombre et la lumière ne font qu’un lorsqu’il y a un équilibre (à travers l’objet, mais se réduire à celui-ci nous empêche de nous retourner, et de ne pas projeter une ombre)), et sont multiples en elles-mêmes ainsi que dans leur unité (peuvent prendre différentes formes (l’informe c’est le néant)), on a tous une part d’ombre et une part de lumière, vouloir séparer ces deux choses de façon extérieure c’est devenir schizophrène (de manière inverse mais similaire à vouloir être à la fois homme et femme en soi sans être ouvert à l’autre/que cela soit un partage (réduit à l’horizontal pur) et au mépris des lois universelles))).

En gros le mondialisme c’est une idéologie vide, matérialiste unique de soumission à tout. Les autres monothéismes, c’est soit de prédation, ou de soumettre les autres, ou leur retourner le cerveau pour placer toute l’humanité sous un seul même modèle. Le mondialisme sert à transformer les Européens déjà en individualistes qui n’interfèrent pas dans le projet d’unification satanique mondiale, mais sert aussi à nous transformer en « ciment » de tous les monothéismes*, qu’ils se maintiennent et ne s’entre-tuent pas totalement, sans nous ils seraient encore dans des guerres entre eux, et nous acteurs passifs, on justifie leur existence. Et au final on aura une élite unique séparée du peuple, et un seul peuple soumis multiple/amalgamé dans le chaos.
Et non, l’ordre même d’auto-domestication d’un même peuple moderne, bureaucrate, matérialiste, etc. avec une mauvaise hiérarchie/verticalité de domination matérialiste, c’est pas la même chose que ces idéologies unique. À moins qu’en plus de cela il soit abstrait et incorpore l’idéologie de se prétendre universel pour les autres et non pas en lui-même (tout en gardant son unité propre), et qu’il devienne donc une coquille vide.
Il y a des différences entre les projets monothéistes, mais ils mènent tous à la même chose. Certains s’auto-proclament peuple au dessus de tous les autres, mais sont ouvert aux autres (humains) forcement que pour les dominé dans la séparation et les réduire à une idéologie. D’autres monothéisme par l’expansion, la hiérarchie et la conversion, mais cela revient au même, cela n’est pas basé sur une ascendance-descendance d’un peuple concret, mais une chose qui se prétend universelle alors qu’elle ne l’est pas, elle veut juste remplacer la nature et la liberté des peuples.
Tous veulent unir les individus par le bas, et vers un haut factice de soumission sans descendance mis à part l’horizontal permanent, chercher les solutions d’expansion à travers la propagation horizontale ou la rétractation/se croire centre du monde, sans direction créatrice/réelle, d’individus incapables de créer une identité/unité propre pour eux-mêmes (par idéologie unique, ou incapacité/infantilisation).
Ils veulent l’expansion infinie ou la rétractation infinie (centre du monde) sans rien créer d’eux-mêmes, juste la reproduction de l’idéologie abstraite, d’un peuple qui ne ressemble à rien et qui se perpétue sans but, sans jamais savoir qui il est réellement, étant imperméable à tout (par ignorance ou peur) et en se croyant être l’incarnation de Tout (mais sans l’être, vu qu’il le rejette en se croyant le Tout par défaut), dans une idéologie de la pensée unique.
*par contre il est vrai que c’est le cas, parce que le 3e monothéisme est mort/le christianisme (toute chose équilibrée possède toujours 3 faces), que l’on est le ciment de toutes ces fausses idéologies descendantes, à travers la nouvelle 3e qui est le mondialisme. mais c’est une énorme erreur de croire que l’on peut la corriger, en entrant dans son paradigme (et en maintenant l’illusion de choix/diversité entre ces systèmes qui désertifient tout et qui sont au fond les mêmes). mais ce qu’il faut comprendre, que cela est possible parce qu’à la base on a eu le christianisme, c’est ce qui a sauver les deux autres, sinon on les auraient détruit, ou ils auraient consumer la planète entière, on ne saura jamais.
il est vrai que le christianisme est plus équilibré que les deux autres, qui n’est pas soit dans un ascendant faux, ou un descendant faux, il est un peu les deux à la fois, et respecte un peu plus le traditionnel (vestige du paganisme qu’il a parasité), mais c’est quand même une erreur, la mieux faite des trois, et la plus positive, mais quand même, au fond, quelque chose de négatif, et qui a détruit nos ancêtres, et par ce mensonge (ainsi que le mensonge gentils contre méchants, avoir incorporer les autres stupidités de l’ancien testament etc.), est responsable de sa propre perte. le christianisme dit qu’on est tous les mêmes, mais respecte mieux les différences des différents peuples en son sein que les autres monothéismes, c’est vrai, mais c’est quand même malsain, et nous uni à travers une illusion, et qui en plus perpétue le mensonge que l’homme est supérieur à la nature, croyance la plus haïssable et témoin d’une profonde faiblesse qui peut exister (que tous les monothéismes partagent).

Quand ces gens parlent, de vouloir le bien etc. c’est jamais au nom d’un ordre universel, mais uniquement pour eux-mêmes. Ils vont nous dire « oui mais sans cela, sans unité à travers une forme de séparation (sauf que la est totalement artificielle qui refuse la séparation naturelle, ou plutôt harmonie, qui permet d’être différents mais semblables tout de même, dans un contexte/environnement commun*), sans forcer les choses, on peut pas progresser. Ok dans ce cas, mais pourquoi nous les européens par ex on ne pourrait pas faire pareil qu’eux? et pour base d’unité réelle, nous imposer de la même façon, qui même si de manière négative (mais bien plus connecté au réel qu’eux) (ou positive pour faire contrepoids à leur idéologie diabolique), renforcera la résonance de l’ordre naturel tout de même², et donc du potentiel du Tout, pour tous, de perpétuer l’exemple naturel commun à tous, qui permet de tirer les choses vers le haut, dans un choix positif ou négatif, quand le leur n’est qu’un choix unique mortifère (ou justifier par la séparation schyzophrène fausse bien/mal, gentils contre méchants etc.** qui n’est qu’une illusion pour maintenir le troupeau manipulé). ²et qui dans le pire des cas, maintienne une séparation « saine », qu’elle soit de domination ou non, elle ne déconnecte pas les autres à eux-mêmes en essayant de remplacer leur source. Eux se séparent et se croient supérieurs à tout, essayent d’arnaquer les autres dans leur illusion, mais c’est une supériorité du nombre de moutons, tout peuple doit aspirer à la supériorité, en lui-même, pas à travers le nombre de moutons écervelés qu’il a, ce qui provoquera inévitablement une unité faible de toute façon, qui se divisera en elle-même et qui sera trop faible pour survivre à une lutte face au réel (mais bon si les moutons veulent aller au sacrifice pour leurs maîtres, pour défendre quelque chose qui empêchera qu’il reste quoi que ce soit de leur individualité après leur mort, ils font ce qu’ils veulent, car oui le modèle traditionnel renforce l’individu et permet un progrès-continuité ascendante, eux non, ils détestent les familles naturelles/traditionnelles libres non-contrôlables, mondialisme pareil, à travers d’autres stratégies, certes (nous réduire au plus bas/matérialisme/hédonisme/décadence, comme d’hab)).
*que le monothéisme refuse, ou qu’elle justifie en créant du désert partout, pour forcer l’humanité à être réduite à elle-même, créer l’unité par le néant ou la peur de la mort, survie pure, et encore, mais dans ce cas, cela n’impose pas de se réduire à une idéologie fictive, mais c’est plus facile, quand les individus sont en souffrance et fatigués, de les diriger vers leur saloperie (c’est le but aussi de la propagation de la société de consommation, du matérialisme et de l’hédonisme, ou qu’il n’y ait plus que cette direction la, par condamnation qu’elle soit subtile ou directe, de tout le reste).
**nous aussi on croit au « mal », mais plutôt en la destruction, toute chose peut être créatrice ou destructrice, mais eux veulent soumettre les choses à travers la séparation des deux, en détruisant ce qu’ils considèrent comme les méchants, en se disant eux les gentils. Et l’on critique que leur idéologie ne mène qu’à la destruction totale, et étouffe la vie, quand on parle de destructeurs diaboliques (pas de « méchants »), d’idéologies qui rendent toutes choses fausses, de part cette séparation, nous on garde la liberté de choix, et l’on a la capacité d’être les deux/équilibrés en soi, qui rend toute chose réelle, et toute unité, en nous, et envers les autres, malgré toute différence, tant que cela reste dans le respect de l’intelligence, et ne sépare pas les différents peuples d’eux-mêmes et entres-eux, et de leur contexte commun (nature) via l’illusion et le mensonge. Leur vision de « l’amour » n’est utilisée que pour dissoudre la cohésion des choses, et est dépendante de leur idéologie de peur et de mensonge, un amour stimulé, en tant que dernier recours (des âmes qu’ils ont perdues à elles-mêmes).

Donc voila pour avoir l’unité il faut accepter la séparation, de ne pas pouvoir être tout et rien a la fois, prendre l’universel en soi et ainsi de permettre de le manifesté de manière commune, avec les rôles/forces complémentaires a tous les niveaux (je ne parle pas que des sexes hein*), s’ouvrir à l’universel en y participant sur chaque plan, pour soi, et donc si l’on ne veut pas être détruit ou replier/dépendant soi-même, pour une construction universelle, donc rendu à l’autre (unité/direction supérieure). Si l’on avait déjà toutes les forces en soi et de façons suffisamment fortes (cette séparation permet aussi qu’elles soient plus forte), l’on serait Dieu, il n’y aurait rien à faire, c’est parce que les forces sont séparées sur le plan matériel que l’on peut retrouver l’unité et créer, et créer une unité capable de créer son monde. à l’image de l’universel (et directement de l’univers avec les étoiles et galaxies, tout comme la nature et ses unités/formes de vies interconnectés), chaque unité fabrique son monde avec ses spécificités. À vouloir tout avoir, on n’a rien au final.
Toute lutte doit être d’inclusion aux yeux de l’universel, car l’on prend les forces universelles en nous, pour former une unité à son image, notre centre/étoile/peuple, et si conflit il y a, car tout est énergie interconnectée, l’on doit être au-dessus, uni et suffisamment solide en soi-même en premier, le combat frontal ne mène qu’à l’auto-destruction, car ce qui n’est pas solide/uni, ou seulement à travers la volonté destructrice, n’a aucune légitimité et ne peut que perdre. Tout le monde sait ça mais je le répète car pour le moment notre unité est trop faible, certains veulent nous pousser à la guerre mais ce sont des traitres.
*et pour en parler: les sexes sont une projection d’énergie (formant une harmonique sur le plan matériel et représentant l’univers manifesté) qui est de base sur le plan de l’esprit normalement, quand cela devient de la consumation, et du parasitage par le bas de l’énergie/produit matériel (au lieu d’en être le créateur/producteur), car rendu à soi, c’est une projection inverse. Ils ne sont qu’un moyen pour manifesté l’unité, c’est quelque chose qui est inclus dedans, mais cela ne veut pas dire qu’il faut les rejeter, car même si on le pourrait et exister quand même, toute chose est différente même en faisant abstraction de cela (ensuite on en revient aux forces de construction contre la déconstruction, sur tous les plans c’est la même chose), et puis car les rejeter revient à un mensonge, et à se couper d’une partie de l’universel (des énergies universelles).
Si on a une faille ou une mauvaise ouverture à un niveau (projection énergie de l’esprit, et sexuelle), en l’occurrence matérielle-sexuelle, qui nous fait perdre notre énergie à travers, l’esprit et l’énergie se perd/sombre dedans. Tout comme le peuple, l’unité et ses traditions que l’on perd dans la technologie (et les livres etc.) et qui ne se transmet plus sur le plan du vivant, on s’en nourrit inconsciemment (ou l’on récolte ses fruits) mais tout en y étant séparé, jusqu’à tout consumer.

Il ne faut pas se perdre soi-même dans l’abstrait ou le subtil (surtout quand il est faussé/déconnecté du réel et du matériel), ou dans les combats que j’appellent « frontaux »/ »horizontaux » à ce niveau (tout comme pour les luttes sur le plan matériel « frontales »), il n’y a pas de bien contre le mal, juste des luttes, toute lutte frontale est mauvaise (car elle épuise l’unité, qui est la source de tout (que ce soit les unités positives ou parasites/subversives)), les luttes pour renforcer sa propre unité de l’intérieur sont positives, mais celles pour détruire, subvertir, dominer, ou la prédation, le sont moins. Mais bon on est sur un plan limité, c’est la loi du plus sain, mais il faut comprendre que le parasitage non-équilibré s’auto-effondrera, et a choisit d’être dépendant de l’autre, du moins en partie (on est tous plus ou moins dépendant sur le plan matériel, mais certains plus que d’autres, et de manière harmonique, ou destructrices/prédatrices).
Il n’y a pas un groupes de méchants et un autre de gentils, juste différents groupes, c’est le mensonge monothéiste qui veut nous faire croire cela. Le concept de héro dans sa définition monothéiste qui se croit le bien contre les méchants c’est faux aussi, le vrai concept de héro c’est le concept traditionnel, faire un don de soi pour défendre l’unité, de façon positive, ou de lutte contre un autre groupe, mais ce n’est qu’aux yeux de l’unité elle-même que c’est positif, dans l’absolu ce n’est pas un combat du bien contre le mal (gentils contre les méchants), juste un combat, sinon c’est un mensonge (qui permet de justifier toutes les séparation destructrices/fausses et qui renforcent ce paradigme (ce qui a créé ces différents monothéismes/idéologies unique défaitistes du réel qui n’amènent pas d’unité sur le plan matériel/déconnecté)), on peut s’en servir, mais au prix de créer un mensonge au sein de l’unité elle-même qui va l’affaiblir (et affaiblir l’intelligence), mais bon le monothéisme n’est pas la pour créer une unité réelle, mais fictive à travers le lavage de cerveau, donc ils s’en foutent.
L’on parle de haut et de bas, pas dans le sens de plateau/horizontal car les mêmes lois s’appliquent à tous les niveaux/partout encore une fois, mais dans le sens de forces constructrices ou destructrices (ou de moralité), d’expansion ou de rétractation, pas de bien ou de mal, pas de façon extérieure en tout cas, le bien c’est l’unité, et le mal c’est la volonté de la détruire si on veut, mais sinon c’est juste la loi de l’unité la plus forte c’est tout. On peut le voir comme cela aussi: l’ombre c’est le mal (ou peut le devenir si on sombre dedans), l’objet c’est la matière, et la lumière c’est ce qu’il y a derrière (le « bien »).
Un esprit trop subtil/spirituel qui cherche à se manifester dans la matière, mais qui ne trouve pas son socle ou sa base saine, sombrera aussi.

Pour faire un parallèle avec le métissage (avec la dualité etc.): leur vision à eux du métissage ce n’est pas de créer une unité, mais de créer la division/fragmentation*/individualisme (inévitable avec leur idéologie de la pensée unique (et c’est aussi fait pour tout rendre conforme à celle-ci) qui « refuse le multiple », et de l’individu-roi autocentré, qui empêche donc toute unité réelle dans tous les cas**). mais bon, le simple concept de métissage revient à ne pas comprendre les lois de l’univers (je parle la de ce qu’ils nous font la propagande, il est évident que dans le réel personne ne s’y laisse avoir), et que tout ne fait déjà qu’Un dans tous les cas, l’on ne va juste réduire cette unité sur un plan plus bas, plus chaotique, qui sera à refaire/renforcer, revenir dans une lutte pour manifester l’unité et l’ancrer. C’est donc surtout le contexte de ce métissage le problème. Et puis, même si c’était pour créer une unité, en quoi serait-elle supérieure à notre peuple déjà présent?, et pourquoi faire cela uniquement en Europe et nulle part ailleurs? les métis ou une nouvelle race uniformisée de métis mélangés entres-eux, sont-ils la race supérieure?
Et puis le mélange n’amène jamais l’émergence de quelque chose de nouveau, juste un amalgame de l’ancien qui tient plus ou moins tant que le mélange se perpétue, et il faudrait en plus à côté détruire les peuples non mélangés en plus de cela, et même si l’on faisait cela, avec le temps, bien que très long, les « races » originelles se reformeront (car on ne peut pas forcer le mélange permanent et partout sur la planète, surtout quand c’est à sens unique vers l’Europe), et parce que la nature reprendra ses droits. Le nouveau se produit de l’intérieur, avec les millénaires, au sein d’un même peuple, le mélange ne fait que retarder le nouveau.
Faisons semblant que ce soit possible (et que ceux qui le prônent aient un projet réel, pas seulement de détruire l’europe): Le métissage qui produit une unité matérielle (« race »/ethnie) (et cela implique aussi d’avoir cet objectif, et cette conscience d’unité matérielle, sinon ce n’est que pur chaos futur), ce n’est pas avec une idéologie éphémère (unique perverti) que l’on peut la construire, c’est quelque chose de très complexe qui implique tous les facteurs universels (et une unité/lien totalement transcendant) et de les faire tenir suffisamment longtemps pour que cela prenne forme, tout en ayant une unité sur le plan immatériel réel et inconditionnel. tout cela nous dépasse. et puis l’on ne peut pas métisser toute la planète en même temps², selon les régions tout redeviendra comme avant, car il y a aussi la sélection naturelle de l’environnement, de mère terre (bien que le confort matériel empêche cela plus ou moins). Cela implique un don total, une destruction de l’individu, pour la créer, pour ensuite avoir quelque chose qui unit et qui renforce cette individualité, cela reviendrait à devoir tout refaire, lutter, pour avoir ce que l’on a déjà. Et je dirais même que cela implique d’être totalement isolé du reste des choses, surtout des choses auxquelles l’on souhaite les scinder (les unités que l’on utilise pour créer ce mélange). Enfin voila mon avis.
note: je parle là du métissage radical, pas du métissage très minime et occasionnel (et peut-être naturel, non justifié par un contexte idéologique qui prône/permet pas un produit harmonique).
²et les gens ne veulent pas de cette idéologie malsaine et totalement ridicule, le mélange ne sera jamais que minime, et jamais ne pourra rattraper le non-mélange, mais vu qu’à coté ils nous font de l’immigration infini/illimité c’est la démographie le vrai problème. Et dans tous les cas leur projet ne peut produire aucun mélange sain, ni même une cohabitation (sans mélange) saine, ni créer quelque chose d’uni ou de nouveau, juste du chaos.

