« le temps est venu d’empêcher la destruction de l’Europe »

Posted by on March 19, 2016

Source: https://www.youtube.com/watch?v=r2bBI3FwoSY

“L’erreur fondamentale de l’Union européenne réside d’après nous dans la croyance absurde selon laquelle en reniant son identité et son histoire, remplacées par un universalisme droit-de-l’hommiste abstrait, elle sera respectée par les autres civilisations.
C’est oublier que cet universalisme des droits de l’homme* est considéré comme éminemment “occidental” puis combattu pour cette raison par l’universalisme concurrent de l’islam et l’anti-universalisme de l’Asie. De ce fait, lorsque l’Europe croit être appréciée par les autres civilisations en se présentant comme le continent du “dialogue des civilisations” et comme un espace “tolérant” dénué de toute appartenance ethnoculturelle et religieuse, il s’agit premièrement d’un mensonge, puisque les nations Européennes ont un fort passé et de fortes racines spirituelles et culturelles, et deuxièmement d’un aveu de faiblesse et d’autoreniement qui ne peut que susciter le mépris de la part des autres. Car celui qui se renie soi-même est rarement respecté en retour.”

*Droits de l’homme individualistes évidemment. Enfin, plutôt droits des impérialistes mondialiste, des lobbies/groupes de pression, de l’oligarchie, des parasites, des puissances financières & médiatiques inter/supra-nationales, de l’hyperclasse, que “de l’homme”. Cette idéologie et ces “valeurs” droits-de-l’hommistes mondialistes sont profondément racistes, rejetant tous les peuples, cultures et nations. On ne peut pas être à la fois antiraciste, et pro-individualisme en rejetant les peuples libres et les frontières. La secte mondialiste est profondément pleine de contradictions.

“L’eurasisme est une vision du monde qui se base sur la multipolarité. Nous rejetons l’universalisme du modèle occidental, protestons contre le racisme culturel européen et affirmons la pluralité des civilisations et des cultures. Pour nous, les droits de l’homme, la démocratie libérale, le libéralisme économique et le capitalisme sont seulement des valeurs occidentales ; en aucun cas des valeurs universelles.”

Tout individu et peuple doivent incarné en eux-même une expression de l’universel, et laisser les autres tranquilles (ne pas avoir besoin de vivre à travers les autres ou de réduire l’univers à soi), mais agir quand même dans l’harmonie du monde quand nécessaire, sans ingérence, et surtout par l’exemple d’ordre. Tout peuple et individu sain est à portée universelle (se diriger et agir dans/vers celle-ci), mais être “ouvert” à l’universel ne veut pas dire être ouvert à tout, où dans les limites jusqu’à ce que cela ne le soit plus. Ces mondialistes s’approprient des choses universelles (symboles, lois, valeurs, etc.) mais ils ne font que les pervertir, et les transforme en une forme de propagande publicitaire. Et nous interdisent d’avoir et d’incarner notre propre universalité.
En parlant de l’europe (UE), voir le plan kalergi (1; 2). Le plan hooton est aussi intéressant à connaitre même si c’était pourtant un tout autre contexte.

Le cosmopolitisme et le mondialisme n’ont rien d’humaniste, ce sont justes des mouvements pour individus animés par le profit ou leur intérêt particulier (souvent purement matériels-éphémères) sur le plan mondial, voulant profiter des avantages de toutes les nations et de leurs cultures, sans aucune morale, enjolivés/prétendument pour notre bien à tous. Ce qui unit réellement les peuples c’est la même direction d’essayer d’être la meilleure version d’eux-mêmes, chacune avec ses spécificités, ayant le droit d’êtres eux-mêmes, à l’image de la nature. L’égalité n’existe pas sur le plan du concret, là est la peur, mais elle est le témoin de l’égalité spirituelle, l’on est tous égaux dans notre potentiel spirituel/vertical, dans chaque plateau/horizontal “d’élévation”, et au sein de chaque expression du vivant, de chaque unité réelle. Le lien matériel à l’autre n’a pas forcément à être dans le schéma domination-soumission contrairement à ce que les mondialistes avec leurs amalgames ridicules veulent nous le faire croire (mais c’est ce qu’ils sont eux ironiquement), ni de détester l’autre.
Le spirituel c’est pour moi surtout le lien à soi et commun libérateur universel, qui ne se réduit pas à la matière sans la rejeter.

Le problème de tout projet politique mondial qui n’est pas rendu aux autres et à leur liberté c’est la nécessité de rejeter ce qu’il est (l’autre) et d’essayer de se prendre pour “Dieu”. Et encore, leur projet (plutôt domination) pourrait être réelle s’ils ne rejetaient pas les autres, et se plaçaient naturellement en haut de la hiérarchie, mais vu que dans le réel ils incarnent que la bassesse, le mensonge, et la haine de l’autre, et que personne ne l’acceptera jamais, ils sont obligé de dominer par le bas et par la destruction des peuples, d’amener leur projet sous des faux prétextes lumineux, de la fausse lumière, qui se prétend ouvert mais qui ne fait que du double standard permanent.

La laïcité ne peut être spécifique qu’aux peuples européens, la ou le christianisme s’est éteint, les autres peuples qui resteront toujours fidèles à leur religion n’ont pas besoin de laïcité et n’est pas compatible avec eux. En acceptant la laïcité (et la fin du catholicisme), il faut accepter aussi de défendre l’Europe et les peuples européens sur le plan culturel et ethnique, c’est inévitable, si l’on ne se défend pas naturellement via le plan spirituel, il faut le faire sur le plan matériel (en attendant la régénération). Ou sinon retrouver nos racines païennes, et notre vraie expression spirituelle non renfermé/unique/monothéiste. Le problème c’est que le catholicisme a incorporé une partie de l’ancienne religion européenne.

L’universalisme spirituel tire tous les peuples (et les individus) vers le haut (et la liberté), l’universalisme satanique tire tous les peuples vers le bas (et vers l’esclavage de la pensée et par la matière, “l’égalité” perverti) en utilisant la fausse lumière et prétendant que tout le reste n’est que ténèbres*. Le culturel-racine-spirituel, les peuples, sont des expressions de l’universel que l’on a créé sur des millénaires et qui nous montrent le chemin, et nous poussent vers celui-ci. Personne ne vient de nulle part, personne ne vient du néant. Les lois de la nature font que seules les expressions les plus solides/saines survivent.
Pour remplacer l’identité basée sur le vivant et le réel qu’ils rejettent, ils nous font la promotion “d’identités” sorties tout droit du néant. Lorsque l’on veut réellement amener quelque chose de meilleur, on tire le meilleur existant et réel/vivant vers le haut, on ne cherche pas à le détruire, mais bon c’est aussi comme cela que le monde fonctionne même s’ils (ces élites) prétendent le combattre, la loi du plus fort (sur le plan idéologique de nos jours).
Il faut que quelque chose relie de façon saine les peuples entre-eux, et pour combler ce vide que l’on n’a pas réussi à combler nous-mêmes*, on a chopé le cancer mondialiste.
*certainement à cause de l’émergence du défaitisme monothéistique** ancien qui nous a divisé avant d’aujourd’hui de tous nous détruire.
**avant chacun se prenait pour dieu dans l’irrespect de l’autre, et maintenant plus personne ne croit en rien sauf aux fausses valeurs perverties dans l’indifférence de l’autre et à la consommation individuelle, le nouveau monothéisme unique. Le monde lumineux d’unité réelle commune disparu, l’on sombre dans la désespérance d’un lien/unité lointaine, extérieure/fictive/éphémère au lieu d’intérieure.
Chaque peuple devrait avoir ses propres idéaux/aspirations supérieures (multiples) sans idéologie unique fantoche et abstraite. L’esprit universel “abstrait” peut être bénéfique pour permettre à un même peuple-continent de s’unir, mais s’il n’a aucune cohérence avec le passé ou la réalité du peuple/individus de mêmes racines et de leurs aspirations commune intrinsèques, il n’a aucune chance d’y prendre racine, de prendre forme dans le concret. Si c’est purement abstrait et se prétend universel en lui-même tolérant aucune autre expression de cet universel (réel), c’est juste le témoin d’une volonté dominatrice.

Ils veulent unir tous les bisounours, “brebis égarées” et autres individus(alistes) en mal d’identité contre tous les peuples du monde (en gros tous les individualistes primaires déracinés physiquement ou de l’esprit perdu dans le matérialisme sans notion de spiritualité/d’ouverture réelle/verticale dans le respect réel de son prochain, car il n’y a que ceux qui ne savent pas vraiment qui ils sont et leurs rôles y compris sur le plan matériel qui sont aussi intolérants que ces gens)). Nos élites actuelles qui ont créé ces individus qui leur sont devenu totalement dépendant surtout émotionnellement (ayant remplacé leurs propre guide/boussole intérieure naturelle via la pensée unique décadente (et qui ont besoin qu’on leur dise quoi penser)), essayent de blâmer tous les problèmes du système en place (qu’ils ont eux-mêmes provoqués) sur ceux qui essayent tant bien que mal de le changer et de ramener l’unité vraie, et les gens sont tellement stupides qu’ils les croient, et on se retrouve avec des antifascistes qui sont pire que les “fascistes”, et des antiracistes encore plus racistes que les racistes, des gens qui se disent pour la liberté d’expression qui appellent au meurtre et à la censure de tous ceux qui ne pensent pas comme eux. La pensée unique ne mènera jamais à l’unité vraie, mais à son opposé.
Les mondialistes essayent de leur faire croire comme ils le pensent d’eux-mêmes qu’ils sont le centre du monde avec leur idéologie unique. L’individualisme négatif se prend pour le centre du monde/univers comme fin en soi, et l’individualisme positif prend en lui l’univers pour l’exprimer au mieux dans l’harmonie du monde. Qui par rapport au monde en est en son centre propre mais qui connait sa place dans celui-ci.
La matière est la manifestation de “Dieu” (source de vie), et des aspects/énergies créatrices, l’on croit qu’en se renfermant dans le matérialisme l’on rejoint “Dieu”, mais l’on ne fait que se prendre pour lui par le bas, le parasiter, et parasiter ceux qui ont encore leur connexion à celui-ci, et leur volonté créatrice. L’on ne peut pas incarner tout l’univers à soi-même, l’idéologie unique ou la notion de Un séparée de l’univers manifesté ne peut être que rétrograde et destructrice, de domination et de rejet de l’autre. La loi de la nature et de l’univers manifesté c’est chaque plan de la nature qui en permet un autre, c’est une hiérarchie ascendante de respect de l’autre*, pas descendante comme leur idéologie unique qui en plus veut tout unir par/vers le bas. L’unité cosmopolite n’est pas une unité à l’image de la nature et de la vie, c’est une unité matérialiste.
*tout ne fait qu’Un de cette façon (chaque plan permet un autre), c’est un lien plus sain que le lien de domination, ou de séparation de l’idéologie unique gentil/méchant de renfermement vers le bas/matérialisme. le plan humain est différent, il ne faut pas amalgamer comme le font les mondialistes tous les humains mais seulement sur un plan déraciné (et abstrait (ce qui prouve bien comme ils ont beaucoup de considération pour eux)) et sur un même point/territoire (c’est la seule cause de disharmonie mis à part la décadence, qui pousse à la division ou l’individualisme, ou les peuples les uns contre les autres), et à la hiérarchie de domination.
Tout ne fait qu’Un, et nous sommes tous des créatures de la force de vie. L’expression de cette force est infini, pas limité/unique, nous ne sommes pas étrangers aux lois universelles.

Un peuple (ou un individu) qui se réduit au plan matériel (sexe, couleur de peau (que ce soit des gauchistes antirace-istes ou des faux/usurpateurs “autochtones”/”patriotes”), etc.) et sans esprit (sans culture ni racines/lien réel commun) sera forcément soumis et appellera à l’esprit matérialiste ou au néant, reflet de lui-même, contrôler par un ordre inférieur purement extérieur et basé sur l’argent*, médias qui pensent à leur place, et autres, dont la seule direction sera le travail au maintien de cet ordre matérialiste (en tant que finalité au lieu d’outil), l’épuisement matériel sans aucun retour spirituel (et inversement) (sans aucun lien élévateur/créatif). Et si aspiration spirituelle il y a, elle sera irréalisable car le spirituel vient de l’intérieur, et car ces gens la ont pour ennemie l’aspiration spirituelle réelle, enraciné/racine. Même s’ils arrivaient à s’unir, basée sur leur idéologie cosmopolite, dans leur appel à la lutte contre le réel, les peuples et la liberté de l’autre, la nature (ou l’univers, dieu, ..) éliminera toujours avec le temps le désordre, la faiblesse et l’erreur. Leur rejet du lien enraciné (pas seulement à la terre<- mais en nous et entres-nous) manifesté par leur rejet des peuples (et de leur liberté) et leur idéologie cosmopolite ne peut amener que chaos et néant. ->mais il est évident que l’on ne peut pas vivre “dans les airs”.
Le problème c’est que pour corriger ce désordre, cela risque d’être difficile, et ce qu’il y aura après ne sera pas forcément bon (difficile de voir ce qu’il pourrait y avoir de pire qu’actuellement en tout cas).
Où ça mène l’idéologie militantiste antiraciste? à l’interdiction des races? des peuples-cultures? de l’histoire? le métissage et le cosmopolitisme obligatoire? en quoi est-ce supérieur par rapport aux peuples enracinés qui veulent vivre en paix chez eux sans tout ce chaos? la terre n’est-elle pas assez grande? pourquoi est-ce que ces idéologies ne sont poussées qu’en Europe? cette idée de “diversité” au mètre carré qui paradoxalement la détruit?

Et si c’était vraiment un problème de “race” (qu’il manque de la diversité “raciale”-culturelle pour que cela fonctionne/qu’il y ait trop majorité/blancs/européens en Europe), qu’on voudrait vraiment le corriger, pourquoi est-ce que l’on ne fait venir des immigrés et la promotion du mélange seulement en Europe? le seul résultat que cette politique peut avoir, c’est la destruction totale des peuples européens, et le reste du monde restera inchangé, toutes les autres “races” préservées, et tous les mêmes problèmes que connaissent ces peuples étrangers prendront place en Europe. L’on ne peut pas se réduire au plan “racial”, mais encore moins le renié, au prix d’interdire toute forme de lien enraciné présent et futur, et de devenir purement destructeur.
Et puis si la “diversité” etc. en tant qu’idéologie était une si bonne chose, pourquoi est-ce que c’est obligatoire et nous est imposé?
Si l’on renie la part matérielle de notre être, et de notre être commun, l’on devient soumis à la matière, et ce vide est remplacé (et l’on empêche en même temps toute émancipation verticale, individuelle et commune). L’individu spirituel n’impose pas aux autres ce qu’ils devraient être, contrairement à ces individualistes matérialistes. L’individu spirituel ne rejette pas ses racines, mais peut ne pas s’y sentir vraiment attaché, mais ne sont jamais politisé surtout dans son sens négatif, de domination au lieu de l’aspect guide.
*L’idéologie de marché perverti où les individus deviennent des marchandises soumises au cosmopolitisme pour nourrir cette idéologie qui nécessite le mélange destructeur et le chaos permanent. D’ailleurs on ne nous apprend même plus l’histoire de l’europe (qui nous relie à nous-mêmes et à notre continuité) (sauf pour la salir), ni de savoir profond/transcendant, on nous apprend juste à entrer dans ce monde matérialiste de l’idéologie-marché décadente. L’argent/le bas qui réécrit le réel sans aucune profondeur et sans esprit. Une belle utopie, mais qui ne peut qu’être stérile, et qui ne fonctionne que sur l’exploitation et la destruction de la planète. La matérialisation de cet esprit unique corrompu ne peut point se faire dans les racines vivantes des individus, créatrice de lien réel, mais seulement dans la marchandise matérielle, et la décadence. La fausse unité mondiale individualiste basée sur le consumérisme (matériel ou du vivant) et la marchandisation. L’être humain qui se place lui-même au centre du monde (et de la nature), oubliant qu’il fait partie d’un tout, mais voulant remplacer celui-ci.

Le spirituel est avant tout individuel (une aspiration verticale individuelle commune qui se manifeste sur tous les plans), mais si au nom du commun dont on fait partie sur le plan matérialiste (peuple-racine) l’on nous interdit l’existence, cela nous coupe du spirituel même individuel*. C’est encore pire si l’on essaye de nous imposer une autre existence/réalité, une autre culture et le chaos et la confusion immigrationniste. L’on doit trouver notre place dans l’illimité/l’infini, à partir du concret/limité, et nous diriger en-nous vers la plus haute expression dans cet illimité, mais dans l’illimité en tant que fin en soi l’on a pas d’existence, ou l’on ne fait que suivre les mouvements extérieurs. C’est justement en entrant dans le concret que l’illimité peut prendre forme et exister, et grandir en lui-même. L’existence requiert la créativité (donc le plan matériel) et la verticalité (sans laquelle le tout est stérile).
*si l’on se coupe d’un aspect de soi-même même matériel, ou que l’on s’en sert pour réduire les autres à sa propre direction autodestructive, l’on se coupe de son potentiel profond, l’on devient soumis au monde extérieur, ou dominateur.

“L’ouverture” vers le bas, vers l’individualisme et la décadence est nécessaire au mondialisme qui pousse à “l’ouverture” d’auto-renie, au mélange destructeur et au nihilisme.
Ces mondialistes du bas (=pas de l’élite) ne se rendent pas compte que leur idéologie est destructrice car ils croient en une utopie irréaliste (lorsqu’ils ne sont pas nihilistes), et qu’ils croient en la diabolisation des peuples (et qu’elle est justifiée). Leur utopie ne peut fonctionner que si l’Europe rejette ses propres racines, et que les corps étrangers en son sein fassent de même, mais ce n’est le cas pour aucun des deux. Et puis c’est bien d’être nihiliste et individualiste, mais les autres peuples ne le sont pas –ou lorsqu’ils le sont ils ne vont pas jusqu’à renier les différences (et donc existence) entre les peuples, même si certains de bonne foi tentent au mieux de s’intégrer à cette bêtise, ils gardent quand même une étincelle de liberté non-réductrice-, et cela nous détruit a cause de l’immigration de masse (qui masque un peu le problème, tout en empêchant sa résolution). Cette autodestruction profonde n’est qu’européenne (paradoxal pour des gens se prétendants universels et “ouverts”).
L’on a le choix, soit nous tirons le monde entier vers le bas avec cette idéologie auto-centré multi-mélange de renfermement mondialiste éphémère, en s’auto-détruisant au passage (toute création nécessite une direction-continuité et un ordre (spirituel-matériel), soit l’on redevient ce que l’on est (et notre portée/expression universelle) et l’on évitera le pire.

Nous devons libérer notre corps et notre esprit des fausses lois, de ce qui nous étouffe, et de l’idéologie mondialiste. Retrouver notre souffle de vie (note: ce que certaines cultures appellent chi, prana, etc.).

Par rapport à l’immigration de masse lorsque sa justification est l’aide des “réfugiés”:
lorsqu’on est honnête on voit bien que la plupart de ces “réfugiés” sont en réalité des migrants économiques, de plus 90% d’entres-eux sont des hommes de ~25ans, et lorsqu’ils viennent réellement de pays en guerres (~20% des cas) il s’agit donc de déserteurs et pas de réfugiés car comme dit ci-contre il ne s’agit rarement de familles ou de femmes et d’enfants (les ont-ils abandonnés dans leur pays en guerre?).
On pourrait aider 10x plus de réfugiés en les aidant chez eux plutôt qu’en les prenant chez nous (et cela nous coûterait 10x moins cher, même si pour moi cet aspect-là est bien secondaire). Et surtout en arrêtant de bombarder/détruire leurs pays (la faute est à nos dirigeants mondialistes). Mais bon, c’est dans l’intérêt de ces mondialistes de détruire l’Europe et le Moyen-Orient. Il est évident que ce chaos et cette immigration sont voulus volontairement. Dans les intérêts de qui précisément derrière le masque mondialiste?

Le monothéisme mondialiste mène au double discours (et au deux poids deux mesures) parce qu’il est basé sur la domination et le mensonge, la sélectivité artificielle/séparation, sur le “fait ce que je dis mais pas ce que je fais”/sens unique, et car il sépare l’aspect matière et esprit (par ex racine et culture; l’élite et les autres; causes et conséquences), et essaye de réduire l’esprit vrai/libre à la matière dense (pensée mécanique/matérialiste), dominer par “l’esprit” (idéologie) unique corrompu de séparation, et promeut le rejet des lois universelles, ce qui par ex donne des individus comme on en voit de nos jours, infantilisés et basés sur l’émotion et l’ego facilement manipulables et qui aiment le chaos ou l’hédonisme éphémère, incapables de créer quelque chose par eux-mêmes, mais qui aiment quand tout va dans leur sens, une individualité qui se cherche aux dépens de l’autre, dans la séparation. Des gens pas capables d’avoir une unité réelle entre-eux sauf à travers une volonté commune de haine et de destruction de l’autre, un ennemi fabriqué commun, ce qui les rend dépendant de celui-ci. L’individualisme primaire contre l’individualisme porté au bénéfice des autres et du bien commun non-matérialiste. Notre plus grand bien commun et nos racines sont premier lieu en nous-mêmes.
La séparation n’est pas mauvaise lorsqu’elle est horizontale (pour retrouver une verticalité ou transcendance*), car l’interdire reviendrait à dire que l’on est obligé de se soumettre à n’importe qui qui se prétendrait pour “Dieu”/l’univers tout entier, de n’importe qui qui se séparerait des autres dans un but de domination, mais qui leur interdirait de s’en échapper (et de s’en séparer aussi).
*d’une verticalité/domination illégitime.

On peut ne pas aimer les siens, mais vouloir activement leur destruction au lieu d’aller construire ce que l’on veut soi ailleurs c’est ridicule. L’on ne détruit pas seulement  le peuple, mais les ancêtres “vivant” encore en partie à travers du peuple*. L’unité doit venir de l’intérieur et s’étendre et se renforcer à l’extérieur avec ceux de même essence/racines, par résonance, seule cette conscience permet de restaurer un lien profond**/créatif et solide dans le temps, on ne peut pas forcer un lien par le bas et demander aux autres de se plonger dans cet abysse et de tout renier de ce qu’ils sont réellement dans une utopie totalement stupide et d’ailleurs dictatoriale (qui se donne une fausse hauteur en se faisant passer pour “les gentils qui sont contre les méchants”). Je n’ai rien contre le fait que certains veuillent créer autre chose, de baser sur l’idéologique et la pensée unique, mais qu’ils la gardent pour eux, fabriquent cette chose ailleurs, et ne basent pas leur identité seulement sur le rejet de celle des autres (surtout quand ces dernières sont vivantes/présentes, pas idéologiques et non-inexistantes).
*l’on dilapide les sacrifices de nos ancêtres, pour retourner à un état primitif chaotique sans sacré, pour se perdre dans le produit horizontal (unité matérialisé) comme cause au lieu de conséquence. Et pire encore, l’on détruit le monde que l’on ne fait qu’emprunter à nos descendants, qui n’auront même pas la chance d’exister apparemment.
**un lien profond qui transcende le temps et l’espace. Il n’y a que le plan enraciné*** qui le permet, le lien profond créatif et dans une direction/résonance éternelle commune, qui nous relie au plus près du plan de l’âme, de notre essence profonde, dans ce monde et ces cycles de vie, de mort et de naissance, en harmonie avec la nature, notre environnement. Et pas cet environnement moderne idéologique et matérialiste destructeur. La créativité matérielle devrait être un produit (ou reflet) d’une expression/volonté spirituelle/créativité-unité-supérieure, et pas une cause qui remplace la nature, la vie, Dieu. L’on peut créer à travers la matière, elle est témoin d’une création (mais perverti en tant que fin en soi cela n’amène que la stagnation et la soumission aux mouvements extérieurs). Donc pas de “créativité” purement matérialiste de séparation-parasitage de ce mondialisme qui étouffe toute créativité spirituelle, toute émancipation des individus et des peuples, via le contrôle à travers la confusion.
Ce n’est que depuis ce lien enraciné, que l’on peut ensuite le transcender sans le perdre ni l’oublier, sinon l’on perd tout lien réel et créatif à l’autre, et l’on sombre dans l’indifférence que promeut l’idéologie mondialiste individualiste-matérialiste.
***une base solide, qui peut permettre de transcender l’enracinement purement “terrestre”, tant que nos racines et notre lien intérieur ne sont pas coupés.

Toute cette élite médiatique, financière, hollywoodienne des célébrités qui jouent les défenseurs des minorités (réelles ou autoproclamés) sont des hypocrites et des menteurs, des gens qui valident le modèle impérialiste “envahit le monde, invite le monde” et tout ce chaos cosmopolite anti-peuple de la fausse unité parasite. Et ils comprennent pas quand les européens par exemple veulent défendre ce qu’ils sont, “comment osent-ils vouloir être libre chez eux? comment osent-ils vouloir exister?” ils se posent sérieusement ces questions. Ces gens la détestent profondément le peuple réel (et le peuple tout court d’ailleurs), et ça commence à se voir malgré toute leur fausse lumière “antiraciste” “humaniste” etc.

“Marxism whether cultural or classical presents itself as a revolution from the bottom, but it has always been fomented and funded from the top, and under the guise of standing up for the marginalized, only seeks to replace the dominant group with a new elite clique and wield its power and influence over the masses forcible. In the beginning it is only about disrupting social values and norms, confusing society, stirring violence, and creating divide.”

Ces idéologies dérivées du monothéisme (idéologie unique corrompu) sont sur le plan spirituel et migratoire/biologique dirigés uniquement contre les peuples européens, il n’existe nulle part ailleurs cette immigration de masse et cette imposition du multiracialisme/”multiculturalisme” et du déracinement. Il n’y a que l’Europe qui n’appartient à personne mis à part à une idéologie abstraite du chaos permanent sans limites saines.

Ce mondialisme est non seulement abstrait sur le plan idéologie/de l’esprit, mais aussi abstrait sur le plan matériel. La propagande internationaliste mondialiste des droits de l’homme et de la tolérance fonctionne en réduisant les individus et proclame leur égalité aux plus bas niveaux (vous avez 10 doigts, deux bras deux jambes, deux yeux, le sang rouge? c’est bon vous êtes pareils/égaux), refuser toute différence et l’existence des peuples, pour forcer un lien artificiel horizontal dictatorial entre individus. C’est parce que (plutôt nos élites) sont autant prétentieux (prétendre que l’Europe incarne l’universel* et l’égalité pour tout le monde à l’échelle mondiale) et en reniant les différences entre les peuples, que l’on est détruit. *C’est universel mais seulement pour les autres (non-européens).
Nous devons nous reconnecter à notre expression universelle, à notre Europe (et sa nature magnifique). L’on doit retrouver ce que l’on est dans notre essence pour identifier à un niveau plus profond avec qui l’on peut construire un avenir réel libre et avec qui on ne le peut pas.
note: les tueurs et les violeurs ont eux aussi 10 doigts et le sang rouge.
ces mêmes individus sont ceux qui réduise les peuples/”races” à des couleurs de peau, pour justifier leur destruction (surtout en europe). Leur idéologie part toujours d’en haut pour se réduire tout en bas, au lieu de partir d’une base saine pour rejoindre une unité spirituelle/créatrice/verticale la seule qui permet réellement la liberté individuelle et commune, au lieu de la liberté individualiste matérialiste de tout mais de rien au final. Ils inversent tout, prétendent que c’est le pays qui fait le peuple alors que c’est l’inverse, et que c’est la couleur de peau qui fait le peuple, par ex. Ils font ça pour avoir leur utopie d’unité mondiale, mais il faut comprendre qu’on ne peut pas faire une unité mondiale sur un seul territoire et avec leur idéologie d’unité réduite sur le plan racial lui-même réduit à des couleurs de peau, cela ne mène nulle part. On ne peut pas mélanger la terre entière en même temps (et puis dans les faits tout mélange se tasse avec le temps). Ce qu’ils proposent c’est le suicide unique des peuples européens, rien d’autre.
Le peuple/ethnie c’est juste la manifestation horizontale d’une plus grande expression verticale/spirituelle (une unité), construite avec le temps , ce n’est pas (tout comme le plan matériel) une fin en soi, mais vouloir les détruire ou les mélangés c’est encore plus réducteur, et ce n’est pas supérieur à celles-ci. L’on doit construire verticalement (ordre-unité plus profonde/transcendante qui se libère de ce qui la tire vers le bas) et vers l’avant, pas vers le mélange horizontal cosmopolite permanent et vers l’arrière (l’unité monothéiste qui dit que tout est pareil, sauf que c’était le cas il y a des milliards d’années quand l’univers n’était pas encore manifesté/néant (oui je pense qu’il faut le préciser)).

“Et si on avait été né jaune ou noir?” (ou violet ou orange ou vert?)
Oui mais dans ce cas on aurait pu être né écureuil aussi, ou arbre ou martien (ces individus réduisent l’humanité à elle-même, souhaitent qu’elle se renferme en elle-même (mais bon c’est ce qu’ils veulent pour l’europe en même temps). Et puis ceux qui sont né “blancs” ils ont pas le droit eux? On ne peut pas naître tout en même temps ou naître dans tous les pays en même temps. Et c’est pas parce qu’on né autre chose qu’il faut avoir la haine de ce qui est différent, ou renier la différence de l’autre (ou son existence dans son propre pays) pour pousser à l’idéologie intolérante individualiste qui réduit les gens et les peuples à des couleurs de peau (50 000 ans d’existence commune ça se réduit pas à une couleur, pareil pour une ethnie).
C’est très bien cette universalité, mais c’est la religion de la nature, mais totalement perverti, proclamer que les individus sont tous des êtres vivants qui doivent etc. être libre c’est bien (même si légèrement neuneu-réducteur), mais si c’est pour faire de la préférence étrangère ou renier les différences, c’est de l’anti-nature, et de l’anti-liberté. La nature cela s’applique aux groupes humains aussi.
Leur idéologie est dictatoriale et empêche les Européens d’être libre car notre seule individualité que l’on peut avoir, ne peut pas aller plus loin, ou seulement au mondialisme qui veut rien dire, et l’on n’a pas le droit d’être nous-mêmes et de construire quelque chose ensemble qui nous ressemble parce que pour eux on est juste une couleur de peau. On doit se soumettre à leur idéologie que tout est pareil et se soumettre aux autres par peur d’être traité de racisme et nous obligent à croire en plus que tout cela est une fatalité.
Mais bon tout ça est typique du discours très réducteur mondialiste pour pousser au nihilisme individualiste et à la fracture des peuples, à l’auto renie de la préférence étrangère et l’immigration de masse dans les pays forts/européens (qui pourraient s’opposer au mondialisme, et sur lesquels celui-ci est basé).
Au fond ils réduisent les peuples à des couleurs de peau pour justifier leur idéologie destructrice anti-européenne. Car il est évident qu’ils ne renient pas les autres peuples au vu de leur propagande, ils ont essayé de tout réduire à l’individualisme et le nihilisme pour les autres peuples mais face au réel ils ont du sombrer encore plus bas, dans la haine de soi, ou en tout cas c’est le chemin inévitable de leur idéologie.
Ils prétendent défendre tous les individus du monde mais ils ne les défende hypocritement pas chez eux mais uniquement via l’immigration.

Ils nous interdisent d’etre nous même et de construire quelque chose ensemble qui nous ressemble parce que pour eux on est juste une couleur de peau et qu’en plus on a pas la bonne. On doit se soumettre à leur idéologie que tout est pareil et que se soumettre aux autres par peur d’être traité de racisme c’est une fatalité.

Et puis même sans aspect culturel ou religieux (ce que promeut l’idéologie d’unité abstraite par le bas de cette Europe mondialiste (et cette république devenu corrompu) (comme si l’Europe était une terre vierge), du purement horizontal via la coupure des racines et du spirituel), les individus semblables/de même ethnie/résonance/essence seront toujours amener a se rejoindre et a recréer quelque chose/un lien. Personne ne vient du néant et les individus/peuples sains ne sont pas attiré par l’idéologie destructrice décadente, l’individualisme/nihilisme matérialiste d’auto-renie ou de haine des siens. L’on ne peut pas intégré d’étrangers, ni promouvoir une volonté réellement inclusive si l’on prétend être l’incarnation de l’universel mais sur un plan abstrait, sans exprimer ce que l’on est (et notre direction/lien commun) sans concessions, et que l’on demande/attend des autres de combler ce vide. Et de plus c’est inclusif mais pas pour tous, surtout pour les autres, à sens unique.
Il nous faut des étrangers, assimilés ou non, qui défendent ou respectent les peuples d’Europe, n’essayent pas de les détruire, ni de promouvoir l’idéologie abstraite. Seul moyen pour nous de les respecter en retour, et de créer un lien harmonique.

Cet universalisme matériel (pas dans le sens strict) européen n’est pas compatible avec les autres peuples*, et d’ailleurs le réel problème c’est que cet universalisme matériel est corrompu, étant purement inclusif (immigration de masse) mais en même temps replié sur lui-même et abstrait, ayant perdu son esprit et son essence, son rôle/expression dans cet universel, se fait remplacer. Cet universalisme est magnifique, et permet la liberté et le potentiel infini à tous les plans (matériel et spirituel), mais il ne doit pas s’auto-renier en tant que tel, et se défendre sur ce plan-la, la base de ce potentiel, de ce lien profond incluant l’aspect matériel qui permet cet universalisme réel, ou en tout cas cette expression solide de celui-ci, les peuples européens. C’est un universalisme réel à l’image de la nature, au potentiel “illimité”, contrairement à l’universalisme matérialiste, et/ou à l’universalisme de l’esprit abstrait (qui le rejoint). Seul l’aspect matériel non réduit au matérialisme et sans esprit abstrait permet d’incarner l’unité réelle, l’union de l’esprit et de la matière dans ses aspects infinis/universels, une expression spécifique de celle-ci en tout cas, avec une direction et une source libre/avec base “verticale”, non soumise ou réduite à des choses qui la perdent.
Il sera peut être difficile d’unir tous les peuples d’Europe, mais il est inévitable de remplacer ce lien artificiel mondialiste, par notre lien commun et réel, européen, qui permettra notre liberté.
*et puis dans tous les cas chaque peuple doit être l’expression de lui-même, l’on ne peut pas fusionner des peuples différents, sinon l’on devient soi-même son propre ennemi.

Ces antiracistes sont de plus des hypocrites, surtout lorsqu’ils refusent les différences entres les peuples avec leur idéologie nihiliste individualiste. Ils nous sortent souvent “il faut arrêter de se croire supérieur à tous les non-blancs (peuples européens/caucasiens) de la planète” (mantra d’indoctrination typique) mais c’est un point de vue purement mondialiste qui croit que les peuples n’existent pas (ni leurs culture, sauf celles non-européennes peut-être/apparemment?), un individu “blanc”/européen n’est pas supérieur à un noir au Congo ou en chine, même s’il a plus de QI; et un “noir”/africain n’est pas supérieur à un “blanc”/européen en Europe, même si ce noir a plus de QI. Ces gauchistes européens antiracistes au fond n’incarne (quand on gratte la surface de leur idéologie) que la haine de leur propre peuple, dans une idéologie de renfermement et de lutte contre un ennemi imaginaire (donc rendu à l’universel un modèle de haine des peuples de souches des pays là où ces mondialistes se trouvent, quand la domination économique n’est pas suffisante, mais étrangement ils ne font pas la propagande de “manque de diversité” en Afrique ou en Asie) (en europe on voit bien ce qu’est leur idéologie avec leur rapprochement avec les religions/peuples étrangers, certains ne les appellent pas islamo-gauchistes pour rien). Ils prétendent que les différences des peuples n’existent pas que seule les cultures existent, mais maintenant qu’ils comprennent que culture et peuple sont liés, ils sombrent dans le nihilisme individualiste pour ne pas passer pour ce qu’ils sont, des racistes anti-européens.
Les autres peuples garderont toujours naturellement un attachement et un lien réel avec le monde, leurs semblables, contrairement à ces individus unis seulement par l’idéologie. C’est plus facile de vouloir détruire les siens que de vouloir les sauver, et de participé à créer quelque chose de réel bénéfique à tous. Lorsque l’on n’a plus “d’identité”/lien spirituel en nous et avec l’univers et ses semblables, l’on est soumis au monde matériel et à suivre les mouvements extérieurs du monde.

Dans la réalité ce sont ces gens-la qui prennent les immigrés pour des enfants attardés pas capables de se défendre eux-mêmes, pour servir votre fausse bonne conscience autocentré qui vend son propre pays aux islamistes. Et la plupart de ces étrangers comprennent leur bassesse. De ces mondialistes nihilistes individualistes qui se prennent pour le centre du monde et de tous les peuples/individus. “Invade the world, invite the world”, des idiots utiles du système. Tasser-étaler le chaos pour ne pas faire face aux réels problèmes et coupables.

Note: le nationalisme ou les mouvements de libération des peuples européens, de cause intérieure ou extérieure sont positifs (le nationalisme un peu moins), mais malheureusement cela attire beaucoup d’imbéciles sans aucune morale et qui salissent la cause originelle pure et bienfaisante. Ce n’est pas parce que l’on est “blanc”/européen en apparence qu’on l’est réellement, spirituellement, moralement, etc. beaucoup de “blancs”/européens qu’ils soient patriotes/nationalistes ou gauchistes (fausse gauche*), ne valent rien et ne sont pas (ou en tout cas plus) d’essence européenne ancestrales. Si certains européens dans le passé ont préféré dominé leurs semblables ce n’est pas une raison pour devenir défaitiste et renier son peuple. Pareil pour ceux qui ont divergé de nos racines et spiritualité/traditions ancestrales communes. Ce n’est pas parce qu’il y a des erreurs qu’il faut les suivre ou à l’inverse vouloir sa propre destruction. Au mieux il faut un remplacement/renouvellement<-, mais pas biologique, spirituel. ->le vrai renouvellement trouve racine au moins en partie dans le passé, sinon il est abstrait et ne prendra jamais forme.
En se défendant soi-même (et son peuple), l’on défend tous les autres. Lorsqu’on le fait de manière réelle et spirituelle/positive/constructive. Il n’y a que ceux qui n’arrivent pas à croire réellement en eux-mêmes et à s’imposer par force constructive (s’imposer soi-même mais pas aux autres) qui deviennent intolérants**.
C’est du racisme de dire que n’importe quel “français” (ou européen) de papier est français en tant que tel par rapport aux français (ou européens) de souches, mais c’est aussi raciste de vouloir les forcer à s’intégrer et renier leurs propres racines et culture, s’ils ne le souhaitent pas profondément. Mais dans ce dernier cas, leurs places sont chez les siens, pas pour nourrir la division et les conflits, la terre est grande. Ou au moins de respecter l’autre et sa légitimité.
La solution n’est pas de vouloir tout détruire, ici et ailleurs parce que les européens s’interdisent eux-mêmes d’exister (ce qui empêche d’ailleurs toute intégration) et prennent les immigrés pour des imbéciles (comme ils le sont eux). Il ne faut pas croire que ce cancer d’auto-reniement et le mondialisme ne nous affectent que nous, il affecte les autres peuples aussi par ricochet. On s’en rend pas compte parce que l’on a mieux réussi que les autres, mais notre mauvais exemple actuel de renfermement idéologique sur soi-actif n’est pas sain, car il s’appuie sur les autres peuples, notamment via ce mondialisme d’auto-reniement, métisseur d’immigration de masse de chaos perpétuel. L’immigration de masse comme s’il y avait un manque intérieur à combler, et s’il y a, ce n’est pas à l’extérieur qu’il faut le trouver. Tout cela est dû à la perte de notre spiritualité réelle, on a plus d’horizon autre que celui de tout ramener à nous-mêmes comme fin en soi, on devient dépendant par stimulation/perfusion ou carence d’une chose extérieure. Des gens qui veulent en réalité s’aider eux-mêmes sur le plan individualiste, et renforcer artificiellement leur idéologie anti-peuple d’auto-reniement, et cherchent à combler le manque d’auto-interdiction par un lien émotionnel ailleurs. Ils préfèrent vivre dans leur “safe space” plutôt que de faire face aux problèmes à venir.
Interdire un peuple d’exister/d’être libre, et promouvoir l’individualisme est de l’intolérance voir du racisme (envers tous, car tout est lié). Plusieurs peuples peuvent cohabiter côte à côte, mais dans des systèmes (et environnement) différents selon ce qu’ils sont, pas au sein du même pays, ou sinon lorsque le peuple hôte ne se renie pas, et maintient l’ordre.
*cette fausse gauche qui prétend amener un changement ou quelque chose alors qu’elle est totalement soumise à l’union européenne et ne fait que suivre les directives, ces gens-là n’ont rien à faire à la tête d’un pays/nation, ils veulent éliminer les nations et les peuples. Il est évident que la droite et la gauche sont les mêmes, le combat est un combat du mondialisme, contre les peuples aspirant à être libres.
**pour qu’un pays soit uni il faut que chacun défende son prochain comme soi-même, dans le respect de la différence et de l’Autre (en tant que peuple). Tout part toujours de l’individuel, qui revient ensuite au groupe entier et à nous-même, au bien commun (quand c’est spirituel), mais aussi à l’autre peuple, en tant qu’exemple porteur d’harmonie. Il faut critiquer les individus en premier, avant de critiquer le groupe, le groupe peut être mauvais en lui-même, mais l’individu pas forcément. Mais les individus créent le groupe, de façon consciente ou non, qu’il soit négatif ou non, national ou mondial, l’on ne peut pas les dissocier bêtement non plus, cela n’aiderait pas à soit corriger le négatif, soit améliorer le bon exemple positif. Le groupe renforce le côté positif et négatif des individus (qui est en eux ou du groupe).
On ne peut donc pas juger un individu sur son groupe seulement, ou le groupe en tant que tel seulement, mais l’un ou l’autre dans sa vision du monde, et de son respect ou non de l’autre.
Il ne faut pas amalgamer les valeurs spirituelles individuelles ou d’un peuple avec certaines religions ou autres groupes avec volonté politique/proselyte, ni amalgamer toute l’humanité en refusant le droit à l’auto-détermination et toute liberté via l’égalité dictatoriale pervertie.
La nation est le produit du peuple, pas l’inverse, et le nationalisme est mort car nos racines ancestrales spirituelles et physiques européennes dépassent les nations, qui sont elles-mêmes devenues abstraites et qui en plus ne ressemblent plus à rien.

Ces gauchistes sont les idiots utiles du capitalisme mondialisé et du grand patronat car lui non plus ne veut plus de pays ni de frontière et promeut l’internationalisme. Pour eux, tous les hommes sont frères (et “égaux” blabla), surtout quand ils ne sont pas chez eux. Et ils sont pour la démocratie seulement quand tout le monde est d’accord avec eux. La révolution n’est positive que si elle a une direction, et une base saine/solide, pas mondialisée qui prétend représenter la terre entière ou l’humanité entière* alors qu’il n’y a que les peuples qui peuvent se représenter eux-mêmes, avec leur histoire et ce qu’ils sont au fond. On ne peut pas unir l’humanité sous une seule idéologie, car ce n’est pas le modèle de la nature et ne fera que provoquer plus de divisions.
C’est une utopie de croire en une unité mondialisé d’individus du monde basé sur l’abstrait qui serait plus forte que la hiérarchie capitaliste. La seule chose qui est plus forte, c’est le socialisme basé sur un peuple, ce qu’il est, ses traditions et son histoire, et son extension la nation, en harmonie avec les autres peuples avec le modèle naturel.
*ce qui ne peut avoir qu’une direction de renfermement/rétractation au lieu d’expansion, l’exemple qui renforce les autres. différentes unités sur la planète unis par un modèle commun, celui de la nature et de la libre expression des individus/familles et leur extension le peuple.

L’on doit partager et échanger sur le plan des idées, de la culture, de la technique ou autres entres-peuples, pas réduire cela à l’immigration de masse et au mélange racial. L’on ne doit pas renier l’aspect racial, ni s’y réduire (sinon l’on se coupe de son aspect transcendant, et de son universalité/expression de celle-ci). Ces “antiracistes” réduisent tout aux races et aux couleurs de peau, pas pour les défendre mais pour les détruire, surtout celles majoritaires des pays où ils habitent.
Je me sens personnellement plus proche d’un Africain ou d’un Asiatique qui aime son propre peuple (voir même d’un “arbre” ou d’un animal, la beauté de la nature) que d’un blanc gauchiste qui déteste le sien. Surtout quand ces mêmes gauchos mondialistes sont ceux qui détruisent les pays de ces mêmes Africains.
C’est cet aspect d’unité enracinée qui nous rend tous, toutes les expressions diverses du vivant, égaux aux yeux de “Dieu”, de la nature. Tout le reste n’est que chaos et travail inachevé. Le réel progrès ne peut venir que de l’intérieur, pas d’une vision extérieure d’un monde artificiel à l’image de l’idéologie unique faussement universelle et faussement lumineuse.

Les racines sont la base de l’unité, de l’être et du devenir intemporel des individus/peuples mais est aussi secondaire*, les mondialistes même européens de souche n’ont pas leur place en Europe, ni ailleurs, car ils sont des déracinés parasites et des traîtres au pays où ils sont peu importe là où ils se trouvent. Je préfère un africain qui s’assimile réellement à la France et à son entité biologique, qu’un blanc gaucho-nihiliste-mondialiste qui est tellement vide dans le fond qu’il s’attache a tout ce qui peut détruire les siens, que ce soit un islam version destructive, ou peu importe l’outil qu’ils trouveront.
*Par contre: l’immigration de masse ne permettra jamais l’assimilation/unité profonde et ne fera que pousser/séparé les peuples les uns contre les autres, et en eux-mêmes.

Et par rapport à l’égalité: même si les peuples seraient égaux, cela ne changerait rien, et ce serait justement parce qu’ils sont égaux (plan d’existence plus ou moins semblables) mais différents qu’ils ne peuvent pas vivre sur le même territoire, cela ne provoque comme on peut le voir aujourd’hui que de la confusion, des conflits ou de l’individualisme et de la décadence matérialiste.

On nous sort aussi qu’il ne faut pas faire de la hiérarchisation, mais personne n’en fait, et encore une fois ils nous disent ça d’un point de vue mondialiste/monothéiste, d’une terre et d’un vivant déraciné, où rien n’existe et où “tout est pareil”. La hierarchisation devient nécessaire et naturelle que lorsque l’on force différents peuples à vivre sur un même territoire (sinon c’est l’inverse et les minorités ou communautés qui dominent au lieu de s’intégré, et cela provoque le chaos et des luttes permanentes). Et ce n’est pas une hiérarchisation en tant que telle, mais simplement le résultat des communautés aspirantes à exister en-elles (ce qui est naturel et sain), et n’implique pas forcément la hiérarchie disharmonique. Mais bon la lutte est inévitable dans leur vision du monde extremiste, ou sinon le chaos de l’indifférence individualiste.
De plus leur idéologie unique ne fait que mener à la domination et la loi du plus fort* sur un plan mondial, si ce n’est pas  les peuples qui se gouvernent eux-mêmes chez eux, qui ce sera?
Et sinon c’est plutôt eux qui inévitablement font de la hiérarchisation par égalisation au nom de la “diversité” (trop de, pas assez de), bientôt il y aura des quotas ethniques (il y en a déjà).
Ces gens la se disent pour la tolérance etc.. mais des qu’un européen veut sauver son peuple, ou demande un petit espace de liberté, on l’assène de mensonge: on l’accuse de hierarchisation, de racisme, de xenophobie, etc.. surement parce qu’ils savent qu’au fond possède la vraie légitimité en europe? et puis on est tellement raciste qu’il y a plus de 30 millions d’étrangers en france, on ne sera plus raciste quand?
*il vaut mieux lorsqu’il y a une disharmonie la loi du plus fort peuple (plus forte unité-ordre), que la loi du chaos perpétuel du plus fort d’accaparement sur le plan individualiste (et donc la loi du plus faible/malsain).

Par rapport aux différences: Rien n’est pareil dans l’univers, sur tous les plans, mis à part dans le néant, refuser de reconnaître la différence c’est une forme d’intolérance. Et même si tout était pareil (ce qui est une hérésie spirituelle et scientifique), il n’a pas pour vocation à le rester, l’on est pas des robots (et mêmes eux sont différents), l’égalité et vouloir que tout soit pareil ne doit pas être une fin en soi (et puis qui voudrait une chose pareille mis à part satan l’étouffeur de vie). Et même si tout était pareil et égal, ce n’est pas une raison pour amener le chaos d’ailleurs en Europe. Et puis si tout était pareil, pourquoi devrions-nous exister ou même aider les autres? pourquoi ne pas tout détruire aussi? voila où mène cette idéologie complètement débile et non-réelle.

Et ce n’est pas parce qu’il y a des différences qu’il faut les éradiquer ou détester l’autre, on n’est pas des gauchistes ni promoteur d’une idéologie unique gentils/méchants. Notre religion c’est la nature.

Par rapport à “l’ouverture”: C’est bien d’être “ouvert”, mais si ce n’est plus en soi mais à travers l’autre, c’est une perversion. Le vrai respect commence par soi-même. L’on ne peut pas réellement donner aux autres ce que l’on n’a pas vraiment en soi, sinon l’on tire l’autre vers le bas (en lui demandant de nous donner ce que l’on n’a pas, lien parasite).
Pour ces mondialistes un étranger ne peuvent être que ouvert, par esprit de conquête ou d’intégration (fausse ou réelle), et nous l’on ne peut donc être que fermé, dans leur idéologie.
Ceux qui se renferment ce sont ceux qui se prennent pour le centre du monde, eux les nihilistes proimmigration, ils ne représentent personne mis à part eux-mêmes et le néant, et encore moins tous les peuples du monde.
L’on est dans une Europe renfermé sur elle-même qui promeut la préférence étrangère qui se renie et qui se soumet au monde.
Ils ne comprennent pas que les autres ne soient pas comme eux, croient que tout est pareil et égal, mais ils comprennent encore moins que même si c’était le cas tout le monde n’est pas nihiliste, et que le nihilisme ne mène qu’à l’auto-destruction car il a besoin de l’Autre, car il est dépendant du monde extérieur.
Des bisounours qui ne comprennent pas que leur utopie est à sens unique, vers l’auto-destruction.
Leur lien se base sur un ennemi imaginaire et l’idéologique. Notre lien se base sur les peuples et la nature (son image), l’unité naturelle qui progresse tout aussi naturellement, pas via des idéologies imposées et dominatrices. L’on peut induire un mouvement, mais il n’est pas toujours positif (il est positif quand intérieur et vertical). Le négatif peut amener du positif (dualité, “a chaque action, une réaction égale et opposée*”), mais il y a des limites et cela peut devenir trop destructif (surtout lorsque extérieur et horizontal/rejet de l’autre). *la différenciation et l’unité/création implique une forme de séparation (qui peut être harmonique ou non), une expansion, mais si elle va trop loin, elle vas se rétracter et s’auto-détruire. Tout dépend de la force intérieure de la chose, et sa source d’origine (positive/vraie ou négative/fausse). Ce sont des cycles naturels, qu’il faut maîtrisé pour éviter qu’ils nous détruisent. Notre force intérieure est aussi lié au monde et ses caprices, tout est lié mais l’on peut avoir suffisamment de force pour ne pas être le perdant de l’histoire.
Il est clair que ces mondialistes vont provoquer une lutte à mort dans le futur, au nom de leur lutte contre un ennemi imaginaire (nécessaire à toute idéologie unique). Cet ennemi est en réalité eux-mêmes, les promoteurs de la haine ne sont que des gens comme eux, poussant idéologiquement les peuples les uns contre les autres en reniant ce qu’ils sont et essayant de les faire fusionner ensemble. Mais peut-être est-ce cela qu’ils cherchent au final? tout en espérant échapper aux conséquences de leurs actes?
En voulant trop, une unité mondiale forcée, en ne laissant pas les choses se faire naturellement, en voulant fusionner les peuples ensemble, au final on n’a rien du tout.

Se prétendre le “haut” en terme de valeurs en se déclarant “ouvert” mais dans les faits seulement au “bas”, à la décadence, à l’auto-renie et à l’individualisme comme nouvelle “grandeur” n’est pas de l’ouverture mais de la fermeture aux plans supérieurs créatifs et spirituels.

Et puis perso je n’ai pas besoin qu’il y ait des immigrés partout pour me sentir ouvert, surtout à l’ère d’internet (ni qu’ils vivent chez moi), et il y a suffisamment de diversité dans cet univers, la faune, la flore, les étoiles, internet, les cultures, peuples et histoires européennes qui sont parmi les plus diverses du monde. De plus il y a suffisamment de non-étrangers pour se sentir ouverts. L’idée de l’ouverture de ces gens-là est étrange. L’on peut voyager* sans problème si l’on veut découvrir d’autres peuples et cultures, pas besoin de tout réduire au matérialisme et d’étouffer les peuples en les forçant à vivre au même endroit.
*mais ce n’est pas une raison pour vouloir ramener le voyage à la maison.

Au final, il n’y a rien de plus raciste que le mondialisme, qui au nom de l’antiracisme et des droits de l’homme interdisent à tout peuple sa liberté et sa liberté d’exister.

Ces mondialistes peuvent se cacher derrière l’idéologie qu’il n’y a que les cultures qui comptent, que les “races”/peuples ça n’a aucune importance ou n’existent pas, que tout est pareil, mais au fond ils ne sont que des racistes antieuropéens. Ce qu’ils promeuvent c’est du racisme culturel, qui renie l’existence même de celles-ci (“races”/peuples*) pour les réécrire via l’immigration.
L’immigration de masse qui détruit l’Europe ne peut pas être réduite à la culture, à “l’enrichissement culturel”, c’est bien une invasion physique.

*et paradoxalement de la culture européenne (les seuls peuples visés par cette immigration de masse):
La culture est le produit du peuple, et le peuple/ethnie la manifestation d’une unité/lien matériel-spirituel profond produit par sélection/égalisation naturelle (le négatif empêchant l’unité disparaissant naturellement) avec le temps. Soit l’on s’uni sur le plan matériel pour produire/retrouvé notre lien spirituel (unité immatérielle/universelle), soit l’on s’uni sur le plan spirituel pour produire/retrouvé sa manifestation matérielle.
L’unité immatérielle (spirituelle-transcendante) ne peut avoir pour base que l’unité matérielle (en soi et commun).
Le mondialisme propose à la place de la sélection naturelle (et le lien enraciné des individus/peuples) la sélection artificielle, et bientôt la fabrication de bébés ogm “normalisés” en laboratoire et le transhumanisme.
Le mondialisme est une idéologie descendante, qui réduit l’unité des peuples vers l’individualisme en brisant leur cohésion, pour ensuite tout réécrire par le bas.

Le lien à l’autre et à l’autre peuple, en tant que lien d’égal à égal en terme d’expression universelle d’unité à l’image du Un/”Dieu” est ce qui devrait être promu. Mais ces mondialistes veulent avec leur racisme idéologique refaire le monde à leur image. Il faut défendre les peuples, et le modèle de la nature, pas une idéologie, il n’y a que les idéologies qui séparent les peuples.
Il faut donc à l’image de la nature des unités* vivant en harmonie avec les autres, et lorsqu’il n’y en a pas, et ben c’est la loi du plus fort. Avec le mondialisme c’est la loi du plus fort permanent (ou plutôt du plus faible/destructif), la confusion générale, sans aucune harmonie, le chaos et la domination. C’est inévitable avec toute idéologie qui veut conquérir le monde entier, prétendant représenté l’humanité entière mais qui en réalité ne représente que le néant.
Les vraies barrières ne sont pas raciales, mais peuvent le devenir lorsqu’on essaye de fusionner des peuples différents, c’est une réaction inévitable. Et lorsque l’on se soumet tout de même à cette chose, au final ce sera quand même la loi du plus fort, et dans notre cas actuel la loi du nombre.
*lien de peuple à peuple tout comme le lien d’individu à individu chacun ayant ses différences, mais en plus grand (le peuple et la famille sont l’extension de l’individu), chacun ne faisant qu’un avec soi-même sans embêter les autres. Dans un univers manifesté il y aura toujours des différences, l’on ne peut pas être partout à la fois et mélanger en permanence tous les individus de la planète pour l’en empêcher.

Pour eux, même la paix est à sens unique (comme l’immigration), au lieu d’être une volonté mutuelle. Il y aura toujours besoin d’un gentil et d’un méchant dans leur vision des choses unipolaire de domination.

Il faut lutter pour notre peuple, pas contre les autres, surtout ceux qui se basent sur des idéologies et des systèmes (qui de toute façon ne doivent être que secondaires, pour le bien du peuple). Contrairement à ceux-là il ne faut pas baser ce que nous sommes par rapport à un ennemi, il faut retrouver notre propre universalité.
“No more brother wars!”. ni sur le plan idéologique ou de systèmes, ni sur le plan physique bien entendu.

 

Il ne faut pas attendre ou être ce que le monde veut de nous, il ne faut pas attendre de défendre ce qui devrait être mais qui n’est pas et/ou qui n’est plus, mais de nous libérer en créant à partir de l’ancien, d’une base  solide et de ce que l’on est réellement/profondément, de non-éphémère*. Et arrêter de maintenir l’ordre dans le chaos des autres en l’incorporant. Tout n’est pas pareil ni égal, si on le croit, on s’interdit toute aspiration supérieure, toute unité réelle et toute existence. La seule égalité qui existe est celle que l’on se donne, et dans les plans spirituels. Dans un universel manifesté/matérialisé, l’égalité n’existe pas. Toute expression de vie est égale dans son potentiel de continuité et de progression, c’est tout.
L’égalité ce n’est que le résultat de notre unité spirituelle, d’une création/volonté créatrice, pas une cause (et ne peut encore moins être d’opposition).
*tant sur le plan matériel-supérieur/vivant, que de notre être spirituel, à cause de ces individus réduisant tout au matérialisme.

La force intrinsèque d’un peuple est à la fois de devenir et d’être. Les deux ne peuvent pas être séparés (sauf sur le plan de l’abstrait et du néant). Sinon tout comme pour l’aspect d’esprit et de matière, tout ce que l’on peut faire c’est étouffer leur potentiel et ce qu’ils ont en eux. Le monothéisme tente de séparer ces deux aspects, mais cela ne peut avoir qu’un résultat destructif.

Ils nous ont déclaré la guerre non officiellement (sans l’assumer) avec la stratégie “tolérance”(obligatoire)+immigration de masse. L’ouverture à l’autre de prostitution. L’on doit vouloir le bien de tout le monde, tous les peuples du monde, mais la base de cela est d’abord de se respecter soi-même, et ne pas participer aux cycles du chaos.

Tout est relié sur des plans supérieurs, lorsque l’on possède une unité en soi et sur ce plan matériel (quand “spiritualisé”). tout est expressions et manifestations de forces supérieures, des énergies agissantes, tout combat est avant tout sur ces plans la.
Aujourd’hui l’on est coupé de ces plans, de notre intuition, de notre lien à l’univers et à la nature, l’on a perdu nos facultés “spirituelles” (que certains appellent “sorcellerie” (coïncidences/synchronicité, “télépathie” (pas dans le sens moderne ridicule hollywoodien) etc.)), notre lien profond (à nous même et à la nature/vie/”dieu”), notre appel créatif, on les a matérialisé en inventant la technologie, mais l’on se perd dedans.
la chance n’existe pas, ce n’est qu’une manifestation d’unité créatrice supérieure, la conscience a un pouvoir énorme sur le plan matériel.

Note: j’écris de façon étrange et avec des répétitions je sais (mais bon la source des problèmes actuels est la même, aussi car j’ai fait des rajouts un peu partout), j’essaye de simplifier au possible (décrire des processus et erreurs intemporelles) et de mettre les choses en perspective.
Tout cela est assez sombre et déprimant mais bon, se bander les yeux et sombrer dans l’individualisme ou réduire le combat au plus facile sans réfléchir est encore pire. Le but est de retrouver une direction supérieure commune, pas de se laisser prendre dans des luttes purement horizontales préconstruites.

Tout ceci n’est que mon avis personnel et ma propre analyse/décodage des choses. Je ne suis pas un expert, juste un français de base qui essaye de sortir de cette mauvaise direction.

Il faut porter l’horizontal au vertical (et inversement). Un peuple c’est à la fois vertical* et horizontal, haut et “bas” (“suiveurs” et guides/meneurs (ordre)) (normalement) (horizontal lien d’individu à individu; vertical lien d’individu à aspiration supérieure; “horizontal/-bas” lien d’individu à individu sur le plan matériel basé sur rien de réel sans aspiration verticale). Horizontal-bas = plateau vertical bas, tellement bas qu’il perd toute notion d’expression créatrice (produite par une verticalité/notion de direction/continuité), survit par stimulation matérielle seulement (de consommation/opposition du spirituel/de l’ordre sur le plan matériel); réécrire l’horizontal par l’horizontal lui-même (mouvement de rétractation sans production), au lieu de l’écrire via le vertical (mouvement d’expansion par production). par le bas = la destruction et un modèle “d’unité” par le matérialisme décadent (individualisme primaire, hypersexualisation, société consommation, néant etc.) qui se place en haut des valeurs, en lien avec l’horizontal-bas/matérialisme. le lien vertical (matériel et spirituel) est le producteur, l’horizontal le produit.
Seule la verticalité permet le lien entre individus créatif, la verticalité spirituelle qu’un peuple exprime en lui-même, et la verticalité matérielle, de créativité de l’environnement d’élévation d’individu dans la matière (technologie etc.). Il faut trouver dans la verticalité un potentiel supérieur, avec des bases solides/non-abstraites qui peuvent l’incarné tout en le produisant.
Il ne faut pas se couper de l’horizontal, du monde matériel, qui possède plusieurs “plateaux”, dense au subtil, mais ne pas le subir non plus. Il faut être ouvert au monde matériel (horizontal) et au vertical dans leur universalité mais en l’incarnant de sa façon, individuellement (tout travail spirituel est d’abord individuel) et ensuite de groupe (*racines matérielles et spirituelles individuelles et collectives). Sans l’horizontal il n’y a pas de manifestation de la spiritualité, de création, d’unité. Explication longue avec des mots spéciaux pour quelque chose de simple et que tout le monde sait déjà mais bon, apparemment c’est nécessaire?
L’individuel spirituel (vertical) est la base, mais sans volonté créatrice et donc de manifestation horizontale (unité/création), n’est qu’une chose éphémère vouée à s’éteindre. L’unité-peuple-racine (physique et spirituelles) est une création à l’image du Un originel, recréant une diversité supérieure et des mouvements (physiques et autres) créatif en son sein, depuis sa source originelle, la faisant grandir de l’intérieur, ou en créant un autre branche ailleurs (plus vraiment possible dans un monde surpeuplé, mais cela ne doit pas pousser à l’envi d’auto-dissolution/rejet on plus, peut être que l’on pourra aller dans l’espace pourquoi pas**). L’on ne peut pas se réduire à l’horizontal, ou se soumettre à une expression de celle-ci fictive et sans possibilités de l’accomplir réellement, sur un plan abstrait qui n’amènera jamais la complétude de l’individu et de son extension (peuple/racines), une quête qui ne mène nulle part mis à part la recherche de ce que l’on a plus en soi (lien spirituel) dans le matérialiste décadent.
Leur idée d’unité mondiale n’est pas basée sur la spiritualité, l’échange basé sur la spiritualité/le Un vrai, entres-peuples, mais l’empire mondial du mélange matérialiste/horizontal permanent sans réelle direction verticale, sauf la soumission à l’extérieur non-spirituel, les uns des autres dans ce chaos.
**que l’on aille dans l’espace ou non ne change en rien que le mondialisme est mauvais, et ne change pas les lois naturelles.