**et puis même sans cela, quel est l’intérêt? et quel est l’intérêt de ne pas avoir intérêt pour l’ordre des choses? ou d’avoir intérêt à créer quelque chose de fragmenté, ou d’avoir besoin de fabriquer du nihilisme et de l’auto-renie, ainsi que de promouvoir la décadence et l’individualisme primaire et la réduction au matérialisme primaire pour la « construire »? car le vrai métissage qui implique la fusion et non l’auto-renie ou l’indifférence (sinon ce n’est que de l’autodissolution réductrice, et réducteur au matérialisme et à la pornographie). et puis fusionner des choses cela prend du temps, nécessite d’enfermer ce que l’on veut fusionner et de forcer le processus s’il ne se veut pas (et dans ce cas c’est une idée tellement idiote de base que c’est inévitable). Par ex si l’on prend l’image de l’étoile dans l’univers, ou de bulles/mondes interconnectés d’unités, la fusion, au final cela ne crée pas une bulle/unité plus grande/forte, la force d’une unité n’est pas le nombre, mais la conscience/existence de cette unité d’elle-même (et donc de chaque individu en son sein) sur un plan supérieur (et quand quelque chose grandit, c’est de l’intérieur). et puis lorsque l’on a cette conscience d’unité (universelle), sur le plan individuel et donc inévitablement commun (car on ne né pas ni ne vient pas de rien, ni de partout à la fois, et la haine de soi n’est pas de la conscience/ouverture universelle), l’on respecte tous les autres et toutes les autres unités. oui ça sonne neuneu et très basique, mais j’essaye de combattre le neuneuisme ambiant et son erreur sur son terrain aussi, comment le vaincre sinon (qu’en y recréant/remettant de l’ascendance).
Les idéologies uniques ont peur de la diversité car ils ont peur de disparaître, ou de perdre leur pouvoir, et ils se réduisent à l’idéologie unique (espèrent survivre à travers cela). C’est l’inverse de ce qu’ils nous racontent la vérité, pour ne pas disparaître il faut perpétuer une âme et corps commun, et chaque individu en son sein est capable de créer une immense diversité intérieure, car pas lié à une idéologie finie, et qu’elle garde son âme commune, qui permet à chaque individu et famille d’être son propre monde en eux-mêmes, ce qui renforce en retour la grande famille, le peuple, diverse mais liée sur un plan supérieur (matériel-spirituel/âme), eux font exactement l’inverse de cela, et ne peuvent que créer de la décadence, de la faiblesse et de la pensée unique qui maintient l’illusion. Tous les individus viennent de quelque part, et vont quelque part, il faut juste faire le choix de ce qui nous renforcent tous en maintenant la liberté totale, le libre arbitre, et ce n’est qu’à travers le modèle de l’univers, chaque groupe unité qui se renforce, grandit de l’intérieur, et renforce tous les autres. Oui certes toutes formes de vie viennent du même endroit, mais le but n’est pas de les renfermer entre-elles dans une unité artificielle qui les détruit ou les étouffe (ou rejette l’existant présent (pour les enfermer dedans, sans continuité sauf de leur idéologie abstraite qui remplace tous les peuples)), leur empêche tout horizon sain, mais embrasser le mouvement vers l’avant des choses, et de la diversification vers l’avant (pas vers le mélange vers l’arrière qui la détruit), qui renforce le tout au lieu de étouffer, pour nourrir un système factice qui maintient l’illusion de ce paradigme, et nous étouffe tout potentiel créatif, toute continuité qui ne nourri pas celui-ci. dans leur système l’individu ne laisse rien à sa disparition, le modèle de la famille/nature étant remplacer par le système fini, sans aucun idéal supérieur vers l’avant, sauf de tout unir dans l’éphémère présent, l’horizontal matérialiste stérile, qui se reproduit sans source, sans passé, sans direction, toujours plus limité à chaque génération, et qui nécessite toujours plus d’expansion, de phagocytage/parasitage de ce qui n’est pas lui. Enfin, dans un monde où rien n’a de sens, on peut croire que « peu importe » au final, autant laisser le chaos du monde nous envahir, c’est peut être vrai, mais dans ce cas il faut être honnête avec cette décision, l’accepter en soi, pour pouvoir avoir pleine conscience de son résultat, sans se bercer de mauvaises excuses pour se donner bonne conscience.

*leur fragmentation/séparation n’est pas faite pour nous libérer d’une unité malsaine (ou nous libérer sans conditions tout court), mais pour nous enfermer dans la leur, et pour nous maintenir dans cette séparation, pas pour nous reconnecter à nous-mêmes et à l’ordre universel pour créer une plus forte unité, mais pour imposer la décadence, le matérialisme et le multimélange du chaos horizontal pour nous empêcher de retrouver l’unité et verticalité (qui permet l’ouverture à tout, à nous-même, aux autres et à l’universel).
Eux évidemment vont nous dire que c’est l’inverse, que c’est nous qui ne sommes pas assez « ouverts » pour nourrir leur unité artificielle (qui demandent notre abandon et soumission (inavouée, mais ils se prétendent être nos guides/élite de ce projet abstrait qui n’a de fin que lui-même, l’unité est certes l’objectif principal, mais si c’est une fin en soi, elle est fausse, elle n’aura pas à vocation première de créer et se perpétuer, juste de s’étendre horizontalement, car elle se croit déjà faite/fini sur un plan artificiel/séparé et dans l’indifférence des autres, et c’est une dictature, elle doit Etre de base, croire intrinsèquement en elle-même, et avoir un but de grandir/s’étendre de l’intérieur, et de manifester l’universel en elle-même, créer elle-même sa vie, pas vouloir s’étendre jusqu’à l’infini à travers l’autre, sinon c’est stérile, cela ne pourra jamais prendre forme, et empêche toute unité dans la diversité réelle, matérielle, spirituelle, et même idéologique; et c’est réduire l’humanité à elle-même)). Une idéologie « unique » (et multiple) qui prétendrait à unir toute l’humanité, devrait incorporer les spécificités de chacun de ses peuples, en rapport avec des forces universelles, ou des éléments de la terre (chacun ayant son rôle matériel et spirituel bénéfique à tous), les renforcer (leur différences et rôles (bien qu’au sein d’un même peuple on peu avoir la même chose, enfin bref)), tout en renforçant l’unité totale, mais cela risque fortement de dégénéré en chaos, même de cette façon la, et ce serait quand même une forme de renfermement de l’humanité sur elle-même.

Ils veulent une diversité, mais unique, d’individus en conflit en eux-mêmes (le monde extérieur n’ayant aucune signification) et séparés de l’autre, pour qu’ils s’unissent dans un chaos total (et l’être littéralement en eux-même) de façon stérile/renfermé, ou envers l’autre par pure nécessité ou parce que plus rien n’a de sens de toute façon (se soumettre par positivisme), sans vocation à construire quelque chose de réel et de transcendant et commun. Chaque individu n’étant qu’interchangeable, éphémères, et chacun peu changer de masque comme bon lui semble. Et par rapport à la diversité, en réalité ils veulent seul peuple de métisses avec aucune ressemblance les uns les autres, sans âme, sans caractères ni spécificités, sans passé, ni direction sauf l’errance matérialiste/hédoniste individualiste universelle tel des zombies-robots. À vouloir nous imposer à être tous les mêmes, l’on n’est tous plus rien, et l’on n’a aucun lien à l’autre, ni entre individus, ni entre peuples, car il n’y a que la différence des unités propres et fluides individuelle et des peuples qui renforcent le Tout, l’individu et l’unité des individus dépendant extérieurement à un système de la pensée unique n’est utile qu’à une élite, pas les uns aux autres (cela ne peut produire qu’une identité extérieure/individualiste basée malgré/dans l’indifférence les uns des autres, chacun porte son propre masque, et chaque individu est interchangeable, d’individus unis par opposition au tout, une rébellion contre tout). L‘unité produite d’une idéologie totalement séparée du concret, qui n’a aucune vocation à être par elle-même (sans se prétendre tout et rien artificiellement), ne mène à rien, et ne sert rien, car même si elle se propage, elle ne propage que la faiblesse et le factice, et l’éphémère sur le plan du concret. Peu importe les fausses bonnes raisons qu’ils nous donnent, la base de ce système qui se rebelle à tout sans savoir où il va, c’est de s’imposer aux autres, remplacer l’ordre ancestral par la consommation individualiste, au lieu d’une volonté commune d’unité à travers une forme réelle d’universalité et donc sans se prétendre tout et rien à la fois, et d’accepter les lois naturelles de l’harmonie, l’existence de l’autre, et donc un projet non fini et non replier en lui même, et aller vers l’avant, au lieu d’embêter tous les autres (forme de verticalité qui se réduit à l’horizontal, au parasitage, une verticalité qui refuse celle des autres, et qui impose sa vision de l’horizontalité, c’est à dire détruire les peuples pour les ramener à leur individualisme porté en nouvelle croyance/but ultime).
Lorsque l’on ne force pas artificiellement quelque chose, l’on rejoint les forces semblables naturellement pour créer quelque chose de plus profond, et l’on rejoint naturellement ce qui nous connecte à quelque chose de transcendant (quand pas biaisé par une idéologie abstraite défaitiste extérieure qui remplace notre identité), et donc forcement ce qui le permet d’une manière plus profonde et universelle)), que les choses soient dirigées vers l’ordre et non pas le chaos futur. Dans leur système on rejoint rien de transcendant, juste de perpétuer un système extérieur (qu’il soit matérialiste pour le mondialisme, ou abstrait pour le monothéisme).
Si l’on sort du paradigme de la nature, si le but de toute chose (et en l’occurrence de cette idéologie de fusion/dissolution) se fait pas pour se rattacher à un modèle sain et rendu à une unité supérieure dans le concret (et donc accepte le non-être, se fixe une direction verticale/vers l’avant intérieure commune, un être commun, et donc sans se prétendre universelle dans le sens qui s’impose aux autres, mais vers le vertical ascendant, pas de domination (enfin si elle garde son identité propre et renie pas l’autre, ça va à la limite)), sans tout cela, elle n’aucun intérêt, elle ne sera que chaos qui ne servira que certains.
Si l’on ne choisit pas ce que l’on est, que l’on veut être tout à la fois, ou qu’encore pire, se croire représentant de l’identité de plusieurs peuples à la fois (ou de rien mais supérieur/séparé à tout), l’on ne peut que créer le chaos, et incarné le mensonge (la vérité serait de créer une autre identité, ou de se lier à une).
Si l’on sait pas qui l’on est (que l’on accepte pas une forme concrète qui nous donne la conscience d’avoir une part à jouer parmi le tout (au lieu de réduire tout à soi)), l’on est pas connecté soi-même à l’essence universelle (et à son soi qui transcende le simple matérialisme), et donc connecté à tout le reste, qui ne partage pas ce paradigme. Ceux qui se croient tout à la fois ne sont connecté à rien mis à part à eux-mêmes, et détruisent tout. Et ce n’est pas parce que l’on est mélangé (se considère comme cela, que ce soit réel ou non, c’est un choix/aspiration à l’unité réelle ou non, ou à la créer dans le futur), même si l’on considère cela comme son identité, que l’on doit l’imposer aux autres, ou essayer de détruire tous les autres, ou de faire la propagande d’un système qui reviendrait à tout mélanger. Enfin je vois pas pourquoi je me fais chier à décrire quelque chose que tout le monde peut voir très simplement, dans les faits.

Il faut aimer l’âme, l’esprit en plus du corps, mais si l’on refuse l’aspect du corps l’on n’a pas d’âme, ni un esprit fort. Et si l’on a aucun but à créer dans le plan du corps et de la matière, on n’est qu’un petit esprit, ou un esprit dominateur. L’idéologie du mélange horizontal/matériel permanent sans esprit/âme et qui revient à rejeter celles déjà présentes, l’âme des choses déjà présente, au lieu de perpétuer des bases saines, l’on ne peut amener aucun bénéfice au monde, uniquement le chaos (et des conflits entre les individus, et leur continuité/futur propres pour le monde), et tout cela n’aidera en rien les âmes/esprits futurs.
Le mélange n’est pas un problème en lui-même, mais son contexte est le problème, qui ne peut être que très malsain, surtout quand il vise à détruire un peuple, pour en réalité ne rien mélangé du tout, et encore moins un mélange naturel visant à créer quelque chose d’uni.
Surtout quand c’est frontal et en détruisant le centre du peuple lui-même, ne ramenant les choses vers aucune unité saine, le nombre étant aussi trop frontal/horizontal, pour être assimilé au sein/vers un peuple.

Je ne fais que juger un contexte, un modèle et une vision, et de la direction commune que prennent les individus, les peuples et le monde, je ne juge en aucun cas les individus eux-mêmes, c’est pas comme cela que l’on règle les problèmes de toute façon (je ne juge qu’un modèle, et de toute façon, eux jugent le modèle de la nature, et donc de toute l’humanité, pour briser son unité/harmonie naturelle pour les lier artificiellement dans un système unique, sans leur autoriser leurs spécificités, témoins du fait qu’ils ne veulent pas leur laisser de liberté tout court, et que la fin justifie les moyens). Quel est le modèle qui peut tenir tout en maintenant l’harmonie, et qui a une cohérence avec le monde (ex: on ne peut pas tout mélanger partout en même temps). Trouver sur un site de propagande mondialiste pour leur vision du futur (qui ne peut durée qu’un instant, car tout mélange se tasse/s’harmonise lui-même de toute façon): modèle mondialiste ; modèle existant (sans même parler du fait qu’on a une grande plage de couleur de peau nous les européens, des yeux de toutes les couleurs, cheveux pareil, alors que les autres sont tous les mêmes).
Note: le but n’est pas seulement de rejeter le mélange malsain en tant que fin en soi, mais de retrouver une unité supérieure, qui ne se réduit pas au matérialisme, ni de disparaître par positivisme abstrait mal dirigé.
Mohammed Ali (discours pas suffisamment poussé mais bon, l’essentiel est la).

Donc: ils nous vendent (oui je fais aussi la comparaison avec l’idéologie marchande*) une unité déconnectée qui unit les gens en leur demandant de faire fi de leur unité terrestre, de leur peuple de base, et qui mélange tout sans rien unir car de base cela rejette l’unité terrestre. et même s’ils voulaient tout unir réellement, cela reviendrait au modèle universel et que les forces semblables se rejoignent dans le respect de l’autre pour former un tout dans l’harmonique de « séparation »/différence positive (des étoiles interconnectées dans le vaste univers manifesté/multiple**) qui permet le renforcement du tout.
Notre centre, notre étoile, et source représenté par des racines et un esprit commun/ancestral (peuple) permet à l’individu de se trouver lui-même et de faire partie d’une construction à travers le temps et d’en récolter les bénéfices (unité-connaissance intrinsèque), pour son propre chemin, mais s’il est individualiste au point de rejeter sa source, il empêchera les autres dans le futur d’avoir ce même choix, en propageant le chaos. Et ne partagera pas ce bénéfice ultime reçu, l’unité réelle.
On prend notre connaissance et nos progrès pour acquis, mais on a ces connaissances et ces progrès grâce à notre unité, c’est ce niveau de conscience grâce à notre unité qui permet tout cela, sans cela, l’on sera dans le chaos et on perdra tout, la connaissance est avant tout liée à notre unité (à soi et à l’universel), c’est la le « secret ».
*l’on peut tout spéculer et marchander, même les peuples eux-mêmes (ainsi que la sexualité, le vivant avec les mères-porteuses maintenant, etc.). réduire la lutte à l’individualisme (ou groupes) d’accaparement matérialiste, de ses intérêts immédiats.
**oui c’est pas très dur de comprendre le modèle naturel et universel, il est dans toute chose (même chez les connards même si c’est plus dur à accepter (l’erreur fait partie du monde, sinon aucun intérêt)).

Et puis si notre bien commun et notre projet pour le futur n’est pas notre unité et notre construction multigénérationnelle de celle-ci*, qu’est-ce que c’est? travailler pour les autres ou un système? se soumettre? se renier? disparaître? se laisser envahir? est-ce un bon exemple pour le monde? imposer l’individualisme par abandon/défaitisme? et pousser les autres à soi se réduire à notre défaitisme/abandon, ou à nous haïr? car on les tire vers le bas, au lieu de renforcé les différentes unités en s’imposant à notre propre existence.
*pas construite avec les enfants des autres hein, et ce serait une forme de séparation aussi, ou de domination (de nous envers eux), qu’elle soit bienveillante ou pas, mais dans les faits la construction actuelle n’est plus dans nos mains, à l’échelle de l’état artificiel en tout cas.

Sinon pour être plus logique donc, il faut pratiquer l’intégration réelle, l’intégration, mais au peuple français (par ex), pas à la république qui ne représente rien de concret. Être Français de sang ou français de sang versé (de façon imagée), si on ne défend pas le peuple de France son histoire et son pays (et donc contre l’immigration), ou que l’on se rattache à une autre origine ethnique, l’on n’est pas Français, l’on n’est pas intégré, et l’on ne participe pas à la vie du monde, l’on ne s’intéresse pas à l’aspect vivant des choses.
Donc soit ils s’intègrent de cette façon, avec ou sans mélange physique, au mieux en cohabitant mais respectant qui est légitime, ou sinon il y a une assimilation, mélange, et qui dans ce cas s’intégrera avec le temps/générations réellement à la France. Pas réduit à l’éphémère. Mais cela devrait être naturel, et l’immigration rejetée de base, sinon le peuple ne croit déjà pas en lui (n’a aucune consistance logique) et cherche sa continuité/descendance à travers les enfants des autres, ou le mélange par le bas frontalement/horizontalement (sans rattachement à l’être commun qui transcende le temps) qui ne produit que des individualistes, et n’intègre personne à rien.
Mais bon on ne peut pas forcer l’assimilation ou l’intégration (cela est d’ailleurs pas un concept sain mais bon, dans de rares cas par volonté profonde et aux frontières, c’est pas très négatif), mais s’ils ne la veulent pas, soit ils respectent l’autre en respectant sa légitimité/existence, ou en retournant chez les leurs. Ce n’est pas aux autres (nous) de se renier ou de se soumettre à eux, ou par positivisme d’avoir peur de provoquer des conflits.

Voilà vous aurez compris ce que je veux dire (ou pas?), explication compliquée et « mise en haut » de quelque chose de très basique, mais je sens que c’est quelque chose de nécessaire à faire?

Petit résumé: L’universel ce n’est pas se prendre pour le centre du monde et d’essayer de soumettre celui-ci (l’universel) en accaparant tout, c’est de devenir la plus haute expression de celui ci. L’un est dépendant de l’extérieur l’autre est inconditionnel et libre. Ce n’est pas de réduire l’universel et toutes ses forces à soi, ce qui ne fait que les affaiblir et nous y déconnecte inévitablement (et les pervertit), c’est y être sa part/place, de façon constructive ascendante dans le renforcement et le commun, l’on doit être quelque chose de concret pour le bien commun, faire le sacrifice de son petit soi qui réduit l’univers entier à lui-même, au lieu de sacrifier l’universel pour soi. On ne peut pas faire qu’un en soi si on se croit tout et rien à la fois, au lieu d’être une partie/expression du tout.

Pour revenir sur terre: L’immatériel cela doit être un plus, un bonus qui nous permet d’aller plus haut (ou à la limite de manifesté notre unité, et de la lié profondément, lui faire transcender le temps), mais pas pour sombrer dedans, on est des êtres matériels, et la matière est un plan limité, et à formes multiples. L’inverse vaut aussi avec le matérialisme et l’esprit hédoniste.

Soit il y a l’harmonie et l’unité-création, soit l’accaparement ou la domination abstraite, ou la subversion. La pensée abstraite* est une capacité à avoir (ainsi que la capacité de voir au-delà des formes grossières), mais cela peut devenir un piège. C’est un outil magnifique mais cela peut nous rendre contrôlables, alors que l’esprit simple et matérialiste (dans son sens positif/non-négatif en tout cas) lui, est insensible à ces choses. La projection est aussi quelque chose où il faut faire attention, un outil très créatif encore une fois, mais il y a toujours une face cachée/opposée. Nous les européens on est des êtres trop subtils/ouverts (dans son vrai sens)/spirituels/universels (et capable de l’inverse tout logiquement, vu que cela nous donne une force de manifestation supérieure). Il faut faire attention que le subtil justement ne subtilise pas notre être réel/matériel. L’idéologie unique n’a rien de subtil en réalité, c’est juste une arnaque et une illusion que l’on a essayé de porter sur ce plan-la.
On est des gens très ouverts, qui aimons l’observation, et à chercher des solutions dans notre environnement et à travers les uns les autres, l’on est habituer à un environnement naturel/diverse/vivant (et par le passé aux hivers très rudes où peu survivaient), d’unité vivante et d’une grande diversité malgré/en plus du fait d’avoir tous les mêmes racines, l’on attend trop que ce soit l’environnement extérieur naturel qui fasse ce que nous sommes via sa force extrême qui nous « soumet » dans un sens (mais plutôt qui nous teste, pour nous renforcer et nous unir (cela a aussi renforcé notre conscience individuelle, mais non réductrice, par nécessité), mais il ne faut pas confondre le monde extérieur de l’environnement bénéfique et harmonique de la nature, et de ce monde décadent, qui ne veut que notre soumission totale, et notre division, les autres peuples ne sont pas comme nous, il ne faut pas être ouvert et connecté à ce monde-la et en devenir un pilier, son poids est bien trop lourd, et ne portera jamais personne, car seul l’élite a le droit (et possibilité intrinsèque à leur idéologie/système) d’être dessus (au-dessus). Ils veulent de la même façon nous réduire à la nécessité de faire au mieux avec un environnement malsain extérieur, en nous maintenant dans le positivisme abstrait (et donc faussé).
toute la décadence moderne vient soit de cela, soit de l’excès de confort moderne associé aux idéologies/virus de l’esprit.
*Pour en rajouter sur la pensée abstraite (et toujours la même chose), elle nous permet d’avoir notre unité propre plus profonde** et de reconnaître que tout fait qu’Un (au lieu de rester dans la lutte matérielle inutile/séparation négative (l’inverse n’est pas l’anti-séparation)) mais si c’est pour sombrer dans l’inclusivité qui nous fait perdre nous même et nous rend dépendant de l’autre, c’est pas bon. Et lorsque l’on veut aider l’autre, c’est pas aux dépens de soi (ni pour nourrir un cycle de besoin émotionnel ou pour se donner une fausse bonne morale), sinon qui va aider qui au final, et cela aide qui?.
L’abstrait (dans le sens subtil) et le spirituel fonctionnent si l’on est connecté à la chose (sur un plan de la conscience en premier), et si l’on y croit, si l’on a une ouverture à la chose en gros, cela va nous affecter (sur un plan des énergies subtiles ou de l’inconscient, et du matériel), sinon cela ne nous affectera en rien. C’est ça le problème des énergies subtiles aussi, et de l’unité subtile/profonde, si l’on n’y croit pas, si l’on ne croit pas en nous-mêmes (ou en notre groupe), avoir la « foi », l’on ne va nulle part (et pour croire réellement en son groupe, on le porte a l’universel, pas à la réduction a lui-même).
**il faut faire attention car comme on l’a vu l’abstrait est très proche de la superficialité, alors qu’il est censé permettre l’inverse, une porte que l’on peut choisir de traverser ou non, comme d’hab.

Parenthèse sur le sujet (je sais il y en a déjà assez)

Voila la vidéo qui sert d’exemple (peut-être que c’est une vidéo de merde, j’ai vu que les 10 premières minutes, c’est juste pour avoir un exemple, il y a surement de meilleures vidéos):

« Secrets in Plain Sight Documentary »

Le problème c’est qu’avec ce genre de connaissance poussé universelle (tel qu’il existait aussi en ancienne egypte), c’est très difficile de rester « immobile », et donc de ne pas la pervertir. lorsque l’on a une connaissance supérieure, le simple fait de l’utiliser même pour aider les autres, est mauvais, enlève la capacité à l’autre de le découvrir réellement/par lui-même.
Tout est deja la de toute façon, il faut juste le rechercher (depuis l’intérieur, ou à l’extérieur). si l’on veut forcer une connaissance sur quelqu’un de l’extérieur, on l’inclus à soi, et on le sort de lui même et de sa façon d’être/propre expression dans cette unité universelle, et l’on crée un lien malsain et un déséquilibre (lien malsain si ce n’est pas une « verticalité » bénéfique, dans la séparation positive tel un guide pour montrer le bout du chemin (ou un exemple en tout cas (il n’y en a pas je pense)), mais pas un chemin unique, car c’est justement ça le jeux, les chemins sont multiples/infinis).
Certains se servent de cette connaissance pour la pervertir et détruire les autres, enfin (les autres) ceux qui sont ouverts à l’universel, et sont sensibles inconsciemment aux énergies subtiles, pour en faire des piliers passifs de leur monde inversé et diabolique. Ils ont voulu le pouvoir, être les supposés guides, mais ils n’ont pas le niveau de se sacrifier totalement eux-mêmes, ni d’être des guides sans influencer l’être des autres, et ils sombrent au plus bas, voir le « satanisme » (au lieu de donner la « lumière », la parasiter chez l’autre). La connaissance ce n’est pas rien. Soit elle nous remplit, soit au contraire elle nous rend vide.

Le fait de cacher les choses en pleine vue (ou via la manipulation subtile ou inconsciente), permet de le faire à l’insu de l’autre, mais pas sans son accord passif/ignorant. Et permet aussi d’enlever une partie du poids de ses actes. Ils n’aiment pas que l’on comprenne ces sujets, car cela enlève l’unité de la chose, et l’on comprend que la connaissance est universelle, et est bénéfique pour le multiple (tout en renforçant l’unité globale).
Ce sont des gens qui se donnent une supériorité en étouffant celle des autres (leur essence spirituelle/d’être/unité), ils ont la connaissance mais non remplie, qui est vide d’essence, tout comme eux. Et ce qu’ils veulent mettre au monde, dépend ou plutôt est aux dépens des autres.

L’on doit construire toute chose ou dans notre cas notre peuple à l’image de l’universel, car (encore une fois) ces connaissances peuvent être utilisées et transcodées/exprimées de manière infinies, tout le monde du vivant possède ces énergies en eux, le but c’est d’avoir quelque chose de suffisamment « lié-harmonique-énergetique-spirituel-magnétique » (je trouve pas le mot) et ouvert qui permet de non seulement survivre mais d’exister et de se perpétuer sur tous les plans, d’atteindre un niveau d’unité qui nous permet d’être libre de tout, y compris de nous même, car l’on possède notre propre unité et l’autre aussi en soi (la totalité sur un bien commun multidimentionnel (oui je sais ça sonne ridicule, mais tout le monde n’a pas de faibles attentes hédonistes (enfin, j’ai en tout cas ces aspirations supérieures dans un petit coin de l’esprit en tout cas, juste en cas))).
Il n’y a pas de façon unique, mais des unique lois/matrice universelle, exprimable de différentes façons dans cet univers manifesté/mis au monde.

Tous les peuples on a besoin les uns des autres (dans l’absolu), tout comme chaque individu différent au sein d’un même peuple, c’est pareil avec les différents peuples les uns des autres, car c’est notre similarité/spécificité et notre différence mais notre unité aux yeux de l’universel (sous les mêmes lois/structure) qui nous renforce de manière commune.<- (Les cultes unique veulent remplacer cela par une lutte des idéologies, mais c’est une fin en soi qui ne mène qu’à la destruction permanente, une lutte sans gagnants, où tout sera détruit au final.). ->Et dans ce sens cela permet même à avoir un lien universel assez fort entre chaque expressions (car toutes sont des expressions supérieures de l’universel) (et chaque individus de ces expression), mais consumer ce lien dans la matière c’est tout détruire, il faudrait au contraire se servir de ce lien pour nous renforcer nous-même, et notre propre expression/peuple*, ainsi que l’autre, l’unité à travers la séparation positive, au lieu d’essayer « d’unir »/réduire en un seul avec la séparation (ou en la forçant artificiellement avec l’individualisme primaire), ou d’à travers la volonté de détruire/s’opposer à l’autre (qui n’est le témoin que de la fausseté de cette unité, le besoin de prosélytisme pareil).
*pareil entre chaque individus au seins des peuples, cela nous renforce nous-même, nos semblables et tout le reste, à travers son addition créatrice. eux veulent une réduction/soustraction, dans un faux Un stérile, qui veut la division, pas un Un qui unira et formera quelque chose de nouveau, mais de faire un amalgame de frankenstein de l’existant (et de toute façon s’il y aura un nouveau, ce sera le chaos au vu du contexte et du projet de ces gens).

note: je décris le problème selon moi ici, mais il ne faut surtout pas jouer le jeu de ces élites et de les attaquer eux ou ce qu’ils représentent (ou n’importe quel autre groupe), frontalement, la seule façon de les vaincre c’est en vivant une vie simple, en boycottant le système et en recréant notre peuple dans un environnement sain, sortir des grandes villes décadentes et revenir dans la nature. Il faut éviter de nourrir la bête qui n’attend que cela pour justifier sa haine et son idéologie destructrice à notre encontre. Il faut comprendre ce que sont ces destructeurs, sans devenir comme eux.
Même si je les critique il ne faut pas s’attaquer à la partie de notre peuple (ou d’un autre) qui est tombée (complètement ou à moitié) dans leur propagande, ne pas nourrir encore plus la division. Les immigrants/l’immigration ne sont pas non plus le réel problème, le problème ce sont ceux qui les font venir, les acceptent, et fabriquent des déséquilibres et des guerres dans leurs pays/continents, ils sont un symptôme. Le réel problème sont les traitres à l’humanité pour leur projet global. Ils sont obligés de créer le chaos, détourné l’attention des causes, tout en rendant les individus dépendant du système. L’on ne peut pas combattre le chaos ou un ordre de domination via le chaos, avec plus de chaos. La seule solution à n’importe quel problème c’est de se libérer par le haut, et si conflit il y a, qu’il soit lui aussi vertical, pas purement destructif/horizontal/frontal, sinon il n’y a rien à en retirer, et cela ne fera qu’encore plus déconstruire notre unité. Et puis quand on combat pour notre existence, c’est aux yeux de l’universel, pas réducteur contre un petit ennemi matériel (surtout spécifique), ça c’est que secondaire.
Non seulement on détruit nos pays et notre cohésion/futur avec l’immigration et l’idéologie multiculturaliste (à sens unique, uniquement vers l’Europe), mais on détruit le pays de ces étrangers, en ne faisant rien pour les aider, même si on irait jusqu’à prendre 10% de la population de l’Afrique et la mettre en Europe = ~150 millions de personnes -surtout si on prend les plus brillants d’entre eux, bien que dans les faits seuls les traîtres/nihilistes à leur propre pays/peuples viennent ici- cela ne changerait en rien leur condition, cela nous détruira nous, mais n’aidera personne. Muh plus d’égalité, muh plus de diversité, muh plus de « socialisme », plus d’unité artificielle et plus d’inclusion abstraite, cela n’aidera pas le monde, cela le détruira, c’est juste des excuses que ces destructeurs utilisent pour justifier ou se voiler la face à leur idéologie génocidaire (regarder ailleurs, blâmer les réelles victimes et refuser de comprendre l’ordre du monde et que tous les individus ne sont pas des individualistes autocentrés réducteurs à l’hédonisme/matérialisme (oui j’en parle souvent)).

note2:

Il faut pas non plus se faire avoir avec la stratégie qui consiste à détourner l’attention de la critique du système ou de l’idéologie en place vers la focalisation sur ceux qui s’y opposent et la diabolisation (et/ou la pleurniche, (idéologie submissive-subversive sans but final) « regardez la-bas comme ils sont méchant, raciste, *placer ici toute la liste* nianiania », pareil pour les natio avec l’islam)), pour justifier de défendre ce qui ne devrait pas l’être (que ce soit le mondialisme, le multimélange, le monothéisme ou le nationalisme primaire). De la même façon ils détournent les questions d’ordre et de respect des peuples avec les questions de supériorité², pour justifier leur immigration et leur propagande multimélange de leur système unique artificiel qui se prétend représentant de toute l’humanité. ²et d’égalité rendu au renie et à la dissolution, mélanger à de l’unité matérielle (sur un espace restreint/territoire) forcée. et les questions de supériorité** (« personne n’a le droit de créer ou d’avoir une unité enracinée car la « supériorité »/légitimité est interdite par le système globaliste seul maître autorisé ») elles-mêmes réduite hypocritement à la théorie où tout le monde est chez lui partout*/les peuples n’existent pas. Et tout ça au nom de la « paix », il faut que l’on se soumette à leur vision à eux de celle-ci et ce que ça implique (sacrifier son existence et le spirituel pour la survie du système artificiel qui nous fait sombrer dans le matérialisme).*surtout les étrangers apparemment.
L’on peut voir l’unité de plusieurs façons, voir l’autre en tant que part d’une unité, de quelque chose de plus grand, ou voir l’autre en tant qu’unité de façon fractionnée en individus et sexes séparés, et séparer du réel-tout. Le mondialisme choisit la vision fractionnée, les unités et identités etc. imaginaire ou abstraites* ou destructrices de l’ordre/harmonie naturelle car c’est la seule chose qui permet à leur système contre nature de perdurer (tout en consumant la diversité réelle), et que comme cela c’est plus facile d’encourager à « l’unité » via la fusion/réduction/dissolution des individus et surtout des peuples, pour créer un amalgame qui soi-disant amènera la paix éternelle (mais dans les faits plutôt la dernière guerre qui détruira tout). En gros l’on ne peut plus reprendre le contrôle aux banques de nos pays et aux mondialistes au nom de la « tolérance » envers les étrangers extra-européens, les bisounours et bientôt ET l’extraterrestre (mauvaise blague à part), et au nom de l’anti-racisme anti-européen. Le concept de « racisme » lui-même a été inventé par des « anti »-« racistes », pour nous imposer leur système. Avant on ne connaissait que la nature, pas le néant ou la soumission obligatoire au nom d’un concept qui rejette cette même nature, et tout ce qui se passait n’avait rien à voir avec une réduction raciale, mais la cohérence, et les luttes pour la survie (ce qui incluait évidemment l’extension de l’individu, la tribu, on ne connaissait pas le concept de race, mais on savait que dans la nature toutes les formes de vie étaient multiples). Ils ont voulu artificiellement créer une séparation entre les races, pour imposer leur fusion<- « portail ». La mauvaise réponse même si elle est la moindre c’est de catégorisé les races, cela les enferment un peu en elles-mêmes et empêche leur évolution propres/séparés en préservant un peu l’ordre des choses (unités séparés/libres chez elles), mais bon, les mondialistes rendent cette catégorisation inévitable en voulant tout réduire au plus bas et au matérialisme pour tout unir par la décadence (ou récolter les fruits de l’unité à travers l’autre, ayant plus besoin de l’autre que d’eux à eux-mêmes(ou l’inverse)), mais il ne faut pas tomber dans leur jeux et leur cycle infernale racisme/antiracisme qui sépare les peuples au lieu de les unir parmi le modèle d’harmonie de la nature que l’on partage tous, et parler de tribus, ce qui est plus cohérent en plus, car il existe certes des races/individus de même racines, mais elles se sont diversifié tout en possédant un lien plus profond commun. C’est aussi mauvais cette catégorisation car cela verrouille un choix, donc rend l’unité toute aussi fausse que celle de ces antiracistes et/ou de ces mondialistes (enfin, quand même bien moins), le peuple n’a pas du tout besoin d’anti-racisme obligatoire sur sa propre terre d’existence, et donc d’immigration obligatoire et de mélange (ou de soumission à une élite qui se sert de ce concept), au contraire, mais le fait de rejeter ou d’avoir peur de son opposé, c’est déjà mauvais (on l’a pas vaincu ou réellement incorporer à soi-même dans ce cas (et donc défendre son peuple)), il faut plutôt rester dans une optique tribale, d’unité spirituelle, c’est plus cohérent, ou de défendre son peuple, national ou ethnique, parler de race en plus lorsque celle-ci regroupe plusieurs peuples c’est pas bon, on ne peut pas parler aux noms des autres, et si l’on croit que la sienne est la meilleure, il faut que ce soit une aspiration à l’être, pas à l’imposer aux autres, ou en tout cas réduire ça à sa défense, pas à l’attaque ou la domination, sinon de toute façon ce ne serait qu’une unité fausse encore une fois, comme celle des mondialistes et de ces anti-racistes. Et oui c’est ça le truc, quand on manifeste les choses dans la matière, de façon descendante, l’on est déjà déconnecté de l’essence spirituelle, on la perd pour la donner à la matière. C’est positif, mais s’il n’y a pas d’ascendance en retour, une cohérence qui résonne pour tous et la multiplicité de cet univers manifesté, qui ne se réduit pas à l’horizontalité donc, ce n’est plus positif.
-> « suite »: alors qu’on sait très bien aussi qu’il y a une séparation, mais que l’on est tous uni par la nature, et son harmonie de respect de chaque expression du vivant, ce qui renforce le tout y compris nous-même (je vais le répéter et je l’ai déjà dit, je sais).
*on peut considérer le spirituel comme abstrait mais ce n’est pas le cas, vu que la matière y trouve sa source. l’abstrait c’est plutôt pour moi l’immatériel dans son sens nihiliste, le spirituel est plutôt la présence/le Tout, l’abstrait c’est plutôt le rien (du Tout). pour comprendre/se connecter au tout il faut savoir n’être rien, mais l’on ne peut pas devenir le rien, ou le tout, seulement la meilleure version possible de ce dernier.
L’abstrait des idéologies fictives possède la différence de n’en faire aucune, et d’être incapable de produire une diversité saine au sein de son expression matérielle, ni de l’unifier sur ce plan-là (relation purement verticale), et étant basé sur la propagation comme seule source d’existence et de lien horizontal matériel, cela devient une prison de l’esprit. Tous les déséquilibres sont mauvais, que ce soit de se réduire au matérialisme ou de se réduire à l’abstrait, c’est l’union des deux qui unit tout en offrant un potentiel illimité.
**ou de hiérarchisation, mais la hiérarchisation n’a pas à être de domination ou réductrice sur un même territoire<-, le conflit c’est justement l’absence de « hiérarchisation »*** saine (qui tire les choses vers le haut), c’est quelque chose d’universel et qui ne se dit pas, qui est naturellement, sinon c’est déjà quelque chose de faux. ->l’ouverture pareil, ça ne se réduit pas à la réduction du monde sur soi, mais l’inverse de s’ouvrir sur le monde. ps: il faut aussi défendre son peuple peu importe où il se trouve, dans les limites de la logique/cohérence et du respect de l’autre, si l’on a vraiment la conscience universelle (et conscience universelle de celui-ci). et puis par rapport à la supériorité cela n’a deja rien à voir, c’est à voir avec la différence et l’harmonie, et puis en parlant de supériorité, un peuple n’est pas supérieur par rapport à un autre (il ne s’agit que de différences), mais il s’agit de supériorité non pas par rapport à son nombre, mais par la qualité et l’unité dans de ses individus (dans leur conscience de leur individualité; et d’unité sans idéologie unique/fausse).
***ou plutôt séparation saine. il y a séparation et séparation, une qui permet l’existence tout en préservant l’unité/lien à l’universel, et l’autre. et de toute façon sans une part de séparation, il n’y a pas d’unité/d’existence, et puis l’on combat les forces qui nous sépare de notre essence², pas la séparation en tant que telle, cela n’a pas de sens. il faut savoir séparer esprit et matière, mais comprendre aussi qu’au final les deux ne font qu’un. en réalité il n’y a pas de hiérarchisation, ni d’égalité (l’unité c’est de l’harmonie, pas de l’égalité, et puis l’égalité réelle dans sa vraie définition ça se donne, ça se demande pas), juste des différences, et différences de plans d’existences, mais sur chaque plan il y a aussi une diversité inévitable (et car tous les plans sont liés entre eux, c’est juste le degré/la fréquence totale qui change). s’il y a une hiérarchie, elle est tout simplement, et elle change naturellement, sans besoin de l’imposer ce qui la rend fausse. tout à un aspect ascendant et descendant, et chaque dans une optique positive ou négative, pareil pour l’horizontal (moi même j’ai du mal à bien comprendre et l’expliquer tellement les dépravés de l’idéologie unique ont sali notre compréhension du monde et de l’univers pour nous y barrer l’accès, et par propagande/prosélytisme). Tout ce qui n’est pas fait en pleine conscience et en possédant la compréhension de l’univers peut impliquer une part de mensonge (par ignorance et par impossibilité de reproduire (est sans indépendance)). Tout ce qui n’est pas capable de donner et d’être sans conditions/sans avoir besoin de quoi que ce soit en retour², n’est pas complet (sur le plan de l’individu, ou de lien à l’intérieur d’une unité), et n’est pas connecté à la source, et ne sera pas capable de créer, encore moins sans détruire. ²tout trouve une résonance, et l’on trouvera naturellement ce qui est du même niveau. le plan matériel ne sera jamais complet car limité, et fini, mais capte ce qui ne l’est pas, et dans ce cas devient un potentiel infini (pour l’expression infini), il est juste limité et fini dans l’espace, dans son nombre d’éléments, dans sa capacité d’accueil de l’esprit pour faire court (la vie ici-bas), et c’est ça qui permet de faire perdurer ce qui est sain, les artifices ne pourront pas durer longtemps, surtout lorsque l’on menace/exploite directement notre source de vie.
²la séparation inutile qui ne renforce pas l’existence/vie et l’unité réelle, mais celle qui nous sépare à travers le matérialisme, l’idéologique, la décadence, des choses futiles/inexistantes/fausses.