Les seules unités qui tiennent sont celles qui projettent leur source/essence dans l’individualité sans la contraindre*, qui implique la grandeur universelle, qui porte l’individu à l’universel, qui puise dans l’énergie profonde/matérielle individuelle et collective-racine, pour atteindre un état spirituel d’harmonie universelle, des bases solides. Ils pervertissent notre universalité et nos valeurs universelle, et l’universalité en tant que telle pour nous détruire et apporter son opposé, l’individualisme et la haine de soi (et de l’autre par effet retour), en réduisant tout au “moi je moi je”, l’infantilisation et la destruction du bien commun. Tout ne fait qu’Un, toute forme de vie vient de la même origine, mais tout n’est pas la même chose, forcer les choses de manière faussée, ne mène nulle part.
*En gros: une même source qui renforce des traits communs (matériels et spirituels), mais en même temps une individualité encore plus solide/réelle, car non réduire à l’individualisme primaire et au matérialisme, et car elle est réelle, le résultat de l’union de l’esprit et de la matière, sans besoin de pensée unique, ni de marchandage, non soumis ni de domination ni dépendante du monde extérieur/des autres, mais capable d’échange et de partage, basée sur le spirituel, non pas comme une fin en lui-même.

Au lieu d’accueillir la vie et notre descendance, l’on accueille les immigrés que l’on a infantilisés (l’individualisme, l’auto-renie, l’arrogance autocentré mondialiste bisounours, etc. en sont évidemment aussi responsables).

Dans l’individualisme et la coupure des racines c’est la lois du chaos, il n’y a plus de place pour les possibilités spirituelles, car cela rejette le plus haut potentiel spirituel/d’unité (les racines communes), et empêche toute unité réelle, tout le réel et le présent, mais comme l’on ne peut rien créer à partir de rien (ou en soustrayant tout fond), ni être purement destructif ou dans le renie, cette idéologie est vouée à disparaître, le but est d’y réchapper, de la laisser mourir sans la combattre frontalement/horizontalement ce qui la renforcerait*, et de préparer notre régénération. Les gens qui croient au monde des bisounours et qui rejettent leurs propres racines sont souvent des Européens, héritiers d’une très forte tradition spirituelle, qu’ils rejettent pour une raison étrange, au préjudice d’eux-mêmes et des autres (on ne peut aider les autres qu’en montrant l’exemple).
La force d’un peuple c’est de permettre la libération et le plein potentiel individuel rendu au bien commun, ce qui renforce la créativité à tous les niveaux et l’unité spirituelle-matérielle au quotidien, le confort et l’unité par les loisirs, les passions et la défense-positive (simple exemple basique) ou de l’esprit (direction, éducation/sciences, recherche, etc.), plusieurs mondes au sein du premier, et le tout dirigé vers le progrès réel commun, physique et spirituel, pas rendu à la recherche de moyens de contrôle décadents nécessaires à une société faussée mondialisée.
L’individualisme réducteur c’est soit la coupure des racines matérielles, soit/et des racines spirituelles ou de la spiritualité réelle. L’absence total de verticalité qui permet toute création ou unité réelle.
*ce n’est pas le bon moment pour un seul pays d’essayer de retrouver sa verticalité et de se défendre horizontalement (son existence) envers les autres, il faut un mouvement européen, pas seulement national ou d’une seule nation en tout cas. dans l’état actuel le pays se libérant de la secte mondialiste se verrait ciblé directement sans besoin de leurs manipulations habituelles, et serait attaquer. mais cela donne espoir, avec la Hongrie et la Pologne qui sont en train de se réveiller.

Le problème de l’esprit unique c’est qu’il empêche/étouffe l’individuel spirituel, et donc provoque un esprit et un spirituel commun de très basse qualité, réduit à la décadence. Il provoque l’absence de mouvement à l’intérieur du peuple par pensée unique qui se place au centre de tout, un “enracinement” corrompu/inversé. L’esprit qui a peur de s’exprimer/de se donner dans la matière et de se perdre, qui préfère la dominer.
Le problème du bien commun c’est qu’il est difficile à produire, il fini toujours par y avoir une classe d’esprit ou d’élite, et une classe tout en bas, tout ça parce qu’on arrive pas à avoir un ordre préalable sur le plan spirituel et d’être capable de sacrifice de confort matériel (qui devient une fin en soi (et on le perd au final), vouloir toujours plus), par déconnexion de son soi individuel supérieur qui se cherche à travers la matière, sans faire qu’Un avec celle-ci pour s’en libéré (ordre matériel à l’image du spirituel et du peuple), des individus avec qui produire un bien commun est impossible. On est incapable de produire un ordre sans tout réduire au plus bas et sans avoir des milliers de règles pour tout, avec pour cause cette idéologie matérialiste de toujours la réduction à toujours plus de droits/séparation individualiste (ce qui masque les vrais problèmes, ou parfois en inverse les responsables), elle-même témoin du rejet profond même si non réalisé de l’ordre actuel mais qui par “maladie mentale” s’y réduit et essaye d’y réchapper par/vers le bas. La conscience et le divin inscrit dans le corps matériel tenteront toujours de rejeter l’idéologie unique corrompue qui la conduit à la mort, même à un prix élevé quasi identique, ou de survie individuelle temporaire. Le rejet de ce système corrompu fait peur, car il implique l’unité réelle (et d’être ce que nous sommes réellement (et retrouver une connexion intérieure)), qui nous fait peur elle aussi. Le problème c’est que l’esprit européen de l’ouest a toujours été largement supérieur à celui des autres (dans le sens positif, et malheureusement aussi négatif), et cela fait peur. C’est pour cela que l’on se dirige seulement vers les autres directions possibles, vers le bas de soumission (dominé) et l’horizontal de renie ou d’auto-dissolution. L’on ne peut pas se faire pardonner réellement (de ce que l’on a réellement fait) si l’on se renie soi même, et c’est très lâche (et défaitiste, et n’aide personne encore moins les autres, de tirer les choses vers le bas).

À partir du moment où l’on cohabite avec des étrangers, ces individus pensent que la fatalité c’est de délaisser son identité, ses traditions, sa direction, son unité du peuple pour sombrer dans l’individualisme et pour créer autre chose avec les étrangers, au lieu d’imposer par l’exemple qu’ils s’intègrent, ou qu’ils respectent notre différence. Cela ne fabrique que du chaos et de la confusion* parce que cela n’a aucune direction<-, l’unité mondialiste des déracinés de la terre sur un même territoire, cela agi comme un trou noir qui consume tout et qui rabaisse l’humanité tout entière et force les autres peuples-nations a s’y soumettre ou a s’y rebeller. ->aucune direction concrète mis à part le renfermement de l’humanité sur elle-même.
Ce n’est pas parce qu’on a des amis étrangers que l’on doit devenir étranger à soi-même ou à son peuple. Que ce soit des étrangers ou des non-étrangers européens/”blancs”, c’est la même chose pour moi, ils sont étrangers à tout. Je préfère largement un étranger fier de lui-même et de son peuple (qui tire les choses vers le haut) et qui respecte ce que sont les autres (ou qui s’intègre ou s’assimile de tout son être à l’entité biologique du pays et son histoire), qu’un non-étranger qui souhaite détruire les siens surtout au profit du mondialisme qui n’est que le profit d’une petite élite. C’est eux la vraie extrême droite et le “fascisme”, qui se fait passer pour les gentils tolérants de gauche.
*surtout que leur idéologie est sans limite et n’incarne que l’abstrait, et à sens unique vers/en europe. dans les faits c’est l’unité de tous les individualistes déraciné dans une europe où les peuples sont en état de mort imminente. des profiteurs de la disparition des autres, et unis par/dans cela.
Il n’y a pas pire et plus destructeur que la fausse bonne conscience d’ouverture matérialiste, cela nous rend dépendant de l’autre (et de l’idéologie gentils/méchants) et amène le chaos.

Le lien d’égal à égal (sur un plan spirituel) entre différents groupes/peuples n’est pas de la séparation, la vraie séparation c’est ce que l’on voit avec des gens qui se prennent pour dieu* et prennent les autres pour des imbéciles à contrôler/rééduquer soumis à leur pensée unique. Le lien d’individu à individu entre-peuples se fait par un lien supérieur spirituel, pas un lien réduit à l’idéologie “tout est pareil” menant au néant et empêchant toute individualité propre et réelle non soumise au dogme mondialiste destructeur.
Ceux qui savent qui ils sont (et qui ils sont au-delà de leur individualité) n’ont pas besoin de détester ou emmerder les autres**, il faut savoir qui on est sur le plan individuel spirituel ou de groupe, mais l’individuel spirituel ne peut manifester son potentiel que s’il y a un lien de groupe le permettant, pour sortir d’un monde chaotique d’accaparement.
*un dieu basé sur la domination évidemment, pas un dieu qui tolère les autres. dieu c’est simplement un état supérieur d’harmonie et de lien inconditionnel à l’autre. leur vision de Dieu qui n’est pas totalement fausse, c’est le plus fort qui domine ou qui simplement perdure/survit des attaques, le plus fort, l’unité la plus forte (ce qui implique des bases spirituelles).
**savoir qui on est réellement implique d’avoir une individualité propre/réelle (travail intérieur/vertical) et savoir agir dans le bien commun au lieu de vouloir imposer son individualisme aux autres. Implique aussi de comprendre que cela n’est jamais productif, et que tout ne fait qu’Un même si le but c’est de créer quelque/autre chose et des différences qui renforcent au final le Un commun universel et nous-mêmes. L’on reçoit/récolte ce que l’on sème.
Il y a donc la séparation positive/créative. Si on ne veut pas se différencier de l’autre on n’est rien au final, et on est ni soi, ni l’autre, ni intérieur ni extérieur, et le lien à l’autre ne peut être réel, que s’il est manifesté à travers “l’esprit et la matière unis, spiritualisé”. L’on a un esprit et un corps de groupe, et un esprit et un corps individuel, l’équilibre et la complétude est d’avoir les deux. Encore une fois la pensée unique ou le rejet de la matérialisation/spiritualisation d’une unité présente ou à renaître est typique du monothéisme perverti (notion de Un qui rejette le “Deux”/multiple manifesté, et qui ne peut donc faire Un).
L’esprit qui unit les individus doit être lié* à la matière, aux racines créées (lien matériel, matérialisation de la spiritualité, peuple-racine), et il ne doit pas remplacer l’esprit individuel. L’esprit doit faire qu’un avec le corps/la matière mais sans s’y perdre, tirant le meilleur et transformant vers le meilleur celui-ci, verticalement, pas par abandon horizontal-matériel.
*Et quand elles ne sont pas créées, il faut les créer sur une base saine et donc avec un lien enraciné, d’esprit supérieur spirituel très élevé de transcendance sans aucune aspiration individualiste ni matérielle (capable de don de soi et de sacrifice) qui ensuite se retransmet sur le plan du vivant-matériel (et inversement). Ce lien réel et cet enracinement ne peut pas être tout et rien à la fois, et ne peut pas s’imposer aux autres sous peine d’y être soumis et d’être détruit.
Tout lien sans direction commune*** ni lien matériel commun créé avec le temps, si purement horizontal ou seulement via prédation de l’autre, sera défait avec le temps. La force créatrice pour créer un nouveau peuple (voir même une “race”) doit être à la fois de l’esprit, de la matière, et d’un autre élément, le métissage* horizontal/frontal (et je dirais même vertical**) ne fonctionnera jamais et sera toujours dissous/normalisé/séparé avec le temps, comme on a pu le voir par le passé lointain. Tout part de la même origine, que ce soit les hommes ou les animaux, mais on ne peut pas être tout à la fois, et ne peut y avoir qu’une seule humanité, à moins qu’elle vive dans un enclos étroit (physique ou d’esprit).
*Et d’ailleurs ils ne veulent même pas de métissage, mais de reproduction du néant, en rejetant l’existence des peuples-racines-cultures ou les réduisant au plus bas. Un métissage comme fin en soi, au lieu d’une circonstance temporaire rendu à l’unité supérieure. De plus ce métissage au vu de la démographie et de l’idéologie de toujours plus d’immigration, fera qu’au bout de quelques générations, la partie européenne ne sera plus que d’1/1000, ce n’est pas un métissage “50/50” ni “30/30/30”.
**logique d’égalité par/vers le bas, refus de l’ordre naturel. chaque individu/groupe/peuple/unité représente/est sur un étage en tant qu’expression du vivant (rien à voir avec supériorité/domination par rapport à d’autres), certains veulent détruire les groupes pour se placer artificiellement en haut, remplacer artificiellement ceux qui sont réellement la plus haute incarnation du spirituel.
par contre il y a aussi ceux qui vont exprès se sentir dominé pour jouer les victimes en allant se mêler des affaires des autres.
La plus grande incarnation du spirituel est aussi matérielle, en tant que produit d’aspiration supérieure, et solidité.
***direction commune (d’une expression d’unité/peuple) vers le multiple et “l’infini”, qui la renforce de l’intérieur, pas la pensée unique.

La seule direction que l’on peut avoir c’est l’auto-préservation, à l’unité et au surpassement du monde matériel en incarnant son expression la plus haute, l’encouragement aux autres de faire pareil et l’amour de son prochain, il n’y en a pas d’autres, tout le reste n’est que du vent (ou plutôt néant), ce sont les unités les plus solides qui survivent, le reste est dissous par manque d’élévation de conscience et spirituelle/courant vital intérieur sans besoin extérieur (ainsi que les fausses unités incomplètes ou imposées outrepassant les spécificités des individus/peuples).
Si l’on se nourri du matérialisme, on en aura besoin de toujours plus, pareil pour le lien à l’autre purement horizontal-faux ou individualiste, par parasitage/consumérisme des énergies spirituelles/créatrices, jusqu’au néant. Et les êtres réellement spirituels ne font pas du prosélytisme pour détruire l’essence spirituelle de l’autre, l’unité des peuples et des individus, et leur imposant d’être ce qu’ils ne sont pas, ou de s’ouvrir sur un plan matériel réducteur* à ce qu’ils ne sont pas ou à ce qui les détruira. Seul notre source de vie commune nous relie tous, toute expression du vivant.
L’environnement multiple d’essence divine créateur de la nature a créé chaque être, les uns avec et grâces aux autres, avec pour but de s’en libéré et d’y participer (que chacun y ait un rôle et une expression), pas de le détruire pour le remplacer par un environnement tout “gris” produit par l’esprit corrompu unique qui lui impose pour s’auto-survivre. Le plan du vivant est local, et multiple sur le plan universel.
*renie de ce qu’ils sont eux-mêmes en tant que manifestation matérielle d’une unité supérieure.
Lorsque l’ordre n’est plus un outil et une manifestation de l’unité profonde d’un peuple mais une nécessité, c’est que les racines sont déjà mortes ou en train de mourir. C’est de notre unité profonde, matérielle et spirituelles que naît l’ordre, sur le plan individuel et commun/de groupe. (unité matérielle = racines communes présentes/créées sur des millénaires de sélection*, et grandeur de conscience universelle, de potentiel créatif dans le monde matériel, sans notion de prédation). C’est sur que la surpopulation est un problème, surtout pour les peuples qui ne sont pas capables de vivre en eux-mêmes et de par eux-mêmes. Le manque de spiritualité et donc de direction du peuple (en plus de la surpopulation) peut provoquer une absence totale de base nécessaire à l’unité (conscience de son soi commun) et l’on est réécrit par l’ordre purement matériel existant. C’est voulu par les élites corrompues, mais ils ne font que profiter de ce que nous avons provoqué nous-mêmes, mais pleurnichent lorsque l’on reprend notre destin en main.
*plus haute unité et la plus solide perdure dans le temps, ainsi que sa manifestation matérielle-racine.

La séparation horizontale mène à la verticalité (créatrice ou destructrice), mais la séparation verticale (surtout intérieure), mène à l’horizontalité-basse purement destructrice. Nos destructeurs mondialistes refusent toute horizontalité représentatrice d’une unité spirituelle millénaire ancrée dans la matière. Ils veulent soit dominé le monde matériel, soit le détruire. Il ne faut pas rejeté notre unité matérielle-racine, à la fois résultat et productrice du lien spirituel. Si l’on rejette le plan matériel, l’on s’y soumet. Mais cette unité doit être matérialisée (et renforcée/spiritualisée) d’abord au niveau des individus, sinon l’on reste dans un stade où l’on lutte les uns contre les autres dans sa propre expression matérielle-racine réduite, par manque de spiritualité/convergence verticale qui lui permet de s’étendre, de l’intérieur, vers l’extérieur et de rassembler les semblables tout en la transformant vers l’avant et vers le haut.
On ne peut pas se prétendre l’universel mais sans le défendre, sans défendre sa/cette propre expression de celui-ci, sinon elle disparaît, et cela prouve qu’elle ne l’était pas.
Il s’agit donc de renouveler notre propre peuple, pas par le bas et l’extérieur, mais depuis l’intérieur (matériel et spirituel), pour retrouver une harmonie avec le monde extérieur, et une universalité positive.

La grandeur matérielle dans le sens qui fait corps avec le spirituel, la supériorité sur la matière basique (et sur soi-même) pour créer quelque chose via la verticalité, la spiritualité, produire quelque chose de matériel qui reflète notre spirituel, pour renforcer les deux.
Prendre sur soi*, pour incarner la grandeur d’ordre matérielle-spirituelle, la verticalité intérieure, pour pouvoir la renforcer de manière commune/l’horizontal, seul cela permet la créativité et l’individualité non-soumise. L’ordre qui unit la séparation, sans la contraindre, sans failles en harmonie avec les cycles naturels. Rechercher les bonnes questions et les réponses dans l’universel, incarner la plus haute expression de celui-ci, dans la création, dans ce monde matériel, pour s’en libérer en n’y faisant qu’un, tirant nos énergies vers le haut, sous forme d’une spirale ascendante.
*dans le sens créatif, pas dans le sens de soumission ou d’acceptation de l’inacceptable. Prendre sur soi, se connecter/prendre en soi les énergies supérieures universelles, devenir/incarner sa plus grande expression.

Dans un monde totalement chaotique, où la lutte vers le “bien” est faussée, le “mal” dans sa séparation devient plus pur que lui, et prend le dessus. Je n’aime pas du tout les notions de “bien” et de “mal” trop simplistes et facilement “pervertissable” via l’idéologie monothéiste corrompu, c’est plutôt créativité contre destructivité dans la réalité (et encore, c’est plus complexe).
Le plan matériel sans notions d’unités spirituelles liées n’apportera jamais d’égalité, mais le faux-spirituel/fausses valeurs non plus (qui d’ailleurs souvent se réduisent/sombrent au matérialisme). La hiérarchie naturelle permet aux meilleurs de guider les autres ou de créer le meilleur (à ne pas confondre avec la hiérarchie inversée basée sur la séparation actuelle du plus destructeur/dominateur (que l’on voit souvent à Hollywood de façon détournée ou inversée par rapport aux causes et aux responsables, l’ennemi de ces gens la étant la création elle-même, il ne peut en être autrement)).
Afin de pouvoir dominé avec leur grande amoralité et hiérarchie inversée, cette élite est obligée d’éliminer la vraie hiérarchie naturelle des peuples et du monde, en imposant l’horizontalité décadente* qui est leur propre reflet réel, en bas.
*Imposant tout le monde au même niveau, obligeant un lien d’individu à individu qui se cherche à l’horizontal/à travers l’Autre par besoin émotionnel individuel ou à travers un lien d’argent, de consommation ou de  circonstance, subissant le monde et l’Autre au lieu de créer une verticalité qui nous libérera des chaines matérielles et qui nous amènera la liberté individuelle vrai. Il faut une aspiration verticale pour avoir une vrai unité, manifesté à travers l’horizontalité, les semblables s’attirent, sur le plan spirituel, et sur le plan matériel, les mêmes vibrations (faire qu’un avec soi-même, attire les énergies semblables et complémentaires vectrices d’unités créatrices). C’est valable aussi pour un même peuple (nocivité de l’horizontalité décadente (socialisme perverti)), lié par un système fictif, mais c’est bien pire quand c’est pour détruire tous les peuples en même dans un mélange destructeur mondial.

Le rejet de la hiérarchie peut devenir malsain, transformer les individus en parasites destructeur*, car rejeter la hiérarchie nous fait en même temps rejeter la hiérarchie spirituelle, et le besoin d’être le meilleur de soi-même, ainsi qu’en tant qu’expression universelle, et de se reconnecter avec son soi profond, d’être en harmonie avec les autres. Il ne faut pas détruire la hiérarchie, il faut la changer, pour qu’elle serve les individus et le peuple (qu’elle l’ouvre à lui-même ou le recrée et à l’universel/spirituel), au lieu de l’inverse.
Il y a transcendance spirituelle, et transcendance parasitaire-satanique.
*souvent des individus qui usurpent le “bas”, le peuple, fabriquent des révoltes pour remplacer la hiérarchie originelle (qu’elle soit mauvaise ou non), empêchant les mouvements naturels de changement à l’intérieur du peuple.

L’horizontalité vraie permet la verticalité vraie. Il ne faut pas laisser ces gens la pervertir ce qu’il y a de plus important en nous faisant tomber dans le désespoir et la perte de repères. Il n’y a rien de plus satanique que l’égalité par le bas (en réduisant tout au plus bas), ou de dire que tout se vaut. Chacun est égal dans les possibilités spirituelles, mais certains choisissent la destructivité et ne sont plus égaux dans l’échelle supérieure créatrice. La créativité implique une forme d’unité, dirigée vers le haut (qui amène la liberté réelle (non réduite au consumérisme matérialiste ou à la marchandise)) et non pas vers le bas via un monde humain relié par l’argent seul, l’idéologique ou autres. L’argent c’est un outil qui nous permet de nous unir et de créer dans la matière, mais c’est aussi ce qui nous empêche de nous libérer sur le plan vital commun de cette horizontalité perverti de renfermement et d’auto-destruction/parasitage, lorsque l’on y est soumis. L’argent et le système économique doit être au service du peuple, pas l’inverse. Mais bon, si un peuple meurt, la cause première c’est qu’il a perdu de vue ce qui est sacré, et toute authenticité.

L’égalité doit être au sein d’un groupe d’individus dans un but créatif, si on la laisse se réduire aux choses qui ne le sont pas ou pour forcer un lien horizontal entre des choses qui sans aucune ressemblance en étouffant toute aspiration verticale/liberté au nom d’une idéologie faussement socialiste et universelle infantilisante qui prétend être la seule bonne pensée, qui interdit toute notion de grandeur intérieure (individuelle ou de groupe) (incarné le bon exemple) par idéologie égalitariste par le bas, cela n’est plus de l’égalité mais de la dictature.
Ces élites prétendent représenter l’égalité, et donc la contrôler (et décidé ceux qui ne l’ont pas), alors que l’égalité ça se donne lorsque l’on partage la même direction créatrice, de façon naturelle/instinctive et non pas artificielle, ce mondialisme n’incarne rien d’autre que la stérilité, le renfermement et la destruction.
Ils pervertissent l’égalité pour l’éliminer, et en plus certains sont plus égaux que d’autres (normal, l’égalité ne peut venir que des lois universelles, de l’origine, qui ensuite peut être exprimée d’une infinité de façons, plus ou moins fortes, créatrices ou destructrices, et donc inégales).
L’égalité c’est de faire partie d’une unité et d’aller dans une direction commune, et une égalité des chances d’y participer et d’être au contact matériel mais surtout spirituel de son avancement, une grande famille, une même essence, et une diversité d’individus, sans pensée unique, sans séparation sur aucun plan même si chacun a un rôle matériel et spirituel-individuel différent, rendu au bien matériel et spirituel commun. note: La pensée unique provoquera toujours son opposé, et la division, surtout sur le plan matériel par projection/réduction sur celui-ci (l’esprit en quête de liberté et surtout de survie cherchera toujours à s’exprimé d’une façon ou d’une autre).
L’égalité c’est surtout que tout le monde partage* son travail matériel sur le plan spirituel (chacun son rôle rendu à l’autre, et tout le monde reçoit les bénéfices du tout), dans une société libérale individualiste ou tout est séparé, où c’est le chacun pour soi et l’état externaliste qui redistribue à tous ensuite (même ceux qui ne participent pas, égalité par le bas), où il n’y a aucunes limites nécessaire au bien commun, matériel-spirituel, tout cela n’est pas de l’unité, c’est un système mourant qui tente coûte que coûte de maintenir l’unité via le matérialisme le plus bas. *C’est pareil sur le plan mondial, mais si l’on renie le peuple, l’on renie l’individu, et l’on renie tout plan spirituel et l’on sombre dans l’esclavage par la matière. -Un partage constructif non sans base ni direction, pas comme une fin en soi.
Tous égaux dans l’esclavage dans la cage mondialiste.
L’esprit corrompu de domination (et de réduction de l’esprit spirituel via le matérialisme) qui exige de recevoir les fruits matériels produits par l’esprit créatif des autres. Un parasitage de l’esprit (n’acceptant pas l’autre) et de la matière (voulant le pouvoir d’ordre, inversé, l’ordre qui réduit tout à la matière contre l’ordre matériel qui renforce l’esprit vrai, d’unité, qui appelle/permet de manifester intérieurement l’ordre spirituel. L’unité commerciale mondiale qui jouit du confort matériel produit par l’unité réelle spirituelle des peuples producteurs enracinés. Ils veulent que l’on sombre dans le confort matériel (et l’individualisme), nous disent que c’est suffisant pour être heureux, et au final l’on se rend compte qu’entre-temps on a tout perdu, et c’est déjà trop tard.
L’ordre doit être la manifestation d’une aspiration supérieure commune, pas d’une volonté de dominer ou par nécessité de maintenir un système mourant matérialiste en place. L’ordre matériel est universel, mais n’est pas unique et peut être exprimé différemment. Le pillage matériel pille l’énergie spirituelle de ceux qui ont manifesté leur unité dans celle-ci, il faut aussi faire attention de ne pas trop sombrer dans le matérialisme, et de garder la manifestation de l’unité surtout via le lien racine (unité physique) et spirituel. Mais bon, quand il n’y a plus de lien réel entre individus, le seul lien qu’il reste provient de la destruction/pillage, qui l’impose, sans aucun courant vital la vie s’éteint (horizontal, et surtout vertical, réel ou faux de domination).

Lorsque l’esprit (le vertical*) ne fait qu’un avec le matériel/les individus/le groupe (l’horizontal), que l’individu, le vertical et le groupe ne font qu’un, le vertical en matière de nécessité (guide/ordre (besoin d’être guidé)) ne l’est plus, devient naturel, le potentiel illimité dans cette unité réelle devient possible. Toute bonne direction (et expression universelle (petite ou grande, basse ou haute)) est à la fois verticale et horizontale, lorsque les deux sont séparés, l’individu se cherche dans une autre direction, soit purement destructrice ou stérile-décadente, soit la régénération.
La verticalité naturelle c’est chaque groupe incarnant en lui-même sur le même plateau (horizontal), une “fréquence”, plus ou moins supérieure d’harmonique (unité productrice d’égalité (pas comme une fin en soi)), la verticalité artificielle ou de domination c’est un groupe réduisant tout sur le même plateau chaotique matérialiste où il est la force de direction-domination la plus adaptée/forte.
*en vérité c’est l’union de l’esprit et du corps/matière qui manifeste le vertical (l’aspiration/direction/ordre supérieur). Car la matière (“l’horizontal”) est elle aussi verticale lorsque spiritualisée, et en elle-même par matérialisation (exemple des racines), par manifestation de la continuité (les deux sont liés sur chaque plateau). L’horizontal c’est surtout pour moi le matériel-présent, le plan où tout se joue (mais dans sa totalité il est passé et continuité comme dit ci-contre, l’unité des “forces” produit l’intemporalité, tout le reste n’est qu’à naître). L’horizontal dénué de toute verticalité le rend au néant.
En gros, lorsque l’esprit et l’ordre “deviennent horizontaux” (absence de division verticale-matérielle au sein d’un peuple, conscientisation de notre lien matériel-horizontal producteur de vertical transcendant), le travail est complet, et il produit naturellement la liberté individuelle et la verticalité par absence de manque, et grâce à une unité intérieure sans obstruction à l’universel réel, sans division horizontale-matérielle car de même résonance sur ce plan-la. L’ordre via l’horizontalité, l’unité et l’égalité réelle. L’émancipation et la transcendance via la créativité via l’union de l’esprit avec la matière productrice-manifestatrice de verticalité. Le seul horizontal présent qui tiendra, ce sera celui possédant/produisant/générant la verticalité en elle-même, chacun étant sa propre étincelle sans doutes sur lui-même ni manque. L’opposé de l’horizontalité artificielle fermée* de l’esprit corrompu. L’on peut guider vers la bonne direction seulement, et elle ne peut en aucun cas être unique.
Qui représentera cet horizontal mondial perverti abstrait même sur le plan de la matière? quelle expression verticale la représentera? cela ne pourra être que quelque chose d’anti-naturel et d’anti-spirituel/anti-liberté.
Lorsque l’on se dit ouvert aux autres mais sans aucune limite, de façon abstraite et mondiale, l’on se perd soi-même, l’on est remodelé par le monde extérieur, comme on le voit aujourd’hui.  Au lieu de participer à ce monde extérieur, l’on y devient soumis, par obligation d’un lien à l’autre artificiel, non enracinée (je ne parle pas que du lien à la terre), non créatif où l’esprit des gens est dématérialisé sur un plan idéologique/abstrait/cosmopolite.
Pour ces mondialistes un étranger ne peuvent être que ouvert, par esprit de conquête ou d’intégration (fausse ou réelle), et nous l’on ne peut donc être que fermé, dans leur idéologie.

Explication horizontal vertical esprit matière féminin masculin

Il y a l’Esprit, et la matière. La matière est le produit de la manifestation de “Dieu” (qui permet à l’esprit et à “Dieu” de créer et de s’expérimenter). Tout est esprit et matière. Les aspects féminin et masculin existent à tous les niveaux/plans dans cet univers manifesté (Ils existent grâce à cette manifestation et à la matière). Sur le plan matériel-dense ils prennent l’aspect de sexes, ont une tendance, mais les deux possèdent aussi une part de l’autre, les deux ne peuvent pas être séparé. Sur les plus hauts plans les Deux ne font qu’Un, plus l’on descend dans la densité plus ils sont séparés en apparence.
L’énergie (œuf de la création) est produite par l’union de la matière et de l’esprit (le temps aussi). Ces forces sont partout dans l’univers. C’est l’énergie relie le tout, tout en étant le résultat de leur union. Donc on peut dire que tout est énergie.
Le christianisme à dont en partie raison de dire que “Dieu” est une triade/trinité même s’il ne le dit pas de la bonne façon.
“Dieu” c’est à la fois l’esprit, la matière et l’énergie.

L’horizontal est plutôt de type matériel, et le vertical de type esprit. L’horizontal c’est aussi le produit de l’union des deux aspects matière-esprit, chaque plan/plateau/fréquence de verticalité où ils sont plus ou moins unis/faisant qu’Un.
Mais l’horizontal/monde matériel n’est pas figé, il a un passé et un futur, une direction, produit aussi des deux énergies/forces.
La matière sort de l’horizontalité en s’unissant à l’esprit, et l’esprit sort de sa verticalité en s’unissant à la matière, pour créer une direction, ascendante.
La manifestation supérieure du principe ou esprit féminin sur le plan matériel est ce que j’appelle la “mystique”, je le vois sous la forme d’un lien profond qui relie le monde matériel/horizontal à l’aspect vertical*, qui lui permet sa verticalité, via l’enracinement et une profondeur matérielle-intérieure, qui surpasse et appelle-incarne et permet de créer son propre mouvement dans celui du temps, de la matière/horizontalité (qui incarne le sens/direction, passé futur), le sort du sens/direction préétabli ou en crée/transforme-vers une plus grande/autre (ou plus haut plateau).
Si l’on sépare les deux (matière esprit), l’on se retrouve dans le néant ou l’abstrait, les deux sont toujours liés. La séparation n’est qu’illusoire dans l’absolu, mais c’est grâce à elle/l’univers-Dieu manifesté que le tout existe.
*sur le plan matériel l’ordre est la manifestation plutôt de type masculin de l’esprit, et la “mystique” la manifestation plutôt de type féminin de l’esprit (mais c’est l’un qui permet à l’autre de l’être). L’âme est “neutre” (provient directement de “Dieu”/Tout/l’univers/la source), peut exprimer n’importe qu’elle énergie en accordance avec la forme qu’elle prend (sur le plan matériel, ou son esprit). La conscience est le produit de l’esprit et de la matière.

Sur le plan matériel, les deux peuvent être soit créatif soit destructif. L’énergie masculine destructrice (vibration négative) brûle, l’énergie féminine destructrice consume; l’énergie masculine créatrice “met en mouvement”/rayonne, l’énergie féminine créatrice “ouvre les portes”. Ces deux énergies peuvent avoir différentes fréquences vibratoire. On est sur un plan énergétique dense, sur des plans supérieurs l’esprit est plus présent, et la matière moins dense, mais plus puissante/différente aussi (n’est plus vraiment matière). Plus l’on va vers le haut, plus les deux ne font qu’Un (“Dieu”), plus l’on descend plus ils sont séparés (en eux et entres-eux) (même si ce n’est qu’une apparence). Plus l’on réduit la fréquence, plus l’on est coupé d’énergie de vie, plus l’on est réduit à la matière et esprit dense (énergie et conscience limité), plus l’on est obligé d’être destructif pour maintenir son énergie (par “parasitage”). Mais il y a toujours une sorte d’équilibre, le destructif appelle le créatif/positif, car de toute façon sans ça c’est la mort (et tout le fait qu’Un, tout est lié, toute chose affecte toutes les autres).

Les deux énergies (féminines et masculines; femmes et hommes) sur ce plan matériel incarnent “l’esprit” et la “matière” donc, les deux ne peuvent pas être séparés. Les hommes ont une part féminine, et les femmes une part masculine, c’est normal. Mais c’est donc seulement l’union des deux qui permet le spirituel, vers le haut, d’incarné l’esprit, la matière, et donc “Dieu” à la fois, sur ce plan. L’union des deux, de façon réelle, puissante et profonde, ne permet pas d’énergies négatives, contrairement aux déséquilibres, faible vibration et séparation de l’un ou de l’autre (qui mène au néant).

L’horizontal et la vibration matérielle en tant que plateau est à tendance féminine, car c’est elle qui y donne sa forme (matrice), mais elle ne fait que manifester la verticalité via la sienne, mais c’est plutôt à tendance masculine (qui démarre le mouvement/direction). Les deux aspects sont présents à chaque plans et plateaux, sinon ils n’existeraient pas, c’est l’union des deux qui crée le plateau horizontal (vibration/énergie (produite par l’union de l’aspect féminin, masculin et de la matière)). L’aspiration ascendante d’unité supérieure est commune aux deux, et chacun possède son rôle pour l’atteindre ensembles.
Plus l’on se connecte aux plans du Un/vertical, plus l’on renforce sa propre énergie et l’énergie du tout (et sa connexion à celui-ci), y compris sur le plan matériel (et donc l’on attire l’aspect complémentaire pour recréer le Un complet). L’on fait grandir les deux aspects en nous, mais principalement celui de son rôle. Le but est de recréer le Un, mais vers l’avant, pas vers l’arrière en se renfermant sur le monde manifesté tel qu’il est.
Pour créer un horizontal sain il faut créer l’ordre, et donc l’unité des deux, sur chaque plans (y compris matériel donc), et surtout sur le plan du vivant. Il ne faut pas rejeter l’ordre matériel, il est nécessaire mais l’on ne doit pas s’y réduire, mais s’en servir comme d’un outil. L’ordre est supérieur au chaos, mais il ne doit pas non plus être réducteur et empêcher l’énergie spirituelle d’y rentrer mais d’en être libre. L’ordre horizontal ou matériel doit donc être à l’image du spirituel. Il y a un ordre sur chaque plan horizontal, sur les hauts plans c’est spirituel, sur les bas plans la loi du chaos et de la destructivité. L’ordre permet de spiritualisé la matière, et de matérialisé la spiritualité.

Sur le plan matériel le côté féminin c’est le côté sauvage, libre, et le potentiel. Le côté masculin c’est le côté ordre (les deux ne s’annulent pas ensemble, et au contraire sans l’aspect féminin le côté masculin ne provoque que le chaos), qui démarre le mouvement. L’un renforce et permet l’existence de l’autre, et sans l’un ou l’autre, il n’y a aucun des deux, et pas de vie ici-bas, ils s’équilibrent aussi entre eux. C’est le rapprochement des deux et l’équilibre (vers le haut donc) qui est créatif, et permet la vie (et de se rapprocher du Un originel/”Dieu”). Si l’un ou l’autre devient extrême en opposition à son contraire, c’est destructif. L’un renforce l’autre, vers le haut.

Le but de l’homme c’est de créer une unité (une culture/identité (un monde*), dans cet univers de potentiel/d’énergies diverses), de diriger ces/cette énergie, et la femme de le permettre, de le rechercher et de le renforcer. Le côté féminin représente plutôt la base, potentiel supérieur/qui l’incarne/appelle et manifeste, la matrice, la famille, l’ethnie/race, les racines, et le côté masculin plutôt le coté direction, l’ordre; la culture et l’expression matérielle-spirituelle le fruit des deux. Les racines c’est à la fois vertical et horizontal.

L’homme à une tendance à spiritualisé la matière, et la femme à matérialisé la spiritualité (mais bon les deux, font les deux, ce sont juste des tendances, les deux sont verticaux, et l’union des deux/fréquence le plateau).

Le but principal est le retour vers la spiritualité, “Dieu”, et cela passe par l’union de ces deux énergies/forces (pour atteindre une vibration supérieure (matérielle-spirituelle) et donc leurs renforcement mutuels, vers le Un.

Pour que ces deux aspects ne fassent qu’Un, il faut d’abord qu’ils ne fassent qu’un en eux-mêmes (sur le plan de l’esprit et de la matière), et se rejoignent, valable pour les individus (homme et femme), mais aussi pour l’esprit et les racines matérielles de groupe, les deux créent une profondeur-hauteur, qui tire les choses vers le haut. Sinon l’on ne vas que vers le chaos ou la stagnation horizontale.
La force capable d’unifier sur les deux plans les individus (sur le plan de l’esprit et de la matière), est à la fois le/les Deux, et le Un.
Si une forme d’unité a une carence sur l’un des plans (matériel ou spirituel), elle perdra sa force vitale (matérielle ou spirituelle) via cette faille, et vu que les deux sont liés, le tout s’affaiblira.

Depuis ce plan pour atteindre le spirituel, il ne faut pas renier la matière, ni s’y réduire, mais augmenter sa vibration (avec l’union de ces deux forces/énergies supérieures). L’idéologie virtuelle mondialiste actuelle renie la matière, et nous oblige à nous y réduire de façon encore plus basse (matière dense, peu spiritualisé), en voulant unir le monde sous des bases non spirituelles, en voulant détruire tous les peuples nations et les mélangés, non pas par et vers le haut, mais par le bas et le chaos.
Si l’on renie la famille, l’ethnie, la génétique, l’on renie la femme, et la matière spiritualisé/manifestation supérieure (les deux unis sur un plan supérieur) ou tout potentiel spirituel (et on réduit les deux à la matière brute/dense). Mais l’unité supérieure/spirituelle c’est aussi la culture, et le coté plutôt direction/homme (bien que l’un permet l’autre, et sans l’un ou l’autre il n’y a aucun des deux). Il faut donc rechercher l’union supérieure des deux, et il n’y a rien de mieux que la famille traditionnelle, la culture traditionnelle (qui donne mouvement/vie à la nation/peuple), plus ou moins bien incarné par le christianisme (bien qu’il puisse y avoir bien mieux). À plus basse échelle on avait le monde d’avant, avec des peuples moins unis, des cultures locales moins fortes (car pas encore aussi une culture plus globale, ou une religion), mais c’était tout de même bien plus spirituel que de nos jours. En voulant trop, une unité mondiale forcée, en ne laissant pas les choses se faire naturellement, au final on a rien du tout.

Quand le coté direction/qui permet de manifesté le mouvement rejette le coté matériel, il devient destructif, l’inverse aussi. Les monothéismes* souvent rejettent le coté féminin en le réduisant au plan matériel, et dans ce cas ne sont pas spirituels du tout. Ce sont souvent des idéologies de domination du coté matériel où ils y réduisent le coté féminin (et inévitablement le côté masculin). Ils pervertissent la notion de Un.
Celui qui était “haut” peut sombrer très “bas” (dans ce cas la je ne pense pas qu’ils aient jamais été bien “haut”), surtout lors de conflits par manque d’harmonie sur le plan matériel/concret. En réalité leur hauteur n’est que fictive et ils n’existent que sur un plan de domination (par le bas/matériel-dense), et réduisent l’aspect masculin au matérialisme lui aussi, relié à son homologue féminin sur le plan de la prédation (les deux sont toujours reliés sur chaque plan), et la domination de ceux qui ont des énergies trop faibles (spirituelle-faible sans solidité sur les plans plutôt matériels/failles, ou ceux sur un plan matérialiste-faible (rapport domination/soumission)). Ils s’approprient le potentiel créatif par le bas. Mais en se faisant éliminent les énergies faibles, mais en dégénérant sombrent dans le néant ou la perversion ultime d’inversion destructrice de tout. Le plan du concret/matériel est limité, c’est inévitable que toutes les énergies faibles ou destructrices induites finissent par se consumer.
Ces idéologies de domination du coté matériel où ils y réduisent le coté féminin, via l’argent, l’exploitation de la vie, de la terre et ses ressources pour son propre intérêt dominateur/pouvoir (sur les autres, mondialisme, etc.), capitalisme usurier, duplicité, etc. etc., sont des destructeurs de la nature, car ils ne respectent pas la vie, ne sont pas spirituels, et ces idéologies nous viennent des peuples du désert, l’européen a toujours eu une vision plus ouverte (et qui ne rejette pas le coté féminin), et non pas renfermé dans un pseudo-“haut” pas spirituel oppressif destructeur.
L’on incarne/se connecte soi-même à la plus haute expression de son énergie et s’ouvrir à “l’opposé”/complémentaire, sinon cela mène à l’affaiblissement et effet inverse. Que l’on aille très haut ou pas dans l’expression de ces deux énergies, si elle reste focalisée sur elle-même, elle devient destructrice/très “basse”.
*L’athéisme est tout aussi mauvais que les monothéismes non-spirituels (qui rejettent le côté matériel), car bien qu’il puisse être le résultat du rejet d’un monothéisme ou d’une forme d’expression spirituelle extérieure (et dans ce cas c’est justifié), il ne faut pas tomber dans le culte de la matière, de sa petite personne, de l’ego, ou du rejet de “Dieu” (=la notion de Un), de l’universel, de l’ordre universel, de la nature, et se sentir supérieur sur un plan destructeur. S’il n’y a plus rien de sacré, l’on sombre très bas et l’on détruit ce qui est bon/haut.
L’athéisme c’est de ne pas voir plus grand que soi ou plus grand que l’humain, ne pas chercher le progrès spirituel mais seulement de l’ego (et ne même pas être capable de voir que sur le plan matériel, ses racines ancestrales sont supérieures à son petit “moi” (sans même parler de culture)).
L’athéisme est la pire maladie de l’humanité, le rejet des puissances universelles créatrices.

Le “haut” en tant qu’esprit n’est “haut” que lorsqu’il cherche à créer quelque chose de spirituel (une unité) dans ce monde matériel, qu’il cherche à renforcer l’intérieur (matière et esprit), spiritualisé la matière, forcément via l’enracinement (la terre nous donne la vie). Lorsqu’il cherche à renforcer un pouvoir extérieur, ou qu’il rejette le matériel et essaye de le contrôler, au lieu de lui donner un sens (vers le haut spirituel/réel), l’esprit n’incarne à ce moment-là pas un haut du tout, et ne peut faire que détruire, car ce monde matériel est limité, et local (comme la vie), en voulant le contrôler, au lieu de le renforcer de l’intérieur, on le détruit, et on étouffe la vie.
L’esprit n’est pas Dieu, la plupart des religions on fait cette erreur, et l’esprit s’en est vu perverti. L’esprit ne peut pas contrôler la matière et la vie. Sur un plan supérieur, universel, l’esprit et la matière ne font qu’Un (et ne font qu’Un en eux-mêmes (et donc deux)), mais ici-bas ce n’est que de l’union des deux que l’on peut atteindre le Un, si l’on se renferme sur l’un, ou que l’on rejette l’autre, ou que l’on rejette cet univers manifesté (matière et esprit) et donc aux expressions multiples, l’on ne peut être que destructeur. L’on doit avoir cette vision universelle, mais l’incarner de l’intérieur, et la renforcer, au lieu de la parasiter à l’extérieur.

*le problème de nos jours est surtout que les pays ne sont plus du tout le reflet d’eux-mêmes**, ni des unités réelles, racines et spirituelles, et qu’ils essayent de forcé l’unité via le matérialisme (ordre purement matériel qui s’y perd, en tant que cause et non pas produit), et l’individualisme (par indifférence de l’autre, unité très basse et artificielle). On doit chercher sur le plan horizontal quelque chose de même résonance sur le plan vertical (spirituel ou matériel-continuité-commun-racine pour y créer et perpétuer quelque chose de sain, pas de l’horizontal dans son sens purement matériel comme une fin en soi de recherche matérialiste toujours plus poussée et toujours plus extérieure de renforcement de l’esprit matérialiste du rejet des racines, du rejet de l’unité qui demande un sacrifice de l’individualisme primaire, qui demande de ne plus chercher le soutien à l’extérieur pour nourrir une idéologie matérialiste de destruction “d’émancipation” par le bas, mais de réellement chercher à corriger les problèmes de l’intérieur sans volonté de détruire ou de remplacer; ou de sombrer dans la préférence étrangère par pure haine. D’ailleurs ils ne font que se servir des étrangers*** pour leur cause cosmopolite et tant qu’ils s’y soumettent aussi, sinon ils les méprisent de la même façon que les Européens de souche, surtout si ces derniers s’unissent dans un bien commun universel de préservation et libération commune de la dictature cosmopolite. Le fait que ces gens-là ne cherchent plus les réponses en eux-mêmes, font du renie de continuité de leurs propres racines et ne sont pas spirituels est un symptôme de leur esprit matérialiste de besoin extérieur (de gens qui font de/réduisant leur identité une idéologie par refus du réel), pas une cause directe. Le problème c’est que leur seul point commun à ces personnes c’est la haine des peuples et le refus d’une société d’ordre. Ils réduisent tout sur un plateau horizontal empêchant toute libération/différenciation via le vertical, une égalité corrompue des sexes, des races et autres fictions universalistes anti-universelles anti-émancipation/d’unité/assimilation par le haut, en gros l’esclavage par la matière et ses dérivés idéologiques abstraits totalitaires. Leur égalité des cultures n’est qu’un mensonge reflet d’un racisme “culturel” profond (idéologique mondialiste cosmopolite) qui dominera au final.
*Au nom de l’égalité des “races”, il est interdit qu’elles soient libres de choisir leur propre destin, au nom de l’antiracisme mondialiste.

***Il n’y a que les étrangers individualistes d’appât du gain qui se sont renié eux-mêmes ou ceux qui aiment agir comme des conquérants passifs ou agressifs qui soutiennent ces cosmopolites. Tous ceux qui veulent l’ordre, la stabilité, l’harmonie et le lien sain entre peuples n’agissent pas comme cela.
L’étranger dans l’immigration de masse nourrit le besoin horizontal et émotionnel d’échapper au système actuel malsain dénuer de lien spirituel* sans le changer en lui-même, dans l’espérance de le changer au final par le bas. Au lieu de retrouver notre propre spiritualité, on retrouve faussement ce lien dans le besoin de l’autre, de celle de l’autre, ou d’une autre unité, lien à l’autre matérialiste-horizontale mondiale. Il est plus facile de se soumettre à l’idéologie antiraciste antieuropéenne, que de se donner les moyens de la régénérer en croyant en soi-même et en ses frères/semblables, en sacrifiant son individualisme et son besoin d’évasion via le lien à l’autre individualiste. Lorsque l’on ne croit plus en son unité-racine, son ancrage matériel, on la cherche ailleurs (que ce soit dans l’autre ou le matérialisme ou le consumérisme). L’on est devenu individualiste primaire par rejet de notre propre unité spirituelle, ce qui nous a fait sombrer dans le matérialisme où l’on ne peut plus avoir de lien à ses semblables, la matière sans esprit est stérile.

L’invasion de l’Europe est aussi naturelle (même si sa cause artificielle), tout comme les féministes, homos, trans, pro-avortement, nihilistes, anarchistes, pro-immigration etc. (je ne critique pas ces choses-là en elles-mêmes, je fais seulement un constat lorsqu’ils deviennent politisés), l’esprit européen est devenu complètement stérile par auto-renie, la nature nous fait logiquement disparaître (et au travers même de ces individus ci-contre) pour autre chose, et le manque comblé extérieurement.
Leur mondialisme et ses dérivés comme le libéralisme perverti ne sont que de l’individualisme poussé à son comble, au rejet du réel et des processus créatifs de la vie. de l’individualisme qui réduit tout a soi, qui demande de l’attention, se prend pour le centre du monde, surtout sur le plan sexuel ou des identités ou genres corrompues sorties du néant.
Des individualistes qui se prennent pour le centre du monde comme fin en soi et veulent que le monde entier les rejoignent, qui se prennent pour les défenseurs de tout et de rien, et demandent toujours plus d’attention, des droits, d’immigration etc. (et même de guerres extérieures) pour justifier leur carence créatrice/spirituelle et leur idéologie infantile pervertie de non-responsabilité collective (et d’excuse/blâmer l’autre quand ils font face à leur idéologie destructrice). Une volonté non assumée de domination, et une forme non assumée de racisme anti-européen.
L’on attire/appelle les choses de même niveau (horizontal bas déraciné/sans-direction-spirituelle, individualisme) et l’esprit de domination. Lorsque l’on se prend pour le centre du monde, que l’on ramène tout à soi sans rien exprimé de nous-mêmes, l’on s’attire la domination. L’union d’esprit (pour être réelle) a toujours une expression matérielle, rejeter l’une des deux, l’on perd les deux. L’on attire le même modèle domination-soumission, par loi du vide et n’ayant aucune autre direction ni autre forme de lien. La nature/Dieu n’aime pas la faiblesse, la non-vitalité et la non-expression, et l’on est éliminé (soi même et l’autre de façon commune de même bas niveau). L’on tire les choses vers le bas en mettant la barre très bas au niveau individualiste matérialiste pseudo-universaliste, et l’on attire l’état stérile chaotique dans lequel l’on se trouve, seule la créativité, l’ordre et l’unité nous permet de nous libérer. L’ordre par le chaos “universaliste” sur le plan horizontal est une arnaque, le vrai ordre créatif ne rejette pas le plan matériel mais n’y fait qu’un, et n’enlève pas le côté sauvage/libre individuel et commun/de groupe nécessaire à la créativité. L’ordre mondial non chaotique est irréalisable, car le Un fera toujours naître le Deux, et le multiple, et ce Un perverti ne peut pas être partout à la fois sur le plan matériel, ni remplacer l’environnement multiple à l’image du divin, de la nature, et se survivre lui-même. L’absence de courant d’énergie supérieur entre chaque expressions du vivant en permettant une autre et se renforçant les unes les autres, mènera à la mort, surtout si l’on détruit la flore comme on le fait actuellement. Vouloir l’union d’auto-dissolution sur le plan matériel des expressions du vivant est une perversion, le lien doit être sur le plan de l’esprit (l’esprit vrai qui ne se rejette pas lui-même et donc son expression matérielle).
L’on doit exprimer son existence/unité vers/dans l’universel, en positif ou négatif, sinon l’on disparaît. Un manque de complétude matérielle par absence de spirituel (ou d’excès d’esprit matérialiste décadent), qui résulte aux besoins d’expansion-absorption extérieure matérialiste.
Les gens ont peur de l’arrêt de l’immigration parce que cela veut dire d’arrêter de chercher les solutions à l’extérieur* et devoir créer une unité à l’intérieur, et de devoir faire face au monde réel ainsi qu’aux peuples enracinés refusant de disparaître au profit du matérialisme mondialiste. Chercher le lien extérieur c’est positif, mais il faut qu’il soit positif ou créatif avec une direction réelle (qui nous renforce vers le haut), pas de façon fictive, défaitiste, émotionnelle d’abandon ou égotique.
*Par prétendue charité alors que c’est d’une volonté de renforcement égotique émotionnel de prédation.
**plus le reflet d’un produit matériel de la spiritualité/unité des individus (=peuple-racine).

Pour revenir au sujet de cette forme de renfermement sur soi sexuel: ils veulent séparer les hommes et les femmes, les faire se renfermer sur eux-mêmes, avec le féminisme et le MGTOW, pour briser les individus composant un peuple de l’intérieur (ou par résultante directe*), les diriger vers l’individualisme puis vers le mondialisme anti-peuple.
*Mais bon tout ça c’est aussi normal dans un pays-peuple décadent qui ne croit plus en lui-même, sans aucune direction créatrice commune, qui a sombré dans l’individualisme, le nihilisme et l’hédonisme. Il n’y a naturellement plus aucune fidélité, ni aucun lien créatif profond possible. Rien d’autre que l’appât du gain personnel et l’indifférence de l’autre.
Cela provoque ces individus qui acclament les étrangers (lorsqu’ils ne les ignorent pas) et qui agissent comme des prédateurs envers leurs semblables.

Ils veulent que l’on s’auto-détruise en se blâmant les problèmes entres-nous femmes contre homme (toujours la stratégie divisé pour régner, que ce soit avec l’immigration ou autre) pour empêcher que l’on comprenne la sources des problèmes actuels en europe qui est notre manque de lien et existence profonde et non éphémère (notre auto-renie) et notre esclavage par le mondialisme et l’idéologie cosmopolite.
ces prédateurs individualistes qui préfèrent jouer le jeux et se soumettre au mondialisme plutôt que de faire face au problème.
Car l’union de l’homme et la femme implique de créer des racines, à l’image du peuple (son extension), et vu que ce dernier est a moitié mort et vie dans un environnement toxique… et que l’on ne veut pas faire face à la source du problème.. c’est plus simple de se replier sur soi. C’est naturel, la séparation et dégénérescence de ces deux forces lorsqu’elles n’ont plus aucune cohésion.
Par ex pour le féminisme elles se coupent du Un en rejetant leur propre expression du Deux/leur rôle, et de l’Autre/homme par perte de connexion à ce Un. En haut les deux ne font qu’Un, et l’on manifeste leur unité dans la matière ici-bas. L’absence de rôle ou l’unité des deux par le bas (en un seul individu) n’est pas valable (ou dans ce dernier cas, impossible, sauf sur le plan abstrait/néant), et ne fait que renfermer les individus sur eux-mêmes (mais c’est ça le monothéisme mondialiste, l’individu-Dieu, mais malheureusement c’est stérile sur le plan de l’esprit, et donc aussi sur le plan matériel (bientôt la reproduction par ordinateur?)). L’union des deux énergies crée les racines et le peuple, ou les prémices de ce dernier. Les deux ne sont séparés qu’en apparence, et par nécessité dans un monde matériel/manifesté. Un peuple c’est la manifestation de ce Un, bâti sur des millénaires. Une unité intérieure qui permet de laisser couler la source en nous, via cette harmonisation intérieure.
Par rapport au féminisme encore: On leur a fait croire que l’ennemi c’est l’homme de leur propre peuple, au nom du mondialisme, dans le fond c’est vrai, ils ont arrêté de les défendre et de défendre la famille/nation/peuple, mais pire que ça elles vont jusqu’à défendre les envahisseurs pour le justifier.

Commentaire vu sur internet intéressant: “Sensation que les gauchistes pro-métissage nous voient, nous les femmes, comme une monnaie d’échange pour “le vivre ensemble””

Note: explications peut-être ridicules mais ce monde est devenu ridicule.

Ils poussent à l’idéologie de mélange mondial horizontal permanent, tout chercher à l’extérieur (même le lien à l’autre, même s’il est faussé dans un rapport d’infantilisation de l’autre), au lieu de trouver l’harmonie à l’intérieur (d’un peuple/pays déjà plus ou moins divisé) et de retrouver une verticalité, mais cela nécessite des individus capables de la créer/retrouver, ce qui est impossible avec des individualistes, ou des gens incarnant déjà une autre expression de celle-ci (un autre produit (idéologie, peuple, culture, etc.)). pire quand ces “horizontalistes” sont des gens qui veulent un produit, mais pas de ce qui est nécessaire pour le produire.
Quand on refuse l’unité ethnique, quand elle est déjà détruite (ce qui sera peut être notre cas dans le futur), il faut au grand minimum aspirer à une unité nationale/locale, unir les gens voulant vivre dans le pays et voulant construire ou recréé quelque chose sur le plan du vivant et du réel (ce qui est contraire à tout apport supplémentaire chaotique/cosmopolite qui empêche/retarde toute unité, de plus lorsqu’il s’agit de peuples trop différents ou ayant déjà leurs racines solides). On ne peut pas construire quelque chose avec pour base le néant universel, on ne peut pas être tout et rien à la fois, partout et nulle part, personne ne vient de nulle part, et l’on ne peut pas venir de partout en même temps, ni être à la fois un chien et un loup, un écureuil et un faucon. Si l’on aspire à une unité mondiale de l’esprit corrompu tout en rejetant l’unité matérielle-vivante (tous les peuples/nations), cela ne peut se faire que par le matérialisme-bas universel*, la dictature de la matière, de l’argent, des lois à tous les niveaux et pour tout, et via la technologie. Mais bon, il est ridicule de croire que le chaos/mélange permanent et mondial peut fonctionner, les unités locales et vivantes sur le modèle-famille divin, triomphera car le plan du vivant est le plan local, et intérieur, qui se propage à l’extérieur et se renforce via l’harmonie avec le temps et résonance avec les autres formes d’unités vivantes, tout ce qui refuse l’Autre et l’autre expression spirituelle-vivante-racine, récolte ce qu’il sème, la destruction, où sera obligé de vivre dans un monde non-vivant tel des zombies-robots.
*L’universel, l’esprit et le vrai vertical vient de l’individu(s) en premier, qui fait/font partie d’une plus ou moins grande expression de celui-ci (**), le matérialisme et l’individualisme étant sa plus basse expression. Ils veulent nous couper de notre universalité via le matérialisme décadent.
**selon la qualité des individus ils produisent un esprit et un corps commun avec le temps/verticalité/unité/direction spécifique

C’est bien d’être “ouvert”, mais si ce n’est plus en soi mais à travers l’autre, c’est une perversion. Le vrai respect commence par soi-même. L’on ne peut pas réellement donner aux autres ce que l’on n’a pas vraiment en soi, sinon l’on tire l’autre vers le bas (en lui demandant de nous donner ce que l’on n’a pas, lien parasite).
Se prétendre ouvert sans être soi-même quelque chose de réel et de vivant ou de baser sur le vivant, d’une création (lien-racine non-éphémère, culture, histoire, etc.), ou se renier soi-même, c’est de l’hypocrisie, ce n’est pas de l’ouverture si c’est purement idéologique et basé sur rien de réel ou de spirituel ou d’une volonté de séparation face à tout le reste. Se dire ouvert mais sur un plan purement individualiste c’est aussi de l’hypocrisie (surtout lorsque l’on rejette le droit aux autres de ne pas l’être (individualiste-nihiliste)). Se prétendre ouvert mais refuser de défendre sa propre existence (hors individualisme) par défaitisme, pareil. Le plan universel nous unit tous et toute forme de vie, mais on ne peut pas être tout et rien à la fois*, ni être partout et nulle part à la fois, pas sur le plan du vivant (et ici-bas) en tout cas. Rejeter le plan du vivant nous fait sombrer encore plus bas que celui-ci, dans la dégénérescence et le chaos.
*quoi que l’on fasse, l’on finit toujours par être quelque chose, et au vu de ce qui se passe en Europe, au final l’on incarnera potentiellement n’importe quelle nation, sauf un peuple/nation européenne.

Se prétendre le “haut” en se déclarant “ouvert” mais à la décadence comme nouvelle grandeur individuelle n’est pas de l’ouverture mais de la fermeture au haut et aux vrais valeurs.
Ces gens de l’élite nous demandent d’être ouvert aux autres comme des employés envers leur employeur, et nous demandent de nous réduire à l’égalitarisme le plus bas et à l’individualisme, et de nous ouvrir à l’autre en se reniant soi-même.

Pour en revenir à “l’ouverture”: Perso je n’ai pas besoin qu’il y ait des immigrés partout pour me sentir ouvert, surtout à l’ère d’internet (ni qu’ils vivent chez moi). De plus il y a suffisamment de non-étrangers pour se sentir ouverts. L’idée de l’ouverture de ces gens-là est étrange. L’on peut voyager sans problème si l’on veut découvrir d’autres peuples et cultures, pas besoin de tout réduire au matérialisme et d’étouffer les peuples en les forçant à vivre au même endroit.

Au final, il n’y a rien de plus raciste que le mondialisme, qui au nom de l’antiracisme et des droits de l’homme interdisent à tout peuple sa liberté et sa liberté d’exister.

 

Si l’européen disparaît, c’est parce qu’il refuse de changer, de se transformer, en lui-même (retrouver son unité) et par rapport au monde extérieur, qui essaye de le détruire. Notre altruisme est magnifique et très créatif, mais toute chose a un côté négatif, par exemple s’il est, sans limite ni morale, appliqué même envers ceux qui n’ont aucun des deux (mais cela ne justifie pas l’inverse ou de perdre cette valeurs des plus grandes). Il est faux de croire que tous les individus ou peuples sont universalistes et ouverts de la même façon que nous, mais même s’ils l’étaient, ils ne chercheraient pas à nous détruire ou à nous réduire à l’auto-reniement (réduction au matérialisme individualiste (“tout est pareil”)), ou resteraient parmi les leurs, ils seraient respectueux et nous encourageraient à faire au mieux pour notre propre peuple.
Si l’on rejette sa matérialité en tant que matérialisation de la spiritualité (ethnie), l’on se réduit au matérialisme déradent, c’est inévitable, et vu qu’aujourd’hui le matérialisme est mondialisé, c’est encore plus problématique.
L’on ne peut être pro- qu’envers quelque chose qui nous ressemble et auquel l’on partage quelque chose, et ces personnes-là c’est l’esprit matérialisme de l’idéologie mondialiste.

L’esprit européen a été perverti et rendu au monde extérieur, notre vision d’ordre matériel-horizontal (créateur/”manifesteur” de spirituel) au service des autres qui ne l’incarnent pas.

Ces gens la veulent tellement l’immigration de masse à tout prix (pour détruire l’Europe, justifier et continuer dans leur propre bêtise et ne pas assumer les vrais responsables du chaos au Moyen-Orient) qu’ils s’en foutent de faire venir des terroristes ni de lutter contre l’islamisme radical en Europe. Ni de faire venir des gens qui n’aiment pas l’Europe et qui ne comptent pas s’intégrer tout en commettant crimes sur crimes, et tout ça au préjudice des Français qui ont déjà beaucoup de problèmes (économiques, sociaux et autres, causés par cette même élite supranationale). Ils font venir des étrangers qui détestent l’Europe et qui semblent étonnés (au vu de leur comportement) qu’il y ait des européens/caucasien/blancs en Europe, et qui luttent avec les immigrationnistes et les gauchistes contre ceux-ci, cela n’a aucun sens, on ne bâtit aucune unité ni intégration s’il n’y a rien vers lequel intégré quelque chose, ni quelque chose de réel vers lequel s’unir. Et puis pour toute intégration, il faut à la base acceptée la différence entre les peuples, l’idéologie bisounours (paradoxalement dictatoriale) “tout est pareil” l’en empêche.
Un immigré normal qui change de pays, soit il s’assimile à la majorité (au peuple autochtone), soit il s’intègre en apportant son plus en gardant sa place de minorité dans l’harmonie, sans essayer de remplacer la culture et le peuple du pays où il émigre par la sienne de son pays d’origine.