Ils veulent que l’on se focalise sur l’islam, alors que le problème est l’immigration (ainsi que la perte de notre unité « tribale »/ancestrale/spirituelle) mais surtout les traîtres au sein de nos gouvernements, pour détourner l’attention des vrais responsables de ce chaos mondial (les mêmes qui financent les attentats en Europe, qui nous affaiblissent tout en détournant l’attention, ceux qui ont intérêt à la destruction de toute opposition (les usa et leurs alliés moyen-orientaux)) et qui sont ceux qui organisent (de a à z) cette immigration (légale et illégale).
La vérité est que la plupart de ces individus qui commettent des attentats, n’appartiennent pas vraiment à l’islam (bien que pour moi toute religion monothéiste soit mauvaise, et n’a rien à faire en Europe), ce sont dans 90% des cas des immigrés que l’on a fait venir ici tout en détruisant leur pays d’origine, ils sentent bien qu’ils n’ont rien à faire ici et que tout ce que l’on a promis (les propagandistes de l’immigration de masse) est faux, qu’ils n’ont pas de réel avenir (sauf dans des bidonvilles), et eux de toute façon savent très bien que l’intégration est une vaste blague (surtout au vu du jeu des élites et médias qui attisent en permanence la haine raciale (tout en reniant leurs existences (surtout des natifs européens)), et que de toute façon il n’y a rien auquel s’intégrer, il n’y a plus que des nihilistes qui se renient eux-mêmes dans un pays dominé par les banques et les lobbies, et que même s’il y avait quelque chose, ils ont déjà la leur. Le faux antiracisme, la promotion de l’auto-renie, la repentance permanente et salir son propre passé* ainsi que lui enlever tout le positif, n’aide pas à l’intégration non plus, et même sans parler d’intégration, cela empêche la cohabitation paisible. Ils s’autoproclament une supériorité « morale » en disant des choses tellement évidentes, qu’il ne faut pas discriminer les individus selon leurs races etc. mais ils détruisent toutes ces bonnes « intentions » quant au fond de leur idée de la chose c’est dans le but de les renier et propager de la propagande mondialiste. Et puis l’intégration ou l’assimilation des immigrés c’est en soi-même un manque de respect (vu qu’ils ont déjà leur unité de peuple), et de l’arrogance. Surtout lorsque l’on propage a coté le renie de soi et l’individualisme. Et puis pourquoi ils s’intégreraient à une république abstraite qui renie son propre peuple, ne le défend pas (et crache sur son histoire) et qui ne renforce pas la cohabitation mais demande toujours plus immigration.
*Salir notre histoire et identité voire la renier via le révisionnisme (biaisé l’histoire des peuples d’europe, et en omettant tout le positif) pour qu’on la rejette et que l’on se sente plus universaliste dans l’individualisme alors que c’est une réduction, un défaitisme et le départ des conflits/chaos. Il ne faut pas non plus laisser le passé nous empêcher d’avancer ou de nous maintenir dans l’erreur, mais ce n’est pas une raison pour renier son existence non plus, sauf quand cette histoire est futile ou artificielle ou idéologique évidemment, là je parle de peuples/de groupes vivants, mais pour ces groupes artificiels le vivant n’est qu’un détail je sais bien.

À propos de mon utilisation du terme « parasite »: les étrangers nous parasitent (fausse intégration qui leur bénéficie mais pas à nous), mais les plus grands parasites de l’inclusivité vide ce sont les blancs européens (certains en tout cas), qui lorsqu’ils n’ont pas une réelle bonne conscience ignorante, se servent des étrangers pour leur objectif politique.
Et quand je parle de parasite je parle très rarement donc de ces étrangers, mais plutôt de l’élite responsable de tout cela (des parasites qui nous transforment nous-mêmes en parasites pour que l’on rentre dans un terrain où il resteront maîtres), et des gens qui veulent détruire leur propre peuple, et qui ont besoin des autres (peuple ou de l’autre partageant leur idéologie vide), par vide en eux-mêmes (besoin d’unité à travers l’autre, pas de l’autre/individu semblable reflet de quelque chose de plus grand (refusant l’unité universelle réelle/harmonique (par peur, ignorance ou mensonge)), mais de l’autre unité extérieure à cela, que ce soit l’abstrait donc, ou la soumission aux peuples étrangers) (et jusqu’à l’étape finale qui consiste à imposer aussi aux autres (individus et peuples) que tout est pareil/l’abstrait absolu et le renie d’eux-même (comme ils le font eux), qui ne va nulle part vu qu’il n’a aucun projet d’unité commune, donc une direction commune, intrinsèque, un idéal, etc. et qu’il rejette le modèle d’unité naturelle, ils ne pourront jamais créer de nouvelles racines, en en mélangeant, tout en ayant aucun élément suffisamment fort pour  les sortir de leurs racines de bases et de les unir dans un projet commun, hors pure opposition aux autres, mais vu qu’ils sont les seuls à vouloir cette bêtise, et surtout que ces autres ont déjà leur forme d’unité positive ou négative, ils n’ont plus qu’à se soumettre, et même si leur idéologie fonctionnerait, cela ne mettra au monde que de l’individualisme et de la décadence stérile, dans tous les cas, ou au mieux du chaos, et même pas de l’unité de manière négative à l’image des idéologies unique, ils sont incapable même de ça, tellement la leur est basse/matérialiste (bien qu’à la base ce soit quelque chose de très positif, quand pas perverti)).

Il faut voir à travers la mauvaise foi des élites, ils s’en foutent des peuples (et d’aider les pauvres « réfugiés » (à 80% des mâles), de gens dont ils ont détruit les pays je rappelle (et maintenant les nôtres)), ils veulent le matérialisme, le renie, l’individualisme, ou forcer la cohabitation de différents peuples sans donner à aucun d’entre eux la possibilité d’autodétermination, en empêchant aucun d’entre eux d’avoir le pouvoir en prétendant que la hiérarchie et la légitimité ne peuvent mener qu’à la hiérarchie de domination (alors que le but n’est même pas la hiérarchie mais la cohabitation sans centralisation des deux (chacun ayant son propre centre, base de l’unité réelle)), ils les empêchent même de former une union entre eux, d’avoir le pouvoir à deux (par ex), en attisant les haines (tout en prétendant le contraire et être antiraciste (mais toujours de façon biaisée pour un des deux partis)), ou en amenant toujours plus d’immigration pour empêcher toute démarcation des peuples étrangers par rapport à leur terre d’origine, pour encourager l’esprit d’invasion au lieu d’intégration.

Plusieurs peuples cohabitant sur un même territoire c’est même faisable (même si pas idéal, surtout quand il n’y a pas d’équilibre à l’échelle mondiale entre ces peuples), lorsque ces peuples croient en eux-mêmes et sont uni par la compréhension universelle du monde et que tout est lié dans l’absolu, mais lorsque à côté on promulgue la décadence (morale et autre), le renie de soi et des peuples, l’auto-centrisme abstrait, le nihilisme obligatoire, cela ne peut pas fonctionner. Avec en plus les étrangers qui viennent ici mais qui nous détestent*, et les autres qui font du prosélytisme mondialiste ou autres idéologies stériles unique qui visent à nous étouffer spirituellement, ils ne nous laissent plus trop de solutions pour nous défendre.
Ces élites qui ne le sont que dans l’apparence et parce qu’on nourrit cette illusion, pratiquent la subversion en prétendant qu’il faut aider les opprimer (si ce n’est eux-mêmes), prétendre aussi qu’ils veulent amener quelque chose de mieux pour tous, mais tous ce qu’ils font au final c’est tout détruire pour à la place y instaurer une dictature qui ne sert pas le peuple et promouvoir la décadence à la place pour justifier l’unité dans cette destruction, vu qu’ils n’ont rien à proposer, mis à part la séparation et se prendre pour dieu (ou plutôt satan) de manière justement séparée (pas une séparation d’un guide voulant éclairer les autres ou les âmes perdus sans se réduire à l’émotionnalisme ou au problème de l’autre, sans aider personne au final; mais d’un bourreau qui veut échapper au poids de ses crimes).
*encore s’ils nous détestaient depuis leurs propres pays on pourrait comprendre, mais ils viennent ici. Certains vont même jusqu’à rejoindre des groupes anti-européens pour parler que l’on aurait trop de privilèges?? c’est quoi ces histoires, et qu’apparemment ont leur aurait volé quelque chose (eux qui en général n’ont aucune unité/conscience de peuple mis à part le rejet de celle-ci vers une idéologie unique ou l’individualisme, et qui se tuent les uns les autres dans leurs pays) et qu’on leur devrait quelque chose, voir tout, et que l’on devrait se soumettre à on ne sait pas trop quoi, mais que du coup on n’a pas le droit à l’autodétermination, mais ils ne comprennent pas que ceux qui seront au pouvoir n’en ont rien à faire d’eux, vu qu’ils détestent tous les peuples, surtout celui de souche, ce ne sera pas différent avec eux, ils ne font que se servir d’eux.

La solution ne sera jamais dans les partis politiques, tout le système est truqué dans cette fausse démocratie, et puis quand on voit des présidents élus avec seulement 20% des votes de la population, et encore, la moitié de ces 20% doivent être ceux qui ont voté pour empêcher l’autre de l’être (élu), on voit bien qu’il y a un sérieux problème à l’intérieur même du peuple (sans même parler de dictature de la démographie, qui remplace totalement la démocratie, déjà qu’elle est elle-même déjà diriger/orienter par les banquiers et autres réseaux de pouvoir médiatiques et autres). L’élite internationaliste/mondialiste contrôle idéologiquement tous les partis de toute façon (et possède le réel pouvoir qui est l’argent, et de pression lobbies etc.), ils nous font un jeu de marionnette entre les différents parties qui font semblant d’être opposé (et pour calmer l’opposition/ou lui donner de faux espoirs**) alors qu’au fond c’est les mêmes derrière dans tous les cas, et que leurs promesses différentes ne sont que des choses superficielles qui ne changent en rien l’état profond des choses (et encore moins les responsables du chaos à l’échelle mondiale).
Les nationalistes le sont que par opposition aux autres*, et soutiennent les nations impérialistes qui créent le chaos (faux nationalistes soumis ou infiltré qui servent des forces extérieures (sans parler des complices qui font la promotion de ces forces extérieures (shill en anglais))), et les internationalistes se fiches des responsables et ne font que promouvoir le neuneuisme pro-immigration/ »justice sociale » sans réfléchir, au fond ce sont les mêmes. Et même si un président a vraiment le pouvoir (le reprend aux lobbies, banques, groupes de pressions etc.), il ne l’aura pas quand même car la moitié du peuple sera endoctrinée à l’idéologie opposée. Ils veulent nous « unifier »/contrôler à travers la division de ces deux aspects (national/traditionnel et social), une lutte permanente.
Leur but c’est aussi de diviser les peuples affirmant leur existence et l’ordre (existence des choses) naturelles représenté pour le moment par les nationalistes, avec les socialistes, pour qu’ils ne réalisent pas que c’est l’union de ces deux aspects la solution, mais que ce n’est pas soit l’identitaire extrême de rejet de l’autre, ni le socialisme-« communiste » qui veut associer ou dissoudre tous les peuples ensemble, mais que chaque peuple doit être maître et donc libre chez lui (peu importe la pleurniche de certains), mais aussi dans le respect de l’autre. L’élite sépare ces deux aspects, pour les diriger (unir séparément par le bas dans la fausse opposition stérile/mensonge qui les empêchera de s’unir réellement) dans un but final commun, pour empêcher que les peuples s’unissent en eux-mêmes, sans séparation des choses/forces. De la même façon qu’ils essayent de séparer les hommes et les femmes et détruire la famille.
Ils veulent un faux nationalisme et un faux socialisme pour créer leur monde faussement unifié (contrôlé) à travers la division (soit disant en attendant la venue d’autre chose, mais bon, le contexte est tout et on voit bien ce qu’il est, satanique); le nationalisme seul n’amènera à rien sauf à plus de chaos et aucune solution car trop destructif et sans créativité (et « uni » par opposition seulement), et le socialisme seul est vide, consumera tout et sèmera la misère et la confusion. ps: le nationalisme n’est pas une bonne chose, l’europe est un seul peuple spirituellement et biologiquement, bien que les millénaires aient produit des spécificités. Ils veulent que ces deux fausses idéologies se fatigues dans une lutte permanente totalement stérile car frontale et pas verticale (verticale dans le sens libération par le haut, sans dépendance et créative en elle-même, pas purement basé sur le lutte frontale-horizontale qui ne donnera aucun gagnant car elle rejette totalement l’autre (valable pour ces deux camps) sur des bases qui sont un mensonge (et qui ne bénéficiera qu’à certains)).
*et pour sauver la nation qui ne ressemble plus à rien/ne veut plus rien dire (ce qui est tout aussi fictif que l’idéologie mondialiste multimélange au service de quelques uns qui se prennent pour dieu) au lieu de sauver l’essence du peuple (et de tous les peuples en général), et l’harmonie au lieu de la guerre. Je n’aime pas trop le nationalisme car les pays et leurs cultures (mis à part dans la campagne) sont totalement mortes, Il vaut mieux unir directement tous les Européens, tous les différents peuples/tribus d’Europe malgré leurs différences apparentes (leurs ajouts multiples/diverse), car leurs racines et cultures émanent de la même histoire ancestrale, au fond on est un seul même peuple. Quand je parle d’être capable d’être unique et multiple (tout en gardant son existence/unité/spécificité (à l’image de l’universel, de façon constructive, pas de se prendre pour l’universel ou de se réduire au tout et au rien qui fragmente tout)) c’est dans ce sens, tout comme au niveau des individus le constituant, un esprit commun qui permet à l’esprit individuel d’être le meilleur de lui-même et de participer à l’unité au lieu de survivre seul dans le chaos.
Évidemment les mondialistes détestent les nations aussi, mais pas pour notre bien évidemment, pas pour unir les Européens (l’UE pareil), mais pour nous enfermer plus facilement dans leur système (et élargir son pouvoir avec moindres difficultés), et nous détruire.
Ils prétendent que l’on peut faire ce qu’on veut malgré tout dans leur système (en soi-disante opposition avec les autres formes d’organisation/religion ou autre), mais vu qu’on est qu’un tas d’individualistes, on ne peut pas faire grand chose (ni rien de grand), on peut consommer autant qu’on veut (tant qu’on s’est suffisamment prostitué a travaillé pour nourrir un système extérieur), se laisser bercer par la gravité du monde, oui, mais mis à part ça, et se laisser endormir pendant que le chaos s’en vient?

Les partis politiques dans cette fausse démocratie ne servent qu’à capté la colère des gens (en maintenant l’illusion du choix et d’une liberté, et d’un réel changement possible) ou vers des idéologies stériles (fausse gauche vs fausse droite) (avec aussi les autres social libertarien & co* qui prétendent proposer la liberté universelle, s’opposer aux méchants capitalistes, les méchants intolérants etc.. (sauf les vrais évidemment) mais qui en réalité ne propose que du vide qui ne va nulle part, du stérile). Ils veulent réussir à toucher les individus dans leurs intérêts immédiats personnels (ou la fausse bonne conscience avec une vision de base individualiste pour l’autre) pour donner un sentiment d’être du côté des bons, mais sans avoir un point de vue global et réel des choses. Ils essayent de maintenir une cohérence mais que superficielle, car dans le fond il n’y en a pas.
*et autres « antifascistes » qui s’opposent à un prétendu « fascisme » « blanc »/européen qui en réalité n’existe pas**, les Européens étant les premières victimes du vrai fascisme qui est le mondialisme, parfois c’est vrai ils le critiquent, mais pour ne proposé rien qui s’y oppose dans l’essence, et au final ils jouent le jeu ou acceptent passivement ce destin funeste, tout en faisant du positivisme/bonne conscience à côté, en évitant ce sujet. note: et une chose qu’il faut bien comprendre, l’immigration est quelque chose de totalement opposé au socialisme légitime/réel. note2: Note: pour parler un autre problème (hors immigration standard), les réfugiés ukrainiens, sud-africains ou autres par contre ils n’en veulent pas de ça, on ne sait jamais en cas que ça renforcerait quelque chose qu’ils n’aimeraient pas trop? leur morale, leur (muh) « inclusion » et leur compassion à des limites quand même apparemment, comme ils sont raisonnables..
Ils prétendent vouloir s’opposer à « l’oppression » des minorités, mais n’ont pas de problème à promouvoir l’oppression des majorités (note: dans les faits, à l’échelle mondiale les européens sont la minorité, je tenais juste à le préciser, aucune mauvaise arrière-pensée, et je crois aux lois de la nature dans tous les cas (ce qui est faible disparaît)).
Question: la liberté d’un peuple c’est basé sur sa liberté d’être uni en tant que tribus/ »ethnie »/construction multigénérationnelle sur sa terre (oui, on ne peut pas vivre dans les nuages encore), ou bien chaque part de terre de cette planète doit appartenir aux socialistes internationaux et/ou aux banquiers capitalistes internationaux?, ou bien parce que chacun est chez soi partout, personne n’a le droit d’avoir d’autonomie car c’est « pas gentil » pour ceux qui ne sont pas « d’accord », ou qui ne font pas partie de l’unité, et que du coup il faut encore une fois une dépendance à un pouvoir extérieur? («  »diversity is a strength! » (pour qui?) *rubbing hands* (au « peuple » incapable de s’unir réellement car les individus n’ont rien en commun, ou sont nihilistes, ou ont déjà leur propre unité, ou une autre raison).
Ils nous disent qu’ils sont pour la paix, le respect de tous les peuples/ »races », car toutes les « races » ont le droit d’exister, mais si on le dit et qu’on est « blanc », ce n’est pas bien et on est attaqué, un double standard habituel (ils nous rétorquent que d’être fier d’être européen c’est de la propagande, mais pourquoi quand les autres peuples font pareil c’est bien?<- (ou qu’ils refusent la « diversité » dans leurs propres pays ou sont unit sans aucune immigration on leur dit rien?) (->et non l’alternative/ »solution » de renier l’existence de tous les peuples, cela n’est est pas une)). Ils nous disent qu’ils respectent tous les peuples, mais on revient donc toujours à leur forte obnubilation avec le complot fasciste « blanc », et à chaque fois les solutions c’est de s’opposer d’une façon à une autre, consciente ou pas, à la liberté des Européens (et donner libre cours au vrai fascisme, le servir même). Et au final, par manque de cohérence, ces gens se battent pour la survie d’une idéologie, et jamais réellement des peuples (et ils font de l’inclusion idéologique et vide pour lutter contre le vent et les grands méchants, et ils sombrent dans l’individualisme et la décadence inévitablement, par rejet profond de l’autre, et d’une partie d’eux-mêmes, comme ce que tout mensonge provoque).
**ils essayent de trouver un prétendu « fasciste » « blancs » (s’il en existe, quand ce ne sont pas des acteurs/faussaires) pour justifier un retour du fascisme et justifier de tout faire pour que tous les Européens ne puissent pas être libre chez eux (de l’oppression d’en haut/banques/etc, et de l’oppression d’en bas ou horizontale/immigration permanente/etc).
La « race » c’est un réceptacle, mais si on ne la remplit pas correctement ou que lui bloque la/sa source, elle ne veut rien dire, et ce réceptacle disparaîtra de par lui-même, dans ce cas-là de l’intérieur. Beaucoup sont européens de « race », mais ils vénèrent un dieu artificiel, qu’il soit étranger, ou matérialiste d’argent, ou mondialiste, ou individualiste, nihiliste, etc. peu importe, la « race » (et le monde lui-même) ne veut plus rien dire dans cette situation, tout étant réduit au chaos et au réceptacle vide ou rempli de fausses utopies de l’individu-Dieu, tout comme ces mondialistes européens, qui dans le fond ne sont plus des Européens, mais des déconnectés de tout.
Remplir un réceptacle avec quelque chose d’autre, qui rejette son essence terrestre, est mauvaise, pour participer à l’harmonie il faut à la fois accepter son individualité libre, mais aussi ce que l’on est sur le plan matériel, déjà si l’on veut s’en libérer, et si l’on veut participer à l’améliorer, sans pour autant le rejeter ou participer au chaos du monde.
Parce qu’en plus de se rejeter soi même, si en plus on s’interdit tout projet cohérent sans s’approprier l’autre ou réduire l’autre à soi, ou avoir rien à faire de ceux autour d’eux par pure volonté idéologique, c’est le vide total, et n’incarne au fond qu’un abandon ou la soumission.
Par rapport à l’amour, oui, c’est la force qui lie tout, les individus et peuples, mais ceux qui utilisent cela pour faire de la propagande pour leur idéologie, sont des gens assez malsains.  »
Oui l’amour relie tout le monde du vivant*, mais quand ils utilisent cela dans leur propagande orientée, cela veut dire quoi au fond? qu’on ne pourrait pas le trouver au sein du notre? qu’on ne pourrait pas aimer notre de peuple? pas plus que les autres? il faudrait faire des quotas la dessus aussi? il faudrait artificiellement se fermer l’esprit à nous-mêmes au nom de quoi?, et si l’on aime universellement, cela n’implique pas d’idéologiquement catégoriser les autres pour détesté son propre peuple par projet politique, et si on aime universellement, on aime sans besoin de mots ni d’idéologies, nous-même y compris notre propre peuple et par extension le tout (les autres peuples, et les autres formes de vie du même paradigme (mère nature)), car cela nous connecte tous plus profondément à quelque chose de supérieur; chacun sa construction commune intemporelle sur le plan du réel/concret/vivant, cela renforce notre interconnexion entre tous les peuples et formes de vie, car l’on saura qui on est et où l’on va, et que l’on partage un paradigme qui permet la liberté de tous, sans besoin des autres de manière négative, par confusion générale, ou le chaos, etc. Si l’amour ne vient pas de l’intérieur on n’y participe pas, l’on se fond dedans, et l’on devient dépendant de l’amour de façon extérieure, on ne l’a pas réellement en soi.
Le lien metaphysique qu’est un peuple, permet une connexion plus profonde entre les individus, dans un lien transcendant reflet d’un bien commun universel, pour l’individu, le peuple et de toutes les formes de vie. L’on est naturellement attiré à ce que l’on est en soi, que ce soit l’hédonisme, le nihilisme ou la transcendance universelle. Si l’univers est universel en lui-même il n’y a pas de raison de ne pas trouver ce qui nous lie aux forces « intemporelles » universelles sur tous les plans, matériel et immatériel, l’on a au contraire plus de chance lorsque l’on possède une résonance commune, l’univers n’est pas sans sens, (et si l’on y croit) les âmes ne s’incarnent pas au hasard (ni ne recherchent le chaos, mais plutôt ce qui renforce le positif).
*l’on peut aimer l’univers lui-même, les étoiles, etc. l’amour ne se réduit pas sur le plan de l’humain non plus.

Pour renforcer les choses, que ce soit en soi même ou envers le Tout, vu que l’esprit passe à travers la matière, c’est via l’ouverture à ce Tout et donc à la matière spiritualisée (ou ce qui l’est déjà comme base), pour la renforcer. Et l’on ne peut le faire qu’en faisant « corps » (de manière spirituelle et matérielle donc) avec les choses, de manière fluide/cohérente, tel une source qui se rempli, et sert toutes les autres tout en restant elle-même, ne brisant pas la chaîne globale pour son propre bénéfice. Tout comme un métier par ex, si l’on reste extériorisé à lui ou en voulant l’accaparer sans y travailler pour un bien commun, c’est stérile, et sans faire corps avec celui-ci l’on ne peut pas créer un courant ascendant, on se soumet à celui ci où l’on y perd notre énergie horizontalement. Si l’on veut être ce que l’on est pas, c’est déjà un manque de conscience universelle, et être ce que l’on est, n’empêche pas d’être tout ce que l’on veut non plus, mais cela demande une conscience d’harmonie et du multiple, qui nous renforcera pour créer de manière encore plus forte pour le bien de tous. Faire corps de façon saine, sur le plan concret, être/devenir, et être et devenir toute chose n’empêche pas un lien profond spirituel (au commun immédiat et au Tout), au contraire vu que cela sert le commun, mais cela nécessite une direction ascendante, encore une fois. Et au niveau des peuples cela veut dire perpétuer la source-direction vers l’avant, renforcer les semblables, la où le potentiel constructif (connexion à la source-mère) est le plus puissant, pour devenir un bénéfice au Tout. Sans commun présent (pour tous) il n’y a pas de Tout, de la même façon qu’il n’y a pas de Tout commun. Et sans commun immédiat il n’y a pas de commun transcendant le temps, pour un même peuple et pour le Tout. Tout est déjà uni, au sein des individus-peuples et entres les individus-peuples, et envers le Tout, tout ce que l’on peut faire c’est plus ou moins renforcer cette connexion, en mélangeant/perturbant tout*, ou en organisant/renforçant tout. Ué je sais ça fait beaucoup de tout.
Organiser ça veut pas dire fausser les choses, c’est une conscience que l’on a en soi ou non, cela se fait naturellement, et si on n’a pas cette conscience, l’on ne peut que produire le chaos.
car se réduire à l’horizontal et tout mélanger, c’est couper notre connexion à la source, de notre individualité et envers le Tout (toutes les formes de vie donc), et c’est aussi directement le témoin de cette déconnexion. Cela peut sinon créer de trop petites branches dans la source qui disparaîtront, car au niveau de la conscience elles sont coupées des grandes et pas suffisamment fortes et libres d’elles-mêmes, ou par refus de rejoindre une unité plus grande que l’on porte en soi, même si que partiellement (oui, l’erreur implique un plus grand sacrifice de son petit soi, pas envers un système faussé, mais envers la nature). Après cela ne veut pas dire qu’au niveau de l’humain le mélange est très mauvais, mais les seuls mélange qui sont positifs c’est lorsqu’il n’y a pas la conscience du mélange (tout en étant réel donc, pas nihiliste) (c’est donc très minime car les individus de tous les peuples sont censés être sains (d’esprit)) et que c’est fait par pure envie et conscience de perpétuer l’ordre naturel, de ne pas l’altérer par individualisme, l’idéologique ou autre.
Donc: on ne peut pas venir de partout en même temps, ni aller partout à la fois, ni être tout et rien en même temps. Sinon l’on n’existe pas, ni au niveau de l’individu, ni du commun, et l’on ne bénéficie pas au Tout, ou l’on devient un destructeur/déconstructeur.

La seule chose à perpétuer c’est l’aspect vivant/corps et l’esprit du peuple (et donc l’unité et sa manifestation), pas un système ou un état, une nation, cela ne devrait être que secondaire et au service du peuple. C’est pour cela aussi que les nationalistes réducteurs d’aujourd’hui n’ont rien compris, ils défendent en premier la nation d’un ennemi qui n’en est pas, ou qui est juste le reflet de la faiblesse du peuple lui-même, défendre artificiellement la nation ne sert à rien.

Parce qu’on ne défend pas que la forme du peuple, sa « race », on défend l’âme, la force d’esprit qui permet sa cohésion. mais pour défendre la forme, il faut défendre son esprit, et pour défendre l’esprit, il faut accepter qu’il se manifeste dans une forme. L’on ne se focalise pas non plus sur la défense de sa « culture », car cette dernière est elle-même produite par cette cohésion, et surtout par l’essence du peuple (l’unité d’individus) qui est capable de la produire. L’on ne défend pas seulement un peuple, mais une unité d’individu, et leur continuité, avec une âme commune capable d’être liés au-dela du simple monde matériel. et oui il faut avouer que les cultures des peuples d’europe sont parmi les plus belles. Si l’on est intéressé à rien défendre du tout (ou le fictif), l’on ne contribue en rien au monde, le positivisme abstrait en tant que seul projet de se laisser aller au monde/abandon/non-continuité (reflet opposé de l’unité d’auto-renie-dissolution horizontale) est un choix personnel, et n’a pas à devenir une idéologie pour tous. Et si l’on a encore plus l’impression d’être ouvert au monde à travers l’autre peuple, ou l’individualisme réducteur, qu’au monde à travers son propre peuple², ou l’individualisme qui respecte tous les peuples, l’on a un sérieux problème. ²encore une fois on ne peut pas venir de partout et nulle part à la fois.
Et si l’on ne veut ni la forme ni l’esprit, ou que l’un des deux, on est un idiot. Et si l’on croit que l’on peut participer à l’amour du monde, à la cohésion universelle, en se prétendant tout et rien à la fois, sans jouer son rôle pour l’harmonie, avoir cette conscience, on est un idiot aussi. si l’on part du point de vue que tout ne fait qu’un, mais que l’on a pas à y participer sans se renier soi-même et donc devenir dépendant et tirer les choses vers le bas, en voulant tout réduire en un en déconstruisant tout et propageant le chaos.
Si l’on est tellement vide que l’on croit en ces énormes bêtises ou que l’on a besoin de faire venir d’autres expression d’unité-continuité/peuples pour se  sentir ouvert, non plus à travers soi-même et son propre peuple, mais à travers l’autre (peuple), il faut accepter d’être détruit et remplacer par quelque chose d’autre, mais le veux-ont réellement, surtout laisser ce cancer monothéiste se propager encore plus? (et le mondialisme aussi?). L’on croit que l’on peut faire comme avec la nature envers les autres, mais tous les autres peuples n’ont pas forcément ce respect et cette compréhension de l’harmonie, encore moins ceux qui abandonnent leur propre peuple. « il n’y a pas d’autres tout est pareil », ah bon? comment on fait pour exister s’il n’y a pas d’autres? et pourquoi existé tout court? et il vaut mieux que l’autre individu soit son semblable, ou que partout ce soit le chaos? il vaut mieux que l’autre peuple soit à la même image, uni sur le plan de l’âme, leur essence propre/racine, ou qu’ils soient dans le chaos, ou uni dans l’idéologie unique de domination par défaitisme? et encore pire, les laisser venir nous détruire?
Il faut détruire tous les monothéismes, par pour détruire des individus, mais pour libérer l’humanité et ces individus eux-mêmes, et pour unir réellement cette humanité, car bien que leur idéologie donne l’apparence « d’unité » plus grande que jamais auparavant (surtout dans l’indifférence les uns des autres), elle n’ira pas plus loin, et elle ne fonctionnera que tant que les européens se soumettront et se laisseront détruire tout en propageant le positivisme abstrait, car tous les autres peuples se tuent déjà les uns les autres partout sur la planète, ils sont unis à travers nous faisant la police du monde, ou à travers la haine envers nous, ou par nous propageant le mondialisme chez eux par la force, ce qui en plus empêche ces peuples de s’unir naturellement chez eux.

Tout est une question de conscience, tout ce qui existe, tout unité, tant qu’elle a conscience d’elle-même et de sa continuité en n’ayant besoin que d’elle-même, c’est bien, mais à partir du moment où cette conscience essaye d’imposer ce qu’elle est aux autres, peu importe qu’elle soit multimélange (qui marche ou non, ou fictive), ou l’inverse (qui marche ou non), c’est négatif.

parenthèse/retour sur la société ancienne/naturelle:

Et pour parler de « race », plus spécifiquement les anciens aryens (« païens » européens) étaient nomades, ils se sont éparpillés partout, et se sont mélangé jusqu’à disparaître (aux peuples d’indes), ils ont légué leur vision du monde à travers le sanskrit, les religions païennes et matriarcales que l’on connait de ces régions, etc. l’état global actuel de ces pays n’est plus très beau (très laid même) mais bon, en son centre, c’est beau.
note: je ne dis pas que les religions des indes appartiennent aux européens d’aujourd’hui, cela n’aurait absolument aucune cohérence, et car chaque paganisme a sa version/vision spéficique (même si elle est la même au fond, car à l’image de la nature).

Les religions de nos ancêtres, était matriarcales, ou en tout cas son culte, car la femme représente la matrice du peuple, et son renouvellement, de son âme, et ses racines (mettre au monde/matériel l’esprit/âme).
Il y avait tout de même un culte du guerrier, et la société était gouverné par l’homme, mais c’était la femme qui donnait ce pouvoir à l’homme. Logique, car si l’homme ne défend pas l’intérêt de la matrice, des racines du peuple, s’il veut tout pour son propre bénéfice et qu’il détruit l’harmonie du monde, il n’est bon à rien/faible (les cultes qui incorporent cet aspect de défendre le peuple/tribu tout en appelant à s’approprier les ressources des autres peuples existent mais bon, c’est pas l’idéal).
Le but étant d’être à l’image des déités (un modèle supérieur, de famille), tout en étant une aspiration.
C’était les meilleures femmes qui choisissait les meilleurs hommes (surtout sachant que les femmes sont toujours bien plus fertiles que les hommes, en général), qui devait accomplir un acte d’honneur, héroïque, ça ne se réduisait pas aux faux défenseurs de l’Europe débiles d’aujourd’hui, « muh il/elle est blanche, ça suffit ». C’était un culte d’aspiration supérieure, intemporel et qui ne se réduit pas au plan matériel, gouverné par des tests spirituels, tel une porte-filtre, pour que le meilleur subsiste, celui qui a la conscience universelle, l’étincelle « divine » capable du meilleur, et les menteurs voleurs sans honneur soient naturellement repoussé du lot. Le côté féminin incarne la porte des âmes donc sur le plan matériel, et a une énergie qui est plutôt à tendance ascendante, mais elle ne peut être et récolter le produit qu’à travers l’homme.
parenthèse: donc bon le féminisme pro-avortement et pro-décadence d’aujourd’hui.. ce ne sont pas des femmes, et les nationalistes de l’alt-right dégénérés d’aujourd’hui, pas des hommes.

Tout cela, le culte de la déesse (et du guerrier) (et un ordre qui le représente) c’était pour maintenir la cohésion spirituelle et matérielle du peuple. D’ailleurs, le christianisme a incorporé et perverti cet aspect de la déesse qui représente le peuple, pour le transformer en vierge universelle (Dieu remplace le peuple, ne se manifeste pas dedans, sauf dans un seul individu qui représente tous les peuples). Mais bon, dans le fond on est toujours resté païen dans son essence, malgré le christianisme, la chevalerie (par ex) n’a rien de chrétien.

Mais pour que tout fonctionne, tout le monde devait avoir la même vision, ne pas sombrer dans le matérialisme, garder son aspiration supérieure, donc le but de ces tests c’était pour maintenir le centre, l’étoile du peuple, le reste étant repoussé, rendu stérile, ou appeler à construire ce qu’il veut ailleurs. Car encore une fois, tout est une question de conscience, tout ce qui a une conscience supérieure, a conscience qu’elle doit participer à construire quelque chose de supérieur pour tous, pour son peuple, et pour l’ordre/intérêt/bénéfice du monde.
C’était donc la promotions de tests de valeurs pour l’individu (être valeureux, sans peur, honorable, fort, intelligent, etc. devenir un individu sain quoi), et lié au plan matériel, physique, et pour le bénéfice du peuple, pas seulement abstraits ou il suffit de dire qu’on croit au Dieu qui nous soumet et c’est bon. Mais bon pour notre société moderne, on s’en fou que l’individu soit faible et n’en ai rien à foutre du peuple et soit un individualiste consommateur, et que de toute façon vu qu’il croit que tout est pareil, peu importe ce qu’il advient à l’ordre du monde et de son lien à celui-ci, et aux autres, il ne croit en rien.