Rejeter le positif (plans supérieurs) et le spirituel revient à accepter le négatif. Et c’est parce qu’il y a le négatif qu’il peut y avoir le positif. C’est parce qu’il y a la destruction qu’il peut y avoir la création. Il y a la destruction naturelle ou avec un potentiel positif retour, ou la destruction qui ne laisse plus rien repousser et nous condamne à lutter pour survivre, pour enfin pouvoir réellement vivre. Le problème de l’humain c’est sa capacité d’adaptation, l’on ne se rend pas compte de ce que l’on pourrait avoir, ou de ce que l’on avait, de notre unité profonde et de notre feu de vie que l’on a perdu, de notre vrai potentiel.
Il y a l’adaptation constructive, et celle de soumission.

À rejeter l’ordre et le leadership non-séparatif (qui fait qu’un avec le peuple), l’on finit par disparaître, tout naturellement. Car ce leadership aura plus intérêt à étendre son influence sur le plan horizontal-matérialiste que d’aider le peuple, le problème c’est que si son expansion est purement horizontale-matérialiste, tentant d’englober des choses totalement différentes, cela ne produira jamais rien de spirituel.
À partir du moment où l’on veut une unité comme une fin en soi, et non pas produite par volonté réelle et spirituelle, elle n’amène que son opposé, la division et l’individualisme.

Notre société avec toutes ses lois, règles et normes de tout et n’importe quoi ne fait que montrer que notre unité est fausse, au lieu de simples lois pour tirer l’ordre vers le haut, on a des systèmes qui tirent tout vers le bas/par le bas pour maintenir l’ordre dans le chaos de la division et l’individualisme profond.
Chacun se bat pour ses propres droits individualistes* dans cette société divisée politiquement, culturellement, ethniquement, socialement, économiquement. L’on est obligé de créer des lois et règles pour gouverner le lien à l’autre dans la séparation, sombrer dans le matérialisme au lieu de se servir de lois plus spirituelles pour tirer les choses et les individus vers le haut et l’unité.
*et qui encouragent les autres à le devenir eux aussi, ils ne conçoivent pas que c’est notre unité et notre propre volonté de “sacrifice” individuel commun (qui nous revient en retour dans un monde unit spirituellement (but de ce sacrifice), pente ascendante au lieu de descendante) qui fait que l’on peut avoir quoi que ce soit, il faut savoir réellement donner de soi même, et ne pas être un individualiste primaire. Les seuls droits qui existent, c’est ceux que l’on se donne nous-mêmes et entres-nous. Si l’on attend des droits des autres, l’on devient esclave. Si  l’on se croit le centre du monde, que tout nous revient et que l’on souhaite la même chose aux autres, ce sera le chaos, l’on sera détruit et eux aussi.
Sans toutes ces règles, ce capitalisme mondialisé, cet environnement matérialiste de consommation, la loi de la nature reprendra le dessus inévitablement, et tout ce monde cosmopolite disparaîtra, forçant les individus à créer ou à retrouver un lien réel-vivant.

Des gens qui croient qu’avec toujours plus de droits individualistes qui flattent l’ego (promotion de tout ce qui conforte l’individu dans son renfermement individuel) porté en valeur universelle, plus d’immigration, etc., le monde sera meilleur, mais il n’y aura que plus de chaos, d’accaparement personnel (surtout quand la seule chose qui relie les gens est l’argent (ou une idéologie destructrice). Ces gens la sont encore une fois focalisés sur l’horizontal, et ils le peuvent uniquement grâce au confort de la grande spiritualité/verticalité léguée par nos ancêtres, dont on pervertit les valeurs.
Des gens qui ne vivent plus pour le lien réel et profond à l’autre, un projet vertical commun, mais seulement un lien d’individualisme primaire dirigé vers un ennemi commun horizontal (sans cela, et tant qu’il y a suffisamment d’argent des autres*, et d’aide horizontale pour ceux sans verticalité) ces individus se boufferaient entre eux, incapables de notion individuelle-spirituelle, de prendre sur soi, de pouvoir vivre avec eux-mêmes, ni de créer quoi que ce soit. Et tout ça appuyer par un nouvel environnement artificiel individualiste de la société de consommation, et des règles de partout pour qu’on n’ait pas besoin de pensée (réduire l’esprit au plus bas). À moins d’être un individualiste notre énergie est perdue dans un monde comme celui-ci. L’idéologie mondialiste n’est qu’une obligation d’individus n’ayant plus rien en commun entre-eux de vivre ensemble, dans un monde matérialiste artificiel qui ne nourrit pas le lien spirituel entre individus dans une direction commune mais une machine artificielle mondiale. Empêcher les peuples de produire quoi que ce soit que du matérialisme, pour réécrire l’humanité à travers cela.
*et s’il n’y a plus d’argent pour nourrir leur idéologie/fausse unité, ils pratiqueront une forme d’esclavage commune. Ils ont aussi besoin de cet ennemi fictif parce que leur unité se base sur l’idéologie qu’ils sont des victimes, et qu’ils incarnent l’universalité, pour ensuite devenir des bourreaux. Ces fausses idéologies sont plus faciles à mettre en place dans des pays en faible santé, comme le fait un virus.
Ils ne peuvent rien créer par eux-mêmes car ils sont universalistes mais sans incarner l’universalité en eux-mêmes, ils la recherchent à l’extérieur, et via le matérialisme, et le produit des autres (matériel spirituel) qu’ils consomment pour nourrir leur idéologie.
Ils prétendent défendre les droits pour tous mais dans les faits la plupart ne défendent que leur propre communauté ou idéologie en jouant les victimes. Le mondialisme mène au chaos et à la division, c’est inévitable. On n’a aucune ligne/direction, même plus de créer un monde meilleur, on est trop occupé à faire la guerre (au nom du mondialisme “humaniste”) et à mélanger les peuples pour créer un quelconque système d’ordre fonctionnel, au niveau mondial.

Toujours plus de droits individualistes pour masquer les problèmes réels, de travail, d’unité, d’identité et d’avenir. Des fausses luttes verticales, et des fausses luttes horizontales.

La valorisation des droits de n’importe quelle minorité idéologique, ethnoculturelle et autres à le rester, à demander toujours plus de reconnaissance de la part de l’autre, à mettre en avant la division avec toujours plus de droits communautaires et individualistes. Empêcher toute unité nationale, empêcher les minorités de s’unir avec la majorité*. Ils ne veulent surtout pas que les minorités s’intègrent à la majorité par transcendance totale, et réduisent tout au niveau des races et à l’immigration de masse pour mieux tout diviser, aux luttes horizontales, en demandant aux minorités d’imposer leur séparation envers la majorité, ou en imposant l’égalité et le mélange de cultures partout au niveau mondial, ce qui forcément ne fonctionne pas et n’apporte que la division et le chaos.
Diviser pour tout rendre au mondial et imposer sa vision du monde aux autres en rendant obligatoire l’individualisme pro-droits pour tous mais droits de rien partout. Des gens qui n’assument pas qu’au fond ils veulent détruire les pays et les peuples, il n’y a rien de plus racistes et intolérants qu’eux. Ils veulent une unité mondiale mais elle ne pourra se faire que de peuples s’unissant entre eux sans se renier, pas avec une lutte horizontale permanente d’individualistes contre les peuples libres. Il ne peut pas y avoir les deux, l’idéologie mondiale de tout détruire et tout recommencer et l’idéologie d’unité réelle d’enracinement (ce qui n’est plus un problème aujourd’hui avec internet, tout peuple peut être en lien l’un l’autre quoi qu’il arrive, et rejoindre et s’unir à celui qu’il veut s’il le veut vraiment). Et même dans le cas de tout recommencer, ce n’est pas avec le chaos permanent qu’on va le faire. Tout ce qu’ils veulent en fait, c’est la troisième guerre mondiale.
*quand par miracle les racines d’un peuple se réveillent et que cette idéologie mondialiste est évincée du pouvoir au vu de ses résultats très loin de leurs promesses du monde des bisounours. Il est évident que la seule “minorité” opprimé aujourd’hui est celle des pauvres peuples victimes de la mondialisation où ils sont dépossédés de tout futur, tout comme les esclaves des pays pauvres ou pays pro-exploitation.
Ils traitent tous les populistes de racistes, mais cela n’a aucun sens, on n’a pas besoin “d’arrêter” d’être “blanc”/européen d’esprit et de corps (ou d’avoir ses propres pays envahit) pour aimer et aider les “noirs” réellement par exemple. C’est justement la différence qui permet d’aider réellement l’autre, pas de considérer que tout est pareil ou s’auto-proclamer défenseur (et donc détenteur) des droits de l’humanité entière, dans ce dernier cas l’on fait comme les états-unis, l’on attaque et colonise tout le monde sans réellement aider personne.
edit: cela va surement changer avec trump, bien que cela reste à voir (va-t-il pouvoir se libérer de l’influence toute-puissante de l’état profond et des lobbies?). En tout cas ces élites internationalistes dans le mauvais sens du terme ne veulent pas de patriotes au pouvoir car ces derniers unissent le peuple réellement, les rattachent à quelque chose de réel, pratiquent l’intégration et refusent toute division via l’immigration, l’idéologie cosmopolite de l’hyper classe et des multinationales, etc. ces élites veulent un peuple divisé et individualiste, car c’est ce qui leur donne leur pouvoir et leur identité de centre du monde basé sur l’ego et la fausse ouverture à l’autre de façon pervertie.

Mais encore une fois, il n’y a aucun complot, les individus choisissent eux-mêmes ce qu’ils veulent voir apparaître dans le monde, l’élite n’a de pouvoir que celui qu’on lui donne. Les élites ne sont pas le problème, le problème ce sont ces zombies mondialistes du bas.

Ils prétendent défendre la liberté, l’égalité, les droits individuels etc. et lutté contre les soi-disant méchants qui sont soi-disant contre, mais ils ne défendent que leur propre vision de la liberté et de l’égalité, et souvent dans la réalité, ils sont plutôt anti-libertés et anti-égalités.
Les “droits” qu’ils défendent sont donc la plupart du temps des droits/libertés/etc qui empêchent toute création d’unités supérieures basées sur le vivant et l’enracinement, et anti-peuples (mais pas anti-monothéisme tant qu’il n’est majoritairement pas attacher à l’aspect terre/enracinement/racial/ethnique*), des choses qui renferment les individus sur leurs petits eux/ego individualiste et matérialiste, des “droits” anti-droits. Ou sinon des choses totalement ridicules, fausses ou que personne ne conteste, mais ils accusent leurs opposants de vouloir le leur enlevé ou d’être de “méchants intolérants”. Le mensonge et la diabolisation, technique habituelle.
De plus la vraie égalité serait que chacun selon son poids ou sa créativité dans la société, soit plus ou moins taxé ou récompensé que l’autre, l’inverse de l’égalité de ces gens-là qui prônent l’égalité basée sur rien, et qui impose le néant. Soit l’on a l’égalité pour tout le monde même les destructeurs, soit l’on a l’égalité dans la créativité et ce qui renforce le bien commun. De nos jours on a l’égalité accès vers tout ce qui est destructif et diviseur, toujours dans le même but mondialiste d’un projet qui ne peut faire que tout détruire mais qui ne changera en rien la réalité du monde, à la différence que cette fois-ci la puissance destructrice sera telle qu’il faudra tout recommencé, dans chaque coin du monde.
*normal, le mondialisme est un projet dérivé du monothéisme à la base. même si c’est un monothéisme colonisateur (anti-enracinement, anti-peuple), qui aide dans leur projet de destruction et de domination par l’esprit unique corrompu, préparant le terrain au pire, ou temporaire pour préparer/proposer une alternative de même style. à la fois détruire le côté peuple-libre et enraciné, et détourner l’attention du problème d’enracinement et d’unité spirituelle réelle.
Ce que je veux dire c’est que par ex en France, l’esprit français et les racines française (et européennes) sont interdites sauf si se renie pour accepter l’esprit unique multiracial, le seul autorisé. En bannissant toute unité monoethnique<-, l’ont banni à la fois les unités avec potentiels réels, ou la création enracinée d’une autre. ->enracinée localement ou liée dans son extension “continentalement” par des racines spirituelles (et physiques/matérielles) communes très anciennes mais toujours réelles. En bannissant le réel, l’artificiel se soumet à “l’ordre” le plus bas existant, matérialiste, et disparaît.
L’union européenne en tant qu’entité matérielle-artificielle sert à empêcher toute unité européenne réelle spirituelle, et la détruire depuis l’intérieur (et à l’aide de l’extérieur).

Tout ceci n’est donc là que pour détourner les vrais problèmes qui touche le peuple tout entier en faisant chacun se renfermer sur lui-même et demander des droits individuels, divisé les individus par tous les moyens, y compris jusqu’à aller sur le plan des sexes pour détruire tout potentiel créatif. Détourner les vrais problèmes qui touches les individus en général et les faire se taper entre eux et rendre la lutte aux bas niveaux (imposer l’égalité sur des choses ridicules, ou fausses ou différentes et outrepassant le réel bien commun) pour masquer les vrais problèmes d’en “haut”, de la mauvaise direction que l’on est en train de prendre qui provoque tous ces problèmes sociaux et économiques.
Les combats pour les droits et les libertés sont déjà gagnés, ces gens ne font qu’inventer un ennemi imaginaire et remettre tous ces combats sur le débat public, prétendant qu’il existerait un ennemi désigné (les peuples libres) pour vouloir les leur enlever. Parce qu’au fond, ce sont ceux-là qui veulent nous enlever nos droits d’être libres, ils essayent tant bien que mal de se donner une supériorité morale qu’ils n’ont pas.

Ces gens qui mentent ouvertement en permanence, prétendent faire la “révolution” contre les “méchants” (alors que 2 jours avant ils avaient encore le pouvoir et aussi pensent que c’est subversif de faire chier le monde), ils prétendent être pour l’égalité et la liberté, alors qu’en essence profonde ils guident vers l’opposé, vers la dictature via l’individualisme imposé/obligatoire (interdisant toute création et émancipation de cette forme d’horizontalité dictatoriale mondiale (par la police individualiste de la pensée, laissant les individus-alistes bien-pensants s’unir ou plutôt se congratuler entres eux mais de ne rien manifester de supérieur à l’autorité mondiale représentante de ce matérialisme dirigé vers le bas). Ils se prétendent pour l’unité, l’ouverture aux autres tout en appelant à la violence et le rejet total de ceux qui ne pensent pas comme eux, aucun dialogue/entente possible. Et ils se prétendent pour le changement, alors que pareil, 2 jours avant ils avaient encore le pouvoir.
Des personnes qui prétendent parler au nom de tous, alors qu’ils ne parlent qu’au nom d’eux-mêmes, qui jouent les victimes et qui cherchent n’importe qu’elle excuse pour imposer leur vision des choses. Ils pensent être l’universel (avant c’était le veau d’or, maintenant se croire le centre du monde sur le plan idéologique-matérialiste) mais ils ne sont que leur propre idée de la chose, une petite secte renfermée sur elle même qui se croit comme seule incarnation de l’universel (ce serait le cas, seulement si ce n’était pas basé sur la domination et s’ils savaient créer quelque chose de par eux-mêmes). Le vrai universel encore une fois, c’est la verticalité harmonique de respect de l’autre expression de celle-ci (ceux qui ne sont pas comme nous). Ils veulent une humanité qui se renferme sur elle-même.

Ces gens la nous disent qu’il n’y a qu’une seule “race”/peuple, que tout est pareil mais ils veulent “créer” quelque chose et s’unir uniquement s’il y a pas trop de blancs, uniquement s’ils sont de races différentes, interdire totalement toute unité au sein d’un même peuple. Une diversité raciale au lieu d’une diversité réelle individuelle de gens reliés par un amour réel et des racines communes. Ces gens la sont “antiracistes”, mais en même temps profondément racistes, ne pensent qu’en terme de races* et d’individus hédonistes, des “esprits” corrompus matérialistes sans aucune notion verticale et donc aucune notion créatrice, juste de se complaire dans leur fosse de la pensée unique. Et ces gens la sont détestés par toutes les races/peuples, mais ils continuent de faire chier le monde quand même.
*et quand ce n’est pas au niveau racial, c’est hypocritement en séparant l’aspect peuple/racial de l’aspect religieux ou culturel**, en se focalisant sur ces deux derniers aspects et prétendant les “unir” ou promouvoir leur égalité (traduction: les mélangés (voir plus bas)), mine de dire que l’on ne parle pas de races/peuples, en les sortant de leurs peuples respectifs (pour détruire les deux en même temps). Ou sinon en parlant d’égalité raciale (“tout est pareil blabla “amour***””), tout en omettant l’impossibilité d’intégration de certaines communautés culturelles/religieuses, surtout dans un système détaché et déraciné de tout, complètement rendu à l’individualisme, comme si l’europe était une terre vierge. Pensent-ils réussir à unir les communautés déracinées et autres individualistes autochtones acceptant cette vision mondialiste contre les peuples libres? (aspirant à l’être). Qui croit vraiment à cette égalité quand en même temps elle promeut indirectement la lutte horizontale des communautés multiples au sein d’un même système qui ne représente rien d’autre que le néant.
**et les séparer de leur pays, de leur vie et naissance, dans un universalisme mondialiste multiculturaliste (multiracialisme anti-culture en réalité donc) pro-déracinement pro-individualiste multi-métisseur multi-destructeur de tout. Comme si tout mélanger et tout détruire, allait comme par magie éviter tout conflit présent et futur entre les groupes humains et qu’il allait y avoir une paix universelle. Qui est suffisamment idiot pour y croire?
Et le résultat de leur idéologie multiculturaliste ou de tentatives de fusionner des peuples en reniant leurs différences, c’est une société multiraciste.
note: étrangement par contre s’il s’agit du catholicisme cela devient un problème, trop enraciné peut être. l’islam pas assez enraciné pour être incompatible, le bouddhisme etc. pas un problème car ils doivent être que 2 ou 3  et n’ont aucune action destructrice anti-européene et respectent l’enracinement des autres (et des leurs), etc. enfin c’est simple à comprendre. il est clair que ces soit disant antiracistes sont des racistes, qui réduisent tout au niveau des races, et parce que le blanc c’est le méchant, mais aussi les cultures ou religions enracinés c’est méchant (mais celles compatibles mondialisme il faut s’en servir pour le promouvoir, déraciné les individus, détruire les peuples et étouffer le spirituel réel, par cette méthode et tout autre moyen, en attendant le chaos/guerre finale et le stade supérieur, le “monothéisme total/absolu”).
Ils essayent sinon de faire un amalgame entre nationalisme et islamisme radical (de plus cela n’a aucun sens, l’un est national, l’autre mondial). Alors que les vrais radicaux ce sont eux, et eux qui les fabriquent via les guerres au nom des droits mondiaux autoproclamés, l’immigration et la propagande du renie de soi. Ils nous disent que ce sont les peuples libres/nationalistes qui veulent la guerre alors que c’est l’inverse, et comme si leur système à eux allait nous apporter la paix éternelle.
***”l’amour” d’aujourd’hui n’est plus qu’un besoin individuel, rendu à soi-même, à la recherche d’un autre soi-même.

Ils veulent créer un groupe/secte d’individus qui se prennent pour l’incarnation supérieure de tout l’universel (tous les peuples et cultures), et qui veulent/exigent à le récolter ou à le voir apparaître selon leurs termes idéologiques/dogmatiques mondialistes. Des belles “valeurs” “d’unités” sauf que non rendu à la tolérance de l’autre et de son existence, mais à l’obligation de soumission à cette pseudo-valeur “universelle” au sein de chaque pays/peuple/région/ville***** (tout réduire vers la direction vers le plus bas, l’inversion), forçant le reniement d’eux-mêmes, de chaque peuple et individus, et le retour vers le bas/régression individualiste matérialiste dont la seule unité autorisée est le renfermement sexuel ou le néant de la volonté de vouloir être tout et rien en même temps commune. On a le droit de tout et de rien, sauf de remettre en question leur propre vision du monde, et du coup on a le droit de rien sauf de sombrer dans l’individualisme de soumission à leur système. Tout mouvement national ou d’aspiration universelle qui prend racine (physiquement et/ou de l’esprit (l’un se retransmet à l’autre avec le temps)), qui unit les gens sur un plan local, vivant ou réel, est banni. Donc soit l’on sombre dans l’idéologie individualiste-nihiliste ou du renfermement sur soi (faux-universel car dual-séparé), soit l’on se soumet ou devient acteur-promoteur de l’idéologie mondialiste ce qui revient au même. Et soit l’on choisit l’individualité rendu au soi/supérieur (bien commun) sur le plan spirituel et matériel (physique-racine dans ce cas) ou l’individualisme rendu au soi/ego sur un plan idéologique-extérieur et donc rendu à lui-même, producteur de matérialisme mais pas d’esprit (sauf idéologie fictive unique de domination matérielle). Il y a des exceptions évidemment, dans le cas d’une réelle union mélangée mais rendue à une unité réelle (et cela tire les choses vers le haut) et dans le respect, mais c’est très rare dans un monde malade vivant dans un environnement artificiel. Et donc: quand on est forcé dans une unité fictive, soit l’on se rebelle en tant qu’unité réelle****, soit l’on se soumet en tant qu’individu.
****allié ou non localement aux membres d’unités réelles partageant cette même vision universelle, ou aux membres étrangers et individus rendus (non séparé) à l’unité réelle présente. Ils accusent les autres (les nationalistes) de diviser les individus, alors que ce sont eux qui essayent de les diviser avec leur système individualiste mondialiste (“d’unité” idéologique contre un ennemi/”méchant” imaginaire). Les nationalistes appellent à l’intégration, à l’unité par/vers le haut (ou à la former), les mondialistes à l’affaissement individualiste. Enfin, la même inversion accusatoire typique.
Un monde avec de gens avec qui on ne partage rien et avec lesquels on ne peut rien partager (ni sur le plan matériel, ni spirituel, ni créatif, rien, aucune unité ni complémentarité), sauf une volonté individuelle commune de retranchement et de repoussement/séparation individualiste. Absence totale de bien commun réel qui fait qu’au final plus personne n’a rien, sauf la jouissance de la dépravation/séparation par le bas et l’hédonisme matérialiste éphémère. Tout le monde peut être tout et rien, ne rien vouloir de créer de commun ou ne pas pouvoir par rejet du spirituel ainsi que de la hiérarchie spirituelle universelle de la créativité, des lois de la nature.
******nouvel environnement artificiel matérialiste où “l’intérieur” est réduit au niveau des villes à l’image du mondialisme cosmopolite, plus de pays, plus d’enracinement, plus rien, ce qui mène au chaos, l’individualisme et à la prédation commune.

Précision: La seule chose que je fais ici c’est m’opposer à l’extermination lente non avouée des peuples européens. L’amour de mon propre monde (peuple et nature/environnement) ne me fait pas détester celui des autres, au contraire, je déteste par contre toute cette secte bien-pensante individualiste qui se croit supérieure aux autres (individus qui ne pensent pas comme eux, et tous les peuples) et qui se croient universels.
Il faut comprendre que ces gens-là n’ont aucune supériorité morale, ni aucune supériorité du tout, sans cela l’on part perdant. Leur idéologie est très primaire et condamnée par l’épreuve du temps.
Des gens qui rejettent les autres mais qui refusent que les autres fassent de même. Rejeter l’autre n’est jamais bon, mais se soumettre encore moins.

Note: Tout le monde a le droit de mettre en avant ses origines et sa propre culture/religion, sauf ceux qui sont réellement légitimes dans les pays infectés par le mondialisme. Ils prétendent lutter contre la colonisation, mais acceptent la colonisation de l’Europe (à tous les niveaux). Ils font donc la propagande de la tolérance égalité etc. (égalité surtout au niveau des chiffres/quotas raciaux même si ces hypocrites parlent de religions ou d’égalité basée sur rien/nihilisme/”tous les mêmes*”/etc) mais il est évident que pour le moment ils favorisent certaines de ces religions et de ces cultures dans certaines régions (islam et nihilisme matérialiste en Europe, et une forme spécifique d’islam au moyen-orient), à condition que ces autres peuples/religions/cultures allogènes se soumettent eux aussi à l’idéologie/élite mondialiste (des pions utiles). Sans cela ils ne pourraient pas accomplir leur projet de division et de mieux détruire l’Europe (tout en faisant des guerres au Moyen-Orient contre les pays libres, avec en bonus de l’immigration de masse vers l’Europe). Ils ne peuvent pas laisser les nations/peuples libres l’emporter dans tous les cas. Tous les moyens sont bons pour affaiblir les nations et fabriquer un nouvel ordre, guerres ou non, sur ce qui restera.
Si c’est une guerre entre européens** et musulmans, ils essayent évidemment de faire en sorte que ce soit les musulmans et les européens qu’ils n’aiment pas qui s’entre-tuent, dans le cas où les projets de domination originaux ne fonctionnent pas. Ce sera donc les musulmans et européens hostiles au mondialisme et au métissage qui s’entre-tueront, ne voyant pas les vrais responsables des problèmes (guerre purement horizontale, aucune chance pour aucun des deux partis de gagner réellement au final, encore plus valable dans des guerres de domination de “l’esprit”, sans aucun aspect matériel-vivant). C’est pour cela que l’on voit des faux patriotes usurpateurs, et une radicalisation venue d’arabie saoudite qui finance et fabrique une “résistance” en Europe qui dévie les musulmans du vrai ennemi couplé à une immigration de masse non-européenne. Le “pas d’amalgame” empêche de dénoncer le mauvais islam et les mauvais arabes (les non intégrés), et dans les fait cela renforce encore plus l’amalgame fait entre ceux qui sont intégrés et ceux qui ne le sont pas, et renforce en même temps la radicalisation. La laïcité*** et les autres formes d’égalités perverties sont des formes de défaitisme et sont un appel à la colonisation (par renie de soi et lois du vide).
En définitive, les élites ne sont pas antinationalistes par désir de paix, mais par désir de guerre ou de domination, et leurs idiots utiles nihilistes gauchistes anarchistes ne comprennent pas cela. Sans des peuples suffisamment forts pour imposer leur existence, ce sera la loi du chaos et la guerre.
Leur égalité c’est faire plaisir à tout le monde, tout le monde a le droit à tout et partout (individus ou groupes), sauf les peuples libres autochtones. Sauf qu’au final personne n’a rien, un leurre.
*d’ailleurs en passant: il faut choisir entre “on est tous les mêmes donc égaux” et “on est tous différents mais égaux”.
**qui sera blâmée sur le dos des nationalistes qui commencent à devenir la majorité mais qui arrivera au pouvoir au mauvais moment/trop tard.
***la laïcité c’est censé être la séparation de la religion et de l’état mais n’est devenu qu’une excuse pour couper le peuple de ses racines et imposer le mondialisme et l’immigration de masse, et puis c’est une fausse laïcité puisque certaines religions sont omniprésentes au gouvernement (lorsque c’est une communauté active politiquement même prétendument laïque c’est pareil, des communautés séparées n’ont rien à faire à la tête d’un gouvernement, surtout non-élus et sans légitimité). La laïcité c’est devenu le culte des minorités contre la majorité ou chaque minorité a le droit de demander ses droits spéciaux communautaires. D’ailleurs la laïcité est dépendante de l’immigration, principes faussement universels qui réduisent tout à des choses extérieures. S’il n’y a pas d’immigration, la laïcité c’est joli, s’il y a immigration de masse, elle ne l’est plus.
Le mondialisme est une religion, pas contrôlé par cette pseudo laïcité. La communautarisation est inévitable dans une république devenue totalement abstraite (ce qui nécessaire pour unir ce qui ne devrait pas l’être). Je ne suis pas contre le communautarisme (c’est naturel de défendre sa communauté réelle), sauf quand ce sont des communautés étrangères (souvent se battant entres-elles) aspirant à prendre le dessus sur le peuple hôte pour l’amener dans une direction contre ses intérêts ou liberté, dans notre cas de l’Europe.
Un pays ne peut pas être uni et aller de l’avant si elle se soumet aux demandes communautaristes (religieuses ou non (surtout étrangères)). L’unité doit être au niveau de l’esprit, si l’on est divisé, même à ce niveau-là, il est impossible d’aller de l’avant. Il n’y a que les esprits bas et réducteurs pour essayer de réduire tout un pays à ses aspirations personnelles ou communautaires, ou religieuses minoritaires ou de non-intégration (certaines religions à esprit non-dominateur-unique arrivent à s’intégrer, d’autres non). Toujours plus de droits communautaires ou individualistes ne sont pas des progrès, sauf dans l’esprit des mondialistes qui aiment tout ce qui se rapproche de l’antinational et du remplacement (physique et/ou de l’esprit) des peuples autochtones par prosélytisme de l’État mondial cosmopolite comme nouveau centre délocalisé du monde et des peuples.
Le peuple français est remplacé par un peuple républicain déraciné cosmopolite. La république ne peut fonctionner que si elle reconnaît au minimum l’existence du peuple français européen et réel qu’elle est censée représenter, sinon la répression de la religion catholique n’a été qu’une arnaque et n’a pas été faite dans un but de libération.

Et puis même dans le cas où l’on ne combat pas pour sauver l’entité biologique de l’Europe, cela ne change rien, le système en place sur le plan économique ne pourra pas perdurer sainement, et ses élites mondialistes ne veulent pas perdre leur pouvoir et lutteront pour garder le même système (et l’immigration de masse, la division, guerres etc. en sont les stratégies et nécessités).
Même si l’on ne combat pas pour sauver l’entité biologique de la France, toute forme d’unité et d’intégration à la France, toute forme d’enracinement (qui est par essence antimondialisme), même à la France de cette république abstraite, même dans un système multiethnique/multiculturaliste*, est interdit par cette élite, car pareil elle veut le communautarisme (qui est de toute façon inévitable dans un système abstrait/”ouvert” vers le bas), l’individualisme, la division et l’immigration de masse pour maintenir sa mainmise mondiale en plus du plan économique, surtout sur le plan idéologique/politique (direction d’auto-destruction des peuples/abolition des nations** + d’empêchement de toute unité nationale) et de leur reflet biologique qui est le néant anti-peuple multimélange cosmopolite. Sans ce chaos horizontal permanent, des peuples/communautés se battant les unes contre les autres, ou pire l’individualisme, ou encore pire l’idéologie “tout est pareil”, toute libération verticale est impossible et ils garderont leur pouvoir. Seule l’unité spirituelle et racine transcende cet esclavage par la division, le mélange, le chaos et la matière.
Mais le but réel évidemment est de retrouver notre souveraineté chez nous, et de pratiquer l’intégration-enracinement des étrangers. Et puis aux yeux de la vérité, une ethnie et une culture née dans l’environnement** du désert (ou n’importe où ailleurs (chaque peuple a ses spécificités sur tous les plans)), n’aura jamais de place ni de légitimité réelle, en Europe, a moins de s’adapter et de se transformer, mais avec le monothéisme ce ne sera jamais possible (bien trop renfermer, même si ça se prétend “universel”/”mondial”). Par contre il n’y a en général aucun problème d’intégration avec les peuples de racines profondes communes, comme tous les peuples d’Europe/Eurasie. Et puis même en éliminant les religions et les cultures, les semblables seront toujours amenés à se rejoindre/créer avec ceux de même essence (surtout quand le monde n’a plus aucun sens, dans ce chaos abstrait (que certains aiment cependant)).
On a tellement inversé les choses en Europe qu’il devient plus simple à cause de cette dictature de l’esprit de se rapprocher d’un étranger, que des siens
Il y a évidemment des pays monoethniques soumis au mondialisme, mais ces pays-là s’en libèrent très souvent et bien plus facilement que les pays multiethniques. Mais bon l’essence finale du mondialisme est le cosmopolitisme, donc tout pays monoethnique est un problème pour eux.
**l’environnement est aussi ce qui crée les différences entre les peuples, jusque dans l’ADN comme on le voit avec les Européens qui ont besoin d’une peau claire pour avoir de la vitamine D, mais les différences sont aussi plus profondes que cela, à l’image de la nature.

*dans un système comme cela les différentes cultures/ethnies s’adapteraient, et se différencieraient de celles de leurs pays d’origine, y serait moins attachés et plus attachés à la France (ce qui n’est pas du tout le cas dans ce multiculturalisme actuel, la plupart des étrangers se sentent bien plus attachés à leur origine qu’à la France (et d’un coté c’est normal, c’est une réaction saine face à une idéologie morbide, et tout peuple sain ne se renie pas lui-même, mais le problème c’est qu’ils n’ont rien à faire ici, seul 20% s’intègrent, et ils ne s’intègrent pas à la France, mais à l’idéologie abstraite cosmopolite/mondialiste, l’assimilation est assez rare). De plus, la vraie assimilation se fait sur le plan racine, l’aspiration d’avoir l’état d’esprit/façon d’être/devenir le peuple*** auquel l’on rejoint, pas seulement sur le plan culturel et encore moins sur un plan abstrait (qu’il soit matériel, racine ou culturel, toute chose a une essence/direction (direction pas dans le sens strict)), et implique de ne plus avoir aucune attache à un autre peuple. L’europe c’est plus de 50000 ans d’histoire, une nature et un sang (un peuple), ce n’est pas seulement des frontières, ni une histoire à connaitre de l’extérieur, c’est vivant. Ceux qui veulent venir doivent l’accepter, s’ils veulent en faire partie. Mais bon encore une fois l’on ne peut pas assimilé ni intégré massivement, à partir d’un certain nombre il y aura toujours du communautarisme.
Mais je pense que dans un pays multiculturaliste, même enracinée à un pays et langue commune (l’aspect national même multiculturel pourrait dans la théorie permettre une libération), mais dans les faits l’unité est très difficile à maintenir, même (et surtout) avec quelque chose d’aussi abstrait que la république, et il y sera très difficile d’y maintenir l’ordre et d’y empêcher la mondialisation et l’immigration de masse (cela empêche notre libération (à nous des Européens (de souche), et des immigrés par extension qui ne sont que des outils pour l’élite)) et de toute façon parce que par essence elle attirera ce qu’elle est et ce qu’elle représente. Et les problèmes extérieurs et intérieurs détruiront avec le temps l’unité très faible du pays. C’est une utopie qui ne dure jamais, comme on l’a vu par le passé. Et de toute façon le multiculturalisme lui-même ne peut pas fonctionner et ne peut pas exister si l’on renie l’existence même du peuple de souche, et sans son acceptation réelle de cette idéologie éphémère. La volonté de couper les racines des peuples européens, de détruire notre mémoire, provoquera l’effet inverse au final.
La résonance du potentiel intérieur et de la spécificité des peuples, en eux-mêmes, triomphera toujours du néant que nous proposent ces gens. La portée universelle et infinie doit être basée sur le vivant, sur les racines, si elle est basée sur l’abstrait qui se rend au matérialisme/horizontal éphémère seul, elle ne peut mener nulle part.
**en détruisant les nations, on détruit non seulement celles-ci, mais aussi les peuples (qui les ont construites), et au final leurs racines communes, à tous les peuples européens.

***Mais l’autre problème c’est que c’est par contre très nocif et ne devrait pas être acceptable (sauf lorsque c’est très minime et par volonté d’assimilation réelle ce qui doit être le cas que de 10% des cas) surtout actuellement avec cette immigration de masse, cette intégration très positive, dans notre situation actuelle, serait catastrophique. Dans tous les cas la plupart viennent ici par volonté économique ou par envie de meilleures conditions de vie, ils ne viennent pas pour changer ce qu’ils sont, ils amènent leur pays d’origine avec eux, en Europe.

Il vaut mieux avoir des semblables sur le plan du réel, que sur le plan purement idéologique.
comment peut ont être heureux si son sacrifice individuel, de lutté dans cette vie ne porte aucun fruit commun et que rien de nous ou de semblable ne continuera après nous? les fruits du cosmopolitisme mondialiste ne peut être qu’éphémères, le mélange permanent ne peut pas tenir dans le temps, et les différences sur tous les plans réapparaîtront inévitablement.

Le corps n’est qu’un réceptacle mais comme chaque réceptacle chaque capte des fréquences différentes. Sans ce réceptacle il n’y a pas de vie, ni d’esprit. Renier le réceptacle le transforme en coquille vide (sans esprit), et l’esprit sans le réceptacle n’a pas d’existence. L’on ne peut pas imposer une expression d’esprit à un réceptacle qui ne le porte pas en lui, car c’est en premier lieu le réceptacle ici-bas, qui permet de manifester l’esprit. C’est uniquement dans une aspiration ascendante (et de continuité-multiplicité) que l’on peut porter et transformer les deux ne faisant qu’un, la coupure de l’un ou de l’autre ne peut amener qu’une chute et de la destruction.
*et encore moins l’idéologie unique qui interdit toute création/direction. elle nous vend le potentiel illimité, tout, mais dans la réalité rien, que l’autodestruction (individuelle et commune).
Le corps commun possède toute la mémoire et les spécificités de cette antenne qu’est le corps. Car l’on ne peut pas séparé la matière et l’esprit, et ils peuvent s’exprimer de manières infinies. Les individus (personne ne vient de nulle part, tout le monde a des racines) dans leurs aspiration verticale, crées ou perpétue une expression matérielle-spirituelle commune supérieure (peuple/ethnie/”race”/racines), la où il existe un potentiel créatif non-éphémère ou sinon ramener à un commun créatif et enraciné déjà présent. L’on ne peut pas créer à partir de rien, ni via le mélange horizontal permanent/vers rien (cela n’amène qu’une dissolution/destruction commune).

On nous a enfermé dans une idéologie universaliste où l’on doit tout aux autres, la liberté, l’égalité etc. mais sans limite saine, que la base c’est que ces choses-là commencent par nous-mêmes, et que c’est aux autres de faire pareil chez eux. Pire encore l’on nous demande de nous renier, en plus de tout cela.
Le problème c’est que dans un pays qui comporte déjà pleins d’étrangers, on a peur de retrouver notre unité et donc notre propre liberté d’être et de devenir pour ne pas influencer les autres, on a peur de redevenir maître de notre destin, légitime contrairement aux autres, et par le fait qu’on est obligé de vivre sur une terre et pas dans l’air.
Si l’on ne comprend pas ça, on sera détruit/remplacer, soit de l’intérieur par le nihilisme et l’individualisme, soit de l’extérieur par remplacement et par faille existentielle.

Ces immigrationnistes universalistes qui se prennent pour le centre du monde et veulent le plus d’étrangers possible pour lutter idéologiquement contre les peuples d’Europe au nom du mondialisme ne comprennent pas que les étrangers ne sont pas comme eux, viendront mais resteront toujours attaché à leurs semblables réels, quant à eux ils sont seulement attachés à leurs semblables idéologiques. Il est vrai qu’une petite part s’intègre à cette vision nihiliste, et certains autres s’intègrent à la vraie France/Europe, mais c’est minime.
Ces immigrationnistes européens sont des idiots utiles du système qui se sacrifient dans l’individualisme pour le mondialisme. Comment peut-on être heureux si son sacrifice individuel, de lutter dans cette vie ne porte aucun fruit commun et que rien de nous ou de semblable/commun ne continuera après nous? les fruits du cosmopolitisme mondialiste ne peuvent être qu’éphémères, le mélange permanent ne peut pas tenir dans le temps, et les différences sur tous les plans réapparaîtront inévitablement. Le lien racine/ethnique n’est qu’une manifestation d’un unité intérieure, individuelle et commune manifesté. On nous fait croire que ce lien est une fatalité, mais c’est l’inverse. Leur fausse unité mondiale n’en est pas une non plus de fatalité.

Ceux qui veulent l’immigration de masse et pensent que c’est la seule solution pour régler les problèmes sont le problème, et incarnent le mauvais exemple pour les individus et les peuples. Le défaitisme ultime de tout détruire et de s’attaquer à tout ce qui est libre et spirituel, dans le safe space du confort matérialiste et d’un système de toujours plus de droits sans limites car sans cohésion et cohérence réelle, et qui rejette les lois de la nature.
Les pires racistes sont ceux qui le sont envers leur propre race (les soi-disant anti-racistes (il est par contre vrai qu’ils sont anti-‘tout’, et racistes)).
Les individus spirituels ne pourront jamais vivre avec les individus promouvant l’égalité par le bas et l’irresponsabilité.

La multiplicité se fait à l’échelle universelle, pas imposé à l’échelle locale, en empêchant de respirer les individus et leurs extensions vivante (peuples-racines), les empêchant de créer quoi que ce soit (et de se développer de l’intérieur<-), et au final en promouvant l’anti-universalité. ->normal vu que cela promeut une idéologie extérieure, un nouveau dieu extérieur qui impose le renie de soi non rendu au plan du vivant. Des individus qui vénèrent une illusion extérieure, une terre promise “émotionnelle” où tout leur est promis/dû et qui ne vient jamais. Et une humanité qui se renferme sur elle-même par retour naturel de force.
Eux veulent éradiquer la multiplicité humaine et culturelle à l’échelle universelle, et la remplacer par une multiplicité obligatoire d’individus à l’échelle locale. Ils ont essayé par le passé de diviser au sein d’un même peuple ce dernier sur le plan politique, idéologique, promouvant le nihilisme, l’horizontalité matérialiste etc. mais ils ont compris que n’était pas suffisant pour leur vision mondialiste, pas suffisamment destructeur, ils veulent maintenant en plus imposer le mélange des peuples eux-mêmes. Mais bon, sans notre accord même passif, ils ne pourraient rien faire, c’est de notre faute.
L’égalité peut être soit libératrice, permettre à chaque individu et peuple d’être libre de l’autre, soit l’inverse.
Si le projet aboutit, une destruction/mélange mondial, une dictature mondiale, l’on aura plus aucuns moyens de nous libérer, que l’on s’unisse les uns les autres ou pas, on n’aura plus aucune base, et c’est impossible d’unir la terre entière sous la même idéologie, chaque groupes à l’échelle du vivant (locale) commencera avec le temps à retrouver une verticalité, et à créer quelque chose qui sort du cadre de la dictature mondiale, et du plan mondial (déjà tout mélangé ou non), et au final tout aura été détruit pour rien. L’univers restaurera toujours l’équilibre via ses forces et ses lois, c’est inévitable. L’on ne peut pas se prendre pour “Dieu”, l’on ne peut pas incarner a soi seul l’universel.

La vraie universalité est verticale, l’universalité horizontale/matérielle (qui n’est qu’un produit et pas une cause) ne peut être le théâtre que de la domination (l’horizontalité mondiale (produit de la destruction et rejet de l’autre) refuse l’horizontalité/produit des peuples/individus unis réellement dans la verticalité (de l’esprit et de la matière devenant spiritualisé (manifesté par des racines/adn)). L’humain n’est ni Dieu, ni supérieur à la nature. Pour remplacer l’unité intérieure des individus et peuples dans leur aspiration verticale de devenir et d’être, ils la remplacent par un “vertical” matérialiste de domination.
Le vivant (et l’adn) c’est de la matière spiritualisé, l’union des deux.

Pour créer une horizontalité positive, cela se fait via une convergence créatrice commune (verticalité), cela ne se fait pas via le rejet de l’autre seul*. Ces individus purement matérialistes, veulent s’accaparer le monde matériel, sans y produire quoi que ce soit.
Au sein du même peuple, il ne peut pas y avoir deux verticalités différentes (et encore moins une horizontalité qui refuse tout vertical et qui ne souhaite que détruire l’autre).
*encore plus si c’est un rejet local, quand ces individus veulent “créer” (/détruire) quelque chose de mondial (/à l’échelle mondiale), mais bon ils ne sont que le reflet en bas, de l’élite parasite mondiale d’en haut.

Ils veulent épuiser tous les peuples dans la lutte contre ces imbéciles du bas (reflet des imbéciles/globalistes du haut/élites), et en poussant les peuples les uns contre les autres, espérant qu’au final tous les peuples abandonnent et rejoignent l’idéologie satanique mondialiste de soumission individualiste. Les universalistes spirituels appellent les autres incarnation de celles-ci (peuples, etc.) à défendre leur existence, leur âme, culture et liberté ainsi que le respect/harmonie de l’autre, et les universalistes sataniques appellent les autres à devenir comme eux, rejoindre une “résistance” mondiale contre les “méchants”, alors que les seuls agents destructeurs ce sont eux.
Ce qu’ils appellent la révélation de Lucifer c’est simplement des individus trop faibles et des peuples trop faibles pour maintenir leur propre existence, et qui acceptent une vision du monde perverti. Nous faire croire que tous les peuples ne peuvent pas s’unir, qu’ils se tuent forcément entre eux, et que donc il faut se soumettre à la fausse idéologie mondiale. C’est aussi quelque chose qui pousse tous les autres à la destruction pour finir “au-dessus” par le bas. La séparation et la dualité pure. Au lieu de finir au-dessus par soi-même, par créativité. C’est aussi quelque chose qui croit que la destructivité et la créativité c’est la même chose, mais qui choisit malgré tout la destructivité, incapable de créativité. Il y a destruction naturelle, et artificielle, celle qui peut amener du positif, et l’autre qui ne peut rien amener du tout, sauf le néant.
Ce qui unit tout le monde du vivant, faune, flore, humains, c’est le lien d’égal à égal, d’expressions propres du Un, matérialisés sur le même modèle universel.

Satan veut detruire/étouffer toute la création pour être la seule incarnation de celle-ci, le seul esprit décideur/directif, par le bas via le chaos et la domination.

Ce faux individualisme non-spirituel non-libre maçonnique mondialiste, matérialiste de soumission à leur Dieu/idéologie unique. L’on doit produire le monde matériel, pas s’y réduire ni le rejeté. le vrai individualisme est rendu au bien commun, le faux est rendu à lui-même ou uni par intérêt temporaire mutuel destructif.
L’unité via la destruction est plus ou moins acceptable, lorsqu’il y a un minimum de potentiel créatif et qu’il s’agit de la volonté première, l’idéologie unique du tout et du rien du chaos horizontal mondial anti-enracinement, n’a aucun potentiel vivant/créatif et sera toujours stérile et renfermé sur elle-même.
La vraie notion d’unique, de dieu, est l’état primordial de l’univers, avant sa manifestation qui inclut la matière et l’esprit (en gros) (voir tout en bas mon point de vue personnel), avant la création et la multiplicité.
On ne peut pas avoir une idéologie unique sur le plan matériel, sur la création, dans l’univers manifesté, car sa base même est la multiplicité à tous les niveaux (matériel et de l’esprit), bien qu’ayant une source commune.

Promotion active du renie de soi, de la haine de soi sur le plan du réel, de l’immigration/mélange de masse permanent, de l’avortement, du repli sur soi sexuel, de l’individualisme, de  la société de consommation, du métissage racial, elle est belle leur universalité. Tout cela est leur seule défense, contre les peuples aspirant à vivre et à la spiritualité, leur idéologie destructrice les obligent à promouvoir tout cela. Au final cela se réduit aux pro-vie, et au pro-morts, et comme tout est lié sur le plan mondial (effet papillon), ces individus hautement dangereux embraseront l’humanité toute entière. Ils ne se rendent pas compte des répercussions de leurs actes. Ils ne peuvent pas être pro-vie* ni pro-famille car cela obligerait à défendre la vie et l’âme des peuples ce qui est contraire à leur idéologie.
Donc en gros ils incarnent une universalité de renfermement sur soi individuel, non rendu au bien commun, mais au bien imaginaire mondial d’un monde dont ils pensent y incarner une forme de supériorité, et rejettent toute forme d’unité réelle qui ne correspond pas à leur idée du “moi-je Dieu” matérialiste contre l’univers tout entier, et pour nourrir ce sentiment fictif, par effet retour, ils imposent à tout le monde d’aller dans leur sens et attendent tout des autres, et rien d’eux-mêmes (normal, leur monde fictif mondial ne sera jamais matérialisé).
*sauf certains jours où ils ne sont pas totalement pro-mort, quand ils deviennent pro-vie uniquement si c’est pour reproduire leur modèle de mélange/renfermement/destruction globale, ou de marchandisation du vivant. L’avortement devrait être simplement un droit, pas quelque chose à vouloir imposer idéologiquement comme le font ces gens-là. Et il ne devrait pas être encouragé comme idéologie supérieure (être mis tout en haut des valeurs en termes de droits) lorsqu’il n’est pas nécessaire et seulement imposer pour problèmes économiques ou autres, ou de perte de tout espoir futur, ou de société malade qui prône l’individualisme et la haine de soi.

Dans un monde individualiste, sans convergence verticale créatrice, qui se retransmet au bas, le lien entre individus s’effondre. Avant l’on vivait toute sa vie pour le bien-être commun, pour continuer à créer la nation, le produit du peuple. L’individu ne pouvait pas être déçu grâce à la réelle diversité individuelle, contrairement à un monde de la pensée unique renfermé sur lui-même.

Tout part de l’individu, si l’individu part d’un lien d’égal à égal, souhaite le meilleur aux autres (et par retour, à soi-même), construire/perpétuer quelque chose, la source est positive; si l’individu souhaite quelque chose qui se croit supérieur et aspire à s’imposer aux autres, surtout horizontale(purement matérialiste)-mondiale*, qui ne respecte rien de ce qui n’est pas elle, encore pire qui empêche les autres de construire autre chose, la source de cette idéologie est destructrice, toute chose positive s’étend de l’intérieur et n’a pas besoin de s’imposer pour rallier (et même si elle réussit, le lien ne sera jamais solide, surtout si basée sur rien de réel). Les liens d’unités se font par le haut, d’abord individuel-spirituel-universel (toute forme de vie), et ensuite chaque être s’unit et forme une matérialisation de la spiritualité universelle avec ceux autour d’eux, formant des racines matérielles/vivantes communes, une spécificité, un groupe/commun vivant. Mais le mélange permanent anti-enracinement empêche cela, la création d’un lien réel et matériel et spirituel entre-individus. L’idéologie mondialiste impose la domination et nous dit que les peuples se sont toujours combattu entre eux et que c’est inévitable, mais les individus eux-mêmes se battent entre eux, quand il y a une absence de lien réel/profond**, peu importe que ce soit au sein du même peuple ou non. Les religions elles-mêmes ne servent à rien, même au sein du monothéisme avec le temps chacun l’interprète a sa façon, diversité matérielle et de l’esprit de cet univers manifesté reprenant forme. Le but c’est de renforcer la spiritualité individuelle, renforcés par un même corps et un même esprit commun créer avec le temps, mais qui est porté à/vers l’infini, le progrès vertical (matériel et spirituel (cycles et évolutions sont importants, mais ne nécessitent pas forcément la destruction totale, mais un renouvellement)) qui n’empêche pas l’individualité réelle comme le fait la pensée unique ou le monothéisme perverti. Tenter d’imposer l’individualisme primaire et brisant le côté matériel-racine ou l’unité en brisant le côté esprit (spirituel, culturel ou autres) en le remplaçant par une idéologie unique, ne renforce pas l’individu.
*quand c’est à l’échelle intérieure au sein d’une même source (peuple/continent aux mêmes racines), c’est différent, là ils veulent s’imposer au monde entier, encore une fois, la destructivité à ce niveau, n’amènera rien de créatif, sauf à tout refaire à zéro à l’échelle mondiale (quand tout sera détruit), mais bon, certaines personnes ne veulent du monde que de le voir brûlé, même s’ils prétendent l’inverse via le mensonge satanique d’inversion des valeurs. Peut-être qu’il s’agit d’un cycle universel, que c’est inévitable, mais dans ce cas-là, le but est de sauver le positif, et soi-même, les siens, pas en détruisant l’autre, mais en se renforçant soi-même, d’abord spirituellement, et ne jamais sombrer dans le défaitisme.
**et c’est justement cet individualisme de la pensée unique/esprit corrompu ou matérialiste qui provoque cela.

Quand on ne considère pas son prochain autant que soi (réellement/dans une aspiration verticale), de vouloir qu’il soit autant uni (et uni en eux-mêmes)/libres spirituellement que soi, au lieu d’attendre les choses des autres (les autres qui justifient leur propre soi (par le bas)/le repli individualiste/défaitiste-universel), et que tout soit à leur image. Un monde malsain où chacun est centré sur lui-même, et demandant la même chose des autres (séparation individuelle-active dans une volonté commune de détruire/replis sur soi-matérialiste), et au final, plus rien de réel nous unit. Alors qu’il faudrait avoir une individualité mais aussi une unité profonde, qui nécessite les principes spirituels de racines, d’esprit et de culture (verticalité). Un monde où le sens de notre vie se limite pas à simplement ce que l’on accepte qu’il soit dans notre petit monde, sans difficultés ou en les rejetant (et en pleurnichant). Le spirituel demande des sacrifices matériels, un don de soi, d’aide réelle de l’autre en donnant le bon exemple d’aspiration verticale, d’individualité réelle et non pas d’individualité soumise à celle des autres ou à la matière dense.
Il vaut mieux vivre dans un pays pauvre mais avec un rapport à l’autre réel, plutôt que vivre dans un pays riche individualiste, mort d’esprit et de vie. Quand l’esprit n’a pas pour but de créer un lien horizontal dirigé vers le haut, il sombre dans la décadence du bas, et la recherche de méthodes de contrôle d’une société soi-disant “libre”. L’individualisme ne mènera jamais à la liberté, cela revient à chérir les causes dont on déplore les conséquences.

La vie est locale, l’universel une aspiration intérieure. Le mondialisme ne peut être qu’anti-vie.
L’écologie mondialiste ne peut donc être qu’une arnaque, et seconde raison car cette idéologie cosmopolite destructrice (pervertie/poussée au mélange destructeur permanent) nécessite la technologie “dure”, et donc l’exploitation de la nature et sa destruction. L’économie mondialisée/délocalisée est aussi anti-écologique et anti-peuples.
La base de l’écologie serait d’éviter la surpopulation, et c’est évidemment incompatible avec l’immigration de masse et une société de consommation matérialiste (+capitalisme) sans laquelle l’immigration de masse elle-même ne serait pas possible.
Les mondialistes veulent réduire à l’échelle locale le modèle mondial*, ce qui détruira les deux, et détruira toutes les unités racines/peuples et nous soumettra à l’argent et à la matière. Seul le spirituel et notre unité réelle basé sur le modèle de la nature nous libère des chaines matérielles, “l’horizontal-bas”. L’horizontal, le monde matériel-vivant est le fruit de l’union des individus et des forces verticale (yin yang par ex (un peuple est une expression supérieure de cette notion/unité)) dans une aspiration d’unité, de création vers le haut, qui rajoute au tout (l’enrichie) (aux autres expressions du Un vertical/horizontal). Car l’horizontal-bas non porté vers le haut n’amène pas une union de renforcement, car les individus sont rendus à l’état de zombies/robots (c’est ce que provoque la pensée unique et sa base matérialiste). Il faut reproduire/manifesté à l’horizontal ce qui produit une verticalité et une progression de l’individu, et c’est toujours basé sur le modèle famille, basé sur la profondeur de l’unité-racine.
*une humanité qui se renferme sur elle-même.

L’on ne peut pas réécrire le monde du vivant par la technologie, par le bas/matériel “brut”, essayer de créer une “unité” mondiale basé sur l’individualisme technologique (manipulation génétique, reproduction en laboratoire (d’êtres humains asexué et déraciné/cosmopolites génétiquement?)), ce n’est pas un lien vivant. Pareil avec le mélange permanent, cela ne va créer que chaos avant que l’harmonie intérieure au sein des régions, se retrouve avec le temps, et recrée les mêmes spécificités du vivant selon chaque endroit de la terre, la vie vient de l’intérieur et prendra toujours différentes formes.
La technologie devrait être utile pour matérialisé la spiritualité, renforcé l’unité réelle, bien que l’aspect technologique soit universel sur le plan matériel-bas (“unité primordiale brute yin/yang sur un plan non-vivant”), l’on ne peut pas se réduire à cela, ce n’est qu’un outil comme l’argent. Si créer des robots tous pareils sans cerveau à l’échelle mondiale est le projet supérieur de ces gens, il est assez pathétique leur projet de “supériorité”. Le plan matériel-bas n’est que la compréhension des lois microscopiques et de l’architecture de l’univers matériel, et du corps humain, mais ce n’est que le réceptacle, la conséquence, pas la cause, mais encore une fois les deux ne font qu’Un. Si l’on souhaite séparer les deux, l’on sombre dans l’abstrait et le néant (et la destruction). L’on ne peut faire que donner une direction commune supérieure aux deux.

Quand on accède à un nouveau plan, surtout comme celui-là universel technologique, on a tendance à se renfermer (ou se perdre/dissoudre) dedans, dans la facilité (pareil pour tout système, social etc), par affaiblissement de l’aspect vertical. Mais au final le but est d’appliquer les lois universelles, aux plans plus bas, pour les rendre vivant et les spiritualiser.

Sinon l’on a cette science moderne, qui n’a plus pour direction plus de chercher à valider le mondialisme, qui part avec une conclusion à l’avance, elle est totalement corrompu. C’est de la science monothéiste, chercher absolument à trouver une même origine pour l’humanité toute entière et empêcher l’unité réelle et supérieure de l’humanité en acceptant ses différences sans les rejeter, mais les renforçants entre elles. En forçant les différentes humanités (expressions humaines) à se renier elles-mêmes, ils ne vont provoquer que la division et les conflits. Idéologie qui permet à n’importe laquelle ou n’importe quel groupe d’aller s’occuper des affaires des autres, ou coloniser une autre sans que personne ne dise rien.

L’élite mondialiste sont des gens qui prétendent à eux seuls représenter l’humanité toute entière* (ou être supérieure à celle-ci). Des gens qui veulent être partout mais qui rejettent tous les autres (sauf les soumis qui pensent comme eux), qui ramènent tout à eux-mêmes, qui pensent représenter à eux seuls l’universalité mais sans l’incarner réellement (harmonie universelle inconditionnelle), incapables de donner le bon exemple. Il faut aspirer à la plus grande expression universelle en soi-même (la faire grandir en soi (sur le plan du corps, de l’âme et de l’esprit)), différent de tout ramener à soi sur le plan matériel-horizontal. On ne peut pas incarner à lui seul l’univers tout entier, il y a des limites (sauf quand on se considère uniquement de “l’esprit” tout en s’accaparant le monde matériel et les autres par le bas et “l’environnement”).
Le rejet de l’autre et s’attendre activement qu’à du mauvais de l’autre, se focaliser sur le mauvais pour se donner bonne conscience dans sa vocation dominatrice, n’est pas une idéologie universelle, c’est une arnaque.
*Mais en réduisant l’humanité toute entière au plus bas (sauf eux), refusant l’histoire, la culture, l’enracinement, l’ethnie; et faisant la promotion du métissage pour tout le monde**, sauf eux encore une fois. Une forme non assumée de domination, caché sous une fausse morale et une fausse lumière. De la séparation pure.
**ils se considèrent comme un groupe de l’esprit, mais très attaché au monde matériel, pas par une aspiration supérieure, mais une aspiration d’accaparement, ils se croient au-dessus des peuples/des autres, et se les approprient via le pouvoir de l’argent (et ironiquement sombrent en dessous d’eux (l’argent est dans le réel, inférieur au vivant, mais pas pour eux)). Mais dans les faits c’est pas si facile d’exterminer via l’idéologique les peuples, et tout ce que cela provoque au final c’est la séparation/communautarisation par le bas (car ils nous réduisent à cela), et empêche tout respect de l’autre par le haut car d’un autre côté ils font la promotion de l’idéologie “tout est pareil”, “une seule humanité*” (qui est une forme de défaitisme de soi et de l’acceptation réelle de l’autre). Ils veulent nous enfermer dans une “cage horizontale”, sans notion de création verticale ni de continuité/mémoire racine-ancestrale.

L’on ne doit pas rejeter l’aspect racial, sinon l’on s’y réduit (par comblement du vide ou par rejet simple), ni rejeter l’aspect culturel, sinon l’on se réduit au niveau racial aussi (tous les extrêmes sont mauvais), ou pire au néant de la pensée unique où tout est tout et rien en même temps (sauf l’élite qui le représente), à la lutte pour la destruction de celles-cis. Le bon vieux “Dieu” unique du fin fond du désert qui demande soumission totale. Un faux dieu évidemment.
note: La race/ethnie n’a pas d’importance tant qu’on n’essaye pas d’en éliminer une ou d’en esclavagiser une (par le “haut” et/ou par le “bas”). Et puis ces gens veulent détruire les peuples d’Europe peu importe ces histoires de races et de couleur de peau, ils se servent juste de cela comme d’outil pour à la fois nous y réduire et la briser de l’intérieur. Réduire un peuple ou la “race”/ethnie à son aspect horizontal/temporaire/présent est un piège aussi, cela la coupe de son origine, de son existence/ce qu’elle est, de son passé, et la coupe de sa créativité/cohésion et de sa continuité/potentiel créatif, et des individus.
Et puis d’après ces gens, “les races n’existent pas, mais les blancs* c’est les méchants.”<- *réduire une “ethnie” à seulement une couleur de peau est déjà pour moi du racisme et de la haine idéologique, car elles représentent quelque chose de bien plus profond que cela. (notamment + de 50000 ans d’histoire commune) ->”tout le monde doit être libre dans son pays, les pays doivent être libérés, mais les pays doivent appartenir aux banques internationales/finance internationale (pour les capitaliste); mais les pays doivent appartenir à tout le monde, à tout et à rien (pour les autres), pas aux peuples natifs (surtout en europe). Les individus sont libre de tout, sauf de l’être. On est libre et on a la liberté d’expression, mais tous ceux qui pensent pas comme ces mondialistes, sont pourchassés par ces mêmes individus “tolérants” qui encouragent les gens qui à se surveiller et se dénoncer entre eux. Note: le capitalisme est aussi responsable de cette idéologie proimmigration de masse car il en a besoin pour survivre. Le capitalisme est une hiérarchie pervertie non naturelle (qui propage l’individualisme et l’indifférence), surtout lorsqu’elle n’est plus nationale/spécifique d’un peuple et commence à dominer tous les peuples, y compris le sien. C’est une fausse hiérarchie de la loi du plus faible, au lieu de la survie du/des plus fort/sain, c’est celui qui se soumet le plus au système et accepte des conditions (et un environnement) de vie anormal contre de l’argent qui survit, et celui/ceux qui se soumettent pas se font manger par les/l’union des soumis ou des soumis-actifs (qui prétendent le contraire et se prétendent anticapitaliste mais qui n’incarne rien de contraire dans le fond à ce capitalisme, sauf peut être quelque chose de pire, la hiérarchie par le bas qui exige tout sans rien incarné d’autre que le chaos et le néant).

L’antiracisme en europe est un nom de code pour anti-blanc (l’Afrique aux Africains, l’Asie aux Asiatiques, l’Europe pour tout le monde !), c’est devenu clair et évident, et c’est très logique, lorsque l’on veut une nouvelle unité mondiale basée sur le rejet et le mélange des races (nécessaire pour avoir un seul groupe qui gouverne le tout*), dominées par l’esprit de Satan. Ces associations mondialistes (SOS racisme, licra, etc.) qui couvrent le racisme anti-européen omniprésent et ses violences réelles, mais qui attaquent des patriotes pour quelques mots, entretenant la haine et la division communautaire, et la promotion du cosmopolitisme et de l’abolition des nations ainsi que leur soumission au système global d’esclavage. Et qui font leur maximum pour que les européens de souches se renient eux-mêmes, leur histoire, en les salissant de mensonges et leur faisant porter le blâme de tous les crimes du monde, alors que dans la réalité d’autres peuples ont fait bien pire que nous. Ils font tout pour empêcher les étrangers de s’intégrer, propageant l’idéologie antiraciste victimaire unipolaire. L’on vit dans une dictature et je pense que tout le monde l’a senti, juste pas réalisé car nous les européens avons toujours été sensibles aux hautes valeurs spirituelles de tolérance, d’égalité et d’altruisme, mais utilisés et pervertit pour nous détruire. Des peuples peuvent très bien cohabiter ensemble, mais pas lorsque l’un se renie lui-même et avec une idéologie de destruction des cultures, des races et du déracinement. L’Europe est d’ailleurs déjà très diverse, en cultures et en ethnies, mais uni par des racines matérielles et spirituelles communes.
*ils prétendent évidemment qu’au nom des leçons de leur version (ou propre interprétation) de l’histoire, l’unité d’un peuple ne peut être que mauvaise et que les peuples ne peuvent pas se tolérer entre-eux. Le messianisme mondialiste sauveur de l’humanité, menant à la paix éternelle, sauf que pour cela, il faut tout détruire avant évidemment. Il y aura toujours un équilibre des forces dans cet univers manifesté, on ne peut pas être le Un, on ne peut que l’exprimé en tant qu’individu, et en tant que groupe vivant, à l’image de la nature.
Ces antiracistes qui utilisent l’idéologie réductrice de réduire les peuples a des couleurs de peaux/matérialisme pour mieu pouvoir les détruire et empêcher leur unité. et à coté ils encouragent les autres formes de matérialismes décadentes qui elles sont sans aspiration ni representation verticale-divine.

Note: La double nationalité devrait être interdite, surtout pour des gens qui contrôlent des groupes médiatiques ou financiers du pays, des internationaux qui aspirent à la domination mondialiste d’un seul système ne peuvent être que mauvais pour tous sauf eux-mêmes et leurs propres intérêts (ce n’est évidemment pas dans l’intérêt des peuples de perdre leur unité, leur histoire et ce qu’ils sont, pour arriver dans un système qui les méprises de toute façon pour ce qu’ils sont réellement). Sinon on a forcément des individus dont les intérêts ne sont pas ceux du pays/peuple, mais d’un autre, ou du mondialisme. Un pur conflit d’intérêts et qui empêche toute unité réelle. Tout pays pour être libre devrait avoir sa propre monnaie d’ailleurs. Surtout avec ce mondialisme qui veut réécrire les peuples via l’argent et le mélange horizontal-mondial permanent, empêchant tout enracinement et toute verticalité qui permet l’unité réelle d’individus créé grâce à un même pays/culture/religion. Mais ces dernières ne devraient pas être des artifices d’une unité faussée, mais d’individus de même essence première productrice/créatrice d’eux-mêmes à tous les niveaux (et de leur culture). Notre direction doit être l’unité réelle, et le progrès vertical qui la renforce, ce qui est totalement anti-cosmopolite qui est lui-même antinaturel et qui interdit aux individus et peuples de croire en eux-mêmes.

Ils prétendent tout détruire pour tout recommencer parce que le monde va mal, mais si le monde va mal en premier lieu, c’est parce que le monde est encore sous l’emprise de leur idéologie, et ils tentent de trouver un “méchant” à blâmer (toute idéologie unique a besoin d’un méchant, mais l’univers ne fonctionne pas comme cela), leur idéologie ne peut fonctionner que dans le parasitage/à travers l’autre, une volonté destructrice commune, car la base de ce qu’ils sont, n’est pas spirituelle. Mais il faut être lucide et réalisé que les forces destructrices sont les outils testeur de l’univers, tout ce qui est faible est éliminé. Le problème c’est que notre défaitisme nous empêche de survivre, et affecte aussi les autres peuples (car tout est lié évidemment).
*et à ceux qui disent “on est tous humains”, oui, les tueurs et les violeurs aussi sont humains, on ne peut pas se réduire à juste “humain”, c’est naïf, neuneu, faux et insultant pour tous les peuples. Tout comme dire “on est tous pareil/tout est pareil”, “rien n’a d’importance”, déjà car c’est faux.
Tout ce que l’idée unique va produire (si elle réussit), c’est de diviser le monde en deux, il ne peut pas en être autrement. Ils essayent de faire en sorte que les autres, leur opposition (le monde libre), se tapent entre-eux (lutte horizontale au lieu de verticale), mais malgré cela, tout s’effondrera c’est inévitable, il n’y a aucune base solide dans leur système de domination.

C’est aux individus eux-mêmes de ne plus nourrir ce qui est mauvais et nous coupe des uns des autres en nous coupant du vrai universel (pas le faux universel réducteur-matérialiste, mais la solution n’est pas de se renier soi-même, sinon l’on tombe dans une contradiction profonde, il faut être en tant qu’individu et commun/de groupe à l’image de l’universel, pas s’y soumettre (et inévitablement aux autres). Cesser d’exister (ou se soumettre) n’est pas une forme d’unité ni d’acceptation. L’idéologie unique est une arnaque.
Ce n’est pas parce qu’il y a des groupes malades encore aujourd’hui pour se prendre pour des peuples supérieurs avec une volonté de domination que par compensation il faudrait détruire le sien. Si on commence à chercher qui a commencé, qui a été le plus méchant, c’est difficile de s’y retrouver, tous les peuples ont dans leur histoire tuer d’autres, ou esclavagiser d’autres, dans les deux derniers millénaires en tout cas, c’était surtout une pratique moyen-orientale (200 millions d’esclaves, y compris des millions d’européens/blancs), mais il ne convient pas de s’attarder sur les aspects négatifs du passé et perpétuer les cycles de vengeance trans-générationnelles et de victimisation, mais d’aller de l’avant grâce au pardon.
Et puis lorsque l’on nous parle de la colonisation européenne, elle a souvent démarré pour nous défendre, et tous les pays européens ne l’ont pas pratiqué (mais tous sont visés par la haine mondialiste). Et puis pourquoi on ne demande pas aux autres pays ayant pratiqué la colonisation ou l’esclavage de se repentir aussi? comme la Turquie par exemple?
Dans le passé les étrangers dans l’armée française n’ont pas eu un ratio de mort plus important que les Français c’est un mensonge, et ne représentaient que moins de 10% des morts, ces gens la sont respectables et ont défendu la France, mais tous les étrangers ne sont pas comme eux, encore moins les nouvelles générations.
Au final il faut comprendre que la repentance a des limites de générosité, et cette limite est notre survie elle-même. Dans tous les cas la générosité et la repentance n’ont pas à se faire via l’immigration de masse et l’auto-destruction. L’on ne doit plus rien à personne, mis à part promouvoir le respect mutuel (qui commence par le respect de soi).
Par repentance, par obligation de générosité égalitariste nihiliste mondialiste d’autorenie, et par peur des conséquences de libérer l’Europe et d’être soi-même l’on est en train d’aggraver notre destruction. C’est bien beau ces valeurs d’unité mondiales, mais elle est pervertie et est nourrie par la destruction des Européens. C’est une unité mondiale de tous les peuples mais seulement dans leur émigration en Europe, et fait paradoxalement le jeu des mondialistes et leurs guerres au Moyen-Orient (pour le contrôle des ressources, des pays et soumissions des peuples (comme en Europe grâce à l’immigration)).

Ces étrangers nous disent que l’on est raciste (et qui souvent jouent la carte de la culpabilisation de l’autre) lorsque l’on critique l’arabisation (par ex) de l’Europe, mais il faut comprendre que l’on a la légitimité d’être chez nous les européens, et depuis des millénaires (et qu’on a le droit d’y vivre (et de vivre quelque part)), dans la réalité les vrais racistes ce sont eux. S’ils ont quitté leurs pays ce n’est pas de notre faute, et dans tous les cas ils nous doivent le respect, pour l’avoir en retour. Tous les humains sont égaux dans l’absolu mais tous les peuples sont différents, l’on doit toujours respecter l’autre tant que l’autre fait de même. L’Europe n’est pas une terre vierge. En parlant de ça d’ailleurs, les gauchistes européens et les mondialistes sont des étrangers partout où ils sont, étranger même à leur propre planète et à la nature, incapables de défendre quoi que ce soit mis à part l’abstrait, surtout ces gauchistes qui veulent détruire leur propre peuple. Il n’y a pas plus raciste que ces gauchos-mondialistes voulant fusionner différents peuples ensemble en leur disant que “tout est pareil”.
Quand on parle de défendre l’Europe on parle de défendre les peuples qui y vivent évidemment, pas de défendre une frontière contrairement à ce qu’essayent de faire croire ces gens malhonnêtes.
C’est marrant aussi de voir que tous ces apôtres de la repentance infini d’auto-renie soient des anticatholiques, mais qu’il n’y a pas plus catholique qu’eux (dans cette notion perverti).

Il faut aussi comprendre que chaque peuple ne doit rien à aucun étranger vivant hors de son propre pays/peuple, ce sont les étrangers que l’on accueille qui nous doivent quelque chose pour les avoir accueillis, et si l’on doit quelque chose, c’est à leur pays, pas à chaque individu appartenant à tel ou tel groupe éparpillé partout dans le monde. Soit l’on fait partie de quelque chose chez soi, dans sa propre extension de son individualité vrai, soit pas. Ils disent que tout est pareil et égal, mais bon, certains doivent tout aux autres, et d’autres doivent tout recevoir sans attendre aucun effort d’eux-mêmes. L’hypocrisie comme d’habitude. Le monde à l’envers. Même si tout était égal, tout n’est pas égal partout (un français ou la culture française n’est pas égale à la culture chinoise ou à un chinois, en chine), et si tout était pareil, c’est au sein d’un même pays homogène, et même dans ce cas-la, selon les régions les gens sont différents. L’égalité c’est un principe de base, pas une fin en soi. Dans un pays qui promeut l’égalité et le tout est pareil lorsque cela n’est pas le cas, c’est la loi du plus fort et de l’individualisme qui revient inévitablement, et le communautarisme, qu’il soit racial, culturel, ou même idéologique voir des régions, tout repart de zéro (et c’est logique lorsque l’on se base sur des principes de ce type (surtout s’il est promu dans une vue mondiale, ce qui peut le transformer en quelque chose de très destructeur alors qu’à la base c’est positif, quand ce n’est pas extirpé de son contenu-potentiel).
Tout doit être pareil pour nous (fausse égalité de renie), mais le problème c’est que pour les autres ce n’est pas le cas, et eux ne se renient pas, et l’on est obligé de s’y soumettre. Rien n’est pareil dans l’univers, mis à part dans le néant. Et même si tout était pareil (ce qui est une hérésie), il n’a pas pour vocation à le rester, l’on est pas des robots (et mêmes eux sont différents), l’égalité et vouloir que tout soit pareil ne doit pas être une fin en soi (et puis qui voudrait une chose pareille mis à part satan l’étouffeur de vie). Et même si tout était pareil et égal, ce n’est pas une raison pour amener le chaos d’ailleurs en Europe. Et puis si tout était pareil, pourquoi devrions-nous exister ou même aider les autres? pourquoi ne pas tout détruire aussi? voila où mène cette idéologie complètement débile et non-réelle.

Ceux qui se plaignent que la plupart des français pensent qu’il y a trop d’étrangers en France sont les vrais racistes, qui eux pensent qu’il y a trop de français, sinon ils ne s’en plaindraient pas (et ne politiseraient pas ce genre d’opinions) et ne les accuseraient pas de racisme.

L’intégration ou l’assimilation est ridicule, surtout à l’ère de l’information mondialisé et d’internet:

Révélé au détour d’un article du journal Le Point, une étude indique que 80% des musulmans ne se sentent pas français. Un chiffre qui préfigure un puissant mouvement séparatiste, sur fond ethnique et religieux, sur tout le territoire hexagonal.
Cela ne constitue pas une surprise pour ceux qui acceptent de regarder la réalité comme elle l’est, à savoir l’impossibilité pour n’importe quel pays européen ou occidental d’intégrer des masses étrangères toujours plus nombreuses.

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France.

Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire! Les musulmans, vous êtes allés les voir? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants.

Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. »

-Charles de Gaulle.

“A nation can survive its fools, and even the ambitious. But it cannot survive treason from within. An enemy at the gates is less formidable, for he is known and carries his banner openly. But the traitor moves amongst those within the gate freely, his sly whispers rustling through all the alleys, heard in the very halls of government itself. For the traitor appears not a traitor; he speaks in accents familiar to his victims, and he wears their face and their arguments, he appeals to the baseness that lies deep in the hearts of all men. He rots the soul of a nation, he works secretly and unknown in the night to undermine the pillars of the city, he infects the body politic so that it can no longer resist. A murderer is less to fear.”
– Marcus Tullius Cicero

Le plus important c’est le lien profond et sacré qui nous relie, dans la vie et dans la mort. Dans un monde individualiste qui mène à l’indifférence de l’autre, ou à l ‘idéologie “tout est pareil” ce lien profond disparaît. Un peuple c’est une grande famille, et les êtres vivant (faune flore) autour de nous nos compagnon de vie. L’on ne doit pas brader ce que l’on est pour l’autre, mais s’accepter soi même et l’autre, et être soi même part de quelque chose de plus grand et de réel, comme cet autre, ou l’accueillir dans son propre monde, si c’est une volonté profonde et non pas double/basée sur la séparation. Il n’y a que ceux qui ne savent pas réellement qui ils sont qui deviennent purement destructifs.
Pour créer quelque chose de plus grand il faut une direction, l’horizontalité mondialiste nous mène nulle part. La vie est locale et intérieure, pour créer quelque chose il faut que ce soit forcément base sur les unités locales, tout le reste nous sort du plan du vivant, et c’est pas un hasard qu’ils veulent le modèle mondial au niveau local, le chaos directement à la maison. Sans cela dominer par le nouveau veau d’or extérieur, leur idéologie est fini d’avance.
Un local délocalisé/déraciné et le modèle famille-racine détruit. L’aspect famille-racine permet de prendre sur soi pour bâtir quelque chose, enraciné en premier lieu sur le plan du vivant, la terre et ceux vivants aux alentours, créant depuis eux-mêmes des racines physiques et culturelles/spirituelles communes (une âme, lien vivant-créatif) sur des millénaires de lutte. L’inverse de l’individualisme cosmopolite anti-enracinement pro-esclavagisme par la matière. Seul l’argent (et ses idéologies liées monothéistes) en tant que cause au lieu de conséquence permet une destruction et inversement pareil.

L’union des aspects spirituels que l’on a nommé “féminin” et “masculin” (yin/yang) de cet univers manifesté les sort de leur universalité propre et de la division de leur expression individuelle d’ici-bas pour créer quelque chose et de les unir, dans leur propre fonction universelle, et envers la complémentaire. Mais toute forme de création implique une forme de “séparation” (fausse*). Les unir depuis le plan matériel pour retrouver (et les retrouver sur) le plan spirituel, l’unité divine-universelle des manifestations créatrices-complémentaires de celle-ci.
*toute forme de création implique une forme de “séparation”, mais elle est différente de la vraie séparation basé sur la destruction/rejet de l’autre. L’unité vraie vient de l’union de ces deux forces spirituelles, tout le reste n’est que potentiel créatif non rendu réel, ou du destructif.
Même si l’on ne croit pas à toutes ces choses, cela ne change rien en définitive, suffit d’avoir des yeux et le libre arbitre (et croire aux valeurs morales de liberté).

Cette élite artificielle internationale qui s’auto-congratule dans les médias, dans des remises de prix, et des réseaux qui n’acceptent que ce qui va dans leur sens (au niveau journalistique ou littéraire etc.), rabaissant le niveau global du peuple pour se donner une fausse hauteur. La pensée unique au service de l’élite maudite.

Ils essayent de réécrire le monde par le “bas” matérialiste en se focalisant sur le produit matériel du peuple (y compris son lien enraciné-matériel) au lieu de celui-ci (qui en est le producteur), ce qui détruit ce dernier et mène à la décadence.
L’Europe encourage à l’unité famille racine matérielle et l’esprit individuel vers le haut, et eux à la pensée unique et le matérialisme individuel vers le bas.

La “religion” européenne ancestrale a toujours promu la grandeur matérielle-spirituelle*, l’exemple de grandeur via de multiples expressions/”Dieu”, la réelle grandeur spirituelle qui pousse l’individu à être la meilleure version de soi-même au lieu d’un monde fermé sectaire qui étouffe l’esprit vrai. L’intelligence et la spiritualité viennent du désir de créer/perpétuer/améliorer ou découvrir quelque chose de plus grand.
*grandeur matérielle et spirituelle individuelle mais non réduite à la pensée unique mais à l’infini et à l’unité matérielle-spirituelle, qui est la base qui le permet.
Une seule culture qui encourage à la multiplicité d’expression spirituelle produite à partir d’une même source-racine, qui ne se cherche pas à l’extérieur mais qui ne se réduit pas à l’intérieur, qui cherche à créer à l’extérieur, depuis l’intérieur. Au lieu de la pensée unique qui réduit les racines et la culture à de simples circonstances et au néant ou à quelque chose de relatif/spéculatif et qui pousse à leur destruction pour les remplacer par une forme de consanguinité de l’esprit / idéologique qui pousse l’individu à se chercher lui-même dans le matérialisme décadent.

La pensée unique essayera toujours d’éradiquer ce qui n’est pas elle, l’inverse des valeurs européennes, ces gens-là inversent les rôles et accusent les autres de leurs propres maux. Ce sont des usurpateurs voleurs trompeurs inverseurs destructeurs qui feront toujours la promotion de tout ce qui est destructeur et infertile et qui détruit le spirituel.

Se prétendre le haut via l’ouverture à la décadence comme nouvelle grandeur individuelle n’est pas de l’ouverture mais de la fermeture au haut et aux vrais valeurs.

“Tolerance and apathy are the last virtues of a dying society.” -Aristotle

“No country can find eternal peace and comfort where the vote of Judas Iscariot is as good as the vote of the Saviour of mankind.” -Thomas Carlyle
pas besoin d’être chrétien pour comprendre l’importance de cette citation.

“For the domestication of men has become very great in this democratic Europe; men who learn easily and adapt themselves easily are the rule: the herd animal, even highly intelligent, has been prepared”
Friedrich Nietzsche

On ne peut pas à la fois sauver le sionisme pro-apartheid (par contre je n’ai rien contre Israël en lui-même*), le “sionisme” pro-mondialisme en europe, le mondialisme, les monothéismes non-spirituels, les idéologies de domination, l’union du racisme avec l’antiracisme; et l’humanité à la fois. L’extrémisme idéologique ou religieux n’a pas sa place en Europe, et le colonialisme (physique ou de l’esprit) de gauche non plus (si vous comprenez les deux+ choses auxquelles je fais allusion (du passé et du présent)). Le monde et les peuples souhaitent la paix, pas ces gens.
*Le problème c’est que: “Israël n’est pas principalement une nation, mais l’entité territoriale de la nation juive internationale. On s’y réclame pas d’ailleurs de l’identité israélienne mais de l’identité juive.”
C’est l’aspect mondialiste suprématiste internationaliste religieux qui donne cet esprit détestable, pas le coté nationaliste contrairement à ce que l’on pense. Un pays basé sur la nation et la culture, n’agit pas de façon aussi destructrice (et seulement destructif).
Et les conflits locaux ne sont pas basés sur le racisme ou la religion/idéologie mais l’espace (lié à la culture) qui permet la vie de cette dernière. Quand un groupe agit en parasite seulement et ne respecte personne, il est toujours rejeté par ses voisins. Sans mondialisme (suprématisme idéologique mondial) Israël serait en paix. Son aspect “nationaliste” (en réalité pas du tout, c’est surtout du suprématisme local) n’est qu’une façade utile temporairement.
Le respect ça se donne mais ça se mérite, comme la liberté. La nature n’aime pas la faiblesse, ni le parasitage/destructivité seule (qui prouve une faiblesse au fond).

Théorie: L’autre problème: le blanc européen a remplacé le Juif dans son rôle historique en tant que lien matériel entre les peuples, et le Juif a remplacé le blanc dans son rôle guide de peuple enraciné spirituel, dans une terre (Israël) qui devrait être la seule au monde à être cosmopolite/multiethnique en tant que croisé des chemins du monde (s’il doit y en avoir une), et non pas l’Europe. Les énergies spirituelles et le produit de la rencontre des multiples devraient partir du centre pour irradier vers les différentes expressions uniques/d’unités (par le haut de manière naturelle), pas l’inverse et le mélange matérialiste par le bas (de soumission à l’esprit unique). L’unité/le Un produit par la rencontre supérieure des multiples sur un plan spirituel devraient renforcer l’unité spirituelle-matérielle de toutes les autres incarnations du Un (autres peuples), à l’image de la nature, pas provoqué une auto-dissolution ou renie sur le plan matériel réducteur.

Égalité, humanisme, etc. ce ne sont juste que des marques de vente/pub pour politique, si dans le réel rien ne fonctionne ce n’est pas grave, tout dans l’apparence et le fictif.

Un cas isolé ce professeur Harvard membre d’une certaine élite (vidéo ci-dessus) ? seulement dirigée envers les européens? je le croyais aussi, mais ça c’était avant. Et puis, la haine de l’Europe est très ancré chez ces gens la, et depuis très longtemps.
Ces gens ont des intérêts à pousser les peuples les uns contre les autres, en cachant les vrais coupables. Mais encore une fois, les premiers coupables c’est nous, qui nous laissons faire. On a nous aussi commis des crimes/erreurs, mais ceux d’en face, lorsque l’on regarde l’histoire de façon non biaisé, c’est encore pire.

Pour parler du judaïsme:

Quand on se prend pour le peuple élu c’est inévitable le double standard.
Pour eux tout peuple et nation libre c’est de l’antisémitisme potentiel. Les mondialistes utilisent le judaïsme et Israël pour leur projet, tous les mondialistes ne sont pas juifs, mais tous les juifs sont mondialistes (de nos jours en tout cas, surtout depuis que le judaïsme a été infecté par le sionisme; enfin il y a toujours des exceptions c’est évident).

Comment interessant trouvé sur youtube

“Approche constructive que celle de ce monsieur. On est loin du double standard soralien (un autre double discours) qui condamne la “communauté organisée” tout en prônant le communautarisme musulman/arabe/africain.

Là où je suis moins d’accord avec la vidéo, c”est que les intellectuels juifs ont théorisés depuis le XIXème siècle et surtout après la seconde guerre mondiale que l’identité européenne (blanche) était consubstantiellement antisémite. Laisser un blanc s’affirmer et se développer intellectuellement et identitairement dans sa culture de blanc, c’est laisser l’antisémitisme se développer. Un français fier de son identité, de son histoire et de son pays ? Un antisémite. Je me souviens dans mes études avoir lu les ouvrages d’historiens juifs qui expliquaient que le fascisme italien était la conséquence logique et incontournable du Risorgimento tout comme le nazisme était la conséquence logique du romantisme allemand (Zeev Sternhell). En France nous avons Pierre Milza ou Serge Bernstein qui véhiculent encore actuellement ce type d’idées. Il en va de même pour BHL et son livre Idéologie Française (largement inspiré sur les écrits de Zeev Sternhell). Une sorte de vision fataliste et déterministe de l’histoire, qui si on y réfléchie bien est finalement une négation même de l’Histoire.

Pour combattre le fascisme et le nazisme, il fallait donc combattre les identités nationales et européennes des blancs et donc les empêcher de s’affirmer à nouveau aujourd’hui.

Et les élites juives adhèrent toujours à ce postulat. Raison pour laquelle je ne crois pas que l’appel sera entendu.

Nous ne sommes pas la première génération d’européens à vouloir libérer nos identités, à vouloir les revivifier, pour revitaliser notre être individuel et collectif. Nous ne sommes pas la première génération d’européens à nous voir empêcher dans cette tâches car la nature de notre identité apparaît comme une menace à la domination d’un régime politique en place et à ses sbires.”

Mise à jour d'actualité

Note: je ne sais pas si trump appliquera ce qu’il a dit, ou s’il est quelqu’un de bien, ou s’il pourra vraiment ne pas être soumis à l’état profond et aux lobbies, l’avenir nous le dira, en attendant au vu du fait que la mafia mondiale a usé de tout son pouvoir pour l’empêcher d’arriver au pouvoir, c’est bon signe. Ce qui est surtout intéressant c’est de noté la réaction de certains.

Edit 16 04 2017: “L’élection de Trump n’a pas renversé l’État, le complexe militaro-industriel, la CIA, le NSA, la Banque, Hollywood, l’AIPAC, etc. Le mal est trop profond, cette gangrène économique, sociale, morale qui descend jusqu’au cœur.” (trouvé sur un site que je n’aime pas trop dans le fond, mais qui est bien plus éclairé que les médiat(s) “officiels”)

Note2: Dès que ces gens la perdent et sont obligés d’un retour au réel, obligé de sortir de leur petit monde où ils sont les rois et ont la fausse supériorité “morale” et tous les bénéfices, ils chialent.
des gens qui veulent dicter leurs lois aux autres et qui détestent la démocratie sauf quand ça les arrange.
Les gens qui font la promotion du “tout est pareil” et du monothéisme mondialiste le défendent coûte que coûte parce que sans ça, ils ne sont plus rien dans le monde réel.

Article (Source http://www.naturalnews.com/055965_violent_leftists_genocidal_murder_Donald_Trump.html):

(NaturalNews) Now that the voters have wholly rejected the retarded, delusional leftist vision for America — which we might as well just call “liberal suicide” — the real character of the left is on full display. Today, angry liberals are turning to extreme violence and hatred, calling for the killing of Trump supporters, the assassination of Trump and the bloody beatings of all whites.

Yes, the racism, violence, bigotry and HATE of the left has finally come out of the closet.

I saw this coming, of course, long ago. If you’re a regular Natural News reader, you may recall my August 30th article entitled Chaos will erupt across America in less than 100 days… no matter who wins the election. Now, like clockwork, it’s all coming true exactly as I foresaw.

In a section of that article entitled “If Trump wins, the left goes full terror,” I wrote:

As I’ve publicly predicted numerous times over the last year, if Donald Trump wins, the radical extreme leftists go on a violent rampage that leads to the rest of us begging for martial law. After half a dozen cities burn with riots and looting, Trump invokes a national emergency, deploying National Guard troops across the most devastated urban areas, and the radical left finds itself in a shooting war with the government.

That article, of course, was widely mocked by the incompetent, idiotic media (and brain damaged leftists in general), yet it turned out to be 100% correct as we all can now see. (Once again, Natural News was right and the entire establishment was incredibly wrong… are you surprised?)

Now, the left is going “full terror” and calling for mass killings of Trump supporters and white people in general. Yep, genocide is now the new political goal of the left.

Violent leftists call for mass murder, executions and beatings of Trump supporters

From Mediaite, we learn that a Los Angeles Latina woman is calling for mass deaths to defeat Trump. “People have to die to make a change in this world,” she says, meaning of course that white people must be murdered en masse for her own race to conquer California and take over America.

But this call for genocidal mass murder is just the beginning of how leftists really feel, now that they’ve lost the White House, the Senate, the House and the US Supreme Court. They just can’t wait to murder as many white people as possible. To them, this is called “tolerance” and “inclusiveness” because they are all mentally deranged lunatics, of course.

As this Infowars article shows a Chicago mob of Clinton supporters beating a Trump voter to a bloody pulp, all while screaming, “You voted Trump? You gonna pay for that sh#t!”

Via Infowars:

Another woman shouts “beat his ass,” while another man is heard laughing before remarking, “Don’t vote Trump.”

A second video of the incident which is dubbed with the “F**k Donald Trump” song, a phrase now being chanted by “protesters” across the country, shows one of the attackers driving away in the man’s vehicle while his hand is still stuck in the window as the car drags him down the street.

In other words, the lynching of whites across America has begun, courtesy of your friendly neighborhood leftist bigots.

Not to be outdone by the violent racist bigots in Chicago, the triggered snowflakes in Oakland have decided to start setting fires to their own communities while screaming “F##k Donald Trump!” The idiocy of this tactic is, of course, a perfect representation of the extreme hatred, destruction and racism of the political left.

Anti-American leftists in Portland, Oregon, another bastion of communists and leftist dipsh#ts, decided to set fire to the American flag while chanting racist, bigoted memes against Trump and his supporters:

Meanwhile, Twitter exploded with a barrage of explicit death threats against Donald Trump from enraged, bigoted, murderous Clinton supporters.

Christine W. Chandler tweeted, “Someone, anyone, PLEASE take a sniper rifle and kill Trump; shoot him in the head…”

Christine Chandler is a leftist moron, of course, who doesn’t even know how sniper rifles work. She also has no clue that if things move toward civil war in America, SHE is more likely to be taken out by a sniper rifle than Donald Trump!

Another African-American woman tweets, “i have never in my life wished death on anyone, but dear god, i am begging you, please kill trump”

Another twitter user blares, “DEATH TO TRUMP AND ALL HIS SUPPORTERS”

Meanwhile, as The Daily Caller reports, “Twitter is exploding with people calling for president-elect Donald Trump to be assassinated.”

One Twitter user name “molly” explains why the murder must include more than just Trump: “if trump gets assassinated then y’all are gonna have michael pence and he is possibly even worse. so u need to assassinate both of them”

Another African-American user named “greg” explains why “niggas” better not miss: “I just pray that the first nigga who tries to assassinate Donald Trump don’t miss”

Yet another violence-promoting leftist moron adds to the calls for murder with this precious tweet: “Trump ain’t president ’til inauguration day lmao you guys still have time to assassinate BOTH Trump and Pence.”

As Breitbart.com is reporting, the genius leftists in California who have already destroyed their own economy are now shutting down freeways to further disrupt their own state:

Thousands of anti-Trump protesters marched downtown Wednesday night and blocked traffic on the 101 Freeway to show their displeasure at Donald Trump’s election as President of the United States.

PREDICTION: Trump supporters will start shooting back in self-defense any day now

I predict that armed Trump supporters — law-abiding citizens who legally carry concealed, loaded weapons like I do — will start shooting back in self-defense.

For months, I have urged Natural News readers to get armed in preparation for the terrorism, murder and violence of the hate-filled leftists. I’ve urged you to carry spare magazines and get safety training with your handgun so that you can operate it in a safe and consistent manner (yes, shooting violent attackers is a form of “safety”). Now, that moment has arrived.

Today, I call on all Trump supporters to do three very important things:

#1) DEFEND your lives just as you have defended your nation in this election.
#2) FOLLOW THE LAW and do not instigate violence.
#3) CARRY RESPONSIBLY and only use firearms as a last ditch, necessary defense to halt violence and save lives (including your own).

We the People must now stand in unity against leftist violence, terrorism and murder. We must defend our lives, our families and our communities against the violent, extremist left. Where justified, we must deploy our Second Amendment rights in the legal self-defense of our lives and property. This is how we make American SAFE again and send an important message to the violent, hate-filled, racist left:

YOU LOST. SHUT THE F#CK UP.

Les élites jouent aux réfugiés à Davos : un «spectacle abominable de richards étroits d’esprit»

Les élites jouent aux réfugiés à Davos : un «spectacle abominable de richards étroits d’esprit»
© Ruben Sprich Source: Reuters
Chaussure de Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook, lors d’une réunion du Forum économique mondial à Davos

La mise en scène de la détresse des réfugiés est devenue un événement couru du Forum de Davos. C’est un symptôme visible de notre société néo-féodale, estime l’analyste financier américain Gerald Celente.

La rencontre annuelle du Forum économique mondial (WEF) de 2017 s’est ouverte le 17 janvier à Davos, ville touristique située dans les Alpes suisses. Le thème de la réunion cette année, c’est le «leadership réceptif et responsable».

Le World Economic Forum (WEF) de Davos est souvent considéré comme le sommet des riches et des puissants.

Cette année, les participants au Forum auront la possibilité de prétendre qu’ils subissent les mêmes privations que les réfugiés.

Avant le début du Forum, l’ONG Oxfam a publié un rapport sur l’inégalité grandissante de la répartition des richesses sur la planète. Selon ce rapport, la richesse des huit individus les plus riches du monde équivalent à la richesse que possède la moitié de la population la plus pauvre du monde. Qui plus est, cela signifie aussi que les dix plus grandes entreprises génèrent désormais des bénéfices supérieurs à ceux de 180 gouvernements pris dans leur ensemble.

RT : Pensez vous qu’il est normal que des individus aussi riches imitent la vie de réfugiés ?

Gerald Celente (G. C.) : Bon, c’est un camp pour milliardaires et ils se comportent comme de petits campeurs. C’est une sorte d’individus qui établit des «zones de non-violence» dans les écoles, comme si cela pouvait arrêter les choses. C’est aussi lâche de leur part, car aucun d’entre eux ne parle des raisons de cette énorme crise des réfugiés. Cela ne pourrait pas être à cause de la destruction de l’Irak. Non, cela n’a rien à voir mais elle est pourtant responsable de la mort de plus d’un million de personnes. Cela n’a rien à avoir avec la destruction de l’Afghanistan, un conflit qui est devenue la guerre la plus longue de l’histoire des Etats-Unis. Cela n’a rien à avoir avec les Etats-Unis, l’OTAN et leur coalition qui tuent et massacrent en Syrie, forçant les populations à abandonner leurs maisons…

C’est une honte, cela vous montre le niveau d’absurdité, d’arrogance et d’étroitesse d’esprit des ces petits êtres avec tout cet argent

Selon le New York Times : «Il y a un événement important à Davos – la simulation de l’expérience des réfugiés, ou les participants du Forum peuvent se mettent à quatre pattes et rampent, feignant de fuir des armées en marche. C’est l’un des évènements les plus populaires chaque année.»

Evénement populaire, vraiment ? Et si on organisait un événement populaire qui permettait de se déplacer d’un endroit où votre maison est bombardée, vos parents tués et où les soldats violent votre sœur ? Pourraient-ils supporter cela ? C’est une honte et cela vous montre le niveau d’absurdité, d’arrogance et d’étroitesse d’esprit de ces petits êtres avec tout cet argent. C’est un spectacle dégoûtant.

RT : Ne serait-il pas plus convenable d’envoyer aux réfugiés l’argent dépensé pour ce jeu ?

G. C. : Qu’est-ce que vous avez à Davos ? Nous avons huit personnes qui ont plus d’argent que la moitié de la population de la planète. L’argent dépensé à Davos pourrait aider les camps de réfugiés et la crise migratoire touchant d’autres pays. Mais cela ne fait pas partie de leurs intérêts, ou au moins ça ne semble pas l’être. Parce que, encore une fois, l’aspect le plus important, ici, c’est que personne ne parle de cause à effet.

Pourquoi ont-ils [les réfugiés] fuit ? Cela ne pourrait pas être à cause de ce que le président Barack Obama, lauréat du prix Nobel de la paix de merde, a décidé que Mouammar Kadhafi devait partir – ensemble avec l’OTAN et les autres pays. C’est eux qui ont provoqué cette crise. Vous avez ces milliardaires pitoyables, avec une attitude déplorable et avec beaucoup d’argent, qui jouent dans leur club de milliardaires. Jouons à un jeu ! Et selon New York Times, c’est l’un des spectacles les plus remarquables de cette charade.

C’est ce que nous avons. Une société néo-féodale

RT : On organisait apparemment le jeu depuis 2009. Pourquoi depuis aussi longtemps ?

G. C. : Les sociopathes et les psychopathes n’ont jamais honte et ils ne regrettent jamais ce qu’ils font. N’oubliez pas que ce sont des banquiers. Alors, pour tous ces gens dans le monde qui ont perdu leur maison à cause de malhonnêtetés et des sales mensonges, ou de «méfaits», comme les garçons blancs, cireurs de chaussures aiment les appeler, ils n’ont pas de regrets. Regardons justement les faits. Six banques, et, encore une fois, ce sont des riches à Davos, qui ont été condamnées pénalement pour avoir truqué les taux Libor, les taux d’intérêts et le marché Forex, les marchés des devises dans un volume de 5,3 milliards par jour. Six personnes reconnues coupables de ces crimes.

L’un d’entre eux est-il allé en prison ? A-t-il dû s’acquitter d’une amende ? Rien. Alors, c’est ce que nous avons. Une société néo-féodale. Les élites financières et la noblesse politique se sentent mal, lorsqu’elles rampent par terre et jouent aux réfugiés dans un camp pour milliardaires.

Lire aussi : Interview choc de Trump : «l’erreur» migratoire de Merkel, le naufrage de l’UE et l’OTAN «obsolète»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Note: les réfugiés ukrainiens par contre ils n’en veulent pas de ça, on ne sait jamais en cas que ça renforcerait nos racines européennes communes (à tous les européens), au lieu de renforcer le néant et la destruction. aider des Européens n’est clairement pas dans leurs valeurs “morales”. financer/créer des fausses révolutions sanglantes ça oui.

Les médias sous contrôle

Un journaliste allemand qui a dénoncé la CIA retrouvé mort

Udo Ulfkotte était le rédacteur en chef de l’un des plus grands journaux allemands, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, lorsqu’il a publié son bestseller «Journalistes qui s’achètent» révélant comment la CIA contrôlait les médias allemands, un livre qui lui a coûté sa carrière – et peut-être sa vie.

L’ancien rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung, l’écrivain Udo Ulfkotte est décédé à l’âge de 56 ans. Alors qu’il avait été interdit aux médias allemands d’évoquer sa personne ces dernières années, ils ont été obligés maintenant de constater que le journaliste avait succombé à une « crise cardiaque ».

Sa mort éveille d’autant plus de questions parce qu’il était surtout connu pour son livre-dénonciateur « Journalistes qui s’achètent » (« Gekaufte Journalisten »). Là, Udo Ulfkotte a dévoilé comment la CIA payait des journalistes en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande pour qu’ils publient de fausses informations.

Le journaliste connaissait bien les menaces qu’il affrontait, mais croyait qu’il était mieux placé que la plupart des journalistes pour exposer la vérité puisqu’il n’avait pas d’enfants qui pourraient courir un risque. Dans un entretien au journal russe Russian Insider, le journaliste avait partagé :

« Quand j’ai exprimé au Frankfurter Allgemeine Zeitung mon intention de publier le livre, leurs juristes m’ont envoyé une lettre de menaces contenant toutes les conséquences légales dans le cas où je publierais certains noms ou secrets — mais moi, je n’ai pas eu peur. Vous comprenez, je n’ai pas d’enfants que je dois choyer ».

Craignant une guerre en Europe, il a pris la décision de dévoiler la vérité quant aux médias contrôlés par les services secrets.

« J’ai été journaliste pendant presque 25 ans, on m’a appris à mentir, à trahir, à ne pas dire la vérité au public », avait indiqué M. Ulfkotte à RT. « La CIA me soutenait, pourquoi ? Parce que j’étais pro-américain ».

Selon l’écrivain, les médias allemands et américains tentent d’amener la guerre en Europe mais aussi en Russie. C’est contre cette propagande médiatique qu’il s’est dressé avec son « Journalistes qui s’achètent » qui est devenu un bestseller. Un livre qu’il était interdit de mentionner dans les médias allemands.

M. Ulfkotte a lui-même contribué à la presse « achetée ». Par exemple, il a écrit une fausse histoire parlant du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui aurait construit des usines de gaz toxique en 2011.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201701161029621341-journaliste-verite-cia-mort/

Note TK: je n’aime pas spécialement ce site à cause de ses opinions sur le passé mais il y a parfois de très bonnes infos sur le présent.

L'incarnation du néant


Allemagne : Le député communiste voulant “remplacer ces nazis d’Allemands” par des migrants se représentera
018778938_30300
BREIZATAO – ETREBROADEL (15/09/2016) Le député allemand d’extrême-gauche Gregor Gysi a annoncé son intention de se représenter aux élections législatives de 2017 (source). Fils d’un ministre de la tyrannie communiste d’Allemagne de l’Est, cet avocat s’est signalé par son souhait de voir les Allemands disparaître, souhaitant les remplacer par des migrants afro-musulmans.
Alors qu’il appelait à un rassemblement en faveur de l’implantation illimitée de migrants clandestins en Allemagne, il déclarait :

“A cause de notre passé entre 1933 et 1945, nous devons accueillir comme il convient les migrants. Il doit y avoir un système légal pour leur offrir l’accueil en Europe. Des pays comme la Pologne – très catholique par ailleurs – doivent accepter de recevoir des migrants. Chaque année, plus d’Allemands de souche meurent qu’il n’en nait. C’est une grande chance.C’est parce que ces nazis ne sont pas très bons lorsqu’il s’agit d’avoir des enfants. C’est pourquoi nous avons besoin des pays étrangers”.

Voir la vidéo :

D’origine russe et juive, Gysi est membre du parti “Die Linke”, une organisation ayant recyclé les communistes de la RDA pro-soviétique dont il est député pour la région berlinoise. Il est fils d’un très haut responsable du gouvernement communiste de l’Allemagne de l’Est, Klaus Gysi (voir ici).

“Die Linke” est allié en France au parti de Jean-Luc Mélenchon dont la politique en faveur de nettoyage ethnique des populations européennes est sensiblement identique.

Propagande métisseuse:

Ils essayent de réduire les racines-peuples-cultures (qu’ils réduisent à des couleurs de peau*), à des constructions sociales, réduisant les gens à rien que cela. Ils font de l’inversion accusatoire, car en réalité ce sont eux et leur idéologie du nouvel ordre mondial, de métissage généralisé**, d’une humanité qui se renferme sur elle-même, qui cherchent à réduire les individus à des systèmes sociaux et économiques, à des consommateurs nihilistes et des comptes en banque. Tout le système, médiatique, éducatif, est infusé de ce cancer mondialiste de l’esprit. De l’égalitarisme régressif par le bas (nivellement par le bas).
Cette maladie du gauchisme, du mondialisme, du capitalisme et du libéralisme pro-individualiste matérialiste nihiliste athée. Chacun voit uniquement ce qu’il a envie de voir, vénère sa petite personne matérielle, ne cherche aucune réponse ou lien supérieur, cherche l’approbation et la reconnaissance à l’extérieur et n’approuve que ce qui va dans le sens de cette idéologie. La force se trouve à l’intérieur (spirituel) (sur le plan individuel-spirituel-universel et de peuple-culture ici-bas), si quelque chose essaye de nous perdre vers l’extérieur, surtout si c’est quelque chose de purement matériel ou abstrait, c’est forcément quelque chose de malsain.
*mais en plus de ça ils nous disent: “les races n’existent pas mais il faut les mélangés; elles n’existent pas mais il y en a trop de certaines et pas assez d’autres.” de “l’universalisme” et de “l’égalitarisme” par le bas…
**et évidemment vu qu’il faut soumettre les individus à l’état supranational, à l’hyperclasse et aux banques, et prôné le métissage, il faut détruire les valeurs spirituelles de famille et d’unité réelle.
L’on peut aussi être individualiste mais spirituel, tolérer les autres et ce qu’ils sont, mais les individualistes d’aujourd’hui sont matérialistes et veulent imposer leur vision du monde aux autres. Si l’on refuse/rejette l’unité-racine ou culturelle, il faut au moins défendre (ou au moins accepter) l’unité-famille, sinon l’on sombre dans l’anti-vie et le satanisme comme on le voit de nos jours. La famille même si elle refuse l’unité-racine de groupe (ce qui est peu probable) repose quand même sur une unité réelle et vivante (et leurs propres racines créées), sur une base créatrice, et ces valeurs permettent l’émergence au moins d’une unité supérieure entre groupes humains (et avec le temps la formation d’un peuple), vision totalement opposer à l’individualisme décadent et le cosmopolitisme du métissage matérialiste permanent. L’un est basé sur la création, l’autre la destruction et la dictature totale par le bas. Enfin, quand on voit que ces élites ne veulent même plus de plantes qui se reproduisent elles-mêmes, ils veulent des plantes stériles dont ils choisissent eux-mêmes l’origine et l’ADN, ce n’est pas étonnant qu’ils veuillent faire la même chose avec l’humain, pas encore directement au niveau de l’ADN mais on y vient.
L’opposition entre “fascisme” et anti-fascisme est fausse (surtout de nos jours) (pareil avec gauche et droite) et permet aux mauvaises personnes d’être librement au pouvoir, avec peu de stratégie.

note: le communisme est pas bien mieux (même le vrai). Le communisme contient beaucoup de vérité* mais avec des mauvaises réponses à ces vrais problèmes. Les mouvements socialistes peuvent être bénéfiques, si ceux qui les mènent n’ont pas de projet internationaliste (ou même national) qui trahit le vrai mouvement social des gens d’en “bas”, de la nation, du réel. L’autre problème c’est que c’est un mouvement abstrait qui coupe les racines du peuple, son lien réel pour le remplacer par un lien artificiel (d’argent ou autre). Le communisme est un autre dérivé du monothéisme, forçant un lien artificiel fermé destiné à éclater. Le socialisme n’est socialisme que s’il y a une limite/démarcation, et pas une expansion horizontale ou domination au mépris de l’intérieur/peuple. Le libéralisme perverti est semblable au communisme, mais sur un plan encore plus matérialiste (mais plus ouvert, dans la mauvaise direction, ce qui peut être pire). Toujours ce même esprit unique corrompu, l’on ne peut pas remplacer l’esprit des individus et des peuples, seulement les relevés, toute chose imposée voulant remplacer la tradition spirituelle sans équivalent (et pire totale destruction) provoquera son inverse. On ne peut construire à partir de rien ou vers rien, ou qui est totalement vide, et surtout qui provoque le vide spirituel chez les individus (aucun lien réel commun), et par conséquent l’impossibilité de liberté réelle par absence horizon. Un esprit corrompu qui ne peut se manifester/matérialiser dans l’unité/l’horizontalité, la créer (car n’est pas d’essence divine, mais son opposée), mais la détruit par étouffement car trop fermé, rayonnement de séparation-domination/accaparement contre rayonnement désintéressé spirituel. Ils promeuvent une unité réduite au plus bas de bien commun matérialiste (et non-désintéressé) temporaire témoin d’un manque d’unité réelle, de transcendance et d’essence commune (tout le monde du vivant a une essence commune, ainsi que chaque expression du vivant, lorsque l’on perd la sienne via l’horizontalité artificielle imposée qui étouffe/draine notre spirituel, l’on perd toute liberté et potentiel infini/transcendant réel, et tout produit matériel reflet du spirituel). Tous les éléments doivent ne faire qu’un, mais il ne peut y avoir qu’une seule voie.
*par ex: « […] il n’y a plus d’hommes, plus de femmes, plus de Blancs, plus de Noirs, plus de sexes, plus de morale, plus de frontières, plus de nations, plus de beau, plus de laid, plus de sacré, plus de profane, plus de pur ni d’impur… bref, plus rien d’autre que des êtres humains marchandisés, indistincts, indifférenciés et interchangeables… en un grand aveuglement multiculturel gratuit, laïc et obligatoire. » –L’Internationale, Critique De La Société De L’indistinction, 2007

À l’époque ils ont voulu une expansion horizontale internationale avec l’expérience socialiste de rejet de l’autre (bolchévisme) (qui n’était opposé que fictivement mais dans la séparation avec le capitalisme), et maintenant une expansion de non-rejet vertical via le capitalisme mondialisé associé à l’expansion horizontale d’expansion-guerre + retraction-immigration de masse en Europe.

Vouloir éliminer la lutte des classes en réduisant tout à une seule est une erreur, cela devrait être une lutte pour l’unité entière du peuple. Le communisme est le produit du capitalisme, il n’y a pas l’un sans l’autre et les deux ne font donc qu’un. L’un veut la domination matérialiste, l’autre l’unité purement matérialiste. La “verticalité” d’argent qui a produit/forcé à l’unité horizontale d’argent (mauvaise réponse au réel problème, forme de soumission, fausse rébellion qui ne pourra que reproduire le même type de modèles/problèmes); le capitalisme renforce le matérialisme, qui produit ensuite le communisme, l’unité matérialiste (l’opposé de la verticalité spirituelle qui produit l’horizontal-matériel d’unité transcendante). Les deux veulent s’approprier l’humanité entière sur un plan bas/matériel, détruire les peuples et étouffer la spiritualité par remplacement de l’ordre spirituel par un ordre matériel-horizontal abstrait sans spécificité/ouverture verticale et sans socle/source spirituelle comme le serait un vrai ordre matériel à l’image du spirituel. Ils jouent à la fois en promouvant la division mais toutes deux unis/faisant qu’un sur un plan spirituel inversé/destructif qui mènent au final dans la même direction. Même s’ils sont en apparence séparés et veulent se détruire, sont contraint d’aller dans la même direction et au final de ne faire qu’un, surtout sur le plan de la promotion de l’individualisme, chacun le promeut par nécessité de survie via l’expansion extérieure ou d’absorption extérieure, aussi car ils ont la même source unique, promoteur des deux forces de façon perverties. Les deux contraints à l’expansion extérieure-horizontale (de manière négative), ou d’absorption, étant un corps malade, via esprit malade et non-unité, manque comblé à l’extérieur. Capitalisme modèle matérialiste masculin, communisme modèle matérialiste féminin, seule l’union des deux est créatrice, pas contre celle-ci, mais en elles-mêmes. L’on peut aussi dire que de nous pousser les uns contre les autres mène a une destruction mutuelle, mais la cela va plus loin. Pour gagner faut être supérieur spirituellement à l’autre, créatif, pas dépendant du parasitage/destruction seule de l’autre, sinon l’on est uni à l’autre sur un plan-schéma domination-soumission-prédation et l’on fait le jeu de l’esprit unique qui les a produit. Suffit de voir les États-Unis, ayant combattu le communisme sans rien incarné lui-même qui mène dans une autre direction, d’harmonie intérieure, mais de tout autant internationaliste, fini par avoir les deux sur un plan perverti, qui se combattent sur un plan fictif seulement.

L’esprit unique qui recrée le Deux à l’extérieur, de manière pervertie, qui a besoin de les séparer pour refaire le monde à son image, remplacer “Dieu”, non pas par irradiation/exemple créatif d’unité, mais par rétractation (tout ramener à lui) désunificateur. Se prendre pour Dieu et le centre du monde, au lieu de l’être par actes positifs désintéressés. “Il faut bien que quelqu’un dirige”, peut être mais celui qui dirigera ne sera jamais quelqu’un qui renie les lois naturelles, mais quelqu’un qui incarne le bon exemple d’harmonie intérieure sans embêter le monde. L’ordre matériel qui ne sert pas le vivant, purement externalisé, qui n’a pour autre direction que le lien à l’autre via l’argent (ou autres intérêts purement matériels) en tant que fin en soi et pas outil, est condamnée à rester sur un plan de conflit matériel, d’unité faussée, stimulée et temporaire, faible, et de disparaître avec le temps, mais il peut provoquer un sursaut suffisant à induire une régénération (des ténèbres jaillissent la lumière).
edit: Comments intéressants trouvés sur le net


Le simplisme de la pensée de Marx ne peut trouver comme terreau fertile que celui de la bêtise humaine en lui fournissant une utopie matérialiste basée sur l’antagonisme de classes, on sait ou ça mène et ça finit toujours par l’émergence d’une classe dirigeante encore plus oppressive envers les prolétaires qui finalement n’auront servi par la révolution qu’à détruire le religieux et la noblesse pour offrir à des tyrans sanguinaires le pouvoir . Ce que parvient tout autant à faire le capitalisme.

Le marxisme a fonctionné comme une théologie juive laïcisée, une espèce hybride bourrée d’OGM qu’on pourrait nommer “matérialisme messianique”.
Au final les classes populaires (et aristocratiques) ont été prises entre deux mâchoires, capitaliste et communiste, ayant la même racine théologique.
Tout laisse à penser que si les spartakistes avaient pris le pouvoir, la violence révolutionnaire se serait déchainée… comme à chaque fois qu’un communiste prend le pouvoir.
Aucune sympathie pour cette femme dont la raideur idéologique était patente (j’ai plus de sympathie personnelle pour Jeanne D’Arc).

En gros le communisme c’est la réponse facile et éphémère des esprits faibles sur le plan matérialiste contre un problème spirituel car il est devenu lui aussi faible ou corrompu ou quasi-matérialiste/”vertical”-oppressif.

Note: je suis personnellement pour l’unification des classes, mais pas basée et réduite à une seule, mais à un bien commun réel, chacun jouant son rôle avec une égalité non biaisée.
Toute forme d’unité (ou ici d’idéologie unique) purement matérialiste sans notion verticale et/ou qui se coupe de son passé (forme de verticalité) (lointain ou récent) et sans y apporter une transcendance, n’amènera que plus de matérialisme et de besoin du nombre horizontal, étant sa nourriture, au lieu du spirituel/direction saine.
Le faux esprit unique est le reflet “supérieur” de ce matérialisme et fait naître celui-ci, les deux ne peuvent être détachés* (qu’il y est un effort dans ce sens ou non), ils sont du même niveau et unis par un lien et modèle commun, destiné à se rencontrer, “verticalement” et horizontalement, se rapprocher de leur source ou de son expression la plus haute/ses leaders les plus hauts. La lutte pour le monde matériel. Elle peut être nécessaire, lorsqu’il n’y a plus d’harmonie ou un  problème de survie, mais ne doit pas être recherché comme une fin en soi.
*car si l’on remplace les classes de l’esprit matérialiste-vertical sans les régénérer par autre chose, ou par l’esprit matérialiste horizontal, ce dernier mène à la même chose, appelle la même chose.

En gros toute forme de mondialisme ou d’universalisme qui n’est pas le reflet de quelque chose d’intérieur, d’individuel ou de groupe/commun uni sous la même direction non-horizontale de domination (=faux vertical), qui s’impose par la force au lieu d’attirer et se propager naturellement, est nocif. Toute chose qui s’impose à ceux qui n’ont aucune résonance avec elle, fini toujours par être rejeté avec le temps et l’épuisement. Toute construction comme ce mondialisme et ce libéralisme nihiliste matérialiste actuel, est vouée à l’échec, l’épuisement, et bien que certains y vivent dedans, l’acclament, ce n’est qu’une autre forme de séparation, nourri par une forme d’auto-prostitution spirituelle et matérielle. Ils nient les lois de la nature telles qu’elles sont, et veulent que l’on vende notre individualité réelle/spirituelle à une idéologie ou un système, au lieu de directement l’autre individualité avec lequel on partage un lien réel, son bien commun n’est plus réellement ce que l’on partage avec l’autre, mais un système-idéologie extérieur matérialiste qui nie le monde tel qu’il est, qui empêche toute manifestation d’unité sur un plan créatif et qui souhaite refaire le monde à son image.

Le métissage physique rend l’individu au plan matériel seul, le coupant de ses racines ancestrales physiques et culturelles, les fragmentes. L’esprit fait corps avec la matière, s’inscrit dans la mémoire génétique et l’épigénétique (que l’on peut activer ou bloquer/rejeter) et incarne une vibration + résonance spécifique comme tout le monde du vivant (l’adn est en plus haute résonance avec l’environnement qui l’a vu naitre, naturellement). Mais elle peut être ramenée à l’unité aussi, grâce à ce même pouvoir de l’esprit, il suffit de le vouloir* (lorsque le métissage même physique est rendu à une unité réelle et enracinée, sans coupure avec le reste (individualisme)). Donc le métissage n’est pas négatif s’il est minime et ne fait pas sombrer les individus dans l’individualisme cosmopolite anti-peuple.
*si l’unité/racine/source originelle est encore plus ou moins présente, au niveau physique et de l’esprit.
Les pays multiethniques ou métissés sont les plus remplis de violence et de meurtres. En Europe on a encore une grosse base spirituelle qui compense un peu, et qui a assez de lumière pour la partager un minimum. je ne pense pas que cela perdure si d’autres cultures prennent le dessus.

par rapport aux troubles psychologiques induits par l’idéologie unique:
La nature sépare l’aspect féminin et masculin pour leur faire prendre une verticalité propre avant de créer une horizontalité saine et neuve/renouvellé, ou gardant/perpétuant le meilleur de l’existant d’une base solide.
Le monothéisme sépare les deux artificiellement via le rejet de ce qui n’est pas elle et par infiltration-domination de l’esprit, et tente coûte que coûte d’empêcher la séparation/renouvellement au sein de sa source-groupe malgré que cela provoque des défauts génétiques et des chutes dans le matérialisme le plus bas.
Chaque partie de la nature exprime une forme du Un, de l’unique, mais qui ne rejette pas le Un multiple commun, la nature elle-même, et “Dieu”. On est affecté par une maladie qui provoque une humanité qui se prend pour le centre du monde et qui nous coupe de l’universel réel. La seule façon d’avoir une unité humaine sur le plan global, est de rejeter le plan mondial défaitiste d’unité du rejet de soi qui mène à l’unité par le bas.

Le capitalisme ou le communisme sont mauvais, mais s’ils sont basés sur le réel, le peuple-ethnie, sur sa manifestation (nation), c’est bien moins mauvais que s’ils sont basés sur l’échelle mondiale, comme c’est le cas avec le nouvel ordre mondial, qui ressemble à un système avec capitalisme (d’argent ou “d’esprit”) (mondialisé) en haut (pour l’élite), et communisme (mondialisé) en bas (pour les individus égaux/esclaves), deux systèmes avec un même but. Communisme horizontalité internationale, et capitalisme “verticalité” (fausse) internationale. Encore une fois l’horizontalité n’est pas mauvaise, tant qu’elle est là pour renforcer une verticalité réelle/basée sur le vivant (qui produit cette même horizontalité).
Ces communistes pensent que comme le capitalisme, l’unité racine-spirituelle est une forme “d’esclavage”, alors que c’est l’inverse. Donc forcément ils veulent détruire les peuples, pour imposer leur modèle de leur propre catégorie sociale. Une idéologie unique matérialiste, socle de l’esprit corrompu. Ce sont des gens qui se considèrent comme une classe sociale à l’échelle mondiale, qui sombrent dans l’argent au lieu de le considérer comme secondaire. Et au final communisme et capitalisme deviennent la même chose (réécrire le monde par l’argent).
Il faut un ordre matériel à l’image du spirituel, les deux faisant qu’un.

Ils nous disent que c’est “l’extrême droite” (terme qui ne veut rien dire) qui veut couper la France du monde en nous faisant sortir de l’union européenne etc. mais comme d’habitude dans la réalité c’est l’inverse, c’est cette dernière qui nous coupe du monde en finançant des guerres contre les peuples libres partout dans le monde, qui provoquent la russie, la chine, et tous les autres pays, qui impose l’individualisme et l’immigration de masse, qui ne tolère rien d’autre que ceux qui se soumettent à leur idéologie dictée par l’oligarchie mondiale.
Cette petite secte qui essaye d’établir leur nouvel ordre mondial est la chose la plus renfermée et séparée du monde, mais ils essayent de nous faire croire l’inverse, c’est tellement ridicule quand on comprend ce qu’ils sont, ces gens la sont tellement bas en réalité…

L’élite veut créer une lutte des “races” afin de masquer la lutte des classes selon certain, c’est vrai, mais plus globalement c’est plutôt le diviser pour régner, et cela inclut les classes (surtout au sein du même peuple/ethnie/”race”). Et puis pourquoi la lutte des “races” ne pourrait pas faire gagner la lutte des classes? (dans le sens que le peuple de souche se réaffirme, remette de l’ordre sans violence et dans le respect, voir faire une remigration au moins partielle des non-intégrés).
Le côté racial/ethnique, le vivant, devrait être au-dessus des questions de classes/argent. Ce n’est qu’en renforçant le côté d’unité réelle et donc culturelle et ancestrale commune que l’on peut gagner la lutte des classes. Le côté ethnique-ancestral transcende totalement toutes les classes et systèmes d’argent ou de pouvoir mémoriel ou autres que possède l’élite/secte mondialiste.
Si l’on gagne la lutte des classes sans gagner la lutte ethnique, c’est totalement inutile. Les mondialistes veulent le modèle mondial, chacun chez soi/chacun dans son pays, mais à l’échelle locale, chacun chez soi dans son quartier dans sa ville (avec métissage frontal par le bas au final, ou une lutte horizontale entre-groupes permanente), le tout dominer par l’élite habituelle, et si l’on ne fait que gagner la lutte des classes je ne vois pas ce que cela va changer (que/qui représentera la tête du pays? forcément un mélange).
À cette époque mondialiste inter connectée, il est impossible d’intégrer un étranger qui aura toujours accès à sa vraie culture et son vrai peuple via internet.
Si chacun défendait réellement son propre peuple, sans besoin d’embêter son voisin (ceux qui savent qui ils sont et sont vraiment unis n’ont pas besoin de “l’autre” et le reconnaissent comme un égal, une autre expression du Un) il n’y aurait plus de problèmes, le nouvel ordre mondial se sert et financent toutes les guerres pour empêcher cette harmonie à l’image du créateur (de l’univers) et essayer de dominer par la déception, le mensonge. Nous démoraliser avec la fausse lumière, de fausses valeurs perverties qui nous mènent vers le chaos et la destruction tout en blâmant la cause des problèmes ailleurs. Fausse lumière et fausses ténèbres.
Il ne faut pas blâmer ceux qui se font piéger par cette “fausse lumière”, fausses valeurs et autres, souvent ce sont des gens qui croient vraiment faire le bien. Ils croient souvent malheureusement à un “grand méchant” ou un grand danger qui dans la plupart des cas n’existe pas.

Mais sinon pour ceux qui savent vraiment ce qu’ils font et qui souhaitent la destruction et le chaos: Ceux qui n’aiment pas les européens de souche, ni leurs pays (ni qu’ils soient libres et en aient), n’ont qu’à partir ailleurs, peu importe que ces racistes anti-européens soient européens eux-mêmes ou pas, ils ont qu’à aller ailleurs, d’ailleurs cela ne devrait pas les déranger, ce sont des cosmopolites pro-émigration/immigration multiculturalistes, ça leur permettra d’aller le promouvoir dans d’autres pays voir comme ils sont accueillis hors d’europe avec leur idéologie chez des peuples sains qui croient encore en eux-mêmes et qui ne souhaitent pas un effondrement de l’harmonie et de l’ordre du monde.

Il y a ceux qui savent que la nature est au-dessus de l’homme et s’intéressent à sa sagesse, ses mystères, ses connaissances et leçons, et il y a ceux qui se croient au-dessus de la nature, “et” de “Dieu”, et qui détruisent tout en essayant de tout réécrire à l’envers. Nous sommes totalement déconnecté de la plus grande expression de Dieu ici-bas qu’est la nature.
Il y a bien des siècles, Job disait :
« Interroge les bêtes pour t’instruire,
les oiseaux du ciel pour t’informer.
Parle à la terre, elle te donnera des leçons.
Ils te renseigneront, les poissons des mers.
Car lequel ignore, parmi eux tous,
que la main de Dieu a fait tout cela !
Il tient en son pouvoir l’âme de tout vivant
Et le souffle de toute chair d’homme »
La main de Dieu est partout, que ce soit dans le spirituel, jusqu’aux mathématiques*. L’on peut entrevoir ses lois à chaque instant.
*Il s’exprime sur chaque plan, mais le plan du vivant est sur un plan supérieur évidemment.

“Economics is a form of brain damage”:

Il y a ceux qui se prennent pour le “haut” (mais en réalité une vérité inférieure par connexion), en regardant les individus et les peuples/incarnation du vivant d’en “haut”, voyant le vivant comme une suite prévisible de cause à effet mathématique, étouffant toute créativité, et ceux qui voient le vivant comme potentiel infini de créativité. ces mêmes personnes échouent depuis plus la nuit des temps à se prendre pour Dieu à vouloir s’approprier le vivant, mais ils essayent encore, ils sont condamnés à être des perdants, car “Dieu” n’aime pas la faiblesse ni la bêtise.

La fed(usa)/fmi/onu/etc, ce système/corporations financières et médiatiques, ce libéralisme corrompu, les multinationales, ce système de santé et d’agriculture, en gros cette grande mafia internationale nous rend esclaves dans un monde gouverné par l’argent et l’idéologie apatride qui n’a plus l’intérêt des peuples/nations (et donc forcément des individus même s’ils prétendent le contraire) à cœur, mais seulement une utopie mondiale basée sur un nouvel environnement totalement anti-naturel qui réduit les gens aux plus bas niveaux de l’individualisme et le divisé pour régner, la fausse loi du plus fort où c’est le plus malade, le plus riche et le plus individualiste ou de réseau fermé qui arrive tout en haut.
Ils sont tout ce qui donne des obligations de contrôle à l’état tout en étant dans les mains d’entités supranationales. Tout un système au-dessus des États et des démocraties, quand les états ne font pas directement du déni de démocratie (le peu qu’il lui reste) quand les choses sortent de leur chemin tracé. Il faut se rendre compte que la démocratie n’a aucun sens quand elle est totalement soumise à des pouvoirs qui la dépasse. Le pire c’est que cette fausse démocratie est mise en avant par ces élites, mais ils la renient quand une erreur dans la “matrice” globale (la leur qui remplace celle de “Dieu”) vient produire un résultat contraire aux leurs.