Donc au niveau du peuple ou de toute unité, soit l’on a un système qui prône l’honneur pour la marche en avant vers le futur/continuité (et la reproduction comme base de continuer la vie elle-même), donc la défense de quelque chose, l’héroïsme, l’intelligence, la compréhension de l’harmonie du monde, la sagesse, force physique et spirituelle etc. etc., soit un système qui prône la décadence, la faiblesse, le mépris ou la domination de la femme* (et du monde en général donc), ou l’hédonisme, pour que les gens sans honneurs, individualistes ou dépravés puissent se perpétuer (directement, ou à travers le monde extérieur qui tolère l’erreur et le chaos), ou un système artificiel qui lui permet de n’avoir rien à construire ou perpétuer, étant déjà fini en lui-même, idéologiquement ou autre, ou qui se cherche à travers le prosélytisme ou toujours plus de soumission de l’autre.
*Qui veut dominer la femme, la matrice, mais surtout à travers elle, tous les peuples.

Le corps matériel c’est le reflet de l’âme, ou en tout cas permet d’en reflété une, individuelle aussi, car l’âme commune lui donne tout son potentiel d’élévation et de potentiel ici-bas (à l’image de la famille universelle/au-delà ou peu importe), et l’aspect de réincarnation individuelle (progrès individuel entre les formes (individuelles)), ou si l’on y croit ou pas, de l’individu lui-même, ne peut s’exprimé que dans un corps sain (qui permet une continuité et qui possède un niveau de conscience universel, du multiple, du Tout), et qui serait dirigé intrinsèquement avec une conscience supérieure/universelle donc. Lorsque l’on se connecte à l’autre, son semblable ou une autre forme de vie, c’est donc en premier via le plan matériel (le monde ici-bas), et c’est en se connectant à sa forme matérielle (vu que tout passe à travers pour être) que l’on se connecte au Tout, et en projetant sa conscience dans l’autre forme qu’on peut la comprendre et y être relier, de façon commune envers l’universel, d’une façon/de conscience soit supérieure (l’essence supérieure et multiplicité des choses (et aspirer à créer dans cette multiplicité dans l’harmonie)), soit inférieure (*), et si cette forme matérielle reflet normalement de quelque chose de transcendant, ne ressemble à rien, n’a pas d’âme en elle-même, l’on va voir quoi à travers celle-ci? ni le reflet universel d’une autre expression du vivant, ni rien, un individu qui ne fait partie de rien sauf de lui-même, une âme venant au monde seule, séparé de d’une résonance commune à l’image de tout le vivant/nature, cela ne l’empêchera pas d’être créative, mais elle aura une tendance bien plus forte à exprimé le chaos, qu’elle possède sur le plan matériel, bien qu’elle-même pure à la base. Soit l’on prend une forme et l’on existe de façon commune, soit l’on prend ou l’on est le tout et le rien, et l’on est soi-même rien, et soumis au tout.
*conscience réduite à l’individualité éphémère des choses, séparé de toute notion de construction/famille spirituelle/multigénérationnelle, d’aspiration à la grandeur, ou de refus de cela, ou de la multiplicité/course vers le renforcement du multiple et donc d’une forme de séparation qui permet d’ajouter au tout sans le consumer par interet personnel éphémère, ou de faible conscience en se basant sur un modèle où tout est déjà fini/Un et sans continuité, ou sans but sauf tout comme fin en soi.

Le culte païen en plus des déités possédait donc le principe de réincarnation, ou de continuité immatérielle (ou transdimentionnelle des choses en termes modernes (je crois?)) dans la matière, des choses, sans laquelle tout n’aurait aucun sens.
Les déités sont et ont pour but aussi de maintenir une aspiration d’ordre, que quelqu’un (celui qui le souhaite (s’il porte vraiment cette aspiration en lui, pas pour être un menteur déshonorable à la recherche du pouvoir pour lui-même)) puisse incarner dans la matière les forces de la justice (prend en lui, sur le plan individuel, cette force universelle qui le dépasse (son petit soi)) (des forces universelles représentées par des déités, et sa famille spirituelle, pour leur incarnation matérielle, leur permettre de se reconnaître, rejoindre, et de s’organiser (pour eux-mêmes et la nouvelle vie/réincarnation*)), la reine qui représente la matrice du peuple (doit prendre sur elle pour représenté la perfection/un idéal pour le bienfait des autres (mais tous doivent faire pareil)), l’homme le guerrier (sa déité), la sagesse etc. mais que chacun aspire à la même chose, sans séparation, c’était un ordre qui guide, car il possède une direction intrinsèque, une âme unique.
Les œuvres physiques et spirituelles héroïques, avaient pour but d’accumulé l’hamingja, l’honneur, pour le retrouver entre les incarnations (si l’on souhaite revenir parmi le peuple, et si le peuple l’accepte (c’est peut être imagé, mais nécessaire, même si on y croit pas littéralement (et on peut aussi penser à la réincarnation, en tant que continuité directe, sa descendance))), et pour le bénéfice de tous.
C’était une façon de réincarné la déité, une conscience supérieure², donc, la famille au-delà de ce monde, ses déités qui se réincarnent à travers nous. ²en ayant conscience que celle d’ici-bas n’est qu’incomplète, tout comme son individualité. une conscience supérieure commune (et un Être commun supérieur, sur tous les plans) qui se manifeste dans les individualités.
*que l’on y croit ou non, à la réincarnation tout court, ou à celle de l’esprit de l’individu/ancêtre, cela ne change en rien que cela puisse aussi vouloir dire, vouloir le meilleur pour la nouvelle vie tout court, l’unité-famille matérielle et spirituelle, ancestrale, un monde à l’intérieur du monde, une continuité, pas un individu qui née pour se perdre dans le monde, ou qui y est soumis (se croire tout et rien) ou dépendant d’un système extérieur. Être membre d’un monde parmi le Monde, renforce son potentiel envers ce Monde, positif ou négatif, le nombre d’une unité n’est pas une force, comme on le voit avec le mondialisme, où l’on est obligé de réduire les individus à l’individualisme ou la soumission pour que tout tienne, ou que l’on soit obliger de cacher ce que l’on croit, ou que l’on défend son peuple et non pas le tout et le rien (et rien au final, ou notre disparition/division/dissolution dans le tout). Mais bon, au fond on sait que c’est une illusion, l’on se rattache naturellement à ce qui est spirituel, peu importe que dans la superficialité ont croient aux mensonges et fausses bonnes promesses de ces menteurs. Le but de l’univers c’est la diversification de la vie, pas de tout réduire en Un, surtout aussi ridicule, faible et faux (sans forme), l’on ne peut avoir le Un en soi vers l’avant, une unité qui grandit de par sa forme, de l’intérieur (spirituel).
Car même si l’on est « tout et rien », il n’y a que le meilleur, la meilleure unité du « tout et du rien », qui survie/existe, qui permet l’incarnation de la famille spirituelle, d’une unité transdimentionnelle en tout cas, qui se reconnait, se comprend profondément, se rappelle, sur ce monde matériel, et surtout qui permet un lien sain à l’autre. Et l’individualiste ou l’individu coincé dans un paradigme ou unité factice, au fond ne fait partie de rien, ni du Tout, et ne se perpétuera pas (surtout s’il ne se perpétue pas physiquement, ou vers aucun horizon d’unité enracinée/construction matérielle) et il n’aura jamais cette conscience et liberté universelle.
C’est plus facile de se rappeler et de continuer son chemin sur le plan matériel, si la mémoire de l’esprit est lié à la même matrice/corps, et si le plan matériel (et son corps) en lui-même (et l’environnement) a un niveau suffisant pour le permettre.

C’était en premier un modèle immatériel (et d’accumulation d’honneur etc. au niveau de l’individu), car c’est une aspiration spirituelle (individuelle et commune), et car sur le plan matériel, il y a le potentiel que ce soit perverti, ou faible car en plus tous les individus n’en sont pas capables (d’incarner ces modèles de perfection). Ces déités représentent l’âme individuelle, telle qu’elle l’est, dans « l’au-delà », et doit se retrouver sur le plan matériel.
La « sorcellerie » (rien à voir avec la wicca pour hurluberlus (la paganisme n’a rien à voir et ne se réduit pas avec ces cultes modernes wicca etc. non plus)), prétendre et devenir/se connecté à des forces supérieures, ou des déités etc., la réincarnation, la magie, c’était à des buts de nous connecté à l’essence directe des choses, spirituelle-universelle, au delà du simple modèle spirituel qu’étaient les mythes, contes, les légendes, sagas héroïques etc., et surtout au delà du petit monde matériel, sur lequel l’on ne peut juste que créer un monde le plus lumineux possible, pour notre famille spirituelle (dans l’au-dela, walhalla, ou autre description (différents noms des mêmes choses, déités etc. selon les tribus européennes (nouvelles branches de la même famille spirituelle))). Et tout ça pour aussi amener la magie au monde, permettre un potentiel illimité, capté des forces qui nous dépassent pour créer un monde enchanté, pas une dictature de la pensée unique.
Les contes, mythes, connexion aux cycles de la vie etc. et leur croyance en la réincarnation c’était pour participer à l’âme du peuple, c’était quand même primordial. C’était la base de la magie du monde.
Par rapport aux runes: L’alphabet original des runes nordiques, le futhark à 24 lettres ou vieux futhark, représentant les 24 constellations visibles des anciens Scandinaves, dont les Vikings, est souvent appelé la « ligne rune » et était organisé en trois groupes de 8 runes chacun, dénommés ættir (familles) : les ættir de FREYR (ou FREY), HAGAL et TYR  respectivement, la première rune de chaque groupe donnant son nom au groupe. Ces trois groupes de divinités dans la mytologie nordique sont les VANES, ou VANIRS ainsi que les ASES et les DISES qui sont des manifestations célestes ou terrestres des « grands anciens ». Les runes enseignent donc à l’humain comment établir un équilibre entre la matière et l’astral (ou éther) en ce reliant à un égrégore précis pour obtenir des résultats par RADIONIQUE (ou onde de forme).Les runes sont donc gravées et/ou incantées et visualisées pour leurs rôles magiques , c’est-à-dire pour produire par le fait même de leur gravure ou visualisation un effet magique (magia=image) .L’étymologie du terme rún signifie « secret » en vieux norrois , au pluriel rúnar « les runes »
http://www.pagans.eu/origine-des-runes/

La réincarnation c’était des cérémonies communes aussi, de l’individu réincarné (nouvelle vie) qui retourne vers la tombe de l’ancêtre, dans le monde concret, pour récupérer cet l’honneur, et sa mémoire (lié dans le concret-vivant, cette continuité). Le monde de l’au-delà (de ce monde matériel éphémère), qui garde une dimension à l’image du monde concret, pas une séparation totale comme le monothéisme qui dit que tout est pareil partout, dans la mort comme dans le vivant. et même si tout est pareil  dans la mort, l’on garde son accumulation d’honneur dans l’au-dela, le but (si l’on croit en un au dela*) c’est de revenir, perpétuer quelque chose
*je dis ça juste pour réfuter la vision de l’au-delà du monothéisme, le paganisme n’a pas besoin de croire en l’au-delà, car il est à l’image de l’universel, et il sait que tout est pareil sur chaque plans, sa famille terrestre, et sa famille dans l’au delà, qu’il n’y a pas de séparation entre les choses, l’on ne peut que soit les unir, soit former le chaos, que ce soit sur le plan matériel, ou dans l’au-dela (bien que dans cette optique, dans l’au-delà l’erreur du plan matériel est dissoute car tout comme sur le plan matériel, les êtres et familles matérielles se sont construite sur des millénaires, et les différents peuples et  formes de vies d’une source commune, dans cette idée de l’au-delà, dans celui-ci, tout a conscience de cela, même si l’âme a accumulé du chaos sur le plan matériel, cela change rien, elle garde tout le reste de ses vies précédentes, et son but n’est pas de revenir sur terre pour perpétuer des conditions malsaines).

Et lorsque l’on se réincarne, lorsque l’on marche entre les formes (entre les mondes), l’on ne retrouve pas son corps matériel directement, mais l’on symbolise cela par l’ancêtre (lorsque l’on entre dans le monde matériel), son soi-même réincarné (potentiellement en tout cas, ou en tant que continuité), et l’on devient/retrouve cet honneur accumulé, cette force constructive. Cela permet aussi de prendre conscience de cette forme que l’on porte, l’accepter et participer de façon constructive à l’ordre du monde, en assumant une identité (ou plutôt conscience), non réductrice au petit soi éphémère (sinon l’on ne peut pas espérer être un ajout pour le monde).
Et à force d’accumulation et de réincarnation, l’on pourra un jour, devenir son soi supérieur (au-delà du monde), à l’image de la déité, l’exemple parfait, réincarné sur terre. Tout cela était peut être ou pas imagé, mais en tout cas, c’est la base de toute société saine. Cela ne doit pas être seulement une aspiration, mais une foi (pas abstrait sans forme comme le monothéisme), une conscience, sinon cela ne se manifestera jamais.
Par ex le pèlerinage (ce n’était pas du tout chrétien à la base), on visitait les artefacts de nos ancêtres, les sites spirituels etc. et peut-être de soi-même dans une autre vie, pour essayer d’enlever une partie de l’amnésie d’entre les incarnations.
La science n’explique pas tout, lorsque l’on pense à quelqu’un et que cette personne nous appelle, quand un proche a des problèmes, les intuitions profondes, etc. la résonance morphique est un concept très intéressant aussi.

Le fait de sacralisé les choses, ainsi que dans la mort, via des cérémonies où l’on uni nos consciences/énergies dans le positif, même envers quelqu’un de mauvais, via la déité de la justice, purifie le mal, pour qu’il ne revienne pas, tire les choses vers le haut et le positif. Et c’était réel, dans le monde matériel ils rendaient ces gens « stériles », et ils faisaient tout pour qu’il n’y en ait pas dans le futur*, donc ils les empêchaient de se réincarné, et car si tout est lié dans l’univers et donc dans l’au-delà, tout se sait, ou tout s’accumule dans l’âme individuelle, et si la projection de conscience du peuple se refuse à cela, s’il y a une logique universelle, il ne reviendra pas. Car même si on n’y croit pas (au-delà, réincarnation), dans le monde matériel, cela nous pousse à nous unir, d’avoir cette conscience, de la propager, et d’empêcher littéralement
On va me dire oui mais on a déjà ça aujourd’hui. Mais les choses ne fonctionnent que si l’on y croit, si on a la conscience, que l’on émane cette chose donc (rien à voir avec la foi chrétienne), on voit bien de nos jours, si tout le monde arrêtait de croire en la justice, est-ce qu’elle tiendrait? est-ce que sans nous qui y croyons, elle existerait même? on se laisserais diriger par celle-ci? elle est la parce qu’on la créer, notre unité profonde, notre aspiration, tous les peuples n’ont pas ces choses, les autres peuples ne font que se soumettre à ces choses parce qu’ils ne les ont pas en eux. Et l’on voit bien que tout s’écroule, car le système est trop extérieur, on le nourrit, mais il n’a rien de semblable à nous-même, il ne rend rien mis à part la consommation matérialiste, et il est menteur, tout le système ne bénéficie au final à personne (sauf quelques-uns), même s’il prétend être bénéfique pour tous, ou amener après avoir tout détruit un système unit mondialement, mais cela ne peut se faire qu’en laissant chaque peuple libre de lui-même, et que ce soit un choix de conscience d’accepter un système fédéré mondial, pas artificiel qui étouffe la liberté des peuples).
On est uni à sa petite famille (de son individu), mais si elle-même n’est pas relié à quelque chose de plus grand, ou n’en a pas conscience, ni donc à rejoindre un modèle universel (qui permet de créer son unité propre), pour la mettre au monde (ou mettre au monde quelque chose qui permet d’avoir un lien au-dela de la matière et du petit temps éphémère), d’unité matérielle, un peuple, une descendance matérielle (pas d’un esprit fictif abstrait* dans tout et rien qui l’empêche de se manifester dans la matière, qui l’oblige à être rien (tout et rien) et qui n’apporte que mort et stérilité), elle est quelque part étouffé, par son aspiration matérielle et spirituelle. Car peu importe que le monothéisme promesse un lien universel, il n’est qu’artificiel à travers lui, pas à travers l’autre (en acceptant la multiplicité/différence des peuples, et le modèle naturel), et remplace le vrai lien à l’autre qui est à travers la conscience d’unité-multiplicité universelle. Le mondialisme promet cela aussi, mais à l’inverse, purement réduit et à travers le matérialisme, et promet un lien universel à travers le multimélange, l’individualisme-hédonisme commun et la consommation.

La descendance devrait être l’ancêtre-continuité, et l’ascendance la spiritualité. Et non pas la descendance la spiritualité (qui dans ce cas se refuse à prendre forme), et l’ascendance le matérialisme. Car l’on descend dans le monde matériel, mais le but est de retrouver notre esprit immortel et de porter le divin (divinités) ici-bas, pas le chaos ou l’individualisme matérialiste.

Mais lors des cérémonies je crois que c ‘était vu comme une élévation, l’ancêtre ou la génétique qui sort de la terre, en s’y reconnectant, la cérémonie servant à cette conscience.
Mais tout allait beaucoup plus loin que ça, tout était relier à des cycles universel, des saisons, de la nature (européenne), des animaux, etc. une symbolique ou des mythes des Déités en lien direct avec la reproduction (sa symbolique spirituelle, mystique, et ces processus spirituels-matériels (les deux liés, tout n’est qu’une manifestation supérieure, y compris dans l’aspect scientifique)), ainsi que le reste, l’accouchement, etc. C’était quelque chose de primordial (même si l’on voit cela comme purement imagé), de lié l’âme du peuple à la nature, ses ancêtres, être en harmonie avec son environnement etc.

Par exemple halloween (samhaim) c’est ce qui remplace l’ancienne partie du rituel de réincarnation, ou sa symbolique, ou du culte de l’ancêtre. Avant Ils prenaient le crâne de l’ancêtre pour symboliser la réincarnation, prendre sa mémoire, devenir lui, avec halloween, la citrouille remplace le crâne, et les masques (et déguisement en squelette etc.), c’est devenir l’ancêtre. Mais c’était aussi pour faire naître une nouvelle identité pour l’individu (vers 7 ans), à partir de l’ancêtre, ou grâce à lui (pour qu’il y ait une progression, qu’elle soit sur le plan matériel ou spirituel, pour l’individu et le groupe). Et celui qui reçoit le bonbon c’est celui qui vain sa peur (avant par ex l’enfant entrait dans une caverne, là où il y a souvent des ours, pour vaincre sa peur (ou le doute, l’inconnu, etc.), prouver qu’il est réellement devenu adulte, et que le destin/la nature l’a choisi, pour survivre (ça à l’air assez extrême je sais)). Enfin, je ne suis pas expert du sujet et je l’explique mal, mais ça ressemblait à ça. L’automne étant aussi la période où ils considéraient que le voile entre les mondes était au plus fin (à l’image de la nature elle-même).
Nos ancêtres faisaient littéralement corps avec un culte commun, de toutes les fonctions reproductrices (cette cérémonie était vue comme un second accouchement pour l’individu (symbolique du loup (appareil reproducteur féminin/matrice sur le plan mystico-spirituel*)), il y en avait une autre avec l’ours, je me rappelle plus (dans la symbolique de nourrir les loups pour nourrir l’ancêtre dans l’au-dela du monde, aussi)), seconde naissance de l’individu à l’ancêtre, au peuple et au monde), porté à l’au-delà du monde, aux forces universelles et de la nature. C’était vraiment pour connecter les individus à plus grand qu’eux, en tout cas c’est ce qu’ils croyaient, leur eux-mêmes d’une autre vie, ou au moins de rappeler l’individu à sa dimension supérieure (individuelle et commune). C’était comme pour « ouvrir le monde »/les portes entre les mondes, ou dans sa conscience, pour l’ancêtre, faire corps avec quelque chose de plus grand, y compris pour servir son individualité. Toutes ces choses restent inscrites dans l’ADN et résonnent en nous-mêmes si on l’a oublié (à un niveau subconscient au moins), car c’est lié aussi lié à l’environnement naturel, et les cycles. Et tous ces festivals transformés que l’on n’a pas perdus. Encore une fois c’est une explication très limitée et incomplète du sujet, et je ne suis pas un expert du tout. Mais ce n’était pas un simple culte de l’ancêtre, c’était bien plus profond.
*Ils connectaient tout cela, le spirituel, et l’âme, avec les processus du vivant, et le corps lui-même.

La continuité du peuple, de même racine/essence (ou potentiel), de semblables, d’une conscience profonde d’appartenir à celle-ci et à une création/monde/être, inconditionnelle et transcendance, pour capter/manifester/perpétuer quelque chose d’intemporel (pas de saleté d’horizontalisme idéologique abstrait sans descendance-verticale en elle-même sur le plan matériel/concret, à l’intérieur de chaque individu (pas d’un Dieu/déités extérieures)), tout cela ne se réduisait pas à défendre une « race », mais la matrice supérieure du peuple/tribu, le meilleur de celui-ci (et oui cela revient à défendre la « race », mais pas celle-ci, mais le meilleur en général (de la tribu), et les idéaux spécifique à son âme et sa forme matérielle mais toujours lié à son esprit immatériel, mais on ne défend pas la tribu premier, c’est le spirituel la base, le meilleur, ce qui permet tout le reste). Mais il faut inévitablement accepter d’embrasser la forme matérielle, et l’aspiration physique de celle-ci, ses idéaux, mais cela ne se réduit pas à un mot qui veut rien dire (« race »). L’esprit, dans la matière est lié à l’autre à travers celle-ci (et aux plans supérieurs), si l’on refuse cette dernière de manière artificielle/idéologique, l’on ne se connecte pas vraiment aux choses, ni à soi, ni au monde.
Il faut prétendre être ou rechercher ces idéaux universel (perfection), à notre image, qui doit inclure tous les aspects (donc multiple) des choses*, pas de l’idéologie unique simpliste qui fait croire aux gens qu’ils sont ce qu’ils ne sont pas, ou qu’ils n’aspirent pas. Car pour mettre au monde le meilleur, permettre à l’individu de marcher entre les mondes, de retrouver sa conscience supérieure, ou de ses autres vies, il faut un corps matériel, et une connexion à l’autre sur ce monde, profonde. Pour amener la vie l’on ne peut que renforcer son paradigme, sa connexion aux cycles de la nature, le respect de l’ordre des choses etc..
*pour notre peuple, et pour les individus, se réduire à l’idéologie unique c’est réduire les individus à eux-mêmes (contraction), aller vers le multiple c’est les unir depuis celui-ci (expansion, multiples sources/peuples et individus). L’idéologie unique c’est la mort, et le multiple par le néant, tous les mêmes mais tous différents/sans ressemblance/unité réelle.

Ce n’est qu’à travers l’ancêtre (une part de soi-même), qui peut être une porte à travers soi même (à travers la matière, et l’au-delà) que l’on peut chercher à perpétuer quelque chose (en acceptant le concept de marche du monde vers l’avant, et d’être part de celui-ci, si possible vers l’harmonie, et l’âme immortelle), à comprendre le monde et aspirer à quelque chose de plus grand (autre que son soi réducteur hédoniste), que l’on peut aller de l’avant. Sinon l’on est réduit à soi-même, l’on est perdu au monde, et il est bien plus difficile de trouver une direction saine, pour soi, et commune. Si l’on refuse d’être part d’une continuité, au moins, on n’essaye pas de le détruire pour les autres.
Si l’on donne pas de soi et de son corps/forme pour sa descendance, pour perpétuer quelque chose de supérieur, l’on ne peut le faire que pour la décadence, l’hédonisme ou le chaos. Et sans donner de son corps, il ne restera plus rien de nous, de l’empreinte de notre esprit, après notre disparition (ou sinon le chaos de l’esprit nihiliste que produit l’idéologie du mélange/renie de l’harmonie des choses, et de la continuité saine, ou une partie de soi étouffer par le chaos ou l’esprit nihiliste/destructeur de ce qui sera produit, produit lui-même de l’erreur si elle a eu pour but volontaire de mettre au monde quelque chose de rattacher à rien, ou de déféré cela à une idéologie unique extérieure qui ne défend que le tout et le rien pour tous et aucun peuple sauf abstrait/inexistant, pour ne les amener vers rien (tout et rien), laisser à eux mêmes mais dans un système, pas l’ouverture à l’infini de la nature, qui produit les choses à l’image de « Dieu »/univers). L’esprit unique monothéiste, ce n’est que transmettre l’empreinte de l’esprit d’une minorité, à travers des moutons vides, qui eux ne transmettront rien, aucune diversité parmi aucune unité/peuple. Leur système ne renforce ni l’unité du peuple, ni l’individu lui-même qui n’a rien à dire, les idéaux n’étant pas vers l’avant ni chacun pouvant les exprimer selon leurs individualités (mais non réductrices donc, qui aspire à être à l’image de la divinité, pour un bien commun), mais vers l’arrière, préexistant et abstraits, ou incarné par une hiérarchie qui ne fait pas partie du peuple dans le concret (leurs idéaux ne sont pas que chaque individu représente la perfection dans le concret), mais qui se prétend représentant de l’au-delà du monde à notre place (nous forces la mort sur le plan du concret en gros, n’ayant pas le droit d’existence, d’être l’incarnation ou réincarnation de la divinité, la liberté absolu, sur terre). On ne peut pas avoir un bien commun, si l’on ne se base sur rien, ne crée aucune source (ou passage pour les âmes, une unité concrète) commune. Si l’on prétend que son bien commun c’est l’univers tout entier, l’on ne peut aller que vers le néant ou vers la domination des autres.

suite:

Tout programme idéologique qui ne précise pas quelle forme d’unité incarne la liberté, la légitimité et le droit à son autodétermination, rendent obligatoirement le pouvoir à un pouvoir extérieur. Par ex ce faux socialisme qui prétend vouloir libérer tout le monde, mais qui veut soumettre tous les pays à leur idéologie qui au final empêche tout peuple sa liberté au nom de la tolérance des autres (il y aura toujours autre chose ou une bonne excuse pour empêcher la liberté du peuple), pour qu’eux seuls (les garants de l’idéologie) puissent rester au pouvoir. Tous utilisent la division du peuple pour justifier leur pouvoir, soit la division d’un même peuple, soit de plusieurs sur un même territoire (ou grâce à un chaos général, au nihilisme, la décadence et autres), ils empêchent toute intégration ou cohabitation paisible pour maintenir leur pouvoir, unir les choses sans réellement les unir, mis à part par le bas/matérialisme (mélange ou amalgame non-fonctionnel/non uni réellement, sans aspiration d’unité supérieure*), ou la soumission.
*car propage à côté le renie de soi ou de l’autre, rejette les différences et donc le potentiel d’harmonie entre les peuples, empêche toute assimilation (spirituelle ou physique) car justement rejette l’existence même du peuple de souche ou encourage l’autre peuple à la pleurniche, etc. vous aurez compris. ils proposent l’unité mais en tant que coquille vide, sans rien pour qu’elle soit « mise au monde »/manifesté, sans rien à fusionner non plus car ils propagent l’individualisme et le nihilisme, ils ne font que dissoudre et fragmenter vers un chaos sur tous les plans, l’individu-roi mais dépendant du monde extérieur (pour l’intérêt de certains, qui prétendent vouloir que le bien pour les autres évidemment). et même s’il y aurait quelque chose pour la manifester, entre plusieurs peuples elle se manifestera via le respect de l’autre, et dans le cas d’une fusion, il faut que les peuples aient conscience d’eux-mêmes à la base, et la souhaitent sur un plan inconditionnel, et sans immigration infinie à côté qui l’empêcherait totalement, et puis bon, l’élément principal pour que cela soit possible c’est la conscience « raciale » du peuple, et à partir de ce moment-là, c’est un schéma qui renforce naturellement l’autre (peuple/ »race »), et son opposé n’est pas la fusion, mais le combat. Et car pour unir les individus réellement à la base il faut qu’ils aient une conscience d’eux-mêmes (ou soient déjà semblables/partie de la même construction/être/peuple), individuelle-transcendante/supérieure, et pas de repli sur soi ou dans le matérialisme. Et c’est pareil si l’on veut fusionner deux peuples différents (nécessité de conscience profonde), et puis sans similitude sur le plan de l’esprit, sans un projet/horizon supérieur que lie les deux de manière spécifique, c’est strictement impossible. Sinon cela ne fera qu’une fusion partielle qui ne fera que propager le chaos et de l’individu qui rend tout à lui-même. Leur idée du métissage en tant que fin en soi, ne mène nulle part, mise à part à tout fragmenter. Ils veulent créer des individus sans aucune continuité mis à part la reproduction d’une idéologie sans horizon, leur seule descendance et aspiration c’est de propager leur idéologie aux autres, pas d’être l’exemple, et de propager un projet constructif commun, ou leur peuple lui-même, au lieu d’un peuple qui n’existe pas car il se prétend déjà être tous les peuples (tout et rien à la fois).
L’idéologie de fusion est une idéologie de peuples mourants qui ne fera que dissoudre une partie des individus de différents groupes entre eux, et propager le combat (permanent entre-individus (même échelle que la plus grande d’extension de l’individu-peuples) et entre petits groupes (comme on le voit), mais rien d’autre (il est strictement impossible que tout le monde soit plus attiré par l’autre race que la leur, en même temps, et encore moins la planète entière en même temps (mais bon, vu que l’immigration est à sens unique vers l’europe, mon exemple la concerne).
Leur vision du métissage n’est en aucun cas comparable avec le métissage naturel aux frontières, car le centre et l’esprit du peuple restent intacts, et permet de maintenir une unité et assimilation saine (et de rendre le mélange à l’unité avec le temps (dissoudre le mélange, et pas les peuples eux-mêmes)), la ce qu’ils veulent (enfin, ce qu’ils prétendent vouloir, il est évident que personne ne l’appliquera jamais) c’est nous auto-détruire par « fusion » frontale, et surtout empêcher toute assimilation saine par le diviser pour régner ou l’imposer d’une manière à tout détruire, au prix de propager la décadence hédoniste pour tout découdre. Leur multimélange permanent et idéologique/artificiel n’aide absolument personne, ne permet ni l’unité spirituelle, ni matérielle. Le métissage naturel est produit par des conditions saines, de peuples/centres forts, d’individus ayant un horizon positif, quelque chose à laquelle se rattacher (ou de construire quelque chose d’autre, sans empêcher les autres et le centre d’exister, en en construisant un autre), il n’est pas produit de l’épuisement des individus et des peuples, du chaos ambiant et de la force extérieure des choses. Je n’ai même pas besoin de donner des statistiques des troubles liés et constatés aux unions de couples mixtes pour prouver mon point, évidemment même les mariages homogènes fonctionnent mal dans cette société individualiste, décadente/hédoniste et sans horizon ni passé (mais c’est bien plus minime et moins « grave »), mais les statistiques ne mentent pas. Encore une fois le contexte est le plus important, et pour le changer, empêcher les cycles de chaos, il faut faire un choix, et la soumission par épuisement aux dictateurs de l’idéologie unique ou mondialiste qui ne va que perpétuer ce problème, ou le tasser via la dépense de nos énergie dans une autre de leurs conquêtes pour leur intérêt, n’est pas la solution.
J’aime pas à avoir parler de ce sujet mais c’est important.

Tout est la même chose à chaque niveau, du plan individuel jusqu’à son être/racines matérielles et à l’universel. mais comme tout ce qui existe dans l’univers, l’essence individuelle n’est pas indépendante du Tout pour exister et se perpétuer, la réelle indépendance c’est lorsque l’on fait qu’un avec le Tout, et inévitablement lorsque l’on accepte aussi cette dépendance. l’individualisme n’est qu’une fausse idéologie indépendante qui nous rend totalement vulnérable des forces/unités supérieures, et dépendant à nous même, mais rendu uniquement à soi-même. Construire c’est avoir la capacité (je dis bien capacité et conscience, pas sans logique/cohérence sinon c’est soit de l’ignorance, soit un maître spirituel qui n’influence pas les choses (encore moins de façon politisé/idéologique), mais qui donne de façon inconditionnelle) de donner toujours plus que ce que l’on reçoit, et si tout le monde fait pareil il y a un renforcement (l’inclusivité ce n’est pas donner, c’est que la moitié du chemin, et cela peut devenir l’inverse, pour donner il faut réellement avoir une conscience universelle en soi (utilisé ou non à bon escient) et pas être réducteur à soi même, sinon ce n’est qu’une fausse ouverture plutôt de soumission aux forces extérieures car on ne les porte pas en soi)<-. Vouloir toujours recevoir plus c’est l’inverse (on peut le faire, et parasité, mais dans ce cas on est dépendant extérieurement, et il faut assumer les conséquences aussi). ->Et donner de soi si ce n’est pas à travers une unité réelle, ou à l’image de la nature avec une conscience harmonique de l’unité/ordre des choses sans se perdre soi-même ou s’imposer aux autres (volontairement ou par vide de soumission passive ou renie/néant), cela ne peut être qu’un lien qui nous perd nous-même, et les autres (s’ils sont sensibles à ces choses, et si ce ne sont pas des individualistes prédateurs de base (ce qui rend en effet insensible à tout, sauf à être détesté évidemment)).
Il faut être soi, mais savoir sacrifier ce soi² pour en créer un plus grand, de commun, qui permet en même temps d’avoir un soi individuel plus fort, aider à nous faire prendre conscience et permettre notre soi supérieur/immatériel (car sans cela et le chaos, c’est bien plus difficile). ²je ne parle pas du sacrifice monothéiste qui nous demande de littéralement sacrifier le soi et de se soumettre. Les « unités » d’individualistes monothéistes ne se renforcent pas les uns les autres, ils se consument les uns les autres, ou acceptent de vivre malgré l’autre, si ce n’est pas à travers leur ennemi choisi du moment qu’ils ont choisi de parasiter, pour exister par contraste.
Chaque individu est partie de son peuple, qui fait partie de son environnement, des formes vivantes aux alentours, et des autres peuples, tout est interconnecté, déjà, il n’y a pas besoin d’idéologies artificielles pour contrôler les choses à travers le fictif ou la matière.
L’unique et le multiple c’est ça, être uni parmi le multiple et l’universel/le Un manifesté, mais aussi être à l’image de cet unique et avoir une unité au sein du peuple, qui renforce le multiple, de nouvelles branches à l’arbre, pure et libre de toute création, pas réduite à une chose pré-construite unique qui empêche toute diversité, à tous les niveaux (intellectuels, etc. autre que la prédation et la manipulation).
évidemment dans une civilisation l’on a besoin de toute cette organisation matérialiste, mais cela réduit les individus à des robots incapables de penser eux-mêmes, et de toute façon s’ils le pouvaient, ils se casseraient vite de cette civilisation, trop matérialiste.
L’on peut avoir un modernisme, mais pas dans des villes qui ressemblent à celles du désert, des immeubles partout déconnectés de la terre, sans aucune diversité/nature mis à part un renferment d’individus tous différents à l’extérieur tout autant qu’à l’intérieur, bien que tous soumis au matérialisme et fervent croyant à l’idéologie individualiste de l’indifférence (réelle et assumée « on est tous les mêmes »**) de l’autre mis à part de son petit groupe immédiat, rarement reflet de quelque chose de supérieur, ni qui a vocation à l’être, et encore moins de se perpétuer/donner, juste de profiter/consommer/consumer sans avoir d’intérêt pour celui du monde, et dans un monde où l’on passe sa vie à nourrir un système, la civilisation, au lieu de nous-mêmes. Et si ce n’est pas un groupe de prédateurs individualistes auquel on promet des intérêts pour son petit soi immédiat, c’est le sacrifice de son intérêt supérieur, et donc l’unité réelle/harmonique, pour l’intérêt de cette idéologie, avec la croyance d’un paradis final fictif, dans le monde des morts (normal vu qu’ils ont transformé le monde des vivants en enfer).
Revenir à des fédérations tribales et au « paganisme »* n’implique pas de détruire les nations ou la technologie/technique, mais pas de s’y réduire en tout cas, mais de revenir sur un plan du vivant, pas matérialiste réducteur ou du porté tout en haut pour se mettre en bas, et nourrir un artifice extérieur, mais que ce soit un outil à notre service, pas l’inverse.
La technologie n’est pas non plus unique, sa compréhension peut être, qui se partage, mais l’on peut créer et servir de multiples choses différentes avec, hein. Il faut faire attention à toutes les mauvaises excuses pour unir faussement l’humanité à travers des illusions (et non l’unité réelle à l’image de la nature n’est pas une illusion, ni dans le sens strict, ni dans le sens que c’est impossible à retrouver). Et c’est justement grâce à la technologie, et a internet (et la technologie qui permet de voyagé (pas pour envahir les autres hein, pour découvrir sans détruire***)), que le monde entier est interconnecté, sur le plan matériel, sans besoin de créer de chaos entre les peuples.
*que l’on a jamais abandonné d’ailleurs, en plus du fait que le christianisme l’ait incorporée bien que fortement étouffer, on l’a toujours plus ou moins abandonné/mis de coté ou utilisé, au fond on est toujours resté des « païens » (libres) et attachés à la réalité du monde matériel (reflet du spirituel) dans son aspect créatif, et cela ne nous a pas empêché de découvrir la technologie.
**répéter cette chose vide ne crée pas un lien réel, juste littéralement de l’indifférence, les individus sont les mêmes et les peuples n’existent pas, tout est la même chose. pour avoir une unité c’est toujours pareil, accepter le multiple et le renforcer, sur le plan individuel et de leurs extensions les peuples/racines créés avec le temps d’existence, une unité plus grande qui renforce les individus liés, et leur capacité à exprimer une différence, libre de toute idéologie extérieure au peuple (et donc aux individus). les idéaux multiples d’un peuple (spiritualité) qui aident l’individu tout en lui laissant sa liberté d’être, dans cette aspiration, n’ont rien à voir avec une cette idéologie unique. c’est l’aspiration à créer quelque chose de fini (unité) l’important, tout en gardant l’aspect multiple des forces universelles (mais représenté avec une spécificité/âme), tout en sachant que rien ne le sera jamais, l’important étant de maintenir une unité solide capable de produire une liberté totale et de maintenir ce potentiel infini dans un contexte et des conditions qui le permettent, et se survivre à elle-même (si elle est bénéfique/constructrice), tout en sachant que le temps fera qu’elle changera sa forme, sans son fond (sur le plan matériel/racines et spirituel), un peuple c’est une construction commune multigénérationnelle, et l’individu le reflet de cela, d’une transcendance du temps (ou du chaos, ou l’individualisme réducteur, au choix), personne ne vient de nulle part et on ne peut pas venir de partout en même temps, et même s’il y a des milliards d’années tout était pareil, c’est pas une raison pour vouloir l’imposer aujourd’hui. oui rien d’exceptionnel dans ce que je dis, mais les choses simples nous manquent.
si l’on croit que l’on a quelque chose de fini et qu’on rejette tout le reste, ou que l’on veut l’imposer, on détruit tout, et l’on prouve une faiblesse aux yeux de l’universel, qui fait que l’unité ne tiendra pas, sauf stimulation/parasitage permanent.
***pour reparler de ce sujet, l’on peut avoir une « diversité » comme ils l’appellent, mais minime, sinon cela l’a détruit. le centre vital doit toujours rester sain, le contact entre les peuples devrait se faire au niveau des frontières, et si quelque chose de positif en sort, irradier vers le centre, sans tout subvertir, détruire et propager le chaos. ou à la limite si contact et cohabitation de multiples peuples devraient se faire, c’est dans le centre géographique du monde, là où tous les peuples pourraient se rejoindre sans détruire leurs propres centres, mais cela nous conduirait dans le désert (littéralement), et qui très ingénieusement par la nature, nous reconduirait à l’absence de diversité.