Les nationalistes veulent créer ou unifier le peuple avec pour base la nation, rechercher l’harmonie à l’intérieur, les globalistes/mondialistes veulent créer un ordre mondial avec pour base le néant et le mélange/chaos permanent. Mais bon il est temps d’unir les peuples européens face à notre destruction commune, le nationalisme est déjà plus ou moins mort.
La majorité est l’ennemi des mondialistes, dans les pays qu’ils veulent conquérir en priorité, car ils sont leur plus grand danger et leur plus grande opposition, et vu que ce sont les pays “blancs” qui leur posent problème (ils ont détruit les autres peuples par les guerres, le financement de dictateur ou le contrôle des banques etc.), et ben ils utilisent le faux antiracisme, pour empêcher toute libération de ces peuples, ce qui d’ailleurs bénéficierait aussi aux minorités (vivant dans ces pays) qui sont en réalité dans le même panier pour ces mondialistes, juste des idiots utiles temporaires.
Et encore, si après leur destruction totale de tous les peuples, ils nous proposaient un système sain, mais il est clair que leur monde individualiste, matérialiste basé sur l’environnement de marchandisation de l’humain et la dictature de l’argent n’est qu’une forme d’esclavage et la normalisation de l’humanité aux plus bas niveaux d’existence. L’égalité n’existera jamais sur le plan matériel, technologique, monétaire, le plan matériel est universel* mais ne sera jamais égal (n’apportera jamais d’égalité, seul), seul le plan universel spirituel rend toute forme de vie égale, originaire du même endroit, de la même essence, mais quand cette source rencontre la matière (devient manifestée), elle prend diverses formes, et c’est la plus résistante et forte qui survie, celle capable de tirer les choses vers le haut, c’est comme ça. Le plan du vivant ne peut être que multiple, c’est comme ça aussi, un monde unipolaire ne peut qu’être qu’anti-naturel, anti-vie et anti-liberté. L’ordre via la matière (matérialisme) sera toujours chaotique, car rien de vivant ne nous lie, ni de matériel ni d’immatériel, et cela implique forcement l’usage de l’oppression pour empêcher tout éveil/libération par le spirituel des individus. En voulant unir le monde par l’argent et l’environnement de consommation, ils ne font qu’encore plus nous séparés les uns les autres, dans une nouvelle “unité” de l’indifférence. Ce qui nous relie réellement, c’est le lien d’égal à égal (dans le sens d’unités spirituelles/expression du Un), des peuples libres qui croient en eux-mêmes, entres-eux (lien de coopération, de don de soi, total contraire de la vision mondialiste d’esclavage et d’individualisme).
*le problème de l’Europe c’est que l’on a créé une expression de l’universel tellement diverse et ouverte (surtout sur le plan matériel) qu’elle attire tout le monde. Mais seule notre lien d’expression spirituelle permet de faire tenir tout cela en place. Si dans une unité il y a une carence dans son aspect matériel ou spirituel elle devient dépendante de l’extérieur (sous forme d’expansion, de prédation, ou d’absorption). La capacité de friction/défense matérielle (d’expression d’unité matérielle, courant d’unité qui la manifeste sur ce plan) est nécessaire même si non utilisé, c’est nécessaire pour être complet (mais la base c’est que le peuple ne fasse qu’un avec lui-même en premier lieu, avec des individus à l’esprit élevé/libre créatif non-individualistes/responsables). Mais on en revient au problème d’ouverture et d’universel, il faut être ouvert en soi/à travers soi, et n’accepter à l’extérieur que celui qui s’y ouvre ou de même niveau, sur un plan supérieur non rendu au matérialisme et au mélange-bas. L’individuel spirituel est lié au matériel, lui permet de se libérer de son renfermement propre et de transcender les deux pour créer (libération via création). Il faut la diversité matérielle mais intérieure pas de la perdre vers l’extérieur.

Être très ouvert sur le plan matériel peut indiquer une ouverture d’esprit et amène la créativité et l’intelligence (et l’ordre), un niveau élevé de conscience, la liberté, mais seulement si l’on a une direction créatrice, et pas de soumission ou domination via la matière, la décadence. Le lien supérieur provient d’une volonté de supériorité intérieure à travers l’extérieur grâce à une diversité spirituelle (volonté créatrice/unité) des individus, pas comme fin en soi, et encadré dans une base et direction commune. La verticalité comme aspiration et non pas comme une fin en soi encore une fois. Sans une source spirituelle, cette volonté s’épuise et s’auto-détruit. Une créativité matérielle sans sombrer dedans, sans provoquer la perte de notre intuition (et de nos défenses naturelles) spirituelle-matérielle et notre connexion à l’universel.
Tout part de l’individu, le chemin spirituel est avant tout individuel, chaque individu doit être complet (faire qu’un avec lui-même, irradié vers l’extérieur sans tout ramener à lui, sauf par résonance naturelle commune). L’on ne devrait pas avoir besoin de rechercher quelque chose à l’extérieur sur le plan matériel d’autre que des possibilités créatrices, et si l’on souhaite quelque chose d’autre, il faut le créer, grâce à l’horizon matériel extérieur, pas combler notre manque intérieur via l’extérieur ou le matériel comme fin en soi, ni d’avoir de manque sur le plan de l’esprit qui provoque son infiltration-destruction. Toute chose réellement universelle ne se soumet pas à l’autre, ni n’essaye de soumettre l’autre, mais incarne l’exemple positif, et si friction il doit y avoir, elles doivent êtres dans une direction supérieure, pas d’auto-destruction horizontale via la perversion et le mensonge. L’esprit dépravé qui pousse volontairement aux combats les peuples et individus les uns contre les autres où personne ne pourra gagner, tout détruire pour remplacer (satan). Mais la vérité finie toujours par triompher, seuls les conditions et l’environnement changent, les lois universelles resteront toujours les mêmes.
Il faut créer quelque chose de vertical à l’image de l’exemple universel et de la nature, pas chercher quelque chose d’extérieur-vertical.

Ce qui fait la grandeur d’un individu et de son extension (peuple) c’est sa porté et compréhension universelle, spirituelle, matérielle, (technologique, métaphysique, philosophique etc.) et sa place dans celle-ci.

Les usa sont un pays d’immigrés (ce qui n’est pas le cas de l’Europe), avec des élites qui jouent et appuient le racisme tout en prétendant le combattre (pareil avec le sexisme en finançant le féminisme et autres lobbies*, pareil pour la xénophobie en imposant à côté l’immigration de masse chaotique), pour mieux diviser pour régner. Les usa ont besoin d’unir leur peuple déjà divisé au-delà de l’aspect purement ethnique car encore une fois c’est un pays constitué à 90% d’immigrés, ils n’ont pas besoin de plus d’immigration, l’élite corrompue de l’establishment/état profond base leur propagande pour l’opinion publique et arguments uniquement là-dessus, accuser de racisme, sexiste, xénophobie etc. et autres mensonges tous ceux qui veulent unir leur peuple et qui refusent le chaos.
*tout le monde s’en fiche des pratiques sexuelles des individus en privé, mais de les politiser, former des lobbies pour attaquer tous ceux qui s’opposent à leur agenda globaliste les décrédibilisent totalement.
le problème c’est qu’ils veulent créer une compétition entre leur idéologie du genre, et les vrais genres, là est le problème. ils ne font que créer le chaos. et n’existent que par contraste aux énergies créatrices, leur rejet.

Pour eux ne pas aimer la propagande homosexuelle* et de destruction de la famille = homophobie, ne pas aimer la propagande de destruction des peuples et d’immigration de masse = xenophobie, ne pas aimer la féminisation de la société** (qui réduit les femmes au plus bas d’ailleurs (et les hommes)) = sexisme, ne pas aimer les sectes/religion dominatrice irrespectueuse de “l’autre” = anti*********. Et maintenant ceux qui se battent contre l’individualisme primaire sont accusé d’anti-libertés individuelles. En gros se battre contre la destruction et les ténèbres = être anti-tout d’après ces gens la, alors que dans la réalité c’est bien l’inverse, ces gens qui nous étouffent et nous empêche de créer quoi que ce soit au nom de la lutte contre un ennemi imaginaire.
Leurs seuls arguments sont donc des sophismes, des mensonges, et des inversion accusatoire permanente. Le bas qui se pretend pour le haut (en terme d’echelle morale et/ou spirituelle).
On ne peut pas vouloir une liberté individuelle réelle tout en prônant des processus purement destructifs qui n’ont aucune chance de provoquer quoi que ce soit de positif en retour*** et qui poussent à la division et au chaos (accaparemment, parasitage/tout attendre de l’autre) (***certains processus destructifs naturels peuvent faire ressortir du positif, là c’est purement destructif, et pousser à l’échelle mondiale touchant tout le monde, pas que l’Europe, et à différents plans). Si des individus veulent un monde à leur image, de leur petit moi individuel réducteur, ils ont rien compris.

*et par rapport aux homos (une des formes de renfermement sexuel) cela dépend si ce sont des soumis agissants comme des prostitués hypersexualisés ou des prédateurs-dominateurs (qui de plus sont des pervertisseurs de l’exemple et de l’enfance), ou si ce sont des mondialistes politisés pour la destruction des peuples et le racisme international-mondialiste. S’ils ne font pas partie de ces deux cas, il n’y a absolument aucuns problèmes bien que cela ne devrait jamais être tout en haut des valeurs/mœurs d’une société (ou de demander de l’attention/reconnaissance permanente/jouer les victimes etc.). Le “bas” est acceptable, tant qu’il y reste et n’essaye pas de remplacer l’ordre créatif/divin/naturel/vivant, ces individus ont choisi de rejeter le lien créatif et le bien commun au profit de l’hédonisme, ils n’ont pas à imposer aux autres ce qu’ils sont. La perversion sexuelle hétérosexuelle c’est pareil d’ailleurs (qui n’est rien de plus que des individus se masturbant à travers le corps de l’autre), ça étouffe l’esprit et nous faire perdre de vue ce que l’on est (sur le plan de l’esprit, et de groupe-racine (qui est d’ailleurs le témoin de cette unité créatrice qu’ils rejettent), ou sur le plan spirituel individuel). Tout ça est mauvais que ce soit au sein d’un même peuple ou par résultat du mondialisme. Lorsque l’on ne fait qu’un en soi-même l’on n’a pas besoin de rejeter aucune partie de ce que l’on est, l’on est ouvert à soi-même et à l’univers et l’on attire naturellement le Un (état non manifesté de l’univers) pour le recréer (dans l’univers manifesté) ici-bas sur le plan matériel, la complémentarité créatrice. L’on cherche/s’ouvre à la plus grande expression de soi-même sur un plan supérieur/universel/Un depuis/sur ce plan matériel, ce qui renforce toutes ses énergies spirituelles et matérielles (et les énergies féminine et masculine) et la connexion au tout/univers, pour recréer ce Un (via la complémentarité) dans cet univers manifesté. Lorsque l’on veut être tout l’univers à la fois, inévitablement l’on s’y coupe (et des autres), c’est paradoxal.
L’on doit incarner la plus haute expression de son énergie spécifique, pas s’y soumettre au prix d’une dégénérescence. C’est un travail de groupe, chacun son rôle, l’on ne peut pas être Dieu, seulement y participer et le recréer/exprimer au mieux de façon commune. Sans ces deux énergies verticales et leur union (et donc “séparation”/manifestation préalable), l’énergie ne peut être que stagnante et autodestructive.

**Féminisation société pas dans le terme de vrai femme (et puis quelle idée pour un homme) mais dans le sens soumission (soumission au mondialisme + prédation des autres), prendre tout personnellement et émotionnellement, ou dans l’aspect destructeur du “moi je”, toujours tout réduire à son petit soi temporaire, qui a besoin de se cacher dans son “safe space” pour éviter tout contact avec le réel, la difficulté ou les responsabilités; ou au contraire pousser activement au projet mondialiste tout en pleurnichant par “soumission active”.
L’inclusion et la matrice (matérialisé/manifesté l’unité) est plutôt de type féminin, mais dans le cas de l’idéologie mondialiste l’on demande une inclusion illimitée tout en rejetant l’aspect masculin, ce qui ne peut que produire plus d’inclusion et pas de création, qu’un renfermement, aucune direction sauf l’inclusion abstraite infinie.
Ce côté féminin-predateur qui vend les individus et les enfants au système, l’infantilisation-domination des individus sous une forme de relation mère-enfant pervertie/inversée à tous les niveaux, l’ordre perverti par l’auto-domination (j’y inclus le système scolaire, et le système médical corrompu et vaccinal). Et des hommes soumis qui ont trop peur d’être traités d’intolérants pour faire quoi que ce soit. Des fausses femmes et des faux hommes, le néant destructeur de la séparation.
En europe on a toujours eu des femmes très féminines même sur le plan supérieur, spirituel et de l’intelligence, lié aux valeurs de grandeur matérielle (beauté, etc.), rendu à l’unité et à l’ordre. Tout l’inverse de ces féministes écervelés hystériques pro-chaos et prostitution (même si elles prétendent l’inverse). Les combats pour les droits des femmes sont déjà gagnés, ces féministes ne font qu’inventer un ennemi imaginaire et remettre tous ces combats sur le débat public, prétendant qu’il existerait un ennemi désigné (les peuples libres) pour vouloir les leur enlever.
Ces féministes pros-migrants qui ces derniers ironiquement considèrent les femmes comme des objets stupides à dominer. Peut-être que c’est le cas chez eux et dans leur culture, qu’elles sont stupides et à dominer, mais en Europe elles ont toujours été intelligentes, souvent plus que les hommes, car nous l’on promulgue l’unité supérieure, grâce au renforcement des deux qui ne font qu’un grâce à une même convergence verticale commune (une unité/créativité sur un plan supérieur, spirituel-matériel), en gros une union qui n’a pas besoin de domination, et qui est en constante évolution. Les hommes un côté féminin, et les femmes ont un côté masculin tout en gardant une forte féminité, cette part d’aspect masculin qui symbolise l’union des deux, en même temps que leurs renforcements mutuels. Tout le reste, l’inversion, le renfermement sur soi par le bas ou la néantification n’est que le résultat d’un monde qui n’a plus de sens ni de direction.
La femme matérialise/donne la vie/perpétue l’unité-racine, si elle est réduite à l’individualisme pro-extérieur-mélangeur ou le renfermement sur soi sexuel, tout est détruit.

Ils veulent nous faire croire que de suivre le plan mondial d’hypersexualisation, du matérialisme, de destruction etc. est subversif, c’est tellement ridicule.

Les sexes c’est une manifestation de la source, et “Dieu”, pas une fin en soi. S’y réduire et donc se réduire au matérialisme est une perversion, mais encore plus leur rejet ou l’inversion qui mène au néant et au repli sur soi. Les Deux ne font qu’Un, c’est juste que dans cet univers manifesté/matériel l’on retrouve une plus grande expression à travers l’union avec l’Autre, qui incarne l’autre aspect que l’on possède aussi en soi, mais dans son rôle actif-supérieur. L’on ne peut pas avoir les deux de façon supérieure en soi sur ce plan matériel, cela équivaudrait à être “Dieu”, le Tout, mais c’est impossible dans un univers manifesté/matériel encore une fois, l’on ne peut qu’ensemble essayer d’attendre la plus grande expression d’unité possible, et sur les hauts plans, de toute façon les deux ne font qu’Un (spirituel, amour, etc.) il n’y a pas besoin de tout réduire au matérialisme ni de rejeter la matière et ses expressions sexuelles par volonté individualiste d’être tout et rien à la fois.
Plus l’on se connecte aux plans du Un/vertical, plus l’on renforce sa propre énergie et l’énergie du tout (et sa connexion à celui-ci), y compris sur le plan matériel (et donc l’on attire l’aspect complémentaire pour recréer le Un complet). L’on fait grandir les deux aspects en nous, mais principalement celui de son rôle. Le but est de recréer le Un, mais vers l’avant, pas vers l’arrière en se renfermant sur le monde manifesté tel qu’il est.

L’homosexualité c’est se réduire à son soi matériel et chercher un autre soi-même de manière perverti à travers l’autre, ou sinon l’inversion.

Les anarchistes, les homos, les trans, les genres imaginaires etc. etc. ne sont donc pas un problème, tant qu’ils n’essayent pas d’imposer leur mode de vie/façon d’être totalement stérile et renfermé sur soi aux autres (des individus renfermés sur eux-mêmes et dans la sexualité perverti non-créatrice et qui en plus se prennent pour le centre du monde), et car on ne peut pas guérir un problème en le rejetant. Tout cela est le résultat de l’idéologie unique stérile de rejet du soi (en tant que forme d’esprit lié/et de matière) du monothéisme extérieur, qui pousse les gens à rejeter l’ordre naturel, les processus créatifs et à se chercher dans le matérialisme<- (par rejet de leur aspect matériel relié au créatif/Dieu/nature/le vivant/l’Autre (en tant qu’homme ou femme)) et le néant. L’ouverture totale et mondiale de renie de soi-même (de prostitution) est donc aussi le résultat de l’idéologie unique. ->C’est une réaction normale, lorsque l’on vit dans un système malsain, cela nous pousse à reprendre une forme de verticalité, mais dans ce cas très basse/inversé, mais bon, cela permet de tout refaire partir à zéro, c’est un processus naturel. Satan qui détruit tout l’est moins par contre (voir plus bas).
Il y a aussi le fait que le mondialisme essaye de sortir cette maladie du peuple, pour empêcher sa réaction intérieure et sa régénération (en tassant la maladie et la faisant grandir en même temps), tout peuple est affecter, mais ils essayent de transformer ça en quelque chose qui relie tous les peuples du monde (ce qui n’a aucun sens) et d’amalgamer la maladie par le bas, et donc essayent d’aller encore plus loin et d’amener le nihilisme total/absolu. Dans ce cas cela va plus loin que simplement le mélange des peuples destructeur qu’ils réduisent au plus bas.
Enfin c’est difficile d’expliquer ce qui normalement est très simple, c’est quelque chose que l’on a en soi ou pas, c’est bien cela le problème, ceux qui sont tombé dans le chaos-néant-actif/satan, ne peuvent plus voir la lumière (dont ils se sont coupé à l’intérieur d’eux) et ne peuvent pas comprendre.

Et puis où ça mène leur idéologie gay transsexuel transespèce .. “anti-patriarcat-“blanc”” feministe pro-avortement pro-immigration de masse? nulle part, le chaos, la destruction, la décadence et le néant. Encore une fois, s’ils n’étaient pas politisés et revendiquaient pas leurs mœurs pervertis aux autres ni la haine des blancs (toute leur idéologie est basée là-dessus, et ils ne font leur propagande que là où ils sont) il n’y aurait aucun problème. Il y a des homos intelligents (je ne parlerais pas des autres idéologies sorties tout droit du néant car il n’y a pas d’espoir pour ceux-la je pense*), qui ne sont pas dans la propagande dégénérée ni destructrice, mais d’autres…
*le problème de rejeter les principes masculins et féminins c’est de rejeter ce que la nature/vie/”dieu” à donner (une partie de l’universel), rejeter une part de soi-même (et des autres) et de sombrer dans le repli de l’individualisme primaire (tout réduire à soi (en tant que fin en soi)) ou le néant, car sans les aspects féminin et masculin, le seul universel et unité qu’il reste c’est dans le chaos, la dégénérescence et la prédation. Tout cela n’est que du spirituel inversé, l’unité universelle rendue au soi-supérieur et par extension au tout/à Dieu et à l’harmonie, face à l’unité universelle rendue à son petit soi matériel (qui se prend pour Dieu) et au chaos/destruction/satan**.
Mais dans la réalité on fini toujours par incarné l’une de ces deux énergies féminines ou masculines (sauf cas extrême ceux qui incarnent le néant absolu) de façon perverti ou dans leurs aspects destructifs, par exemple l’inversion avec les homos qui agissent comme des femmes, et des femmes qui agissent comme des hommes, ou ceux qui carrément veulent changer de sexe. Encore une fois l’on ne peut pas rejeter la réalité de l’univers et du vivant, sans devenir anti-vie.
Sinon il y a “l’union”/amalgame des deux aspects (côté émitif et réceptif pour résumé très basiquement) par le bas (dans leur expression basse/replié sur elle-même/destructrice), le côté féminin réceptif hystérique qui se prend pour le centre du monde (comme fin en soi), et le côté masculin émitif de domination et de direction vers le chaos. L’idéologie unique amène les individus à incarner en eux-mêmes ces deux aspects de façon perverti (par rejet de l’essence spirituelle) (se prendre pour Dieu), ce qui provoque la dégénération totale, ils sont les deux mais ni l’un ni l’autre; incarner l’un des deux même dans leurs aspects destructrifs/négatifs est moins pire car cela les sort tout de même de leur auto-destruction renfermé à l’univers manifesté et à l’Autre, et du néant. Il ne peut pas y avoir d’ordre ou de création si tout le monde veut tout mais rien donner pour le bien commun. Et il n’y a pas d’ordre sans ces deux aspects. D’ailleurs par comparaison grossière c’est pareil avec les ordinateurs, s’il n’y avait que des 0 ou que des 1, ça ne fonctionnerait pas, pareil avec l’électricité et le fonctionnement de l’univers tout entier.
Il faut avoir une partie des deux, tout en gardant une ouverture à l’autre (et à l’univers) donc en restant soi-même (l’un des deux, une expression verticale au lieu du parasitage/par le bas ou de réduction à l’horizontal/matériel), et non pas l’affaissement de repli sur soi (homosexualité), ou l’inversion, ou unité perverti des deux par le bas, *, qui se réduit à la matière en tant que cause alors que ce n’est que le témoin d’un produit, et qui d’ailleurs rejette ce produit (les sexes) témoins des énergies créatrices supérieures/spirituelles/universelles.
Satan qui veut détruire le lien créatif non pas en la détruisant de l’extérieur, mais de l’intérieur, depuis la source.

*ou le néant de l’anti-tout.
Ces deux énergies sont manifestés dans chaque fibres/cellules/adn du corps vivant, il est strictement impossible même avec toutes les manipulations que l’on veut, de le changer à la source, l’on ne peut que se couper de cette source, et de la source créatrice en nous (ce qui nous transforme en parasite). L’on possède les deux en nous, mais une tendance à l’une, c’est normal dans un univers manifesté (un homme par ex a beaucoup plus de testostérone qu’une femme, mais a aussi des oestrogènes, sans ceux-là le corps devient malade). Sur le plan de l’esprit aussi on a les deux, mais une tendance, à l’esprit féminin ou masculin, ces deux aspects existent sur tous les plans.
**C’est de notre choix/responsabilité de ne pas accepter dans notre vie cette dégénérescence (qu’elle soit identitaire, sexuelle, pornographie, drogues, etc.), le rôle de “satan” est de corrompre ce qui est faible et de le détruire, de le rendre stérile, c’est au delà du fonctionnement de la nature et de la vie, car cela peut la détruire elle-aussi, si nous amenons pas l’équilibre (nous qui en faisons parti aussi, ne la rejetant pas). Cet esprit de la destruction va avaler une grande partie de l’humanité, cela semble inévitable au vu de la confusion globale actuelle. Le mondialisme n’est que le symptôme d’un très grave et très profond problème.
Le but est évidemment d’inventer un ennemi imaginaire pour mieux divisé même au prix de contradictions ridicules. Opposer les individus au sein d’un groupe en la divisant, en créant des ennemies imaginaires et des minorités imaginaires qui s’opposent aux autres (des minorités communautarisées réductrices s’associant contre les peuples ce qui étrangement rappelle une certaine histoire). C’est facile de manipuler les individus en leur vendant une idéologie égotique où ils se sentent le centre du monde. Des individus victimes de leurs émotions produites par le monde extérieur, au lieu d’individus capables de les dirigées correctement.

Encore une fois cela vient de l’individualisme réducteur matérialiste et le rejet de l’unité créative, ici poussé au niveau sexuel. L’idéologie des genres produit des individus qui se prennent pour dieu et qui veulent créer leur propre identité sexuelle créatrice réduite sur le plan matériel à quelque chose de fictif/inexistant, par refus de la créativité/séparation pure. Ils s’inventent et veulent des droits pour être des choses qui n’existent pas, et exigent leurs reconnaissances par tous, et par conséquent que ces choses-la soient tout en haut des valeurs/mœurs du pays, et vu que ces choses-la sont anti-peuples et anti-nations, et stériles, cela détruit les peuples et les pays. C’est l’universalisme de la perversion tous unis contre “Dieu”, l’univers et la création, sur un plan matériel-bas et le néant. On ne peut rien partager ni créer avec des individus qui se séparent des autres de cette façon, et qui rejettent le réel et le présent (qui vivent dans le passé* ou dans l’utopie fictive). De plus que ces idéologies n’existent que par contraste/opposition avec les lois naturelles, elles n’existent pas par elles-mêmes. Lorsque ce qui nous sépare n’est pas une expression créatrice, une lutte verticale, ce sera une lutte de la nature/dieu contre Satan.
On n’a aucun lien à l’autre créatif avec ces gens-là, et on ne peut en avoir aucun, on ne peut rien partager d’existant réel ou à naître, aucun horizon. On ne peut pas bâtir un monde si l’on refuse l’unité complémentaire divine/créatrice, et que l’on accepte que la soumission à un système ou une idéologie individualiste d’esclavage, qui est bien pire que l’esclavage d’antan, maintenant on n’a même plus la reconnaissance de ce que l’on est réellement, on est réduit au plus bas.
Ils font tout pour nous (individus et peuples) faire croire que l’on est qu’un tas d’individus n’ayant rien à voir réellement les uns avec les autres via l’individualisme et le matérialisme décadent réducteur. Le faux esprit “universel” qui veut remplacer dieu qui se manifeste dans la matière dans une direction “universelle” (vers le bas) qui réduit les individus au plus bas, au matérialisme, à la sexualité décadente, à la division/séparation et au néant.
Le lien d’un peuple à un autre est un lien créatif (pareil pour les individus qui ne renient pas ce que la nature/Dieu leur a donné/fait), car les deux représentent quelque chose de créatif/une création, c’est comme cela que tout le monde du vivant et de la nature fonctionne, il peut y avoir des luttes, mais elles sont verticales, pas purement/seulement horizontales (entres individus de même peuple, ou entres-peuples).

*Ils veulent nous faire croire que traditions et ces autres déterminismes, notre passé etc étaient oppressant, le noircir avec des mensonges pour nous faire accepter un monde pas bien mieux, et nous proposer une alternative unique, interdisant le changement et la création d’une alternative pro-européenne, bénéfique pour nous, et pour tous (lorsque l’on arrêtera de pervertir l’ordre naturel mondial et d’y infuser le cancer mondialiste).

Ce sont donc des individus qui veulent une unité non-créative (ou basé sur la destruction/rejet du réel et du monde tel qu’il est) et qui promeus un individualité et une liberté individuelle fictive de soumission (via la matière) et de demandent (surtout d’attention (incapacité à faire qu’un avec soi-même)) ou prédations (l’ordre dans le chaos, domination/soumission).
Au lieu d’avoir deux sexes, il y en a maintenant plus de 30 officiellement. Toujours plus de droits individuels, tout le monde qui se prend pour dieu, tout le monde qui se sépare de façon destructrice/infantile à l’autre et au final personne n’a rien, car à tous les niveaux (matériels, économiques, spirituels) s’il n’y a pas d’unité-complémentarité sur les deux plans, rien ne fonctionne et c’est la lutte horizontale permanente.
La seule chose qui lie les gens ce sera le plan matériel-bas, par rejet commun du réel. Mais cela ne peut provoquer qu’une auto destruction, c’est inévitable, et stérile de toute façon. Lorsque les gens n’auront plus de direction, ni d’ennemi a détruire, tout disparaîtra de toute façon.
La seule “complémentarité” qu’il y aura dans cette vision matérialiste poussée au néant, ce sera l’hypersexualité de prédation/soumission, la non-sexualité ou vivre sa vie pour la consumer au desservice de l’autre*, du futur et de l’ouverture réelle de l’esprit universel, et au service de l’ego. Un monde parfait d’esclavage via la lutte permanente horizontale-matérialiste, d’individus incapables de vivre par eux-mêmes et en eux-mêmes sur le plan de l’esprit car ils n’en ont plus.
Tout ceci parasite l’esprit créatif et spirituel qui veut vivre une vie paisible et qui est animé par une volonté créatrice d’unité et d’avenir meilleur, plus grand où les individus ne sont pas réduits aux niveaux des sexes, et les peuples aux couleurs de peau.
*des gens qui veulent profiter de la vie sans y participer, et la consumer/consommer, et celle des autres (l’unité spirituelle créatrice/productrice des autres). récolter les fruits de tous les peuples, les traiter comme des ennemis, mais en exigeant de recevoir leurs bénéfices matériels-spirituels.

note:L’homosexualité basique n’est pas aussi destructrice que cette idéologie des genres, car souvent (lorsque non-politisé) elle n’impose rien et ne remet pas en cause la création elle-même (je ne  l’encourage pas non plus, c’est non-créatif et une forme de renfermement.
Tout ceci et surtout l’idéologie du genre c’est l’énergie féminine et maternelle pervertie qui ne donne aucun sens ni direction* à l’individu, sauf celui de se soumettre au système, des individus infantilisés assistés et dépendants du système extérieur qui les fait artificiellement se sentir individuellement important, et qui ne peuvent pas sortir de cette cage (matérielle-moderniste et de l’esprit étouffé par celle-ci) telle une drogue pour l’ego.
On a donc une unité d’individus-alistes envers un système-idéologie qui remplace la mère dans une direction de prédation de l’autre, et l’esprit corrompu de domination/soumission qui remplace le père.
Lorsque l’on arrive pas à avoir une ouverture à l’universel via soi-même, on la recherche à l’extérieur via le matérialisme et l’esprit corrompu de son petit moi/petit dieu inversé.
note: on ne naît pas autre chose que les deux genres (sauf sa “race”/famille-vivante racine), c’est une escroquerie, il peut y avoir des troubles psychologiques, idéologiques artificiels ou des troubles de l’organisme, ou la prison matérielle qui rend l’esprit confus qui peut provoquer de telles choses.
*aucune direction, et inévitablement qu’une seule, le néant, ou le primitivisme.

L’homme par exemple doit aspirer à avoir une partie femme (sur un plan supérieur ou des sentiments) (ce qui fait qu’on attire les femmes par loi d’attraction aussi (et qu’on est capable d’ouverture d’esprit)), mais pas en devenir/être une (effet inverse), et seulement pour but de renforcer leur côté homme (ce qu’ils sont), manifesté l’unité sur le plan matériel. Dans la réalité les deux ne font qu’Un, c’est juste que sur le plan matériel (dans cet univers manifesté) ils jouent leurs rôles respectifs pour créer, et possèdent les deux en eux (comme dit plus haut), mais avec une tendance. Refuser cela c’est refuser l’univers, et Dieu, la vie et la nature (ou simplement d’y participer).
On a des femmes qui ne recherchent pas la force d’action et de direction/protection, le côté homme, et des hommes non-hommes soumis qui ne l’incarnent pas, aucun des deux ne défendent leur héritage* et leur existence, aucuns ne veulent produire le modèle créatif/divin le plus élevé ici-bas, la famille (voir la tribu (dans le sens positif du terme)). Les deux souhaitent leur propre destruction ou non-continuité, peu importe leur race etc. c’est devenu un phénomène global.


*pas dans le sens commun obscurci/renfermé.
Tout peuple est différent, l’héritage n’est qu’une expression de cette différence, et de cet universel qui coule a travers toute forme de vie, de toute création.

Par exemple chaque langue dans son expression exprime une façon de pensée, une façon de voir le monde différente, certaines sont plus dans l’avoir, d’autres dans l’être, dans l’intériorisation, dans la distanciation, dans l’universel, dans le soi, etc. le français est une langue qui est beaucoup dans le soi, c’est pour cela d’ailleurs que nous sommes un peuple très arrogant et assez individualiste (mais à la base pas forcément dans le mauvais sens). Toute chose a un aspect positif et négatif.
On hérite donc de cela aussi, lorsque l’on né on n’invente pas soi-même sa propre langue, mais ses parents et son peuple nous donnent ce potentiel. On pense et l’on est à travers de la langue, et l’une n’est pas forcément meilleure que l’autre, c’est juste que comme tout il y a des infinies façons différentes d’exprimer la vie, sur tous les plans, encore plus si l’on parle d’histoire et de création (pas seulement matérielles). Le but n’est pas d’éradiquer les différences pour imposer l’égalité via le nihilisme ou réduire l’humain à une machine.
note: dans toutes les langues on peut dire la même chose que dans les autres, mais parfois au prix que cela sonne faux/pas instinctif.

ex:

L’on ne doit pas faire qu’hérité, mais créer/renouveler/améliorer notre peuple avec le meilleur de ce que l’on nous a donner, et si tout est détruit, recréer avec le meilleur. Nos ancêtres n’ont pas fait qu’hérité, ils ont créé.
Rejeter l’héritage de façon totale peut nous mener vers le chaos, surtout dans cet environnement actuel totalement malsain de béton matérialiste/hédoniste/consumériste. Il ne faut pas confondre l’héritage positif et négatif, mais nourrir et transformer le meilleur de l’existant, dans ses bases/potentiel universel (pour éviter que le pays, cet héritage spirituelle ne sombre et devienne trop fermé et malsain à l’intérieur, c’est pour cela qu’il faut un peuple avec un esprit a vocation universelle, au potentiel non limité). Sombrer dans l’individualisme de son petit soi matériel est toujours mauvais, car pour toute libération réelle dans ce monde multiple, il faut savoir donner de soi pour le bien commun. Il faut donner de soi pour créer de son corps et de son âme une expression matérielle et spirituelle supérieure, pour son propre bénéfice et pour ceux des autres (les deux sont liés). Sinon c’est la loi du chaos.

Et l’héritage ne doit pas être que culturel, mais sur le plan du vivant, en tant que descendance, le produit matériel-spirituel inscrit dans la mémoire génétique*. Réduire la cohésion du pays et l’unité d’un peuple/individus à la culture ou autre système (ou de l’abstrait) par exemple c’est une mauvaise chose, car c’est un produit fini, c’est la racine du peuple, son essence profonde qu’il faut défendre, la où se trouve le vrai potentiel infini, sans renier la culture mais sans l’y enfermer. Ils essayent de pervertir cette notion de potentiel qu’il y a en tout peuple**, pour lui faire suivre le chemin mondialiste de mélange horizontal qui inévitablement le détruit.
*on va me dire que ce n’est pas bien de dire ça? il faudrait interdire aussi les différences génétiques maintenant? être esclave jusqu’au bout? la différence tout comme les frontières physiques d’un peuple ce n’est pas la fin de quelque chose, mais l’inverse, c’est le début d’autre chose, là où commence une autre réalité. Une réalité commence par ses limites, quelque chose qui est limité, est défini, ce qui est illimité n’a pas d’existence, il faut incarner quelque chose dans cet illimité, le meilleur et le plus grand.
**plutôt “race”/peuple européen, il ne faut pas créer de division qui n’existe pas entre les semblables/peuples des différents pays européens.

Il y a aussi les autres groupes qui prétendent parlé au nom de quelque chose d’universel et qui doit être défendu mais qui ne le sont pas, ils veulent créer un groupe de femmes qui parleraient au nom de toutes, l’universel féminin, mais ce n’est pas universel du tout, ni féminin (sauf son expression réduite au plus bas), tout cela c’est la réduction au matérialisme, et la soumission à l’esprit universel de domination qui veut refaire le monde à son image (et qui prétend combattre et nous sauver un grand méchant imaginaire, mais en réalité ils combattent Dieu et la création, des loups déguisés en agneaux).
En refusant la hiérarchie naturelle qui inclut le principe féminin, le monothéisme le rejette au plan du bas, du matérialisme primaire, car c’est son reflet en bas, l’esprit corrompu unique avec un but qui transcende horizontalement mais pas verticalement le monde matériel-multiple-horizontal, qui part d’un état fermé et fini (alors qu’il ne l’est pas et par conséquent ne le sera jamais) et qui essaye de supplanter les autres, au lieu de montrer le chemin (mais vu qu’ils incarnent le mauvais chemin, c’est pas possible). Il provoque la division, la séparation des aspects féminin et masculin, détruit les unités spirituelles/peuples par remplacement de la source unique divine-universelle, sur le plan matériel d’étouffement, du faux Un provoquant le faux Deux qui mène à l’individualisme et au chaos. L’individualisme matérialiste (sans transcendance) de renfermement de type féminin perverti lié à l’esprit unique* perverti de type masculin dominateur infiltrateur remplaceur d’esprit saint.
*en apparence uni/unique mais l’est seulement dans l’apparence lié en lui-même dans la lois du chaos et contre tous (par volonté destructrice/dominatrice), promoteur de plus d’individualisme chaotique, un retour aux âges primitifs où toutes les unités seront à refaire. Un esprit chaotique qui “transcende” (dans son sens perverti) l’esprit divin pour se réduire à la matière (transcendance horizontale de rejet de l’autre, de domination), au lieu de l’inverse, qui a réussi à s’unir dans le chaos individualiste matérialiste sans le dépasser, sans faire qu’un en lui-même sur les deux plans, coincé dans un modèle domination-soumission.
C’est un esprit qui incarne une forme d’universel certes, mais qui prend trop de place sur le plan matériel (ou d’infiltration d’esprit des autres) et qui pose problème, alors qu’il n’a aucune justification de le faire, pas même de survie, il s’attire lui-même sa destruction. Le problème c’est que cet esprit ne peut se donner au plan matériel, pour n’y faire qu’un, car il est universel mais “dématérialisé” (en dessous), le supplante, via l’argent par exemple, il est capable de se projeté la-dessus, mais pas sur le plan matériel du vivant, comme un homme incapable de donner une partie de lui à la femme, devenant une partie d’elle aussi. Et car cet esprit ne peut être lié aux autres expressions, car il les rejette*** (et rejette le modèle de la nature (d’existence multiple-harmonique ou de hiérarchie positive)), et ne connait que la domination, ou être dominé (donc personne d’autre ne peut l’incarné, à moins de descendre sur ce bas plan du schéma domination-soumission (sur le plan de groupe ou individualiste (dans ce cas ils y seront soumis de toute façon (à la plus grande expression de cet ordre dominateur même s’ils suivent leur exemple)))).
Le vertical crée l’horizontal en l’appelant<- (via ses actions/direction), l’horizontal crée le vertical en l’appelant, celui qui veut être les deux à la fois, ou l’unité des deux sans verticalité intérieure mais seulement une horizontalité unique, est condamné à disparaître ou à s’étendre de manière destructrice (domination ou destruction physique), par incapacité d’union intérieure de ces deux aspects, incapacité d’harmonie.
->de façon à ce que ce soit réel, créé et manifesté de manière positive et commune. Que l’on synchronise des actions via une direction/résonance de base commune, qui ensuite créeront quelque chose de supérieur, un être commun.
La force d’esprit matérielle d’ordre qui se propage de manière forte, basé sur le réel et donc un lien matériel-vivant réel (racines ou terre commune), qui s’impose naturellement, par conscientisation d’ordre et de logique commune, n’est pas de la domination, mais la manifestation de l’ordre spirituel sur le plan matériel, qui a des débuts parfois difficiles.
***l’on peut rejeter l’autre, s’il n’y a pas de volonté de domination et que l’on souhaite juste créer autre chose, et que ces autres rejettent notre propre liberté, ce qui n’est pas le cas dans cet exemple ci-dessus. il y a différentes formes de monothéismes, mais ils ont la même source. Le monothéisme originel, égyptien ancien était quand même bien moins mauvais.
le rejet ne devrait pas être rejet en soi, mais par “force de courant” positif, d’expression individuelle ou de groupe. par renforcement de sa propre fréquence/résonance.

 

Au final c’est un combat de l’ordre face au chaos. Ces gens la veulent nous faire croire que l’ordre (naturel/divin) est mauvais, et que “l’ordre” chaotique c’est “bien”, c’est la “liberté” (liberté de ne pas l’avoir).

Contrairement à ce que pensent les imbéciles qui ne pensent qu’en matière d’argent, d’individus isolés et de bien temporel (temporaire), qu’en matière de gentils et de méchants, de coupables et de victimes, on ne combat pas pour des raisons économiques ou pour de l’injustice sociale, on combat pour perpétuer/créer quelque chose d’intemporel et de spirituel, de réel, qui ne rejette pas le vivant, sur la sphère universelle, en incarnant le bon exemple, l’ordre.

Ces gens-là ne veulent pas de diversité individuelle, ils veulent une diversité* raciale (et au “mètre carré”), tout réduire aux couleurs de peau, au sexe ou aux pratiques sexuelles, aux identités fictives, à l’individualisme décadent, à la pensée unique et au final au chaos social contrôlé, le monde matérialiste ultime qui appelle à la domination. Leur individualisme est un individualisme réducteur, car il renie tout ce qui porte cet individualisme vers le haut et lui permet de s’exprimer pleinement et spirituellement. *et au final un métissage racial et idéologique local partout (au lieu de l’échange culturel sur un plan mondial).
Le métissage n’est pas négatif (si très minime et non-frontal et ramener à l’unité du groupe local, ou si culturel seulement, pas physique), mais il se fait à l’encontre de l’avis des peuples, via l’immigration massive, la politique d’abolition des peuples et des frontières. On ne met pas le métissage tout en haut des valeurs d’une société, ou la préférence étrangère, sinon cela veut simplement dire qu’elle est déjà morte (que le peuple est déjà mort et a perdu toute sa vitalité). Il n’y a que les Européens qui souhaitent leur propre extinction, les Africains, Asiatiques, Arabes, eux tous aiment leur propre existence, peuple, histoire et culture, et n’accepteront jamais la vision d’auto-reniement soumis à la pensée unique et bancaire du monde, même s’ils jouent le jeu pour mieux s’imposer eux-mêmes (je parle la des arabo-musulmans en europe), mais ils ne sont pas à blâmer, on le mérite malheureusement en se détestant nous-même, cherchant à vivre à travers l’autre uniquement (idéologie pro-“diversité”/extérieur), on récolte ce que l’on sème (en plus du fait que notre soumission aux usa nous met dans le même panier que leurs guerres impérialistes au moyen-orient).

L’on peut vivre avec des étrangers (tout comme l’on est censé vivre en harmonie avec la nature) même qui n’ont pas d’envie de délaisser leur propre culture-famille d’origine, mais il y a des limites avant que cela cause une auto-destruction et une destruction de notre unité ancestrale, dépendant de la solidité/vitalité du peuple en question. Je dirais 5-10% max personnellement.
Le multiculturalisme ne peut fonctionner que si le peuple autochtone s’affirme et s’impose lui-même chez lui, tout en étant ouvert aux autres dans des proportions naturelles/normales (surtout sur le plan physique/frontières).
Là on a un multiculturalisme qui renie et rejette le peuple hôte, et n’accepte les autres peuples que pour mieux diviser ce premier, et à condition qu’eux aussi renient plus ou moins leur groupe et surtout se soumettent au même système malsain.
Le seul multiculturalisme qui fonctionne c’est le multiculturalisme monoethnique comme on l’a toujours eu en Europe et comme on l’a toujours eu en France avant le début de l’immigration.

Ils utilisent l’émotion en permanence, le neuneu-isme pousser à son comble, pour nous faire croire que l’on est forcément des monstres si l’on refuse leurs bêtise, mais il faut être capable d’utiliser la force parfois, pour maintenir l’ordre (totalement différent de l’ordre par le chaos), si l’on refuse l’ordre, même s’il pendant un temps il est “bas”/pas facile a vivre et demande des sacrifices, l’on ne sert ni soi-même, ni les autres.

Quand on a un esprit sain on aide les gens chez eux, mais ce n’est pas possible vu que nos gouvernants les bombardent… et pour se donner bonne conscience ils se disent “ouverts”, “antiracistes” et les font venir par millions chez nous*, en plus ça sert les intérêts du mondialisme individualiste métisseur (racisme envers tous les peuples), coup double pour ces derniers. En réalité ces gens la sont uniquement ouvert à leur idéologie individualiste cosmopolite, rien d’autre.
Ces “antiracistes” prennent les minorités et/ou les étrangers pour des débiles ou des victimes pas capables de se défendre (forme de racisme), et veulent les politiser pour leur agenda mondialiste destructeur, pour empêcher toute intégration/assimilation* par le haut, promouvoir la communautarisation (tout en prétendant le contraire) et les conflits au sein des pays, diviser pour régner. Il n’y a rien de moins respectueux pour soi-même ou pour les autres que l’idéologie victimaire, qui d’ailleurs ne peut rien faire d’autre que de tirer les choses vers le bas et n’aider personne au final. Ils nous disent aussi que ces pauvres immigrés ont besoin d’aide parce qu’ils n’ont pas de “droits de l’homme là-bas” (les vrais, l’Europe n’a jamais eu besoin de ces droits en tant qu’idéologie), et qu’ils vivent en dictature ou ont faim, mais on ne peut pas faire les choses à la place des autres, des milliards d’humains vivent dans de mauvaises conditions, et on ne peut pas tous les faire venir chez nous pour les assistés à être plus intelligent et fonctionner sans se tuer ou ronger les uns les autres (et se reproduire plus que l’environnement ne peut le supporter, seuls les Européens encore une fois sont équilibrés à ce niveau). C’est à eux d’apprendre chez eux (sans que nous y allons faire des guerres de “libération”/domination) à fonctionner, les adeptes de la bien-pensance les prennent pour des cons, et nous aussi en nous disant qu’il faut tous les prendre chez nous pour les aider. On ne peut montrer que le chemin aux autres, on ne peut pas leur forcer la main.

*on fait venir des millions d’immigrés, nous sommes les seuls peuples du monde à faire ça mais on est d’après les mêmes, des racistes et apparemment les seuls au monde a être racistes malgré ça. Il est clair que ces personnes ne seront content que lorsque l’on aura disparu. Et après ils accusent les autres de haine.

La dictature multiracialiste

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/02/06/31003-20140206ARTFIG00344-malika-sorel-le-pouvoir-bascule-dans-la-preference-etrangere.php

Malika Sorel : «Le pouvoir bascule dans la préférence étrangère»

Marianne, le 14 juillet. Alain AUBERT / Le Figaro

INTERVIEW – Malika Sorel-Sutter, spécialiste des questions d’intégration, décrypte la nouvelle feuille de route du gouvernement avec 44 propositions pour lutter contre les discriminations.

Malika Sorel-Sutter est ancien membre du collège du Haut Conseil à l’Intégration et de sa mission Laïcité. Elle est administrateur de l’association de Défense et de géopolitique Géostratégies 2000. Elle est notamment l’auteur d’«Immigration, intégration: le langage de vérité». Fayard/Mille et une nuits, 2011

Les 5 rapports sur l’intégration remis au Premier ministre en décembre 2013 avaient suscité un tollé. Itélé a révélé ce mercredi soir la nouvelle feuille de route du gouvernement avec 44 propositions pour lutter contre les discriminations. S’agit-il d’un projet réellement nouveau ou d’un retour aux rapports qui ont fait scandale en décembre 2013?

Malika Sorel-Sutter: L’habillage est différent, mais la philosophie est la même. Elle consiste à attribuer la responsabilité de l’échec de l’intégration aux Français qui entraveraient la réussite des immigrés et de leurs descendants et c’est à ce titre qu’il convient de lutter contre les discriminations. La feuille de route s’ouvre en rappelant qu’elle vient après le rapport Tuot et les cinq rapports remis au Premier ministre et qu’elle s’inscrit, en quelque sorte, dans la continuité. C’est une manière de rappeler sa filiation. C’est bien la preuve que, contrairement aux dénégations qui avaient été formulées en décembre par le pouvoir politique, la publication des cinq rapports sur le site de Matignon correspondait bien à une intention politique de fond.

Dans cette feuille de route, on retrouve notamment ce qui avait choqué dans les cinq rapports au sujet de l’enseignement des langues étrangères, alors qu’il faudrait se focaliser sur la transmission de la langue française. Nous savons en effet que c’est l’une des raisons majeures de la sur-représentation des enfants de l’immigration dans l’échec scolaire comme en attestent, une nouvelle fois, les dernières enquêtes Pisa et comme cela est également mentionné dans la feuille de route. La langue participe aussi, par ailleurs, à la transmission de la culture.

Les précédents rapports prévoyaient de revenir sur l’interdiction du port du voile à l’école. Qu’en est-il de cette mesure?

L’abrogation de la loi de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école n’est plus mentionnée, mais la feuille de route s’aligne sur la décision récente du Conseil d’État qui consiste en quelque sorte à abroger la loi Chatel sur l’accompagnement des mères voilées dans le cadre des sorties scolaires. La décision d’autoriser ou non le voile reposerait désormais sur les épaules des chefs d’établissements. Nous revenons à la case départ, lorsque Lionel Jospin s’était tourné vers le Conseil d’État.

Quelles sont les éventuelles mesures nouvelles? Prennent-elles le contre-pied des précédents rapports?

Les mesures qui n’apparaissaient pas dans les précédents rapports ne sont en aucun cas des mesures qui

auraient pu prétendre faire partie d’une quelconque politique d’intégration. Ainsi en est-il de la mesure 39 qui consiste à renforcer l’offre publique de médias multilingues, ou encore de la création d’un office franco-maghrébin pour la jeunesse, qui aurait vocation à devenir «un organisme public». De même, la feuille de route mentionne l’«accompagnement individualisé des primo-arrivants par des référents de l’OFII, dans une dynamique d’accès le plus rapide au droit commun (éducation, emploi, logement, droits sociaux…)». Comme chacun sait et comme en atteste le niveau de sa dette, la France est immensément riche!

La feuille de route prévoit notamment des mesures de «testing». De quoi s’agit-il exactement? Existe-t-il un risque de dérive vers un système de surveillance généralisée?

Clairement, il y a bien une volonté de surveillance généralisée au travers de plusieurs mesures dont la mesure 17, qui consiste à effectuer du «testing» auprès des milieux médicaux pour traquer les éventuels refus de soins. De même pour la mesure 26, qui stipule que l’État doit s’assurer que la fonction publique incarne bien «la diversité de la société française dans toutes ses composantes et à tous les niveaux de responsabilité.»

Au sein de l’administration, l’une des pistes développées dans la feuille de route consisterait à «ouvrir et élargir les concours à des populations pour lesquelles la fonction publique reste trop souvent méconnue». Peut-on parler de discrimination positive?

Oui, le pouvoir bascule vers la préférence étrangère. Cela se lit très bien au travers de plusieurs mesures comme, entre autres, la mesure 29: «Cette démarche conduira le gouvernement à promouvoir l’obtention du Label Diversité par l’ensemble des administrations publiques (…). A retenir en particulier: la mise en place de classes préparatoires intégrées, la formation des membres de jury de concours sur les stéréotypes, le développement des recrutements hors concours (…)» De nombreuses mesures sont destinées à donner la préférence aux personnes d’origine extra-européenne. Ce qui se traduira mécaniquement par le fait que des Français de souche européenne seront mis de côté uniquement parce qu’ils ne sont pas de la bonne ascendance biologique. C’est du racisme anti-Français.

Le gouvernement est-il tout simplement en train d’enterrer sans le dire le modèle républicain d’intégration au profit d’un modèle de type multiculturaliste?

Le mot «discrimination» apparaît 73 fois et le mot «droits» 60 fois, tandis que le mot «devoir» apparaît moins de 10 fois. L’axe du rapport est énoncé dans la feuille de route: «il ne doit plus y avoir de confusion entre intégration et immigration». Or, ces deux sujets sont inséparables si l’on souhaite véritablement conduire une politique d’intégration! Nous ne sommes plus du tout dans une approche politique d’égalité des moyens, mais dans une politique d’égalité des droits. C’est la consécration de la déresponsabilisation totale des immigrés et de leurs descendants. Clairement, le modèle français d’intégration, qui prend en compte l’existence d’une identité culturelle française, disparaît. Il convient de permettre à toutes les cultures présentes sur le sol français d’être prises en considération et cela va très loin, puisque la feuille de route veut mettre en route: «le développement d’un dispositif d’observation de la présence des langues des migrants dans les différents secteurs de la vie sociale, économique et culturelle de notre pays».

En toute cohérence avec la politique conduite depuis le début de ce quinquennat, un étranger qui foule le sol français est appelé à devenir français quasiment automatiquement. Il n’y a donc plus de processus d’intégration. D’ailleurs, la Direction de l’accueil et de l’intégration a déjà été transformée en Direction Générale des Étrangers en France. Dès l’entrée en matière, la feuille de route rappelle que «La politique de naturalisation a été profondément remaniée» par le biais de «la circulaire d’octobre 2012 et l’instruction de juin 2013 (…) et les décrets d’août 2013 modifiant les conditions d’instruction des dossiers de demandes de naturalisations par les préfectures, en visant une meilleure harmonisation et une plus grande efficacité.» Le Figaro avait récemment fait état dans ses colonnes de l’augmentation des régularisations de clandestins et des naturalisations. Rappelons également que ces circulaires et autres décrets émanent du ministère de l’Intérieur.

Le modèle républicain est pourtant plébiscité par la majorité des français. Comme expliquez-vous ce renoncement? Quel est le projet idéologique du gouvernement?

Le projet est clairement affiché. Il s’agit de rééduquer les Français en leur inculquant ce que la bien-pensance identifie comme la pensée juste. En conséquence, «des plans de formation du personnel éducatif en matière de lutte contre les discriminations devront être déployés». De même pour «les professionnels du secteur médico-social» et «les agents de Pôle Emploi». Nous sommes confrontés à une volonté de changer le peuple au travers du changement en profondeur de tout son référentiel culturel. Il n’y a d’ailleurs pas que dans ce domaine de l’intégration que cette idéologie est à l’oeuvre. Nous la voyons également se déployer dans le registre de l’égalité hommes/femmes avec les fameux ABCD de l’égalité qui ne sont pas autre chose, par certains aspects, qu’une entreprise de lavage de cerveau des enfants. Pour avoir travaillé sur cette question de l’égalité hommes/femmes, je peux dire que, là aussi, le gouvernement fait fausse route.

Face au défi de la mondialisation, notre modèle ne doit-il pas nécessairement s’adapter?

En réalité, le modèle d’intégration français n’a jamais vraiment été appliqué pour l’immigration extra-européenne. Depuis les années 80, les élites politiques ont versé dans l’accommodement de nos principes républicains. Peu à peu, Ils les ont vidés de leur contenu, et pour faire diversion ont tout de même continué à s’y référer. En outre, il n’y a eu aucune volonté de réduire de manière drastique les flux migratoires. Or ils constituent l’un des vecteurs principaux du ré-enracinement des enfants de l’immigration dans la culture de leurs pays d’origine. La feuille de route n’aborde absolument pas ce point crucial sur lequel il est urgent d’agir. Alors que ces enfants avaient besoin, plus encore que les autres, de la transmission de la culture française, les ministres de l’Éducation successifs ont le plus souvent engagé des réformes qui se sont traduites sur le terrain, donc entre les murs de l’école, par une dépréciation d’exigences. La droite qui a longtemps gouverné durant ces trente dernières années doit faire son examen de conscience et renouer avec la défense des intérêts de la France et de son peuple. Notre modèle d’intégration garantissait la concorde civile. Son abandon engage officiellement la France sur la voie de la libanisation.

Pour revenir au racisme, les gens qui savent vraiment qui ils sont, qui ne font qu’Un avec eux-mêmes, qui n’ont pas besoin de vivre à travers les autres (ou se faire des billets), ne sont absolument pas touché par les remarques racistes ou autres. Il y a ceux qui se servent du prétendu ou non racisme des autres pour tirer les choses vers le bas et sombrer à leur niveau (cela comprend les antiracistes qui se disent supérieurs alors qu’ils sont au fond les mêmes que les racistes), et ceux qui tirent les choses vers le haut, tolérant l’avis et l’existence de l’autre mais prouvant un respect spirituel qui touche/recherche l’essence spirituelle de cet autre, même s’il est perdu. C’est comme cela ici-bas, on a une existence matérielle et spirituelle, sur plusieurs niveaux, si ont rejette les plus bas niveaux, les bases, au final on perd notre connexion avec le haut (surtout sur le plan horizontal/groupe).
Ces gens la crient au racisme à tout va mais ne comprennent pas que ce sont eux qui le rendent inévitable, en tirant les choses en permanence vers le bas, sortir les choses de leurs contextes, au point que le côté racial devienne le haut par contraste. Le côté racial devrait être en bas, et le culturel-spirituel en haut (bien que le côté racial soit une matérialisation verticale-racine de ce haut), mais en rejetant directement le côté racial, on s’y réduit inévitablement (même si on prétend le rejeter) ou l’on sombre encore plus bas (matérialisme primaire, décadence). Il faut être soi-même sans être fermé, et être ouvert sans se perdre. On ne peut pas vouloir un mélange par le bas de la terre entière, et espérer quelque chose de positif, et de toute façon il n’y aura jamais de métissage frontal mondial, et donc les différences perdureront au final, ou ressortiront, la nature reprend toujours le dessus. Ces gens la essayent de séparer culture et racine physique c’est évidemment une arnaque, ils veulent nous pousser dans leur monde artificiel où rien n’existe, sauf le chaos et le néant, où plus rien ne peut en sortir. Il est évident qu’ils sont des idiots utile servant les intérêts de ceux qui nous poussent à la guerre, métissage impossible, il reste toujours l’option de la guerre pour achever l’ordre/chaos mondial et étouffer le peu de spiritualité qu’il nous reste.
Les âmes “s’incarnent” et rejoignent la/le et ceux qui leurs ressemblent/correspond (mêmes “vibrations”), la ou le lien spirituel est présent et possible, qui ne se réduit pas à la matière et donc sans la renier non plus, mais pour ensemble créer quelque chose de supérieur, depuis l’intérieur, et propager la vie, une forme vivante d’unité ici-bas. L’âme transcende la matière, mais ne peut rien créer en s’y opposant (au monde matériel en tant que réceptacle supérieur du vivant). Certaines ne sont pas dans des processus créatifs, c’est certain.
L’union doit être basée sur des plans supérieurs et manifesté en bas. Plan supérieur d’une volonté d’unité/création dans quelque chose de non éphémère, avec un futur spirituel et non chaotique. Un même corps et un même esprit au potentiel/directions possibles infinies dirigées vers la grandeur (à tous les niveaux).

Nous ne sommes que des canaux pour des énergies supérieures, ou des énergies que l’on a nous-mêmes manifesté/créer. L’on attire à soi ce que l’on recherche sur des plans supérieurs/subtils, même inconsciemment. Tout est inscrit dans cet univers, l’on peut retrouver ce que l’on a perdu, rien n’est perdu.

L’élite mondiale actuelle incarne et perpétue le “karma”/ligne passé, non épuré qui continue dans sa “voie” destructrice, ne voyant aucune autre solution de survie que de continuer dans ce chemin et dans le mensonge. Et vu qu’ils sont les seuls à incarner une forme d’ordre, que tout le monde se soumet volontairement, ils restent au pouvoir, mais c’est en train de changer. Leur pré-“nouvel” ordre mondial va s’effondrer, c’est inévitable et voulu. Il est maintenant temps de faire en sorte qu’après l’effondrement final, ces mêmes personnes, leur pouvoir et leurs idéologies, ne puissent plus affecter/infecter personne. Ils s’y sont préparé à cet effondrement final, ont des groupes armés, des bases, ils espèrent que seul le peuple périra et qu’ils retrouveront/garderont leur pouvoir, avec un nouveau tour d’illusionniste/mensonge, en rejetant la faute ailleurs, c’est notre rôle d’empêcher cela.

Il ne faut pas prendre les choses personnellement avec ces gens-là, ce sont des individualistes et sur ce plan-là on ne peut pas aller plus loin (plus bas), mais il faut critiquer leurs idéologies et leurs actes destructifs et de division. Ce sont des individus pas capables d’être eux-mêmes sans s’opposer aux autres, sans avoir un ennemi ou sans cracher sur l’autre (tout en se prétendant ouvert et tolérant bien sur), “c’est toujours la faute des autres”. Ces gens la sont les ennemies de tous les peuples, mais essayent de rallier les minorités à leur cause, alors qu’ils ne font que les tirer vers le bas, et provoquer plus de conflits inter-ethniques, au nom du nouvel ordre mondial (mondial dans leur tête seulement évidemment, personne ne voudra jamais de leur bêtise au final, même si beaucoup sont sous son mauvais sort/oeil).
Ils se prennent pour des intellectuels et se donnent une fausse grandeur, mais ce n’est que du vent. L’intelligence réelle est dans la simplicité, pas l’idéologique.
On a oublié la plus simple des lois, seul le plus fort perdure, et être le plus fort n’est pas être le plus destructif, au contraire, c’est avoir un lien d’unité profond, qui dépasse le monde matériel même s’il est basé dessus. Le côté défense via la force ou la destructivité, doit toujours venir en second, comme sécurité mais jamais comme base, et jamais rechercher à l’utiliser.

Les élites et l’idéologie du mondialisme faussement “d’ouverture” ne l’est que pour le bas peuple et à pour origine une “source” complètement fermée, la plus fermée jamais vu*. Ce n’est qu’en “bas” l’idéologie pro tout à l’extérieur d’ouverture de reniement et d’esclavage, en haut c’est totalement l’inverse. Fait ce que je dis mais pas ce que je fais. Et en vérité et donc ce n’est pas de l’ouverture, mais de la fermeture au soi, et du renfermement* sur son soi “materiel” individuel réducteur/ego, l’indifférence de l’autre.
*Le cercle intérieur de cette “source” très fermée sera toujours dans la division et enclin à l’auto-destruction, car recherche tout à l’extérieur, que ce soit au niveau de l’esprit, ou le pouvoir matériel, car unie et existe uniquement à travers l’extérieur (parasitage, mépris/rejet de l’Autre* sur le plan universel), et une idée universelle corrompue basée sur l’esprit séparé de la matière (dualité/séparation/domination). Un groupe d’esprit (d’éternels prosélytes) sans réelles racines matérielles ou mélangées qui a besoin de l’autre, et qui a besoin de se déposer et se matérialiser chez l’autre. C’est une secte tribaliste dans le mauvais sens du terme basée sur la vengeance permanente, le monothéisme pousse à croire au bien et au mal, au bourreau et à la victime, mais les lois universelles sont plus complexes que cela. Cette vision du monde basée seulement sur l’esprit peut amener à des choses positives, parfois, il ne faut pas le renier, des ténèbres jaillissent la lumière.
L’unité n’implique pas forcément d’avoir un ennemi, ou de se le créer en chérissant les causes dont on déplore les effets. Cela s’appelle la séparation et la non-maturation spirituelle.

Le monothéisme et sa vision réductrice gentil méchant pousse à l’idéologie de la vengeance, car pour eux tout est déjà fixé d’avance.

Ce qu’ils veulent réellement dans cette vision perverti monothéiste c’est une seule race humaine de l’esprit, et une seule race humaine matérialiste sans esprit (ou qui le cherche ailleurs, purement à l’extérieur, anti-spirituel, qui lui est soumis).

De nos jours on a donc une élite pseudo-“intellectuelle” ou de l’esprit qui refuse de répondre aux conséquences matérielles de leurs bêtises et qui veulent récolter les bénéfices matériels du travail des autres, au lieu de guider les autres vers le bon chemin, non-unique et libre mais spirituel/positif/créatif.


*Si l’on se renferme sur soi-même l’on se coupe de son “soi supérieur”, et de l’infini/de l’univers et l’on sombre dans le parasitage et l’auto-destruction.
Tout ce que l’on émet vient de soi (ce que l’on a en soi ou pense avoir) ou de ce que l’on s’est “connecté” ou que l’on a créé, et nous revient. L’on ne peut pas combattre le négatif en le rejetant (ou en le projetant ailleurs), mais seulement en le remplaçant et en le nettoyant par le positif. Pareil à tous les niveaux (émotionnel etc.). La peur et la souffrance ne doit pas nous faire nous renfermer, mais de montrer ce qui doit être guéri. Souvent c’est l’amour et la peur du monde matériel qui nous fait avoir peur, ce qui est très mauvais car cela nous fait souvent sombrer très bas, spirituellement et au niveau matériel (les deux sont liés, le corps étant qu’un réceptacle, une mauvaise image de soi, une haine peur ou autre, crée un blocage au niveau du corps matériel/physique/émotionnel (ou un blocage physique direct), limitant et perturbant l’esprit* et vu que l’on ne peut émettre que ce que l’on a, est ou croit être (souvent quelque chose de faux ou artificiel); et un blocage au niveau de l’esprit peut empêcher le lien sur le plan matériel). La seule chose qui transcende la peur (et les blocages matériels), c’est l’amour (lie l’esprit, le corps et la matière). Il y a une apparente séparation (qui permet la pureté et l’impureté, les chaines et la liberté) sur le plan matériel, spirituel et individuel, mais une source commune des “trois”.
*L’esprit fait qu’un avec le corps (“machine” spirituelle-vivante-matérielle), mais si l’on rejette son soi-matériel, que l’on se renie soi-même, que l’on essaye d’être autre chose que soi, l’on perd tout. Ceux qui veulent nous faire croire que ce que l’on est est forcément mauvais, sont les enfants de satan. Pareil pour ceux qui nous disent que l’on doit arrêter d’être nous-même, au lieu d’évoluer sans se renier.

Il ne faut pas croire non plus qu’une partie de soi est négative ou mauvaise et la rejeter/supprimer, sinon l’on se rejette soi-même (et l’on provoque l’inverse (l’on renforce cette même chose, l’inconscient est roi)), mais il faut réalisé que tout ce que l’on est on l’a créé soi-même, et que sa propre essence derrière toutes les couches négatives et de peur est pure et lumineuse. L’extérieur spirituel/lumineux, un être cher, guide ou autre peut nous aider à le retrouver, à nous guérir* de nos “ténèbres”. L’extérieur spirituel a toujours un lien avec notre propre intérieur, contrairement au faux spirituel qui ne nous lie (unis sur un plan universel/de la création) pas réellement.
Projeter la peur ou la souffrance sur/dans autre chose d’intérieur ou d’extérieur pour ne pas y faire face est très mauvais, cela ne va que l’amplifier. L’on crée notre monde depuis nos pensées. Mais la positivité (pensée positive) forcé est très mauvaise.
*état d’être ou état de conscience, nous sommes avant tout une conscience, l’on se connecte aux choses sur lesquelles l’on projette celle-ci, l’on attire donc aussi les choses que l’on rejette par volonté de répulsion (qui mène en second temps à l’attraction), au lieu de simplement mettre notre conscience et énergie ailleurs (ou autre niveau/plan).
Donc le seul extérieur positif c’est celui qui nous permet de sortir de notre propre intérieur négatif, tout en renforçant notre propre intérieur positif. Qui permet de nous déconnecter de notre propre négativité qui nous renferme, mais cela doit être une aide, pas de tomber dans le rejet de soi pour ne pas faire face aux problèmes.

Notre propre essence est universelle, si l’on se coupe de l’universel-extérieur ou si l’on se renferme sur soi sur le plan matériel ou le faux universel, l’on se coupe de son “soi supérieur” intérieur (qui nous connecte à cet universel-extérieur).

Il faut aussi réaliser les potentiels liens subconscients profonds négatifs que l’on a ou que l’on s’est fait “implanter” sans s’en rendre compte, qui peuvent nous pousser  à agir et être sans pleine conscience. Il ne faut pas absorber ou se connecter à la négativité des autres, et notre esprit ne doit pas se perdre ailleurs, mais se retrouver dans l’universalité réelle qui le renforce. L’esprit doit se libérer du matériel dans ses formes limitantes, et le régénérer en faisant qu’un avec lui. Il faut se détacher des mauvaises énergies de son soi matériel pour retrouver son soi-spirituel-vrai lié au matériel-supérieur (plus haute expression matérielle, “spiritualisé”).

La séparation n’est qu’illusoire mais son sens positif est celui de se libéré (séparation non-active (plutôt dans le sens “d’ignoré”), sinon cela provoque l’inverse) ou plutôt de ne plus nourrir/ne plus se connecter à ce qui est contraire à notre épanouissement. Pour se libérer (vrai-fausse séparation) de quelque chose de négatif pour nous, en général quelque chose de purement matériel-horizontal ou de faux-spirituel/vertical, il faut se séparer (se libérer), être imperméable à celui-ci via la verticalité réelle individuelle et/ou secondairement de groupe, avoir un lien à l’autre seulement sur un plan vertical commun, ou a son propre groupe, et aux autres, à l’image de l’universel. C’est la seule façon d’avoir un réel lien horizontal. L’esprit qui fait qu’un avec le corps et inversement, dans une aspiration d’unité supérieure qui renforce la fréquence du vivant, spirituelle-matérielle, et se détache/se nettoie de ce qui l’en empêche, pour ne pas sombrer dedans. L’on va là où l’on porte le regard. Il ne faut pas subir les mouvements du monde, mais créer le sien.

Avons-nous avancé socialement depuis 1900? je ne pense pas.

(images d’avant la première guerre mondiale)

La fausse gauche mondialiste après s’être prise pour la race devant éclairé celles inférieures (république-colonisation), maintenant l’individu soumis au cosmopolitisme idéologique, ou le métis** serait donc la nouvelle “race” supérieure d’après les mêmes?<- ces gens la pensent par le bas depuis le début, allant d’un extrême à l’autre. ->Dans la réalité ce n’est ni supérieur ni inférieur, mais comme tout, cela peut être l’un ou l’autre, dépendant de la volonté première.
**ben oui, le métissage mène à la création à termes d’une nouvelle “race”, il faut voir les choses basées sur le temps, après des siècles de chaos que cela provoque, et l’harmonie intérieure perdue qui mettra plusieurs millénaires à être retrouvée, comme c’est le cas aux amériques, le chaos permanent intérieur, qui coule/se répand sur le reste du monde, car chaque organisme essaye de s’étendre pour survivre.

On peut accueillir des réfugiés, mais la ce ne sont pas des réfugiés, ce sont des individus abandonnant leurs propre peuple-culture venant de pays où il n’y a même pas de guerres, et même s’il y en aurait, ce n’est pas une raison. Quelqu’un qui n’aime pas son propre pays ne s’intégrera jamais à un autre, il ne fera que vivre à travers l’autre, ne sachant pas qui ils sont/veulent être vraiment.
On nous dit (ceux qui ont déclarer la guerre) en europe qu’on aurait du plus nous battre (par rapport aux guerres mondiales), qu’on est des “collabos”, mais par contre les migrants qui fuient les terroristes au lieu de les combattre on les applaudit, l’individualisme quand ça les arrange uniquement. Les européens ne sont pas aller se réfugier au moyen orient ni en chine pendant les guerres mondiales.
Ce n’est pas dans l’intérêt des étrangers voulant réellement s’intégrer d’accepter cette vague de milliers d’autres étrangers, surtout violents comme ils le sont actuellement, cela ne va que renforcer la division déjà présente. Ceux qui nous parlent de renforcer la sécurité sans parler d’arrêt de l’immigration sont des hypocrites qui se focalisent sur les symptômes et pas les causes, et qui au final renforcent le symptôme.

Ils ont totalement perverti le sens des mots, le mot racisme ne veut plus rien dire et on l’utilise maintenant uniquement contre ceux qu’on n’aime pas (de nos jours, l’européen, sur lequel on blâme tous les problèmes, en plus de faire l’amalgame avec les usa) ou contre celui que l’on colonise. De l’inversion-accusatoire permanente. On va aller loin avec ces pompiers pyromanes mondialistes.

Si un étranger agresse un autochtone européen, le système en place impose que l’on vérifie en premier si l’autochtone n’était pas “raciste” (dans leur propre définition de la chose évidemment). Donc peu importe que l’on se défende par légitime défense ou non, on est coupable d’origine. Pareil lorsque l’on veut défendre sa propre terre et son propre peuple pacifiquement, être libre, si on se fait attaquer pour cela, c’est de notre faute parce qu’on est “raciste”. Ils descendent l’argumentation au niveau racial quand ça les arrange, et au niveau religieux/idéologique quand ça les arrange aussi; et dans le sens qu’ils veulent.
La liberté vient de la spiritualité, basé sur le réel matériel/vivant qui l’incarne/produit, l’arbre et ses fruits, tout le reste ne sont que des systèmes d’argent, purement matérialiste et abstrait et ne nous apportera jamais la liberté. À partir du moment où l’on a besoin d’un système imposé pour fonctionner, on est dans une pente descendante.

“La France n’a pas besoin de minorités, mais les minorités ont besoin de la France.”

Soit c’est la majorité basée sur le réel, le vivant et l’historique qui dirige dans le respect de tous, soit les minorités au sein de la majorité et les autres minorités se tapent dessus, et c’est les plus forts dans tous ce chaos qui dirige.

*on vit à une époque ou l’on a accès à la planète entière, internet, avion, etc. un étranger né dans un autre pays ne s’intégrera/assimilera pas du tout de la même façon que s’il ignorait tout de ses origines, et même dans ce cas-là, il cherchera naturellement à les retrouver, comme l’on recherche ses propres origines/racines si l’on est orphelin par ex, l’âme/l’esprit/la source de ce qui coule en nous, ici-bas, même si évidemment l’on peut le dépasser, tant que ce n’est pas à travers de la destruction.
nos élites se retranchent dans le passé uniquement quand ça les arrangent, et pas qu’à ce propos.

Propagande à tous les niveaux:

La différence entre mondialisme et conquête de terre est que le second est basé sur quelque chose de réel et de vivant, et l’autre non (même si l’acte est très destructif/négatif, il n’est pas que cela ni basé sur le néant)*. Que le second lorsqu’il pratique l’esclavage il l’assume, le premier souhaite que la terre entière soit sous esclavage, mais sans l’assumer (et tout en se disant pour la “paix”, la tolérance, “l’égalité”). Empêcher les peuples d’être libres d’eux même est déjà une forme d’esclavage mais eux vont bien plus loin que ça. Esclavage économique, de la pensée et des terres. Et bientôt policier.
L’un fait de la domination par le haut-matériel (donc toujours une forme d’ordre naturel même si mauvais) et l’autre de la domination par le bas (satan).

*Séparation totale, rejet total de l’autre (esprit corrompu), culte qui se cherche lui-même/existe à travers le bas et l’extérieur, la domination totale de la matière et du vivant-matériel réduit au plus bas (par l’esprit corrompu), séparation totale de l’esprit et de la matière, hiérarchie inversée (par le bas qui se prend pour le haut), satanique. Absence totale de lien d’intégration matériel-vivant (union matière-esprit (création)), se prend pour le haut sur un plan abstrait/néant et cherche à créer un bas à son image et rejette totalement l’autre sur le plan matériel, et forcément de l’esprit (et quand on voit la décadence actuelle, on voit bien ce qu’est réellement ce “haut”).
Le problème de l’Europe actuelle c’est que l’on a toujours nos racines, mais que l’on se les refuse, en plus d’avoir perdu notre esprit. Au final on a tout perdu, sans espoir de renouveau aucun si l’on n’accepte pas au moins l’un des deux qui permettra de régénéré/recréé l’autre.

Nos élites actuelles n’ont aucune transcendance spirituelle, et sont donc forcément soumis aux puissances idéologiques et financières/matérialistes supranationale (au dessus des peuples et des individus), il est clair qu’ils n’aiment pas leurs peuples et ne travailleront jamais dans son intérêt, car de base ils n’en font pas parti.

Note: quand je parle de spirituel ici je ne parle pas du tout de sa définition commune d’aujourd’hui.

Baser la monnaie ou un système économique sur quelque chose de fini ou ne prenant pas en compte la spécificité/particularité d’un peuple ne fonctionnera jamais, il faut qu’elles/ils soient sur une base vivante sans tout réduire au matériel et donc dans le renier non plus (sinon l’on s’y réduit inévitablement au final). L’argent (et la technologie) est censé permettre le progrès matériel pour tirer/élever les individus (du matériel) vers le haut/spirituel, pas pour sombrer dans le matérialisme et la domination par le bas (via un “haut”-matériel décadent), pareil pour la technologie.
Ce sont d’ailleurs les peuples européens avec leurs fortes spiritualité et unité profonde européenne (qu’ils pervertissent) qui permettent à ce système d’argent et de modernité technologique (qu’il a lui-même inventé/découvert) de survivre, si l’on venait à perdre notre forte spiritualité profonde, malgré la couche de décadence actuelle qui l’obscurcie, tous ces systèmes malsains et haut pouvoir purement technologique, détruiront tout.

Dans un système comme ça (pro- tout à l’extérieur-matériel (nous faire vénéré une religion/idéologie/fausse grandeur-supériorité “morale”-“valeurs”/argent/etc.)), ce sera l’argent (peu importe le système) et une nouvelle religion/idéologie pro-individualiste “cosmopolite” peu spirituelle* d’une élite auto-élu autoproclamé représentante de toute l’humanité/les humanités qui sera au sommet de la pyramide “d’ordre”/pseudo-ordre (dirigée par ceux qui se réclament ou prétendent représenté celle-ci (et qui l’ont créé), qui incarnent au mieux cette nouvelle “unité”/idéologie de domination par le “haut” (faux/matériel/pseudo-spirituel) et du rejet du spirituel réel (union de la matière et de l’esprit), ces gens-la séparent les deux, et essayent de devenir la seule représentation de l’esprit (aspect direction/ordre) et provoquent une exacerbation du matérialisme ambiant et du nivellement par le bas<- (et c’est là que le communisme et le socialisme horizontal-bas rejetant tous les peuples entrent en jeu, la manifestation de ce faux “haut”, son réceptacle (égalité des parasites individualistes en haut, égalité des esclaves individualistes* en bas). tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas (et inversement)) ->nécessaire pour mieux garder le contrôle/pseudo-ordre chaotique (le temps de tout détruire pour tout recommencer, soi-disant)). En essayant de rejeter le côté matériel* (et en étant dans un faux spirituel), ces gens la tombent/sombrent dedans (son coté “bas”), inévitablement, ils sont incapables de tirer les choses vers le haut, mais ils veulent quand même devenir le “haut” (sur ce plan matériel). Ces gens la confondent “Dieu” et esprit. En gros ce sont des gens qui veulent être la seule représentation du haut par l’extérieur à l’échelle mondiale.
*L’individualisme peut être lié par une même vision de pensée unique, mais qui ne lie pas les individus réellement sur les autres plans.
Ce sont des gens qui n’ont aucune direction en eux-mêmes sur le plan matériel créatif (vers le spirituel) et se renferme sur un faux “spirituel”/esprit et rejette le monde matériel et donc la création. Ils sont devenu maître dans la falsification du spirituel.
L’on ne peut émettre du positif qu’une fois que l’on ne fait qu’un avec soi-même.

Si une forme spirituelle/une religion n’autorise pas la matérialisation de la spiritualité, en encourageant la créativité, la liberté individuelle réelle (matérielle et spirituelle (ce dernier point inclut les groupes matériels-vivants/nature**)), l’expression de formes matérielles de spiritualité (art, science, architecture, philosophie, etc.), elle n’est pas spirituelle mais une forme de domination se prétendant spirituelle. C’est malheureusement aussi valable pour le christianisme (même si moins que les autres).
L’Europe libre (païenne) était bien plus spirituelle qu’aucun monothéisme ne l’a jamais été (leurs destructeurs racontent beaucoup de mensonges à son sujet*), qui ne sont rien de plus que de l’homosexualité de l’esprit (dans le sens péjoratif ou non), de la consanguinité idéologique, condamnés à la stérilité et à la destructivité. Le capitalisme spéculatif, l’individualisme matérialiste réducteur, le communisme et le nouvel ordre mondial (contrairement aux fausses oppositions, ce sont tous la même chose) sont issus/dérivés du monothéisme et n’ont rien d’européen et sont anti-nature et anti-vie.
*et puis, les choses évoluent, le but n’est pas d’avoir le même paganisme qu’avant, ni même le paganisme, mais une forme de liberté. il y a du positif et du négatif dans toute chose.
il y a aussi ces faux païens qui sombrent dans la vision païenne donnée par ses ennemies, matérialiste décadente, il n’y a pas plus bête qu’eux. Le paganisme c’est le lien à la nature, à l’expression de vie, sa part dans celle-ci, et l’aspiration supérieure, l’expression supérieure* du peuple-racine sur tous les plans (et de son unité) (dans ce cas-la tous les peuples de racine européennes (à l’époque)), la verticalité sur le plan spirituel mais aussi matériel. Le panthéon etc. est une aide, une direction dans cette aspiration supérieure, que l’on doit porter en soi, pas par recherche décadente extérieure de non-responsabilité comme le promeut le monothéisme.
*rien avoir avec l’esprit abstrait qui est le choix de la facilité mais aussi de la domination.
par rapport au christianisme: l’universalité de Jésus n’implique pas le renie de soi, au contraire. je ne pense pas qu’il disait aux païens d’arrêter d’être païens, mais qu’ils retrouvent une direction verticale moins matérialiste, ce qui n’implique pas de changer quoi que ce soit, juste de le transformer.
Le monothéisme déteste le christianisme/catholicisme car il prend en compte le plan matériel, s’y rend pour l’en libéré de celui-ci, de cet esprit unique d’enchaînement par la matière. Les monothéistes ne veulent pas libérer les peuples, ils veulent qu’ils se renient eux-mêmes pour s’y soumettre. Le problème c’est que le christianisme trop poussé, provoque l’opposé de l’esprit corrompu, au lieu de tout réduire au plan matériel, il réduit tout sur le plan de l’esprit, l’abstrait et se perd (et rejoint l’esprit corrompu). Je trouve le paganisme et le catholicisme plus équilibrés. Mais le catholicisme est je pense mort, c’était inévitable comme toute idéologie étrangère imposer à un peuple, mais il ne faut pas rejeter le catholicisme ou le christianisme en rejetant en même temps toute forme spirituelle, et la partie de nos racines anciennes incluses dans celui-ci.

D’ailleurs l’Europe païenne renaît à travers le retour de l’expression libre matérielle (depuis la renaissance), mais est pervertie par certains pour essayer de nous faire sombrer dans le matérialisme. Tous les grands philosophes, scientifiques, porteurs de spiritualité et de progrès supérieur des anciens temps, étaient païens, le monothéisme n’a jamais rien produit de positif sauf la notion de Un (mais qui encore une fois est perverti/imposer dans la matière/vivant-matériel pour la rejeter/contrôler/dominer) mais cette notion ne venait pas de lui à l’origine. Cela ne m’empêche pas d’aimer le christianisme, même si bien moins que la vraie Europe. Mais le christianisme n’est pas un vrai monothéisme, grâce à sa trinité qui inclut le plan matériel sans le rejeter. Le paganisme était un culte de la grandeur sur le plan matériel, moral et spirituel, lié aux forces de la nature et aux forces universelles (multiplicité de l’infinité de l’univers (via les différents dieu etc.), notions de grandeur qui renforce l’individu au service du bénéfice commun, avec une vraie moralité). Le monothéisme veut un retour vers le Un par la domination par le haut (qui étouffe l’essence universelle de l’individu en général), le paganisme veut un retour vers le Un par le renforcement de l’individu sur tous les plans, sans rejet du monde matériel sur lequel on vit et qui est partie de nous-même. Le monothéisme et ses dérivés veulent un retour en arrière (retour vers le Un) et le paganisme la progression de la création (du Un) qui est la réelle façon d’y “retourner”. note: 90% du catholicisme ses fêtes, sa morale etc.., ont été copier des traditions et histoires de l’Europe païenne. Ce n’est pas par hasard que les droits des individus sont nées chez les peuples européens, mais certains essayent de les corrompre pour nous détruire, nous et notre exemple.
*état manifesté du monde, forcément multiple en expressions libres. matériel-vivant (terres et expressions vivantes).
**leur forme spirituelle est de la pensée unique uniquement, et nous mène vers le bas (matérialisme primaire); la vrai spiritualité porte l’individu et le groupe (lié à ses racines) vers le haut, vers la liberté d’être totale. Leur pensée unique n’est Un/unique que dans sa destructivité et son esprit destructeur et individualiste par le bas, hiérarchique de domination (pas d’élévation), l’individu qui se prend pour Dieu par le bas /matière, l’anti-spirituel, l’anti-Un/”Dieu”, l’unité inversée à travers la destruction et le néant. Pas étonnant qu’on nous fasse la propagande de personnalités qui représentent toute cette décadence et cet “amour” de l’ego et de la matière dénuée de divin/créatif.
Ces gens-là ne font qu’essayer de rallié sous de faux prétextes lumineux, de la fausse lumière, d’autres personnes innocentes pour supporter le poids de leur “karma” et de leurs mensonges, pour masquer leur propre hypocrisie et arrogance.

Le problème des anticatholiques (peu importe qu’ils soient athées, juifs, pseudo-“païens” ou autres) veulent nous faire détruire le catholicisme non pas parce qu’il est devenu décadent (ce qui était vrai) et oppressif, non pas pour notre bien, pour régénérer nos racines anciennes, mais pour nous mener vers leur propre vision du monde.
D’ailleurs ils font pareils pour l’humanité entière, ils veulent empêcher son unité supérieure en renforçant les problèmes au lieu de les corrigés réellement, tout réduire au plus bas pour créer leurs propres visions des choses, et se faire passer pour des faux prophètes inversés, qui n’ont d’ailleurs rien fait, juste accéléré les choses, n’ont rien provoqué réellement/profondément d’eux-mêmes.

Il faut renforcer les énergies semblables, et les faire évoluer sur le plan de l’esprit et de la matière, en cultivant la diversité intérieure et individuelle à l’intérieur du groupe-racine, et rendu à celui-ci dans un cycle créatif d’amélioration perpétuelle. Au lieu de cultiver la diversité extérieure et superficielle rendu au bas et au néant.


- “Les Indo-Européens” (avec Emmanuel Ratier, 15 Déc. 2010).
Partie 1/2.
Partie 2/2.

En se basant sur le système tripartite de Georges Dumézil, il est fait démonstration que le “Logos critique”, la “Sphére des représentations” et l’organisation de la Société française jusqu’en 1789 étaient STRUCTURELLEMENT issus des peuples Indos-européens “des cavernes”. C’est à dire que de l’âge du Néolithique en passant par les Rois de France, la société commune des tribus était composée d’une caste de Guerriers (la Noblesse), d’une caste de Prêtres (le Clergé) et d’une caste de Producteurs (les paysans/éleveurs).
Les découvertes archéologiques et les incroyables avancées en linguistiques prouvent les thèses refoulées par la Doxa du Nouvel Ordre Mondial.

Malgré l’introduction d’une religion orientale (le christianisme) en Europe, les structures mentales pré-historiques des tribus européennes ont perduré jusqu’à Louis XVI ; cette “Tradition” immémoriale de l’organisation de la société a été cassée par la révolution maçonnique et le dernier coup de couteau étant l’inondation migratoire.

Nos élites mondialistes:

Les idiots utile (je donne cet exemple car il s’agit de l’actualité, mais ces méthodes sont intemporelles):

*Ce serait spirituel seulement si ça cherchait à convertir à sa vision mondiale par le haut, à l’inverse de par le bas par rejet de l’autre. Ils rejettent l’autre sur le plan individuel, en plus de groupe, avec leur idéologie qui impose une pensée unique pour fonctionner.
Leur idéologie est basée sur le mélange par le bas permanent, car rejette l’aspect racine et “matériel” (sur le plan du vivant encore une fois), probablement parce qu’ils n’en ont pas de réelles eux-mêmes, perdus avec le temps et depuis l’origine, née du chaos/mélange/néant, c’est ça le mondialisme avorton du monothéisme.
Leur idéologie n’est complète que si elle converti tout le monde, par le bas, et force a un effort permanent de destruction et de recherche d’existence à travers l’autre. Cette idéologie est en dehors du modèle du vivant, et ne pourra jamais se matérialise, se fixer dans des racines, condamnée à l’errance et la recherche perpétuelle d’un socle, qui ne peut être au final que le chaos, ou le néant.
Cela sera un monde à leur image, qu’ils représenteront au mieux et dirigeront. Les choses ne peuvent fonctionner qu’avec une forme d’ordre, qu’il soit positif ou négatif, et lorsque tout ordre naturel sera épuisé dans l’âme des gens, seul leur vision perdurera et se renforcera, pour un temps.

L’on ne peut irradier a l’extérieur ce que l’on est à l’intérieur, ils se prennent pour la seule vision valable de l’universel (perverti) et essayent de refaire le monde à leur image, par la conquête de l’esprit et du matériel-bas correspondant (environnement matérialiste-bas artificiel anti-naturel). C’est un groupe d’esprit, lié lui-même par des racines mais pas vraiment comme nous on l’entend, qui cherche à s’imposer sur le monde.

(encore une fois) L’esprit doit faire “corps” avec la matière, tirer les choses vers le haut. Et le corps doit faire “Un” avec l’esprit (l’intelligence du corps lié à l’esprit), et avec les forces supérieures de la nature qui nous ont créés. Il n’y a que comme cela que l’on peut créer et porter le spirituel. La vibration/force magnétique-physique “non-obstrué” est nécessaire comme base saine. L’esprit dépasse et ordonne la matière mais en faisant qu’un avec celle-ci pour tout amener sur un niveau supérieur, pas en la rejetant, sinon l’on sombre dedans, ou dans la volonté de domination. Il ne peut y avoir de vide/manque, sinon on attire ce qu’il manque (si l’esprit ne domine pas son propre corps, son soi matériel), et recherchera ce manque à l’extérieur, et dans ce cas la, de manière destructrice/parasite, non-créatrice. La spiritualisation matière sur le plan de notre environnement est utile pour atteindre niveau de vie supérieur et une plus grande unité, dépassé l’état primitif d’individualisme d’accaparement.
Il faut incarner l’ordre et l’ordre matériel qui permet l’aspiration verticale en soi, matérielle-spirituelle donc (sur le plan du corps, vers en haut (le corps n’est qu’un récepteur, mais il est essentiel ici-bas, tout blocage ou désordre à son niveau empêche d’incarner le haut)). L’horizontal non porté/basé vers/sur le haut/spirituel doit être rejeté. Et si ce n’est pas possible, il faut renforcé la conscience spirituelle individuelle le temps de reconstruire un horizontal basé sur le réel, au lieu de se jouer au jeu ou de se battre entre nous, jouer le jeu du chaos de nos ennemis communs.
Il y a la grandeur purement matérielle, et la grandeur matérielle-spirituelle. La grandeur “matérielle” recherché doit être celle qui permet le spirituel, une plus haute vibration, une puissance physique dirigée vers le haut. “Un esprit sain dans un corps sain”.
La grandeur matérielle amène la grandeur individuelle dirigée vers le haut, et l’esprit vrai. L’aspiration à la beauté (sans tomber dans le matérialisme ce qui serait l’inverse) etc. (et l’honneur) sont des valeurs matérielles-spirituelles (matière qui incarne le spirituel/matérialisation de la spiritualité) qui se reportent sur tous les plans (physique, intellectuel, etc.). L’agilité physique et l’agilité mentale par ex, la fluidité du corps et de l’esprit, tout est lié. La grandeur matérielle c’est aussi l’ordre ainsi que l’unité via une conscience supérieure de la matérialisation de celle-ci, un corps et un esprit commun, sans renfermement mais avec une réelle diversité individuelle intérieure, génératrice d’un potentiel potentiellement infini, car non réducteur et dirigée vers l’avant (continuité, libre des blocages passés) et vers le haut (progrès commun spirituel grâce à l’ordre matériel, les deux étant liés, mais nécessite une conscientisation grâce à une base solide, des racines ou une volonté commune réelle et transcendante).
Le plan matériel/racine, est horizontal en apparence mais vertical, des racines anciennes vers le haut (image de l’arbre), l’horizontal seul est la coupure des racines. Pareil pour l’esprit. Les deux sont séparés en apparence mais toujours liés sur les hauts plans. Le plan matériel n’est pas “bas”, mais peut l’être si l’on descend dans la matière dense/brute, en dessous du plan du vivant, sur le plan de “satan”.
La volonté d’existé via l’horizontalité seule est quelque chose d’éphémère et qui induit l’affaiblissement.

Le but est de tirer les choses vers le haut, de tirer le monde matériel vers le haut, via l’ordre, pas via la domination via le monde matériel. Il faut ordonner le côté “sauvage” (matériel libre, comme la nature) sans le détruire, les deux faisant qu’un, ce qui permet de faire entrer l’énergie spirituelle en nous, directement sur le plan matériel. De faire progresser verticalement nous-même, et notre bien commun, notre horizontalité non séparée.

Plus l’on monte dans le spirituel/vertical, plus l’on a des capacités de grandeur matérielle (sur le plan du vivant) et de compréhension ou sur le plan technologique/matériel brut. L’on canalise les forces supérieures sur le plan matériel pour les renforcer.
Une plus grande unité à travers la grandeur spirituelle et matérielle créatrice des individus dans un monde et une direction commune.

La connaissance du monde matériel, la technologie, la spiritualisation de la matière, nous permet de le dépasser, de permettre une unité supérieure, mais certains veulent nous y faire sombrer dedans, et renier le vivant. Ordonner la matière pour permettre à notre esprit de transcender l’univers et le plan matériel tout entier.
La connaissance et cette compréhension de l’univers est ce qui permet à l’individu de faire qu’un avec celui-ci et soi-même, en augmentant le niveau de conscience/connexion.
Comprendre le monde matériel (physique quantique, langue d’esprit d’ordre supérieur, etc.) à l’aide de l’esprit renforce les deux, et les perspective et potentiels spirituel/divine de l’union des deux. Plus l’on comprend le monde matériel, plus l’on peut amener l’ordre, l’esprit n’étant plus manipulable/dans l’ignorance mais acteur, et capable de créer une horizontalité, sur le plan du vivant, et sur le plan matériel (création) grâce au temps (verticalité manifestée).

Lorsque une idéologie basé sur la conquête mondiale (sur le plan de l’esprit ou physique) totalement en disharmonie avec le reste du monde prend forme, soit on le rejette paisiblement, soit l’on s’y soumet, soit l’on propose une autre vision de l’universalisme.

Lorsque l’on s’interdit sa propre existence, comment pourrait-on travailler pour améliorer et porter vers le haut notre propre vie, pays et culture? on devient condamné à travailler pour les autres ou pour un système extérieur car il ne nous reste plus rien d’autre à faire, car la vie s’exprime vers l’extérieur (depuis l’intérieur), et quand cet extérieur n’est pas rendu à nous-même, au vivant et au réel, a notre propre cercle (pays/culture/peuple) (ou au moins vers le haut-universel-spirituel), qu’il n’y a rien en retour, elle est perdue. Encore une fois on ne peut pas être tout et rien à la fois, seul l’universel spirituel nous unit tous par/vers le haut, à l’image de la nature.
Maintenant ils veulent remplacer l’environnement naturel qui nous tire vers le haut, par un environnement artificiel d’unité stimulé (de l’ego) par le bas, la société de consommation.

Se réduire seulement à un espace territorial n’est pas bon non plus (bien qu’elle ait permis la création du peuple). La culture est le fruit des racines (peuples/ethnies), les deux sont liés. L’histoire ancrée dans nos racines physiques nous relie aussi sur un plan supérieur. L’unité supérieure vient de l’association de l’esprit et de la matière (culture-racines), les deux faisant Un, tout le reste n’est que travail inachevé (travail achevé ne veut pas dire fini non plus<-, seulement harmonie et progression intérieure). Note: le côté féminin du plan matériel du vivant sont les “racines” (physiques). -> de nouvelles racines peuvent en sortir (l’Europe par ex est la plus riche en différentes cultures), mais pour cela il ne faut pas une forme culturelle ou religion imposée, avec peu de grandeur (/universalité) réelle, sinon rien d’autre ne peut en sortir.
L’idéologique/esprit inachevé/non-incarné a besoin de bases physiques, et au final nourrit ou rejette/remplace les bases qui ne lui correspondent pas.
Les visions non-spirituelle monothéistes du Un ne sont achevé qu’après totale expansion mondiale, telle en est leur origine. Les guerres de conquete de l’esprit sont les plus destructrices, car non-spirituelles et étouffent l’aspect matériel-vivant de la chose, la conquête physique l’est moins (destructrice).
Le métissage ou l’assimilation n’est pas négative mais cela ne devrait (encore une fois) jamais être tout en haut des valeurs, ni considéré comme égal aux porteurs de cette culture et de cette histoire millénaire. Un étranger bien que français aura toujours un attachement à sa famille ethnique, de son territoire d’origine, c’est inévitable et naturel (on ne vient pas du néant ou de l’idéologique), et cela mène forcément/naturellement au multiculturalisme qui comme on le voit est un échec total. Le métissage naturel provoque avec le temps (plusieurs générations) une intégration-dissolution vers les racines hôtes (physiques et culturelles), une harmonisation des choses sur tous les plans, vers le haut, mais il est clair que ce n’est pas le but actuel, ils ne veulent pas un métissage naturel aux frontières, mais un métissage frontal par le bas.
Faire l’amalgame entre affirmer l’expression physique de son groupe et xénophobie est ridicule, c’est d’abord en s’acceptant soi-même que l’on peut accepter les autres, seuls ceux qui se réduisent à une idée abstraite (idéologie, religion, système) deviennent “xénophobes”. Si l’on part du plan racine, l’on peut produire l’infini, si l’on part seulement de la culture (du produit), l’on ne peut produire que du fini, et elle disparaît (pareil pour la nation).
L’assimilation doit être par le haut (culture), mais le bas-racine en tant que porteur de cette culture, ne doit jamais être rejeté, sinon l’on ne peut que regarder vers le bas, et plus vers le haut. Le nombre et l’horizontal seul ne font pas la qualité. Le nombre ne fait pas la qualité aussi parce que dans certaines conditions, il peut étouffer la spiritualité au lieu de la faire grandir.

L’assimilation doit être en premier par le haut, mais il faut que les immigrés non seulement veuillent faire partie de notre culture mais aussi devenir européens en tant que tels, sur le plan physique (l’intention est créatrice et affecte le corps). Si l’envie d’appartenance n’est pas sur le plan du réel et du vivant, cela ne fonctionnera jamais. Le problème de nos jours c’est que l’on refuse le fait que c’est le plan du vivant-matériel qui permet aussi d’aller vers le haut, et l’on rejette au final tout, pour aller droit vers le néant.
Pour empêcher toute intégration physique des étrangers, à l’âme d’un peuple/pays (union esprit-matière), les mondialistes réduisent le plan physique au matérialisme le plus bas. L’âme individuelle peut s’exprimer pleinement que si l’âme du peuple (unité d’individu) est solide. Un étranger venant pour s’installer dans un pays (pays pas encore mort qui recherche vraiment l’intégration) doit aspirer à faire corps avec le peuple qui l’accueille, un lien vivant, devenir ce peuple, aussi sur le plan physique. Cela doit être en premier un attrait/volonté supérieure, spirituelle-culturelle, mais sans renier l’aspect physique. L’on ne peut pas vouloir le fruit mais pas l’arbre.

Et pour les étrangers qui refusent de s’intégrer et se métisser on peut les comprendre, c’est naturel de préférer son propre héritage, c’est la même chose pour nous, mais dans ce cas ils n’ont rien à faire ici. Le métissage n’est jamais souhaitable par les individus vivants dans des conditions saines.

Il ne faut pas mélanger amour universel et métissage physique. L’on peut aimer tous les règnes de la nature et du vivant sans tout réduire au côté sexuel et “mélange”.

PS: ce n’est pas parce que le temps passe ou accélère, que l’on fait forcément des progrès (oui pour certaines personnes il faut le préciser).

En plus du fait que l’intégration de peuples si différents (même si les nihilistes mondialistes tentent de les effacer): Ces religions monothéistes universalistes sans notions de grandeur matérielle* sont nécessaires pour encadrer des peuples primitifs individualistes, voleurs et violents via la domination autoritaire et une surveillance constante de la communauté.
“Il n’y a que l’autorité des dictateurs qui fait accepter aux arabes le recul de cette religion. Ils ont besoin d’être dominés sans quoi ils ne peuvent pas rester 5 minutes sans s’entre-tuer.”
*la vrai spiritualité vient de la grandeur matérielle, sans celle-ci, ce n’est que du faux. Le catholicisme est différent car c’est plutôt un trithéisme. notions de grandeur matérielle: honneur, beauté, fierté, force mentale et physique, unité-racine, discipline, loyauté, ordre, etc.

Si des peuples-racines souhaitent un métissage cela se fait naturellement et sur le temps, et en premier par le haut/spirituel/culture (liés a des racines/cultures semblables (en premier peuple, second terre)), d’individus ne se reniant pas eux-mêmes*, pas frontalement et basé sur le néant comme aujourd’hui. Le peuple polonais par exemple, né du métissage entre le peuple germanique et slave.
*il n’y a pas de métissage réel (et vers le haut) si les individus se renient eux-mêmes, et ne souhaitent pas perpétuer/incarner/s’intégrer à un peuple-racine-culture existant (vers le haut), ou en créer un nouveau basé sur le réel, si c’est basé sur la séparation, ou le néant, ou l’idéologique pur, c’est négatif, destructif. Si c’est une union fataliste-matérialiste artificielle produit par cet environnement artificiel “moderne” de l’indifférence individualiste, de la falsification du spirituel, de la “mimication”, c’est négatif. L’union vient normalement pour créer quelque chose de meilleur, et cela ne peut être basé que sur le spirituel, l’unité réelle protectrice, que l’on soit individualiste (spirituel) ou non. De nos jours c’est essentiellement basé sur le néant ou l’argent, stimulé par ce système malsain qui empoisonne l’esprit. Ce qui relie les gens de nos jours c’est l’argent et ses nécessités de survie dans cet environnement artificiel, tout ne peut être que faussé, le lien profond l’existe plus, tout n’est rendu qu’à soi-même. L’âme fait de son mieux avec ce qu’elle a, même si elle n’a que très peu de possibilités spirituelles (dans un monde dans lequel on n’a plus aucune possibilité verticale créatrice commune, dans cet environnement étouffant artificiel anti-vie soumis à l’idéologie unique). La survie nous pousse à tout, surtout quand tout est déjà presque détruit.

L’individualiste spirituel tolère toutes les formes d’expression physiques et de l’esprit. Et aime ses racines physiques bien qu’il ne souhaite pas prendre part à son groupe, se voit directement une expression de l’universel en tant qu’individu (bien que le groupe le soit aussi) comme tout être vivant, mais n’aime pas par contre le faux universel actuel basé sur le néant.

Mais en définitive l’on est appelé à défendre son existence et sa liberté sur le plan individuel aussi, cela nous pousse le moment venu à nous unir à ceux partageant la même façon d’être, le même esprit et les mêmes racines (physique ou “terrestre”/historique). Seule l’unité au delà de tout système permet notre liberté.
Car personne ne va nulle part sans direction, surtout dans un nouveau pays, nouvelle terre, dans un nouveau cercle/base vivante intérieure, sans soit s’intégrer à ce qui y existe déjà (tout peuple normal ne se reniera jamais lui-même), soit le changer et donc s’imposer (par la force, ou naturellement, le “bas” crée/appelle le “haut” à son image (un système/modèle manifesté qui matérialise ce “bas”*) (en l’occurrence vu qu’ils sont monothéistes, compatible NWO**), et en définitive, le plus fort s’impose, mais on nous apprend en Europe à être faible, la est le problème, ce qui nous poussera à la guerre, et on est les seuls responsables).
*C’est inévitable dans une civilisation/unité à grande echelle. En parlant du NWO, c’est normal que l’idéologie la plus forte s’impose, même si elle est aussi destructrice que celle-là, c’est à nous de nous imposer par/vers le haut, le créatif, et s’il est suffisamment fort, naturellement ou non il s’étendra ailleurs, tout est lié.
**La seule chose qu’ils tolèrent sont les formes de monothéismes non basées sur la race/ethnie, l’enracinement et le réel qui aide dans leur projet de destruction et de domination par l’esprit, préparant le terrain au pire, ou proposant ou préparant une alternative contre un autre.
L’islam hiérarchisé dans le mauvais sens ou de domination (incluant daech) dépossédé de toute spiritualité est compatible NWO justement par cet aspect sans esprit/faux esprit unique, qui rend ses fidèles contrôlables via la matière, cet islam-là n’a aucune transcendance. Ils essayent de détruire la petite part positive de l’islam pour les convertir à cet islam destructeur (et pousser à la guerre), bien qu’en effet ce dernier soit plus proche du vrai islam originel. L’Europe n’ayant pas encore totalement perdu sa spiritualité et son universalité***, il faut nous la faire perdre en nous transformant en destructeurs sans honneurs, ce qui au final ne fera que renforcer le problème et ces mêmes élites premiers responsables pointeront du doigt cette destruction envers nous alors que ce sont évidemment eux qui l’auront manigancé en nous montant les uns contre les autres. On ne nous mène pas vers une guerre honorable, et pour qu’elle le soit, il faudrait au moins que ce soit le peuple qui soit au pouvoir, pas les mondialistes.
***Pour tuer un individu ou un peuple, il faut lui enlever sa porté universelle, et son unité réelle et profonde qui le permet.
Le paganisme (le vrai) est la condition naturelle de l’humain qui renforce les individus et les rend libres sur le plan matériel (et spirituel vrai) et est universelle, tout peuple peut exprimer sa propre expression spirituelle à l’image de la nature. Le paganisme n’est pas basé par la domination de l’autre, mais de soi-même avec des exemples de forces supérieures de la nature.
Un peuple est une forme de lien d’amour, un lien qui permet la création. L’amour est aussi universel mais il est part d’un plan qui nous est propre, individuel ou commun, il est irradié vers l’extérieur mais pas perdu, sans auto renie, il ne peut être pressent que si l’on ne fait qu’un avec soi-même. Un vrai amour inconditionnel non de compromis ou perverti/basée sur l’idéologique ou rendu à soi-même sur le plan matériel-bas de l’ego.
L’esprit d’ordre qui unit sur le plan matériel, créant une hauteur-profondeur et un horizon, plus ou moins forts dépendants de celle-ci, un monde.

On est tous des expressions de l’universel, mais ici-bas on vient tous de quelque part, on a tous des racines, il ne faut pas croire que de se laisser remplacer, ou de se dissoudre dans le mondialisme va nous remplacer ou amener vers quelque chose de plus universel qu’on ne l’est deja. Au final tout ce que cela va nous amener, c’est plus de chaos car rien de réel ne nous unira. L’universel (et l’ordre, aussi manifesté/matérialisé à travers des lois/nations/culture/etc) doit être recherché, en nous-même, pas à l’extérieur, et en nous-même en tant qu’êtres vivants, et le manifesté/matérialisé aussi avec ceux autour de nous, avec le temps, l’on crée des racines, une même source sur le plan physique/matériel et ses fruits (culture), un peuple (travail achevé). La vision cosmopolite tout à l’extérieur et du mélange permanent n’est qu’un faux universel
qui n’amènera jamais l’harmonie. Une culture/peuple, une unité réelle, une expression spirituelle se forme de l’intérieur, s’étend depuis l’intérieur, pas seulement à travers l’extérieur (ramenant tout à soi/parasitage). Ou du moins ramène les autres depuis l’intérieur, le spirituel, ne s’impose pas (encore moins par le bas via l’abstrait ou le matérialisme).

Il y aura toujours des individus pour nous tirer vers le bas, nous enlever notre universalité, nous forcer a nous battre sur le plan matériel, c’est comme ça que ça fonctionne ici-bas, quand il n’y a pas d’harmonie (ou de la faiblesse d’affirmation) c’est la loi du plus fort. La faiblesse c’est aussi le refus de ce qui est supérieur (unité, conscience, force, esprit, etc.) et spirituel (qui est exprimé dans la matière ou non).
On avait des guerres entre peuples de mêmes racines, mais elles sont bien moins basées sur la destruction que les autres formes de guerre ou le mondialisme actuel, mais ces guerres de mêmes peuples montrent un manque d’harmonie intérieure et d’unité spirituelle-racine commune qui se manifeste à l’extérieur, c’est justement ça le problème, et ces mondialistes veulent nous faire oublier notre “intérieur”, notre propre existence, en nous disant que c’est la seule solution, un inversement total (eux par contre sont l’émanation d’une absence totale d’harmonie), du défaitisme suicidaire. Une guerre locale est bien différente d’une guerre idéologique mondiale (le mondialisme ne peut mener qu’à cela, où à la dictature totale). La guerre locale est très négative mais l’herbe peut encore repousser.
Quand le créatif ne se suffit plus à lui-même, le destructif peut permettre de le stimuler/l’imposer, provoquer un réveil, mais certains persistent dans le destructif et refusent de voir leurs propres erreurs. Mais ce que l’on a actuellement, rien ne pourra plus en sortir de positif, et tout sera détruit.
Il faut être à la recherche d’être meilleur et du supérieur par rapport à soi-même. Lorsqu’on le fait par rapport aux autres c’est une preuve de faiblesse (la compétition positive c’est différent). L’on peut être en terme moral/spirituel supérieur à l’autre mais à partir du moment où l’on pousse l’autre vers le bas, que l’on matérialise cette supériorité par la séparation, l’on prouve que ce n’était que du vent.
Il faut savoir trouver notre unité, sans système, sans argent, sans politique, sinon on en devient l’esclave, alors qu’ils ne devraient être que des outils à notre service (dans le cas contraire l’on ne peut se diriger que vers le bas). Le problème c’est que tous ces progrès matériels sont très récents et que l’on a pas la grandeur spirituelle pour les dépasser sans se perdre/s’y perdre.
La capacité à la loyauté, de croire en quelque chose de supérieur (que l’on possède en nous), permet de pousser/tirer les choses vers le haut, et de matérialiser l’universalité, de nous libérer de la matière.

L’universel matériel et de l’esprit nous est commun à tous, mais (sur les deux plans) il y a de multiples façons de les exprimer sur le plan du vivant (ce qui donne les diverses unités spirituelles à l’image du Un, ici-bas) (oui c’est évident mais apparemment sur certains sujets on devient amnésique). Les systèmes qui se prétendent universel ne peuvent être que des arnaques. Les seules choses d’universelles ce sont la création et la destruction, la vie et la mort. L’universalisme actuel est d’ailleurs basé sur la destruction de tout l’existant, c’est sa “particularité”, chacun détruisant de son côté et obéissant a ses maîtres communs ordonnateurs.

Ces gens-là pour imposer leur vision du monde, poussent les peuples les uns contre les autres, financent les guerres, pour ensuite nous dire vous voyez nous avons raison, ils sont diaboliques.

L’européen a toujours eu des valeurs d’honneurs, d’ouverture d’esprit, quand il fait la guerre il ne le fait jamais pour des raisons déshonorables contrairement à d’autres peuples, mais toujours pour se défendre, ou aider les justes. Il ne fait jamais des guerres pour tirer les choses vers le bas, ou au moins sans se tirer vers le bas lui-même, en faisant des choses déshonorables. On nous fait croire qu’on va sauver les innocents en faisant les guerres au Moyen-Orient, on nous ment, et on sait très bien qui sont les lâches qui nous mènent dans ces guerres, pour ensuite critiquer la “barbarie” européenne. On n’a pas besoin de mentir aux autres peuples, n’importe quelle raison suffit pour les emmener faire la guerre. Les américains ne sont plus européens, mais plusieurs peuples déracinés vivants ensemble, ce qui mène forcément à la disharmonie intérieure (jusqu’à ce que tout soit harmonisé (devienne un seul peuple sur le plan culturel, et physique)).

Pour savoir qui est le réel ennemi, il suffit de voir qui persécute réellement les patriotes européens via la puissance gouvernementale, de la justice, et qui font la promotion active du multiculturalisme, de l’immigration massive, du renie de soi, du métissage, de l’avortement, du féminisme inversé, du renfermement sur soi sexuel/individuel, des productions audiovisuelles dégénérées, etc. La stratégie de ces gens-là pour maintenir leur propre existence destructrice à été de sombrer au plus bas, pour éviter de rejoindre comme tous les autres le haut, ou de l’incarner réellement. Quand un groupe n’arrive pas grandir de l’intérieur, qu’il est obligé de dominer ou de remplacer l’esprit des autres, c’est tout simplement qu’il n’a aucune essence créatrice.
Et pour savoir ceux qui sont les faux patriotes, il faut voir qui sont ceux qui encouragent le rejet de l’existence de l’autre (en tant que peuple) et en définitive d’eux-mêmes.

L’étranger n’est pas l’ennemi réel/premier (même s’il peut le devenir par remplacement), le vrai ennemi est l’ennemi intérieur, et nous seuls sommes à blâmer pour cela. La seule volonté destructrice nous rend dépendante de la chose que l’on veut détruire, et on la nourri.
S’opposer horizontalement/frontalement à quelque chose la nourrit, l’on y devient dépendant comme le sont ces mondialo-gauchistes dans ce qu’ils représentent, ils n’existent que par contraste à l’expression de l’unité réelle, le rejet du naturel et de la liberté non-matérialiste. C’est la loi du plus spirituel, des lois de la nature, de l’ordre et du vivant qui devrait être la plus forte, mais l’on a sombré tellement bas, que c’est ceux qui veulent le chaos qui semblent être les plus forts et ce sera ça notre futur.

Ils ont besoin de détruire le moyen-orient et de le rallier à leur projet tout en blâmant les autres pour les problèmes qu’ils ont eux-mêmes causés. Ils veulent amener les musulmans à leur cause (même sans qu’ils s’en rendent compte) contre l’Europe.

Conference of European Rabbis President Pinchas Goldschmidt says European Jews are ‘fighting alongside their Muslim brothers against Old Europe.’
Ces gens ne se sont jamais intégré nulle part dans toute l’histoire et sont toujours resté enfermé dans leur propre communauté, et pire encore, ils ne respectent personne.
Note: cette personne ne représente peut-être pas tous les membres de sa communauté, mais en tout cas la “faction” chez celle-ci qui a le pouvoir et qui est active politiquement (et sur un plan mondial).

En effet, ils sont des alliés naturels, on l’a bien vu pendant la colonisation de l’Espagne, tous issus de la même secte de toute façon. Plus la peine de se demander qui finance l’État islamique. Une fois que la Syrie, la Palestine et l’Iran seront tombé (peu importe qu’on ne les aiment pas, contrairement aux autres ils ne veulent que vivre en paix et libre de l’oligarchie mondiale), il ne restera plus que des musulmans anti-européens. Et ils auront leur guerre tant voulue, embarquant en même temps la russie, un autre de leurs problèmes (s’il n’est pas le principal).

Des gens qui prétendent être du coté de chacun des deux partis pour au final trahir les deux.

Quelques vidéos

« Les migrations peuvent provoquer des tensions sociales et des réactions politiques hostiles dans les pays hôtes mais l’expérience passée suggère qu’elles peuvent aussi offrir des gains en termes de plus forte croissance, de productivité et de remède au vieillissement de la population », indique le rapport du FMI.

en effet, chez ces gens-la seul l’argent compte. et encore, uniquement dans leur système financier artificiel chaotique. dans le réel cela n’amène que plus de pauvreté.

“La loi Rotschild du 3 janvier 1973 interdit à la france de s’emprunter à elle-même à taux zero, et l’oblige a emprunter au marché avec interets sans aucune raison. Depuis toutes ces années, la dette prigrammée a pris une telle ampleur que l’intégralité des taxes et des impôts ne recouvre même plus les intérêts. Les services publics sont donc entièrement financés par d’autres emprunts à partir de rien, que nous rembourserons sans fin aux banques privées qui s’en frottent les mains.”

Ces gens-là nous ont déclaré la guerre, l’Europe et ses frontières ouverte ne sont pas pour éliminer les frontières entre les pays au sein de l’Europe, mais pour éliminer les frontières entre les pays d’Europe et le moyen-orient spécifiquement, pas l’Asie (ni la russie).
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3752939/Borders-worst-invention-EU-chief-Jean-Claude-Juncker-widens-rift-European-leaders-calls-borders-opened.html
Note: mais il est vrai qu’au vu de l’état actuel de l’Europe, le nationalisme n’a plus de sens, il faut étendre la défense des peuples autochtones européens au-delà du nationalisme (savoir le transcender). Le nationalisme** (= défense du peuple-nation, comme tous les pays non-occidentaux du monde) redeviendra viable une fois que l’on aura sauvé l’europe (occidentale, l’Est se porte bien).
Ces gens la ne s’intéresse pas aux intérêts du peuple, ni de la vie, ils s’intéressent uniquement à leur idéologie mondialiste.
Défendre une nation ou des frontières ne veut rien dire, et ne peut mener qu’aux conflits destructeurs, il faut défendre le peuple, la nation et les frontières ne sont que sa manifestation.
La remigration pour les non européens vivants en Europe qui refusent de s’intégrer et d’abandonner leurs propres cultes et façon d’êtres/visions du monde sera nécessaire.

Il faut défendre son peuple sur le plan physique/militaire, mais aussi/surtout sur le plan financier et idéologique dans le monde de nos jours.

Seuls les peuples prêts à imposer leur liberté maintiennent leur existence, et cela passe forcément par sa défense au niveau physique, pas seulement sur un plan abstrait. Si de base on refuse cela, on ne peut aller nulle part, et on est automatiquement remplacé par autre chose. La nature (et “Dieu”) détestent la faiblesse.
Ce qui est purement destructif et dirigé vers le bas (ou qui se prend faussement pour le “haut”/”Dieu”) est faible aussi.

Se laisser remplacer reviendrait à avouer nous-mêmes que nous et nos ancêtres n’auraient jamais dû exister, n’auraient jamais dû avoir de futur et n’auraient jamais dû nous créer nous et s’être battu pour le droit d’être ce que l’on est, et ça ce n’est pas acceptable. On ne vient pas du néant contrairement à ce que nous raconte la propagande mondialiste.
L’on se coupe de notre potentiel (en tant qu’individu et surtout de groupe) en s’interdisant artificiellement et extérieurement d’exister.

Ces gens la détestent tout ce qui redonnerait le pouvoir au peuple et aux individus, que ce soit au niveau de la santé, financier, ou peuple (nationalisme). Dès qu’un parti politique, une différente idée de la santé, etc. se met à donner le pouvoir aux individus et leur extension (peuple) apparaît, ils se mettent à grogner et à cracher tel des serpents.
C’est à chacun et chaque peuple de se défendre lui-même, vouloir une défense mondiale (qui impliquerait forcément un ennemi, même imaginaire*) revient au nouvel ordre mondial, il faut une coopération mondiale, pas une dictature mondiale surtout aussi destructrice qui réduit les individus et les peuples à des idées abstraites ou des machines.
*défense mondiale ou unité mondiale ne veut rien dire, coopération mondiale par contre oui.

Le nationalisme est seulement anormal et négatif quand au lieu de promouvoir la diversité d’expressions (aller de l’avant dans la création*) des peuples de “race”-source européenne, elle promeut leur division. certains vont dire que c’est pareil à l’échelle de toute l’humanité mais ce serait vouloir un retour en arrière, vers quelque chose qui n’est plus, vouloir un renfermement, et une destruction, car toute forme de vie a la même origine dans tous les cas. Les racines européennes sont réelles, les racines mondialisantes de toute l’humanité ne l’est pas, l’humanité possède de multiples expressions différentes/races bien distinctes et unis/formant un monde en-elles.
*l’inverse étant de vouloir le retour de quelque chose d’antérieur, mais aussi de vouloir leur destruction (empêcher la course vers l’avant, via l’horizontal-bas et le mélange). Certains vont dire que la diversité d’expressions individuelles c’est donc pareil, oui avec des gens ne faisant qu’Un avec eux-mêmes et qui n’ont pas besoin de se chercher via l’individualisme primaire/matérialiste et le parasitage. Mais l’individualité fait toujours partie d’une expression plus grande, car tout ne fait qu’Un, et le but c’est de créer ensemble, depuis l’intérieur, une unité (un Un) plus grand.
Et dans cette course créatrice vers l’avant, ce sont les plus solide qui survivent, sur le plan matériel et spirituel, “Dieu” souhaite une reproduction de son image, de la force, pas de la faiblesse (la faiblesse n’est pas agréable à vivre en plus de cela). Seule notre unité réelle permet ce courant de force nécessaire. Et il est vrai que le nationalisme de nos jours n’est plus si réel que ça. La nation est le produit du peuple, mais aujourd’hui les peuples sont tellement divisés à tous les niveaux, qu’il ne reste plus rien de ces produits, il est temps de revenir à nos racines et bases profondes, pour rebâtir un meilleur futur.
L’esprit et la matière divisées, incarnent la plus grande potentialité créatrice, mais aussi crée un vide, le néant, et la plus grande force de destruction, seule l’union des deux permet la création.
Pour atteindre le spirituel, il suffit d’incarner l’infini en soi-même, comprendre les lois universelles, les lois créatrices, les faire siennes, et créer quelque chose ensemble, sans vouloir un retour en arrière. Une universalité et infinité qui semble extérieure (qui l’est en réalité) mais qu’il faut accéder et porter en soi (depuis le soi), et à l’horizontal, pour le porter au vertical.

Pour en revenir à la fausse science et aux races:

Sans même parler du rhésus négatif, que l’européen a 4% d’adn exclusif néandertalien (et 99.7% total) mais seulement 0.2% d’adn exclusif homosapiens (~99% sont partagés par les deux, comme les 94% avec le chimpanzé, on parle la d’adn exclusif). Il y a aussi le fait que les tests d’origine de l’humanité sont basées sur des restes humains d’individus déjà mélangés (il y a eu un mélange il y a ~60 000 ans). Les racines de “l’humanité” (des humanités) ne sont pas les mêmes:
« Il faut savoir que les greffes de moelle osseuse ne sont compatibles qu’entre races, explique la présidente de l’Adot-47. Un Européen ne peut donner à un Africain, et un Africain à un Asiatique pour la simple et bonne raison que nous sommes différents. »
http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/10/1031464-don-de-moelle-osseuse-la-france-manque-de-donneurs.html

http://www.scirp.org/journal/PaperInformation.aspx?paperID=19566

https://www.sciencedaily.com/releases/2016/10/161020142948.htm

Mais encore une fois, il faut arrêter d’amalgamer le fait qu’il y ait des différences, et qu’il est impossible d’avoir un lien positif, qu’il est obligé et nécessaire de les éradiquer, la nature et les animaux en sont capables, pourquoi pas nous. À vouloir rejeter la vérité et le réel, et forcé un lien mensonger, l’on provoque l’effet inverse.

**Et puis comme le dit bien cet extrait par rapport à la suisse (valable aussi partout), des peuples plus ou moins semblables qui s’unissent pour mieux fonctionner (au lieu de pour s’autodissoudre):

“La RTS est-elle notre Pravda ? (http://www.rts.ch/info/culture/8115504–l-identite-suisse-n-existe-pas-elle-est-a-construire-selon-lukas-barfuss.html)
On peut légitimement se poser la question lorsqu’on voit le nombre de reportages et interviews fortement ancrés à gauche réalisés par ses soins.
Cet interview du dramaturge Lukas Bärfuss en est un exemple parmi tant d’autres.

Ce gauchiste subventionné appelle à la création d’un gouvernement mondial: “Dans l’identité culturelle, il y a des choses qui ne fonctionnent plus. Par exemple l’idée d’un territoire avec des frontières”. Il souhaite de plus la création d’une nouvelle identité suisse forgée grâce à l’immigration et l’asile.
Nous sommes d’accord que l’identité nationale suisse n’existe effectivement pas. Mais pas pour les mêmes raisons que cet internationaliste. Notre Suisse est composée des identités de nos 26 peuples unis pour garder leur liberté.
Notre identité est donc cantonal et la Suisse est le nom que nous avons donné à l’alliance sacré entre nos 26 cantons.
Nous n’avons pas besoin de l’immigration pour exister. Au contraire ! Celle-ci est une arme de nos ennemis pour nous métisser, détruire nos différences et nous imposer finalement des gouvernements supra-nationaux déconnectés des peuples.
Halte à la propagande et vive la Suisse fédérale et forte !”

La propagande est aussi omniprésente à Hollywood:

Je n’aime pas trop cette chaîne youtube qui tombe parfois dans l’extrême et qui est un peu trop “blanc-centré” (ce problème nous affecte tous), mais elle donne un bon semblant d’explication, je n’ai pas trouvé d’autre exemple de la chose.
“Les frontières nous divisent”, alors que c’est ce qui nous rassemble; “les frontières empêchent notre liberté”, alors que c’est ce qui nous la donne.
Ils veulent absolument faire l’amalgame entre frontières, nationalisme, et guerre, alors qu’il n’y a jamais autant de guerre permanente que depuis l’apparition du mondialisme (née de l’impérialisme états-unien des “droits de l’homme”). Ces gens-là ont complètement inversé les choses et veulent un retour à l’âge de pierre, au nom d’une utopie du passé lointain (ancienne Égypte) dont on connaît déjà le résultat (et on le voit déjà actuellement) (humanité divisé et régime totalitaire qui prétend être pour la liberté et l’unité).
Ils condamnent le nationalisme et la défense du peuple, mais sauf quand ça les arrange (ukraine, israël par exemple). Après il y a des extrémistes qui condamnent tout mais bon ceux-là en général ils comprennent rien.
Toute chose a un côté positif et négatif. Mais appuyer le négatif de l’un ne rend pas l’autre meilleur.
Une autre:

Le machiavélisme de ces gens, qui tentent d’associer les notions de famille, d’unité, de peuple-culture, d’amour, aux “nazis” (personne dans l’histoire ne s’est jamais appelé comme cela) made in Hollywood (néo’nazis’ états-uniens (d’ailleurs les américains actuels sont tous des immigrants)) et en faisant plein d’autres amalgames stupides et ridicules. Note: en s’attaquant aux peuples européens, ils s’en prennent à tous les autres, vu que les mêmes règles s’appliquent partout et à tous (et surtout dans la nature). Ce ne sont pas les Européens qui font la guerre au Moyen-Orient depuis 70 ans, ce sont les Américains (enfin, l’élite américaine qui n’est pas vraiment patriote).
Il suffit d’utiliser son instinct, de ressentir l’essence de cette création (en l’occurrence ce film), et si c’est sombre, inspire la terreur, donne un sentiment de coupure (hors de soi), cherche à “aspirer”/paralysé toute capacité de réflexion, qui étouffe le spirituel, l’oeuvre est signée. Le bien n’utilise jamais la terreur et ce genre de choses pour faire passer un message ou pour dénoncer quelque chose, il le fait avec l’amour.
Il ne faut surtout pas tomber dans la haine et la violence, déjà parce qu’ils ils sont les maîtres à cela, et surtout parce que ça renforcerait leur pouvoir (et leur donnerait une justification).
Mais lorsque l’on est sous la menace d’une disparition par faiblesse, qui risque d’affecter l’harmonie du monde et donc des autres, l’on a le droit de se défendre, tant que c’est pour défendre une idée supérieure spirituelle basé sur le vivant (et non pas une petite élite ou un système), dans ce cas la il n’y a pas de mauvais “karma”, vouloir sa propre destruction, ou ne rien faire, ne pas affirmer sa force vitale, tirer les choses vers le bas, sachant les répercutions que cela aura sur le reste (tout est lié), l’on provoque du karma, même si l’on se prétend pacifiste.
Ils fabriquent des usurpateurs d’identité en Europe, islamophobe pour les mauvaises raisons (tout comme les gauchistes islamophiles pour les mauvaises raisons), on a le droit d’être islamophobe, anti- tout ce que l’on veut, mais si l’on veut être pro- quelque chose d’Européen (national et/ou continental hors “Union mondialiste Européenne”) par essence, on est pourchassé. Car en acceptant l’existence de l’autre, on s’accepte soi-même (sur le plan créatif en tout cas), ils veulent nous réduire a leur idéologie mondialiste, nous transformé en destructeurs comme eux. Il y a une différence entre les guerres de défense de la vie intérieure (ou luttes de forces vers le haut) ou de pillage, et la guerre purement de rejet de l’autre ou de sa culture/liberté propre (guerres frontales-horizontales/vers le bas), avant le mondialisme actuel cela n’avait jamais existé. Seuls les conflits horizontaux sont destructeurs, ou faux-vertical lié au faux-horizontal (une hiérarchie qui a besoin d’éliminer son propre peuple par ex). Mais renier l’horizontal réel c’est renier le vertical ( ou le potentiel vertical commun). Par contre le combat vertical réel (“bas” en haut (libération/émancipation)), peut mener au combat horizontal réel, mais par conséquence, jamais de première intention.