Texte très intéressant à propos du paganisme que je viens de trouver (sur un groupe « païen » fb) (je ne connais honnêtement rien de l’auteur):

« L’opposition entre chrétiens et païens ne se réduit évidemment pas au nombre des dieux. Le paganisme est d’abord une religion de la cité (les Grecs rendaient un culte à des dieux grecs). C’est ensuite une religion du kosmos et de la vie, où l’éthique et l’esthétique n’entrent jamais en opposition. Le paganisme, c’est l’éthique de l’honneur, pas la morale du péché. C’est la condamnation de la démesure (hybris), le sens des limites, le refus du primat de tout ce qui n’est que matériel. Historiquement, le christianisme est un phénomène hybride, qui a dû composer dans les formes avec le paganisme sans pour autant cesser de le combattre sur le fond.
Je n’aime pas ceux qui ne croient à rien. Je crois que pour donner le meilleur de lui-même, pour parvenir à son telos, l’homme doit s’appuyer sur quelque chose qui le dépasse. Mais je ne crois à aucun arrière-monde, à aucun au-delà du monde. Je ne crois pas à la distinction théologique de l’être créé et de l’être incréé (note TK: moi non plus mais je crois en la survie de l’âme individuelle, mais qu’une fois incarné, il faut respecter l’harmonie des choses) . C’est pourquoi je me sens plus chez moi en me plongeant dans les récits homériques ou dans la Chanson des Nibelungen, en pratiquant Héraclite, Aristote, Sénèque ou Marc-Aurèle, qu’en lisant saint Paul ou saint Augustin.

J’étudie les origines chrétiennes depuis plus de quarante ans. Je n’y vois rien de crédible ni d’attirant. Au christianisme, je reproche son universalisme (le «peuple de Dieu» ne se confond avec aucun peuple), qui l’empêche, quand il est laissé à lui-même, d’assumer une dimension identitaire. Je lui reproche d’avoir introduit l’individuo-universalisme dans l’espace mental européen, d’avoir vidé le monde de toute sacralité intrinsèque, d’avoir propagé une conception vectorielle, linéaire de l’histoire dont sont sortis tous les historicismes modernes, d’avoir disséminé ces «vérités chrétiennes devenues folles» (Chesterton) qui, une fois sécularisées, ont formé le socle du monde désenchanté, vidé de sens, où nous vivons aujourd’hui. »

note: je ne pense pas non plus que le christianisme soit le plus mauvais des monothéisme, loin de la.

La seule chose à défendre c’est la moralité, et l’ordre (qui permet l’unité et la « lumière ») et l’harmonie du monde (ce qui inclus notre peuple), ceux qui s’y opposeront et qui n’ont aucune moralité se démasqueront d’eux-mêmes, et la on pourra les combattre, il ne font jamais combattre frontalement.
L’autre problème c’est que ces individus sans morales, ne tolèrent pas quand les autres font de même à leur encontre.

Il faut comprendre que la fausse élite ne veut surtout pas l’unité des peuples en eux-mêmes et entre-eux envers l’universel, cette fausse élite a pour intérêt qu’ils soient soit en conflit pendant qu’eux n’aient aucun risque d’être déchus et qu’ils maintiennent plus ou moins l’ordre dans le chaos; soit le mélange par le bas, pour qu’au final ils soient soumis au système par épuisement ou par non-existence spirituelle/réduction au matérialisme ou par perte d’unité intrinsèque sur le plan matériel). La solution à ces problèmes n’est pas de se réduire à une forme d’unité ou « d’égalité » tout aussi faussée que la leur, mais de retrouver le lien à l’autre et à soi spirituel (universel) à l’image de la nature. l’unité universelle n’est pas le renie de soi, ou le rejet de l’autre, ou de réduire cet autre au néant du « tout est pareil » (et au « vous êtes obligé de nous accepter nous et notre idéologie/système/politique en échange »). Seule la reconnaissance de soi et donc de l’autre (de façon secondaire mais qui rejoint le primaire), permet l’ordre/l’harmonie. Et si ça embête certains de ne pas pouvoir se prétendre représentant de l’humanité toute entière (et leurs cultes abstrait qui tentent de le justifier) et ben c’est eux le problème, et s’ils étaient des gens créatifs, ils iraient construire ce qu’ils veulent ailleurs (ou s’intégrer totalement (devenir) à quelque chose sans double standard ni pleurniche) au lieu d’essayer de détruire les autres. Tout ne fait qu’Un mais on ne peut pas être tout (et rien) en même temps, l’on ne peut qu’être à l’image de celui-ci. L’unité universelle c’est un état de conscience, c’est quelque chose qu’il faut trouvé en soi. Après on peut essayer de le manifester, mais il faut que ce soit fait d’une façon qui ne provoque pas l’opposé, une séparation destructrice, si on ne le fait pas en tant qu’exemple, l’on ne peut devenir que son contraire, on ne peut pas tricher sur ce genre de choses.
Tout ne fait qu’un, malgré que l’on soit différent sur le plan de la matière, mais c’est ça qui rend notre unité réelle (entre individus et entres peuples), car à partir du moment où l’on s’impose à l’autre, même de façon positive, que l’on coupe la connexion entre l’individu a sa forme matérielle, et le peuple à lui-même, l’on crée un manque, ou un manque d’unité en soi (de socle solide), de complétude, et c’est la le départ de tous les problèmes (il peut y en avoir même sans cela évidemment, mais c’est bien plus rare et bien moins destructif).
En rejetant toute identité matérielle l’on ne peut qu’installer la confusion et le chaos, et ce sera la loi du plus destructif/parasite (sur un plan abstrait/artificiel/idéologique ou réel). Le chaos se propagera de manière tellement profonde, si l’unité des peuples est détruire sur le plan matériel-vivant, qu’il n’y aura rien pour nous en sortir, il ne restera plus aucune base, et l’humanité sera détruire. Et ce sont ces fils de pute de mondialistes qui traitent « d’extrême »/extrémistes tous ceux qui s’opposent à cette saleté d’idéologie génocidaire.
L’unité est universelle mais dès qu’elle se manifeste sur le plan matériel, cela doit être vers quelque chose de sain, non-chaotique et donc transcendant sur le plan matériel (temps) et lie les âmes sur un plan supérieur et leur création dans les fibres d’un corps matériel commun, mais plan manifesté implique contraste, on ne peut pas tout être et le droit à l’existence une lutte (positive de préférence, mais implique la capacité à l’inverse aussi).

Unir les énergies de l’humanité toute entière pour changer de paradigme ne pourra se faire qu’avec l’unité saine de tout le monde, et à l’image du lien qui renforce l’autre en tant qu’individu en le reconnaissant (et partie du Un), c’est la même chose avec les peuples, et le respect de ce qu’ils sont et d’où ils vivent.
L’on est différent par chaque aspect universel (positif, négatif, lumière, ténèbres, mystique, esprit, matière, etc.) mais l’on partage tous toutes ces forces universelles, l’on peut avoir soit une harmonie, soit le chaos, par manque d’unité sur chaque plans (intérieure individuelle qui perturbe aussi le lien commun au sein de chaque unités), par confusion, etc. à partir du moment où l’on veut tout avoir l’on sombre dans l’horizontalité/unité décadente où l’on devient dépendant de l’autre et où tout est divisé/soustrait à lui-même et aux autres. L’on est peut être des individus mais l’on est gouverné par un esprit immatériel supérieur, qu’on l’accepte ou non, qu’il soit individuel mais aussi commun (tout doit prendre forme, et chacun possède une forme/centre-être commun), l’on possède ces énergies en soi, que l’on soit mélangé en nous-même ou non, on peut choisir de retrouver sa résonance et sa direction (saine). Rejeter une partie du réel n’aide en rien l’unité universelle commune, c’est même exactement l’inverse.
Il peut toujours y avoir une unité entre chaque chose vu que tout ne fait qu’un, mais le lien matériel doit être le reflet à son niveau de quelque chose de supérieur et donc de commun/même résonance, sinon c’est une réduction à ce niveau-là, une direction stérile, et cette séparation saine est aussi ce qui permet l’unité entre tout. Tout comme l’unité individuelle en soi n’implique pas le rejet de l’autre individu, pareil entre les groupes ou tribus/peuples. L’élite veut transformer le lien familial en un lien inférieur informe, un groupe/ »famille » d’individus unit dans l’indifférence commune des autres, et dans la séparation (malsaine/non harmonique), par volonté d’accaparement ou d’attention (seule chose qui reste, ainsi que le matérialisme/hédonisme, dans ce monde perdu).
Tout comme l’individu défend son existence, et son avenir (normalement transcendant), il défend donc ce qui lui ressemble, de spirituel et de réel. Afin de participer et de créer perpétuer/donner vie à un esprit et corps intemporel, une unité*. On a l’impression que rien ne se perd à l’ère d’internet (et anciennement des livres) (qui ne sont des outils secondaires pas fait pour sombrer dedans) et que l’on peut être tout et rien à la fois, qu’il n’y a pas de conséquences, mais la seule chose qui ne se perd jamais réellement c’est le témoin vivant (et du vivant), ce qui lui est lié. *L’unité c’est quelque chose que l’on a en soi, à l’intérieur, car l’extérieur l’est déjà ou non (chaos), il faut juste trouver sa place dans celui-ci, car pour être au monde, il faut prendre forme, et la direction sous cette forme doit être l’unité, qui produit une forme commune avec le temps, remodelé selon l’addition de ses esprits individuels, pour former un esprit commun, et c’est ce centre intérieur commun, d’addition d’individus qui crée le monde. Le but c’est de retrouver cette unité à tous les niveaux pour la faire grandir de l’intérieur, mais pour être il faut le non-être.
L’on doit être la manifestation de quelque chose de plus grand, que ce soit sur le plan individuel (envers une aspiration/idéal/supérieur spirituel et matériel), et du renforcement qu’est le commun. Notre corps doit résonner avec un esprit supérieur commun, et notre esprit individuel doit résonner avec notre corps matériel supérieur/idéal commun. Si notre idéal se réduit à nous-même, l’individuel (et donc à aucune manifestation universelle) ou à l’idéologie de tout et de rien, encore une fois c’est stérile.

Le plan individuel ne remplace pas le commun, car l’individuel est inévitablement au sein d’une forme commune (et car à l’extérieur tout ne fait déjà qu’Un (à plus ou moins haut niveau jusqu’au chaos/tout n’est que plateau)), à moins qu’il veuille se diviser (individualisme positif, ou réducteur négatif) ou le soit déjà mais cela ne peut être qu’illusoire au final, et car on a toujours le choix de se rattacher à un groupe commun, qu’il soit d’esprit avec ou sans transcendance temporelle (qui se perpétuera ou non/stérile). Encore une fois bien qu’avec internet et la technologie/voyage l’on peut croire que l’on est rattaché à tout sur le plan matériel, c’est de l’arrogance de croire que l’on peut phagocyter ou soumettre-renier l’essence de l’unité (spirituelle-matérielle) de l’autre sans créer de problèmes (ou en imposant son propre modèle vide qui ne va nulle part sauf a toujours plus de propagation horizontale malsaine (à travers l’autre sans aspiration à créer/verticale (lien forcé matérialiste en tant que fin en soi stérile), et qui ne respecte pas la vision/conscience, propensions naturelles/l’être et aspirations de l’aspect vivant/libre/multiple de l’autre)). L’unité cela se propage et grandit de l’intérieur, pas par le phagocytage ou le lien artificiel. Cela se propage naturellement tout en renforçant la différence de l’autre (individu et peuple), pas en détruisant tout. Enfin, c’est l’unité naturelle la plus forte qui est censée grandir (de l’intérieur), mais leur culte extérieur de désertification et de domination ou de soumission nous maintient dans un état latent, et une illusion mensongère, qui nous empêche de retrouver notre force, qui est de nature bien plus forte que la leur, enfin, on est en train de la retrouver, j’ai bon espoir, tout mensonge ne dure que le temps où l’on peut artificiellement prévenir ses victimes de ses conséquences, et ce temps est terminé, le mensonge disparaîtra d’une façon ou d’une autre; le petit aspect originel de celui-ci deviendra plus grand avec le temps (s’étendra à tous les aspects des choses), et le retour du bâton que plus fort.
Tout ce qui est mauvais pour l’individu, le peuple/unité réelle, est la même que pour ceux dans les idéologies unique factices, c’est juste qu’ils ne le réalisent pas, ils sont dans une illusion, ou qu’ils sont les coupables, mais l’on ne peut pas échapper au résultat inévitables et logiques de ces idéologies fausses. Enfin c’est un choix, cela fait partie de la nature le parasitage, mais détruire la nature elle-même, et les peuples, ce qu’ils sont en train de faire, cela dépasse certaines limites.
L’unité et l’inclusion c’est en soi-même, capter les énergies universelles en soi, mais si le socle n’est pas sain, ou que l’on dirige mal ces forces, ou qu’on la réduit au matérialisme ou au phagocytage/aux dépens de l’autre, on ne peut pas prétendre l’avoir en soi-même, on a plutôt un vide. Parce que lorsque l’on est uni en soi sur un plan universel, on est déjà uni au tout, et au tout sur le même niveau de conscience, et dans ce cas la partie supérieure/universelle de l’autre (dans le respect de l’autre) quoi qu’il arrive, on ne nourrit plus les conflits émanant de l’ignorance (ou problèmes matérialistes de ressources, en tout cas l’on cherche d’autres solutions en premier). Car sur le plan manifesté/matériel, l’on ne peut faire qu’Un en soi même qu’en acceptant l’universel, et l’unité. Et que sans l’autre ou l’unité, l’on n’existe pas, l’on ne peut pas avoir de vrai individuel, sauf dans le parasitage mais c’est pas un vrai individuel, car couper de son essence universelle, qui lui permet de réellement devenir lui-même, sans chaos matérialiste ou luttes inutiles.

L’idéologie unique sans but/objectif à l’unité réelle, uniquement la survie de groupes idéologiques (et surtout de leur groupe) dans un monde de prédateurs individualistes, ne peut reproduire que le schéma limité de la domination-soumission. Ce n’est pas étonnant que ces idéologies soient nés dans le désert là où il n’y a pas de ressources ni de vie, ni de diversité, et qu’ils ne font que tout consumer, et les uns les autres, tout en ayant besoin d’un système réclamant la soumission pour maintenir une unité purement hiérarchique dans ce chaos.
Ce modèle ne peut pas fonctionner en europe, on est un peuple avec une plus grande vitalité, et en plus il n’a aucune légitimité, il n’a pas le contexte, et je ne parle pas que de ces idéologies uniques la, je parle de toute idéologie unique. Le seul modèle unique positif, c’est celui qui ne se réduit pas à l’humanité, mais à l’universel, et aux unités réelles/vivantes, à l’image de la nature, et pas du désert.

Les mondialistes ont créé un système monstrueux (modelé à partir du désert et modifier pour être plus ou moins compatible avec nous), une bête ignoble, et ils prétendent que de vouloir la détruire (alors que tout leur truc n’est qu’idéologie artificielle) c’est nous-mêmes être des monstres.
Au final pour respecter l’ordre et l’harmonie en soi et de l’autre, l’on doit être très inclusif sous sa forme tribale/commune et très spirituelle mais capable d’être très séparé et imperméable à ce qui l’affaibli ou le détruit (sur le plan individuel et commun), avec une volonté de renforcement sur le plan matériel ascendant (capable d’indépendance à l’image de l’universel, de le capter), l’esprit guerrier (possédant sagesse et force). Tout ce qui est et qui est sage, sur le plan individuel ou son extension commune, défend son être, sinon comment pourraient-on prétendre participer au monde.
Soit l’on sera tous unis dans notre différence, soit l’on sera unis dans notre soumission unique sans différence.
Voilà, encore une explication imagée de quelque chose de très basique.

J’ai essayé de faire un résumé ci-dessus, le reste de l’article est plus ou moins la même chose.

Note de fin (pour le début): Je parle des mondialistes & co, et de leurs actes et projets « sataniques », mais au fond, cela ne sert à rien de les détester, ils ne font que mettre en lumière nos erreurs, division et notre faiblesse (et permet de l’éliminer), en nous détruisant de la manière la plus diabolique et inavouée certes, mais c’est le jeu, et il faut essayer de se servir de ça (et d’eux), pour nous-même. Cela ne sert à rien d’entrer dans une lutte frontale encore une fois, en tout cas pas comme but premier encore une fois, ils veulent nous pousser a tirer la lutte vers le bas (ou que l’on se perde nous-même et notre unité propre), il ne faut pas tomber dans ce piège. Il faudrait plutôt rire de leur bêtise.
C’est le jeu après tout, la loi du plus sain, même si eux ils pervertissent ça en loi du plus faible, et via la soumission au lieu de la réelle supériorité/élévation, enfin voila x) . Si on sera éliminé ben voila, si notre destin c’est de le refusé, quelqu’un d’autre de plus fort prendra notre place, mais bon, voila, c’est ça l’Europe, des luttes de forces sur des plans assez extrêmes, et la recherche de l’unité ultime. si on veut lutter au niveau de la pleurniche il faut aller ailleurs (comme dans certains pays (« plusieurs ») que je ne citerais pas). Ils veulent nous faire croire que notre seul destin c’est la soumission, je cherche juste à faire comprendre que ce n’est pas le cas.

Et puis, même si tout ce que je dis ici est faux (si vous le pensez), en quoi cela fait de mon intention/aspiration (que je considère comme bénéfique pour tous, hors tout système et idéologie), quelque chose de faux?

Suite de l\'article