L’on peut critiquer l’hitlérisme et cette période de la guerre, mais condamner le socialisme-national en tant que tel alors que c’est une idéologie à l’image de la nature et la seule vision valable universelle non-unique gentils/méchants qui peut permettre l’unité à l’intérieur des peuples et entre les peuples, cela devient très dangereux et je dirais même satanique.


Par rapport à la Seconde Guerre mondiale, il n’y a aucun parti/camp à choisir, sinon on fait le jeu des élites qui rigolent bien de notre bêtise, qui se jouent de notre division (comme ils le font aujourd’hui avec d’autres peuples), bêtise qui fait qu’aujourd’hui il n’y aura bientôt plus d’Européens en Europe.
Le camp des judeobolcheviques* (et des capitalistes internationaux) (on a bien vu au final que c’était les mêmes pendant un moment en tout cas) est loin d’être innocent dans tous les pays d’Europe (qu’ils soient une élite ou minoritaire ne change rien aux crimes), et comme pour tous les peuples dans cette guerre, de nombreux innocents sont morts pendant que les coupables restaient bien cachés. Il n’y a que des coupables dans cette guerre, au niveau de l’élite, les différents peuples en ont été les victimes, surtout européennes/eurasienne/chrétiennes ou païennes (60+ millions de morts de la guerre + 30 millions du bolchévisme en russie), c’était une guerre d’Européens contre d’autres Européens, le reste n’est que de la propagande de guerre ou du mensonge. Et malgré ces mensonges, il faut comprendre que les seuls vainqueurs ont été les banquiers et les marchands d’armes. L’élite mondiale illégitime nous a poussé les uns contre les autres nous les peuples d’Europe pour des histoires de systèmes socio-économiques (voir H.SCHACHT) et de pouvoir mondial. Ils ont voulu faire une expérience à grande échelle avec le socialisme sans direction et on a bien vu le résultat. À cette époque ils ont voulu une expansion horizontale internationale avec l’expérience socialiste de rejet de l’autre (bolchévisme) (qui n’était opposé que fictivement mais dans la séparation avec le capitalisme), et maintenant une expansion de non-rejet vertical via le capitalisme mondialisé associé à l’expansion horizontale d’expansion-guerre + retraction-immigration de masse en Europe.
*les russes en ont tout autant été les victimes que les autres, de cette expérience.
Il faut savoir transcender l’histoire qui nous enchaîne, et réussir à pardonner, sinon l’on sera incapable de brisé nos chaines. Dépasser ce qui nous tire vers le bas et surtout ceux qui s’en serve pour mieux nous détruire.

« De Gaulle expliqua à mon père qu’il y’avait eu deux sortes de Résistance – entre lesquelles nulle entente, après la Libération, n’était possible: « La mienne – la vôtre – qui était résistante à l’ennemi – et puis la résistance politicienne – qui était antifasciste, antinazie, mais en aucune sorte nationale…»
Claude Mauriac, Un Autre De Gaulle, Journal 1944-1954

Autre extrait


Et le voici qui parle comme en rêve, le regard perdu, esquissant les grandes lignes de cette oeuvre qu’il conçut et ne put réaliser:
-Ce que j’avais voulu faire, c’était une fédération occidentale qui eût groupé, autour de la France et de l’Angleterre, toutes les petites nations de l’Occident: Belgique, Hollande et l’Italie, naturellement. Ce bloc aurait exercé un pouvoir d’attraction incoercible sur toutes les provinces occidentales allemandes – puisque aussi bien elles se voient séparées de la Prusse russifiée, le Palatinat, la Saxe, la Thuringe, la Bavière, le Wurtemberg – et, bien sûr, l’Autriche… Dès lors, entre la masse soviétique et la masse américaine, il y aurait eu un bloc puissant, capable de sauvegarder l’indépendance de l’Occident et qui, dans l’affaire du contröle atomique, eût été maître de faire pencher la balance. Mais Churchill n’a jamais voulu me suivre sur ce point – encore qu’il sût bien que j’avais raison. Toute notre mésentente est venue de là. Il m’a répondu: “Entre Roosevelt et vous, s’il faut choisir, je n’hésiterai jamais à choisir Roosevelt… ” Et je vois bien quelles raisons pouvaient l’inciter à ce choix. Mais il y a perdu l’indépendance de son pays qui est devenu un dominion américain. Au plus fort de la bataille de l’Atlantique, lorsqu’il a poussé son S.O.S. et a demandé aux U.S.A. ces 50 destroyers dont ils ne faisaient plus rien et que (…) Roosevelt lui a répondu (…) : “Soit, mais donnez-moi les Antilles pour quatre-vingt-dix-neuf ans…”, et qu’il a cédé, il a bien fait la preuve de son irrémédiable défaite. S’il avait pris le micro, alors, et qu’il eût expliqué toute l’affaire: “A l’heure où je vous parle, nos convois de ravitaillement sont détruits les uns après les autres et les U.S.A., qui ont 50 bateaux dont ils ne font rien, exigent en contrepartie nos Antilles qu’en toute conscience je n’ai pu leur accorder…”, eh bien, l’opinion publique, en Amérique même, aurait obligé Roosevelt à céder… Est-ce que j’ai donné Dakar, moi ou Casablanca, ou Saint-Pierre-et-Miquelon, malgré les constantes pressions de l’Amérique ? Moi, je n’ai rien cédé de l’avoir français et Dieu sait pourtant que je n’avais pas les moyens de Churchill…
De Gaulle me raconte alors comment il interdit aux navires américains les eaux françaises de Saint-Pierre-et-Miquelon, qu’il fit occuper à leur barbe, en les assurant que nos canons tireraient s’ils entraient dans nos eaux territoriales:
-Et bien! Rossevelt a remis ses prétentions dans sa poche – avec son mouchoir dessus – et il n’en parla jamais plus…

De Gaulle, à plusieurs reprises, réemploya alors les expressions de bêtise et de méchanceté, qui semblaient sommaires et presque puériles, appliquées à une si complexe réalité; mais on le sentait écoeuré de tant d’incompréhension et d’égoïsme mal compris:
-Dès lors les Anglais nous ont tout le temps trahis. Bien plus, ils ont trahi la Croix dans le Proche-Orient. Et ils ont ici trahi l’Occident, ils se sont trahis eux-mêmes. Je l’ai dit à Churchill. Je lui ai dit: “En définitive, c’est contre vous que vous travaillez…”
A la fin de notre séance de signature déjà, en feuilletant avec moi “les chapeaux” destinés à coiffer la nouvelle édition de ses discours, qu’il avait complètement refaits à partir des projtes de Palewski, il m’avait signalé telle conférence de presse qui avait été l’ultime appel à la conscience des Anglo-Saxons (Washington, juillet 1944) – tel discours “qui resterait comme une marque au fer rouge sur le front de l’Angleterre” (Assemblée consultative, 21 décembre 1944) – et il m’avait lu d’une voix vengeresse les lignes sans fard où il accusait Churchill de l’avoir, à un certain moment, empêché de parler à la radio, ou Roosevelt de faire de la monnaie française artificielle (pour ne pas dire, mais c’en était, de la fausse monnaie):
-J’ai dit à Churchill: “En acceptant que les U.S.A. imposent à une nation comme la France un homme de leur choix à eux (Darlan), nous ne trahissez pas seulement la France, vous vous perdez vous-mêmes…” Mais il ne pardonnait pas à la France juin 1940, ni aux Français de les avoir, dans leur presque totalité, reniés à ce moment-là – car c’est un fait, bien que j’aie toujours officiellement proclamé le contraire (pâle sourire) – c’était un fait et il le savait. Il ne nous pardonnait pas non plus d’avoir tiré sur eux, oubliant qu’ils avaient commencé…
Ce qui me frappe alors, c’est combien de Gaulle se solidarise avec une France qui était alors c elle de Vichy, à quel point la France est pour lui sans solution de continuité, ne pouvant se tromper dans ses réactions instinctives et nationales, celles-ci eussent-elles été traduites, dans les faits, par le gouvernement de Pétain. La réponse de Mers el-Kébir, c’et un réflexe national, qui engage la France Éternelle. Montoire n’engage rien, parce que ne correspondant à aucune réalité nationale. De Gaulle, naturellement, n’a rien dit de cela. Mais tout cela était tacitement au fond de ce qu’il disait.

Note: eh oui, défendre un peuple malgré la tempête demande des sacrifices autant que de résistance. Le but c’est d’au final se relever et de se sortir de l’idéologie de la revanche. Et de comprendre pourquoi un problème est réellement arrivé. Le problème c’est que c’est rarement le peuple qui choisit la guerre, on lui impose, on la lui déclare, sa propre hiérarchie (directement ou indirectement), ou une autre extérieure.


Destruction de la famille et des notions de vie:

Si l’on renie l’existence de l’homme et de la femme, et de l’altérité, on les réduit à néant, ainsi que tout le processus du vivant/créatif (les mêmes lois universelles s’appliquent à tous les niveaux). Et puis comme ces deux énergies sont universelles, même si on les renie, on finit toujours par incarné l’une des deux, même si de façon pervertie, ou réduite au matérialisme brut, ou l’individualisme primaire (toujours pareil).
Tout ne fait qu’Un (en haut, à la source de tout), et nous sommes en effet des êtres individuels mais le but est d’incarner ce Un ici-bas (en tant qu’individu et de façon commune), mais dans cet univers manifesté et sur ce plan matériel qui inclut ces deux forces qui permettent le courant de vie et l’équilibre, qui permet de rejoindre le haut, au lieu de rester en bas dans l’individualité primaire, ou la recherche chez l’autre d’un autre soi-même, ou le rejet de soi ou des principes créatifs, l’on doit accepter de jouer son rôle pour le bien commun, c’est la sécurité universelle/de “Dieu” qui garantit la continuité de la force de vie, la santé et le rejet de ce qui est faible ou dégénéré, la vie/”Dieu” ne souhaite pas expérimenter la dégénérescence, même si notre propre esprit corrompu ignore tous les messages d’alerte.

L’on va tout droit vers la marchandisation du vivant, l’esclavage du vivant par la matière, avant même de naître, au nom de l’égalité* par en bas. Un progrès (à l’envers) d’après les bien-pensants du politiquement correct. Tout ne se vaut pas, c’est la base de la spiritualité et du progrès réel vers l’avant et vers le haut. L’amour vrai est dirigée vers l’avant, et vers l’autre en tant que tel. L’amour entre deux personnes de même sexe peut être réel et positif, mais il est régressif ou neutre voir destructif, il n’est pas égal à l’amour plus profond et ne rejoint pas le Un dans ce monde dual vers l’avant, en recréant le Un à Deux/par l’union des deux, mais à l’envers.
*avec certains qui sont plus égaux que d’autres bien évidemment.

Pour résumé: Les deux sexes ne font qu’un mais que de part leur union supérieure sur un plan spirituel, et pour cela il faut incarné leur expression la plus haute matérielle-spirituelle pour les faire rejoindre par le haut, au lieu de par le bas via la destruction et le rejet de la création.
La sexualité comme le matérialisme réducteur ne devrait pas être une fin en soi mais la manifestation unité supérieure profonde transcendante inconditionnelle, et non opposé/séparé aux autres.


Soros, le masque tombe.

Save / Autre video en fr

Save

Quand ce n’est pas le complot nazi, c’est le complot russo-nationaliste que nos élites nous sortent pour essayer de rallier les simplets à leur cause mondialiste (aussi le classique complot “raciste*/xénophobe/nazi”, et après c’est eux qui nous traitent de complotiste, ils sont assez comiques. Note: non pas que j’aime spécialement infowars.
*et maintenant le complot “anti-féministe”, l’élite essayant de rallier les femmes (“féministes”) qui souhaitent pouvoir être des hommes (dans le mauvais sens du terme en plus) et sombrer dans le matérialiste et l’individualisme primaire à leur cause (société mondiale basée sur l’idéologie individualiste-cosmopolite-matérialiste).

Bon résumé de la situation actuelle

Note: aucune idée de ce que vaut ce site en dehors de cet article.

L’historien du futur devra expliquer comment les gouvernements occidentaux, européens surtout, sont devenus fous – à partir de la crise financière de 2008.

Soudainement endettés par la crise manipulée de 2007-2008, les Etats occidentaux dominés par les USA, contrôlés par Bruxelles et endettés par Goldman Sachs (voyez Barroso qui est allé y pantoufler), sont devenus agressifs et vindicatifs, comme s’ils agissaient sur ordre. On a vu alors la destruction de la Libye, de la Syrie, d’une série d’autres pays comme le Yémen, et la montée d’un fort dangereux sentiment russophobe. Il culmina lors du mystérieux crash du pauvre avion malais, attribué comme de bien entendu à la Russie. C’était le jour anniversaire du martyre du tzar Nicolas et de sa famille!

La guerre était prête dans les esprits de nos maîtres. La réélection de Poutine avait ainsi ainsi été dénoncée par le porte-parole des Bilderbergs, The Economist, en 2012: Putin, the beginning of the End.

Les provocations antirusses allaient se multiplier y compris et surtout le coup d’Etat en Ukraine de 2014, commandité par les néocons américains (Kagan, Nuland, Powers, etc.), les sévices spéciaux et Soros (voyez le scandale de ses emails tus par la presse) en pleins jeux olympiques de Sotchi. Philippe Grasset a très bien parlé de ce féminisme guerrier made in USA contre lequel nous mettait en garde Chesterton il y a un siècle déjà. Car les guerres impériales ont toujours une raison pleurnicharde. C’est comme cela que Merkel fit envahir l’Europe et son pays l’an dernier. Aujourd’hui 89% des Français sont hostiles à l’immigration. Comment pourrait-il en être autrement, avec des élites caractérielles et hostiles qui font applaudir la guerre humanitaire par la télé et espèrent rebondir médiatiquement avec des attentats?
Pour justifier la croisade antirusse, les médias occidentaux, tous mourants et bourrés de subventions étatiques ou privées (l’Etat, Soros toujours, ou Jeff Bezos, ou Carlos Slim, ou Drahi en France), ont diabolisé la Russie et Vladimir Poutine. Il n’y avait rien d’original dans cette stratégie qui fit rire tous les hommes libres de la planète, et ils sont beaucoup (on n’oublie pas non plus les femmes libres que les toilettes unisexe d’Obama commencent à agacer tout de même en Amérique et ailleurs).
La Russie est redevenue le pays du despotisme, la terre d’Ivan le terrible, Poutine le nouveau Staline, le nouvel Hitler ou, pire encore, le nouveau tzar… Suralimentés par desnarratives de plus en plus débiles, les robots du journalisme libéral et occidental se sont convaincus d’une invasion de l’Ukraine par la Russie, des risques d’une invasion de la Lettonie ou de la Pologne… et les grenouilles menaçantes de la fable de dénoncer une cinquième colonne d’agents de Poutine en France!

Dans le même temps ces excès tactiques ont nourri un choc en retour, un blowback comme disait Chalmers Johnson dans un livre célèbre. L’empire américain a été de plus en plus contesté, par la Chine, par la Turquie, par l’Iran, par les Brics mis à mal au Brésil. Le Brexit est passé en Angleterre, malgré le fascisant barrage informatif, et l’on voit un Boris Johnson qui veut rétablir de bonnes relations avec la Russie. En France Nicolas Sarkozy (qui a toujours été correct avec la Russie) a demandé que l’on arrête le délire russophobe, et il a été suivi ou précédé par de nombreux hommes politiques dont Valéry Giscard d’Estaing ou François Fillon.

L’effondrement dans les sondages du désastreux pouvoir socialiste traditionnellement pro-américain et antirusse, les inepties militaires de la France, qui ont débouché sur les affreux attentats, le rejet massif d’une immigration imposée, tout cela a fait vaciller un système européen déjà surendetté et épuisé. La candidature de Donald Trump en Amérique, que j’ai expliquée dans un livre récent, a aussi donné du moulin à moudre à ceux qui en ont marre d’un système qui repose sur des inégalités folles (les cent plus riches de Wall Street qui en ont autant que le reste), la dette, le bellicisme humanitaire, la théorie du genre et le salafisme pour tous.
Nos élites nous font peur, et Poutine est populaire parce qu’il incarne la résistance morale à leur autorité dévoyée.
• Poutine croit aux racines et à l’âme des peuples (lisez le Slama à ce sujet). Il se réclame des valeurs chrétiennes et il déclare une guerre idéologique à ce que j’ai nommé la société carthaginoise (relisez Flaubert et Salammbô pour comprendre de quoi je parle). La protection complaisante des Femen en Europe a déshonoré nos élites, toutes heureuses après de raser la Libye ou la Syrie…
• Il croit aussi à l’intérêt des peuples et il est pragmatique, alors que nos élites sont devenues illuministes et messianiques — même quand elles passent leur temps comme Obama sur les terrains de golf.
• Poutine est prêt à s’entendre avec tout le monde, y compris la Chine ou Erdogan; mais les « fous alliés » sont prêts à faire la guerre à tout le monde, y compris aux USA si Donald Trump est élu…
• L’occident a des valeurs nulles, liées à la domination des minorités sexuelles et ethniques, comme disait notre ami Philippe Muray. Poutine respecte les minorités mais il ne leur obéit pas. De ce point de vue il est proche d’un chef traditionnel comme Nixon ou de Gaulle, qui défendaient la majorité silencieuse. Les autres désirent un simple chaos philosophe pour faire plaisir aux oligarques.
• Enfin la Russie est une source d’informations dans un océan de mensonges.
Pour toutes ces raisons, les chrétiens, les conservateurs, les pacifistes, les progressistes et même les sceptiques veulent du bien à la Russie. Et Poutine est plus populaire en France que notre président truc, sauf chez les terroristes et chez les journalistes robotisés qui bidouillent l’info en boucle sur nos chaînes télé.

Source: https://fr.sputniknews.com/blogs/201608301027506409-poutine-leader-russie/

“L’eurasisme est une vision du monde qui se base sur la multipolarité. Nous rejetons l’universalisme du modèle occidental, protestons contre le racisme culturel européen et affirmons la pluralité des civilisations et des cultures. Pour nous, les droits de l’homme, la démocratie libérale, le libéralisme économique et le capitalisme sont seulement des valeurs occidentales ; en aucun cas des valeurs universelles.”

Immoralité et décadence actuelle

Vladimir Poutine a profité de sa conférence de presse annuelle de Noël pour reprocher aux zélites libérales occidentales d’abandonner les valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de leurs pays. Au lieu de construire un avenir basé sur les solides valeurs chrétiennes, les zélites occidentales ont créé une culture du « politiquement correct débridée et outrancière » si destructrice, qu’elle entraînera la chute de la civilisation occidentale si elle n’est pas arrêtée.

© Sputnik/ Alexei Druzhinin

Lors d’une séance de questions-réponses de près de quatre heures, le président russe a disserté sur l’état de son pays et du monde. Il a dit qu’il y a un effort international en faveur d’un nouvel ordre mondial qui « supprimera la souveraineté nationale » et « détruira l’identité et la diversité créée par Dieu. »

Poutine affirme que pour atteindre cet objectif, les zélites occidentales ont commencé par rejeter les racines sur lesquelles leur société s’est édifiée.

« De nombreux pays occidentaux ont décidé de nier ou rejeter leurs propres racines, en particulier l’origine chrétienne qui forme le socle de la civilisation occidentale. Dans ces pays, tout précepte moral et identité traditionnelle sont niés – l’identité nationale, religieuse, culturelle et même de genre, sont niés ou relativisées. »

« Dans ces pays, l’administration traite (juridiquement) à égalité les familles avec de nombreux enfants et les duos homosexuels.

« Dans ces pays, la démesure et la licence du politiquement correct conduisent à examiner très sérieusement la légitimité des partis qui encouragent la propagande de la criminalité pédophile.

« Les gens de beaucoup d’États européens ont honte de leur appartenance religieuse et ont vraiment peur d’en parler. »

Poutine dit que la situation est devenue si outrancière dans la civilisation occidentale, que l’on enseigne à présent aux gens que « La foi en Dieu est égale à la foi en Satan ». Dire le contraire risquerait d’être incorrect politiquement : le grand délit de notre époque.

« Les fêtes et les célébrations chrétiennes sont abolies ou rebaptisées de manière neutre, comme si on était honteux de ces fêtes chrétiennes. On cache ainsi les valeurs morales plus profondes de ces célébrations.

« Et ces pays essaient d’imposer ce modèle aux autres pays, mondialement. Je suis profondément convaincu que c’est la voie directe vers l’avilissement et le retour à la barbarie de la civilisation. Cela fait s’aggraver la crise démographique et morale en Occident. Quelle meilleure preuve pourrait-il y avoir de la crise morale de la société humaine (occidentale), que la perte de son devoir de procréation ? »

L’Ouest ne peut survivre par la procréation

« Aujourd’hui, quasiment tous les pays occidentaux ‘développés’ ne peuvent pas survivre par la procréation, pas même avec l’aide des migrants.

« Sans les valeurs morales enracinées dans le christianisme et les autres religions du monde, sans les règles et les valeurs morales qui ont été établies et mises en valeur au cours des millénaires, les gens perdront inévitablement leur dignité humaine. »

Poutine est inébranlable quant à la détermination de la Russie à défendre les valeurs occidentales.

« Et nous pensons qu’il est juste et naturel de défendre et de préserver ces valeurs morales (chrétiennes). »

La tentative de créer un gouvernement mondial unique

Poutine a aussi évoqué la tentative de créer un gouvernement mondial qui ferait disparaître les États souverains – un aboutissement qui conduirait « à l’abandon de sa propre identité » et à la perte de la « diversité créée par Dieu ».

« À l’Ouest, en même temps que ce processus au niveau national, on observe au niveau international des tentatives visant à relativiser et supprimer les institutions de droit international et la souveraineté nationale, pour créer un modèle de monde unipolaire unifié.

« Dans ce genre de monde unifié et unipolaire, il n’y a pas de place pour les États souverains. Ce genre de monde n’a besoin que de vassaux.

« Du point de vue historique, ce genre de monde unipolaire impliquerait l’abandon de sa propre identité et de la diversité créée par Dieu. »

(l’exemple de la hongrie montre bien le combat actuel des deux visions du monde)

 

Le mondialisme

Le nationaliste Viktor Orban contre le mondialiste George Soros : les deux visages de la Hongrie face à la crise migratoire

Le premier ministre hongrois Viktor Orban l’avait directement accusé, vendredi dernier, d’encourager à dessein la crise migratoire (Soros Admits Involvement In Migrant Crisis: ‘National Borders Are The Obstacle’) Le milliardaire hongro-américain, Georges Soros, vient de répondre à l’agence Bloomberg Business que ses fondations philanthropiques ne faisaient que « défendre les valeurs européennes », sapées par la politique hongroise. Le premier ministre voit « la protection des frontières nationales comme un objectif et les réfugiés comme un obstacle », alors que lui-même voit exactement l’inverse.

C’est ça. Donc, Orban avait raison… Le mondialiste convaincu, filleul des Rothschild, persiste et signe.

Le hongrois Viktor Orban contre la politique d’immigration volontaire

Viktor Orban n’a pas mâché ses mots, vendredi, lors d’une conférence à Budapest : « L’Europe a été trahie : si nous ne défendons pas ses intérêts, le continent n’appartiendra plus aux citoyens qui vivent ici ».

Et trahie par qui ? Par « la gauche », par « des dirigeants qui n’ont jamais été élus » et par « des puissants financiers » aux plans bien définis, tous partisans d’un cosmopolitisme engagé et de tout « ce qui peut modifier le style de vie européen traditionnel ». Qu’on ne lui dise pas que les trapus services de renseignement européens n’avaient pas prévu l’afflux quotidien de milliers de réfugiés en Europe… c’est tout sauf « une coïncidence ».

Sans doute y a-t-il des passeurs qui entraînent cette invasion, mais il y a surtout « des militants (des droits de l’homme) qui soutiennent tout ce qui affaiblit l’État-nation ». Et « celui représente le mieux ce réseau militant est peut-être George Soros »…

La Hongrie contre le milliardaire – et mondialiste – George Soros

Le célèbre financier milliardaire américain est une cible à la fois justifiée et opportune, ce dernier étant né sur le sol hongrois, avant de faire sa fortune aux États-Unis. Président, aujourd’hui, de Soros Fund Management, basé à New York, qui a géré en 2012 la coquette somme de 25 milliards de dollars, il passe surtout pour l’un des plus grands philanthropes d’Europe de l’Est, grâce à ses universités et à ses fondations.

Alors que ce poulain favori des Rothschild est d’un progressisme avancé, aux premières loges dans le financement des événements de l’Euromaïdan en Ukraine ou encore des groupes radicaux d’extrême gauche aux États-Unis…

La réalité de demain doit changer l’Union européenne

Pour lui, c’est clair, la politique d’Orban empêche l’Union européenne de répondre efficacement au défi – il faut la contraindre : « Son plan, qui place les droits humains des demandeurs d’asile et des migrants sous la responsabilité des gardes-frontières, menace de diviser et de détruire l’Union européenne en la faisant renoncer aux valeurs sur lesquelles elle a été construite et viole les lois qui sont censées la gouverner. »

Son Open Society Foundation (OSF), qui a fait de la question des réfugiés un élément central de ses programmes, est là pour y remédier. Une petite visite sur le site de la fondation est tout-à-fait instructive : « Nous croyons que migration et d’asile politique doit être ancrée dans les réalités économiques et démographiques, et non motivée par des considérations politiques temporaires ou par les fausses idées populaires ».

En clair, l’Europe doit cesser de regarder égoïstement ses propres intérêts et de générer par là-même la panique, « parmi les demandeurs d’asile et le grand public »… Elle doit reconnaître qu’il faut mettre en place une nouvelle politique migratoire efficace et donc globalisante.

Crise migratoire : le plan de George Soros

A la fin du mois de septembre, George Soros avait proposé un plan en six points pour l’Europe :

Accueillir au moins un million de demandeurs d’asile par an, prenant en considération qu’il faudra réunir 15.000 € par demandeur d’asile pour chacune des deux premières années (logements, soins de santé, coûts d’éducation).

Mener un effort mondial pour aider la Turquie, le Liban et la Jordanie à obtenir un financement adéquat pour les quatre millions de réfugiés qui s’y trouvent. Les coûts annuels montant à 5.000 € par réfugié, Soros entrevoit un engagement européen annuel de 8 à 10 milliards d’euros.

Instaurer une agence européenne de la migration unique, et créer un seul corps de garde-frontières européen (remplaçant les 28 systèmes distincts qui fonctionnent actuellement de manière disparate).

Établir des voies sûres pour que les demandeurs d’asile puissent rejoindre facilement le pays européen de leur choix à partir de la Grèce et de l’Italie. « Si les demandeurs d’asile ont une chance raisonnable d’atteindre finalement l’Europe, ils seront beaucoup plus susceptibles de rester là où ils sont »… (on en doute !)

Instaurer grâce à ces dispositions opérationnelles et financières européennes, des « normes mondiales pour le traitement des demandeurs d’asile et des migrants »

Mobiliser le secteur privé, les ONG, les églises et les entreprises comme sponsors pour les réfugiés et les demandeurs d’asile.

Une circulation légale… globalisée

Le 5e point est capital. Il signifie la révision complète du système d’asile européen commun (RAEC) qui garantit dans une certaine mesure les droits des réfugiés en vertu du droit international – pas assez visiblement. Tout demandeur d’asile doit finalement devenir un réfugié, possédant le droit de se déplacer librement dans la zone européenne de Schengen.

C’est ce à quoi travaille, depuis 25 ans, l’Open Society de George Soros, du Royaume-Uni à la Finlande, de l’Italie à la Serbie : une circulation légale… globalisée.

En octobre, le ministre hongrois János Lázár avait condamné le plan Soros. Viktor Orban en a rajouté une couche. George Soros n’est peut-être pas un dirigeant, mais ouvrons les yeux : c’est une figure clé de l’élite mondialiste, dont les projets sont toujours un tant soit peu à venir.

Clémentine Jallais

Autre article


Interview de Viktor Orban à la radio Kossuth, au cours de l’émission « 180 minutes » du 3 juin 2016.

Viktor Orban vient de rentrer d’une visite officielle en Egypte, où il a rencontré son homologue le président Sissi et l’imam suprême sunnite, qu’il a invité pour une visite en Hongrie.

Viktor Orban explique sa vision de la relation que le monde chrétien devrait entretenir avec le monde musulman. Il souhaite une rencontre entre la civilisation musulmane et la civilisation chrétienne au lieu d’un choc des civilisations.

Orban reconnait la civilisation musulmane, dit qu’il ne faut pas comparer le musulman délinquant avec les imams hautement éduqués. Il faut arriver à faire vivre les différentes civilisations en paix, non pas en se mélangeant mais côte à côte, en se respectant. Selon Orban, un vrai chrétien ne peut pas être contre les musulmans. Le premier ministre hongrois dit également que si les musulmans n’avaient pas leur religion, il n’y aurait pas de civilisation chez eux mais du chaos et de la barbarie.

« À présent, ils vivent dans un monde qui obéit à leurs propres lois, à leur propre logique. Nous avons nos principes de vie, nous aussi. Nous respectons les leurs et nous attendons également d’eux qu’ils nous respectent à leur tour. »

Viktor Orban explique :

« C’est dans l’intérêt de l’Europe d’avoir une Egypte politiquement et militairement stable, et nous ferons tout notre possible pour que cela perdure.

La Syrie avait une population de 30 millions habitants, elle s’est effondrée et à présent nous arrivons à peine à supporter, en Europe, les conséquences de ce désastre.

L’Egypte a 90 millions d’habitants. Si elle devient instable et qu’ils partent vers l’Europe, nous n’arriverons plus du tout à faire face. »

C’est dans l’intérêt de l’Europe que l’Egypte arrive à la stabilité, sinon, rien ne résistera à ce courant qui l’inondera

Orban dit qu’il donne raison à l’imam qu’il a rencontré lors de son voyage. Il faut mettre de côté les préjugés habituels de l’UE, et se concentrer sur le gouvernement égyptien, … que le gouvernement, avec son Président et son armée, restent unis et qu’il subsiste une force en Egypte qui maintienne l’ordre public et l’unité du pays, et donner la possibilité à la population de vivre correctement.

Si cela n’est pas possible, le courant qui va inonder l’Europe sera trois fois plus fort que ce que l’Europe a enduré jusqu’à présent. Rien n’y résistera. C’est dans l’intérêt de l’Europe que l’Egypte arrive à la stabilité.

Orban fait un bref bilan de l’Egypte, qui a actuellement une armée unie, le président a été élu au suffrage universel, la constitution a été démocratiquement votée, … chaque pilier de la constitution a renforcé l’économie.

Il rappelle que chaque année, 2,6 millions de personnes naissent en Egypte, et qu’avec une telle taille de population, nourrir un peuple, lui donner du travail, un niveau de vie acceptable, un avenir, est une tâche très ardue, bien plus que ce que l’UE a l’habitude d’affronter.

Un nouveau contexte est apparu récemment concernant le flux migratoire : les « trafiquants-passeurs » ont mis le cap sur l’Egypte. L’Egypte sera-t-elle le prochain pays pour l’invasion de l’Europe ?

Il y a également un nouveau point d’engorgement migratoire en Irak.

Tout cela devrait amener l’UE à repenser sa politique extérieure.

« Dans les trois pays où nous nous sommes mêlés de la vie des gens, il y a eu un effondrement global, explique Orban. Nous avons causé le chaos en Irak, en Libye et en Syrie, et aucun de ces pays n’a plus de gouvernement fonctionnel capable de garantir l’ordre public, la justice, et de défendre la population … et du même coup de défendre l’Europe contre une invasion de migrants. »

La journaliste demande si l’Europe porte l’entière responsabilité d’avoir voulu les forcer à adopter nos valeurs, d’avoir voulu exporter notre démocratie.

Viktor Orban  : « Il est impossible de dire qui est responsable de cette dégradation de la situation, chaque camp met la responsabilité sur l’autre », mais précisant que son opinion n’engage pas d’autres chefs d’Etats de l’UE il ajoute : « le fait que l’UE ait voulu exporter la démocratie et sa culture est un délire total. »

Viktor Orban  : « Avoir voulu rendre les peuples d’une toute autre culture « heureux » avec les méthodes qui ont fait leurs preuves chez nous a totalement échoué et cela a engendré des conséquences très douloureuses pour l’Europe.

On ne peut pas exporter la démocratie, ni d’une manière pacifique, ni avec les armes. Il faut laisser chaque peuple bâtir son système politique et économique, selon sa propre culture. Nous pouvons avoir des échanges commerciaux, et collaborer mutuellement. C’est une meilleure politique que le ‘nous savons tout mieux que les autres’, ‘nous savons ce qu’est la démocratie’, ‘nous savons ce que sont les vrais droits de l’homme’, …. [il est délirant de vouloir] imposer de bâtir leurs sociétés, selon nos normes, alors qu’ils pensent d’une manière très différente ! Néanmoins, si nous continuons, encore et encore, à ‘mettre notre toit en feu au-dessus de notre tête’ nous n’en sortirons pas.

Actuellement, pour sortir de cette situation désastreuse, nous avons le choix entre 2 solutions… mais la vérité est que nous n’avons absolument plus le choix, nous sommes juste emportés par le flot des événements.

Pour obtenir une solution interne, nous pourrions soutenir inconditionnellement le gouvernement libyen, sans vouloir imposer nos valeurs démocratiques, nos conditions.

La journaliste demande : « L’UE fait déjà cela, non ? »

Viktor Orban  : « Non, parce que l’UE continue avec ses critiques ‘droits de l’hommistes’, avec des exigences, en posant des conditions, … comme désarmer l’armée libyenne. Alors que sans un équipement adéquat, il sera impossible que l’armée libyenne puisse maintenir l’ordre. Que cela plaise ou non à l’UE peu importe, il n’y a pas de solution de rechange : il faut armer, fortifier l’armée libyenne pour qu’elle puisse rétablir l’ordre et il faut que nous collaborions à cela, sinon il y aura des conséquences très douloureuses pour nous vu que la Libye est à la frontière de l’Europe.

La coalition occidentale pourrait également débarquer avec des forces militaires européennes et mettre de l’ordre, établir des camps de réfugiés, y refouler ceux qui débarquent en Europe et les maintenir sur place. Ainsi nous garantirions également notre sécurité.

Nous devrions financer tout cela et tout ça a un coût … mais un coût bien inférieur et des dégâts bien moindres que d’accepter des millions de migrants qui viendront, sans contrôle, sur les terres européennes.

Que ce soit la première ou la deuxième solution, l’UE en parle sans cesse, sans être capable d’arriver à une décision finale. »

Le premier ministre parle également du fait qu’il a rencontré la communauté copte, qui a été victime d’exactions.

« Ces gens étaient des employés agricoles, des ouvriers, des honnêtes gens qui ont subi un martyre. Chaque membre de cette communauté a perdu des membres de famille. La Hongrie fait beaucoup pour les chrétiens persécutés mais, contrairement aux habitudes occidentales, la Hongrie ne crie pas sur les toits ce qu’elle fait à ce sujet, elle aide discrètement les chrétiens persécutés, sans s’en vanter, … un peu partout où c’est nécessaire. »

Orban dit qu’il a toujours été dégoûté par l’attitude vantarde des Occidentaux qui amènent leurs aides avec beaucoup de publicité. « Nous avons des obligations morales envers les chrétiens du Monde et nous remplissons cette obligation ».

Puis la journaliste parle de la tension, quasi palpable, dans toute l’Europe, une sorte de « calme avant la tempête » !

Viktor Orban  : « Effectivement, il y a une tension qui augmente. Il y a une explication tactique à cela ; c’est le BREXIT. Nous ne devons pas nous mêler de cette décision qui appartient totalement aux anglais.

[…]

Il y a également un problème stratégique qui amène cette tension en Europe. Ceci provient de la structure de l’organisation de l’UE. Les dirigeants de l’UE se sont opposés à leurs populations. Nous pouvons tourner cette réalité dans n’importe quel sens, ruser, faire des variations sur la réalité, les explications sont inutiles, … c’est une réalité.

Les états occidentaux, avec leur politique migratoire, se sont opposés à leurs peuples respectifs et l’opposition à cette politique migratoire est de plus en plus grandissante. »

Orban dit qu’il est conscient du ras-le-bol des populations hongroises qui vivent près des camps pour migrants, et promet leur fermeture dès que cela deviendra possible, dans un avenir proche, car les lois sont durcies, le refoulement deviendra systématique. Ceci ne se passera pas sans l’agissement d’autres forces antagonistes.

Viktor Orban  : « George Soros est l’ennemi déclaré du gouvernement actuel de la Hongrie. Il soutient toute opposition qui cherche à renverser son gouvernement. Il est opposé à notre politique migratoire. Il finance des journalistes, des partis politiques, des bourses individuelles, des ONG … Il exige le démantèlement des barrières, la suppression des lois sur l’asile qu’il juge trop sévères, et veut faire reculer notre gouvernement. C’est typiquement la pensée socialiste. Soros pense que s’il met le paquet il arrivera à acheter les gens.

Source : mediaklikk.hu

La Hongrie ordonne à la banque Rothschild/FMI de quitter le pays

Note: Étrange quand même que ce soit uniquement les pays sans banques Rothschild qui aient des problèmes (dans le monde entier).

rothmain11La Hongrie, en 2013, a finalement pris le Fonds Monétaire International (FMI) à dégager de son pays.

La Hongrie, en 2013, a finalement pris le Fonds Monétaire International (FMI) à dégager de son pays. En Juillet, il a annoncé son intention de rembourser le FMI de sauvetage et pour elle ( FMI ), de quitter le bureau de Budapest. En Août de la même année, les pays d’europe Centrale a en effet organisé un paiement anticipé de l’emprunt.

Un gentil libellé de la lettre de Gyorgy Matolcsy, la tête de la Hongrie, de la Banque Centrale , a demandé au Directeur général, Christine Lagarde, du FMI ( Fond Miséreux International ), comme certains l’ont affectueusement surnommé, à proximité de l’office, comme il n’était pas nécessaire de la maintenir plus longtemps.

Le Premier Ministre, Viktor Orban, semblait désireux d’atténuer les mesures d’austérité et de prouver que le pays puisse s’en sortir seul. En fait, elle a lancé sa première émission en 2011, de l’emprunt global des marchés.

La Hongrie a emprunté 20 milliards d’euros de prêts pour éviter de devenir insolvable pendant la crise économique en 2008. Mais la dette débiteur relation n’a pas été la voile en douceur.

Beaucoup ont reproché au Premier Ministre de rendre une décision mal avisée afin de gagner une élection, qui a été fait en 2014. Il voulait également s’abstenir d’avoir trop d’étrangers sur les yeux sur leurs politiques économiques, que de nombreuses réformes ont été critiquées comme étant antidémocratique.

De payer le crédit de retour/début, a signifié à la Hongrie de sauvé €11,7 millions d’euros de frais d’intérêt, mais Gordan Bajnai, leader de l’alliance électorale E14-PM, a affirmé qu’ils avaient effectivement perdu44.86 millions d’euros en Mars 2014 en raison du remboursement anticipé que tout ce qu’ils faisaient était de remplacer le prêt de la Mafia Internationale de la Fédération (un autre surnom, nous parlons encore le FMI ici) avec un plus cher, à l’étiquetage de la cascade, comme de la Propagande .

Et ce qui fait encore des bêtises; un autre prêt à un taux d’intérêt élevé a été signé pour le financement d’un nucléaire de mise à niveau, ce qui signifie non seulement le plus élevé des remboursements, mais aussi des coûts de l’électricité. Mais ils ont de la souveraineté économique maintenant.

Beaucoup ont affirmé que le FMI AKA ‘Imposer la Misère et de la Famine, sont détenus par le groupe Rothschild, le plus grand groupe bancaire dans le monde, ayant leurs doigts dans presque chaque banque centrale dans le monde. Cela signifie que non seulement ils font de l’argent à des taux d’intérêt usuraires pour le malheur de s’effondrer l’économies, ils ont aussi littéralement les propres Gouvernements et les gens de pouvoir, je veux dire qu’ils ont beaucoup d’influence.

Échapper à la bancarisation est donc emblématique. L’Islande a rejoint la Hongrie, en 2014, lors du versement de ses 400 millions de dollars de prêts à l’avance de l’annexe, après l’effondrement du secteur bancaire en 2008 et la Russie, bien sûr, en s’inclinant vers le bas pour pas Western marionnettiste, libéré en 2005.

Le retour de ces trois pays à l’indépendance financière a été dit pour être la première fois qu’un pays Européen a résisté au FMI, depuis que l’Allemagne l’a effectué dans les années 1930. La Grèce est avec impatience d’essayer de faire les paiements, mais pas comme nous tous rester sur la touche de routage, à eux de s’en tenir à deux doigts jusqu’à l’International Mother Fucking.

Traduction Nicols Legros pour www.stopmensonges.com

Source : http://thenewyorkevening.com/index.php/2016/06/01/breaking-news-hungary-orders-rothschild-banks-leave-country/#

 

Arnaque de l'antiracisme (et de l'antifascisme)

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/15/31001-20160815ARTFIG00069-violence-anti-asiatique-o-sont-passes-les-antiracistes.php

Violence anti-asiatique : où sont passés les antiracistes ?

FIGAROVOX/HUMEUR – Dimanche 14 août à Aubervilliers, plusieurs milliers de personnes, dénonçant une violence anti-asiatique, ont rendu hommage à Zhang Chaolin, mort vendredi à la suite d’une agression dans la rue. Gilles-William Goldnadel s’étonne du silence des associations antiracistes.

Il est des dénis qui passent de plus en plus mal. Des dénis à présent difficiles à nier. Des dénis plus faciles à dénoncer. Et à démonter.

Il en est ainsi de la discrétion avec laquelle l’antiracisme subventionné traite le sort funeste de la communauté chinoise de Paris et de sa banlieue.

Il ne se passe plus un jour, sans que l’un de ses membres ne soit agressé par ce que l’on nomme génériquement «la racaille» lorsque la délinquance est issue de l’immigration.

La presse commence, enfin et un peu, à s’y intéresser. La chaîne de télévision M6 dans son excellent magazine «66 minutes» révèle qu’on recense chaque jour une vingtaine d’agressions de chinois dans la région parisienne.

Le 9 août, le Parisien consacrait un article dans lequel il était relaté qu’une bande de délinquants avait fait de ces attaques ciblées sa spécialité. L’un des courageux malfrats expliquait qu’il s’agissait «de cibles faciles»

Plus dramatique encore, le Figaro révélait le 13 août qu’un ouvrier chinois d’Aubervilliers âgé de 49 ans était mort cinq jours après avoir été violemment agressé par trois hommes dans une rue de cette ville de Seine-Saint-Denis.

Le maire communiste d’Aubervilliers reconnaissait un racisme ciblé.

Et pourtant, les organisations prétendument antiracistes subventionnées sont demeurées aux abonnés absents. Elles n’ont pas estimé devoir organiser de bruyants rassemblements. Aucun mouvement #Yellowlivesmatter à l’horizon lointain. Et le nom du cuisinier assassiné, Zeng Chaolin , demeurera quasi anonyme. Ni Traore, ni Oussekine.

La presse hexagonale n’en fait pas non plus bien grand cas. Un imam assassiné à des milliers de kilomètres aux États-Unis, pour des raisons encore inconnues l’intéresse davantage.

Pourtant, dans cette affaire, pas de spéculation intellectuelle à attendre ou à redouter. Il ne s’agissait pas d’un délinquant en délicatesse avec la police, fuyant un contrôle ou à l’intérieur d’une manifestation illégale et violente.

Rien de tout cela. Une agression délibérée. Ciblée et pour voler.

Comme je l’écrivais la semaine dernière: trop simple et indiscutable pour intéresser un monde médiatique idéologique précisément séduit par la spéculation polémique.

Il n’y aura pas non plus d’émeutes ou d’échauffourées. Pas le genre de notre communauté asiatique délibérément agressée. Une partie de l’explication de l’apathie médiatique habite sans doute dans cette non-violence qui passe à tort pour de la résignation.

Mais les plus profondes causes sont ailleurs et commencent à émerger. Ainsi, SOS-Racisme préfère toujours traquer l’islamophobie… après les massacres islamistes. Et la Ligue des Droits de l’Homme débusquer en vain judiciairement du racisme sous le burkini.

Comprenez bien: les dénis oui-oui professionnels ne peuvent s’intéresser au racisme supposé-quand il n’est pas espéré- que lorsqu’il émane de l’homme occidental détesté. Le seul racisme qu’ils peuvent même concevoir dans leur esprit littéralement borné. Raison pourquoi, le racisme anti blanc ou anti-chrétien a été longtemps nié et l’antisémitisme violent d’origine islamique pendant des années, obstinément occulté. Il en sera donc de même pour ce racisme anti-asiatique très spécifique.

Dans un ordre d’idées très voisin, le même déni existe dans la manière dont le CIO-ou les médias-refuse de sévir lorsque des athlètes concourent voilées ou qu’un judoka islamique refuse de serrer la main de son adversaire judaïque à raison de sa nationalité et en violation flagrante de la lettre et de l’esprit des charte et règlement olympiques.

Il en est de même lorsque nos ministres de l’intérieur et du logement, dans uncommuniqué du 1er août révélée par le Figarovox occultent le caractère délibérément illégal de la présence forcée d’immigrants sans-papiers sur le territoire de la république et décident de l’organiser. Certes, cela ne changera strictement rien à la triste situation existante. Mais lorsque les thuriféraires vibrionnant de l’État de droit mythique descendent encore d’un barreau, l’échelle de la résignation et de la soumission, le déni de la loi n’est pas loin du délit.

C’est donc dans ce contexte de négation de la réalité, que notre France Culture, a posé le 13 du mois cette question inspirée: «la société française bascule-t-elle à l’extrême droite?» J’ai évidemment trop de respect obséquieux pour notre radio nationale de service public pour oser lui demander si elle n’avait pas par hasard obliqué de la gauche vers son extrême. Il faut dire que cette thématique orientée de notre antenne radiophonique n’a fait que reprendre l’antienne socialiste que cette semaine a entonné désespérément M. Cambadélis.

Celui-ci a en effet reproché à Nicolas Sarkozy de «tutoyer» de plus en plus le Front National. De la part d’un ancien trotskiste à tu et à toi avec les communistes, en ce compris électoralement, la grosse ficelle est usée jusqu’à la corde avec laquelle les antifascistes et antiracistes d’opérette pourront bientôt se pendre.

Car oui, le dévoilement de la réalité est aujourd’hui tel, que les dénis oui -oui peuvent à présent être démasqués sans que ceux qui les démasquent se retrouvent expédiés dans un goulag moral.

N’en déplaise à tous les antiracistes subventionnés, à la gauche morale démoralisée et à toutes les radios actives cultivées.

Autre article:

Source: http://www.mondialisation.ca/le-mouvement-nuit-debout-empeche-la-creation-dun-nouveau-monde/5524903

Un facteur central de la stratégie impérialiste contemporaine implique la création de mouvements « anti-capitalistes » portés par la jeunesse qui servent la mondialisation plutôt que la défier. De tels contre-mouvements reçoivent fréquemment les accolades enthousiastes d’intellectuels gauchistes « radicaux » qui, à travers un amalgame d’orgueil et d’ignorance, accordent l’adoubement à une forme de dissidence en fait conçue pour exacerber les injustices du statu quo.

Un article collectif publié dans le journal Le Monde et intitulé Nuit Debout contribue à la création d’un autre monde, affirme que le mouvement social actuel français, qui prétend s’être formé par opposition à des réformes du droit du travail nuisibles aux intérêts de la classe laborieuse, est l’amorce d’une chose d’une grande ampleur. L’article, curieusement affublé d’un autre titre dans sa version en ligne, est co-signé par plusieurs intellectuels dont les Trotskyistes Tariq Ali et Tony Negri. Donc, quelle est la nature de cette transformation sociale prétendument mise en œuvre par ce nouveau mouvement social ?

L’article du collectif plaide que le Front National d’extrême droite joue la carte anti-système tout en refusant de défier la « loi du marché ». Penchons-nous un peu sur ces allégations. Bien qu’il soit assurément vrai que le Front National est un parti de menteurs et de tricheurs qui misent sur le désespoir de la classe laborieuse dans leur quête de pouvoir, – cela a toujours fait partie de leur histoire et de leur mode opératoire – il est inexact de suggérer que le Front National prenne toujours publiquement la défense de politiques propices à l’expansion du capitalisme.

Il reviendra à l’esprit des auteurs qu’alors que les terroristes d’al-Qaeda soutenus par les monarchies du Golfe Persique ainsi que par Israël et par l’OTAN décapitaient et lynchaient les Noirs libyens dans les rues de Benghazi en 2011, la tête de file de la « gauche » anti-mondialiste, Jean-Luc Mélenchon, est apparu à la télévision française défendre la campagne de bombardements français en appui aux escadrons de la mort, tandis que Marine Le Pen, la dirigeante du Front National, avait dénoncé cette intervention.

Marine Le Pen a décrit l’emprise française sur la finance africaine sous la forme du FCFA (Franc des Colonies Françaises d’Afrique) comme une « tragédie » pour les Africains, et elle s’est engagée à abolir ce système financier néocolonial ; tandis que Jean-Luc Mélenchon a constamment préféré éviter le sujet. Il est facile de voir pourquoi une proportion de gens des classes laborieuses préfère ladite extrême-droite, à ladite extrême gauche. Soyons clairs : aucun des deux candidats précités ne sert les intérêts des classes laborieuses. Mais il est possible de pardonner leur confusion dans leur choix pour décider lequel des deux représente l’extrême droite.

Mais qu’en est-il des intellectuels « anti-capitalistes » de Nuit Debout ? Les auteurs ont-ils pris la défense du Président Laurent Gbagbo de la République de Côte d’Ivoire en 2010, quand l’impérialisme français et sa « loi du marché » ont attaqué son peuple avec des escadrons de la mort après qu’il ait entrepris de mettre un terme à l’esclavage financier de l’Afrique sous le joug du système monétaire du FCFA ? Que nenni. Nous pouvons distinguer les contours d’une idéologie gauchiste curieusement similaire au système qu’elle prétend combattre.

L’impérialisme a été défini par Lénine comme le capitalisme monopolistique, ou le dernier stade du capitalisme. Le capitalisme monopolistique décadent procède par l’accélération de l’accumulation primaire ; c’est à dire, en volant et en pillant, et en envahissant et en bombardant de nouveaux territoires, de nouvelles nations et de nouveaux continents. La guerre est essentielle à la prolongation du mode de production capitaliste. C’est une loi élémentaire de l’économie politique capitaliste, de la « loi du marché » qui ne semble pas avoir été saisie par ces intellectuels enthousiasmés par Nuit Debout. Ces guerres se sont perpétuées pendant longtemps, mais elles se sont accélérées depuis la crise financière de 2008.

Soutenir la révolution bolivarienne et tous ses adversaires

Les auteurs proclament que le « néo-libéralisme » a été assailli de plusieurs façons depuis la chute du Mur de Berlin. Ils font les louanges du virage à gauche de l’Amérique Latine, illustré par la Révolution Bolivarienne. Ils mentionnent également le Printemps Arabe de 2011. Mais les auteurs ne parviennent pas à démontrer comment une révolution populaire, de gauche et venant de la base au Venezuela, qui a défié le Consensus de Washington et apporté un haut degré de progrès social et de démocratie, peut ressembler à des putschs ochlocratiques fabriqués par les USA en Tunisie et en Égypte suivis par des guerres impérialistes d’agression et de génocide en Libye et en Syrie – criminellement déguisées en interventions humanitaires et en révolutions.

Ces intellectuels échouent tout autant à expliquer comment ils parviennent à soutenir le Printemps Arabe tout en chantant les louanges de l’ancien Président du Venezuela, Hugo Chávez, qui entretenait des liens étroits avec Mouammar Kadhafi et Bachar el-Assad, et qui avait dénoncé le Printemps Arabe pour ce qu’il était en réalité : une série de coups d’État néocoloniaux d’extrême droite contrôlés par des agences étasuniennes contre le développement du Tiers-Monde.

Ces coups d’État appuyés par les USA ont été, comme l’a confirmé l’ancienne Secrétaire d’État US Condoleeza Rice dans ses mémoires, le fruit de la tentative par l’ancien Président US George W. Bush de « démocratiser » et remodeler le Moyen-Orient. Quiconque a soutenu le Printemps Arabe soutient donc l’impérialisme US.

L’accession au pouvoir des Frères Musulmans d’ultra-droite en Tunisie et en Égypte n’était pas due à l’échec de ce que les auteurs attestent avoir été des révolutions « anti-néolibérales », mais plutôt à leur réussite. La Banque Mondiale, ainsi que des analystes politiques d’élite, se sont souvent lamentés de la nature fermée de l’économie tunisienne, tout comme de la manière dont Ben Ali favorisait la bourgeoisie nationale aux dépens des compradors au service d’investisseurs étrangers. La rémanence persistante d’un militantisme syndical dans le style français en Tunisie est une autre raison qui a mené les analystes politiques d’élite du Financial Times à dire de la révolution tunisienne qu’elle était « inachevée ».

Bien que ce soit peu reconnu, le « Fonds de Solidarité National » de Ben Ali en avait presque autant fait que les politiques de Hugo Chávez pour réduire la pauvreté ; le modèle tunisien était sur le point d’être adopté par les Nations Unies dans son programme mondial contre la pauvreté – une politique qui aurait sans doute fait que des milliers d’ONG douteuses auraient dû mettre la clé sous la porte. Le Fonds de Solidarité National fut immédiatement aboli par les « révolutionnaires » du Printemps Arabe.

Dans la révolution égyptienne, les travailleurs y ont aussi perdu. L’une des premières mesures appliquées par les adeptes du Printemps Arabe au Caire aurait recueilli l’approbation de la Ministre du Travail française, Mme. El Khomri : ils ont réformé les lois du travail de sorte que les employés ne touchent plus leur salaire s’ils se mettent en grève, et que les patrons n’aient plus à les payer quand la production s’arrête par manque de commandes. Rien de mieux qu’une révolution fomentée par la CIA pour défier la « loi du marché » !

Pour ce qui est des autres pays du virage à gauche latino-américain, le Brésil a fait l’expérience d’un début de Printemps Arabe en 2013 pendant la « Révolution de Vinaigre » – une autre tentative de coup d’État par flash-mobs interposés, menée par des ONG et dirigée par les USA avec pour objectif de renverser un pays qui se rapprochait de la Russie et de la Chine. Quand à eux, tous ces auteurs anti-mondialistes avaient aussi soutenu cette révolution – tant qu’elle était confortablement revêtue d’un déguisement d’ultra-gauche.

Loin d’avoir été un soulèvement contre le néolibéralisme, le Printemps Arabe était une affaire d’expansion et d’approfondissement de l’emprise du capitalisme financier sur les pays en développement, à travers l’éruption d’un chaos « révolutionnaire ». Cette stratégie géopolitique a connu un succès stupéfiant et n’aurait pas pu réussir sans l’adhésion exubérante de l’infanterie prétentieuse et complètement délirante d’universitaires gauchistes, dont l’ignorance de la politique étrangère US et de la géopolitique dégoulinent sans cesse de leurs contributions écrites et orales aux non-débats politiques des médias grand public. Le philosophe marxiste français Michel Clouscard avait souligné, au cours des événements de 1968, que le capitalisme avait viré à gauche au niveau de la culture politique mais à droite au niveau socio-économique. Clouscard était le seul philosophe à comprendre entièrement et à théoriser les conséquences de ce paradoxe.

Les auteurs font la louange du mouvement anti-mondialiste parce qu’il défie le néolibéralisme, et en même temps ils reconnaissent que c’est un échec total. Ils ne comprennent pas que ces mouvements anti-mondialistes sont conçus pour échouer ; c’est pourquoi des capitaines de la finance les subventionnent copieusement !

Les auteurs concèdent que le mouvement Nuit Debout est principalement blanc et issu des classes moyennes, et qu’il a échoué à attirer des gens provenant de pays post-coloniaux et/ou qui viennent du militantisme de la classe laborieuse. Citant le philosophe italien Antonio Gramsci, ils avancent que ces problèmes sont en cours de discussion parmi les « intellectuels organiques » de la Place de la République, et que par conséquent ils n’ont besoin d’aucune aide de la part des intellectuels traditionnels de l’intelligentsia – encore une aberration monumentale.

Ayant interviewé des douzaines de personnes du mouvement Nuit Debout et écouté de nombreux débats, je peux sans conteste affirmer qu’il y en a peu là-bas qui comprennent le capitalisme contemporain. Les activistes du mouvement Nuit Debout ne correspondent certainement pas à la conception de l’intellectuel organique de Gramsci.

Au contraire, des personnes comme Kémi Seba, un intellectuel français d’origine béninoise ou le rappeur Mathias Cardet, dont le nouveau livre expose l’idéologie réactionnaire et capitaliste du rap contemporain ; ou les monologues en vidéo de l’Algérien Aldo Sterone commentant les problèmes de la jeunesse maghrébine en Europe – ces voix des exclus, du prolétariat post-colonial sont, mutatis mutandis, beaucoup plus proches de la notion de l’intellectuel organique de Gramsci que les activistes de Nuit Debout.

Hélas, si de tels auteurs essayaient de parler au mouvement Nuit Debout, ils seraient probablement escortés hors de la place sous la contrainte, labellisés de « fascistes ». Le problème, par conséquent, ne se situe pas entre intellectuels organiques et traditionnels, mais plutôt dans l’occupation de l’espace académique et populaire par des pseudo-intellectuels pour celui-ci, en face d’une jeunesse désorientée et manipulée pour celui-là – et ce, au détriment dans les deux cas de ceux qui s’emploient à ériger la théorie sociale et l’action politique positive sur les fondations concrètes d’une analyse basée sur les rapports de classes. Si la classe laborieuse et les minorités ethniques de France ne s’intéressent pas à Nuit Debout, c’est parce qu’ils comprennent l’internationalisme néocolonial, raciste et bidon de l’idéologie gauchiste petit-bourgeois ; ils ne sont pas dupes !

Les auteurs redoutent que le mouvement soit submergé par des forces « réactionnaires ». Font-ils référence à ceux qui manifestent contre les guerres fascistes de l’OTAN et les mensonges médiatiques utilisés pour les justifier ? Beaucoup de « Nuit-Deboutistes » croient que les authentiques activistes anti-guerre sont, vous l’avez deviné, des fascistes ! Et l’un des gourous du mouvement, Frédéric Lordon, a pris la défense de la police de la pensée des fascistes antifascistes se nommant eux-mêmes : les « Antifas » !

Le problème n’est pas comment des mouvements sui generis sont repris par des forces réactionnaires, mais plutôt comment des forces réactionnaires du complexe militaire, industriel, médiatique et du renseignement de l’impérialisme préemptent la résistance organique de la base à travers la création de contre-mouvements et de sous-cultures qui trompent, leurrent, démoralisent, découragent, divisent et défont tous les efforts entrepris pour briser le pouvoir du capital sur le travail, de la minorité sur la majorité. Quand l’intelligentsia organique occupera un espace public, produira une analyse concrète des classes et aura expulsé les réactionnaires gauchistes et bourgeois de nos universités, notre jeunesse pourra dormir la nuit et faire la révolution pendant la journée !

Gearóid Ó Colmáin

Citation: « Avec Nuit Debout, le sommet du capitalisme se fait passer pour le sommet de l’anticapitalisme »

Autre article:

Une pétition rédigée pour « l’abolition » d’un cours de poésie ne présentant que des auteurs blancs

En France l’antiracisme devient fou. Aussi vraie que soit cette proposition, elle est inexacte car incomplète. En Occident l’antiracisme devient fou. Voilà une assertion infiniment plus juste.

A Yale, université américaine des plus prestigieuses, une pétition lancée il y a quelques jours par des étudiants, demande de “décoloniser le programme de littérature”. Autrement dit, les auteurs blancs doivent laisser la place aux auteurs noirs.

La première année d’étude de littérature est consacrée aux auteurs classiques anglo-saxons. Auteurs qui sont pour l’essentiel…blancs. On pourrait revenir sur une certaine idée de la pâleur de peau des anglais des XVII et XVIIIe siècles mais je préférerais ici rappeler l’Histoire en indiquant que, d’une part à l’époque des auteurs classiques (l’époque classique s’étend du XIe au XVIIIe siècles) l’Angleterre n’était pas encore la grande puissance coloniale qu’elle sera et, d’autre part, ceux qui deviendront des auteurs classiques étaient des érudits (plutôt blancs donc). Et pour la blague (qui n’en est pas tant une) j’ajouterai que des Vikings-Normands noirs ne courraient pas les rues aux XIe ou XIIe siècles (coucou la LICRA !).

Pour les pétitionnaires il est « inadmissible qu’un étudiant de Yale voulant étudier la littérature anglaise ne lise que des auteurs blancs ». Toutefois, leurs arguments vont plus loin : « Les élèves demandent l’abolition de l’étude des auteurs anglais majeurs, pour inclure des littératures en rapport avec le genre, la race, le capacitisme et l’ethnicité». «Une année passée autour d’une table de séminaire où les contributions littéraires des femmes, des personnes de couleur, des queer sont absentes blesse tous les étudiants, peu importe leur identité». Pour la traduction: Queer = transgenre et capacitisme = handicapé.

Ainsi, selon leur pétition, on ne devrait pas retenir, étudier des auteurs selon leur génie mais selon leur race, leur sexe, et leur ethnie. Et pour peu qu’ils soient noirs et transgenre c’est le top !

Ne doit-on pas voir dans cette pétition le racisme le plus primaire ? En effet, si l’on ne juge un auteur que par sa couleur de peau ou son orientation sexuelle au lieu de le faire sur son talent, n’est-ce pas du racisme ? Ca l’est ! Le plus primaire, le plus violent, le plus dangereux ! (La LICRA vous êtes toujours là ?)

Mais pour ces étudiants- les enseignants sont en grande majorité opposés à cette pétition- de cette prestigieuse université la race vaut mieux que le génie. Tournons la phrase autrement pour lui donner plus de saveur : pour cette élite, pour ces futurs philosophes, enseignants et personnels politiques la race doit être prépondérante au génie, au talent !

Le mouvement n’est pas nouveau. Depuis quarante ans il y a régulièrement des pétitions et des prises de position violentes à l’encontre des auteurs classiques dans cette université. Mais, ce mouvement, touchant l’Europe depuis une décennie, s’emballe. L’objectif est de détruire la culture « blanche » (selon le terme de la pétition) pour la remplacer par celle de minorités. Or nous le savons, la déculturation d’une civilisation mène à sa perte !

Et cette perte là, ce sacrifice ultime, nos élites le désire, l’appelle de leurs vœux.

Cette auto-flagellation a assez durée. Retrouvons notre culture ! Retrouvons nos classiques ! Et rappelons que le talent n’est pas affaire de race. Je ne me forcerai jamais à lire un auteur sans talent pour la simple raison qu’il soit blanc ou noir.

Autre article:

Grande-Bretagne : Un syndicat d’étudiants afro-orientaux exige que les « philosophes blancs » ne soient plus étudiés

BREIZATAO – ETREBROADEL (10/01/2017) Un syndicat étudiant de la prestigieuse université de Londres a formellement demandé le retrait du cursus de l’étude de philosophes comme Platon, Descartes ou Kant. Motif ? Ils sont Blancs.

The Telegraph (source) :

Le syndicat actif au sein de l’Ecole des Etudes Orientales et Africaines affiliée à l’université évoque la nécessité d’intégrer dans les cours de philosophie « une majorité de philosophes » originaires d’Afrique ou d’Asie. L’organisation syndicale a indiqué que cette demande participait d’une campagne plus large pour« décoloniser » l’université britannique car il recherche à « confronter l’héritage structurel et épistémologique de l’héritage colonialiste ».

L’article poursuit :

L’organisation étudiante de l’école a encore affirmé que « décoloniser l’université » et « combattre l’institution blanche » qu’elle représente était une de ses « priorités pour l’année universitaire en cours. Le syndicat a enfin ajouté que les« philosophes blancs » ne devaient être étudiés « que si nécessaire », ajoutant que leurs travaux devrait être seulement enseigné d’un « point de vue critique ».

En somme, enseigner la culture occidentale dans l’université anglaise – en attendant celle d’autres pays – est devenu une forme de « colonialisme » selon les masses allogènes qui, précisément, colonisent l’Europe.

Ces demandes participent de plus en plus clairement d’une volonté politique assumée de la part d’organisations ethno-communautaires immigrées – notamment islamiques – d’instituer un racisme anti-blanc officiel dans tous les pays occidentaux.

En frappant l’université, ces organisations allogènes entendent embrigader ou soumettre les futures élites de ce pays.

Autre:

Miss Helsinki victime du « vivre ensemble » obligatoire !

Empêtrés dans leur antiracisme de pacotille, les « vivre-ensemblistes » européens sont en passe d’aboutir à l’effet inverse de celui recherché.

Avec l’élection de Miss Helsinki, les Finlandais ont découvert les joies surnaturelles de l’idéologie du « vivre ensemble ». Comme chacun pourra le constater en cliquant sur ce lien, l’heureuse élue est, de loin, la moins jolie des concurrentes… Et même de très loin. Pas l’air mauvaise fille, mais disons plutôt prédestinée à une carrière de doublure lumière. Un physique de radio… Ou top model pour voile intégral. Bref, les débouchés sont nombreux.

Pour les membres du jury, adeptes sans aucun doute du métissage de gré ou de force, la couleur noire de la candidate Sephora Ikalaba a représenté l’atout suprême, le canon de beauté absolu à côté duquel il ne restait plus aux autres créatures qu’une seule option : aller se présenter au concours de Miss Ouagadougou.

Cela dit en passant, et sans vouloir offusquer ces messieurs-dames de la sainte LICRA, si Sephora est censément l’une des plus jolies représentantes des jeunes filles d’origine africaine vivant en Finlande, la question se pose de savoir à quoi peuvent bien ressembler les non-sélectionnées ? On en frémit. On préfère ne pas y penser. On évite le sujet… Ouh la la… Non. Disons, pour ne vexer personne, qu’il n’y avait en Finlande qu’une seule citoyenne de couleur, et pas de bol… c’était Sephora. Partant de là, le « Grand Remplacement » est remis à une date ultérieure. Le mâle reproducteur inspiré par Miss Helsinki se fait rare dans le pays.

Certains se cachent, d’autres émigrent…

Face à un jury africain aussi bête que le jury finlandais, une candidate blanche avec un bec-de-lièvre et une jambe de bois a toutes ses chances de monter sur le podium. Se voir bombarder reine de beauté.

Empêtrés dans leur antiracisme de pacotille, les « vivre-ensemblistes » européens perdent la tête et sont en passe d’aboutir à l’effet inverse de celui recherché. Le trucage idéologique agit, ici, comme un repoussoir auprès du public. Ce genre d’opération déroule le tapis rouge à ces partis populistes qu’ils exècrent. Leur bêtise les tuera.

Est-il bien nécessaire de rappeler que choisir un personnage sur des critères de couleur de peau est un comportement objectivement raciste ? Faut-il répéter jusqu’à l’épuisement que le génie musical de Stevie Wonder n’a rien à voir avec sa coupe de cheveux ? Les bourrins qui composaient le jury d’Helsinki causent un grand tort aux Noirs. Par ces méthodes, ils les infantilisent. Les font passer pour des gens qu’on est obligé d’imposer, tant leurs qualités feraient défaut. C’est épouvantable. « Nauséabond », comme ils disent. Tiens… Ils nous rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire… Le temps où l’être parfait devait être blanc. Aryen, blondinet… Le contraire relève de la même démarche et ils ne s’en aperçoivent même pas… Leur bêtise les tuera, vous dis-je…

Machiavelisme cosmopolite

27/10/2016 – 16H00 Paris (Breizh-info.com) – Les journalistes qui l’ont évoqué ont-ils seulement lu dans son intégralité l’ouvrage de Patrick Buisson « la cause du peuple » ? A en lire les comptes-rendus effectués, on peut en douter tant les articles n’abordent jamais le fond de l’ouvrage (ce que nous ferons prochainement dans notre chronique dédiée).

Une anecdote mérite toutefois que l’on s’y penche ; à la page 186, dans le chapitre intitulé « j’attendais Gramsci, ce fut Kouchner » Patrick Buisson évoque la volonté de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, de mettre en place une forme de « discrimination positive » – réforme qui – selon le « comité Veil » aurait été inconstitutionnelle.

Devant cette fin de non recevoir, Nicolas Sarkozy réunit alors ses conseillers et, selon Patrick Buisson, leur dit (page 186) : « hé bien ils vont voir ce qu’ils vont voir… Je vais faire de la promotion sociale à outrance, non pas sur des critères ethniques, mais sociaux. Cela revient au même  il y’a beaucoup de bronzés parmi les défavorisés. Je veux retrouver ma posture de campagne qui était antiélitiste et même populiste, je veux les faire rentrer dans les écoles, les administrations, les assemblées ».

img_0928

Un président de la République qui nomme les extra-européens – puisque c’est à eux dont il est fait allusion – « les bronzés », cela peut surprendre.  Mais au final pas tellement, tant on se rend compte en parcourant le livre que la question « ethnique » ou « raciale »  tout comme une certaine vulgarité semble préoccuper le couple Sarkozy. Ainsi, page 182, Patrick Buisson fait état d’une discussion du 26 avril 2008, lors d’un dîner avec Carla Bruni, Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner, Christine Okrent, Jean Reno et sa compagne.

A propos d’une discussion évoquant le film « bienvenue chez les Ch’tis », Carla Bruni lâche, selon Patrick Buisson : « heureusement qu’ils ont dans le coeur le soleil qu’ils n’ont pas dehors ». Ce dernier raconte ensuite : « habituée à être le centre du motif, l’épouse du président crut devoir enrichir sa contribution au débat : si les Français en général manifestaient une déplorable et fâcheuse tendance à l’entre-soi et au repliement frileux, c’était le huis clos de l’endogamie qu’il fallait, d’après elle, incriminer, ce « vieux sang pourri » qui ne se renouvelait pas et, pis encore, refusait de se renouveler. La régénération viendrait de l’apport de sang neuf des populations immigrées, évidence dont il ne fallait pas douter et que l’on devait acclimater, à toute force, dans la tête du retardé global qu’était le prolétaire hexagonal. »

bruni1

La fascination de Carla Bruni pour « l’autre » est encore évoquée une page plus loin (page 182), dans la même soirée, lors d’une conversation que rapporte Patrick Buisson « Ainsi Carla Bruni, passionnée d’anatomie, en tenait pour un implacable déterminisme. Lequel expliquait, à l’en croire, l’écrasante supériorité des Noirs dans la plupart des sports à l’exception de la natation en raison de « la trop grande masse musculaire des Africains par rapport à leur masse graisseuse qui, censément, leur empêchait d’être aussi performants que dans les autres disciplines ».

Une déclaration que ne peut pas supporter Bernard Kouchner qui enfonce le clou : « les Africains n’ont pas de piscine ! Donnez leur des infrastructures et ils dépasseront les Blancs ! Regardez les performances de Jesse Owens en 1936 ! Depuis, les Noirs raflent tout ». Et Patrick Buisson de poursuivre le récit de la soirée : « pour un peu, le French doctor aurait volontiers retourné au profit des blacks le mot que Paul Valéry appliquait aux Européens au début du siècle dernier : « supérieurs en tout »».

bruni2

Des propos qui, dans un contexte de racisme inversé (puisqu’il est évoqué la supériorité d’une race par rapport à une autre) auraient suscité un raz de marée médiatique dont il n’a pas été question jusqu’ici, personne n’ayant relevé ces passages du livre de Patrick Buisson au sujet du comportement de l’ancien couple présidentiel, dont le mari, Nicolas Sarkozy, prétend à nouveau aujourd’hui diriger la France.

Pas sûr que François Hollande se réjouisse d’avoir le soutien de l’ancien chef de l’Etat en cas de second tour face à Marine Le Pen, comme fraichement annoncé par Nicolas Sarkozy.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Inversion accusatoire et manipulation victimaire

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/02/31001-20160802ARTFIG00201-affaire-traoreinversion-accusatoire-et-manipulation-victimaire.php

Note: Je pense personnellement que la mort de cette personne est une tragédie, et qu’il est possible que ce soit vraiment un meurtre de la police, mais il y a du vrai dans cet article, de façon générale, et pas qu’au sein s’une seule communauté.

FIGAROVOX/ANALYSE – Après la mort d’Adama Traoré dans l’Oise, le New York Times a expliqué que les violences policières raciales avaient aussi cours en France. Pour Eloïse Lenesley, ce discours confine à l’absurde alors que dans ces territoires, l’Etat capitule face au désordre.

Eloïse Lenesley est journaliste. Elle collabore notamment à Causeur.

Près d’une semaine de violences nocturnes, émaillées d’incendies de voitures et d’agressions au tir de mortier ou de chevrotine contre les autorités, auront suivi la mort d’Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise. Rappel des faits: le 19 juillet dernier, cet homme de 24 ans, déjà bien connu des services de police, s’enfuit pour esquiver un contrôle d’identité lors de l’arrestation de son frère, dans le cadre d’une enquête sur une extorsion de fonds.
Rattrapé et menotté, il parvient à nouveau à s’échapper et se réfugie dans un appartement alentour, selon les informations deFranceTVinfo et de Libération. «Il venait de sortir de prison il y a peu de temps. Il ne voulait pas y retourner», expliquera plus tard l’un de ses amis. Là, il est interpellé par trois gendarmes: «Il a pris le poids de nos corps à tous les trois», notent-ils dans le procès-verbal, en précisant toutefois avoir «employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser». Car Traoré, qui pratique la musculation, est en outre parvenu à se débarrasser de ses menottes et se débat. «J’étais sur ses jambes. Mes deux autres collègues contrôlaient chacun un bras», relate un gendarme. Très essoufflé, il est pris d’un malaise dans le fourgon qui le conduit à la gendarmerie tout près. Les secours ne parviendront pas à la ranimer.
Aussitôt, sa sœur Hassa dénonce rien de moins qu’un «assassinat» sur BFMTV: «Ils l’ont tué, ils ont camouflé le meurtre. (…) Mon autre frère est encore en garde à vue avec sa copine, ils ont vu mon frère se faire frapper à la tête. Ça fait longtemps qu’ils sont après Adama et ils l’ont eu». De quoi embraser illico la commune entière. «On veut voir le corps avant l’autopsie!» exigent les jeunes émeutiers, comme si tout leur était dû. Mais voilà: l’autopsie en question, de même que la contre-autopsie, ne constatent aucune trace de violence significative et concluent à la mort par asphyxie. En revanche, seule la première expertise fait état de «lésions d’allure infectieuse» sur plusieurs organes. Mais «l’explication de la cause du décès ne pourra être apportée qu’avec l’ensemble des analyses – bactériologie, toxicologie, anatomopathologie – dans le courant du mois d’août», insiste Yves Jannier, le procureur de la République de Pontoise. Les résultats des prélèvements sur le cœur révèlent déjà «un ensemble de lésions compatibles avec une cardo-myopathie hypertrophique qui est potentiellement la cause directe de la mort».
Difficile désormais, pour les proches de Traoré, de soutenir la théorie des coups qui lui auraient été fatals. Ils se tournent donc vers l’hypothèse d’une «compression thoracique» qui aurait été effectuée par les gendarmes, provoquant l’asphyxie. «La famille d’Adama Traoré va déposer une plainte pour violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner», a indiqué au journal Le Monde Me Yassine Bouzrou. «Nous allons faire une demande de dépaysement, compte tenu du fait que le procureur communique des éléments contraires aux constatations», ajoute-t-il, critiquant son mutisme au sujet du «syndrome asphyxique» mentionné dans les rapports. «Je ne communique que pour fixer un certain nombre de points par rapport à des informations qui circulent», rétorque celui-ci.
Ils réclament justice, ils veulent la vérité. La vérité ou leur vérité? À les entendre, il y a forcément bavure, dissimulation. Voire complot, si l’on s’en tient aux propos de la sœur, mais aussi du frère: «Je suis persuadé qu’ils avaient mis un contrat sur sa tête». L’inversion accusatoire, tapis rouge de la manipulation victimaire qui absout les minorités de toute faute, balise l’écho médiatique. Traoré est un «symbole», décrète l’avocate de la famille. Il «rappelle l’actualité récente aux États-Unis», affirme la tribune d’un collectif dans Libération, qui soulève la problématique «raciale» du dossier: «Il existe en France une police, des gendarmes, qui utilisent de manière disproportionnée la violence». Comme par hasard, le New York Times pond dans la foulée un éditorial au vitriol, intitulé «Black Lives Matters in France, too», en référence au mouvement outre-Atlantique pointant les brutalités policières contre les Afro-américains. «La culture de l’impunité, bien ancrée chez les policiers, mène à des abus d’autorité sur les minorités», prétend le célèbre quotidien américain, pas vraiment au parfum des zones
de non-droit qui se développent en France, ni de l’impuissance des pouvoirs publics paralysés par l’angoisse du moindre dérapage sécuritaire qui mettrait le feu aux poudres – preuve éclatante en fut donnée durant l’épisode Nuit Debout et manifs anti-loi Travail, où les casseurs purent donner libre cours à leurs pulsions destructrices. On garde le meilleur pour la fin: «Daech a montré qu’il est en mesure d’exploiter les sentiments de colère et de l’aliénation à des fins meurtrières. (…) Maintenant, plus que jamais, la police doit rétablir la confiance avec les communautés minoritaires, en démontrant son respect des droits de tous les citoyens français, quelles que soient leur foi ou leur couleur, et qu’une application impartiale de la justice ne fait aucune exception pour la police». En somme, les forces de l’ordre devraient éviter d’importuner les délinquants issus de la diversité pour ne pas risquer d’accroître les dissensions ethno-religieuses qui délitent la cohésion nationale, parce que c’est ce que recherchent, paraît-il, les terroristes. Ainsi s’enracine le nouveau sophisme en vogue chez les médias et les politiques depuis les derniers attentats. Après avoir voulu museler pendant des décennies les voix s’élevant contre l’immigration de masse, l’insécurité, le communautarisme, en les accusant de faire «le jeu du Front national» (mais ça ne prend plus, mince alors!), on leur reproche aujourd’hui de faire «le jeu de
Daech». Ce raisonnement pervers ouvre la porte à toutes les soumissions, toutes les cécités. Adama Traoré n’est pas une victime innocente mais un délinquant multirécidiviste qui a résisté à une interpellation. Rabâchons-le à satiété: nul ne se réjouit de sa mort. Mais l’enquête judiciaire et celle de l’IGGN doivent pouvoir se poursuivre à l’abri de l’hystérisation que certains se plaisent à aiguiser, et d’une récupération idéologique qui carbure à fond les manettes. Si Traoré avait été blanc, personne ne se serait attardé sur son cas ; s’il avait été un affreux réac, beaucoup auraient sabré le champagne, et aucune banlieue ne se serait enflammée.
Samedi 30 juillet, gare du Nord, une marche blanche organisée à sa mémoire, qui n’avait pas été déclarée en temps et en heure à la préfecture, a été contenue par les CRS. «Pas de justice, pas de paix», avertissaient les quelque 600 participants, qui se sont plaints d’avoir été «nassés comme des animaux». À quoi s’attendaient-il en initiant un rassemblement illégal en plein Paris? La logique reste invariablement la même: mépriser la législation, générer des situations qui justifient une réprimande, s’offusquer de ne pas obtenir satisfaction, se révolter de ne pas bénéficier d’une clémence inconditionnelle, s’insurger quand ça tourne mal, masquer le réel en se fantasmant persécuté, jongler sur un double registre contradictoire en se livrant à l’intimidation par des actes insurrectionnels, puis en suscitant l’apitoiement par la culpabilisation à l’encontre d’une société prétendument répressive et inégalitaire. Triste (dys)fonctionnement d’une nation dans la nation, érigée au fil des capitulations, sous les œillères complices des ors de la République.

L'échec du multiculturalisme

ce n’est pas “rectitude politique”, mais “politiquement correct” vers la fin (à 7:08). on ne se bat pas pour la liberté, mais pour la préserver, et avoir le droit d’exister (dans des guerres non manigancées par des partis supranationaux).
https://www.youtube.com/watch?v=44vzMNG2fZc

Save vidéo originelle avec son

Note: On nous a progressivement habitué à vivre dans une société décadente, de la division, de l’indifférence, de la bassesse, du matérialisme, de l’hypersexualité, de la violence, du nihilisme, on a plus rien sur quoi comparé, on a oublier notre héritage et notre passé, et on s’enfonce dans ces pièges du chacun pour soi, du matérialisme, et c’est plus facile pour eux de nous pousser les uns contre les autres. Quand on est enchaîné dans la matière, dans l’esclavage, ou la domination/destruction/séparation, dans les ténèbres, l’individualisme, une perte totale spiritualité, on a plus que ces choses-là pour sentir un sursaut de vie (perversion, hypersexualité, etc.).
Je n’en veux pas a ces étrangers, c’est nous en les acceptants pour aucune bonne raison, ni aucune volonté réelle d’assimilation, c’est notre faiblesse qui a créé ces gens-là, et la guerre permanente au nom du nouvel ordre mondial mené dans les pays du moyen-orient. On les tuent dans leurs pays, et ensuite on les fait venir chez nous, sans s’en occuper, tout en sachant très bien qu’on ne pourra pas les intégrer, et encore moins les assimiler. C’est un sabotage volontaire de la paix mondiale, et du peuple européen.
Le multiculturalisme (même si c’est une idéologie basée sur l’ignorance) ne peut fonctionner que par (et vers) le haut, quand les deux partis sont égaux, surtout sur le plan spirituel, (voir culturel), mais nous en reniant notre propre existence, on n’inspire pas le respect, et ils ne nous respectent pas, c’est une loi naturelle.
Note 2: Dans tous les cas et je le répète, même si ces migrants ne sont pas plus développés à tous les niveaux que des singes, ils ne sont pas le problème immédiat, le problème immédiat sont ceux qui les font venir ici, et ce nouvel ordre mondial qui détruit le moyen orient, pour le bénéfice d’Israël principalement, des usa (et du nouvel ordre mondial).
NOUS SOMMES REPONSABLES DE CE QUI ARRIVE, NOUS AVONS LAISSER CES GENS LA FAIRE LEUR NOUVEL ORDRE MONDIAL, D2TRUIRE LE MOYEN ORIENT, ET NOUS RECOLTONS NOTRE PROPRE DESTRUCTION. NOTRE LACHET2 A NOUS DEFENDRE NOUS-MEME, D2TRUIRA AUSSI TOUS LES AUTRES PEUPLES, PAR NIVELLEMENT PAR LE BAS, LES INDIVIDUS ET PEUPLES N’AURONT PLUS LES NOTIONS ET VALEURS D’HONNEUR, DE DEFENSE DE SON PROPRE PEUPLE, D’UNIT2, DE LOYAUT2, ET EN DEFINITIVE DE RESPECT POUR LES AUTRES PEUPLES. LA NATURE EST UN EQUILIBRE, TOUS LES PEUPLES EN FONT PARTIE ET S’EQUILIBRENT ENTRES-EUX, D2TRUIRE UNE PARTIE ENTIERE DE LHUMANIT2, PROVOQUERA UN CATACLYSME SANS PRECEDENT.
EN NOUS DEFENDANT NOUS MEMES, NOUS DEFENDONS LHUMANIT2 TOUTE ENTIERE.

Save

“Fiction” très proche de la réalité:

13442490_1313511258677379_1079063913351979864_o

 

Article intéressant au sujet d'israel

Source: http://www.veteranstoday.com/2017/01/15/israel-gets-caught-orchestrating-world-war-again/

Source: comme d’hab, je n’aime pas forcément tout ce que raconte ce site, mais je ne suis pas ferme d’esprit non plus. infos à vérifier bien que la plupart me semble juste.

Israel gets caught orchestrating world war—again

“In America, those now seeking to stage a military coup in the United States, submit to full Israeli control and lead the world into a new ‘dark age.’”

…by Jonas E. Alexis

 

Gordon Duff wrote in 2013 that the Israeli regime was caught red-handed, orchestrating a world war through covert operations and deceptive means. “Israel is putting into motion their ‘final solution,’” said Duff then, “a campaign to pit nation against nation. The result, the planet a smoldering ruin, Israel ruling over the ashes and mass graves, is a foregone conclusion, at least to Netanyahu and his worldwide terrorist network.”

Duff brought a number of evidence to back his claims and added that the Israelis intended to pit nations against each other, which means that they would end up killing two birds with one stone. Did they actually plan this? Duff wrote:

“Yes, they actually do, the Zionists, the Neocons, and the Dominionists, a vast worldwide network of financial criminals, corrupt politicians and power-mad tyrants. In America, those now seeking to stage a military coup in the United States, submit to full Israeli control and lead the world into a new ‘dark age.’”

Duff wrote those words on April 29, 2013. By May of the same year, Jewish Neocons Daniel Pipes stunned us all by proving that Duff was right all along. In an article entitled, “Support the Syrian Rebels?,” Pipes posited a bold claim on the Syrian government and the Syrian rebels/terrorists/jihadists, two entities that have been in mortal combat since the beginning of the war.

Daniel Pipes

Pipes declared that “the West should prevent either side in the civil war from emerging victorious by helping whichever side is losing, so as to prolong their conflict.’”[1]

Did you catch any of that? The world should support both the Assad government and the terrorist cells so that they could end up killing each other. What if it costs millions of lives? What if thousands upon thousands of mothers end up losing their precious sons and daughters and even their husbands?

Well, too bad. What if it costs millions dollars? It’s a small price to pay, Pipes seems to think. What seems to matter to Pipes is that both entities have to go, no matter what the cost.

Now this is not coming from a man who doesn’t understand international law, logic and reason. Pipes is a Harvard graduate, with a Ph.D. in medieval Islamic history. His father was Harvard historian Richard Pipes.

Pipes certainly knows what he is doing. With respect to his essentially diabolical plan for Syria we have just looked at, he said, “This policy recommendation of ‘helping whichever side is losing’ sounds odd, I admit, but it is strategic.”

Pipes could not get around his conscience which kept telling him that the plan was “odd,” but he ended up suppressing practical reason and replacing it with, well, essentially Talmudic mores.

Keep in mind that the Neoconservative movement, as Jewish writer Sidney Blumenthal has shown, found its political and intellectual ideology “in the disputatious heritage of the Talmud.”[2]

In other words, people like Pipes and their minions are articulating “the disputatious heritage of the Talmud” in the political landscape. The Talmud metaphysically and categorically rejects the moral and political order and makes it very clear that the so-called Goyim must be subservient to what Preston James would have called the Khazarian Mafia.

In that sense, if the Goyim do not want to obey the commands of their oppressors, then the Goyim must be really bad people. After all, the Goyim have been called donkeys by the late rabbi Ovadia Yosef. “Goyim (gentiles, non-Jews) were born only to serve us,” he said. “Without that, they have no place in the world – only to serve the People of Israel.”[3]

Yosef was never challenged by Western politicians because those politicians obviously did not want to ruin their political careers. Goyim like John McCain and Lindsey Graham probably agreed with the rabbi, and both McCain’s and Graham’s political careers have already indicated that they have been thoroughly subservient to their oppressors.

In any event, the Israeli regime and their minions have always intended to pit people of good will against each other, particularly when those people are not acting in ways that help the regime’s ideology itself. To create conflict where there is none is one of their plans and deceptions.[4] Their agents have been able to do exactly that in the United States in the 1920s—most specifically in places like Boston, Philadelphia, Detroit, and Chicago.[5] If they have to ally with radical groups and terrorist cells to get their work done, as in the case of the Syrian war, so be it.

This was one reason why the Ayatollah Khomeini called the United States the “Great Satan.” US officials, said Khomeini, allowed the Israeli regime to use them as pawns and created conflicts in the Middle East. He said:

“There is no crime America will not commit in order to maintain its political, economic, cultural, and military domination of those parts of the world where it predominates. It exploits the oppressed people of the world by means of the large-scale propaganda campaigns that are coordinated for it by international Zionism.

“By means of its hidden and treacherous agents, it sucks the blood of the defenseless people as if it alone, together with its satellites, had the right to live in this world.”[6]

E. Michael Jones comments:

“Khomeini was here referring to Iraq, which had already launched a full-scale attack on Iran, as the proxy of America and Israel. Khomeini was hoping for Islamic unity, but he found neither sympathy nor allies in the Islamic world.

“Pakistan, which was a Saudi asset, had already been seduced by Saudi and American money and recruited into the final campaign of the anti-Communist crusade, when their ISI stepped forward as the exclusive arms brokers for the mujahideen in Afghanistan.”[7]

In short, there is no great risk for the Israeli regime. And if any nation attempts to use the moral and political law to reign them in, they will pull the anti-Semitism card out of their pockets. As the late Israeli politician and Minister of Education Shulamit Aloni said in 2002, anti-Semitism is

a trick; we always use it. When, from Europe, if someone is criticizing Israel, we bring up the Holocaust. When, in this country (USA), people are criticizing Israel then ‘they are anti-Semitic’. And the organization is strong and has a lot of money and the ties between Israel and the American Jewish establishment are very strong and they are strong in this country…

“They have power, money, media and other things and their attitude is Israel my country right or wrong… They are not ready to hear criticism. It is very easy to blame people who criticize certain acts of the Israeli government as anti-Semitic and to bring up the Holocaust and the suffering of the Jewish people and that ‘justifies’ everything we do to the Palestinians….”

You want to produce evidence showing that the war in Iraq was largely a creation of the Neoconservative movement,[8] which has created a fifth column in the United States? Well, you are anti-Semitic. You want to criticize Israel for continuing to obliterate civilians and grab their land in the Middle East?[9] You are anti-Semitic. You want to write scholarly studies showing that the Israel Lobby has been a disaster for the United States?[10] You are anti-Semitic. As Israel’s justice Minister Ayelet Shaked has put it last year:

“In the past, we saw European leaders speaking against the Jews. Now, we see them speaking against Israel. It is the same anti-Semitism of blood libels, spreading lies, distorting reality and brainwashing people into hating Israel and the Jews.”[11]

Shaked moved on to say that people are

“using the same kind of anti-Semitism but instead of saying they are against the Jews, they say they are against Israel. We can still witness anti-Semitism today. In fact, the anti-Semitic voices seem to get louder and stronger still. We witness anti-Semitic attacks in the heart of Europe. We hear anti-Semitic slanders in European media.

“We feel anti-Semitic hatred in the continent that should have learned the lesson. Today, it is not politically correct to be anti-Semitic but being anti-Israeli is acceptable. People who have such anti-Semitic views should not be allowed to hold central leadership positions.”[12]

Keep in mind that it was the same Shaked who unequivocally declared that the enemy of Israel is not terrorism or a few Palestinians but “the Palestinian people” in totality. For example, suppose a woman happens to give birth to a child. If that child turns out to be a terrorist, Shaked would say that the mother is guilty of terrorism as well.

“Behind every terrorist stand dozens of men and women, without whom he could not engage in terrorism,” she said. “They are all enemy combatants, and their blood shall be on all their heads. Now this also includes the mothers of the martyrs, who send them to hell with flowers and kisses.”[13]

If a person resists this essentially incoherent thesis, then he or she is anti-Semitic. Shaked is obviously living outside the moral and political order. She could not realize that she was making a case for real anti-Semitism. Think about it for a moment.

If people like Bernie Madoff and companies like Goldman Sachs end up destroying the US economy, if a number of Jewish revolutionaries end up producing pornography as a way of defiling or destroying the culture, does Shaked mean to tell us that we should treat the families of those people as enemies as well?

More importantly, isn’t Shaked implicitly arguing that she herself is an enemy of reason and much of the West?

Shaked is obviously using anti-Semitism to marshal her essentially Talmudic ideology. This is one reason why much of the West has stayed silent concerning Israel’s perpetual crimes. No one wants to be called an anti-Semite. Which brings us to our essential point here.

The Israeli regime has recently bombed the Mezzeh military airport near Damascus and not a serious Western politician has said that Israel has violated international law and therefore must be sanctioned. In fact, the Zionist media and the Neocons have yet to let the Americans know of this important event.

The Times of Israel has reported on the bombing of the Mezzeh military airport, but they put a spin on the issue: “Important military airport, installations near Damascus reportedly bombed; several Hezbollah fighters killed.”[14] In other words, Israel was just fighting terrorist cells like Hezbollah!

The Syrian government, with the help of Russia, has reached a sensible deal with the terrorists in the region. Obviously the Israeli regime didn’t like that. They had to act because any peaceful resolution would mean that Assad would have to stay in power.

Israel does not want Assad in power, therefore they had to provoke the government to do something stupid. George W. Bush wanted to do something similar when he was told that there was zero weapons of mass destruction in Iraq.[15]

What we are seeing again and again is that Israel does not want peace at all. Peace is like terrorism for them, and terrorism is like peace. They want to bring the world down because their messianic ideology cannot take place until the Goyim have completely subjugated. In fact, they brag about having nuclear warheads and being able to wipe much of the West off the map. As Israeli military historian Martin van Creveld put it in 2003:

“We possess several hundred atomic warheads and rockets and can launch them at targets in all directions, perhaps even at Rome. Most European capitals are targets for our air force…. We have the capability to take the world down with us. And I can assure you that that will happen before Israel goes under.”[16]

But the Israeli regime and their puppets are not in charge of history. If Hegel and Solzhenitsyn are right, truth will eventually triumph. Our job is to submit our will to the truth and follow that truth wherever it leads. This means that there is no need to fear the current regime. They cannot rule forever.


[1] Daniel Pipes, “Support the Syrian Rebels?,” National Review, May 12, 2013.

[2] Sidney Blumenthal, The Rise of the Counter-Establishment: From Conservative Ideology to Political Power (New York: HarperCollins, 1998), 124.

[3] Dan Murphy, “Rabbi Ovadia Yosef, in his own words,” Christian Science Monitor, October 7, 2013; Lazar Berman, “5 of Ovadia Yosef’s most controversial quotations,” Times of Israel, October 9, 2013; Marcy Oster, “Sephardi Leader Yosef: Non-Jews Exist to Serve Jews,” Jewish Telegraphic Agency, October 18, 2010; Reuven Hammer, “Tradition Today: Jews and Gentiles,” Jerusalem Post, November 12, 2010.

[4] See Victor Ostrovsky, By Way of Deception : The Making and Unmaking of a Mossad Officer (New York: St. Martin’s Press, 1990).

[5] For a sociological study on this, see E. Michael Jones, The Slaughter of Cities: Urban Renewal as Ethnic Cleansing (South Bend: Fidelity Press, 2004).

[6] Quoted in E. Michael Jones, “The Great Satan and Me: Reflections on Iran and Postmodernism’s Faustian Pact,” Culture Wars, July/August 2015.

[7] Ibid.

[8] See Murray Friedman, The Neoconservative Revolution: Jewish Intellectuals and the Shaping of Public Policy (Cambridge: Cambridge University Press, 2005); Stefan Halper and Jonathan Clarke, America Alone: The Neo-Conservatives and the Global Order (Cambridge: Cambridge University Press, 2004).

[9] See for example Ilan Pappe, The Forgotten Palestinians: A History of the Palestinians in Israel (New Haven: Yale University Press, 2011); The Ethnic Cleansing of Palestine (Oxford: One World, 2007).

[10] See John J. Mearsheimr and Stephen M. Walt, The Israel Lobby and US Foreign Policy (New York: Farrar, Straus & Giroux, 2007).

[11] Quoted in Ruth Eglash, “Israeli minister: Criticizing Israel is the new anti-Semitism,” Washington Post, May 4, 2016.

[12] Ibid.

[13] Quoted in Ishaan Tharoor, “Israel’s new justice minister considers all Palestinians to be ‘the enemy,’” Washington Post, May 7, 2015.

[14] Dov Lieber, “Israeli jets said to strike Syrian army, Hezbollah sites,” Times of Israel, December 7, 2016.

[15] See Vincent Buglioci, The Prosecution of George W. Bush for Murder (New York: Vanguard Books, 2008).

[16] Quoted in “The War Game,” Guardian, September 21, 2003.

autres vidéos

Guerre par instrumentalisation

Il faut évidemment ne pas tomber dans le piège des élites, d’importer le conflit israélo-américain au moyen-orient en Europe, de les laisser nous pousser les uns contre les autres (au sein du même peuple, et entre les peuples), mais on ne peut pas le faire si en même temps on ne se défend pas nous-mêmes, et notre droit d’existence (et d’avoir un pays à nous, libre, qui n’est pas soumis à ces deux premières puissances). Il faut se défendre, rejeté l’immigration et le remplacement de population, tout en essayant de ne pas jouer leurs jeux et de nous faire la guerre.

Nous devons nous battre pour la liberté de nos peuples et pays, et par extension de tous les autres, et du vrai ordre mondial, d’une harmonique de diverses expressions de la vie. Et combattre le nouvel ordre mondial, l’individualisme, et leurs systèmes social et économique de domination.

Discours de Viktor Orban, Premier Ministre de Hongrie, pour la célébration de la fête nationale du 15 mars, au Jardin des Musées à Budapest avec l’accompagnement bruyant des manifestants gauchistes en marge de cette célébration.

 

« Serons-nous un peuple d’esclaves ou un peuple libre ? *

Nous ne permettrons pas aux autres de nous dire qui nous laissons entrer dans notre maison et dans notre pays, avec qui nous voulons vivre, et avec qui nous allons partager notre pays.

C’est pour cela que nous refusons les installations forcées de populations … et nous ne permettrons, ni les chantages ni les menaces. »

Le premier ministre a déclaré que le temps était venu de sonner le tocsin, de se retourner contre les forces hostiles, de résister et de rassembler nos alliés.

« Le temps est venu de brandir les drapeaux des nations fières, le temps est venu d’empêcher la destruction de l’Europe et de préserver l’avenir de l’Europe.

Le temps est venu de demander à tous les citoyens et toutes les nations européennes, quelle que soit leur affiliation politique, d’être unies, … de s’unir ; l’unité de l’Europe doit être rétablie.

Les dirigeants européens et leurs citoyens ne peuvent plus vivre dans deux mondes séparés. »


[…]

Viktor Orbàn a expliqué que le peuple hongrois est fait de gens qui se lèvent pour la vérité, et se battent pour elle s’il le faut, mais il ne cherche pas inutilement des ennuis, car il sait qu’il arrive à un meilleur résultat en vivant en paix que par des temps troublés.

« Pendant 170 ans, nous n’avons choisi que deux fois le chemin de la révolution, ainsi l’histoire moderne de l’Europe a conservé ces deux révolutions hongroises, les événements de 1848 et de 1956. »

[…]

Il a souligné que la vie contemporaine hongroise est l’héritière intellectuelle des révolutions de 1848 et de 1956, cette tradition d’esprit révolutionnaire est le rythme cardiaque qui dirige la vie politique, économique et intellectuelle de la nation. Aujourd’hui encore, l’impulsion de 48 et 56 et ses idéaux coulent dans nos veines et dans l’esprit de la nation. […]

Il a indiqué que l’héritage de 1919 vit toujours avec nous, … bien heureusement en agonisant.

Et si cet héritage ne recevait pas une grande perfusion politique et idéologique, des arrosages de secours de l’étranger, alors, après que les feuilles et les branches se soient desséchées, les racines se dessécheraient également, la terre hongroise deviendrait aséchée pour faire pousser leur internationalisme.

« Nos révolutions ont été conduites par des citoyens respectables, médecins, ingénieurs, artisans honnêtes, agriculteurs et travailleurs qui étaient animés par des sentiments nationaux. Les chevaliers des révolutions hongroises ne sont pas des utopistes aliénés, ni des esprits perturbés par l’idée du bonheur universel.

Un homme sensé, qui élève ses enfants et construit sa vie en travaillant, sait que le désordre, le bouleversement des habitudes de vie amène rarement de bonnes choses.

[…]

Les révolutionnaires de 1848 et de 1956 ne voulaient pas démolir nos églises pour rebâtir sur ses ruines les édifices d’une nouvelle tyrannie. Nos chansons ne peuvent pas être chantées par des foules enchaînées, la révolution de Pest n’est pas le poème du chaos, mais une histoire majestueuse qui révèle les blessures glorieuses de la nation hongroise.


Nous devons nous demander si nous voulons garder l’héritage que nos aïeux nous ont laissé et nos réflexions à ce sujet devront utiliser des unités de mesures appropriées à nos aspirations.

Aujourd’hui les étoiles de l’Europe sont si vacillantes que nous devons envisager d’avoir à faire face à des épreuves qui déboucheront sur la question : « Voulons-nous être un peuple libre ou esclave ?». (citation des lignes bien connues du poète de la révolution de 1848, Petôfi Sandor).

L’UE est si faible, si fanée, sans force, comme une fleur qui est rongée par un ver invisible.

Voulons-nous construire un beau pays libre, digne, respecté de tous ? Le sort des Hongrois est si imbriqué avec le destin de l’UE, que nous ne pouvons pas être libre si l’Europe ne l’est pas.

L’Europe n’est pas libre parce que la liberté commence par pouvoir dire la vérité, ce qui est actuellement interdit.

Il est interdit de dire que ce ne sont pas des réfugiés qui arrivent sur nos sols mais une menace d’invasion.

Des dizaines de millions de personnes sont prêtes à envahir nos pays, ces masses amènent des crimes et la terreur.

Ces masses humaines, venant d’autres civilisations, sont un danger pour notre mode de vie, notre culture, nos coutumes, nos traditions chrétiennes.

Ceux qui sont déjà chez nous, au lieu de s’intégrer et de s’adapter, ont érigé un monde à part, avec leurs lois, leurs idéaux et ils sont en train de faire exploser l’Europe séculaire, millénaire.

Ces masses humaines sont dirigées vers nous, il ne s’agit pas d’une chaîne d’évènements inattendus, mais d’un plan délibéré.

Aujourd’hui, il est interdit de dire à Bruxelles que des dirigeants œuvrent pour acheminer le plus rapidement possible ces masses d’étrangers pour nous coloniser. Cette colonisation vise à remodeler la totalité de l’Europe au niveau religieux et culturel, à transformer ses bases ethniques, à éliminer ainsi le dernier obstacle – les Etats-nations – pour établir « l’ordre international ».

Bruxelles a volé et englouti par tranches les souverainetés nationales des peuples, et beaucoup de ses fonctionnaires travaillent au plan « États-Unis d’Europe », plan auquel personne n’a jamais donné son accord.

Désormais, les citoyens européens ont peut-être compris que notre avenir est en jeu. Non seulement, notre prospérité est en danger mais également notre sécurité, notre existence pacifique.

La migration est comme une cours d’eau qui, par la force du courant, emporte ses rives.

Cette invasion nous a été présentée comme une affaire humanitaire alors qu’il s’agit de la conquête de nos territoires

Ce danger ne s’abat pas sur nous comme une guerre ou une catastrophe naturelle mais d’une manière inhabituelle. Cette invasion nous a été présentée comme une affaire humanitaire alors qu’il s’agit de la conquête de nos territoires, de l’occupation de nos espaces.

Les nations européennes somnolaient dans la prospérité, elles ont enfin compris le danger mortel qui menace les principes sur lesquels l’Europe chrétienne s’était construite :

– la coexistence de nations libres et indépendantes,

– l’égalité en droit des hommes et des femmes,

– la concurrence loyale,

– la loyauté, l’honnêteté, l’humilité, la justice et la miséricorde.

Le troupeau des incorrigibles guerriers des droits de l’Homme ressent une irrésistible envie de nous faire la leçon et de nous accuser. Les Hongrois seraient un peuple isolationniste, un peuple hostile à l’ouverture alors que l’histoire de la Hongrie est également le résultant d’une fusion de cultures et d’influences externes. Celui qui est arrivé comme un nouveau membre de famille, comme un associé, ou pour sauver sa vie, nous l’avons laissé entrer et il a pu trouver une nouvelle maison chez nous.

Cependant, l’arrivant a toujours rencontré des oppositions, s’il est venu dans notre pays dans le but de le transformer à son image, en nous forçant d’accepter sa présence, ou qu’il soit venu contrairement à notre volonté.

« Si vous voulez arrêter l’invasion, alors, tout d’abord, c’est Bruxelles qui doit être freinée. »

Au début, seulement quelques centaines veulent franchir nos portes puis des milliers, mais aujourd’hui, aucun dirigeant européen n’ose jurer sous serment que les uns ou deux milles à répartir ne seront pas plutôt des dizaines et des centaines de milliers. »

Pour Viktor Orbàn, l’avenir de l’Europe n’est pas en danger, en premier lieu, par les envahisseurs qui veulent s’installer chez nous ; ce qui compromet en premier lieu l’avenir de l’Europe aujourd’hui, c’est l’obsession de l’internationalisme de Bruxelles.

Nous ne pouvons pas laisser Bruxelles se mettre au-dessus de la loi

« nous ne voulons pas qu’ils aillent à la chasse de nos femmes et nos filles »

« Nous ne nous laisserons pas forcés à avaler le fruit amer de la politique d’immigration cosmopolite. Nous ne voulons pas importer en Hongrie le crime, le terrorisme, l’homophobie, l’antisémitisme des incendiaires de synagogues, des zones de non-droit, des émeutes de voyous, des émeutes d’immigrés, des gangs, nous ne voulons pas qu’ils aillent à la chasse de nos femmes et nos filles…

Nous ne permettrons pas aux autres de nous dire qui nous devons laisser entrer dans notre maison et dans notre pays, avec qui nous allons vivre ensemble, avec qui nous allons partager notre pays.

Nous savons comment cela se passe avec eux : tout d’abord ils se permettent de nous dire qui nous devons accepter, puis de nous dire que nous serons obligés de servir ces étrangers dans notre propre pays, puis nous arrivons, finalement, à être expulsés de notre propre pays.

C’est pourquoi nous n’accepterons aucune installation forcée et nous n’allons pas céder, ni devant les chantages, ni devant les menaces. »

Viktor Orbàn a encore affirmé :

« les dirigeants européens et les citoyens ne peuvent plus vivre dans deux mondes séparés comme c’est le cas aujourd’hui. »

Il a ajouté que l’unité de l’Europe doit être rétablie, les peuples d’Europe ne peuvent pas être libres individuellement si nous ne le sommes pas ensemble. Le Premier ministre a souligné que si nous travaillons ensemble, nous allons réussir, … si nous tirons chacun de notre côté, nous allons chuter ensemble ; ou nous allons nous en sortir ensemble ou pas du tout. Aujourd’hui, telle est la loi.

« La tâche qui nous attend, nous les Hongrois, et les pays d’Europe centrale qui ont encore leur bon sens – mais aussi les autres peuples européens -, c’est de vaincre, de réécrire et changer le destin qu’ils nous ont réservé. »

Viktor Orban a également parlé du livre du destin dans lequel le sort des Hongrois avait été écrit à l’avance :

« on ne peut rien faire contre l’Empire des Habsbourg, et si les Hongrois s’étaient contenté de cela en 1848, cela aurait signifié que notre avenir aurait été remis à son destin : les Hongrois auraient été dilués dans la mer allemande. »

Il a ajouté que le livre du destin était également écrit en 1956, … il était écrit que les pays occupés et soviétisés restent jusqu’à ce que le patriotisme s’éteigne dans le dernier magyar, et si nous avions acquiescé, nous aurions rempli notre destin : la mer soviétique aurait dilué les Hongrois.

« Les forces mondiales cachées et sans visage vont supprimer les particularités, les spécificités des anciennes nations pour mélanger des cultures »

Il a attiré l’attention sur le livre du destin actuel, … il y est écrit que les forces mondiales cachées et sans visage vont supprimer les particularités, les spécificités des anciennes nations pour mélanger des cultures, des religions, des masses humaines, jusqu’à ce que la fière diversité et de notre Europe devienne un magma anémique et obéissant. Si nous acquiesçons à cela, notre destin sera accompli et nous serons absorbés, digérés dans la panse énorme des Etats-Unis d’Europe.

Viktor Orban a relevé :

« Nous, les Hongrois et les Polonais, savons comment faire pour réécrire notre histoire. On nous a appris que l’homme ne peut faire face au danger que s’il est courageux. C’est pourquoi nous devrions chercher dans notre histoire des leçons de courage. »

Le Premier ministre a souligné la nécessité de s’engager d’abord dans son propre cœur.

Viktor Orban a ainsi conclu son discours :

« NATURELLEMENT, NOUS DEVONS RÉPONDRE À LA QUESTION ‘QUI VA DÉCIDER DE NOTRE DESTIN ?’ AVEC UNE VOIX SI FORTE QU’ELLE TRAVERSE SEPT FRONTIÈRES.

SERONS-NOUS DES ESCLAVES OU DES HOMMES LIBRES ?

C’EST LA QUESTION QUI SE POSE !

RÉPONDEZ ! »

* il s’agit d’un poème que chaque hongrois connaît par cœur :

Debout Hongrois, la patrie nous appelle !
C’est l’heure : à présent ou jamais !
Serons-nous esclaves ou libres ?
Voilà le seul choix, décidez !
De par le dieu des Hongrois nous jurons,
Oui, nous jurons,
Que nous ne serons jamais plus esclaves !

—-

“L’extérieur” quand il est spirituel peut nous servir d’exemple et permettre de nous aider à nous connecter à notre propre essence spirituelle, immatérielle et matérielle. L’essence spirituelle vient dans le corps par en haut (représentée par l’hypothalamus et l’hypophyse/pituitaire) mais d’ici-bas l’on ne peut qu’essayer de la rejoindre et de l’incarner au mieux. Ce qui est soi/intérieur sur sa forme la plus complète vient de plans supérieurs, pas seulement sur le plan matériel, et même cette dernière possède une essence “mystique” (je ne trouve pas le bon mot*) au-dessus de celle-ci, qui rejoint la première pour former la vie.
C’est le fait d’essayer de rejoindre son essence spirituelle supérieure, et d’essayer de rejoindre l’union créatrice pour l’incarner ici-bas qui permet le maintien de ces “vibrations” supérieures.
*mystique pas du tout dans le sens de “mystification”, mais son opposé (qui permet son opposé). Le vrai mot serait plutôt “”profondeur”-matérielle” lié/créateur de façon commune au “spirituel”/haut (pas rendu/perdu au matérialisme). La mystique c’est une force intérieure qui nous connecte a l’aspect spirituel de nous-mêmes, les deux étant liés, sur ce plan matériel/manifesté.

(j’ai déjà parlé de la “mystique” plus haut).

La “mystique”, le mystère lié au sang, à la nature, aux traditions, aux ancêtres, au potentiel illimité, fait le peuple et sa force, s’infuse dans la terre et qui peut toujours être retrouvé tant est que l’on le souhaite et que l’on possède son essence en soi. Il n’y a pas de vraie lumière sans une part de “mystique”, sauvage (dans le sens positif/loi de la nature/vie, qui n’a absolument rien à voir avec chaos: le côté sauvage est le côté qui permet l’ordre aussi, paradoxalement, et qui permet à l’ordre de ne pas amener le chaos).
La part “mystique”, “sauvage” (/libre) est ce qui permet d’être ce que nous sommes ici-bas, fait partie de l’équilibre des forces comme les cycles des saisons qui permettent la vie. Ces deux énergies sont universelles encore une fois, mais dans leur réalité ne font qu’Un. L’union des deux renforcent les deux (et/ou l’un renforce l’autre), car ils rejoignent la “source originelle”, la lumière, en eux-mêmes à travers le lien des deux. Ces deux forces partent d’en haut vers l’univers manifesté. C’est l’union spirituelle d’en haut (spirituel) qui les renforcent en bas, et l’aspiration d’unité verticale en bas qui valide cette connexion au haut. Chercher le Un/vertical/universel en soi même pour l’attirer/recréer sur le plan matériel, dans la complémentarité, dans un but commun d’expression universelle, de création depuis nos racines éternelles. Sans cette mystique, ou plutôt cet “enracinement” (d’expression universelle) de l’esprit, il est difficile d’exprimer une verticalité. Cette mystique permet donc via une forme d’enracinement spirituel la verticalité et nous libère (sur les plateaux horizontaux/matériels), l’esprit seul ne le permet pas et sera toujours potentiellement soumis (à lui-même ou au monde). Le plateau/l’horizontal sont le produit de l’unité verticale.
L’on porte en soi cette “mystique”, c’est quelque chose de plutôt matériel (matériel-supérieur*), cette profondeur que l’on retrouve dans la nature, qui inspire la grandeur. Ces deux aspects “mystique”-esprit* et la matière est ce qui permet la création, et ses possibilités d’expressions infinies. La création implique une forme de séparation, mais qui ne l’est pas réellement, sinon cela n’est plus de la création.
D’après moi il y a 4 éléments universels basiques: l’esprit (féminin masculin), la matière et l’énergie. Le temps est inclus dans leur union.

*Mais le monde matériel plus dense est essentiel pour atteindre les deux (car l’on produit et incarne une expression matérielle-spirituelle plus ou moins basse ou haute à travers lui, qu’il permet la création, de créer/manifester l’union des deux), mais il y a les plans hauts et les plans bas, les plans vivants et les plans “morts”. Les deux ne font qu’un en haut, mais dans cet univers manifesté l’on manifeste/recrée (le Un/”Dieu”) cette union ici-bas, et sur chaque plans. Vers le haut, plus les deux ne font qu’Un et sont renforcés, et en bas l’inverse. Les deux séparés ne peuvent être que destructeurs. La dégénérescence vient d’une expression basse de l’un ou l’autre ou des deux (ou de l’union des deux par le bas/destruction**). **Destructeur dans le sens où il souhaite réécrire tout le reste, rejeter toute la création, le retour à l’état primitif de l’homme. Ou destructifs dans le sens parasitage par le bas/horizontal (les deux sont légèrement différents). Ou dans le sens d’essayer d’emporter tout le monde dans sa chute.
En dessous du matériel-dense il y a les plans où les deux sont exprimés de manières primordiale (univers manifesté), “unit” (dans un sens) par magnétisme opposé (“fausse” séparation), sur un plan “non-vivant”/brut. Partir du bas pour aller vers le haut (vers la bonne direction) est positif (car peu importe l’échelle dense ou subtile sur laquelle on se trouve, on l’a renforce en captant l’énergie du haut), partir du bas pour y rester (ou aller vers le bas) ou parasiter à l’horizontal (“vraie” séparation) ne l’est pas. Par le bas implique de détruire le haut et le ramenant au bas. Ou le néant en refusant le tout.
Le monde manifesté, l’horizontal, est le résultat de l’union des deux. L’horizontal qui nous relie réellement ainsi que le plan du vivant est le fruit de l’union des deux (qui sont verticaux). Les différentes expressions horizontales ne doivent jamais être perverties pour se rejoindre par le bas (ou l’horizontal-bas), mais seulement par le vertical via l’horizontal (on est dans un monde horizontal, mais toute chose est d’essence verticale, en gros). Si l’on ne grandit pas depuis l’intérieur, l’ont grandi via l’horizontalité pure et l’on disparaît, ou l’on ne permet pas le renforcement de sa propre unité, en soi-même et de son “groupe”.
Mais bon c’est une boucle infini, du haut qui rejoint le bas), du bas qui rejoint le haut (mort – vie) il suffit de ne pas brisé la boucle/le cycle et de sombrer dans la destruction pure. D’ailleurs, la peur de la mort mène à la peur de la vie et à la destruction.
La conscience s’incarne dans la matière, par le haut pour expérimenter le bas, mais c’est du bas que l’on peut rejoindre le haut et stimuler une conscience forte, si la base matérielle-vivante est suffisamment forte/haute vibration.

L’occultisme est une version perverti de ce “mysticisme”, une vision destructrice (extérieure de soumission) universelle reflet de l’esprit corrompu universel rendu à l’étouffement du spirituel. C’est aussi s’approprier la connaissance pour dominer l’autre, ce qui la pervertit naturellement.
Le seul universel créatif vient de l’union des deux sur un plan supérieur. Quand l’universel sort du plan du vivant, il est pas dirigée vers le bon chemin.

L’instinct est une expression de notre guide intérieur profond, qui ne fonctionne que lorsque l’on est réellement ouvert au monde, pas faussement comme on l’est de nos jours. Il contient déjà toutes les réponses.

—-

Article intéressant

Je viens de découvrir cet article qui je pense résume bien une partie de mon ressenti et de ce que j’ai essayé d’exprimer sur cette page, et qui montre bien la différence radicale de ces deux visions du monde.

https://symbolespaiensetinscriptionsruniques.wordpress.com/symboles-solaires/la-roue-solaire/

La Roue Solaire

La Roue Solaire est une évolution majeure du symbole solaire primitif qu’est le cercle. Les deux axes sont orientés vers les quatre points cardinaux formant ainsi la base de tous les signes d’orientation. C’est celui-là même qui forme par exemple une boussole marquant le Nord dans sa partie supérieure. Mais bien avant l’invention de la boussole, ce symbole solaire était présent dans toutes les cultures européennes surtout depuis l’âge du bronze. Cette lointaine époque nous a légué entre autres de très nombreuses roches gravées en Scandinavie couvertes d’un nombre impressionnant de ces roues solaires. Et bien d’autres cultures païennes de par le monde ont également fait usage de ce symbole. Mais avant de nous plonger dans les mystères de la roue solaire, voyons d’abord certains aspects liés à la notion même d’orientation. L’orientation implique trois éléments de base : l’orientation du sujet par rapport à lui-même qui est marquée par le point central, l’orientation dans l’espace par rapport aux points cardinaux terrestres marquée elle par l’axe Est-Ouest désignant les levers et couchers du soleil, et puis l’orientation par rapport aux points cardinaux célestes marquée par l’axe Nord-Sud. La roue solaire véhicule donc une véritable synthèse de l’orientation dans tous les sens du terme.

Elle ne nous oriente pas uniquement dans l’espace, mais aussi dans le temps au travers de l’année solaire. Car en effet cette roue sacrée marque quatre fêtes païennes très importantes qui sont celles des solstices d’hiver et d’été, et les équinoxes d’automne et du printemps. Ces fêtes ne sont pas uniquement agricoles, elles ont eu par le passé un caractère hautement religieux pour nos ancêtres polythéistes.
Le solstice d’hiver, repris et déformé par le christianisme en faisant de lui la fête de Noël, marque le moment de l’année lorsque Dame-Nature reprend son souffle ouvrant ainsi les portes de la nouvelle année après une période de 12 nuits sacrées. Les journées redeviennent plus longues promettant ainsi la venue de jours meilleurs et le retour du soleil. Les romains célébraient entre autres le culte au Dieu solaire Mitra qui chaque année renaissait le 25 décembre comme l’enfant –soleil, désignant cette date comme celle du Sol Invictus, le soleil invaincu. Juste avant les romains célébraient les Saturnales, moment où il était coutume de se faire des cadeaux. Cette période se terminait par la fête et le culte au Dieu Janus, le Dieu bicéphale portant une clé dans une main. Ce Dieu, qui a donné son nom au mois de Janvier, était celui qui fermait et ouvrait les portes de la nouvelle année solaire. Ce moment de l’année était tellement ancré dans toutes les cultures païennes d’Europe, que le christianisme ne put jamais en venir à bout et termina au IVè siècle de notre ère par l’intégrer dans son calendrier en inventant la date de naissance de leur christ afin d’effacer le souvenir du Soleil Invaincu.
L’équinoxe de printemps, marquant le retour des beaux jours, était le moment de l’année dédié à la fécondité et à l’amour. Les plantes repoussent à nouveau, les démons de l’hiver sont chassés, la promesse de champs fertiles emplie les cœurs de tous les gens, les fleurs inondent les prés de mille couleurs, les couples se forment et s’unissent par le charme ancestral lié à la magie du printemps. Tout grandit et se remet à croître. C’est la célébration de la renaissance de la vie après la pause hivernale. Les Germains rendaient culte à la Déesse Ostara, Déesse qui donna son nom à la fête de « Ostern / Easter » (Pâques). Et tout logiquement, cette période pendant laquelle les jours et les nuits sont de même durée, était l’occasion de célébrer l’union amoureuse et sexuelle du Père-Ciel avec la Terre-Mère, union qui neuf mois plus tard, pendant le solstice d’hiver, donnera naissance à l’enfant-soleil.
Le solstice d’été, moment où le soleil se trouve à son apogée, marquait pour nos ancêtres cet instant magique pendant lequel les forces solaires sont au plus fort de leur vitalité. La nature resplendit de toute sa puissance et rayonne d’une clarté inégalable. L’été apporte avec lui la chaleur, la joie, l’abondance, éléments qui de nos jours encore envoûtent tous les vacanciers en quête du bonheur estival. Mais le solstice d’été est un moment paradoxal de l’année, car au même moment où le soleil se trouve à son point le plus culminant et où l’on chante la victoire des puissances solaires sur les forces obscures de l’hiver, le soleil annonce déjà le destin inéluctable de sa course cyclique et du déclin qui l’attend. Car en effet les journées, tout doucement, vont commencer à partir de cette date à décroître, la lumière diurne se réduit inexorablement et prend le chemin du crépuscule des Dieux. Chez les Germains il était d’usage d’enflammer de grandes roues solaires et de leur faire dévaler des pentes, ce qui symbolisait l’aspect fécondant du soleil mais aussi son déclin annoncé. Sinon, bien des rites ont entouré le solstice d’été et l’entourent encore. Dans les pays baltes où le paganisme est encore très vivant, le solstice d’été est une véritable fête nationale. Les gens se coiffent de couronnes en feuilles de chêne symbolisant ainsi le soleil sacré, puis dansent et chantent autour de grands feux. Ces feux se retrouvent dans toute l’Europe où les peuples célèbrent les joies liées au jour le plus long de l’année. Les danses en rond tout comme les feux sont autant d’hymnes au symbolisme solaire. Le christianisme là aussi s’empressa de détourner le sens de cette célébration en faisant d’elle la St-Jean. La fête des Feux de la St-Jean depuis quelques décennies a heureusement une très nette tendance à retrouver ses racines païennes. Un cas flagrant sont les Focs de la San Joan en Roussillon. Cette fête est bien-sûr intimement liée non à un quelconque saint chrétien, mais au Dieu solaire de toutes les traditions païennes d’Europe : Apollon chez les Grecs, Bélénos / Lugh chez les Celtes, Balder dans la tradition germano-nordique, Abélio chez les Celtibères, Dazbog chez les Slaves. Il faut tout de même préciser ici que dans le cas celte, les 4 fêtes majeures sont décalées dans le calendrier, ce qui génère parfois quelques confusions.
La quatrième fête enfin est celle de l’équinoxe d’automne, qui elle aussi est un peu paradoxale. Elle marque d’un côté l’abondance car c’est le moment où l’on remerciait les Dieux pour les bonnes récoltes, et d’un autre côté cette fête marque le déclin des jours et du soleil dans sa course cyclique. L’abondance de cette fête se retrouve par exemple dans le Erntedankfest allemand où l’on remercie dieu pour les bonnes récoltes. Également dans ce cas, le couvert chrétien est très mince, et il suffit de gratter un peu pour retrouver le fond originel de la célébration. Quant au soleil qui décline, il suffit d’observer Dame Nature pour se rendre compte que les jours se réduisent, que les feuilles tombent des arbres, que grand nombre de plantes meurent, et que le froid se fait à nouveau sentir. La mort est au bout de ce chemin, c’est l’époque où les portes de l’au-delà s’ouvrent, où l’on craint les revenants. Lors de la Chasse Sauvage le Dieu Wodan chevauchant Sleipnir traverse le ciel tourmenté d’automne accompagné de tous les guerriers morts au combat. Mais la mort n’est pas définitive, car selon un vieil adage païen il est dit qu’il faut mourir pour renaître, tout comme l’arbre ne meurt qu’en apparence afin de renaître au printemps suivant. Ainsi s’accomplit un tour complet de notre Roue Solaire.

Cette Roue Solaire cache également un autre principe fondamental qui fut étudié par un grand philosophe tel que Heidegger. Ce principe est celui du Devenir et de l’Être. L’axe horizontal du symbole représente en effet le Devenir, c’est-à-dire tout ce qui est changeant et soumis aux caprices du temps. L’aspect matériel est inclus dans cette notion, comme par exemple le corps physique qui est l’expression du Devenir, celui qui naît, grandit, et finalement disparaît. Tandis que l’axe vertical représente l’Être, c’est-à-dire l’aspect non-changeant, immuable, la force spirituelle qui émane de toute vie. Mais contrairement aux monothéismes qui ont toujours tenté de séparer ces deux notions de corps et d’esprit, la sagesse païenne se reflète dans la symbolique de la Roue Solaire en démontrant que le Devenir et l’Être sont deux conceptions inséparables qui sont imbriqués l’une dans l’autre, qui s’interpénètrent en quelque sorte.
Selon certaines autres explications, l’axe horizontal serait de nature féminine, alors que l’axe vertical serait de nature masculine. L’image de ce symbolisme est de caractère plutôt sexuel et recoupe les autres symboles rattachés aux axes de la Roue Solaire que nous avons vu ci-dessus. Les 4 extrémités de la Roue Solaire quant-à elles nous renvoient au symbolisme lié à ce chiffre 4 qui est intimement lié à la terre. Le cercle représentant le soleil et le 4 la terre, nous sommes donc encore une fois en présence de l’union symbolique du soleil et de la terre.

Précisons au passage que ce symbole est souvent désigné comme « croix celtique », mot qui devrait être employé avec prudence pour plusieurs raisons :
– Ce symbole est loin d’être uniquement celte, et comme nous l’avons déjà précisé, il se retrouve dans toutes les cultures païennes d’Europe et d’ailleurs.
– La croix celtique à proprement parler désigne en fait une évolution chrétienne de la Roue Solaire dont les axes dépassent le cercle et dont le tout rappelle fortement le crucifix chrétien, même si dans ce cas la symbolique païenne et chrétienne se sont mélangées.

En conclusion on peut dire que ce symbole millénaire englobe tous les aspects liés aux cycles solaires, à l’éternel recommencement, au rythme naturel des éléments célestes en équilibre avec les éléments terrestres, et à l’harmonie parfaite entre toutes les forces garantes de l’ordre cosmique.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.